Partagez | 
 

 I need you [Pv : Akira ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: I need you [Pv : Akira ♥]   Dim 31 Juil - 21:33
Plus que je ne veux l'admettre

     
Mon Dieu, la tête que la demoiselle avait tiré. Au moment où elle a rouvert les yeux en se demandant où elle était. Lorsque la jeune fille comprit qu'elle se trouvait toujours dans la chambre de son professeur, et que ce dernier avait passé la nuit au sol à cause d'elle, la Galopa n'avait cessé de s'excuser pendant au moins cinq bonne minutes. Le regard bas, gênée. La jeune femme était partagée entre différentes sentiments. La question de pourquoi ne l'avait-il pas réveillée ? Dans ses souvenirs elle était à côté du lit, pas dessus, il aurait suffit alors de la secouer un peu pour qu'elle se lève et retourne dans ses quartiers sans poser d'avantage de soucis. Mais non il ne l'avait pas fait, pourquoi ? Cette attention la gênait. Lui donnant l'impression de ne pas être à sa place, de recevoir bien plus qu'elle ne méritait. Mais en même temps, l'attention d'Akira la rendait heureuse. Yuuna n'est pas une fille indépendante, Yuuna est une demoiselle qui a besoin de l'attention des gens pour se donner une raison d'être, d'exister tout simplement. Mais venant de lui c'était... Bien trop gentil par rapport à ce dont elle avait l'habitude. Beaucoup trop. Ce n'est qu'une pauvre demoiselle pas très utile, c'est du moins la vision qu'elle en a. Mais Akira tentait parfois de lui relever la tête et de lui faire comprendre qu'elle devait marcher la tête plus haute. Dure à faire entrer dans la tête d'une esclave. Pourtant, ainsi, il la rendait bien, souriante, encore plus qu'elle ne l'est habituellement et particulièrement attentive au bien être de son professeur adoré. Elle voulait tellement bien faire pour lui et qu'il soit fier de son travail. Avant, elle voulait être l'esclave parfaite. Maintenant elle voulait être l'élève parfaite. Yuuna pourrait certainement une fille plus ambitieuse dans la vie, à vouloir toujours tout trop bien faire. Mais le manque de confiance en elle l'en empêchait. De toute façon, vu sa façon de s'excuser dix fois pour quelque chose qu'Akira lui certifiait que ce n'était pas grave suffisait à le comprendre. Elle n'avait pas chassé Akira ni même forcé ce dernier à lui céder sa place sur son lit hein. Mais la pauvre allez lui faire comprendre.

De toute façon, c'était il y a de ça quelques temps. Peut-être quelques semaines, une, voir peut-être deux je ne sais pas trop. La demoiselle était toujours très occupée quand elle travaillait au laboratoire. Donnant toujours le meilleur d'elle-même pour satisfaire son professeur. Surtout qu'elle se retrouvait maintenant seule au laboratoire, Kylian avait dû partir pour diverses raisons, laissant alors le professeur et la jeune assistante seule dans le laboratoire. Qui sait combien de temps cela durerait. Mais étant donné le bon élément que le jeune homme était, la jeune femme voulait assurément être au moins au niveau pour pouvoir le remplacer du mieux qu'elle pouvait et délester d'autant de travail le professeur qu'avant. Le pauvre devait souvent être occupé. Il semblait souvent fatigué, surtout en ce moment.. ? Et elle ne voulait pas le surcharger. Alors elle n'hésitait pas à rester ou alors à travailler tard la nuit en dehors pour terminer ce qu'il fallait dans les temps. C'est ce qu'il c'était passé ce jour là. La demoiselle avait alors le dossier de son jeune ex-collègue à terminer. Il n'avait pas terminé et s'en était terriblement excusé. Ne voulant pas que son professeur le récupère, elle c'était bien sûr proposé pour reprendre la chose s'il le voulait bien.

Et c'est ainsi que qu'en cette matinée elle était alors sur un banc en ville. Sur le bord non loin de là où elle logeait pour être franc. En fait elle profitait de la fraîcheur du matin et des premiers rayons de soleil pour essayer de continuer de rédiger. Se servant de sa crinière pour éviter d'avoir trop froid, les minutes s'écoulèrent, jusqu'à ce que des voix la forcèrent à relever la tête des papiers qu'elle était en train de noircir. Un groupe de gens. Le genre typique de jeune un peu chiant, un peu « lourd » comme on peut le dire. S'approchant de la demoiselle en l’interpellant. La demoiselle était du genre silencieuse à ne jamais rien dire de rien. Mais ce genre d'approche la mettait à l'aise, comme la plupart des femmes dans la même situation en fait. C'est pourquoi elle ne répondit même pas au « Hey mademoiselle, on te voit souvent dans le coin ! ». L'assistante avait juste commencé à rassembler ses affaires. Se disant qu'il serait préférable de se rendre au laboratoire -rentrer chez elle n'étant même pas une option valable en fait...-.

« Eh ben tu nous ignores ? C'est pas très poli. Mais tu sais on est des bon gars t'as besoin d'aide ? Un charmante demoiselle ça reste pas toute seule comme ça ! »
« … N-Non... Non merci. Je n'ai besoin de rien... E-excusez-moi je dois y aller... »

Le regard bas, elle avait honte. Comme si les regarder serait un affront. Pourtant, au moment où l'un d'eux attrapa ce qu'elle tenait pour le regarder d'un air méprisant. Mais c'est nul ! C'est ce qu'on pouvait lire dans ses yeux.

« Qu'est-ce que tu fais ça dehors ? Y a mieux à faire ! Si tu veux on peut te montrer un coin sympa. »
« J-je vous remercie... Mais... ça va aller j'ai... J'ai juste besoin que vous me rendiez ça. »
« Ahah. « Je vous remercie ». Ah ah elle est trop mignonne ! Laisse tomber ça voyons. »

Il lui avait fallut quelques excuses supplémentaires et de la patiente, avant de voir finalement la demoiselle sauter sur place pour essayer de reprendre les pages volés.. C'est malin ça va être froissés maintenant. Pourtant, voire une pauvre demoiselle sautiller sur place ne suffisait pas. Amusé devant l'air simplet de cette dernière, un de ses ami cru bon d'attraper ce que son ami tenait pour le déchirer et ainsi régler les soucis de la demoiselle. Par réflexe, elle poussa alors le responsable pour se retrouver par terre à essayer de récupérer les morceaux. Tandis que l'idiot était le cul par terre, surprit par cet élan soudain de vitalité de la part de cette soumise qu'elle était.

« Mais. J'rêve ou tu m'as poussé ? T'as beau être bien foutu, ça change rien au fait que tu me dois le respect salope. »

Yuuna ne disait rien. Jamais elle répliquait. Jamais elle ne prêtait attention à ça. Jamais... Pourtant lorsqu'on lui écrasa la main et l'obligeant alors à lâcher sa feuille, son regard se releva obligatoirement vers le responsable. Un coup de genoux sur son crâne la fit alors rencontrer le sol et se recroqueviller sur elle même, se tenant la tête, sonnée. Un main serra alors sa prise autours de son frêle cou, laissant alors les griffes de l'hybride Jucko lui lacérer légèrement la peau.

« T'as compris ? Ici on me respecte. Ok ? Quand on a la bonté de t'inviter tu dis oui monsieur. »

La gorge serré, les yeux piquant par les larmes qui menaçaient de perler. La jeune femme ne pipa mot. Silencieuse elle ne fit même rien du tout. Avant de finalement par peur de se prendre un coup -certainement agacé par son manque de réaction- laisser s'échapper un tourbillon de flamme autours d'elle, l'obligeant à reculer pour ne pas se prendre la chose de plein fouet. Agissant comme une barrière protectrice et lui permettant de se retrouver enfin seule. Yuuna resta alors quelques longues secondes, voir minutes, couchées, avant de se relever. Un peu à la ramasse faut l'avouer, son esprit flanchait. Mais elle ramassa tout ce qui lui appartenait. Et disparut sans rien dire de plus. Elle fit même un détour pour acheter une écharpe au magasin du coin, tapant dans ses économies pour se la mettre autours du coup, provoquant alors une barrière aux courants d'air frais qui lui piquait le coup. Rien de bien dramatique mais c'était visible...

Elle avait ensuite pressé le pas jusqu'au laboratoire pour ensuite rentrer au laboratoire. Une fois sur place, la jeune femme avait passé de l'eau sur son visage, ne faisant hélas pas disparaître la marque du coup sur sa tête. Son cou était caché. Le reste. Rien de bien grave à déplorer. En revanche son travail... La pauvre jeune femme se retrouva alors installée à son bureau à essayer de tout récupérer, et accessoirement recopier au propre ce qui avait été perdu. Estimant qu'offrir des pages remplis de scotch serait déplorable de sa part. Lorsque du bruit se fit entendre derrière elle. Annonçant l'arrivée du professeur la demoiselle tourna la tête vers lui pour sourire comme elle le faisait toujours.

« Bonjour professeur ! Je.. Je suis en train de terminer au propre ce qu'il fallait faire. Je.. je suis désolée du retard. »

Il faut dire que vu l'état des feuilles hein...

« J-j'ai pensé à arroser la baie que nous avions planté aussi, il n'est pas nécessaire que vous le fassiez ! Le café est également déjà dans la cafetière vous n'avez plus qu'à vous servir... »

Elle était efficace hein. Souriante. Pourtant, sur le fond de sa voix, on pouvait sentir la douleur. L'impression d'être seule face à ses problèmes. Et l'envie de se recroqueviller sur elle-même. Pourtant, la présence d'Akira la poussait à donner le meilleure d'elle-même. C'est peut-être pour ça qu'elle n'osait pas le regarder. Lui donner un spectacle lamentable. Que son regard se pose sur sa feuille. Qu'elle inonda d'une larme solitaire. Ça faisait mal... Ce n'était rien si on y regarde. Y a pire et plus grave. Mais Yuuna avait mal. Et elle serait incapable de vous dire si c'est la situation, la blessure ou alors le mélange des deux. Peut-être un tout après tout. Yuuna ne pleure jamais, mais Yuuna n'est pas invincible. Et ses yeux étaient imbibés de larmes incompréhensibles menaçant de couler. Son cœur se serra, de même que ses doigts abîmés sur le stylo.
     
© 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur • Pokémon
Messages : 170
Pokédollards : 75
Date d'inscription : 28/07/2015
Localisation : Johto /Rosalia
Je suis (Inrp) : Hétéro et bientôt casé ~
Je ressemble à : Tomoe (Kamisama Hajimemashita)
Double compte : Cassidy

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Onde folie ♦ Vive-attaque ♦ Lance-flamme ♦ Déflagration
Race Pokemon/ Métier: Feunard Shiny / Prof pokémon
Team/Dresseur/Equipe:
Professeur • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Sam 13 Aoû - 22:52

I need you


Même si c'est dur à admettre

feat  Yuuna - Akira U. Shinki



Quel était donc ce coup du sort qui touchait le laboratoire pokémon de Rosalia ? Rien ne semblait vraiment tourner rond dans cet endroit en ce moment. Le professeur semblait soucieux, ou tout simplement perturbé par ses pensées tenaces dernièrement, ce qui ne l'aidait pas des masses à se concentrer sur son travail. Et comme si cela ne suffisait pas, l'un de ses deux assistants, son pokémon café attitré, avait du quitter le laboratoire pour soucis personnel. Fort heureusement pour le feunard, il lui restait toujours Yuuna, qui elle, semblait bien décidé à compenser cette perte et à accomplir impeccablement son travail, comme elle l'avait toujours fait. Gentille petite Yuuna, heureusement qu'elle était là tiens ! Enfin.. Oui et non, si on s'arrêtait sur le fait que c'était sa présence qui perturbait aussi dernièrement le professeur. Pourquoi revenait-elle constamment dans ses pensées depuis ce voyage à Hoenn ? Parce qu'elle était tous les jours devant ses yeux ? Possible, mais en même temps, lorsqu'elle rentrait enfin chez elle et lui aussi, cela ne calmait pas forcément les choses pour autant. La jeune femme avait réussi un sacré exploit en s'accaparant ainsi les pensées de son chef, mais le pire était sans doute qu'elle n'avait pas forcément cherché à faire quelque chose pour et ne s'en était sans doute pas rendu compte non plus. Ce n'était pas Akira qui allait lui donner la satisfaction de lui dire après tout ! Il avait sa fierté… Un peu du moins.

Notre professeur n'était donc pas l'homme le plus concentré sur son travail qui soit en ce moment, mais cela ne l'empêchait pas de passer des heures supplémentaires au laboratoire chaque jour pour compenser la perte de l'un de ses assistants. Certes, Yuuna disait pouvoir se débrouiller toute seule, que ce n'était pas un soucis etc etc, mais il n'avait pas pour autant envie de la voir surchargé de travail. Elle n'y était pour rien dans le départ de Kylian après tout. Le Feunard avait bien sûr demandé à l'école pokémon de lui envoyer un nouvel élève, mais cela était susceptible de prendre du temps, alors en attendant, il fallait bien prendre son mal en patience et faire sans. Après tout, ils pouvaient bien gérer à deux… Certaines périodes, Akira était même resté sans assistant et cela ne l'avait pas tué, alors les choses devraient techniquement bien se passer, bien que ce n'était peut-être pas le meilleur moment pour. En effet, que cela soit à cause de son esprit un peu accaparé ou pas, le professeur ne semblait pas des plus en forme en ce moment. Manque de sommeil, fatigue, rien de bien grave mais un petit coup de moue qui n'était pas spécialement le bienvenue en cette période où il fallait être au mieux de ses capacités. Mais comme le jeune homme savait rarement à quel moment dire stop au niveau de la fatigue, il se retrouvait souvent à ralentir le rythme quand il était déjà un peu trop tard pour.

Ce soir là par exemple, le Feunard avait renvoyé Yuuna chez elle, lui assurant qu'il allait fermer et faire de même pour finalement.. Et bien, se replonger dans un dossier et s'endormir dessus. Lorsqu'il avait refait surface un peu plus tard, la nuit était avancé et il avait donc décidé de traîner sa carcasse jusqu'au canapé pour finir sa nuit. On avait connu plus confortable hein, mais bon, c'était mieux que de dormir sur son bureau avec un dossier à moitié imprimé sur la joue. C'était tout de même ridicule pour ce pauvre Professeur, mais bon. Il avait donc fini sa nuit dans le laboratoire, plus ou moins confortablement installé, mais heureux tout de même d'avoir mis ce canapé dans le laboratoire. Cela lui rendait bien service souvent. La nuit avait été quelque peu agité, de rêve.. concernant une certaine personne en général, comme si ses pensées ne pouvait s'évader que vers elle. Bien qu'une fois réveillé, il n'aurait jamais au grand jamais voulu l'avouer… Ce fut un rayon de soleil qui tira le professeur de son sommeil léger, par sa faute bien entendu, puisqu'il avait oublié de fermer les stores avant de s'endormir comme un ramoloss sur son bureau.

Réveillé, le Feunard eu l'air un peu frustré, voir grognon, comme si ses rêves ne lui avait pas apporté satisfaction, peut-être interrompu un peu trop tôt qui sait. Avec la grâce d'un zombie neurasthénique, le professeur s'était donc redressé sur le canapé, se frottant un instant le visage pour essayer de se réveiller. Il n'était pas vraiment de bonne heure, mais compte tenu de l'heure où il s'était endormi, ce n'était pas si mal de se lever maintenant finalement. Un lit confortable l'aurait sans doute gardé plus longtemps dans les vapes. Mettant un certains temps à immerger, le jeune homme s'était finalement levé avec une seul idée en tête, mettre la main sur la sacro-sainte cafetière. (Déesse sœur, mais ennemis jurée de la théière divine pour ceux qui sont à la ramasse niveau religion.) Ramollit, affaiblit par le manque de caféine, notre homme brava vaillamment la porte scélérate à ouvrir et le couloir sans fin menant à sa destiné, son Saint Graal et… Oh une Yuuna !

… Minute, pourquoi y avait une Yuuna ? Il était quelle heure déjà .. ? Ah ouais, c'était peut-être l'heure où elle arrivait tous les matins, il ne savait pas trop en fait. Mais la voir maintenant alors qu'il ne s'y attendait pas spécialement lui fit lever un sourcil. Bon en même temps, ce n'était pas comme s'il ne l'avait pas vu depuis longtemps hein… En fait, il était encore avec elle une demi-heure auparavant. En plein rêve quoi. Enfin breeeef, cela elle n'avait pas à le savoir. Vaguement réveillé encore, le professeur entendit parler de travail à terminer, de baies arrosés ainsi que de café… Ouais, ce fut ce dernier mot qui eu le plus d'impact dans son esprit endormi, il faut bien le dire. Mais son corps lui ne semblait pas décidé à bouger, toujours aussi zombifié. Ouais, c'était la loose. Un petit regard avait été lancé vers la cafetière.. Comment c'était loiiin… Ou pas tant que ça, mais notre homme était une grosse feignasse apparemment. Ah moins que quelque chose en lui soit assez éveillé tout de même, pas trop, mais il avait cru entendre quelque chose d'étrange dans la voix de Yuuna. Même si son but premier en se levant avait été le café, il s'était décidé à réellement poser son regard sur son assistante et ce qu'il vit lui fit l'effet d'un électrochoc. La jeune femme était là, assise à son bureau comme d'habitude, mais quelque chose était changé chez elle. Elle ne le regardait pas, pas une seconde. Une marque de coup, bien visible était sur son front, ses doigts étaient abîmé, écorché comme si elle venait de faire une chute.

Ouvrant un instant des yeux ronds sous la surprise, le professeur franchit la distance entre son assistante et lui avec une rapidité dont on ne l'aurait pas cru capable quelques secondes auparavant compte tenu de son réveil difficile. Saisissant dans la foulée le menton de la jeune femme, il lui fit relever la tête pour observer sa blessure, notant au passage ses yeux humides de larmes naissantes.

« Yuuna, qu'est-ce qu'il t'es arrivé, tu es blessé ? Tu as fait une chute ? »

Un peu de panique dans sa voix ? Peut-être un peu. De l'agitation en tout cas, car Yuuna elle n'en montrerait pas. Elle avait l'air plutôt décidé à faire comme si de rien été alors que du sang coulait de son front et que des larmes perlaient dans ses yeux. Mais elle jouait à quoi sérieusement ? Se permettant compte tenu de la situation de se rapprocher, le professeur passa sa main dans les cheveux de la jeune femme pour les tirer en arrière et mieux observer sa blessure. Rien de dramatique en réalité, mais de quoi causer des soucis au feunard pourtant. La lâchant au bout d'un cours instant, il alla prendre une trousse de secours dans un tiroir avant de revenir aussi vite qu'il était partit.

« Tu as mal autre part ? Le coup à la tête était violent ? Il faudrait peut-être que tu vois un médecin si c'est le cas… »

Pourquoi il s'inquiétait pour si peu ? Parce que c'était Yuuna, tout simplement ?… Peut-être. Ou parce ce qu'il savait aussi qu'elle n'était pas du genre à se plaindre et à prendre soin d'elle. La preuve, à aucun moment elle n'avait eu l'air décidé à lui dire qu'elle avait eu un soucis avant qu'il ne le remarque. Cette fille était pas croyable franchement. Imbibant un coton d'alcool, il ne perdit pas de temps pour l'appliquer sur son front histoire de désinfecter sans vraiment lui demander son avis… Elle serait du genre à dire que ce n'était pas la peine tiens, connerie… Restant tout proche d'elle, le Feunard avait l'air réellement soucieux pour le coup et désireux de savoir ce qu'il était arrivé à sa pauvre assistante. A sa pauvre Yuuna… Tourmenté par ses larmes, il avait même passé sa main libre sur sa joue, dans un geste rassurant, espérant la calmer un peu même s'il ne savait pas encore ce qui avait pu la mettre dans cette état ou même l'étendu des dégâts. Au moins… C'était un réveil efficace.


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'



Kdo et vrac:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Sam 7 Jan - 13:36
Plus que je ne veux l'admettre

     
Ne le regarde pas. Tais toi. Il n'a pas besoin de s'enquiquiner avec tes soucis. C'est ce qu'elle c'était dit lorsqu'elle avait posé pendant un bref instant l'azur de ses yeux sur son professeur. Il est quelqu'un de tellement génial pour elle. De précieux à ses yeux, il est gentil, doux, terriblement soucieux. Avec lui, la demoiselle se sent alors toujours apaisée. Bien plus qu'elle ne l'admettrait. D'ailleurs, n'avait-elle pas eut pour première idée de se rendre ici après avoir été passé à tabac dehors ? Après tout, elle aurait très bien put simplement se rendre au centre pokemon, l'endroit aurait été tout aussi sûr, et en tant que chose logique, la demoiselle aurait reçus quelques soins. Pourtant, le laboratoire était le lieux où elle voulait être. Pourtant, lorsqu'elle avait vu Akira -qui vu sa tête avait dormi ici... Le pauvre. Elle aurait dû rester pour l'aider- son courage c'était envolé. Le besoin de le voir avait fait place à la culpabilité. Le terrible et pitoyable spectacle qu'elle était en train de lui offrir. D'être juste là, comme une idiote qui se plaint pour rien. Qu'est-ce qu'il pouvait en avoir à faire hein ? C'est sa vie. Il a la sienne. Un homme d'une telle stature devait avoir certainement bien mieux à faire que de s'occuper d'une pauvre demoiselle avec ses petits problèmes. Du coup, la demoiselle avait détourné le regard. Et autant qu'elle se disait que c'était là l'attitude la plus juste pour elle à avoir. Elle était aussi terriblement triste, car Akira était la personne à laquelle elle voulait s'accrocher. Ne comprenant guère ce qu'elle ressentait, ce besoin d'être là avec, avec lui, la douleur d'être seul et de le rester. D'avoir mal et de ne pas comprendre ce qu'elle avait fait pour mériter ça. Trop de question. Trop de bêtes interrogation... La rendant incapable de continuer à écrire. Le stylo était alors bêtement suspendu au dessus de la page, incapable de continuer sa course tant l'esprit de la jeune femme n'était pas dans ce qu'elle faisait. Ce qui est assez inédit pour le souligner faut avouer. En même temps, nul n'est invincible et surtout pas une demoiselle comme Yuuna.

De toute façon, Akira fut le déclencheur qui détourna définitivement son attention de sa page blanche faut l'avouer, le bruit de pas lui fit tourner la tête vers lui, pour finalement le voir juste devant elle, le visage levé de force dans sa direction, affichant alors en cet instant toute la faiblesse que son pauvre cœur pouvait exposer. Le genre de chose qu'elle détestait faire, mais qu'elle fût pourtant incapable de repousser... Le regard un peu perdu, la demoiselle se concentra d'avantage pour retenir ses vilaines larmes qui voulaient couler. Pourtant, bien sûr qu'à le voir lui parler et lui poser des questions rendait la tâche plus difficile, surtout si elle devait lui parler. C'est pour cela certainement qu'elle resta dans un premier temps silencieuse, comme la gorge nouée..

« … J... J'ai... Ce.... »

Ouais rien de bien intéressant tout ça mademoiselle ! Pourtant, son attention était détourné par son envie de tout garder pour elle, mais aussi par la douceur des mains du jeune professeur qui s'affairait à regarder la plaie légère. Avant de s'éloigner pour revenir avec une trousse de premiers soins. La demoiselle baissa alors les yeux, incapable de le repousser comme sa conscience lui disait de le faire. Certainement parce que son cœur lui disait le parfait contraire... Alors, pour répondre à se demande de si elle avait mal autre part, elle tenta tout de même de nier, simplement en secouant négativement la tête. Se mordant la lèvre devant sa bêtise... Plissant des yeux au contact de l'alcool sur la plaie à sa tête, la dureté du produit fût cependant immédiatement chassé par la main douce et tendre d'Akira qui était venu se poser sur sa joue. Doucement, tendrement, cette main chaude lui fit l'effet d'un baiser presque. Autant le dire, elle n'était pas habituée à ce genre de contact pourtant, cela n'avait rien de désagréable, ce qui eut pour effet de fendre une bonne fois pour toute la carapace qui l'entourait pour se protéger. En agissant ainsi, elle venait alors de rendre à Akira les dernier morceau à Akira de son armure abîmé et fêlé qu'elle porte depuis si longtemps. Sa tête semblait presque s'appuyer sur cette main comme pour en chercher le contact. Une de ses mains était même venu se mettre par dessus la sienne, la serrant comme on pourrait serrer un objet, une peluche par exemple contre sa tête.

« Je.... C'est...... Je vous jure. Je n'ai rien voulu de tel je n'ai rien fait.... »

Ce fut les mots de trop pour la demoiselle, impossible de se retenir plus longtemps, ramenant sa main de libre devant ses yeux pour cacher ses larmes qui coulaient, la jeune Galopa c'était mise alors à pleurer doucement. Son incompréhension face à la difficulté, cette solitude qu'elle ne supporte pas, cette envie de s'accrocher à quelqu'un, tout sortait dans ces gouttes transparentes qui perlaient alors maintenant sur ses joues. Sa main qui était d'ailleurs accrochée à celle d'Akira ne fit que se renforcer.

« C-C'était qu'un accident. Je ne voulais causer de tort à personne... Pourquoi ? »

Pourquoi elle ? Pourquoi étaient-ils venu la voir dans le seul but de l'ennuyer, n'avait-elle pas déjà assez à faire ? Pourtant, elle ne voulait pas lui dire dans quelle situation elle était, autant qu'une envie irrépressible avait envie de tout avouer pour ôter un poids de son cœur.

« Ils... Je sais pas ce qu'ils voulaient. J'ai... Manqué de politesse. J'ai. »

Sa main libre descendit de ses yeux pour alors tirer légèrement sur le tissus qu'elle avait acheté juste avant, l'écharpe servant alors à cacher les traces de griffures sur son cou, la preuve qu'il ne s'agit nullement d'une faute de maladresse -ou alors faut se poser des questions-, mais qu'une personne externe lui avait fait du mal.

« Je ne voulais pas vous mettre dans l'embarras p-professeur p... p-pardonnez-moi je... »

Elle aurait voulu juste s'accrocher à cette main, à son bras et fermer les yeux, être en sa compagnie, parce qu'elle était douce et réconfortante. Alors elle se contenta de baisser les yeux et de se blottir contre la chaleur de sa main contre sa joue. D'ailleurs le pauvre devait se retrouver avec la main inondé de larmes. Elle en avait honte, elle était juste pitoyable en cet instant, mais incapable de s'arrêter, comme si elle était sur une pente dont elle ne contrôlait pas la chute. Pourtant, comme dans une dernier sursaut de force chez elle, pour tenter de faire bonne figure peut-être ? Elle avait alors affiché un léger sourire, triste mais doux.

« Désolée de vous déranger professeur... M-mais... Merci... M-merci beaucoup... »

D'avoir été là pour elle. De l'écouter. De faire attention. C'est trop pour elle. Mais c'est trop certainement autant que nécessaire. Tellement elle s'accrochait à cette main tendu comme si sa vie en dépendait. Ainsi, la demoiselle semblait terriblement triste, mais aussi terriblement adorable. Autant le dire, cette situation ne ressemblait absolument pas à une situation normal entre une professeur et son élève. Mais étaient-ils que ça dans leurs esprit ? Dans le cœur de Yuuna. Le professeur avait toujours tenu une place assez particulière. Mais de là à déterminer laquelle...
     
© 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur • Pokémon
Messages : 170
Pokédollards : 75
Date d'inscription : 28/07/2015
Localisation : Johto /Rosalia
Je suis (Inrp) : Hétéro et bientôt casé ~
Je ressemble à : Tomoe (Kamisama Hajimemashita)
Double compte : Cassidy

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Onde folie ♦ Vive-attaque ♦ Lance-flamme ♦ Déflagration
Race Pokemon/ Métier: Feunard Shiny / Prof pokémon
Team/Dresseur/Equipe:
Professeur • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Lun 16 Jan - 21:47

I need you


Même si c'est dur à admettre

feat  Yuuna - Akira U. Shinki



Une nuit dans son laboratoire, rien de mieux pour remettre les idées d'un professeur en place !… Ou pour les embrouiller inutilement, allez donc savoir. Dormir quelques heures dans son bureau n'était pas ce qu'il y avait de plus confortable, surtout lorsque, comme Akira, on était habitué à un certain confort dans la vie, pourtant, cela pouvait lui arriver quelques fois. Autant dire que les matinées qui suivaient étaient en général plutôt compliqué. La dose de café nécessaire à rétablir la productivité du feunard était bien entendu supérieur à celle demandé les autres jours, mais après tout, s'il fallait cela pour le réveiller, qu'importe. Au moins, quand cela lui arrivait, ce cher Akira pouvait au moins se vanter pour une fois d'être sur place avant ses assistants… En même temps, c'était un peu de la triche, mais inutile d'aller lui dire cela. On a les victoires qu'on peut dans la vie. En tout cas, puisqu'il était sur place, le professeur n'avait pas l'intention de se taper un voyage inutile jusqu'à chez lui et comptait donc se mettre au boulot le plus tôt possible pour ne pas renouveler l'expérience de la veille. C'est donc plein de courage que notre homme avait décidé de prendre la machine à café d'assaut, sans plus de volonté que cela d'avoir des idées claires avant quatre ou cinq tasses.

Seulement voilà, les choses ne se passent pas toujours comme prévu dans la vie et même si l'on pourrait croire cela impossible, certaines choses on le pouvoir de vous secouer à vitesse grand V. Comme quoi ? Et bien, disons que la vision de sa chère assistante dans une détresse émotionnelle visible avait réussi à donner à Akira l’électrochoc dont il avait besoin pour se réveiller d'un coup. Il fallait le comprendre aussi, cette chère Yuuna était du genre souriante comme jeune femme. Elle avait même habituellement cet air heureux et innocent qu'Akira avait du mal à comprendre en tant qu'homme plutôt blasé, mais qui lui allait assez bien, il fallait le dire. Mais en même temps, certains avaient tendance à profiter des gens qui avait l'air si gentillet… Cela avait-il était le cas d'un coup ? Le professeur n'en savait strictement rien. Mais voir la jeune femme avec cette air triste et surtout cette marque de coup visible avait eu le mérite de sortir le feunard de son état de zombie pour que son attention soit entièrement focalisé sur la demoiselle.

S'étant approché d'elle dans la foulé, Akira avait alors posé des questions pour savoir ce qu'il lui était arrivé, car après tout… Le pauvre n'était pas devin. Une chute lui paraissait probable, quoi qu'il ne voyait pas bien pourquoi cela semblait affecter autant l'humeur de la jeune femme. Elle avait mal ? Dans ce cas il fallait la soigner et pas rester assise comme cela derrière son bureau en attendant que ça passe. Examinant de prime abord la plaie visible, Akira n'y trouva rien de bien grave, mais en même temps, il n'était pas médecin… Et puis, si Yuuna avait fait une chute, elle avait pu se cogner la tête et avoir des séquelles non visible, ce qui n'était pas pour rassurer le professeur. Seulement voilà les explications de la jeune femme tardèrent à arriver pour dissiper ses craintes, si bien qu'elle avait à peine balbutié deux mots tandis qu'il examinait la plaie. État de choc ? Il n'en savait trop rien, mais il lui semblait inutile de la brusquer. Voilà pourquoi il avait fini par ramener une trousse de secours pour apporter au moins quelques soins à la demoiselle le temps qu'elle retrouve ses mots. Quel que soit la situation dans laquelle elle s'était retrouvé, elle paraissait dans tous ses états la pauvre, ce qui poussait Akira à se montrer lui attentif et délicat.

Il lui fallait juste un peu de temps certainement, voilà pourquoi il ne la pressa pas de parler, même s'il fallait bien admettre qu'il était très curieux et inquiet de ce qui avait pu lui arriver. Gardant sa main sur sa joue qu'il venait de désinfecter, le professeur observait la jeune femme avec un regard doux. Il ne savait pas vraiment ce qu'il devait faire en réalité. Dur d'aider quelqu'un qui a tout simplement du mal à exposer son problème. Et même dans ce cas là, peut-être qu'elle pouvait mal prendre son aide ? Le trouver trop proche, trop soucieux ? Certaines personnes n'aimaient pas trop qu'on se mêle de leurs affaires après tout, mais Akira ne pouvait vraiment pas s'en empêcher sur ce coup. La détresse de Yuuna le touchait et il venait lui venir en aide. Au bout d'un petit moment, celle-ci trouva d'ailleurs le courage d'articuler quelques mots, ce qui n'aida bizarrement en rien le feunard à s'inquiétait moins. Comment ça elle n'avait rien fait ? Mais non, personne n'allait l'accuser d'avoir fait quoi que ce soit voyons, il était inutile qu'elle se défende… Même si cela n'éclairait pas plus Akira sur le pourquoi du comment. Gardant sa main sur la joue de la jeune femme, il lui répondit donc d'une voix douce afin de ne pas aggraver son stress visible.

« Calme toi, je me doute bien que tu n'as rien fait Yuuna. Je ne t'accuse de rien, je voudrais juste comprendre pour pouvoir t'aider... »

Au moins, il était honnête, c'était vraiment tous ce qu'il voulait pour le coup. Cela et voir la jeune femme se calmer aussi peut-être, car la voir dans cet état lui faisait franchement mal au coeur. Quelqu'un d'aussi gentil que Yuuna ne méritait certainement pas de vivre des choses aussi stressante. Bon, en même temps, c'était étrange de penser que certaines personnes le méritait, mais Akira se disait à cet instant que d'autres avaient certainement les nerfs plus solide pour supporter ce genre de moment. Et voir des larmes se mettre à couler sur les joues de la Galopa ne fit que confirmer sa pensée. Aie. Ça faisait mal de voir une femme pleurer… D'accord il n'y était pour rien et avec trois sœurs à la maison, Yuuna n'était certainement pas la première qu'il voyait ainsi, mais d'un coup, il avait l'impression de se sentir bien plus mal que les fois précédentes. Juste parce que c'était Yuuna ?.. Ridicule. Mieux valait pour lui ne pas chercher d'explication et chercher de nouveau à la rassurer. Glissant son pouce sur l'une puis l'autre joue de son assistante, Akira chercha à sécher ses larmes qu'il détestait tant. Difficile de se calmer cela dit dans son état. Elle semblait même s'en vouloir pour quelque chose, comme si ce qui lui était arrivé était de sa faute… Ce qu'Akira avait du mal à croire, quelque soit la situation.

« Tu n'as rien fait Yuuna, j'en suis sûr… Dis moi juste ce qu'il t'es arrivé, c'est inquiétant. »

Oui il l'avait dit… Mieux valait ne pas y penser à ça aussi tient, que Yuuna pouvait l'inquiéter à ce point en si peu de temps. En guise de réponse en tout cas, la jeune femme tira sur son écharpe pour laisser apparaître son cou, blessé par des marques de griffures qui n'avaient rien à faire sur une jolie peau si délicate. A cette vision le feunard c'était mordu la lèvre, en colère malgré lui contre la personne qui avait bien pu faire cela à son à la pauvre Yuuna. Comment quelqu'un pouvait-il avoir l'idée de s'en prendre à une innocente pareil ? Cela mettait Akira en colère. Il aurait voulu être présent, la défendre, la protéger… Ou ne serait-ce que avoir cette personne qui lui avait fait du mal sous la main pour lui expliquer sa façon de penser, pas de manière très tendre il fallait bien l'admettre. Et le fait que Yuuna semblait se sentir coupable de quelque chose ne l'aider certainement pas à se calmer. Sa main posé sur la joue de la Galopa se crispa un peu, dans un geste cela dit non violent, il ne voulait certainement pas lui faire de mal la pauvre.

«  Qui t'as fait ça Yuuna ? »

Il voulait savoir, il en avait besoin. Si quelqu'un s'amusait à s'en prendre à Yuuna, cela le faisait se sentir mal. C'était quoi l'histoire, un petit ami violent ? Une mauvaise rencontre ? Il n'en avait aucune idée, mais retrouver la jeune femme dans cet état lui déplaisait fortement. Quant à elle ? Elle semblait décidé à faire comme si tout allait bien, elle lui avait même souris… Ce qui perturba encore plus le professeur. Il ne savait pas trop si cela l'apaisait ou le rendait encore plus en colère, non pas contre la jeune femme, mais contre la ou les personnes qui lui avaient fait du mal. Glissant ses doigts le long de son cou délicatement, le jeune homme regarda les blessures d'un air attristé.

«  Tu devrais aller voir un médecin, ou même aller au centre Pokémon ce serait plus sûr. Je vais t'y emmener. Il vaut mieux que tu te repose d'ailleurs, inutile de te faire plus de mal que cela a déjà été fait. »

Ben quoi ? Elle croyait peut-être qu'il allait lui donner du travail comme si de rien était et ignorer son état ? Il n'était pas un monstre hein. Elle aurait même du se rendre directement dans un centre pour recevoir des soin selon lui, mais après tout, il ne pouvait pas contrôler ses faits et gestes… Mais il pouvait au moins faire ce qu'il fallait maintenant qu'elle était ici avec lui. Elle avait l'air tellement triste, vulnérable, il ne pouvait pas la laisser, en aucun cas. Même si ses blessures n'avaient pas l'air bien grave, elle avait l'air réellement affecté. Même s'il ne savait pas bien comment, Akira n'avait qu'une envie, la consoler. Voilà pourquoi sa main avait glissé de sa joue à son épaule, pour tout doucement la tirer un peu contre lui… et la garder ainsi, juste quelques instant, sans l'oppresser ou du moins l'espérait-il.

«  Ne pleure plus Yuuna… S'il te plait… »

Il avait horreur de la voir comme cela. Peut-être plus qu'il ne voudrait bien l'admettre. Mais il n'y pouvait rien, c'était ainsi.




FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'



Kdo et vrac:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Sam 11 Mar - 12:36
Plus que je ne veux l'admettre

     
Difficile de parler dans une telle situation ? Dans un tel état, la pauvre peinait à reprendre son souffle et mit bien du temps à aligner les mots qu'il fallait pour essayer tant bien que mal d'expliquer à Akira ce qu'il c'était passé. À quel point elle s'en voulait d'être arrivé dans cet état, de le déranger actuellement, mais il ne semblait pas l'entendre de cette oreille. Pour lui, il était impensable qu'elle ait fait quelque chose, il n'avait pas tord, Yuuna n'est pas le genre de fille à chercher les ennuies et à désirer se faire remarquer, au contraire, elle est douce et discrète. Pourtant, en cet instant, l'attention entière du professeur était tournée vers elle, de quoi retourner son pauvre cœur et esprit. Ne sachant trop qui croire en le premier qui lui faisait comprendre à quel point l'entendre, et sentir sa main sur sa joue était réconfortant, et l'autre qui lui disait qu'elle était en train de lui gaspiller son temps. Mais elle n'avait plus la force et c'est en avouant ce qu'il c'était passé dans la honte qu'elle avait fondu en larme devant lui. Il était doux, attentif... C'est tout ce qui lui venait à l'esprit, quand sa main douce se faisait alors le plus rassurante possible pour essayer de la calmer. Posant alors les questions calmement -le voyant certainement bien plus calme qu'il ne devait l'être réellement après une telle annonce-. Hoquetant doucement, la demoiselle semblait éprouver quelque difficulté à l'idée de répondre, occupée à gérer sa respiration, parce qu'elle préférait lui sourire, un peu, lui le méritait, il méritait tellement de sourire cet homme, ce merveilleux professeur qu'il était.

« J-j-je ne sais pas... Je ne le connais pas... j.. j'étais en train de travailler dehors... E-et ils sont venus me parler. J'ai refusé une invitation... J-je les ai énervés... »

N'osant pas bouger d'un pouce, elle avait alors difficilement raconté ce qu'il c'était passé, vu d'un point de vu Yuuna hein, autant dire qu'il était parfaitement aisé de comprendre ce qu'il c'était passé et qu'elle c'était fait simplement ennuyé par des hommes entreprenants c'est tout. Enfin « c'est tout ». Immobile, la demoiselle frémit alors au touché au niveau de son cou, ce dernier la piquant lorsque quelque chose venait alors un peu trop près de la plaie, mais c'était lui, alors elle ne bougeait pas, pour le laisser faire... Il avait l'air si triste... était-elle la source de cette tristesse sur son visage ? Cela se voyait tellement, c'était rare de le voir ainsi, Akira-sensei affiche habituellement un sourire, ou alors un air fatigué mais de la tristesse comme ça ? Non jamais et c'est de sa faute... De quoi l'accabler encore plus, ne désirant nullement l'attrister à cause de sa stupide personne... Mais elle n'eut pas le temps de dire quelque chose entre deux reniflement assez peu glamour faut l'avouer. Il lui indiqua qu'elle devrait une nouvelle fois voir  pour se faire soigner, qu'il l'y emmènerait même. Hein ? N-non il n'allait pas perdre son temps et de l'énergie pour elle encore.. si ? Bien sûr que surprise, elle allait lui dire comme d'habitude que ça allait, que tout allait bien et qu'il n'y avait pas à s'en faire, tout passe toujours tout seul non ? Mais elle n'en eut pas le temps, il avait déjà glissé sa main sur son épaule pour la tirer alors doucement contre lui, et l’étreindre avec douceur, lui intimant alors de ne plus pleurer... Comme si cette demande était supplié. La laissant béate. Pardon ? Sa chaleur l'envahit alors, remontant le long de sa colonne comme un courant électrique, ses joues prirent légèrement une teinte rosâtre, suite à un coup de chaud, donné par la présence proche de son professeur mais aussi de ce surplus d'attention plus qu'évident qui lui était destiné.

« P-professeur... ? »

Honteuse de l'inquiéter ainsi, d'être si vulnérable, de suivre cette petite voix qui lui disait qu'elle était si bien. La demoiselle ferma les yeux, elle pouvait le sentir, il sentait bon, un mélange de café et d'une autre odeur, bien à lui. Maintenant qu'elle avait le nez dedans, elle pouvait alors le remarquer... Par instinct, la demoiselle alors s'accroche à cette chaleur et odeur et y enfouit sa tête, cachant alors ses rougeurs dans son cou, tremblant alors légèrement, la jeune fille s'excusa une nouvelle fois.

« J-je suis désolée Sensei.... Je voulais pas vous causer du tord... »

Tremblant doucement contre lui, elle semblait accrochée et ne plus vouloir bouger. Comme une petite chose qui a trouvé son refuge, elle ne pleurait plus, elle était juste... Secouée disons et devait trouver le temps de se calmer. Blottie contre lui semblait être la meilleure solution visiblement. Mais ce dernier ne semblait pas trop l'entendre de cette oreilles, puisqu'il avait finit par mettre en application ce qu'il avait dit, c'est à dire l'emmener au centre Pokemon. Il n'était fort heureusement pas loin, en se couvrant un peu on y est très rapidement, même en portant quelqu'un...

« C-ça ira Akira... J'je vous remercie... je... »

Elle ne pouvait pas terminer, il ne voulait pas, alors elle était blottie contre lui, mais semblait terriblement mieux en cet endroit, bien mieux que n'importe où. Et bien sûr lorsqu'il passa les portes, on les a reconnus, tous les deux, mais pour différentes raisons.

« Oh professeur Shinki ! Quelle bonne surprise ! Mais ? Yuuna ? C'est toi ? Il t'es arrivé quelque chose ma belle ? Vous êtes bien gentil de l'aider professeur. Ça va ? Tu peux parler ? »
« H-hm... »

Elle préférait enfouir sa tête contre lui visiblement, de quoi faire arracher un léger sourire à l’infirmière qui devait se dire qu'elle était bien là et contente d'avoir de l'affection, enfin, pauvre enfant. Cependant on invita tout de même le professeur à s'asseoir, à lui offrir un café et... Puisque la demoiselle semblait alors bien sur lui, on observa alors ses marques sans la toucher, comme une enfant le ferait pour se cacher.

« Ce n'est rien, ça va, un p'tit coup de désinfectant, visiblement ta tête n'a été touché que superficiellement, tout va bien. Fit-elle en appliquant le produit. Bon sang Yuuna, je sais que tu veux essayer d'être indépendante mais tu devrait rester dormir au centre pokemon, vivre toute seule dehors c'est pas la solution. Ah professeur. Elle était tellement ravie d'avoir trouvé du travail qu'elle s'est mise en tête de pouvoir se débrouiller. Irrécupérable ma belle. »

La honte. Sa main se crispa sur l'épaule de son professeur, sa tête jusqu'alors à peu près visible se cacha alors contre lui, elle pleurait à nouveau ? Peut-être, on ne sait pas trop, elle se retenait tout du moins. Elle avait l'impression d'être une honte à ses yeux et ne savait quoi dire... Elle aurait préféré qu'il ne le sache pas... Elle aurait préféré qu'il entende « Yuuna tu as un ton appartement à toi c'est merveilleux », qu'elle était grande et pas une pauvre fille qui attendait d'avoir de l'argent...

« P-pardon professeur... J-je compte redoubler d'effort au travail... »

Sa petite voix cassée, enfouit dans le creux de son cou, comme si l'odeur allait la calmer, mais rien à faire, elle était mal à l'aise, la joie d'être dans ses bras, cette joie inexpliquée était accompagnée de ça, cette honte et cette impression de ne pas être à sa place. Parce qu'elle n'est que Yuuna hein.. ?
     
© 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur • Pokémon
Messages : 170
Pokédollards : 75
Date d'inscription : 28/07/2015
Localisation : Johto /Rosalia
Je suis (Inrp) : Hétéro et bientôt casé ~
Je ressemble à : Tomoe (Kamisama Hajimemashita)
Double compte : Cassidy

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Onde folie ♦ Vive-attaque ♦ Lance-flamme ♦ Déflagration
Race Pokemon/ Métier: Feunard Shiny / Prof pokémon
Team/Dresseur/Equipe:
Professeur • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Dim 4 Juin - 18:52

I need you


Même si c'est dur à admettre

feat  Yuuna - Akira U. Shinki



C'était parfois curieux comme les petits soucis qui nous semble si important à un instant peuvent tout à coup s'envoler si l'on présente quelque chose d'encore pire, sans même qu'on y fasse attention. En réalité, on se sentirait même idiot d'avoir songé à se plaindre d'aussi petite chose juste avant, alors qu'à l'instant, on pouvait avoir l'impression qu'une journée puisse être vraiment gâché par un manque de sommeil ou de caféine. Et bien non, même pas. Il fallait visiblement quelque chose de grave pour détourner Akira de ses petits soucis nombrilistes et étrangement, il ne devait pas s'agir de quelque chose le concernant véritablement lui et uniquement lui. Altruiste notre homme ? Il est vrai qu'avec ses manières légèrement mégalo et sa tendance à se prendre pour un dieu descendu sur terre pour egayer la vie des simples mortel on pouvait en douter, mais en réalité, notre homme savait très bien regarder autour de lui et faire attention à autrui. Il n'en avait tout simplement pas l'envie ou le besoin le trois quart du temps. Faire attention aux autres, parfois plus qu'à soi-même, cela pouvait vite devenir une forme d'autodestruction selon lui et il en avait assez fait les frais dans le passé. Pourtant, tout à coup, puisque c'était Yuuna qui était arrivé au bureau avec des soucis, il avait immédiatement mis les siens de côté, sans y penser pour se concentrer sur elle et son mal-être, comme si ce dernier était la pire chose qu'il puisse arriver.

Tous ce qui l'intéressai tout à coup, c'était de s'occuper de la Galopa, de l'aider à aller mieux et même de comprendre ce qui avait pu la mettre dans cet état. Après tout, il serait de toute manière un bien mauvais employeur s'il ne levait même pas les yeux de ses dossiers en voyant son assistante dans cet état, non ? Quoi que dans un sens, son ressentit et gestes rassurants allaient peut-être au-delà de ceux d'un simple patron. Mais qu'importe ? L'important était de venir en aide à Yuuna, pauvre demoiselle en détresse qui ne ferait pas de mal à une mouche et ne méritait certainement pas de finir ainsi. Aucune femme ne le méritait de toute façon selon Akira, mais cela, c'était sûrement son côté macho, mâle protecteur. Un homme qui s'abaisse à frapper une pauvre femme ne vaut vraiment rien aux yeux de notre hybride, elles sont physiquement trop faibles, trop douces… Surtout Yuuna. Oh la pauvre Yuuna.

La gardant contre lui, cherchant à la consoler comme il le pouvait puisqu'il ne pouvait malheureusement pas faire grand-chose pour ses blessures physiques, le Feunard sentit cela dit de la colère monter en lui lorsque la jeune femme chercha à lui expliquer ce qu'il s'était passé. Ce « ils » qu'elle utilisait. Akira était incapable de mettre des visages sur ce simple mot, mais il se sentait furieux contre ces hommes. S'y mettre à plusieurs pour faire du mal à une si innocente créature, c'était tellement bas.. Si seulement le feunard s'était trouvé près d'elle à ce moment là, il lui aurait évité cela, il en était sûr, mais il n'avait rien fait, n'avait même pas été présent. Il devait s'en vouloir un peu dans le fond, sans que cela soit réellement justifié, mais il trouvait cela tellement injuste pour elle qu'il ne pouvait s'empêcher d'être en colère au fond. Il ne bougea pourtant pas, la serrant doucement pour tenter de la consoler, la rassurer après une épreuve. C'était le mieux à faire non ? Il se sentait pourtant inutile. Il voulait l'aider, sauver la demoiselle en détresse comme ont dit, mais sans en avoir vraiment le pouvoir. C'était tellement dur de consoler une femme en train de pleurer…

« Tu n'as rien fait de mal Yuuna, ne cherche pas d'excuses à ces types qui n'en ont aucune… Ce n'est en aucun cas de ta faute. »

Pourquoi avait-il besoin de préciser cela ? Ce n'était jamais la faute d'une femme si elle s'était faite agresser, en aucun cas, l'agresseur n'avait jamais d'excuse selon lui, alors pourquoi ? Tout simplement parce que Yuuna était du genre… A être Yuuna tout simplement. A ne jamais accuser les autres, mais toujours elle-même. Akira ne savait pas vraiment d'où lui venait cette manie, cette façon de toujours voir les choses pour se remettre en cause elle et non les autres, comme si elle était toujours dans l'erreur ou dérangeait en permanence. Mais non. Il ne fallait pas. Il ne voulait pas entendre cela de sa bouche, c'était intolérable selon lui qu'elle puisse s'en vouloir par dessus le marché pour une chose contre laquelle elle n'aurait rien pu faire de toute manière. Il fallait bien qu'elle le comprenne un jour, non ? En tout cas, il était bien décidé à lui faire accepter ce fait, qu'elle était une victime et non quelqu'un qui l'avait cherché juste parce qu'elle s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Voilà pourquoi il ne la lâcha pas, la laissant s'accrocher à lui si cela pouvait lui être d'un quelconque réconfort. Jugeant que c'était plus prudent pour faire vérifier ses blessures, il avait même décidé de l'emmener au centre pokémon qui n'était pas si loin. En la portant et oui.. Demoiselle en détresse jusqu'au bout dirait-on, mais dans son état de choc, Akira n'avait pas envie de la traîner à la marche. Il voulait qu'elle se repose, le corps comme l'esprit d'ailleurs.

Il l'avait donc gardé tout contre lui pour la transporté là-bas, où d'ailleurs, à peine eurent-ils passé la porte qu'ils furent reconnu l'un et l'autre. Ah oui, il lui semblait bien que Yuuna lui avait déjà parlé du fait d'aider bénévolement ici sur son temps libre. Il lui avait d'ailleurs conseillé de faire bien attention à elle… Eh bien raté, ce n'était pas ici qu'elle s'était fait attaquer la pauvre. En tout cas, cela ne l'étonna donc pas de voir l'infirmière la reconnaître et lui parler de façon familière et amicale. On ne pouvait qu'apprécier Yuuna en passant un peu de temps avec elle, non ? C'était ce que pensait Akira en tout cas. Et dans un sens, il trouvait assez rassurant que quelqu'un semble se soucier de l'état de la jeune fille. Il ne savait après tout pas tant de chose que cela sur elle, mais elle n'avait pas l'air très entourer d'après lui… La moindre présence amicale devait donc être des plus bénéfique.

« Elle a fait une mauvaise rencontre à ce que j'ai compris, je préférerait que vous l’examiniez pour être sûr qu'elle n'a rien de grave. »

Après tout, un professeur, ce n'était ni un médecin ni un infirmier, alors mieux valait que quelqu'un dont c'était le travail l'examine non ? Surtout qu'il s'agissait de Yuuna, il n'avait donc aucune envie qu'une séquelle vienne à se faire sentir après coup et qu'elle l'ignore tout simplement en se disant que ce n'était pas grave, qu'elle allait déranger en en parlant ou une bêtise du genre. S'installant donc sans pour autant lâcher la Galopa qui semblait trouver un certain réconfort dans ses bras – ou du moins l'espérait-il au fond – le professeur patienta sagement en attendant que l'infirmière procède à son examen de routine. Comme lui, elle ne trouva rien de grave et eu l'air rassuré par ce simple fait. Pourtant, elle ne s'arrêta pas là dans son examen et passa vite à l'analyse du style de vie de Yuuna… Ce qui laissa alors le scientifique perplexe. Comment cela elle vivait toute seule dehors ?… On parlait toujours de Yuuna là ? D'accord, Akira se doutait bien que trouver un logement dans une ville où l'on viens d'arriver n'était pas toujours simple, mais… C'était à ce point ? Cette information laissa le feunard totalement abasourdi sur ce coup, comme s'il n'arrivait pas vraiment à assimiler une chose pareil. La pauvre Yuuna toute seule dehors là nuit ?… Mais.. Non impossible, elle lui en aurait parlé tout de même… Non ? Elle n'avait donc pas confiance en lui ? S'il avait su, il l'aurait aidé tout de suite bien entendu, alors pourquoi lui avoir caché ?… Et lui alors ? Il n'était pas idiot de ne rien avoir remarqué peut-être ?

Un sentiment de culpabilité se mit alors à tordre le ventre de notre homme, à moins que ce ne soit de la peine pour Yuuna, ou de la crainte.. Et si quelque chose d'autre lui arrivait ? Elle n'avait rien à faire dehors seule, c'était une certitude. Il ne pouvait pas le tolérer. Le regard dans le vague, le professeur serra un peu plus la jeune femme contre lui, comme s'il voulait la retenir, la protéger de quelque chose d'invisible qui allait lui tomber dessus s'il la laissait seule. Laissant l'infirmière s'éloigner, il allait dire quelque chose bien qu'il sentait sa gorge assez nouée, mais Yuuna le devança. Elle s'excusa d'abord, puis promis de redoubler d'effort au travail, comme si elle avait quelque chose à se faire pardonner… Oh que non pourtant. C'était Akira qui s'en voulait, de ne pas avoir su voir qu'elle était dans le besoin, de ne pas lui avoir tendu la main à tends. Il refusait qu'elle prenne une peine de plus sur le dos.

« Ne t'excuse pas Yuuna, c'est moi qui te dois des excuses. Sincèrement... »

Les mots avaient un peu de mal à sortir. Non pas parce qu'il ne les pensait pas, au contraire même, mais des émotions se bousculaient un peu trop en lui. De la colère, de la peine, un sentiment d'impuissance, de bêtises aussi. Beaucoup de chose dont il n'avait pas l'habitude, qu'il n'aurait pas cru ressentir comme cela, de cette manière si chaotique. Il était incapable de dire quel sentiment prenait le dessus, ni ce qui les motivait réellement. Il savait juste qu'il s'en voulait et qu'il voulait à tout prix se rattraper.

« Je m'excuse de ne pas t'avoir aidé, je n'aurais jamais cru que tu avais ce genre de soucis… Tu n'avais sans doute pas assez confiance en moi pour m'en parler. J'aurais du être plus attentif, plus présent, c'est mon rôle après tout. Pardonne-moi Yuuna.. »

Pourquoi il ressentait cela ? Et surtout pourquoi tous ces sentiments s’emmêlaient-ils comme s'ils voulaient le tuer de l'intérieur. Trop de chose d'un coup, trop forte aussi… Il n'arrivait pas à mettre un nom juste sur ce qu'il ressentait, mais cela ne changeait rien. Il voulait aider Yuuna, la protéger, c'était son rôle après tout comme il le disait. D'un geste protecteur, sa main passa sur les cheveux de la jeune femme et y resta, en douceur comme s'il avait peur de lui faire mal par dessus le marché.

« Il ne faut plus que tu prenne de risque, rester dehors la nuit… Non tu ne dois vraiment pas. Je vais trouver une solution, mais je ne veux plus que tu te mette en danger, d'accord ? Et même pour ta santé, ce n'est vraiment pas bon… »

Oui, il commençait vraiment à envisager tous les scénarios catastrophes possible  dans sa petite tête, où Yuuna tombait malade, se faisait agresser ou pire encore et tout cela par sa faute, juste parce qu'il n'avait pas su l'aider.. Et il refusait tout simplement cela.



FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'



Kdo et vrac:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Ven 4 Aoû - 18:59
Plus que je ne veux l'admettre

     
Pourquoi tu te caches Yuuna ? Tu as honte ? Il ne faut pas. C'est du moins ce qu'une toute petite voix cachée dans un coin de son esprit essayait de lui dire, mais difficile de se convaincre et de lui faire entendre raison. La demoiselle est d'une nature timide et pudique, et lorsque l'attention est centrée sur elle, ça lui fait perdre ses moyens la pauvres. Pire encore, quand l'attention sur elle n'est même pas pour un intérêt de ce qu'elle doit fournir, mais juste.. par plaisir de lui apporter de l'attention. Quelle drôle d'idée. C'est ce qu'elle penserait sans l'ombre d'un doute. On s'en fiche d'elle. Yuuna était une esclave alors elle devait être un bon esclave et c'est tout. Yuuna est maintenant une assistante, alors elle devait être une bonne assistante. Non... ? C'est pas ça ? Pourquoi son cœur se serrait-il alors ? Pourquoi était-il bien plus dérouté que lorsqu'elle était craintive de décevoir son ancien maître, pourquoi le regard d'Akira, son cher et tendre professeur avait-il de l'importance comme ça... ? Qu'elle redoutait cette attention autant qu'elle voulait la chérir comme le plus précieux des biens qu'Arceus pourrait lui offrir pour sa petite vie intéressante ? Parce qu'elle appréciait son regard. Quand il avait l'air satisfait, qu'il lui souriait parfois, même pas pour elle, juste parce qu'il était bien, ou content de ce qu'elle lui avait fournir avec tant d'effort. Mais là, il ne souriait pas. Elle ne le regardait pas dans les yeux, mais elle le savait, elle s'en doutait, c'était honteux. La Galopa était blessée dans ses bras, mais surtout mise à nue, son secret était dévoilée, elle n'est qu'une pauvre fille sans domicile fixe. Une simple pauvre fille. Et Akira n'avait pas à le savoir. Parce qu'elle voulait s'attirer sa fierté et non pas.. une potentiel dégoût ou simplement de la pitié. Depuis toujours la demoiselle a apprit à se débrouiller le plus possible seule, pour ne pas déranger les autres, alors déranger quelqu'un qu'elle semblait apprécier ? Quelle idée jamais de la vie o'grand Arceus ! Mais il était trop tard et seul la douce épaule chaude à l'odeur si agréable faisait office de barrière contre le monde extérieur et contre le regarde de son professeur. Blottie aussi fort que son frêle et surtout timide corps le pouvait contre lui.

Mais elle ne pouvait rester éternellement comme ça. La demoiselle ne pouvait s'empêcher de s'excuser, tout en s'accrochant à cet homme qu'elle appréciait tant. Pourtant elle devrait savoir qu'il ne souhaitait guère entendre d'excuse, qu'il ne lui en voudrait pas du tout, au contraire, qu'il voudrait l'aider... Était-ce ça le soucis ? Je ne saurais dire, mais cela la gênait assurément. La gorge de la jeune fille se serra lorsqu'elle entendit ses excuses, ses bras se resserrer autours d'elle sans pour autant se sentir oppressé d'une façon ou d'une autre. Non.. il ne devait pas s'excuser... C'est ce qu'elle aurait voulu dire, mais les mots étaient coincés dans sa gorge, sans même savoir que c'était exactement pareil pour lui.

Non pas des excuses. Akira sensei est tellement merveilleux, quelqu'un de bon, il n'a rien à se reprocher, Yuuna a toujours eut une confiance aveugle en lui, parce qu'elle est peut-être du genre naïve, mais parce qu'il ne lui a jamais donné de réelle raison de se méfier. Au contraire, il l'a accepté dans son laboratoire sans se poser de questions, il lui donne de son temps pour lui apprendre des choses et lui en faire découvrir d'autres, l'emmener en voyage... et d'autres encore. Il est.. parfait, et tellement soucieux. Il n'était pas obligé de la prendre dans ses bras, de la porter et de la serrer tendrement contre lui comme il le faisait, pourtant, c'est dans sa nature, c'est quelqu'un de bon, elle en était persuadé. Sa main se serra alors, pour s'accrocher au kimono que son professeur portait comme quasiment tout le temps, tremblant légèrement, elle ne voulait pas l'entendre dire tout ça. C'était contradictoire, cette gêne et cette impression qu'il n'avait pas à faire ça était toujours mêlé à cette étrange sensation qui la dévorait de l'intérieur, lui donnant l'impression littéralement de fourmiller de l'intérieur, d'avoir un trop plein qui lui tournait dans la tête. L'attention d'Akira était en cet instant le bien le plus précieux que possédait la jeune fille. Et même si elle est d'une timidité affligeante, l'empêchant souvent d'agir et d'exprimer ses propres ressentit, la jeune femme et son côté naturellement protecteur ressortit. Il ne devait pas s'inquiéter ainsi. Il ne fallait pas. Quand bien même cette main dans ses cheveux lui fit alors se découvrir un frisson et une certaine appréciation pour ce geste. Yuuna renifla en silence pour relever la tête, la demoiselle et ses grands yeux bleu humides osa alors le regarder. D'un geste qu'elle n'aurait certainement jamais osé en circonstance normale, ses mains vinrent se poser sur son visage, l'encadrant avec une douceur et une tendresse qui lui était propre.

« S-sensei... Sensei. Ne vous en faites pas, ne vous inquiétez pas... Je.. Je ne veux pas.. je ne voulais pas vous inquiéter. C'est déjà énorme ce que vous faites pour moi, je ne veux pas vous déranger, vraiment. Je vais bien. Ça va... je.. j'ai un travail grâce à vous, je suis heureuse... J'essaye de faire de mon mieux pour vous remercier du mieux que je peux, vous rendre fier. »

Et la jeune Galopa a sourit. De son sourire tellement adorable qu'elle savait si bien faire naturellement, en vrai, elle ne sait pas en faire un autre, Yuuna est meilleure dans le mensonge silencieux qu'ouvertement.

« Je ne vous ai jamais remercié comme il se doit. M-mais je vous le doit. »

La demoiselle renifla discrètement une fois de plus avant de passer sa mais sur ses yeux pour essuyer, au moins, il n'y avait plus de sang séché sur son visage, cela avait été nettoyer comme il se doit.

« N-ne vous en faites donc pas d'accord ? Vraiment je.. je.. je suis désolée ! »

Enfin, il n'y avait peut-être pas de sang mais son visage prit soudainement une teinte qui s'en rapprochait, du genre pivoine, parce qu'une fois son courage de protectrice passé, la jeune femme réalisa à quel point ils étaient proche en cet instant. Bien trop proche, ce n'est pas décent, c'est embarrassant, elle va le déranger ! Manquant de tomber de sur ses genoux, ses mains maintenant accrochées malgré tout aux bras de son professeur bien aimé, la pauvre demoiselle était pourtant parfaitement capable de tenir debout, enfin.. physiquement. Mais son esprit semblait ailleurs, perturbé par les propres battements de son cœur qui ne la laissaient pas tranquilles tellement ils étaient fort. Comme si tous ses sens étaient concentré sur l'odeur d'Akira qui était proche et encore sur elle mais également sur le contact de leurs mains, comme si soudainement elle était devenu plus sensible.

« Je.. ne voulais pas vous faire perdre votre temps... Je vous dois décidément beaucoup.. je ne voulais pas vous ennuyer avec mes histoires mais.. merci sensei.. ! M.. Merci Akira ! »

Ses mains avaient finalement rejoint une des fines et chaudes mains d'Akira. Elle avait prit sur elle pour essayer de le remercier ainsi mais elle lui doit bien ça, pour ce qu'il a fait pour elle là. Mais aussi, parce que son cœur en avait envie. L'idée même de retourner seule « chez elle » était terriblement désagréable après avoir connu la douceur de sa main... Qu'est-ce que je raconte moi au juste.. ?
     
© 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur • Pokémon
Messages : 170
Pokédollards : 75
Date d'inscription : 28/07/2015
Localisation : Johto /Rosalia
Je suis (Inrp) : Hétéro et bientôt casé ~
Je ressemble à : Tomoe (Kamisama Hajimemashita)
Double compte : Cassidy

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Onde folie ♦ Vive-attaque ♦ Lance-flamme ♦ Déflagration
Race Pokemon/ Métier: Feunard Shiny / Prof pokémon
Team/Dresseur/Equipe:
Professeur • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Dim 15 Oct - 16:18

I need you


Même si c'est dur à admettre

feat  Yuuna - Akira U. Shinki



Qui a donc osé dire un jour qu'Akira était un homme égoïste ?… Pleins de gens certainement et malheureusement, on ne pouvait pas leur donner tort. Le professeur était vraiment très doué pour attirer l'attention sur lui et penser à se petite personne si merveilleuse, car il était si important de s'aimer dans la vie.. Mais figurez-vous que non, le feunard n'était pas seulement capable de penser à lui-même en premier. Il l'avait prouvé des tas de fois en fait, mais les gens y faisaient bizarrement bien moins attention qu'à ses tendances mégalomane. Pourtant, Akira savait très bien faire passer les besoins de ses sœurs avant les siens par exemple, en bon grand frère responsable qu'il était. Du moment que leurs besoins n'étaient pas d'aller sortir avec des garçons hein.. Là non, très peu de chance que cela passe auprès de monsieur surprotecteur. Mais pour tout le reste, c'était un gentil grand frère qui savait se mettre de côté hein. Avec les autres personnes par contre.. c'était un peu plus compliqué en général. Bien sur que le professeur savait aider son prochain, mais en général, cela ne lui demandait pas non plus un bien gros investissement, que cela soit du temps ou même une quelconque implication émotionnel. Il aidait les autres parce qu'il était gentil tout simplement, sans pour autant que les soucis des autres viennent affecter son sommeil ou son humeur d'une quelconque manière. Alors pourquoi, pourquoi sentait-il que cette fois, cela pourrait être bien différent ?

Dès l'instant où il avait remarqué que quelque chose clochait pour son assistante, le monde autour de lui avait comme cessé de fonctionner à vitesse réelle ou de tout simplement attirer son attention. Seul ce qui était arrivé à Yuuna comptait, un peu comme si cela l'avait au passage affecté lui-même, alors que la jeune femme elle faisait tout pour donner l'impression que tout allait bien. C'était peut-être ce qui poussait le feunard à agir au maximum dans un sens, le fait de savoir qu'elle-même ne ferait pas grand-chose pour se venir en aide, jugeant probablement cela peu nécessaire, voir gênant pour les autres si elle venait à demander de l'aide. La demoiselle avait bien souvent un mode de fonctionnement bien étrange aux yeux de son professeur qui ne pouvait en aucun cas comprendre ce qu'elle avait bien pu vivre avant de venir frapper un beau matin à la porte de son laboratoire. Il avait beau étudier, voyager pour voir le monde, parler avec des gens pour comprendre leur comportement, cela ne donnait pas pour autant à Akira un vécu suffisant pour se mettre réellement à la place de personne ayant souffert comme cela avait du être le cas pour la jeune femme. De toute manière, elle n'était pas du genre à se plaindre et même si son professeur voyait bien que quelque chose avait du réellement la marquer pour que son caractère soit ce qu'il est, il ne se sentait aucunement le droit de fouiller sa vie priver ou lui demander des choses qui ferait sûrement se rouvrir de vieille blessures.

Mais en voulant protéger Yuuna en lui laissant son passé, ou même son présent en dehors du laboratoire comme un secret seulement pour elle-même, n'avait-il pas du coup fait preuve de négligence sans le vouloir ? Sans connaître les soucis de la jeune femme, il était assez difficile de l'aider après tout, même si celle-ci n'avait bien sûr demandé aucune aide de sa part, il était pourtant de son rôle de professeur et ami de l'aider. Car… Ils étaient amis non ? Enfin, il était compliqué de juger une telle relation, mais dans un sens, Akira ne pouvait certainement pas se dire que si Yuuna quittait le laboratoire pour une raison ou pour une autre, il pourrait tout simplement lui dire au revoir et ne plus jamais se soucier d'elle. Ce serait assez inconcevable. (Il n'y a que pour les Pokémon café comme Kylian qu'on fait ça /sbaf/ )  Pourtant, Akira ressentait actuellement un sentiment qu'il n'avait plus ressentit depuis bien longtemps. Cette sensation néfaste, désagréable. Celle d'avoir était un minable. Oui, cela et rien de plus. Yuuna méritait de l'aide, une aide qu'il ne lui avait visiblement nullement apporté, pensant qu'elle allait bien, qu'elle était le genre de fille indépendante qui se débrouille seule et n'a besoin de personne. Et bien bingo, la voilà qui s'était un matin ramené avec des marque de coups. Ce qui n'aurait pas du arriver s'il s'en était soucié plus tôt.

Oui, Akira avait tout à coup le chic pour se sentir responsable, de choses qu'il n'avait pas spécialement fait d'ailleurs, mais qu'importe. Il avait peut-être l'air de se donner une mission de preux chevalier carrément démodé pour le coup, mais cela au moins était sincère. Voir Yuuna dans cet état lui faisait du mal. D'une façon qu'il n'arrivait nullement à s'expliquait, ce qui ne faisait qu'augmenter sa colère et son mal-être intérieur. Il n'arrivait qu'à penser à ce qu'il aurait pu faire avant pour l'aider, à ces personnes qui lui avaient fait du mal, à elle, une petite galopa inoffensive et innocente. Et bien entendu, à ce qu'il pouvait faire maintenant pour lui venir en aide. Autant le dire, des tas de pensées se bousculaient dans la tête du professeur, sans que pour autant il n'en fasse véritablement part à la jeune femme. S'il mettait la main sur ces hommes qui lui avait fait cela, ces derniers passeraient certainement un sale quart d'heure en compagnie d'un renard pas franchement conciliant. Mais le dire à Yuuna ne servirait certainement à rien… A part à l'entendre dire peut-être qu'il ne devait pas faire ce genre de chose certainement. Du coup, quand quelqu'un n'est pas d'accord avec soi… Autant éviter de lui demander son avis, cela évite les désaccord !

Plutôt donc que d'exprimer une certaine haine envers qui que ce soit, le renard avait préféré exprimer du regret et des excuses envers la jeune femme tout en essayant de se montrer le plus rassurant possible. Elle avait l'air à fleur de peau et il le comprenait très bien. Inutile donc de lui en rajouter d'une quelconque manière en faisant part de son agacement contre qui que ce soit. Il devait être auprès d'elle, la rassurer, la soigner, car même si on lui avait certifier que la jeune femme n'avait rien de grave physiquement, il ne pouvait s'empêcher de songer à de quelconque séquelles émotionnelles ou même un soucis caché. Oui, il était peut-être un peu paranoïaque sur ce coup là, comme ces parents qui pense que leur enfant c'est cassé un os à chaque fois que celui-ci tombe. Mais avec quelqu'un d'aussi peu enclin à se plaindre que Yuuna, mieux valait être sur ses gardes selon lui. Pourtant, alors qu'il était bien décidé à la garder ainsi contre lui, caressant ses cheveux pour la rassurer, contre toute attente,Yuuna elle semblait être décidé à ne pas se laisser faire… Non pas pour manifester contre cette marque d'attention de façon virulente pourtant. Non, la jeune femme avait bougé en douceur, sûrement pas aidé de toute façon par de vilaine courbature après tout cela, mais elle avait fini par poser ses mains délicates sur le visage du professeur pour l'encadrer… ce qui laissa un instant ce dernier interloqué, sans oser dire un mot pour commenter cette situation.

Yuuna qui osait d'elle-même s'approcher autant et le toucher.. Il fallait bien avouer que c'était plutôt inédit. Inédit, mais pas une mauvaise chose pour autant. Enfin, Akira ne savait pas trop.. Il se sentait forcément étrange à son contact, n'ayant bien sûr aucune envie de la repousser, mais ne sachant pour autant que faire exactement. Un instant primaire, enfuie tout au fond de lui ne pouvait que le pousser à encourager cela, à se rapprocher encore d'avantage d'elle, et c'est dans un sens ce qu'il fit, presque imperceptiblement, comme si quelques millimètres de plus vers la jeune femme étaient déjà tant, si chargé d'une tension qu'il ne savait définir. Pourtant, la jeune femme ne tarda pas à détourner son attention en se mettant à parler… Et pour dire quoi ? On vous le donne en mille, qu'elle allait très bien et qu'il ne fallait pas s'en faire pour elle, voilà tout. Sérieusement ? Elle pensait réellement que cela suffirait à Akira après ce qui lui était arrivé et ce qu'il avait appris sur elle ? Comme s'il allait accepter juste qu'elle le remercie alors qu'il était certain de ne pas l'avoir aidé comme il l'aurait du ? Juste… Non. En aucun cas. Jamais. Il était hors de question qu'il accepte cela et la laisse se débrouiller. Le simple fait qu'elle puisse croire qu'il le ferait suffisait à refaire monter la colère en Akira. Colère qui bizarrement, s'estompa à l'instant même où la jeune femme avait souris.. Ah oui c'est vrai, il était un homme.

Si l'idée première était de protester de manière assez virulente il faut bien l'avouer, il ne s'en sentit vite plus le courage devant la petite bouille de Yuuna.. Sérieusement, lui faire rentrer dans la tête qu'il devait l'aider en rageant comme un môme qu'on écoute pas ? Non, Yuuna ne méritait pas ça, surtout après une journée pareil. On ne pouvait décemment pas lever la voix même légèrement sur la jeune femme, ne serait-ce que pour lui mettre quelque chose dans le crâne dans son intérêt à elle. Et puis.. cela ne se voyait déjà que trop qu'elle était au bord des larmes la pauvre et Akira détestait qu'une femme pleure, même quand il n'y était pour rien. Alors une femme aussi adorable.. Non, il ne fallait pas. Prenant une inspiration pour rester calme et que son timbre de voix n'ajoute rien au stress de la jeune femme, Akira fini par répondre tout simplement.

« Hors de question Yuuna. Je refuse de croire que tout va bien, qu'il faut te laisser te débrouiller juste parce que tu refuse mon aide.. Ou celle de n'importe qui d'ailleurs. Ce n'est pas ton truc d'en demander hein ? Tu ne me dois rien, je n'ai clairement rien fait qui mérite autant de remerciement alors que j'ai été aussi aveugle face à ta situation… »

Comment ça il ne savait pas respecter une demoiselle quand elle lui disait non ?.. Ben.. Si en général, tout le temps même (même si bon.. Qui oserait ?) mais pour le coup, il était dans l'intérêt de la jeune femme d'accepter un peu d'aide en tout bien tout honneur.. Donc attention, la phrase qui suit n'est en aucun cas à sortir de son contexte… Mais pour le coup, non voulait dire oui dans sa tête. Ok, phrase de gros forceur… Mais aujourd'hui et dans ce contexte seulement, on va dire que c'est autorisé. Mais alors qu'il se préparait à répondre à un énième «  je vais bien » de la part de Yuuna, celle-ci sembla bien décidé à quitter ses genoux pour se relever… Ah ben non, raté, la voilà qui s’étalait déjà sur le sol. Chapeau… Elle allait très bien et n'avait pas besoin d'aide, c'était cela déjà qu'elle disait juste avant ? Ahem… Il se serait bien moqué en tant normal (tu verras toi qui lit ces lignes le jour où Maël glissera sur une peau de banane) mais pour le coup, il n'avait absolument aucune envie de rire… Il devait être un peu malade en vrai, manque de sommeil tout ça.

La petite main de Yuuna était pourtant resté agrippé à la sienne, sans qu'elle cherche à la lâcher étrangement alors qu'elle avait aux yeux du professeur amorcer son geste en vu de se décoller de lui… Ah les femmes, toutes si bizarres. Mais Akira ne semblait pas non plus décidé à la lâcher parce que… Ben, lui fallait une raison maintenant ? Il n'avait pas envie, voilà tout. Cessez donc de chercher des explications à tout comme si on allait découvrir un terrible secret enfui au fond du petit cœur du feunard… Ahem. Conscient de la position inconfortable dans laquelle s'était mise la jeune femme, Akira resserra un peu sa prise sur sa main (qui était soit dit en passant hyper douce, du style incitation au crime dans un autre contexte… Oulà, attiré par une main, va te faire soigner mon gars) et se pencha donc vers la jeune femme pour l'entourer de son bras libre et ainsi la soulever de ce vilain sol inconfortable de centre pokémon*. Se redressant avec elle, il la garda dans ses bras et chercha un instant ses mots pour lui expliquer.. Et bien, qu'elle avait besoin d'aide tout simplement, sans pour autant passer pour un gros connard qui lui imposait sa volonté. Pas si simple donc.

« Comment veut tu que je te crois quand tu me dis que tu vas bien alors que tu t’effondre si facilement ? Tu as besoin de repos, de calme, voir d'un bon repas pour te remettre de tes émotions. Tu as mangé quelque chose ce matin au moins ? »

Akira se disait que bien entendu non, elle ne devait pas avoir pris le temps, pour aller travailler plus vite ou une bêtise du genre. Mais qu'importe, elle devait se nourrir et se reposer correctement, ce n'était même pas négociable avec lui à cet instant. Lâchant un soupir, il la garda contre lui en commençant à faire quelques pas.

« Tu n'as qu'à venir chez moi. Je pense que c'est le mieux à faire, on pourra manger un morceau et te trouver une chambre confortable pour te reposer. On pourra aller chercher tes affaires plus tard, il faut vraiment que tu ne t'agite pas pour le moment, tu as l'air mal au point. »

Comment ça kidnapper une demoiselle pour la ramener chez lui ? Mais non ce n'était pas glauque ! Et puis… N'importe qui ayant déjà vu la maison d'Akira ne douterait pas du fait que ce n'était pas la lieu idéal pour un monsieur cherchant la promiscuité avec une jeune femme. La demeure était grande et surtout plutôt peuplé avec ses sœurs, des bonnes, une cuisinière… Ben quoi ? Un noble comme lui était censé se faire à manger ? Oulà, doucement, ce n'était pas parce qu'il avait proposé à Yuuna de manger quelque chose qu'il allait se mettre derrière les fourneaux hein, il ne fallait pas pousser mémé dans les orties quand même. Mais bref, il comptait bien ramener sa pauvre assistante dans un lieu plus sécurisé et douillet.. Que n'importe quel endroit où elle pouvait bien vivre en ce moment. De toute façon, cela ne se refusait pas une invitation, ce serait malpolie !… Comment ça encore une phrase de forceur ? Ben zut à la fin.


* Nous nous excusons auprès de tous les sols de centre pokémon qui ne sont sûrement pas plus inconfortable** que d'autres sols.

** Tu es vraiment en train de perdre ton temps à lire les astérisques en bas de page comme si t'avais que ça à faire ? Je te juge pas, mais quand même un peu.




FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'



Kdo et vrac:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Lun 8 Jan - 13:29
Plus que je ne veux l'admettre

     
Pourquoi la voix d'Akira était-elle toujours accompagnée par ce bruit ? Ce tambourinement sans cesse qui l'envahissait à chaque fois qu'elle le regardait et l'écoutait. Surtout quand au final il y avait une telle proximité entre eux, c'était pire, et ça Yuuna l'avait réalisé. Un peu tardivement après avoir passé une partie de ces dernières minutes assises sur ses genoux à se remettre de ses émotions. Tentant tant bien que mal de garder un peu la tête haute, si elle pouvait du moins encore le fait en fait. La demoiselle voulait le remercier, parce qu'il était son professeur, parce qu'il était la personne prenant le plus soin d'elle. Parce qu'il lui offrait du travail, un peu d'argent et surtout de son temps. C'était ça le plus précieux pour la jeune femme, le temps que le jeune feunard pouvait lui offrir. De quoi la gêner et la pousser à essayer de s'alléger la conscience et qu'il ne s'éternise pas pour rien sur sa personne. Le professeur devait certainement avoir mieux à faire, c'est ce qu'elle tentait du moins de faire passer au jeune homme. Et visiblement, il ne semblait pas tellement partit pour accepter et la laisser en plan. Et il faut avouer que même si la gêne était palpable, la demoiselle s'en étonna elle-même de se sentir rassurée. Rassurée qu'il reste avec elle, qu'il ne la laisse pas ainsi toute seule, qu'il ne fasse pas comme son ancien propriétaire qui l'avait lâchement abandonné à son sort. Il.. n'était pas pareil, il était différent. Et elle l'aimait profondément, au moins autant ! .. Enfin... je crois. Elle l'aimait beaucoup alors ? Non, elle ne pouvait pas l'aimer plus que son ancien maître à l'époque... Si.. ?

Le souffle coupé et surtout les mots et réactions restant coincées dans le fond de sa gorge,Yuuna fût bien incapable en vrai de répliquer quoique ce soit. Elle ne pouvait pas, comme si elle était aspiré par les mots d'Akira, suspendu à ses lèvres, à ses mots. Pourtant, il avait tort, elle le pensait, il méritait tous ses remerciement et ne lui devait rien, et pourtant, Yuuna ne sût rien dire du tout. Elle reste comme ça, la bouche mi-ouverte, à le regarder de ses grands yeux bleu. La demoiselle avait pourtant tenté de répliquer.

« V-vous.. vous... »

Elle aurait voulu le dire qu'il méritait tout ça, que c'était même parfaitement normal qu'il reçoive des tonnes de remerciement de sa part. Mais à dire vrai, la main d'Akira réussit à elle seule à pousser la jeune femme à se taire. À dire vrai, pendant un instant, elle manqua de souffle. Ses sens se sont concentré sur sa main, sentant l'étreinte du professeur ne pas s'amoindrir, au contraire même, elle se renforçait, légèrement, en vrai ce n'était pas grand chose, mais cela lui suffit à perdre durant un instant pied sur ce qu'elle disait, du moins ce qu'elle voulait lui faire passer comme message. C'est quoi qu'elle avait dit en descendant de ses genoux déjà ? Ah oui, quelque chose comme quoi elle pouvait se débrouiller, et qu'elle le remerciait et que ça allait, qu'il n'y avait pas de quoi s'en faire. En réalité, physiquement la demoiselle se porte bien. Ce n'est pas bien grave, rien qu'un bon repas et une bonne nuit de sommeil ne saurait réparer. Et rien qui l’empêchait réellement de se relever, ses jambes ne sont pas blessé et sa tête n'a rien reçus en dommage collatéral pour réduire sa capacité à se mouvoir. Pourtant elle s'en sentait incapable. Pour une personne comme Yuuna doté normalement d'un cerveau relativement performant -et on a put en avoir des preuves malgré ce qu'elle en dirait- pourtant il refusait de fonctionner correctement, a demoiselle se trouvait totalement illogique dans les faits et ce qu'elle pensait. Avec ce qu'elle disait et ce que son corps exprimait. Pourquoi sa conscience lui disait de partir et de ne pas déranger le professeur, que ce n'était pas là sa place, et pourquoi son corps s'accrochait à lui comme dans l'espoir de ne pas le lâcher. Que son cœur tambourinait toujours un peu plus à chaque fois qu'elle posait son regard dans l’améthyste des yeux de son professeur, des fourmilles parcourant sa main et son bras en se concentrant sur leur contact.

C'est peut-être pour ça qu'elle a instinctivement et honteusement hoché négativement de la tête quand il lui demanda si elle avait mangé. Non elle avait oublié, et depuis qu'elle était avec lui elle avait encore plus la tête ailleurs. Pourquoi ?

Son souffle s'arrêta. Yuuna louchait sur lui, elle était soudainement si proche. Ah. C'était donc ça qui avait déclenché un frisson le long de son dos, elle était maintenant debout, en vrai elle l'avait à peine remarqué tellement ses sens étaient centré sur ce qu'elle avait ressentit et sur ce qu'elle voyait, soit lui. Et uniquement lui. Sa main libre s'était d'ailleurs automatiquement levé comme le reste de son corps, s'accrochant par réflexe au vêtement de son professeur comme pour espérer se trouver une place correct ainsi. Qu'est-ce qui se passe.. ?

Ah une question, il faut répondre. Enfin non, c'est pas une question, c'est une invitation, il faut la décliner. Allez chez lui ? C'est gênant, elle va le déranger. Elle ne peut pas, ce n'est pas sa place, c'est qui plus est le domaine privé de son professeur, si elle commence à d’empiéter alors cela voudrait dire qu'il doit la supporter doublement et c'est inacceptable vraiment.
N-non ! Je ne peux pas !

« Je.. mais.. c'est.... chez vous je ne voudrais pas dérang.... P-pourquoi feriez-vous ça pour moi... ? »

Attend, elle n'avait pas du tout dit ce qu'elle pensait dire, et puis au début, c'était tellement bas et confus, pas certain qu'il ai compris autre chose que des brides de mots, pourquoi avait-il dit ça ? Oula trop de question et d'ailleurs oui c'est une question en trop qu'elle venait de poser, la demoiselle baissa la tête sans bouger d'un pouce, l'air honteuse.

« D-désolée, je n'ai pas à vous questionner, j-je.. je ne sais que dire... C'est bien trop pour moi, vous êtes bien trop gentil avec moi sensei... M.. Merci.. je.. je ne sais comment vous remercier, je... »

La demoiselle avait relevé la tête et une fois de plus, ce fût le silence et le blanc total dans sa tête à dire vrai, c'était juste lui qu'elle regardait. De quoi avaient-ils l'air ? De tout sauf un professeur et son élève. Pas en se tenant la main et blottie ainsi dans ses bras. Non, c'est pas possible... Pas si proche. La demoiselle ne réalisa même pas qu'il aurait pu entendre ses battements de cœur tellement elle avait l'impression qu'ils étaient fort. Qu'il aurait remarqué qu'elle respirait de façon irrégulière tant elle se coupait à certains moments.

« Akira... »

Elle n'avait que soufflé son prénom à dire vrai l'infirmière -bien que l'air gênée mais souriante en venant- les avait invité poliment à partir pour ne pas prendre la place d'un patient. Ayant certainement conscience que Yuuna était de toute façon entre de bonnes mains. C'est ainsi qu'on les poussa gentiment dehors, enfin, on ne les a pas poussé non plus mais une main dans le dos est largement suffisant en invitation à dire vrai pour se retrouver devant la porte d'entrée. Si Akira avait gardé son bras sur elle c'est une chose qui ne tient qu'à lui, mais la demoiselle n'avait en revanche pas lâché la main de son professeur et ça.. elle ne le réalisa pas vraiment sur le coup, au contraire elle avait même relevé à nouveau la tête vers lui. Il... Pourquoi toujours ce bruit dans sa tête ? Sa main resserra son étreinte, toute en restant douce.

« Je vous.. je vous dois quasiment tout sensei... »

Elle l'avait murmuré de toute façon, vu comment elle était accrochée à lui, ce n'est pas bien nécessaire de hausser le ton, à dire vrai, cela briserait même quelque chose de le faire. Ne devaient-ils pas bouger de là ? Je sais pas, Yuuna perdait toute notion de ce qui l'entourait, elle qui est normalement si attentive, elle ne pensait plus.. elle ressentait juste. Et Akira était le centre de ses pensées.
     
©️ 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur • Pokémon
Messages : 170
Pokédollards : 75
Date d'inscription : 28/07/2015
Localisation : Johto /Rosalia
Je suis (Inrp) : Hétéro et bientôt casé ~
Je ressemble à : Tomoe (Kamisama Hajimemashita)
Double compte : Cassidy

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Onde folie ♦ Vive-attaque ♦ Lance-flamme ♦ Déflagration
Race Pokemon/ Métier: Feunard Shiny / Prof pokémon
Team/Dresseur/Equipe:
Professeur • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Lun 19 Mar - 22:39

I need you


Même si c'est dur à admettre

feat  Yuuna - Akira U. Shinki



Si Akira était du genre autoritaire ? Non, pas spécialement… Enfin.. Disons simplement que monsieur venait d'une famille noble et respectait, avait un travail où il avait des assistants et était l'aîné d'une fratrie qu'il fallait bien mener à la baguette quelques fois. Donc… Non, il n'était pas autoritaire, il avait simplement l'habitude de prendre des décisions et surtout, à ce que ses dernières soient écoutés. Du coup, lorsqu'il avait proposé à Yuuna de venir chez lui pour se remettre de son agression et surtout rester à l'abri après ce qu'il avait entendu sur son logement, notre homme ne s'attendait certainement pas à un non. Il était ici le plus âgé, gradé et sur de lui, donc pourquoi viendrait-on discuter ses décisions alors qu'elles allaient pour le coup dans l'intérêt des autres plutôt que du sien, prouvant qu'il savait ne pas être si égoïste par moment. De toute façon, Yuuna n'allait pas lui dire non ? Si ?… Elle savait le faire de toute manière ? Il n'avait pas tellement souvenir depuis qu'elle était arrivé dans son laboratoire un beau matin que la jeune femme lui est déjà refusé la moindre chose en fait ou discuté quoi que ce soit qu'il aurait dit. Un peu comme s'il représentait une sorte de parole divine en fait, ce qui n'était pas pour lui déplaire hein.. Quoi que cela était peut-être plus révélateur qu'il n'y songeait vraiment en fait.

Mais il fallait se rendre à l'évidence, ce n'était pas un non clair qui était sortit des lèvres de Yuuna après sa demande. Elle ne semblait juste pas comprendre pourquoi il voulait faire cela, comme s'il s'agissait là d'un geste bien trop gentil. Chose qu'Akira ne savait pas vraiment comment prendre en fait. Elle le trouvait gentil tout court ou juste ne s'attendait pas à un geste gentil de lui, cette personne si… Eh bien… C'était Akira quoi. Un peu arrogant par moment, il ne fallait pas se mentir, il n'avait pas l'air d'un saint, personne ne dirait le contraire. (chut Yuuna) Pourtant, il tenait vraiment à l'aider, il ne pourrait d'ailleurs plus se regarder en face s'il ne le faisait pas. Après tout, d'autres personnes bien moins dans le besoin et reconnaissantes profitaient de la maison d'Akira (Ah, coucou Shin) alors pourquoi la pauvre Yuuna n'y aurait pas le droit hein ? De toute manière, il invitait qui il voulait chez lui, voilà. Inutile pour la jeune femme de se sentir gêner pour rien, surtout pas dans cet état. Notre homme n'était clairement pas d'humeur à accepter un refus aussi injustifié.  Voilà pourquoi il avait simplement secoué la tête en entendant la jeune femme s'excuser à nouveau et parler encore et toujours de le remercier.

« Il n'y a pas de « trop gentil pour moi » ou autre qui tienne Yuuna. Je veux faire ça pour toi, tu en as besoin et je refuse de toute manière de te laisser seule dans cet état. Il faut parfois apprendre à accepter les mains tendues et c'est le moment pour toi aujourd'hui. Alors ne me remercie pas. Pense simplement à aller mieux, c'est la meilleure façon pour que ton entourage n'aient pas à s’inquiéter pour toi. »

Après tout, la savoir en bonne santé, c'était le plus important pour les gens qui tenaient à elle non ?… Minute. Sans s'en rendre compte, Akira ne venait-il pas de se classer justement dans cette catégorie de gens préoccupé par le bien être de la jeune femme ? Qui tenait à elle donc ?.. Disons que c'était tout simplement normal, c'était son professeur, il avait des obligations morales envers elle, hors de question de la laisser tomber. Il en ferait de même pour n'importe quel autre de ses élèves.. Même si pour le coup, le cas de Yuuna semblait le toucher particulièrement. Mais bon, il avait juste conscience à cet instant que c'était elle qui avait besoin de lui, non ? Disons cela tout simplement. De toute manière, il avait pris sa décision et allait l’amener chez lui pour qu'elle se repose et se soigne.

Une jeune femme dans les bras du beau et convoité par ces dames Akira… Autant dire que cela allait faire tourner quelques têtes dans la rue. Non pas qu'on n'avait pas l'habitude à Rosalia de voir le professeur en charmante compagnie, mais le voir carrément porter une demoiselle comme une mariée, c'était un peu inédit il fallait bien l'avouer. La gentille infirmière y avait pensé au moins en les entraînant vers la sortie ? Que certaines dames célibataires de la ville (puis les mariée aussi, elles ont le droit de rêver) allaient faire une syncope en voyant le plus bel homme de la ville être aussi galant ? … Comment cela j'exagère ? Mais non, pas du tout ! Ou alors juste un peu. Il devait bien y avoir d'autres hommes attirants que le feunard en ville… Mais bon, on ne va pas se mentir, il n'avait pas l'impression d'avoir une bien rude concurrence hein. Ahem. Quoi qu'il en soit, le professeur – bien imbu de sa personne on ne va pas le répéter – était pour le coup au service d'une seule demoiselle et ne pensait d'ailleurs aucunement à d'autres pour le coup. Ce qui l'importait pour le moment, c'était de ramener Yuuna chez lui… D'accord, dit comme cela, c'était un peu étrange, mais notre homme avait pourtant les meilleures intentions du monde, croyez le bien.

Ce qui arrivait à son assistante le touchait, peut-être même un peu plus que cela ne le devrait pour de simple collègue peut-être, mais c'était ainsi. Il n'allait certainement pas rester les bras croisé alors que Yuuna avait besoin de lui. Qui refuserait donc d'aider la jeune femme quand elle regardait quelqu'un avec ses beaux yeux bleus si doux ?.. Ahem. Je divague. Se retrouvant donc dans la rue pour ne pas encombrer plus longtemps le centre pokémon où des personnes avaient sans doute plus besoin d'aide, le professeur avait tout de même marqué un temps d'arrêt dans la rue pour bien se rendre compte de la situation. Bon… Les gens qui travaillez chez lui allaient le voir débarquer avec une jeune femme dans les bras… Pas de soucis à expliquer cela hein ? Encore heureux que vu l'heure, ses sœurs devaient être en cours ou au travail, cela lui éviterait au moins ce genre de taquinerie que seule les sœurs savaient affliger à un frère. Mieux valait ne pas penser à cela d'ailleurs, elles étaient agaçantes d'avance ces pipelettes et de toute façon. Et puis, l'attention d'Akira fut bien vite attiré par Yuuna qui avait resserré sa main sur la sienne avant de murmurer quelques mots. Comment cela elle lui devait presque tout ? La pauvre petite avait de la fièvre et délirait maintenant ? Parce que Akira de son côté ne voyait pas bien ce qu'il avait fait pour elle jusqu'à présent. Bien au contraire, il avait plutôt l'impression d'avoir fermé les yeux (involontairement bien sur) sur certains problèmes que devaient rencontrer la jeune femme. Il se sentait mal à l'idée qu'il aurait pu lui éviter des désagréments comme ce matin-même, mais n'avait pas su réagir à temps. Non, rien à faire, il ne pouvait pas accepter de telles paroles alors qu'ils s'en voulait de ne pas avoir agis avant.

« Ne dis pas n'importe quoi, je n'ai rien fait pour toi Yuuna.. J'aurais du, bien avant, mais je suis assez long à la détente parfois, excuse moi. »

Oui, Akira qui s'excusait, autant dire que c'était assez rare, mais cette chère Yuuna avait le don de faire ressortir certaines choses en lui. Pour l'instant, c'était de la culpabilité qu'il ne s'expliquait pas bien lui-même, mais même en règle général, on aurait pu remarquer que le professeur stressé était souvent un peu plus calme depuis que sa nouvelle assistante était à ses côtés. En même temps pour arriver a être stressé par Yuuna, il aurait fallut se lever de bonne heure tout de même. Quoi qu'il en soit, secouant légèrement la tête comme pour chasser toute idée qui n'aurait rien à y faire, le Feunard resserra sa prise sur la jeune femme et commença à marcher en direction de sa maison. Prendre une voiture ? Ah ah… Cela pollue voyons.. Du coup il n'en avait pas. Enfin, si dans le garage à prendre la poussière certainement, du coup monsieur se déplaçait en vélo, mais pour le coup, faire tenir Yuuna dans le panier devant le guidon relèverait de l'exploit bien que celle-ci ne soit pas bien lourde ou encombrante. Encore heureux puisque le professeur n'était pas très sportif… Et fumeur de surcroît. Mais l'orgueil fait parfois faire de drôle de chose, voilà pourquoi il porta bien la demoiselle jusqu'à arriver devant chez lui. A deux pas du portail d'entrée, il se décida enfin à la déposer délicatement au sol, non s'en s'assurer qu'elle tenait bien debout par elle-même avant de retirer ses bras d'autour d'elle en toute sécurité.

« Tu penses que tu peux faire quelques pas ? C'est bientôt fini, on va pouvoir s'installer plus tranquillement histoire que tu te repose bien. »

Ayant retrouvé sa liberté de mouvement, le professeur tapa alors un code sur le clavier près du portail pour que celui-ci s'ouvre et retourna ensuite près de Yuuna pour passer un bras protecteur autour de ses épaules, histoire d'être sûr qu'elle n'allait pas s’effondrer au bout de deux pas la pauvre. Ainsi en sa compagnie, il la fit donc traverser la cours avant de la demeure pour se retrouver devant la porte d'entrée qui s'ouvrit avant même qu'il ne fasse un mouvement vers celle-ci.

« Akira-sama, vous êtes rentré déjeuner ? C'est plutôt rare ça. »

La servante plutôt âgé qui avait ouvert la porte salua les deux nouveaux venu respectueusement, bien qu'elle semblait assez surprise de voir Yuuna au côté du professeur. Après avoir retiré ses chaussures, ce dernier entra dans la maison en invitant bien sûr la jeune femme à le suivre.

« On a eu quelques soucis ce matin. Il nous faudrait un bon repas et aussi préparer une chambre pour Yuuna, elle va rester quelques temps avec nous.»

Pas besoin de longues explications au moins, la femme âgé ne chercha pas vraiment midi à quatorze heure et se contenta de filer vers la cuisine pour transmettre l'information. Quand on vous disait que Akira n'allait certainement pas faire à manger lui-même… Bien heureusement pour cette pauvre Yuuna d'ailleurs, elle avait vécu assez d'épreuve pour aujourd'hui. Gardant son bras autour d'elle, il la conduisit dans la foulé dans un salon confortable, du moins dans le style typique de Johto et l'invita à s'installer autour d'une petit table, lui donnant même quelques coussins en plus pour être sûr. Comment cela il en faisait trop ? Mais non voyons…  

« Ça va aller, tu ne te sens pas mal ? Pas de vertige ou autre ? »

Bon ok, il était visiblement inquiet le pauvre. Mais en même temps, Yuuna lui avait tout de même fait une belle frayeur ce matin, il fallait bien le temps que cela retombe. En attendant, il s'était installé près d'elle… Pour être sûr que tout allait bien, d'accord ? Pas d'autre chose, voilà. Ahem..


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'



Kdo et vrac:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Ven 30 Mar - 20:17
Plus que je ne veux l'admettre

     
S'il y a bien une chose dont on pouvait être certain, même la concernée, c'est qu'elle n'avait d'yeux que pour Akira. Le monde qui l'entourait avait soudainement perdu tout sens. Autant que son cerveau normalement parfaitement réglé et même si j'ose dire, parfaitement dressé, perdait alors toutes ses notions habituelles. Pourquoi n'était-elle plus capable de penser correctement ? Elle qui d'habitude est capable d'être visiblement sereine en énormément de circonstances ? Soudainement, cela lui semblait difficile, même s'écouter elle-même l'était terriblement, parce qu'elle ne savait même plus que faire et qu'est-ce qu'elle devait écouter en elle. Tout se mélangeait sans queue ni tête, comme un tourbillon sans fin, dans lequel elle était prise. Et finalement, tout s'arrête net au moment où il lui parle, où il la rassure. Où il lui demande d'accepter son aide. Yuuna est incapable de comprendre pourquoi il voudrait faire une telle chose, et le sait bien qu'elle ne le mérite pas, mais elle est pourtant incapable de répliquer le moindre mot. Ce n'est que le silence qui trouve sa place, tandis que son regard était perdu dans le sien. Sa bouche s'est entre-ouverte, comme pour chercher à répondre quelque chose, mais ce n'est en réalité que de l'air qu'elle respirait. Et la Galopa se retrouva alors dans le creux de ses bras en silence.

Habituellement, à l'instant même où il aurait amorcé le geste pour la porter, la demoiselle aurait alors refusé, pour marcher au moins à ses côtés et ne pas l'encombrer. Mais la jeune hybride n'eut même pas ce courage, en réalité, au moment où son nez rencontra à nouveau l'odeur d'Akira, elle resta totalement statique devant le fait. Comme humant le parfum, avant de timidement poser des mains sur ses épaules. Un air gêné trahissait son visage, mais elle resta comme ça, silencieuse, à murmurer de façon tellement inaudible que ce n'était même pas certain qu'il puisse le comprendre à défaut de l'entendre, vu la proximité de sa bouche par rapport à ses oreilles.

« Merci Sensei... Beaucoup... »

Apaisé par ses bras, cette chaleur et son odeur, la demoiselle n'en vit même pas le trajet passer. Il n'était certes pas très long, et heureusement, mais tout de même. Le visage à moitié enfouit, elle n'avait remarqué la moindre personne sur leur route s'ils avaient croisé quelqu'un. Seul lui importait. Clignant des yeux une fois à l'arrêt, c'est en retrouvant le sol qu'elle eut alors un nouveau choc. Wouah. C'est... C'est quoi cette maison ?! Scotchée littéralement sur place à fixer la beauté de l'endroit, la demoiselle se rendit compte à quel point il devait être quelqu'un d'encore plus important que ce qu'elle pensait, c'est dire déjà. Le bras de son professeur la ramena fort heureusement sur terre, du moins assez pour avancer distraitement. Elle semblait littéralement bouche-bé, que dis-je même, totalement admirative.

« J-je peux vraiment rentrer.. ? »

Souffla-t-elle. Assez peu sûr d'elle. Du moins, surtout en tant qu'invité, c'est la première fois qu'elle se trouvait dans ce genre d'endroit avec ce statut. Mais pas le temps de réfléchir, la porte s'ouvrit et une femme salua alors poliment Akira, avant de partir sur son ordre préparer le repas et.. un chambre pour elle ? C'est carrément, et cela se voyait à sa tête, qui reprit alors une couleur légèrement pivoine à l'instant même où ses deux jambes passèrent sous invitation -c'est à dire un bras dans son dos- la porte d'entrée. L'intérieur était tout aussi beau que l'extérieur. Yuuna n'avait guère l'habitude de ce genre de maison, mais cela lui plaisait assurément. Quelle belle culture qu'est Johto. Ne sachant où se mettre, la demoiselle joua alors pendant un court instant le porte-manteau à l'entrée. Avant de toute façon devoir le suivre, l'imitant pour retirer ses chaussure à l'entrée par politesse, c'est les lèvres fermées voir légèrement pincées qu'elle se retrouva dans le salon, avec une adorable table basse présenté, et des coussins à disposition.

Docilement, elle plia alors les genoux, les mains posés sur ses jambes, comme si elle espérait prendre le moins de place possible. Une fois de plus, son cœur se mit à battre à toute allure. À battre beaucoup trop vite même. Pourquoi était-ce toujours si troublant et même un peu dérangeant ? Secouant négativement la tête à ses interrogation, sa voix semblait coincée dans le fond de sa gorge. Intimidé ? Un peu il faut l'avouer, elle se trouvait toute de même installée chez lui, à une place de choix, et avec son attention des plus complète sur sa piètre personne. La demoiselle finit alors par trouver un bref instant le sol avec son front, s'inclinant alors dans le plus grand des respect traditionnel et reconnaissant.

« M-même si vous trouvez que je n'ai pas à vous remercier. Je vous l'affirme, vous avez fait beaucoup pour moi Sensei. C'est la première fois qu'une personne se montre si prévenante. Vous... Vous m'offrez un travail appréciable, et.. et maintenant vous m'aidez de bonne foie... »

Sa voix c'était alors légèrement serré et cela se sentait, mais elle n'avait pas pleuré, pas la moindre larme. Ses yeux ne pleurait pas de tristesse, mais ils brillaient d'une toute autre émotion. Redressant la tête pour retrouver un contact visuel avec ce dernier. La demoiselle lui offrit le sourire le plus adorable qui soit.

« Ce que vous faites me touche énormément Akira. »

Elle était touché. Elle était heureuse avec lui. C'est à cet instant que la jeune femme avait réalisé à quel point elle ne serait pas juste triste si on lui disait qu'elle devait partir pour travailler ailleurs. Cela lui briserait certainement le cœur. Bien plus encore que lorsqu'elle c'était faite abandonnée par son maître ? Certainement serait-elle incapable de répondre, mais assurément que la réponse juste serait oui. Et ça, quelqu'un semblait l'avoir mieux comprit que la concerné. La vieille femme de tout à l'heure arriva alors dans la pièce l'air polie et un sourire apaisant sur les lèvres.

« Le repas est en préparation Akira-sama. Du riz avec du poulet frit et sa sauce conviendrait-il à monsieur et son invitée ? »

Bien sûr que la demoiselle n'osa répondre. Tout lui convenait, elle n'était pas bien difficile à nourrir de toute façon alors ce n'était pas là que ça allait changer. Cela se voyait à ses yeux. Affichant ne moue certainement adorable, la vieille femme s'approcha ensuite des deux jeunes gens.

« Il fait froid. J'ai pris la liberté de vous apporter quelque chose pour vous couvrir, il ne faudrait pas que vous attrapiez froid. Approchez demoiselle si vous le voulez bien, je suis navré je n'ai trouvé que ça pour le moment. »

Une seule couverture réellement ? Dans une si grande maison ? Bien sûr que non. Mais Yuuna n'y avait guère réfléchit et il faut avouer que sur le coup elle allait clairement refuser alors sa part et la laisser à son professeur en entière. Mais le regard de la vieille femme la scotcha sur place même lorsque que son bras vint en douceur réduite le peu de distance entre eux, recouvrant leurs épaules respectives, et les entourant dans un cocon chaud et confortable. Elle s'excusa une fois de plus et affirme qu'elle irait en trouvait d'autres, mais en attendant, eh bien.. ils se retrouvaient ainsi emmitouflé dans la même couverture. La Galopa releva la tête vers le Feunard, ses joues se tintèrent de rouge. Il faisait chaud... Il faisait bon. Ça sentait bon... Ses mains effleuraient le kimono du jeune homme, ne sachant où les mettre avant de finalement les poser sur ses propres genoux. Elle avait l'impression que son cœur allait la trahir. N'était-elle pas un peu collée à lui.. ? Le temps c'était arrêté durant un instant. Plus rien n'avait d'importance, plus rien sauf lui.
     
©️ 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur • Pokémon
Messages : 170
Pokédollards : 75
Date d'inscription : 28/07/2015
Localisation : Johto /Rosalia
Je suis (Inrp) : Hétéro et bientôt casé ~
Je ressemble à : Tomoe (Kamisama Hajimemashita)
Double compte : Cassidy

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Onde folie ♦ Vive-attaque ♦ Lance-flamme ♦ Déflagration
Race Pokemon/ Métier: Feunard Shiny / Prof pokémon
Team/Dresseur/Equipe:
Professeur • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Mar 3 Avr - 18:45

I need you


Même si c'est dur à admettre

feat  Yuuna - Akira U. Shinki



Des fois, Akira avait juste l'impression qu'on lui faisait une blague à propos de Yuuna. Une blague trop longue et pas si drôle que cela finalement, mais sérieusement, pouvait-on vraiment croire que la petite demoiselle existait réellement à la fin ? Oui ? Oh… Du coup, reconnaître son existence, c'était en quelque sorte reconnaître qu'il était possible de mettre autant d’innocence et de gentillesse dans une seule personne et qui plus est, une femme. Car oui, les femmes sont en général de cruelle diablesse se cachant plus ou moins bien et longtemps sous un masque qui les rends à peu près vivable pour n'importe quel homme. Masque qui se retire en général aisément au début de la vie commune ou du mariage.. Ahem. On l'aura compris, ce pauvre Akira avait une vision de la gente féminine un peu déformé à cause d'expériences passées dont il n'avait pas trop envie de parler en général. Mais cela ne faisait finalement qu'expliquer pourquoi cette chère Yuuna pouvait l'intriguer autant depuis qu'elle avait poussé la porte de son laboratoire il y a quelque temps de cela déjà. Notre homme l'avait observé, attendant de tomber sur le jour ou madame se révélerait être une démone comme les autres et afficherait sa mauvaise humeur aux yeux de tous, ou bien d'éventuels état d'âme de bonne femme qu'Akira ne pouvait juste pas comprendre… Mais si, vous savez, quand elles se mettaient à chialer pour rien ou à dire que tout allait de travers dans leur vie pour qu'un mec un peu naïf leur disent que non, elles étaient parfaite tout ça tout ça, bref, cette recherche constante d'attention quoi ! Et bien… Non, ce genre de chose n'arrivait jamais à Yuuna visiblement, ce qui faisait d'elle aux yeux d'Akira une merveilleuse anomalie scientifique.

Oui, anomalie. Pour une fois que ce mot était utilisé dans un sens bénéfique hein, on allait pas s'en plaindre, si ? Et puis, il n'y avait pas qu'Akira pour le penser certainement, cette chère Yuuna était tout de même étrange dans le sens où elle ne disait jamais un mot plus haut que l'autre et était gentille et souriante avec tout le monde comme si cela était normal. Hors, dans la société actuelle, c'était bizarre. Et intriguant pour se pauvre Feunard, ce qui le poussait malgré lui à vouloir protéger cette pauvre innocente qui ne semblait pas réellement forgé pour ce monde de brute. Maintenant qu'il en avait eu la preuve, Akira comptait bien la mettre à l'abri la pauvre, quitte à en faire un peu trop et à s'inquiéter quand la situation ne le demandait plus spécialement. Oui Akira, si l'infirmière lui avait laissé quitté le centre Pokémon, c'était parce que Yuuna allait bien et qu'elle pouvait donc marcher, respirer, et tout un tas de chose importantes dans la vie de tous les jours. Pourtant non, le professeur s'était entêté à la porter jusqu'à chez lui, s'en voulant presque de la poser pour ouvrir la porte, c'est pour dire s'il était gravement atteint le pauvre. Mais dans un sens, il devait certainement faire la paire avec la Galopa qui en était de son côté à demander si elle pouvait vraiment rentrer… D'accord, on avait du un peu trop insister sur les cours de politesse chez cette demoiselle tout de même. Akira ne trouva même pas quoi répondre sur le coup tellement il avait l'impression qu'on lui faisait une blague. Ah le pauvre, s'il savait…

Mais hors de question de laisser la jeune femme dehors, surtout pas après avoir fait tout ce chemin avec elle dans les bras hein. Voilà pourquoi, le jeune homme l'avait conduite dans un salon confortable afin qu'elle puisse enfin se reposer comme il se doit. La couvant du regard, il s'était informé sur son état bien que la demoiselle semble tout de même aller bien mieux. Assez en tout cas pour en revenir à ses bonnes habitudes.. A savoir, remercier son professeur dix fois par minutes. Bon ok, c'était exagéré, mais à l'entendre, elle devait vraiment quelque chose à Akira alors que ce dernier avait l'impression de n'avoir rien fait pour elle ou pas grand-chose, au contraire, il se trouvait extrêmement long à la détente pour le coup. S'il l'avait aidé avant, les choses se seraient mieux passé pour elle non ? Et elle n'aurait pas eu à vivre cette journée épuisante… Enfin bref, inutile de penser encore une fois à ce qui aurait pu être, l'important été l'avenir. Un peu gêné, mais touché par les remerciement de la jeune femme, qui s'était tout de même donner la peine d'aller faire coucou au sol avec son front comme si elle se trouvait devant l'empereur de Johto (après si le poste est libre il dit pas non hein) le jeune homme passa sa main dans son cou ne sachant apparemment pas trop où se mettre devant tant de gentilles paroles.

« Tu sais.. Il ne faut pas en faire tout un plat. Je veux dire.. C'est normal d'aider les gens qu'on aime. Enfin je veux dire les amis. Enfin les gens qu'on connais et avec qui ont a une relation qui… Enfin bref, ce n'est vraiment pas la le peine de me remercier je t'assure, tu en aurais fait autant pour moi. »

Ahem, il s'embrouillait pas un petit peu là le professeur ? Monsieur le roi de l'élocution en personne qui avait du mal à choisir ses mots et se reprenait ? Hm, étrange hein. Cela devait bien faire un bon moment qu'il n'avait pas fait de phrase aussi déconstruite le pauvre, mais il fallait le comprendre, avec Yuuna, c'était compliqué. Surtout quand elle le regardait avec ce beau sourire là.. Et ses yeux bleus tout brillant d'émotion… Raaaah ressaisit toi Akira, les femmes sont des démones, déjà oublié ce fait ? Bon, voilà, donc… Même Yuuna… Qui avait l'air juste adorable. Ok, c'est à peu près à ce moment très précis que la petite voix criant les femmes au bûcher doit avoir disparu. Plutôt que de partir à la recherche de cette dite voix qui ne servait plus à grand-chose, le professeur préféra s’asseoir sur un coussin près de Yuuna bien que la gêne soit encore un peu palpable chez lui compte tenu du fait qu'il ne savait plus très bien où il en était le pauvre. Heureusement qu'il était un homme fort et blindé tient, sinon il aurait connement rougie.. Alors que là, en regardant en biais pour ne pas trop croiser les jolies yeux de Yuuna, cela passait apparemment.

Mais c'était apparemment sans compter sur une bonne marraine au service de Yuuna. Qui donc ? Tout simplement la servante qui était revenue pour annoncer le repas et demander si cela convenait, comme si cette chère Yuuna allait faire la difficile. Depuis qu'elle travaillait au laboratoire, Akira ne l'avait encore jamais entendu dire «  oh non, je n'aime pas trop ce plat, mangeons autre chose » ou juste «  j'ai envie de ça aujourd'hui ». Limite, elle mangeait un peu ce qu'on lui donnait… Contrairement à Akira qui était vite un gamin trop gâté et difficile par moment. On ne lui retirait pas la viande pour foutre des légumes à la place par exemple.. Beuh.

« Ce seras parfait je pense, je suis sûr que tu aimeras bien ça Yuuna. »

En même temps, c'était facile comme affirmation puisque Yuuna aimait tout, mais bon, il fallait bien que quelqu'un répondre à cette pauvre dame non ? Hm.. Enfin pauvre dame.. Quelques instant après, Akira n'avait plus trop la même idée à son propos en fin de compte. Comment cela ? Et bien, la charmante vieille femme trouvant le temps trop frais, et elle n'avait pas tort, dans cette vieille maison un peu dur à chauffer leur avait rapporter des couvertures… Ah ben non, finalement, elle n'en avait trouvé qu'une seule apparemment et s'était empressé de l'installer autour des épaules des deux jeunes gens qui durent du coup se rapprocher l'un de l'autre, comme si la situation n'était pas déjà un peu gênante… Le pire fut certainement l'excuse comme quoi elle n'en avait trouvé qu'une seule, ce qui fit lever les yeux aux professeur avec un petit air de « toi, tu es royalement en train de te foutre de ma gueule ». Regard qui, Akira en avait bien l'impression, avait donné un sourire en coin à la vieille dame… Mais Akira ne dit rien. Pourquoi ? Tout simplement parce que quand une servante est là depuis plus longtemps que le chef de famille, qu'elle vous a vu gamin et veillé les nuits de maladie, on ne lui dit rien quand elle en fait à sa tête… Mais sérieusement elle a quoi en tête là la vieille ?!

Baissant les yeux vers Yuuna, le jeune homme la vit rougir d'être dans cette nouvelle position et la comprenait un peu en même temps… Même s'il ne pouvait s'empêcher de la trouver assez adorable avec ses petits joues rouges… Non Akira, tu n'as pas le droit de penser cela voyons, c'est ton élève et tu lui viens en aide et… Raaah, mais pourquoi son air innocente lui donnait-il aussi à croquer d'abord ? Bon, dans un sens, pour un carnivore comme le feunard, avoir envie de croquer la jeune femme pouvait être naturel hein… Mais là, c'était un peu différent dirons-nous. La demoiselle faisait vraiment, pauvre petite chose à défendre comme ça, avec son petit air innocent et et sa blessure au front. D'ailleurs, ne sachant trop où se mettre et surtout, où regarder pour ne pas mettre la jeune femme mal à l'aise en la fixant, le professeur préféra alors se pencher vers la fameuse blessure pour l'examiner, se permettant même de s'assurer délicatement que le bandage dessus tenait bien en place, sagement penché sur elle… Avant de laisser sa main glisser sur sa joue et y rester un instant. Oui, la blessure semblait très bien se porter, mais étrangement, le regard vague du feunard semblait penser à autre chose… Jusqu'à croiser le beau regarde de Yuuna qui l'incita sans doute à aller au bout de son idée, se décidant enfin à se pencher d'avantage sur elle pour déposer un délicat baiser sur sa joue… Et ne sentant aucune résistante, il eu même l'audace d'aller en déposer un autre, directement sur ses lèvres cette fois si.

Mais… T'es pas bien ou quoi Akira ?! C'est ton élève bordel de m… Bon ok, on ne s'énerve pas, c'était juste un coup de sang et.. Mais oh tu retire ta bouche de la sienne oui ? Ah, quand même merci… Ahem. Bon, là c'était un peu n'importe quoi, mais en même temps, coller la demoiselle dans ses bras avec sa réputation.. C'était bien malin peut-être ? Non, la réponse été non, non et encore non. Quand on tenait à la vertu des demoiselles en général, on les retirait plutôt de la vue d'Akira hein, il ne fallait pas être bien intelligent pour lui poser ainsi sur un plateau du coup. (n'est-ce pas joueuse de Yuuna?) Mais sérieusement… Son assistante ? Yuuna, la plus sage de toute ? Il avait fumé ou quoi ?! Même lui, il se demandait un peu ce qu'il lui avait pris de croire que.. Enfin.. Non sérieusement, pourquoi une fille gentille comme elle voudrait du dernier des pervers qu'il était hein ? Oui, il était en train de se trouver pas assez bien pour une fille… Chapeau, c'était une nouveauté ça. Se redressant en prenant bizarrement soin de ne pas regarder Yuuna, il laissa un instant de silence gênant planer dans la pièce avant de s'éclaircir la gorge.

« … Je.. Enfin ta blessure à l'air mieux, c'est bien. »

….. Quoi ? Sérieusement ? Il n'allait vraiment pas assumer à ce point ? Ah ben oui, apparemment c'était normal, puis ils avaient rêvé, voilà… T'es un gros con Akira.



FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'



Kdo et vrac:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Sam 7 Avr - 13:19
Plus que je ne veux l'admettre

     
Si les choses avaient toujours été un peu étrange entre eux, je pense que l'on peut affirmer qu'un cap allait être passé encore une fois. Dans quoi ? L'étrangeté ? Moui, on peut dire ça comme ça, mais je ne suis pas sûre que ce soit alors le meilleur terme à employer en réalité. Mais cela avait toujours été un peu aussi. Comme si une romance refusait de voir le jour ouvertement, pourquoi ? Parce qu'elle était son élève et lui son professeur ? Cela peut se tenir en effet, à moins que d'autres éléments ne viennent en rajouter, qui sait. Toujours est-il qu'une complicité certaine semblait être installé entre les deux jeunes gens. Bien plus qu'ils ne pourraient certainement s'en rendre compte. Et pourtant c'est peu dire. N'importe qui ne ferait pas ce qu'Akira faisait pour Yuuna. L'emmener se faire soigner, mais également la ramener chez lui pour l'héberger, tout en la portant alors dans ses bras comme le ferait un chevalier servant digne des contes pour petites filles. Oh non, pour sûr, tous ne le ferait pas. Et pourtant, il l'avait fait. Bien sûr qu'il tenait à elle, cela se remarquait dans sa façon de la regarder, mais elle aussi tenait à lui. Et même si Yuuna était le genre de demoiselle très gentille et prévenante avec un peu tous le monde, il était évident que son regard s'animait alors d'une petite lueur lorsqu'elle était en sa compagnie. Une lueur qu'on ne peut maîtrisé, naturelle, et surtout sincère. Une lueur qui lui était entièrement destinée, qui était alors rivée timidement sur lui, depuis qu'elle s'était retrouvée installée dans le salon en sa douce compagnie. Certainement qu'elle n'était pas visible que pour lui qui plus est, puisque la domestique de la maison estima certainement que les deux jeunes gens méritaient un coup de main visiblement.

Je ne sais pas si le mot coup de main convient, certainement pourraient-ils finir par se débrouiller, ils sont grand, et qui s ait ce que ce genre de rapprochement invité pourrait alors produire. Pourtant, quelque chose se produisit. Le courant passait, littéralement. Déjà qu'elle n'était pas bien bavarde dans le genre intrusive la demoiselle, le silence était littéralement la seule chose que sa bouche voulait bien laisser sortir d'entre ses lèvres. Elle était là, planté à le regardé, alors qu'il était si proche d'elle. Le chaud lui monta au joue, et de ce fait le sang avec, colorant alors sa peau pâle d'une légère teinte que seul Akira avait alors le loisir d'admirer. Elle ne disait mot, le souffle coupé, il ne cessait de s'arrêter à chaque mouvement que le feunard à ses côtés produisait. Comme par exemple se pencher pour alors regarder avec tendresse et douceur sa plaie déjà oubliée sur son front. Le regard de la demoiselle ne savait où se poser, alors elle fixait un peu l'air agars le col du kimono du jeune homme. Comme si elle se disait soudainement que c'était une partie de son corps soudainement magnifique. Elle déglutit, et sa joue s'enflamma lorsque la main de son professeur trouva sa place sur cette dernière. Ce qui était étrange, c'est que ce n'était pas la première fois que ce genre de contact existait entre eux. Et pourtant, cela faisait à chaque fois le même effet. Ou plutôt non, cela s’aggravait. Certainement parce qu'ils étaient prolongés de plus en plus, comme maintenant, alors que son souffle vint lui caresser la peau, sans dire mot, son professeur déposa alors sur sa joue un baiser, tendre et .. doux. Sa peau devint électrique, son souffle se coupa à cet instant, tandis que ses yeux s'écarquillèrent assez pour laisser ses grandes yeux bleu et brillant exprimer la surprise de l'instant. Une pointe de gêne certainement, pourtant, elle n'en dit rien, rien du tout même. Même si sa bouche s'est entre-ouverte sur le coup, seul l'air passait. Une chaleur la prit alors en partant de la tête, et sans qu'elle n'ai réellement eut le temps de bouger -ou plutôt elle n'en ressentait pas le besoin, abasourdit et totalement bercé par les gestes d'Akira, elle se laissait aller-. Le jeune homme apposa alors ses lèvres sur les siennes.

Si Yuuna avait déjà cessé de respirer, elle ne put reprendre le souffle. Et ce n'est pas à cause du manque d'air que son visage se colora alors ouvertement d'une teinture rougeâtre si marquée. D'habitude, c'est léger,voir même délicat, mais il n'était maintenant plus possible de se dire : c'est mon imagination. Ses yeux se fixèrent sur son professeur, et se mirent à papillonner avant d'osciller entre ouvert et clos. Comme si elle ignorait totalement en cet instant ce qu'elle devait faire, comme si de toute façon son cerveau était encore en état de marche... Impossible, plus rien ne répondant, et vu de la chaleur qui émanait de son corps, le type feu n'est pas le seul facteur à prendre en compte. D'une main fébrile et tremblante, cette dernière vint se mettre sur l'avant bras du professeur, proche du poignet, de cette main qui avait visiblement trouvé sa place sur sa joue. Son cœur s'en alla faire des loopings dans sa cage thoracique et rien ne s'arrêta même lorsque le contact fut rompu, son regard se baissa par instinct, sans même bouger le reste de son corps d'un pouce, offrant alors la scène ridicule des deux qui regardaient tout sauf la personne en face d'eux. Et son souffle daigna alors enfin revenir.

« …... H-heu....E...'core un... peu... »

Si cette phrase ne semble avoir aucun sens si elle est lu telle qu'elle, ce n'est pas pour rien, mais il est pourtant pas bien difficile de savoir ce qu'elle disait. C'est tellement entre-coupé, et surtout murmuré doucement, qu'il est très difficile de comprendre ce qu'elle venait de murmurer. Mais qui sait, les oreilles du professeurs aiguisés l'ont peut-être un peu entendu et compris... De toute façon, elle se reprit dans la foulé, et se mordit la lèvre, comme ne réalisant pas qu'elle venait de murmurer qu'elle aurait voulu que cela dure encore un peu. Mais rien à faire, la gêne la bloquait, autant que sa main semblait être bloqué sur le poignet de son professeur maintenant abaisser, comme si ce contact devait continuer.

Yuuna hocha timidement la tête en guise réponse. Décontenancé par la réaction de son professeur, mais y répondant tout de même. Comme si elle était incapable de mettre un mot sur ce qu'elle ressentait, ce qu'elle avait ressentit.. Incapable de répondre à ses questions. Elle était peut-être pure et un peu naïve, Yuuna n'était pas pour autant un demeuré total, et connaissait parfaitement la signification -du moins en général- de ces gestes qui lui étaient totalement inconnu. Ce qui lui fit alors se demander : pourquoi avait-il fait ça ? Quelle était la raison qui aurai pu pousser Akira à vouloir... Agir ainsi. Qu'est-ce qui se passe dans ta tête Yuuna ? Trop de questions, trop de sentiments, trop ressentit, c'est à en avoir la tête qui tourne...

« O-oui c-c'est grâce à vous. »

Bégaya-t-elle. Le regard perdu alors vers le sol, ses doigts glissèrent alors comme si c'était naturelle contre l'avant-bras du jeune homme. Se retrouvant alors à effleurer la main avec douceur et légèreté, pour venir s'y blottir contre. Comme si... C'était naturel. Son regard se releva vers elle, une gêne, une timidité, un égarement, et pourtant, cette même lueur.

« Grâce à vous, je n'ai plus froid. »

De quoi parlait-elle ? Il était évident que le temps frais et les conditions pas simple pouvaient largement être suffisante pour justifier ses parole. Pourtant, il n'était pas certain que cela soit la seule référence. La froideur de la solitude pouvait également être de mise. Elle n'avait plus froid, nul part, parce qu'elle avait la chance de tenir sa chaude main dans la sienne, et de l'avoir à ses côtés... Sans compter le coup de chaud qu'il lui avait donné plus tôt. Pourtant, son sourire doux et d'une tendresse infini illumina ses traits timidement. Elle l'avait regardé dans les yeux, et même si c'était gênant, elle avait la certitude d'une chose, elle les trouvait magnifique.

« J'espère pouvoir vous rendre la pareil un jour. »

Même si cette phrase pouvait sonner étrange, il va sans dire de la part de Yuuna que c'est parfaitement saint d'esprit. Il l'avait aidé, et apporté tellement, qu'elle aimerait pouvoir le remercier. Ne sachant pas alors à quel point ils pourraient s'apporter mutuellement quelque chose. Peut-être était-ce déjà le cas, à cet instant, quand son pouce effleurait de façon mécanique sa main, quand ce sourire lui était entièrement adressé, quand les battements de son cœur lui étaient dédiés. La couverture glissa alors légèrement de son épaule, certainement aurait-il fallut qu'elle se mettre contre lui encire plus proche pour qu'elle ne glisse pas, mais je pense que le courage de Yuuna a des limites.
     
©️ 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur • Pokémon
Messages : 170
Pokédollards : 75
Date d'inscription : 28/07/2015
Localisation : Johto /Rosalia
Je suis (Inrp) : Hétéro et bientôt casé ~
Je ressemble à : Tomoe (Kamisama Hajimemashita)
Double compte : Cassidy

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Onde folie ♦ Vive-attaque ♦ Lance-flamme ♦ Déflagration
Race Pokemon/ Métier: Feunard Shiny / Prof pokémon
Team/Dresseur/Equipe:
Professeur • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Lun 16 Avr - 17:45

I need you


Même si c'est dur à admettre

feat  Yuuna - Akira U. Shinki



Bon, mon petit Akira, il faudrait peut-être songer à expliquer aux gens ce qu’il se passe dans ta petite caboche à la fin, parce qu’il faut bien l’avouer, plus dur à suivre, c’était compliqué à trouver pour le coup comme comportement. Comment cela ? Le professeur ne faisait rien de bizarre ? Pff, on vois bien que les gens au fond ne suivait pas là… Premièrement, notre homme, l’un des plus grand coureur de jupons de Rosalia et peut-être même de Johto s’était soudainement calmé ces derniers temps. Pourquoi ? Et bien, on pourrait certainement parler de l’arrivé soudaine de Yuuna dans son laboratoire, mais monsieur nierait sans doute avec acharnement ce fait. Du coup, nous parlerons là d’une soudaine baisse de régime, probablement temporaire… Ou pas. Ensuite, le feunard venait de décider aujourd’hui même de ramener la dite Yuuna chez lui pour l’héberger. Là il vous dirait que ce n’était pas de sa faute non plus, il s’agissait là de circonstance exceptionnel, contre laquelle il ne pouvait rien etc etc.. Mouais, il s’était tout de même bien empressé le bougre dirons certains, mais qu’importe. Dernier fait et pas des moindres, le renard semblait lutter depuis quelques temps contre une attirance de plus en plus certaine pour la demoiselle aux cheveux blancs. Sauf que voilà, cette dernière était aussi son élève. Une personne sous sa responsabilité, sur qui il avait de l’autorité dirons certains (mais qui n’avait pas d’autorité sur Yuuna, on se le demande) et cela ne pouvait donc passer que pour de l’abus de sa part. Comme si le feunard profitait d’être le chef du laboratoire pour abuser de la crédulité d’une demoiselle… Pff, c’était bien mal connaître Akira ça.

Il aimait séduire, oui, mais croire qu’il pourrait se servir d’un quelconque avantage – en dehors de son physique bien entendu – pour obtenir ce qu’il voulait, c’était pousser le bouchon un petit peu loin. D’ailleurs, cela commençait à le tarauder depuis un moment. Cette limite entre l’envie et l’éthique professionnelle, ce qu’il pouvait faire ou non en tant que professeur. Avant, cela lui paraissait très clair pourtant, mais depuis que Yuuna avait débarqué, les choses lui paraissaient bien plus compliqué tout à coup. Et pour que la jeune femme arrive à le perturber ainsi dans son éthique professionnelle, c’était bien qu’elle devait avoir quelque chose de spécial la demoiselle… Avec ses grands yeux bleus, sa douceur et… Raaah, zut ça recommence. Mettre Yuuna sur un piédestal, en voilà une idée, cela allait beaucoup aider ce pauvre Akira à se retenir hein… Surtout que bon, c’était mal partit pour lui le pauvre, car il n’était nullement aidé, même dans sa propre demeure ! La servante avait fini par débarquer avec une couverture, les collants ainsi l’un à l’autre comme si c’était la seule chose logique à faire. Mettre une douce herbivore dans les bras d’un prédateur, du pire carnivore de la ville même, brillante idée. A croire que personne n’avait envie de protéger les intérêts de Yuuna… Même s’il fallait bien le dire, il ne lui voulait pas de mal, que du bien au contraire.

L’ambiance aidant, il avait d’ailleurs fini par céder. D’abord en douceur, déposant un premier baiser sur sa joue pour tâter ses réactions, avant d’aller plus franchement déposer ses lèvres sur les siennes… Hm… Et l’éthique alors ? Au diable hein, il semblait l’avoir oublié, attiré qu’il était parce cette femme non démoniaque. Profitant tout simplement de cet instant, bref mais intense. Yuuna pouvait très bien être choqué de la chose ensuite, le repousser, le traiter de professeur pervers. Mais sur le coup, elle n’avait pas semblé réagir. Pas en mal en tout cas, ce qui avait conduit Akira à profiter d’avantage… Jusqu’à la fin de ce baiser, où là, la gêne s’était quelque peu installé. Pas encore prêt à assumer totalement le bougre apparemment. Il s’était mis à regarder ailleurs, un peu comme Yuuna, même si cela était bien plus habituel chez elle que chez le professeur en général sur de lui et maître de ses sentiments. Pourtant, s’il n’était pas du tout certains de la réaction de la demoiselle, les oreilles du feunard ne purent que se redresser pour entendre d’avantage ce qu’avait murmuré Yuuna après ce cours échange. Comme il était pratique de posséder ces grandes oreilles et donc une ouïe bien développé, surtout quand la personne en face ne semble pas bien décidé à être entendu. Pourtant, cela n’avait pas échappé à Akira, elle avait murmuré « encore »… Bon à savoir cela. ~

Même s’il avait esquivé avec une phrase anodine, le feunard ne pensait bien évidemment qu’à ce baiser et avec la phrase de Yuuna, peut-être même au prochain. Trop gourmand ? Peut-être, mais en même temps, comment résister à cette demoiselle si elle était pleinement d’accord elle aussi ? Pourquoi ? On ne savait pas trop… Un baiser déjà, c’était bien non ? Akira lui trouvait en tout cas, cela n’avait pas été faute de faire des rêves étranges ces derniers temps… Mais passons. Tandis que notre homme semblait chercher à remettre ses idées en place, Yuuna, bien que timide, trouva le moyen de prendre une petite initiative en faisant glisser sa main du bras du professeur jusqu’à sa main pour alors la serrer doucement. Geste qu’Akira ne repoussa pas, bien au contraire. Comme si cela était naturel, par un réflexe qui sortait d’on ne sait où, il avait refermé ses doigts sur ceux de la jeune femme, les gardant ainsi contre lui, profitant de leur douceur et de leurs chaleur. Écoutant au passage Yuuna lui dire qu’elle n’avait plus froid, ce qui le laissa un instant songeur. Parlait-elle de la température ou juste d’un autre genre de froid ? Le genre qu’on ressent quand on est seul. Le genre qu’Akira connaissait bien, celui dont il n’avait pas réussit à se débarrasser depuis son divorce et qu’on ne calme pas avec une couverture, un feu de cheminée ou la plus fougueuse des compagnies. Le genre qu’on ne soigne qu’avec des sentiments.

Cette phrase pourtant anodine dans un sens sembla laisser songeur le feunard, comme s’il se posait à présent réellement une question. Avait-il froid aujourd’hui ? Ou depuis qu’il s’était rapproché de Yuuna ses dernières semaines tout simplement ? La réponse semblait évidente, mais lui faisait peur pour le moment, voilà pourquoi il s’était contenté de répondre sans engager ses propres sentiments dans l’histoire, ne voulant pas non plus trop analyser quelque chose qui n’avait peut-être pas besoin de l’être.

« J’espère sincèrement que tu n’auras plus à subir ce froid. Je sais à quel point il peut être difficile à vivre parfois. »

Oui il était… Sincère, tout simplement. La simple idée que Yuuna puisse se sentir seule comme il l’avait été à une époque le rendait triste, il ne voulait tout simplement pas qu’une personne aussi douce subisse cela. Voilà pourquoi il ne voulait pas lâcher sa main, la resserrant même d’avantage comme si la jeune femme allait soudainement changer d’avis et lui retirer ce petit bout de paradis qu’elle lui avait tendu. Ce qui serait bien étonnant, surtout en l’entendant dire juste après avec son regard d’ange qu’elle voulait lui rendre la pareil… Mais cela, elle le pouvait ? C’était la vraie question qui obsédait un peu Akira ses derniers temps. Si elle était la bonne, une femme non pas là pour passer le temps, mais pour réparer doucement son cœur abîmé, pour lui tenir chaud. En homme qui n’avait rien connu ou que du bien de la part des femmes, Akira aurait certainement plongé, sans retenue dans cette opportunité, cette promesse de tendresse, tout simplement. Mais de mauvaises expériences l’avait conduit à se méfier, toujours. Marié trop jeune, divorcé quelques années après quand il aurait eu le plus besoin d’être soutenue, dans son travail, avec sa santé défaillante. Non, les femmes n’étaient présente que quand tout allait bien de toute manière. Impossible d’être faible devant elle, même pour un moment seulement. Coureur de jupons en mousse va, à fuir juste par peur, par sensibilité, parce que s’ouvrir à l’autre était juste une invitation à la souffrance. Le genre qu’on noie dans un verre d’alcool, tout simplement.

Mais Yuuna lui paraissait différente, si douce, si.. Incapable de lui faire du mal ? Bof. Cela il en doutait toujours fortement. Toutes les femmes en sont capable, du moment qu’on leur en laisse l’opportunité. Non, c’était peut-être trop lui demander pour l’instant. Donner de l’amour, il savait faire. En recevoir, c’était déjà plus compliqué bizarrement, même si cela pouvait venir certainement…

« Tu n’en as pas besoin. Si tu te sens bien, cela me convient, il n’y a rien à me rendre... »

Homme débile qui a réussi à se convaincre qu’il pouvait être plus heureux sans qu’on lui donne de l’affection. Voilà pourquoi il n’avait que des relations basé sur le physique, ajouter des sentiments c’était tout de suite bien plus compliqué et une porte ouverte sur des souffrances dont on pouvait très bien se passer. Crétin de renard. Lui qui savait pourtant au fond de lui qu’il ne supporterait pas que Yuuna subisse pas, qu’elle se sente si seule à nouveau, alors qu’il pouvait l’aider de ce côté là… Voilà pourquoi, voyant la couverture glisser un peu autour des épaules de la jeune femme, il avait tout simplement attrapé le morceau de tissus pour le remettre en place, tirant alors d’avantage Yuuna contre lui jusqu’à ce qu’elle se retrouve sur ses genoux pour que cela reste en place. Par un reflex bizarre même, ses queues de renard étaient venu entourer la jeune femme pour la maintenir dans un petit cocon protecteur. Il s’était alors penché doucement vers elle, fermant les yeux pour humer son odeur sagement avant de reprendre la parole d’une voix basse, comme si ce qu’il disait ne regardait qu’eux et devait rester entre eux.

« Je veux juste… prendre soin de toi. Je sais, c’est bizarre, mais c’est juste ce dont j’ai besoin là maintenant pour aller bien. Alors.. fais moi juste ce plaisir d’accord ? »

Comment ça c’était étrange de vouloir donner et pas recevoir ? Oui bon, un peu, il fallait l’admettre… Mais il fallait voir cela comme une sorte de thérapie, tout simplement. De quoi laisser au renard le temps d’accepter, ses propres sentiments d’abord qui le déroutaient au plus haut point, mais surtout ceux de Yuuna, si elle pouvait en avoir pour lui… Fille bizarre tiens.


FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'



Kdo et vrac:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 106
Pokédollards : 45
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   Jeu 19 Avr - 21:32
Plus que je ne veux l'admettre

     
Si l'on peut affirmer une chose, c'est que les limites de la relation professeur et élève étaient franchit et plus qu'un peu. Si l'on pouvait alors tout mettre sur le dos d'une relation ambiguë comme je l'ai déjà dis dans le précédent poste que j'ai rédigé, on pouvait éventuellement invoquer diverses excuses pour pardonner éventuellement l'écart qu'il y avait eu lieu dans cette pièce. Cet instant étrange, où ils se se ont embrassés. Enfin, c'est Akira qui a embrassé Yuuna, jamais de la vie la demoiselle n'aurait osé faire une telle chose. Quand bien même à cet instant même, cela semblait presque normale pour la jeune fille d'être là tellement elle s'y sentait bien. Enfin non, cela semblait pas normal, puisqu'à ces yeux un tel honneur et un tel bonheur lui était interdit, elle avait toujours l'impression que c'était interdit pour elle, qu'elle n'y aurait alors pas le droit. Pourtant, elle l'avait gagné à l'instant même où sa pokeball s'était brisé, mais ça, encore faut-il qu'elle l'assimile. Ce qu'il y avait d'adorable dans l'affaire, c'est de savoir que ces deux jeunes gens aussi adorables que gentils n'avaient besoin que d'une chose se reconstruire. Prendre confiance en eux et en l'autre, ou la reprendre même pour lui. Aller de l'avant, et savoir qu'il peuvent compter sur eux, parce qu'ils éprouvent alors l'un pour l'autre le même besoin de proximité et de tendresse.

Une tendresse tellement refoulée pour la demoiselle qu'elle n'assimilait même pas totalement qu'elle avait osé murmurer qu'elle voulait encore ce sentiment qui l'avait envahit quand il l'avait embrassé. De ressentir à nouveau cette chaleur qui lui avait chatouillé alors le ventre et remonté ensuite le long du dos jusqu'à sa nuque, faisant au passage se dresser sur sa tête ses cheveux. Un frisson qui pourtant n'était pas dû au froid, car elle n'avait pas froid. Elle n'avait plus froid. Physiquement, parce qu'elle était là, dans une belle maison spacieuse avec une couverture sur les épaules, avec son professeur qui lui prodigue malgré lui sa propre chaleur de par leur proximité. Mais aussi... Autrement. Au fond de son cœur. Parce que la tristesse qu'elle avait ressentit et ces instants de doute , de solitude et de crainte s'étaient soudainement envolé à l'instant même où son professeur avait démontré de l'attention pour elle. De l'attention à la fois gênante, qu'elle repoussait alors timidement, mais tellement agréable, dans laquelle elle voudrait se blottir, fermer les yeux et oublier, comme elle le faisait presque maintenant.

Ses yeux se baissèrent alors vers leurs mains liées. Elle avait timidement attrapé cette dernière, comme par réflexe, par non envie de rompre le contact entre eux de cette façon. Et Akira y avait répondu positivement. Elle avait sentit ses doigts se glisser alors autours des siens avec tendresse pour serrer sa main entre ses doigts fins. Elle avait l'impression d'être toute petite à l'intérieur... Comme une petite chose que l'on tiens dans le creux de sa main, un petit animal. De là, Yuuna n'osa pas bouger d'un pouce. Son cœur oscillait entre l'arrêt cardiaque et les battements à la chamade quand il parlait. Alors qu'il lui disait qu'il disait espérer qu'elle n'aurait plus jamais froid, parlant visiblement en connaissance de cause. Elle ignore alors si ce qu'elle a ressentit dans sa poitrine était une joie certaine de le voir ainsi préoccuper d'elle, ou alors le déchirement en l'entendant parler de cette façon, comme s'il était en réalité malheureux et seul. En réalité, elle ne connaissait pas tant de chose de lui. Comment pouvait-elle prétendre lui rendre la pareil alors qu'elle ne savait rien ? Sa main se serra alors instinctivement et très légèrement sur la sienne en signe de réaction immédiate. Mais elle ne dit rien. L'écoutant simplement. Tout était si silencieux et calme entre eux. D'une tendresse telle qu'il était évident que personne n'oserait rentrer dans cette pièce pour rompre cet instant. Ce moment certainement nécessaire entre eux.

Se mordant la joue à son évocation nouvelle de ne rien lui rendre en retour. Yuuna trouvait cela étrange. Elle avait l'impression de s'entendre, quand elle affirmait qu'elle lui devait tout et qu'il ne lui devait rien... Comme s'ils ne cessaient de se renvoyer la pareil malgré tout.
Elle rougit. Les bras d'Akira bougèrent alors pour la remettre dans le cocon confortable de la couverture. Mieux encore, elle se retrouva plus proche, sur les genoux de son professeur, l'air un peu bête, et pivoine. Mais elle ne se dégagea pas. Pourquoi elle le ferait alors qu'elle s'y sentait si bien ? Son regard s'illumina alors à l'apparition des queues d'hybride de son sensei. Les célèbres queues du feunard, grisés comme ses cheveux et ses oreilles, douce et chaudes, enroulés alors autours d'eux, les rendant alors totalement hermétique à tout ce qui pourrait se passer à l'extérieur. Comme si soudainement, il n'y avait plus qu'eux deux sur terre. Et même si Yuuna est le genre de personne à penser au monde entier avant elle-même, en cet instant, il n'y avait plus que lui qui avait alors de l'importance dans son esprit, et son cœur... Son souffle se coupa, et peinait à repartir alors qu'il avait la tête au plus près d'elle. Si elle soufflait, il allait le sentir... Mais je crois que c'est trop tard, la pauvre demoiselle est bien obligée de respirer. Yuuna se mordit la lèvre. Les joues pivoines, elle semblait cependant avoir reprit de sa contenance, pourquoi ? Parce qu'il ne la regardait pas, parce qu'il semblait terriblement mal et qu'elle était submergé alors par un sentiment bien plus fort que la gêne, un sentiment qui la poussait à agir pour son bien.

«  Je n'ai pas pour habitude de recevoir des choses Sensei... Je préfère offrir ce qui est mérité. Ce que vous méritez que de tout prendre injustement. »

Parce qu'elle ne peut pas, ce n'est pas Yuuna, tout simplement.

« Vous m'offrez plus que je n'ai jamais reçu et plus que je ne mérite. Vous êtes quelqu'un de bon. Ne vous surmenez pas ainsi Sensei. C'est mon travail de vous décharger et...  »

Elle semblait hésiter. Comme si elle ne savait comment elle devait formuler la suite de sa phrase. Sa voix avait alors défaillit, pourtant elle parlait tout bas, d'un murmure doux, emplit de tendresse. Se trouver sur ses genoux ne semblait plus tant la gêner, ou du moins c'était suffisamment masqué. Sa main qui tenait toujours la sienne remonta, gardant sa main fermement entre ses doigts, pour la serrer avec tendresse contre elle. Tandis que son autre main jusqu'alors totalement perdu se déplaça jusqu'à la tignasse de son aîné pour glisser ses doigts entre ses fins cheveux et les caresser avec tendresse.

«  Et je souhaite vous aider, je souhaite vous voir bien vous porter. Parce que le contraire m'attristerais terriblement. »

Ses cheveux alors se changèrent en flammes grisés un peu blanchâtres. Du feu un peu étrange, d'un douce chaleur, le feu ne brûlait pas, il était là pour le réchauffer doucement. Elle eut alors son sourire le plus tendre et sincère.

« Vous devez prendre soin de vous, s'il vous plais. Reposez-vous sur moi si je puis être digne d'être cette épaule pour vous... Akira. »

Je ne suis pas certaine que Yuuna saisissait pleinement la tention de cette situation. Cette tendresse telle qu'il était nul possible de douter de ce qui se déroulait entre eux. Que même de simple amis ne pouvaient avoir de telles attitude. Cette proximité, il serait difficile de la dépasser en restant descend. Et pourtant, pour rien au monde elle ne semblait décider à s'éloigner, au contraire, elle y avait répondu positivement, ajoutant même sa touche personnelle à cette douce étreinte qu'elle partageait avec lui. Sa main glissa de ses cheveux à sa nuque avec légèreté.
     
©️ 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I need you [Pv : Akira ♥]   
Revenir en haut Aller en bas
 
I need you [Pv : Akira ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Johto :: Rosalia-