Partagez | 
 

 Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Ven 5 Aoû - 20:21

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Aujourd'hui était une bonne journée.

Le soleil offrait généreusement ses rayons du haut de son zénith, à peine voilé par quelques nuages disséminés par-ci par-là sur cette toile de fond bleue qu'était le ciel. Forcément, avec une telle luminosité naturelle, le monde s'en retrouvait plus coloré que jamais. Dans les villes, les passants arboraient du vert pomme, du jaune canari, ou encore du rouge pastel à foison. Les rues elles-mêmes semblaient plus claires, brillant de joie face à un cadre propice pour toutes les envies.

Doppo quant à lui se promenait dans les alentours d'Acajou. Il venait de terminer un déménagement pour un couple de jeunes amoureux alors il profitait de son après-midi pour se reposer un peu. Passer la matinée à soulever des cartons et des meubles n'est pas un défi pour le Mackogneur, c'est plutôt la consigne qui demande de prendre soin des affaires qui le dérange. Quand il s'agit d'un cube rectangulaire tout va bien, suffit de serrer la boîte et de marcher droit. Tout le monde sait marcher droit ! Sauf que quand le canapé ou l'étagère ne passe pas les portes... En bref, le trentenaire avait besoin d'une petite pause au niveau mental. La finesse est et restera son point faible, ça doit bien être la seule chose qui puisse lui faire perdre patience en ce monde d'ailleurs.

Heureusement, le géant se tenait très loin de son seuil de tolérance. Pester contre un mur ou une entrée pas assez large n'arrive que sur le moment. Au final, le boulot fut correctement réalisé, e la compagnie satisfaite du travail fourni par l'hybride. Tout allait bien donc ! N'importe qui irait se poser sur une terrasse de café ou dans un parc après une telle matinée, mais Hanma préféra se diriger vers le nord, le sac à dos posé sur l'épaule droite. Le sportif ne pouvait pas rester en place à rien faire, la notion même d'inactivité ne se trouve pas dans ses gènes. Il préférait largement se programmer un aprem' tout entier dans l'entretien de son corps plutôt que de s'allonger sur un des lits du centre pokemon.

Sur le chemin, le musclé avait beau réfléchir aux exercices qu'il comptait réaliser aujourd'hui, il ne pouvait s'empêcher de dresser un constat sur la routine qu'il suit depuis peu. Il n'était plus un pokemon sauvage depuis cette fois à Ébènelle où il a rencontré Dalhia, sa dresseuse actuelle. Seulement voilà, malgré ce lien qu'ils ont avec la "CopainBall" formée, les deux ont été rarement en contact. En fait, jamais la jeune femme ne l'avait appelé depuis ce jour et cela le peinait légèrement. Car des combats que la rousse avait promise, le pratiquant n'en voyait même pas l'ombre. Ses journées ne consistent plus qu'à bosser et à maintenir sa forme. Le Mackogneur en viendrait presque à regretter les courageux, ou les courageuses, qui tenteraient de lui faire la peau à coups de ruse et autres tricheries. Cela ne voulait pas dire qu'il affectionne les malfrats et autres lâches loin de là ! Juste que... Bah, tout géant qu'il est, Doppo commençait à s'ennuyer de la vie qu'il a choisie.

Un soupir de poussé chassa ces quelques noires pensées de son esprit. Il n'allait quand même pas provoquer en duel tous ceux qui tomberaient sous son regard, si ? Rien que d'y penser le faisait sourire, soufflant du nez face à une telle folie qui ne lui siérait guère. Sans doute existe-il beaucoup de personnes au fort potentiel combattif, mais ce n'est pas du tout ce que recherchait le combattant. Il lui fallait de vrais défis, d'autres pratiquants fiers de leur art ayant poussé corps et âme jusque dans leurs derniers retranchements par amour des arts martiaux. Ce n'est que lorsque deux épées s'entrechoquent qu'ils peuvent chanter de leurs plus belles voix. Peut-être que ce Raffaelo pourrait faire l'affaire dans ce cas... Non, ce n'est qu'un humain. Doué certes, mais l'hybride ne pouvait s'empêcher de retenir sa force contre lui.


- Bon, trouvons un coin tranquille.

Se claquant doucement les joues, notre homme contempla durant quelques secondes la beauté paisible du Lac Colère. Malgré ses voyages, il ne savait toujours pas pourquoi on appelait ce lieu ainsi. Le contraste entre le nom et l'atmosphère l'amusait, imaginant rapidement les gens présents dire "Je me repose au Lac Colère, tu viens ?" sans que cela ne puisse être choquant pour personne. Il y en avait d'ailleurs beaucoup d'allongés autour du lac, et le pokemon était loin d'apprécier exhiber sa musculature aux yeux des autres alors il lui fallait trouver un coin plus discret pour ce qu'il comptait faire.

Une forêt bordait l'attraction plus loin. De là où se tenait le géant, c'est à dire à la limite de la route liant la ville du lac, elle avait l'air plus sauvage que le Bois aux Chènes près d'Écorcia. Rien ne semblait lui indiquer d'entrée l'invitant à pénétrer les bois, il lui faudra donc y aller sans consentement pour cette fois. Désolé les arbres, Doppo ne provoquera aucun dégât c'est promis ! Un entraînement ne consiste pas qu'à fortifier ses poings en frappant divers matériaux. Il faut aussi apprendre à connaître son corps, l'écouter, ressentir ses besoins et ses envies pour en tirer le maximum. L'hybride se souvenait encore des enseignements de sa grande sœur, une Lucario talentueuse dans la maîtrise de son aura, lui ayant permis de débloquer des capacités comme Dynamopoing à leur plein potentiel.

A l'intérieur de cette fameuse forêt, le musclé s'engouffra juste assez pour ne plus se sentir visible par les visiteurs. Il n'avait pas besoin d'explorer ces terres inconnues, juste d'une petite cache pour le reste de la journée, alors inutile de marcher trop loin. Une fois dans sa zone personnelle, il retira tout ce qu'il portait en haut afin de se retrouver torse nu. A chacun des mouvements du géant, même les plus simples, on pouvait observer les courbes de sa chair se plier et se déformer sous l'effort. Il retira aussi ses baskets, préférant la sensation de liberté au confort étouffant. Seul restait son bas, un pantalon de sport bleu foncé, pour la décence.

En silence et les yeux fermés, Hanma entra alors en phase de méditation. Cela n'avait rien à voir avec un moyen de rechercher l'équilibre ou la paix intérieure, le combattant cherchait tout simplement à chasser les pensées inutiles avant de débuter un kata simple. De l'extérieur, on pourrait le prendre pour un idiot à bouger ses bras et ses jambes dans le vide. Vrai que le géant avait juste l'air de danser plus que de se battre, pourtant il s'agissait d'un exercice important pour tout guerrier qui se respecte. Les katas sont des chorégraphies permettant d'user avec calme de certains mouvements, comme les coups, les parades, ou les contres.

Alors Doppo dansait au milieu des arbres, concentré sur le prochain pas qu'il devait faire jusqu'à compléter son kata. Quand il en terminait un, il ne manquait pas de saluer avant de reprendre place et d'en recommencer un autre. Forger le corps est certes important pour celui ou celle visant la force, mais le mental ne devait surtout pas être délaissé. Pratiquer des katas améliore la concentration, l'expertise, mais aussi la compréhension de chaque technique, qui sont des fondamentaux pour quiconque pratiquant les arts martiaux.

Malheureusement, quand le colosse s'entraine ainsi il perd toute perception du monde qui l'entoure. Tout se mélange dans une sorte de mixeur verdâtre avec le son du vent frappant les feuillages, et il est parfois difficile de percevoir un bruissement étranger, ou le craquement des feuilles sous les pieds...


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Jeu 11 Aoû - 19:15


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Ce n'est pas la première fois que Félicie met les pieds à Johto et, pourtant, le paysage la laisse toujours sans voix. Bien plus pittoresque que Kalos, cette région est une bouffée d'air frais pour la jeune Zébibron installée à l'arrière d'un taxi. Cette fois-ci, c'est à Acajou que l'agence a envoyé son père. Et comme toujours, l'adolescente est aussi du voyage. Tôt ce matin, ils ont prit un avion à l'aéroport d'Illumis pour atterrir quelques heures plus tard à Doublonville. Un taxi les y attendait déjà pour les conduire jusqu'à leur chambre d'hôte à Acajou. Habituée aux longs trajets, Félicie demeure calme et discrète tout en admirant le paysage à travers la fenêtre de la voiture. Johto est une région si verdoyante ! Des plaines et des champs s'étendent à perte de vue à l'horizon dans des variations de verte, de jaunes et de mauves. Si son matériel de dessin ne dormait pas dans sa valise chargée dans le coffre du taxi, elle serait déjà en train de reproduire ces décors sur le papier. Au lieu de quoi, elle se contente de les photographier des yeux, espérant pouvoir en garder des souvenirs assez frais à son arrivée pour les coucher sur une toile canvas. C'est dans de tels moments qu'elle regrette de ne pas posséder son propre appareil photo ! Pas un outil aussi performant que celui de son père, mais au moins d'assez bonne qualité pour que la demoiselle garde des souvenirs de ses courts voyages hors de Kalos.

La matinée touche à sa fin lorsque le taxi s'arrête finalement au centre ville d'Acajou – du moins, ce qui peut s'y apparenter. La ville est si petite que Félicie comprend l'absence d'hôtel. Néanmoins, sa petitesse fait son charme et l'adolescente s'y sent tout de suite à l'aise. Tandis que son père règle le taxi, elle observe les alentours en traînant sa valise à roulettes dans son dos. Elle ne tarde pas à apercevoir une petite boutique de souvenirs et se hâte de la rejoindre, admirant les bibelots exposés en vitrine avec beaucoup d'intérêt. S'il est trop tôt pour y acheter quoi que ce soit, Félicie sait déjà qu'elle y fera un tour avant de partir. Puisque le mariage a lieu demain, Félicie et son père vont rester trois jours à Acajou. La demoiselle aura donc l'occasion de faire son shopping au moment voulu. Pour le moment, ils doivent rejoindre leur chambre d'hôtes afin d'y déposer leurs valises. Félicie s'éloigne donc de la vitrine afin de retrouver son père qui examine avec intérêt la carte de la ville. Acajou n'est certes pas très grandes, mais ils ne connaissent pas les environs pour autant. Il leur suffit cependant de quelques secondes pour localiser leur chambres d'hôtes et définir l'itinéraire adéquat afin d'y parvenir. Sur le chemin, Félicie tombe sous le charme des petites maisons et de l'ambiance générale de la ville. C'est tellement joli qu'elle aurait envie d'y demeurer pour toujours.

A la chambre d'hôtes, ils sont accueillie par une gentille hybride Rondoudou qui leur vante la beauté de la ville tout en les guidant vers leur chambre. Bien que très bavarde, la femme âgée qu'une cinquantaine d'année est qu'une gentillesse inimitable. Elle s'efface une fois les nouveaux arrivants installés, les laissant ainsi profiter d'un peu d'intimité. La chambre est composée d'un lit superposé assez large, d'une grande penderie munie de cintres, d'une télévision fixée au mur et d'une salle de bain attenante relativement bien équipée. Aussitôt, Félicie prend possession du lit du haut – son père est de toute façon trop grand pour y dormir, il risquerait de se taper la tête contre les poutres apparentes du plafond en se redressant. Sur l'oreiller, la demoiselle découvre un petit paquet de sucrerie qu'elle ouvre aussitôt : ce sont des pistaches enrobées de chocolat, qu'elle picore tout en testant son matelas. Il est tellement moelleux qu'elle n'a pas envie de le quitter ! Cependant, midi approche à grands pas et l'heure du déjeuné va bientôt sonner. Félicie cesse donc de se goinfrer de sucreries, refermant le petit sachet afin de ne plus être tentée. Elle aide plutôt son père à ranger leurs affaires dans la penderie en attendant que le déjeuné soit servi. C'est alors que Félicie installe le dernier vêtement sur un cintre que la Rondoudou vient les chercher pour les inviter à table.

Le repas est un vrai régale, et Félicie n'est pas avare en compliments. Sa franchise devient d'ailleurs le sujet de conversation entre les hôtes et les résidents : certains peinent à croire que ce petit bout de fille, à l'air si timide, ne l'est pas le moins du monde. Le déjeuné se passe donc dans la joie et la bonne humeur avant que tous ne quittent la table pour vaquer à leurs occupations. Même si Romain est un peu fatigué par le voyage, il n'est cependant pas décidé à gâcher cette belle après-midi. Ses clients sont deux pêcheurs assez connus dans le coin qui ont décidés de se marier aux abords du Lac Colère. C'est sur cette étendue d'eau qu'ils se sont rencontrés il y a une paire d'année désormais et qu'ils se sont avoués leur amour. Ce lieu a donc une importance toute particulière à leurs yeux, tant qu'ils veulent y prêter serment. Puisque Romain sera en charge des photographies, un petit repérage avant le jour J peut s'avérer très utile. Ainsi, il charge son sac à dos de tout son matériel tandis que sa fille fait de même, mais avec sa panoplie à dessin. Elle a vu des photographies du Lac Colère dans les dépliants à l'entrée de la chambre d'hôtes : ce coin a l'air si joli ! Elle ne peut pas rater cette occasion de le représenter sur le papier. Ainsi, elle s'arme de tous ses crayons et de son calepin, bien décidée à laisser parler sa fibre artistique.

Il leur faut une bonne vingtaine de minute de marche pour rallier le Lac, mais cela en vaut largement le coup. L'étendue bleue reflète les rayons du soleil, aveuglant Félicie qui se rue pourtant au bord de l'eau. Elle devine la forme de nombreux petits poissons qui filent entre les rochers et les algues aquatiques. Le lac est encadré d'une forêt luxuriante principalement composée de conifères aux feuillages verts foncés. La Zébibron n'a aucun mal à comprendre pourquoi les futurs mariés veulent immortaliser leur amour ici : c'est tellement joli qu'elle en a des étoiles dans les yeux. Romain est également sous le charme, mais sûrement voit-il tout ça d'un œil bien plus professionnel que sa jeune fille. Aussitôt, il sort son calepin à notes et se met à griffonner diverses informations qui n’intéressent pas Félicie. Elle a plutôt envie de visiter les abords du lac avant de se poser pour dessiner. Ainsi, elle fausse compagnie à son père dès qu'il lui autorise de partir en exploration. Comme d'habitude, il lui recommande seulement d'être prudente et de ne pas trop s'éloigner – et surtout, de ne pas s'approcher du lac, histoire qu'elle ne prenne pas le risque de tomber à l'eau. Mais la demoiselle a plus envie de se perdre sous la canopée que de piquer une tête. Ainsi, elle s'enfonce dans les bois sans demander son reste, excitée comme une petite puce.

La forêt est dense et fraîche. Les feuillages des conifères sont tellement épais que le soleil a du mal à percer jusqu'au sol. Mais Félicie apprécie cette fraîcheur et s'enfonce de plus en plus dans les bois sans la moindre appréhension. Le calme des lieux tranche avec l'agitation sur le bord du lac : il fait tellement beau que beaucoup de monde viennent s'installer près de l'eau. Cette quiétude est cependant très agréable, d'autant plus que cela permet à la demoiselle d'apercevoir divers petits animaux, tels des écureuils ou des oiseaux. Elle ne prend pas vraiment la peine d'être discrète, elle est sûrement seule dans le coin de toute façon. Du moins, c'est ce qu'elle croit jusqu'à ce qu'elle aperçoive une forme humanoïde à quelques mètres de là. Curieuse, Félicie s'approche à pas de loups jusqu'à identifier un homme à la carrure colossale. Il a l'air … de danser. Ses mouvements larges et fluides, il semble en parfaite harmonie avec son corps. Hypnotisée, la Zébibron ne peut décrocher ses yeux de ce ballet solitaire. Cet homme serait-il un artiste profitant du calme des bois pour s'entraîner ? Difficile à dire, mais Félicie en est presque persuadée. Qu'importe qu'il ne possède pas le physique d'un danseur étoile, elle trouve sa corpulence tout à fait adaptée à ses mouvements. Ce qui la laisse d'autant plus sans-voix. Du moins, seulement l'histoire de quelques instants, car la voilà déjà qui braille :

Vous dansez tellement bien monsieur ! Vous pourriez recommencer ?

Évidemment, elle a attendue qu'il finisse avant de le déranger. La Zébibron n'est pas une experte en danse, mais en voyant l'homme s'immobiliser et saluer, elle a deviné qu'il marquait ainsi la fin de sa chorégraphie. Toute guillerette, elle sort de sa cachette – qui n'en est pas vraiment une – afin de rejoindre le géant. Il la dépasse d'au moins quatre têtes, Félicie n'est pas effrayée et se plante devant lui en se dévissant le cou pour le regarder. Elle doit avoir l'aspect d'une crevette à côté de lui, mais elle s'en soucie guère. L'adolescente est tellement subjuguée par ce qu'elle vient de voir qu'elle s'est sentie obligée de le rejoindre. Elle espère simplement ne pas l'avoir effrayé ou dérangé dans son entraînement. Elle sait que sa curiosité est un très vilain défaut mais ce n'est pas demain qu'elle se calmera. Du moins, pas tant qu'il demeurera tant de mystères sur le monde.

Oh, j'espère que je ne vous dérange pas ? Je me baladais quand je vous ai vu danser et j'ai trouvé ça tellement joli ! Vous êtes danseur ? Vous faites partie d'une troupe ? Ou d'un cirque peut-être ?




© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Ven 12 Aoû - 15:03

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Cet exercice faisait le plus grand bien tant au physique qu'au mental du Mackogneur. Plongé dans ses projections mentales, ses gestes s'imprégnaient du savoir-faire ancestral portés par les formes de chaque kata pratiqué tout en dégageant cette force caractéristique du pokemon qu'il est. Le tout dégageait une très relative beauté, dont seul-e-s les passionné-e-s pourraient en percevoir un once tandis qu'un-e néophyte ne verrait qu'un homme bougeant vulgairement les poings et les pieds dans tous les sens sans réelle logique.

Doppo ne demandait pas à ce qu'on le trouve beau ou attirant. Il ne cherchait pas à sculpter son corps selon des canons de beauté, et son attrait pour le combat n'a rien à voir avec une quelconque image qu'il aimerait se créer. Sa philosophie de vie était assez simple pour ne pas s'encombrer d'un jugement superficiel sur son apparence, bien qu'il eût des objectifs concernant ce dernier. Ne pouvant plus évoluer, le petit Machoc qu'il était dans sa jeunesse avait déjà obtenu ce qu'il désirait. Sauf que les muscles doivent rester entretenus sous peine de disparaitre, d'où la nécessité de toujours repousser ses limites et de ne jamais se reposer sur ses lauriers.


Vous dansez tellement bien monsieur ! Vous pourriez recommencer ?

Se croyant seul, cette voix le déconcerta et le fit se retourner vivement vers sa source. Le géant aurait répondu de sa voix grave et forte s'il s'agissait d'une menace, néanmoins le ton employé et les notes contenues dans ces mots emplis de curiosité ne furent en aucun cas menaçants pour lui. Devant ses yeux bruns se tenait une jeune fille, 18 ans grand maximum, dont l'apparence toute entière pouvait se résumer par sa chevelure dichromatique, partagée entre un blanc pur et un noir profond. Une coupe aussi atypique ne pouvait qu'attirer le regard et soulever des questions à son sujet. Était-ce une couleur naturelle ou une nouvelle mode chez les jeunes ?

Toutefois, le trentenaire n'aimait pas se tenir dénudé devant le regard d'autrui. Il ne se souvenait plus d'où cet embarras lui venait, mais peu importe la raison car il lui fallait rapidement de quoi se couvrir afin de se comporter comme un homme respectable. Il remit donc vite fait son sweet le temps que la curieuse s'approche de lui. Elle était si petite, 18 ans serait peut-être un peu exagéré... 15 ans ? Estimer l'âge de la personne a qui l'on a affaire permet de savoir comment se comporter avec cette dernière. Il lui fallait donc au moins tenir une fourchette raisonnable, on ne parle pas de la même manière à une enfant qu'à une jeune adulte quand on ne fait partie d'aucune de ces deux catégories.


Oh, j'espère que je ne vous dérange pas ? Je me baladais quand je vous ai vu danser et j'ai trouvé ça tellement joli ! Vous êtes danseur ? Vous faites partie d'une troupe ? Ou d'un cirque peut-être ?

Danser ? Ah ! Elle avait en effet parlé de danser. Nul besoin de cogiter longtemps pour comprendre de quoi elle parlait. Le combattant se mit à sourire une fois de plus, amusé devant cette candide curiosité. Ce que l'enfant avait observé n'était malheureusement pas une danse, bien que cela y ressemblait beaucoup. Il y avait bien des pas à apprendre, une chorégraphie à maitriser, de la concentration à mettre dans chaque mouvement, mais ce n'était pas une danse non. Les danseurs, selon notre homme, sont des artistes qui s'expriment à travers leurs corps. Ils transmettent des messages parfois codifiés, parfois spontanés. Un Kata n'a rien d'une émotion. En fait, cela se rapprocherait plus d'une recette de cuisine que d'une danse... Non, un kata reste un kata, c'est beaucoup trop unique pour posséder sa métaphore.

- Danser... ? Non, en fait je ne suis pas danseur désolé.

Sans doute allait-elle maintenant demander ce que l'hybride faisait alors. A gesticuler les membres de manière rythmée, si ce n'était pas une danse qu'est-ce que cela pourrait bien être. Cependant le géant avait lui aussi des questions pour la jeune fille, notamment sur son identité ou sur les raisons de sa présence au Lac Colère. Les adolescentes de nos jours sortent avec des amies, entre elles à profiter de leur jeunesse. Avec une météo aussi belle qu'aujourd'hui il n'y avait pas de raison pour s'enfermer chez soi... De toute façon le sportif est loin d'être un expert en psychiatrie pour comprendre les jeunes qui s'enferment dans leurs chambres. Mais pour l'instant, il n'avait que les généralités du quotidien en tête : Les adultes travaillent, les jeunes s'amusent. Alors à quoi pouvait-elle bien s'amuser ?

- Mais que fais-tu par ici sinon ?


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mar 16 Aoû - 14:24


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

« Et surtout ne t'adresse pas aux inconnus ! » C'est la dernière phrase que Romain a adressé à Félicie avant qu'elle ne disparaisse dans les bois. C'est ce qu'il lui répète à chaque fois, mais il faut croire que ça rentre par une oreille pour aussitôt ressortir par l'autre. L'adolescente sait que son père s'inquiète toujours beaucoup pour elle, mais elle estime qu'elle est désormais assez âgée pour voir d'elle-même si une personne est mauvaise ou non. Bien sûr, Félicie n'a pas conscience de sa propre naïveté contrairement à son paternel. De ce fait, n'importe qui est capable de la mener en bateau sans même qu'elle ne s'en rende compte. C'est pourquoi Romain ne veut pas qu'elle s'adresse à n'importe qui : le danger est partout. Certes, Johto n'est régenté par personne mais le mal est partout. D'autant plus qu'après des années coupée du monde extérieur et des autres, Félicie n'a apprit à se méfier de rien. Pire encore, elle recherche toujours du contact avec autrui. Or, son père craint vraiment qu'elle tombe sur une mauvaise personne voulant lui faire du mal. Il a du se battre des années durant pour sortir Félicie de sa cage dorée, il ne laissera personne lui faire du mal. Cependant, il ne peut pas la couver pour l'éternité. Elle doit apprendre à voler de ses propres ailes … tout en se méfiant des rapaces, impatients d'en faire leur déjeuné.

En venant s'adresser au géant, Félicie a donc désobéit à la règle d'or imposée par Romain. Cependant, elle n'en éprouve pas la moindre culpabilité. Un danseur ne peut pas être quelqu'un de méchant. Si les artistes jouent ainsi de leur corps, c'est pour le plaisir des yeux d'autrui. Une personne qui œuvre ainsi pour la satisfaction d'un public ne peut pas être mauvaise. C'est du moins la logique de Félicie, sa suite d'idées. Alors elle n'est pas restée dans sa cachette – si le jeune pin derrière lequel elle était peut être considéré comme une cachette – et s'est dirigée vers le danseur. Du moins, le présumé danseur. Sa réaction a été immédiate : à peine l'adolescente était-elle rentrée dans son champ de vision qu'il a enfilé son sweat. De nature pudique, Félicie sent une once de gêne s'envoler suite à cela. Ce n'est certes pas la première fois qu'elle voit un homme torse-nu, mais elle se sent toujours un petit peu mal à l'aise. Elle estime qu'il y a certaines choses qu'une jeune demoiselle de son âge n'a pas à voir. Certes, il y a bien pire qu'un torse mais pour elle, tout prend des dimensions exagérées. Enfin, inutile de s'en inquiéter davantage : la Zébibron peut désormais faire face au géant sans appréhension. Il pourrait lui manger sur la tête et pourtant, elle ne semble pas effrayée pour deux sous …

Danser... ? Non, en fait je ne suis pas danseur désolé.

Félicie cligne des yeux, surprise. Il n'est pas un danseur ? Dans ce cas, pourquoi danse-t-il ? Pour le simple plaisir ? Ou alors tient-il à rester anonyme ? Si ça se trouve, elle est face à une star et elle l'ignore ! Mille et une hypothèses farfelues tourbillonnent dans son esprit alors qu'elle observe le géant, les yeux ronds. Pour elle, il n'y a pas trente six solutions : s'il danse, il est un danseur, point. Peut-être pas un professionnel, certes, mais ça ne change rien. Lorsque quelqu'un chante, c'est un chanteur. Lorsque quelqu'un nage, c'est un nageur. Lorsque quelqu'un dessine, c'est un dessinateur. Il n'y a pas plus simple comme logique. Alors pourquoi ce monsieur nie-t-il ? Félicie n'a pas rêvé, elle l'a bel et bien vu danser. Ces gestes fluides, ces mouvements de bras … c'était une chorégraphie parfaitement exécutée. Qu'est-ce que ça pourrait être d'autre si non ça ? Félicie n'est certes pas la personne la plus renseignée sur les activités en règle générale, mais elle est certaine d'avoir assisté à une danse et pas à autre chose. De toute façon, il n'existe pas d'autre art exigeant de travailler ainsi son corps. Ce géant est peut-être trop timide pour l'admettre ! En tout cas, Félicie est bien décidée à camper sur ses positions. Elle a vu ce qu'elle a vu, ce n'était pas une illusion. Et elle est bien déterminée à tirer tout ça au clair !

Mais que fais-tu par ici sinon ?
Je me promenais ! Mon père prend des photos au bord du lac mais j'étais curieuse de voir la forêt. Je pensais bien être toute seule lorsque je vous ai vu danser ! Dites, vous pouvez m'apprendre juste quelques pas ? Après, je vous laisse tranquille !

La danse a toujours été une activité attirant Félicie. Cependant, elle n'a jamais pu prendre la moindre leçon à cause de sa mère. Et lorsque son père a reprit sa garde, elle a préféré s'inscrire dans une école de musique. Quand bien même elle aime le sport, elle a toujours rêvé de jouer de la flûte de pan. Elle a donc dirigé son choix dans ce sens-là. Mais elle ne perd pas l'idée qu'elle a d'apprendre à danser, un jour. Des valses, des foxtrot, des rumba … A la télévision, elle a vu énormément d'émissions autour de la danse, et elles lui ont toutes mit des étoiles dans les yeux. Un jour, elle aussi, elle enflammera le parquet d'une salle avec son partenaire, elle en est convaincue. Mais d'abord, qu'elle apprenne à jouer de sa flûte. Son niveau est encore moyen, mais Félicie sait que ça viendra à force d'entraînements. C'est comme tout. Même ses débuts en dessin n'étaient pas fameux. Mais à force de dessiner chaque jour, elle a affiné son style et son coup de crayon jusqu'à son niveau actuel. Il n'est certes pas parfait, mais elle estime qu'elle s'en sort plutôt bien. Il faut dire que son matériel ne la quitte pas d'une semelle et qu'elle a toujours de quoi dessiner dans son sac à dos. En ce moment même, son calepin à dessin et sa trousse à crayon de couleur attendent patiemment d'être utilisé. Sûrement Félicie dessinera-t-elle le coucher de soleil sur le Lac Colère ou le soleil filtrant à peine à travers le branchage des conifères …

Au fait, je m'appelle Félicie ! Et vous ? Vous habitez par ici ? Moi je viens de Kalos !




© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Lun 29 Aoû - 14:51

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Je me promenais ! Mon père prend des photos au bord du lac mais j'étais curieuse de voir la forêt. Je pensais bien être toute seule lorsque je vous ai vu danser ! Dites, vous pouvez m'apprendre juste quelques pas ? Après, je vous laisse tranquille !

Doppo se retrouva assez contrarié par ces mots. Sa rencontre avec cette enfant ne pouvait pas être harmonieuse, tant à cause du mur générationnel dressé entre eux que par l'image sociale que ça en découle. De tous, le géant devait sans doute être celui qui avait le plus conscience de la société et des jugements dont sont capables chacun. Que dirait son père s'il voyait sa jeune fille, son trésor de vie, parler avec un colosse ? Peu importe le sujet, un papa s'inquiètera toujours. Celui du Mackogneur n'était pas non plus dans la fibre protectrice, mais c'était uniquement parce qu'il pouvait faire confiance à sa femme pour jouer les gardes avec ses nombreux enfants.

Cependant, Hanma ne savait point comment vivait celle qui se tenait en face de lui. Avait-elle des frères, ou des sœurs ? Ses parents vont-ils bien ? Est-elle heureuse avec sa famille ? Le combattant n'avait rien d'un expert en relations familiales, mais il pouvait imaginer un minimum les différentes peines que peut vivre un enfant au cours de sa jeunesse. Merci les collègues de travail, il n'y a que sur un chantier qu'on peut se plaindre de son entourage pour certains. Tout de même, il ne pouvait pas accaparer le temps de l'inconnue aux cheveux étranges sans risquer de passer pour un méchant. Le musclé ne souhaitait pas créer de problèmes, il n'est pas venu ici dans ce but et il avait largement passé l'age de faire des bêtises.


- C'est ce que ce n'est pas de la danse... Je m'entrainais à un art martial en fait.

Pensant l'avoir déjà dit, ça le gênait un peu de se répéter concernant son activité. Non pas qu'il n'aimait pas redire encore et encore la même chose, Doppo considérait juste que ça ennuyait les autres d'entendre un disque rayé alors il préférait éviter avoir à trop rappeler les mêmes informations. En tout cas il ne pouvait pas apprendre de pas à quelqu'un qui ne savait même pas ce qu'il faisait. Si la petite tenait toujours à pratiquer un kata, même pour rire, cela réjouira l'hybride de combat pour sûr, mais il ne pouvait pas lui faire apprendre ça sans qu'elle ait conscience de la réalité derrière ces gestes.

Puis c'était gênant aussi parce qu'il avait l'impression de briser un rêve. Les jeunes sont bercés d'illusions pour rendre leur monde plus coloré et joyeux qu'il n'y parait. Petit, lui-même ignorait tout du mal que causait Chronos. En fait, même maintenant il ignorait beaucoup sur ce groupe basé à Unys. Les plus jeunes n'ont pas à vivre dans la terreur et le mal, ils doivent savoir que le bien existe et les protège aussi. Bon d'accord ça va un peu loin, révéler la vérité concernant une activité comme le sport de combat n'a rien de mauvais en soi, par contre Doppo ne supportait pas trop agir ainsi. Pas pour rien qu'il ne désirait pas procréer et perpétuer la vie, il se voit beaucoup trop comme un mauvais père pour s'occuper de bébés.


Au fait, je m'appelle Félicie ! Et vous ? Vous habitez par ici ? Moi je viens de Kalos !

L'avait-il écouté au moins ? Félicie, un joli nom pour une fille pleine d'énergie comme elle, mais elle semblait parfois dans son monde. Hanma se sentait de plus en plus embarrassé au fil des secondes, alors il se posa à terre, en tailleur, afin de se retrouver à la même hauteur que son interlocutrice. Au moins placé ainsi ils pouvaient se regarder dans les yeux sans avoir à lever ou baisser la tête, ce qui n'avait rien de très pratique dans une conversation.

- Doppo, et pas vraiment. Je voyage simplement

Le géant s'était placé à une distance plus que respectable, au cas où le parent de Félicie viendrait retrouver sa princesse. Question de respect. Pour lui, l'innocence était fort présente chez l'enfant et ça l'amusait quelque peu, alors il se mit à sourire, adoucissant grandement ses traits. Combien de temps s'était écoulé depuis qu'il avait perdu le sien ? Une pointe de mélancolie passa sur son regard brun, l'abaissant vers ses jambes gonflés le temps d'un éclair avant de retourner vers la curieuse.

- Mais tu dis venir de Kalos, c'est un peu loin comme région. Vous êtes venus comment toi et ton papa ?

L'amoureux des découvertes n'était jamais sorti de Johto. En plus de trente ans il n'avait jamais pu dépasser les frontières, alors voir quelqu'un venir de "dehors" le rendit tout aussi curieux que cette dernière. De la mélancolie venait maintenant des éclats de joie, dissipant une grande partie de l'embarras dont pouvait faire preuve le vieux, ayant d'ailleurs presque oublié le sujet du kata qu'il avait réalisé il y a de cela quelques minutes maintenant.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Lun 12 Sep - 21:44


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Quand bien même Félicie a grandi enfermée entre quatre murs, coupée du reste du monde, elle n'est pas timide pour un sou et n'a pas peur de s'adresser à des gens qu'elle ne connaît pas. Bien que son père lui a toujours apprit à se méfier des inconnus, elle a du mal à respecter ce principe. Le mal ne réside pas de partout à ses yeux. Elle refuse de mettre tout les inconnus dans le même panier, elle préfère leur accorder le bénéfice du doute avant de les catégoriser comme « gentils » ou « méchants ». Aux yeux de Romain, le géant aurait été jugé « personne à éviter » alors que Félicie a la certitude qu'il ne ferait pas de mal à une mouche. S'il voulait vraiment lui nuire, étant donné la différence de gabarit, il l'aurait déjà fait depuis longtemps. De ce fait, Félicie refuse de croire qu'il faut systématiquement se méfier des autres. Comment savoir qui ils sont si on ne leur laisse pas leur chance ? De toute façon, la Zébibron a les moyens de se défendre : même si elle ne maîtrise pas parfaitement ses capacités, elle sait qu'elle peut compter dessus en cas de pépin. Romain a tendance à oublier que sa fille n'est pas une humaine dénuée de pouvoirs. Le sang hybride qui coule dans ses veines lui a fourni des armes pour assurer sa propre sécurité : le courant électrique emmagasiné dans ses cheveux est prêt à faire des ravages, tout autant que le feu brûlant au fond d'elle-même.

Mais la Zébibron est certaine qu'elle ne risque rien. Malgré son physique imposant, l'inconnu n'a pas l'air méchant. S'il l'avait voulu, il l'aurait déjà écrasé comme un insecte. Au lieu de quoi, il répond calmement à ses questions, lui explique tranquillement les choses malgré une certaine malaisance. Aussi étonnant que cela plus paraître, il semble bien moins tranquille que l'adolescente. Cette dernière a d'ailleurs du mal à croire ce qu'il tente de lui expliquer : comment ça, ce n'est pas de la danse ? Elle l'a bien vu, pourtant ! Elle ne peut pas croire qu'il s'agissait d'un entrainement martial. Le combat, ce n'est pas aussi gracieux. C'est violent, sanglant, tout ce que la Zébibron abhorre. Et pourtant, elle n'a pas ressenti ce sentiment désagréable en observant les mouvements de son interlocuteur, quelques instants plus tôt. Un art martial peut-il vraiment être si élégant, si beau à regarder ? Si qui que ce soit lui avait dit que c'était possible, elle n'y aurait pas cru. Mais en voyant la chose de ses propres yeux, elle doit se rendre à l'évidence : tout art martial n'incombe pas les coups, le sang, la douleur, la violence.

Doppo. C'est donc ainsi que s'appelle le colosse. Félicie enregistre aussitôt l'information dans un coin de son crâne. Mais qui ce l'intéresse davantage, c'est bien la deuxième partie de la réponse. Il voyage ? La Zébibron en trépignerait d'excitation. Les voyageurs, ce sont les personnes qu'elles préfèrent. Elles en connaissent tellement sur le monde et ses secrets ! Pour quelqu'un comme elle qui s'est contentée pendant seize ans de l'observer par sa fenêtre, tout ce qu'on peut lui raconter sur les contrées qu'elle n'a jamais visité la passionne. Sa curiosité et sa soif de découverte sont à leur apogée et toute sa concentration est léguée à son interlocuteur. Doppo acceptera-t-il de lui raconter quelques uns de ses voyages, quelques unes de ses découvertes ? Même si la Zébibron est pleine de vie, elle est tout à fait capable de demeurer des heures assise à écouter les épopées d'autrui. Et désormais, elle a vraiment envie d'entendre celles de Doppo ! Même si, dans un même temps, elle aimerait vraiment en savoir plus si cet art martial si joli à regarder … Mais elle va devoir faire un choix, elle ne peut pas courir deux Laporeille à la fois. Et rien ne lui promet que le géant accepte de lui apprendre quoi que ce soit, de toute façon.

Mais tu dis venir de Kalos, c'est un peu loin comme région. Vous êtes venus comment toi et ton papa ?
Par avion ! Mon père est photographe, il se déplace souvent donc je l'accompagne. On ne reste jamais bien longtemps mais ça me donne l'occasion de voir autres choses, même si j'aimerai pouvoir voyager librement.

Depuis que Félicie n'habite plus sous le même toit que sa mère, son envie de quitter le nid pour voler de ses propres ailes est plus forte que jamais. Même si elle n'ose pas l'avouer à son père, elle souhaiterait partir sur les routes aux côtés d'un dresseur et d'autres hybrides. Toute sa vie, elle n'a connu que la solitude et l'enfermement. Désormais, elle ressent ce besoin de découvrir le monde et de rencontrer de nouvelles personnes. Félicie a envie de peindre sa propre représentation du monde, même si elle sait d'avance qu'il n'y mettra pas que des couleurs pastels et douces. Bien qu'elle veuille se persuader du contraire, la Zébibron sait pertinemment qu'il existe une face cachée, noire, obscure derrière toutes ces belles choses. Et elle va devoir apprendre à y faire face, car les ténèbres n'épargnent personne, pas même les cœurs les plus vaillants ou les êtres les plus doux. Mais elle a le temps de s'y préparer. Pour le moment, elle est toujours avec son père et ses rêves demeurent des rêves. Le jour où ils se réaliseront n'est pas encore venu. Qui sait comment de temps cela prendra. Mais Félicie est patiente. Elle sait que ce qu'elle souhaite finira au creux de ses mains un jour. Il suffit d'être patient et déterminé. C'est la recette de la réussite.

Dites, pardonnez-moi d'insister mais vous pourriez m'apprendre quelques pas … d'art martial ? Je ne savais pas que ça pouvait être si joli ! J'ai toujours cru que les arts martiaux incombaient la violence et le sang. Ai-je tord ? S'il vous plaît, expliquez-moi ! Je vous jure de vous laisser tranquille, ensuite. Je ne voulais pas vous déranger ...




© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mar 20 Sep - 0:11

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Par avion ! Mon père est photographe, il se déplace souvent donc je l'accompagne. On ne reste jamais bien longtemps mais ça me donne l'occasion de voir autres choses, même si j'aimerai pouvoir voyager librement.

Par avion, quelle belle idée que voilà. Certes, il n'y a probablement pas la même ambiance, ni la même vue, qu'en bateau, mais au moins le voyage n'en est que plus rapide. Si ça se trouve, la petite n'est là que depuis quelques heures et repartira dans pas très longtemps, du moins ses derniers mots lui laissaient cette triste impression. Possédant lui-même ce désir de liberté et de découverte, Doppo tira un triste sourire en guise de réponse. Il pensait jusque là que la petite bicoloré voyageait beaucoup, ou bien qu'elle était en plein tour du monde qui sait ? Bon oui ce sont des idées un peu idiotes le colosse le savait très bien. Ses espoirs sont parfois un peu immatures, un peu oniriques plutôt, et jamais il n'aurait imaginé que quelqu'un puisse faire Kalos-Johto uniquement pour le travail.

Tant pis. Assis en tailleur devant la jeune fille, le musclé baissa légèrement la tête avant de reprendre sa posture habituelle. Mains sur les genoux, il s'appuyait en avant ainsi, ce qui lui donnait un air légèrement agressif. Heureusement que son doux visage de brute contrebalançait cette image peu accueillante pour un être plein d'innocence que Félicie. Hanma aura toujours cette pression autour de lui, quoi qu'il fasse, qui en ferait trembler plus d'un inconscient souhaitant le défier en duel. Mais quand il sourit ou qu'il se trouve en état de paix, ses traits se détendent et laissent place au visage d'un jeune adulte aimant et empli de bons sentiments, ce qu'est réellement le combattant.


Dites, pardonnez-moi d'insister mais vous pourriez m'apprendre quelques pas … d'art martial ?

Des pas d'art martial ? Sa demande surprit le géant qui s'attendait à tout sauf à une telle question. Rien que dans ses paroles on pouvait lire toute l'innocence qu'il y avait chez cette enfant. Elle parlait encore du Karaté comme d'une danse, chaque technique étant comparé à des "pas". Cela amusait Doppo tout autant que cela l'embarrassait. Il n'a jamais été professeur et il n'aurait jamais imaginé l'être un jour tant ce rôle est loin de sa quête de force et de compréhension. A travers les arts martiaux et sa pratique constante, l'hybride se cherche autant spirituellement que physiquement. Jusqu'à où son corps pourra aller ? Est-ce parce qu'il est Mackogneur qu'il cherche à devenir fort ? Deux questions parmi tant d'autres, auquel Doppo y cherchait des réponses de temps en temps.

Je ne savais pas que ça pouvait être si joli ! J'ai toujours cru que les arts martiaux incombaient la violence et le sang. Ai-je tord ?

L'embarras gagna sur l'amusement avec cette tirade. D'accord, la bicoloré avait déjà exprimé sa fascination lorsqu'elle était sortie de sa cachette, mais l'entendre une fois de plus faisait toujours son effet sur le trentenaire, peu habitué aux compliments. Puis jamais il n'aurait imaginé qu'on puisse trouver son art "beau", quand bien même il le pensait lui-même. L'auto-critique et les compliments d'autrui ne valent vraiment pas le même poids visiblement, à rien y regarder on pourrait même observer deux petites tâches roses sur les joues de notre personnage !

- C'est que-
S'il vous plaît, expliquez-moi ! Je vous jure de vous laisser tranquille, ensuite. Je ne voulais pas vous déranger ...

Et voilà ! Il avait complètement oublié son malaise concernant la situation. Faut dire qu'il voyait trop de similitudes entre la curieuse et "lui enfant", un rapprochement qui lui dissipait déjà toute envie de retourner à son quotidien solitaire malgré sa capture. Faut dire qu'en présentant une telle énergie rien que dans la demande, l'invincible Mackogneur ne pouvait que céder face à une force aussi grande. Et quand il se retrouve en position de faiblesse, craquant presque pour cette fougue de la jeunesse, Doppo savait reconnaitre sa défaite.

- ... Bon d'accord.

Avec un léger soupir il céda devant ce léger caprice. Loin de lui toute mauvaise pensée, au fond le géant ne pouvait être que ravi de voir quelqu'un d'intéressé par le karaté. Peut-être que la petite était comme lui aussi au niveau du type, quoique elle n'avait pas encore confirmé sa nature d'hybride. Sa couleur blanche & noire pourrait très bien être le résultat d'une teinture extravagante, et il n'y a pas que les humaines qui s'adonnent à ce genre de cosmétiques, les pokemons aussi. Tous ceux qui ont des cheveux pouvaient leur donner une autre teinte. Le géant en avait déjà vu durant son travail ou sur les routes, et il n'était de toute façon pas doué pour repérer qui était hybride de qui ne l'était pas. La frontière est bien mince entre les deux espèces.

- Avant toute chose, je vais te montrer une seconde fois mon k... Ma danse en entier, d'accord ?

Félicie ne désirait probablement qu'une danse, parler de kata rendrait la chose plus confuse encore. Hanma souhaitait faire les choses dans l'ordre, d'abord il donnait son corps improvisé et ensuite il parlera à tête reposée de l'art du combat. Il tenait vraiment à clarifier les idées préconçues qu'avait la petite, car le colosse n'aimait pas vraiment qu'on associe les arts martiaux à de la pure violence. D'accord ce n'est qu'une question d'image, mais le combattant se sentait un brin attaqué par le cliché, il ne pouvait donc que se défendre.

- Observe bien, on verra ensemble chaque pas ensuite.

Comme elle avait vu le kata nommé Hangetsu, Doppo se dit qu'il n'aura sûrement pas trop de problèmes pour l'apprendre à une non-initiée. L'importance des mouvements se situe surtout au niveau respiratoire, si c'est traité comme un jeu d'enfants il est facile d'éclipser en partie ce point.

Comme durant l'entraînement personnel, le karatéka ne fit pas la salutation obligatoire en école tel que ses maîtres l'ont enseigné. Le Mackogneur prit cependant beaucoup de soin quant à sa pose, prenant bien le temps de réguler son diaphragme ainsi que de faire le vide dans son esprit. Il aimait ce temps de pause où le monde se réduisait peu à peu à l'espace nécessaire pour sa chorégraphie martiale. Réduire son champ de pensées à l'automatisme gagnée par une pratique constante du kata le relaxait, chassant toute idée nuisible de sa tête.

Durant ses mouvements, seuls les kiaïs, ce cri particulier qu'on pousse normalement durant un kata, ne furent pas prononcées. La raison en était simple, Doppo ne souhaitait faire peur à personne. S'il poussait un kiai en étant concentré, le lac Colère risquerait de perdre son statut de lieu romantique et beaucoup de visiteurs prendraient peur... A éviter donc ! Toutefois, il respirait vraiment fort durant sa "danse". Tel un bœuf en plein effort, son thorax gonflait à chaque inspiration pour déclencher une mini bourrasque par la suite, enfin pas vraiment bien entendu mais le bruit pourrait donner cette impression tant elle était puissante. Mais ce n'est qu'une condition pour rendre le kata complet, sans ça ce ne serait plus vraiment "Hangetsu".


- Voilà, maintenant à ton tour !


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mer 21 Sep - 18:42


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

S'il faut savoir une chose concernant Félicie c'est que, quatre vingt quinze pourcent du temps, elle obtient toujours ce qu'elle désire. Attention, ça ne veut pas dire qu'elle est une enfant gâtée. Même si son père ne se soucie jamais trop de son porte-monnaie lorsqu'il sort sa carte bleue, la demoiselle a apprit à être raisonnable et ne jamais abuser de la générosité d'autrui. Néanmoins, elle a cette facilité à convaincre, même les plus réfractaires. Elle n'a même pas forcément besoin d'insister énormément, la plupart du temps. D'ailleurs, elle ne le fait même pas consciemment. Elle demande, argumente et tourne la situation en sa faveur. Souvent, les autres ne sont pas capables de résister et cèdent. Néanmoins, Félicie n'en profite pas. Tout ce qu'elle désire, c'est acquérir des connaissances, recevoir des réponses à ses questions, apprendre de nouvelles choses. Elle ne recherche pas des biens matérielles, elle ne désire pas se faire offrir quoi que ce soit. Félicie n'a soif que de découvertes et d'apprentissages, pas de vin et de champagne. Et même si ce que vous lui apprenez n'est qu'une petite notion d'un ensemble bien plus large, elle s'en contente. Elle collecte petit à petit les pièces qui formeront le grand puzzle de la connaissance, et ça lui plaît comme ça. La Zébibron ne veut pas forcément tout savoir tout de suite. Elle préfère d'ailleurs prendre son temps et découvrir les choses au fur et à mesure. Avant de connaître le dénouement d'une histoire, il est bien plus intéressant de connaître les péripéties du personnage principale.

Tout ça pour dire que, une fois encore, Félicie a obtenu ce qu'elle veut. Doppo a cédé, il est d'accord pour lui apprendre quelques mouvements d'art martiaux. Même si, dans l'esprit de la demoiselle, ça ressemble plus à une danse qu'à une quelconque forme de combat, elle se fait violence pour voir la chose telle qu'elle est vraiment. Si le géant dit que ce n'est pas une danse, alors ça n'en est pas une. Félicie se doit de le croire sur parole : après tout, il sait mieux qu'elle ce qu'il fait. Et souvent, elle ne doit pas se fier aux apparences. Ce n'est pas parce que ces mouvements sont fluides, gracieux et qu'ils n'incombent pas de coups violents que ce ne peut pas être un art martial. La demoiselle doit apprendre à élargir son esprit pour voir bien plus loin que le bout de son nez. Pendant cette leçon, elle ne va pas seulement reproduire des mouvements, elle va aussi apprendre qu'art martial ne rime pas forcément avec agressivité, combat et sang. Ce qu'elle voit à la télévision, ce n'est que des représentations négatives, façonnées pour exciter le désir de violence de l'audimat. La Zébibron sait pertinemment qu'il y a une différence entre ce que l'on voit sur nos petits écrans et dans la vie de tous les jours. Cependant, son cerveau traumatisé a décidé de classer tout ce qui s'approchait de près ou de loin au combat dans une seule et même catégorie, elle-même rangée dans le classeur des indésirables.

Avant toute chose, je vais te montrer une seconde fois mon k... Ma danse en entier, d'accord ? Félicie secoue vivement la tête, impatiente comme un enfant à l'entrée d'un parc d'attractions. Observe bien, on verra ensemble chaque pas ensuite.

Toute son attention dirigée vers Doppo, Félicie s'assoie en tailleur à même le sol, prête à assister à une nouvelle choré- … à un nouvel enchaînement. C'est tout à l'honneur du géant de reprendre les termes de la demoiselle, mais celle-ci préfère voir la chose telle qu'elle est et non plus telle qu'elle l'imagine. Ainsi, elle assiste une nouvelle fois à l'enchaînement de mouvements en gardant bien en tête que ce n'est pas une danse. Et plus les secondes passent et plus elle voit la dimension d'art martial dans les gestes de Doppo. Ces bras qui se tendent, ces poings qui se lancent, ces pieds qui se positionnent, ce bassin qui pivote … Il suffit de mettre un adversaire en face et d'accélérer les mouvements qui reconnaître un combat. A première vue, Félicie ne l'a pas remarqué mais désormais, ça la frappe comme une évidence. Pendant tout ce temps, elle s'était trompée. Les arts martiaux, ce n'est pas seulement le karaté ou le judo. Ce sont également des mouvements que l'ont exécute lentement, pareil à une danse. Et maintenant qu'elle a réalisé cela, elle a encore plus envie d'apprendre. De ce fait, Doppo a à peine le temps d'achever son kata que la demoiselle est déjà sur ses pieds, prête à apprendre les différents enchaînements. Sa tenue n'est sûrement pas la plus adéquate, mais elle s'en moque : de ce qu'elle a vu, son short bohème noir à petits pompons blancs ne posera pas de problèmes !

Voilà, maintenant à ton tour !

Félicie prend position, présentant son profil au géant. Si elle n'est pas sûre de pouvoir reproduire les mêmes sons de respiration que Doppo, elle est cependant bien capable de faire les mêmes mouvements. Ainsi, elle avance son pied droit, recule le gauche et garde le bassin droit, alignant parfaitement son dos. Elle tourne seulement la tête, afin de faire face à son professeur du jour. Dès lors, elle lève les bras : le droit se dresse devant elle, poing fermé ; le gauche recule, le coude collé contre ses côtes, poing fermé également. C'est le premier mouvement, mais elle ignore si elle le reproduit bien. Doppo a dit qu'ils reverraient ensembles les postures, mais sûrement attend-t-il d'abord de voir ce qu'elle a retenu. Ainsi, Félicie enchaîne lentement les positions, prenant son temps pour se rappeler de ce qu'elle a vu, afin les reproduire de son mieux. Évidemment, elle se trompe plus d'une fois, mais ce n'est pas si étonnant. Elle n'a vu l'enchaînement qu'une fois et demi, si on peut dire ça comme ça. Doppo se chargera sûrement de lui remontrer certaines positions, de lui montrer comment placer cette jambe, quand fermer ce point, où regarder. Félicie n'est qu'une néophyte, mais elle a envie d'apprendre. Tous les conseils qu'elle recevra seront les bienvenues.

Après sa prestation, Félicie relâche tous ses muscles et pousse un long soupir. Elle n'est pas timide mais, bon sang, il y a une sacrée pression quand on nous observe faire de la sorte ! D'autant plus qu'elle exécute cet art pour la première fois, et sous l’œil d'un expert en la matière. Il y a de quoi être impressionnée. Même s'il lui suffit que de quelques minutes pour retrouver toute sa superbe. La voilà déjà qui sautille comme une petite puce jusqu'à Doppo, prête à entendre son verdict et à corriger ses erreurs. Elle se doute qu'elle n'a pas été parfaite mais elle a tout de même envie de savoir si elle s'est bien débrouillée ou pas.  Si oui, elle partirait avec un bon avantage et ils pourront enchaîner rapidement sur d'autres choses. Bien que Félicie ait soif d'apprendre, elle ne veut pas non plus s'imposer trop longtemps à Doppo. Le colosse a sûrement d'autres choses à faire que servir de professeur à une inconnue. Elle a conscience qu'elle est parfois sans-gêne et que ses demandes peuvent être chronophages pour autrui, mais c'est plus fort qu'elle, elle ne peut pas s'empêcher de toucher à tout et de poser mille et une questions. Ce trait de caractère fait parti intégrante de sa personnalité et il sera difficile – voire impossible – de le supprimer.

Alors, alors ? J'étais comment ? Mes pieds étaient bien positionnés ? Et mes poings ? Mon dos était droit ? Je sais que j'en ai sûrement raté quelques uns mais de l'ensemble, ça allait non ? Pour une première fois je veux dire ?

Ah, ça aussi, ça va être difficile d'y mettre un terme ...



© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Jeu 22 Sep - 17:26

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Debout, les bras croisés, Doppo observa avec amusement son élève reproduire les mouvements qu'il avait montré. Forcément, sa partition n'était pas parfaite, mais il fut surpris de constater qu'elle avait une bonne mémoire concernant les pas. Quand il avait dû apprendre et retenir cette forme, ça lui a bien pris des mois entiers avant d'enchainer correctement chaque technique sans en sauter une ou deux. Faut dire que, durant sa jeunesse, le Machoc n'était pas réputé pour sa patience, et qu'il ne voyait pas de grand intérêt dans les katas car elles n'étaient que des "coups dans le vent".

Observer Félicie tentant de réaliser Hangetsu le mieux possible raviva aussi les souvenirs concernant son maitre en karaté. Il n'hésitait jamais à venir manipuler le corps de son étudiant pour corriger ses gestes en temps réel. Parfois il lui saisissait le poing pour le reculer ou le pousser, parfois les hanches afin de mieux stabiliser la pose, et parfois il se contentait d'une pichenette sur la nuque en signe d'oubli. Bien sûr, le géant ne se permettrait jamais de reproduire cette attitude avec une enfant qu'il ne connaissait qu'à peine, surtout une fille. Déjà que cela pourrait sembler tendancieux à raconter, alors à faire... Puis Félicie ne semblait pas vouloir apprendre des techniques, ni viser la ceinture noire, donc elle pouvait se permettre quelques étourderies sans qu'elles n'apportent de conséquences chez la petite.


Alors, alors ? J'étais comment ? Mes pieds étaient bien positionnés ? Et mes poings ? Mon dos était droit ? Je sais que j'en ai sûrement raté quelques uns mais de l'ensemble, ça allait non ? Pour une première fois je veux dire ?

A peine avait-elle terminé son exercice que la voilà en train de sautiller tel un zèbre vers le colosse. Ce dernier ne put alors retenir un rire franc, le type de rire qui ne montre clairement aucune moquerie mais simplement une joie sincère et non retenue. Elle semblait tellement dédiée à ce qu'elle venait d'apprendre qu'elle en était touchante, adorable même. Son père devait avoir de la chance pour vivre avec une enfant pareille, surtout s'ils peuvent échanger et partager leurs passions ensemble. Le bodybuildé possédait tout le temps et l'énergie nécessaire pour s'ouvrir à n'importe qui et parler de ce glorieux sport qu'est le combat. Au fond, qu'il s'agisse d'un professionnel ou d'une petite fille, il y aura toujours du bon à sociabiliser avec. Voilà pourquoi Doppo riait, parce qu'il était heureux de constater qu'une autre personne pouvait sincèrement porter intérêt aux arts martiaux.

- Pour une première tentative tu t'en es bien sortie !

Comme dit plus haut, la bicolorée n'était qu'une apprentie parmi les apprentis, ce qui l'excusait donc pour sa forme d'Hangetsu. Néanmoins le colosse voulait l'aider à progresser, ça serait dommage de la laisser avec un kata autant incomplet et surtout grossier. Une chance qu'il ne comporte pas de mouvement trop difficile avec les jambes, car le Mackogneur lui-même n'est jamais très à l'aise quand il s'agit de donner de coups de pieds.

- Mais tu es trop raide sur tes positions. Il faut te détendre et trouver un équilibre sur tes pieds. Regarde.

Sur ces mots, le géant prit la position la plus utilisée dans la chorégraphie, celle nommée Hangetsu-dashi justement. Ses pieds se placèrent sur deux axes différents et celui de devant était tourné vers la droite, tandis que celui posé derrière restait tourné vers l'avant. Les mains posées sur les hanches, le professeur improvisé n'avait aucun problème pour maintenir cette pose. Il détendit son dos par la suite, désaxant ses épaules de son bassin avec aisance, prouvant qu'il suffisait simplement de rester relaxé.

- Le plus important est de trouver ton centre de gravité, ce qui fait que tu peux rester sur tes deux jambes sans effort et que tu puisses te déplacer avec facilité tout en conservant ta posture.

Juste après, notre hybride se mit à faire quelques pas d'abord en allant tout droit, puis en tournant à gauche et à droite, toujours en prenant soin de garder son maintien. La fluidité de ses gestes trahissait de longues années d'exercice, sans doute cela pourrait décourager les moins patients... Mais elles peuvent aussi attiser la curiosité de certains, vu que c'est ce qui a permis la rencontre entre eux-deux. En souvenir des yeux pétillants qui lui ont demandé de reproduire sa danse, le musclé donnait le meilleur de lui-même dans cette banalité qu'est le déplacement.

- Voila, tu peux essayer maintenant. Garde les mains sur les hanches et trouve l'équilibre.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Ven 23 Sep - 15:37


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Dans l'attente de l'appréciation de son professeur improvisé, Félicie piaffe comme un cheval impatient. Elle est prête à entendre toute critique, tant que ça lui permet de s'améliorer par la suite. De toute façon, même les plus négatives ne l'ont jamais vraiment atteinte. La demoiselle ne s'arrête pas sur cela, elle préfère redoubler d'effort et prouver qu'elle est capable de faire ce qu'on lui demande. Que ce soit auprès de son précepteur lors de ses études ou de son professeur de solfège à Flusselles, elle ne voyait dans leurs critiques que le moyen de s'améliorer. Et la Zébibron ne lésine jamais sur ses efforts, quelque soit la situation. Ainsi, Doppo peut bien lui dire qu'elle a exécuté le pire enchaînement qu'il n'a jamais vu que Félicie ne s'en vexerait même pas. Elle écoutera tranquillement les conseils supplémentaires qu'il aura à lui prodiguer et les mettra en application sans attendre. La demoiselle est une élève parfaite pour n'importe quel professeur, professionnel comme improvisé. Sa curiosité et sa soif d'apprendre lui permettent de passer au-dessus de certaines choses qui auraient freiné, voire totalement immobilisé, des êtres plus sensibles et susceptibles.

Visiblement, son impatience est hilarante car Doppo éclate d'un grand rire qui la fait sursauter. Cependant, Félicie n'y ressent aucune moquerie alors elle ne se formalise pas, plutôt heureuse de dérider un peu ce colosse timide. D'ailleurs, elle préfère largement ce genre de réaction à celles qu'elle a l'habitude de rencontrer ! Certaines personnes prennent son tempérament comme quelque chose que négatif qui les agacent profondément. Ce n'est pas tout le monde qui apprécie sa joie de vivre et sa franchise naturelle. Pour tout dire, Félicie est bien plus souvent confrontée à des visages fermés et à des sourcils froncés qu'à des sourires avenants ou des rires francs. De nos jours, les autres ne prennent plus le temps de comprendre les autres, ils préfèrent les juger d'un simple regard et se renferment dès qu'une attitude les étonnent. Heureusement, Doppo n'est pas de ceux-là et Félicie en est ravie. Elle ne regrette d'ailleurs pas du tout d'avoir décidé de se promener en forêt plutôt que de sillonner la rive du lac. Sans ça, elle n'aurait jamais rencontré le géant et apprécié sa largeur d'esprit.

Pour une première tentative tu t'en es bien sortie ! La chevelure de Félicie est parcourue d'un courant électrique qui frise aussitôt la pointe de ses cheveux. Mais tu es trop raide sur tes positions. Il faut te détendre et trouver un équilibre sur tes pieds. Regarde.

Déterminée à corriger ce qui ne va pas – bien que très heureuse de sa première performance – la demoiselle s'approche de Doppo pour voir de plus près sa démonstration. Elle observe ainsi la position de ses pieds, puis le reste de son corps. Il semble tellement à l'aise dans cette position que Félicie a du mal à croire que ça ne soit pas plus simple. Cependant, elle n'oublie pas que son professeur a bien plus d'expérience qu'elle et que, pour lui, c'est devenu aussi naturel que de se tenir simplement debout. Ainsi, elle boit ses conseils comme de l'eau vive et hoche la tête avec entrain. Trouver son centre de gravité. Rester sur ses deux jambes sans effort. Se déplacer avec facilité. Résumer ainsi, ça ne semble pas bien compliqué. Pourtant, Félicie se doute que ça fait parti des savoirs-faire fondamentaux dans la discipline des arts martiaux et que, si c'était si facile, tout le monde pourrait le faire sans paraître raide. Alors elle observe les mouvements de Doppo avec attention, suivant le ballet de ses jambes et admirant la souplesse de ses gestes. Qui aurait pu penser qu'un pareil corps était capable de mouvements si gracieux ? Pas Félicie, avant aujourd'hui.

A elle maintenant de trouver son équilibre. Prenant la même position initiale que son professeur, Félicie est presque certaine de la reproduire à l'identique lorsque la semelle de sa sandale dérape sur une motte d'herbe. Elle se rattrape in-extremis mais son cœur bat la chamade dans sa poitrine. Plus de peur que de mal, mais la Zébibron a vraiment pensé qu'elle allait embrasser le sol. Alors ni une ni deux, elle s'assoit sur un monticule de terre et défait les boucles de ses sandales afin de les retirer. C'est sans le moindre remord qu'elle les envoie bouler quelques mètres plus loin, les tenant responsables de sa frayeur. Désormais pieds nus, l'adolescente se repositionne, se trouvant étrangement plus stable et à l'aise sans barrière entre la plante de ses pieds et la terre meuble, mousseuse. Une fois son pied droit en avant et son pied gauche en retrait vers l'arrière, elle place ses mains sur ses hanches et détend ses épaules. Néanmoins, elle sent encore une petite résistance, comme si quelque chose l'empêchait de se relaxer totalement. Il n'y a pourtant aucune pensée négative qui parasite son esprit : alors pourquoi ? Y a-t-il une solution miracle à ce problème ?

Comment faites-vous pour vous relaxer totalement ? J'ai l'impression que mes épaules ne sont pas totalement relâchés, pourtant je pense être sereine. A la télévision, les vieux maîtres de kung-fu disent qu'il faut faire le vide dans son esprit, mais est-ce que ça marche vraiment ? Je ne vois pas comment je pourrai faire le vide juste en fermant les yeux !

Félicie a beau éviter tout film représentant la violence sous toutes ses formes, elle est cependant adepte d'un dessin-animé jeunesse mettant en scène des adolescents étudiants dans une école de kung-fu. Puisqu'il y a peu de chance de voir du sang dans un programme destiné à un si jeune public, la demoiselle n'est pas dérangée par les combats qui se limitent souvent à des entraînements légers ou des conflits entre certains élèves. D'ailleurs, c'est bien plus la beauté des dessins et de l'animation qui intéresse Félicie, qui se fie bien plus à ses yeux d'artistes qu'autre chose. En tout cas, l'histoire du vide dans son esprit pour détendre son corps et relâcher ses muscles est une idée fixe qu'elle possède concernant les arts martiaux. Elle se trompe peut-être sur toute la ligne mais si c'est vraiment une solution, elle tient à savoir commencer procéder. Son cerveau tourne à plein régime sans arrêt, sans cesse à la recherche de réponse aux questions que l'adolescent se pose à tout heure de la journée. Même si elle essaie de ne penser à rien l'histoire d'un instant, ça ne peut dépasser le délai des dix secondes. Certaines personnes disent d'elle qu'elle est hyperactive, ce qui se peut forcément et qui expliquerait cette incapacité à demeurer inactive et calme trop longtemps.

D'ailleurs, ma position est-elle bonne ? S'il vous la corriger, n'hésitez pas à me replacer ! Je veux être sûre d'être bien positionnée avant de continuer, c'est important non ?




© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mar 27 Sep - 23:59

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Bon vivant de son état, le musclé arrivait sans grande difficulté à apprécier les petits plaisirs que la vie offre. Se faire interpeller par une enfant durant un entraînement n'a rien de malheureux, le futur réserve de nombreux moments de calme de toute façon. Autant profiter de la présence fortuite de cette jeune fille pour écarter un peu la solitude non ? Certes, elle n'est pas autant gorgée d'expérience d'un adulte, ce qui la démunit d'un certain recul sur ses actions, mais on y gagne en spontanéité, chose qu'affectionne l'hybride en sociabilisation. Puis Félicie ne semblait pas idiote, personne ne l'est, juste elle débordait d'envie d'apprendre, de découvrir, d'essayer par elle-même les choses. Alors pourquoi en vouloir à une si formidable créature qu'elle prenne un peu du temps d'autrui ? Tant qu'on ne lui cherche pas de mal, Doppo n'aura aucun souci à accorder ce qu'on lui demande. Tant qu'il pourra, il le fera toujours.

Du coup, le voilà à jouer les sensei au milieu des arbres du Lac Colère. Qui l'aurait cru ? Hanma lui-même ne se considérait pas jusque là assez bon pour l'enseignement. Son truc c'est le voyage, les découvertes, pas ça. Pourtant ça lui plaisait bien de lire chez la bicolore cet intérêt qu'elle portait dans son regard. C'est flatteur en quelque sorte, on se sent valorisé. Il n'y a que dans les affrontements que le Mackogneur pouvait ressentir ce même sentiment, car c'est dans les yeux de son adversaire qu'il aime le plus s'y retrouver. Bien sûr qu'un duel n'est pas fait que de coups et de techniques ! Il y a aussi la lecture des mouvements, des intentions, si l'on souhaite arracher la victoire. Normalement il s'agit essentiellement du travail d'un dresseur en combat, du moins c'est ce que son premier compagnon faisait, mais à force de se battre seul le combattant a dû prendre ce rôle sur le tas. Peut-être que Dalhia pourra le décharger de cette contrainte, mais il ne pourra plus jamais s'en défaire totalement.

Croisant les bras, l'enseignant de plus de deux mètres observait la jeune Félicie reproduire ses mouvements. Il trouvait que tout allait bien au début, qu'elle était sur la voie du progrès en quelque sorte, mais quand il la vit trébucher sans raison apparente son sang ne fit qu'un tour. La chute n'avait rien de grave, tout le monde trébuche de temps en temps sans qu'il n'arrive de blessure importante, et pourtant l'hybride fut prêt à rattraper son élève, son corps s’apprêtant à la rattraper avant qu'elle ne s'allonge sur la terre. Heureusement, la bicolore réussit à se rétablir sans aide extérieure, ce qui laissa le colosse dans une position bancale où il était visiblement prêt à bondir sur l'enfant et cela l'embarrassait légèrement, d'où sa rapidité pour se rétablir à son tour. Et c'est là qu'il la vit retirer ses chaussures. Pourquoi pas ? Lui-même le faisait car l’humidité sur les semelles n'aidait en rien la stabilité sur un son couvert de végétaux, mais il n'aurait jamais pensé que Félicie irait aussi loin juste pour quelques pas.


Comment faites-vous pour vous relaxer totalement ? J'ai l'impression que mes épaules ne sont pas totalement relâchés, pourtant je pense être sereine. A la télévision, les vieux maîtres de kung-fu disent qu'il faut faire le vide dans son esprit, mais est-ce que ça marche vraiment ? Je ne vois pas comment je pourrai faire le vide juste en fermant les yeux !

La télévision ? Bien que cela prête à rire de voir une jeune adopter les croyances d'un divertissement, Doppo lui ne broncha pas. La moquerie n'a jamais été son fort, et il comprenait assez bien pourquoi l'enfant parlait ainsi. Après tout, elle ne peut se fier qu'à ce qu'elle voit, observe et vit au quotidien, d'où sa confusion entre kata et danse et son jugement sur les combats.

D'ailleurs, ma position est-elle bonne ? S'il vous la corrigez, n'hésitez pas à me replacer ! Je veux être sûre d'être bien positionnée avant de continuer, c'est important non ?

Sa main droite frottant le menton, le géant s'approcha lentement de Félicie en jetant un coup d’œil sur son corps, notamment ses pieds, ses jambes et son dos. Le regard expert n'eut besoin que de deux secondes pour son évaluation, c'est le cerveau qui demandait plus de temps pour sortir un diagnostique. Certes, Hanma n'était pas stupide. Il sait lire, compter, réaliser des calcul d'algèbre simple et beaucoup d'autres choses fort utiles quand on voyage en autonomie, mais ce n'est pas non plus un cérébral chauffé du bulbe capable de sortir un pamphlet en un temps record. Parfois, il avait besoin de tourner sa langue dans sa bouche avant de sortir les bons mots, car il avait trouvé ce qui n'allait pas avec son élève. Du moins, il avait une idée. Le plus important est de l'annoncer sans blesser ou heurter la jeune fille qu'est la bicoloré, avec tact quoi.

- Déjà on va parler de ta relaxation. Tu n'as pas besoin d'arrêter de penser, quand tu marches avec tes parents tu dois bien penser à ce que tu dis non ? Faire le vide vient avec l'habitude, c'est normal de ne pas être complètement détendu.

Ce n'était qu'une hypothèse, mais Doppo pensait se tenir face à une hyperactive, ce qui est problématique quand on cherche à inculquer des fondamentaux à une nouvelle qui n'y connaît rien. Tout le monde doit bien passer par là, mais c'est à chacun de comprendre son propre rythme d'apprentissage et de prendre le temps à la pratique pour progresser efficacement.

- Je pense que tu te fais beaucoup de soucis, ce n'est pas grave si tes gestes ne sont pas parfaits, tu dois juste penser à chercher le confort, la fluidité dans tes mouvements. Si tu veux je peux te donner un exercice pour t'aider.

Retournant là où il se tenait au début, le Mackogneur se plaça devant son élève et prit la pose traditionnelle du karateka, les bras le long du corps, éloignés à quelques centimètres de ce dernier, les poings serrés et les pieds droits, légèrement écartés. C'était une astuce donné par l'un de ses Sensei durant son enfance, un petit truc pour "apprendre à se détendre" comme il disait.

- Tout d'abord tu contractes et serres tout ce que tu peux. Dents, cou, épaules, bras, mains, ventre, fessiers, jambes, orteils, tu serres le plus fort possible et tu bloques !

Tandis qu'il énonçait les parties du corps désignées, l'hybride se mettait progressivement à l’œuvre en suivant sa liste, rendant son allure un poil plus effrayant. Bien qu'habillé, n'importe qui pourrait deviner l'imposante masse musculaire que portait cet homme ainsi tendu. Maintenant ainsi ce gainage forcé pendant une bonne dizaine de secondes, Doppo reprit la parole après s'être assuré que tout était bon pour son étudiante.

- Puis, toujours en gardant l'ordre -dents, cou, épaules, bras, mains, ventre, fessiers, jambes et orteils- tu relâches tout doucement, étape par étape, jusqu'à ce que toute la tension accumulée s'écoule vers le sol.

En expirant via la bouche, le musclé se détendit lentement, exactement comme il l'avait annoncé, en espérant que cela pourra aider l'enfant à mieux comprendre le sens du mot "relaxé".

- N'hésites pas à le refaire plusieurs fois si tu as l'impression de mal faire, la répétition est toujours la clé.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Sam 1 Oct - 21:51


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

S'il y a bien une chose à savoir sur Félicie, c'est que sa patience possède une certaine limite concernant certaines choses. Autant elle peut rester des heures entières debout devant son chevalet à mélanger les nuances sur une toile canvas, autant elle risque de s'impatienter rapidement si ses partions de flûte lui prennent la tête. Tout dépend de son humeur, de la situation et de son envie de bien faire. Le dernier point est d'importante capitale : à lui seul, il peut tout chambouler. La Zébibron ayant été élevé très strictement par sa mère, elle a apprit à toujours faire les choses biens et efficacement. Alice ne voulait pas que sa fille soit une enfant désordonnée n'ayant pas au bout des choses. Et si elle pouvait y arriver rapidement, sans bâcler, c'était encore mieux ! Bâcler est d'ailleurs un verbe qui se doit de demeurer seulement dans son vocabulaire, et non dans sa façon d'être. Ainsi, Félicie a apprit à toujours viser la perfection, quel que soit le domaine. Évidemment, depuis qu'elle vit avec son père, elle relativise et n'est plus à la recherche de la réussite, mais des sursauts de perfectionnisme peuvent arriver à tout moment. Comme en ce moment, avec Doppo.

La leçon l'intéresse énormément, elle sait qu'elle ne pourra atteindre la perfection dès la première fois et, pourtant, elle le voudrait. Elle voudrait que son professeur soit fier d'elle et de sa capacité d'apprentissage. Pendant longtemps, la demoiselle a pensé qu'il s'agissait-là de son unique atout. Puisqu'elle ne pouvait rien faire d'autre de ses journées qu'exercer son esprit, son cerveau a développer une facilité à comprendre rapidement et à résoudre n'importe quoi. Elle n'est pas un génie, encore moins un prodige, mais ses connaissances actuelles ne l'obligent pas un continuer de suivre un cursus scolaire. Ses bases suffisent pour une insertion dans la société et, puisqu'elle sait déjà ce qu'elle veut faire et comment y parvenir, inutile qu'elle se plonge dans des mathématiques compliquées ou des sciences précises. Quant à la langue, elle a lu suffisamment d'ouvrages en tout genre pour maîtriser une expression parfaite et une orthographe digne d'un écrivain. Ce qui est très important, puisqu'elle veut devenir auteure et illustratrice de livres pour enfants. Si elle ne maîtrise pas le verbe et le pinceau à la perfection, elle peut revoir ses plans de carrière.

Tout ça pour dire que Félicie souhaite vraiment parvenir à un résultat au moins correct pour ne pas que Doppo ait l'illusion de lui accorder du temps pour rien. Déjà qu'elle l'a dérangé en plein exercice pour lui réclamer des leçons, elle ne veut pas que ce soit en vain. Mais plutôt que de broyer du noir, elle préfère lui faire part de ses soucis. Au moins, il pourra lui donner des solutions qui lui permettront de s'améliorer. Ce n'est pas en s'impatientant qu'elle parviendra à un résultat satisfaisant. Nul doute que Doppo en sait bien plus sur son art que les vieux maîtres à la télévision. Ainsi, Félicie le laisse l'étudier du regard, faisant confiance à son professionnalisme pour trouver ses failles et les corriger. Le diagnostic ne tarde d'ailleurs pas à arriver : à ses yeux, se vider l'esprit n'est pas une obligation. Ce n'est pas une condition obligatoire pour se détendre. Et l'exemple qu'il lui fourni en est la preuve : il est vrai que, lors de ses balades avec son père, elle est détendue sans qu'elle n'ait eu à se vider la tête. C'est même la promenade en elle-même qui produit cet effet sur elle et ses corps. Est-ce également possible avec les arts martiaux ? Se détendre en les pratiquant ?

Je pense que tu te fais beaucoup de soucis, ce n'est pas grave si tes gestes ne sont pas parfaits, tu dois juste penser à chercher le confort, la fluidité dans tes mouvements. Si tu veux je peux te donner un exercice pour t'aider.

Sans même savoir l'exercice en question, Félicie secoue la tête avec vivacité. Si Doppo a des petites astuces, elle veut les connaître ! Elles ne fonctionneront peut-être pas sur elle mais ça ne coûte rien d'essayer, de toute façon. La demoiselle est ouverte à toutes sortes d'expériences si elles lui permettent de s'améliorer dans un domaine qu'elle ne connaît pas encore beaucoup. Tout en suivant les directives de Doppo, elle contracte une à une les parties de son corps qu'il désigne. D'abord les dents, puis le cou, les épaules, les bras, les mains, le ventre, le fessier, les jambes et, enfin, les orteils. La tension dans son corps n'est peut-être pas aussi visible que sur celui de Doppo, mais la demoiselle fait des efforts monstres pour contacter tout ce petit monde avec efficacité. Puis, enfin, elle relâche, dans le même ordre. Ses épaules s'affaissent aussitôt, tandis que ses poings s'ouvrent et que son ventre se regonfle. Dans son effort, elle en a oublié de respirer convenablement. Ce sera une chose qu'elle aura à corriger par la suite, elle le sait déjà. Mais comme il s'agit d'un premier essai, elle se pardonne ce petit écart et se promet de bien y penser la prochaine fois. Ce n'est pas en se privant d'air qu'elle se détendra mieux ! D'ailleurs, elle a l'impression que l'exercice a eu un effet miracle sur son corps. C'est la première fois qu'elle le sait aussi détendu – hors de son bain et de son lit, nous sommes bien d'accord. Il n'y a pas d'endroit pour relaxant qu'une baignoire remplie d'eau chaude moussante ou un matelas moelleux accompagné de nombreux oreillers et d'un duvet tout doux.

N'hésites pas à le refaire plusieurs fois si tu as l'impression de mal faire, la répétition est toujours la clé.
C'est vrai que c'est efficace ! Je dois être plus détendue là, non ? J'ai un meilleur équilibre ?

Sans attende la réponse de son professeur, elle reprend sa position initiale. Les mains sur les hanches, elle ferme les yeux et contracte les parties de son corps dans l'ordre énoncé par Doppo. Elle s'en souvient déjà et en profite pour réutiliser cette technique dans une autre position, pour voir si ça fonctionne. Lorsqu'elle relâche tout, elle a l'agréable sensation que son corps entier est en harmonie et que rien ne risque de le perturber. Ni la mousse entre ses orteils, ni la petite brise qui se faufile entre les arbres et caresse les surfaces nues de sa peau. Pour peu, elle en oublierait son objectif principal. Heureusement, elle reprend vite ses esprits et tente désormais de se mouvoir comme l'a fait Doppo précédemment. Sans bouger ses bras, elle fait quelques pas en avant, puis en arrière. Elle se déplace ensuite sur la droite, puis la gauche, avant d'alterner les directions. Elle ne sait pas si c'est parfait, mais elle se sent bien plus détendue que la première fois. Félicie ne prétend pas avoir totalement corriger sa raideur, mais c'est déjà bien mieux. Comme lui a dit Doppo, le reste viendra avec la pratique. Alors elle ne doit pas trop s'en demander, et accepter son état de néophyte. Si elle s'entraîne de temps en temps, elle est certaine de pouvoir parvenir à de très bons résultats dans le futur.

Ça va mieux comme ça ? Je suis encore un peu raide j'ai l'impression mais ça va venir avec le temps, c'est ça ? Vous pratiquez depuis longtemps, vous ? Je sais pas ce que vous faites dans la vie, mais vous feriez un très bon professeur en tout cas ! Ah mais peut-être l'êtes-vous déjà ?

Les questions s'accumulent tellement dans sa tête qu'elle a du mal à les débiter en gardant une certaine logique. Félicie est d'ailleurs obligée de se mordre la langue pour arrêter son flot de paroles incessants, ne voulant pas donner la migraine à Doppo. Contrairement à elle, véritable pile d'énergie, le géant est bien plus calme, plus posé. Certains diront que cette sagesse découle de son âge, mais Félicie est certaine que ce n'est pas que ça. Elle ne connaît certes pas le géant depuis longtemps, mais elle se dresse petit à petit un portrait de sa personne dans son esprit. Il y a évidemment des choses qu'elle ne peut pas deviner mais elle n'est pas intrusive au point de le questionner davantage sur sa vie privée. Le pauvre homme a sûrement autre chose à faire que raconter sa vie à une enfant un peu trop curieuse croisé au hasard dans la forêt. Si la Zébibron est capable de venir raconter sa biographie à qui veut l'entendre, elle sait que ce n'est pas forcément le cas de tout le monde et respecte cela. De toute façon, la vie d'une adolescente de seize ans ne connaissant rien du monde, ce n'est pas forcément intéressant ! Il y a des histoires bien plus passionnantes que la sienne – et heureusement, sinon ce serait bien triste, quand on sait ce qu'a été sa vie pendant de nombreuses années.

J'ai oublié de vous demander ! Vous êtes un humain ou un Pokémon ? Moi je suis une Zébibron !




© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mar 11 Oct - 14:33

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Le conseil donné par Doppo pourrait sembler bateau, enfantin, voire ridicule. Personne ne contracte tout son corps pour se détendre devant un examen ou une situation crispante, non ? Sauf qu'il ne s'agit pas de se débarrasser du stress ou de l'anxiété, mais simplement de repérer rapidement les zones tendues afin de les "débloquer". Il faut voir cette astuce comme un moyen rapide de déverrouiller des portes. D'abord on ferme à double tour chaque partie possible, on contracte, on serre, on se tend au maximum. Une fois cet état atteint on est déjà dans une certaine maitrise corporelle, car il faut être capable de se tenir ainsi au moins pour quelques secondes. C'est pour cela que le relâchement n'est pas uniforme, pour prendre le temps d'apprécier la détente si on peut dire...

Toutefois, ce truc avait l'air de marcher pour la jeune Félicie, ce qui est le plus important après tout. Doppo ne doutait pas de son efficacité, cela lui ayant été appris par l'un de ses maîtres et professeurs, alors il fut certes ravi de constater son élève dans un état plus détendu sans pour autant en être surpris. Le géant avait confiance en ses capacités, quand il voit que quelque chose ne va pas il apportera toujours ce qu'il considère être la meilleure solution, normal. Sauf que l'ancien policier ne se trompait que rarement dès qu'il s'agit d'une histoire en rapport avec le physique. Résoudre un problème mathématique ou social est une autre affaire.


C'est vrai que c'est efficace ! Je dois être plus détendue là, non ? J'ai un meilleur équilibre ?

Répondant silencieusement avec un simple sourire sur le visage, le Mackogneur approuva ainsi les progrès que l'enfant réalisait sous ses yeux. Elle avançait à son rythme, rendant la posture plus naturelle alors qu'elle testait de se mouvoir correctement. En la regardant, le combattant se surprit à se demander pourquoi cette jeune fille y mettait autant d'effort dans une simple position. Après tout ce n'est même pas une technique, juste une façon de poser ses pieds optimale pour certaines situations. Mais il réfléchissait là comme l'artiste martial qu'il était, c'est à dire en restant dans l'objectif de tester sa force en repoussant toujours les limites de son corps d'hybride. Doppo pensa alors qu'elle venait de se trouver une vocation, une passion nouvelle pour le karaté, ou peut-être même les arts martiaux en général. C'était son désir de trouver de puissants adversaires qui le motivait à penser ainsi, car rien ne pouvait le rendre plus heureux que de voir quelqu'un suivre la voie qu'il prenait aussi.

Ça va mieux comme ça ? Je suis encore un peu raide j'ai l'impression mais ça va venir avec le temps, c'est ça ? Vous pratiquez depuis longtemps, vous ? Je sais pas ce que vous faites dans la vie, mais vous feriez un très bon professeur en tout cas ! Ah mais peut-être l'êtes-vous déjà ?

Ces paroles tirèrent le musclé de sa douce rêverie. Son regard perdu dans le vide se recentra vers son élève, prenant alors rapidement un air trahissant sa gêne. Le colosse avait parfaitement compris les questions de la jeune fille, cependant il ne put y répondre de suite car, pour bien savoir si elle se tenait mieux il fallait justement la regarder. Il passa donc une inspection rapide, de l'ordre d'une poignée de secondes, avant de lâcher :

- C'est déjà mieux, tu fais des progrès !

Avec un large sourire, le genre de sourire qui montrait parfaitement son côté humain. Les poings au niveau du bassin, il était vraiment heureux d'observer Félicie aussi dévouée et soucieuse du détail. Mais il se rappela rapidement qu'elle lui avait posé d'autres questions, des questions un peu plus personnelles... Comme elles ne comportaient rien d'embarrassant cela dit, le géant y répondit sans hésiter. En profitant d'ailleurs pour ajouter un peu de touche pédagogique, du moins autant qu'il le peut.

- Pour te dire, je pratiquais déjà avant mes dix ans,même si c'était beaucoup de la musculation en fait. Et non je ne suis pas professeur, mais c'est gentil.

Une pointe d’embarras teinta les dernières paroles du colosse. La flatterie pouvait facilement le rendre confus et lui faire perdre le peu de calme qu'il arborait d'habitude. Toutefois, Doppo se contenta de simplement frotter le bout de ses doigts sur ses joues, un tic léger qu'il s'était développé comme pour tenter de se cacher derrière sa large paume sans pour autant être flagrant.

- Je ne suis qu'un ouvrier de chantier qui voyage, rien de plus.

Il manquait juste cette info pour compléter la réponse, info qui fut donnée avec un ton un poil plus relevée cette fois. La formulation pourrait laisser croire à une baisse de confiance en soi de la part du trentenaire, cependant il n'en est rien. C'était simplement sa part humble qui s'exprimait, enfin "humble"... Son métier n'avait rien de rêveur, l'hybride en avait conscience. Après tout il n'a choisi cette voie que pour la clipser à son véritable projet : Un tour du monde et l'obtention d'un titre de Maïtre déjà. Vrai que ce n'est pas vraiment le titre qui motive l'ancien champion clandestin de Doublonville, plutôt l'opportunité d'affronter de puissants adversaires et de faire de belles rencontres. Raffaelo Valentini en était un parfait exemple, bien qu'on pourrait plus qualifier leur lien de "surprenante" et non "belle"...

J'ai oublié de vous demander ! Vous êtes un humain ou un Pokémon ? Moi je suis une Zébibron !

Une Zébibron ? ... Qu'est-ce que c'est ?

Le regard penché vers elle, le costaud mit entre parenthèses sa leçon improvisé et essayait de deviner ce que pouvait bien être une Zébibron. Jamais il n'avait croisé quelqu'un de cette "famille", si on peut dire ça ainsi.


- Oh donc tu es hybride toi aussi ? Pour ma part je suis un Mackogneur. Mais dis moi, tu es de quel type ? Combat ? Psy ? Ténèbres ?

Hanma ne faisait qu'énumérer ce que l'apparence de la jeune fille laissait suggérer. Combat parce qu'elle semblait beaucoup attiré par les katas, Psy pour la couleur blanche de ses cheveux, Ténèbres pour la couleur noire. Oui ce sont des préjugés, mais le combattant savait par expérience que l'apparence d'un hybride laissait quelques indices quant à sa véritable nature... Pour autant qu'on connaisse l'apparence générale d'une espèce. Or, il n'avait jamais croisé de Zébibron. Félicie était la première à se présenter comme telle en plus de trente ans d'existence.

En même temps quoi de plus normal ? Ses connaissances en matière d'hybride ont été forgés par les combats. Aucun Zébibron ne l'avait affronté auparavant, et ce même lorsqu'il n'était qu'un Machoc à l'école des dresseurs.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mer 19 Oct - 11:49


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Impatiente, Félicie attend le diagnostic de Doppo tout en continuant d'alterner les directions. Elle a remarqué qu'il était un peu dans les nuages mais ne s'en formalise pas. Elle-même a tendance à décrocher de temps en temps, et il n'y a aucun mal à ça. Alors elle attend tranquillement son retour sur terre en continuant son petit exercice. Quand elle se sentira suffisamment à l'aise – et quand Doppo jugera le moment opportun – sûrement pourra-t-elle desceller ses mains de ses hanches. Si elle a encore besoin de changer quelques petites choses avant, elle est prête à travailler dessus dès maintenant. Malgré son impatience à enchaîner, la Zébibron est néanmoins consciente des efforts qu'elle a à faire avant de parvenir à de bons résultats. Elle vient à peine de commencer, après tout – inutile d'être si pressée ! Illumis ne s'est pas faite en un jour, et c'est impossible qu'elle devienne excellente en quelques poignées d'heure. Tout ce qu'elle désire, au fond, c'est acquérir des bases assez solides afin que Doppo n'ait pas l'impression de lui avoir accorder de son temps pour rien. Et également parce que Félicie adore collectionner les expériences et se dire « félicitations moi-même, aujourd'hui j'ai apprit ça, j'ai un peu grandi ».

Quand le commentaire de Doppo arrive enfin jusqu'à ses oreilles, Félicie en frissonne de plaisir. Une vague électrique vient même courir à la surface de sa chevelure, ne causant cette fois-ci – et bien heureusement - aucun frisottis. Fière d'elle, elle trépigne comme un Ponyta surexcitée, reprenant par la même occasion une position normale. Comme tout élève, elle est ravie de recevoir ce genre de remarque de la part de son professeur – surtout lorsqu'elle est accompagnée d'un sourire ! Félicie se contentant des petits plaisirs simples de la vie, il ne lui en faut pas davantage pour la rendre gaie. Après avoir passé une main dans ses cheveux histoire d'en discipliner les mèches rebelles, l'adolescente s'approche de son professeur afin de recevoir les réponses à ses questions suivantes. C'est alors qu'elle apprit que son professeur pratiquait ce « sport » bien avant d'avoir son âge. A dix ans, la demoiselle était encore enfermée entre quatre murs à rêver du dehors et des personnes qu'elle pourrait y rencontrer. Et Doppo, lui, apprenait déjà ces mouvements gracieux et lourds de sens – que l'adolescente ne comprenait encore pas.

Je ne suis qu'un ouvrier de chantier qui voyage, rien de plus.

De cette phrase, Félicie n'a retenu que deux mots. « Qui voyage ». Une drôle de lueur passe dans ses yeux bicolores tandis qu'elle se prépare à poser des milliers de questions sur les voyages de Doppo. S'il avait su plus tôt comment était la demoiselle, sûrement ne lui aurait-il jamais fait cette confession. Il n'y a rien au monde qui la fait plus rêver que les récits de voyage. Elle-même rêvant de partir à la découverte du monde, tout ce qu'on peut lui raconter avant que ce jour n'arrive est accueilli avec le plus grand des plaisirs. Opal, la précieuse amie immortelle de Félicie, ravie sa soif de curiosité à chaque fois qu'elle lui conte l'une de ses nombreuses péripéties à travers le large monde et ses divers continents. Pourtant, la source de sa curiosité ne se tarie jamais et est constamment à la recherche d'une eau nouvelle pour l'alimenter. Le monde vu au travers des yeux de Doppo a sûrement une image bien différente de celui d'Opal. Et la nuance entre les versions de chacun, c'est ce qui intéresse le plus Félicie. Parce qu'elle sait très bien qu'une seule et unique chose peut être interprétée différemment selon les personnes qui l'observe. Ce qui rend le monde plus passionnant encore.

Vous voyagez ? Qu'avez-vous visité ? Est-ce que c'est difficile de voyager seul ? D'où êtes-vous originaire dans ce cas ? Vous êtes ici car vous aviez un chantier ou parce que votre voyage vous a mené jusqu'ici ? Vous pourriez me raconter ce que vous avez vu depuis votre départ ?

Félicie aurait encore des milliers de question à lui poser. Cependant, elle se retient pour ne pas le perdre – elle les a enchaîné tellement rapide qu'elle doute même qu'il ait tout saisi. Mais c'est plus fort qu'elle, sa curiosité est multipliée par cent lorsque le sujet des voyages est abordé. Et tout ceux qui connaissent suffisamment la demoiselle savent qu'elle n'est plus capable de tenir sa langue dès que ça concerne ce qu'elle rêve d'entreprendre. Ce que la plupart ignore, cependant, c'est que l'adolescente souhaite parcourir les routes aux côtés d'un dresseur et d'autres hybrides. Ses parents, avant d'être mari et femme, étaient liés par un tout autre pacte : celui liant un humain à un Pokémon. Si leurs deux engagements ont, au final, mal fini, cela n'empêche pas Félicie de désirer se lier avec un être humain. Évidemment, pas avec n'importe lequel. Il faut qu'il soit patient, gentil. Et surtout qu'il fasse bonne impression à Romain. Car Félicie sait que son père ne la laisserait jamais partir avec une personne indigne de sa confiance. Ce qu'elle peut comprendre, après tout – elle est son unique enfant, il tient à elle plus qu'à n'importe qui dans ce monde.

Oh donc tu es hybride toi aussi ? Pour ma part je suis un Mackogneur. Mais dis moi, tu es de quel type ? Combat ? Psy ? Ténèbres ?
Mackogneur … ? Je ne connais pas ! Par contre j'ai connu un Débugant à Illumis, c'est presque pareil non ? Et je suis de type électrique ! Mes cheveux bouclent parfois à cause de l'électricité qui y est emmagasinée. Comme pour illustrer ses paroles, de l'électricité se met à crépiter autour de ses cheveux, suffisamment colorée et forte pour que Doppo puisse la voir et l'entendre. Mais j'ai une capacité de type feu, vous savez !

Parmi les capacités qu'elle possède, Nitrocharge est la seule qu'elle maîtrise un minimum. Néanmoins, en forêt, elle préfère éviter toute démonstration. Elle s'en voudrait si elle mettait accidentellement feu aux bois. Quant aux autres pouvoirs … disons qu'elle les déclenche toujours accidentellement. Cage-Eclair quand elle est vraiment contente, Danse-Pluie lorsqu'elle est en proie à une grande tristesse. Quant à la dernière … Elle ne peut être considérée comme une capacité, puisqu'il s'agit surtout d'une protection. Les attaques de type plante n'ont pas le moindre effet sur elle. Ce qui l'arrange pas mal puisque, à Romant-sous-Bois, il y a de nombreux hybrides plante. Rien que sa voisine Cabriolaine qui a tendance à viser tout sauf les cibles qu'elle a créé dans son jardin pour apprendre à viser avec son attaque balles-graines ! Félicie ne compte plus le nombre d'obus végétal qui s'est fracassé contre son dos tandis qu'elle peignait dans son jardin. Heureusement, elle n'a jamais ressenti la moindre douleur : c'était comme si on lui avait jeté une bille de polystyrène dessus. Cela n'empêchait cependant pas sa maladroite de voisine à venir s'excuser trente-cinq fois avant de recommencer …

Quelles sont les particularités des Mackogneur ? Vous avez des oreilles spéciales ? Les oreilles de Zébibron de Félicie apparurent sur sa tête à l'instant même où elle prononça le mot oreille. Des griffes peut-être ? Ou des ailes ! J'aimerai tellement avoir des ailes … !




© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Lun 24 Oct - 1:50

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



De l'exercice naissait une proximité beaucoup moins complexe qu'aucune autre méthode n'aurait pu construire. Les craintes de l'adulte s'étaient évaporées dans l'intérêt commun pour les katas, une chose que Doppo n'aurait jamais pu prévoir à vrai dire. Il trouvait cela gentil qu'on le qualifie de bon professeur tout simplement car il n'avait jamais pensé à partager son savoir, et par conséquent il n'avait aucune idée de ce que pratiquer l'enseignement pouvait lui apporter. Certes, son corps réclame de l'exercice et son cœur quant à lui demande de adversaires, des défis, des moyens d'éprouver ses capacités naturelles. Mais qu'en est-il de sa tête ? Ayant toujours plus ou moins avancé à l'instinct, le Mackogneur n'avait jamais pris le temps de réfléchir à quoi que ce soit. Du coup, bien qu'il aurait pu être surpris par ce changement d'ambiance progressif, le trentenaire ne s'en rendit même pas compte.

Vous voyagez ? Qu'avez-vous visité ?

Cette forte curiosité auparavant dérangeante pour Doppo représentait maintenant une source d'amusement. Par là il ne faut pas comprendre qu'il supporte mal les questions, au contraire il apprécie toujours avec simplicité qu'on lui accorde de l'intérêt. C'est juste que le géant ne pouvait pas s'empêcher de penser aux parents, à ce qu'ils pourraient bien dire s'ils la retrouvaient cachée en foret avec un colosse comme lui. Dans son ancienne carrière de partenaire pokemon, il en avait croisé des gens qui jugeaient promptement sur ce qu'ils voyaient. A force, l'hybride essayait toujours de ne pas donner d'apparence ambiguë ou qui pourrait amener à une mauvaise interprétation. C'est pourquoi il s'habille avec des vêtements larges qui ne laissent pas deviner sa carrure, on juge parfois trop vite les bodybuildeurs...

Est-ce que c'est difficile de voyager seul ? D'où êtes-vous originaire dans ce cas ? Vous êtes ici car vous aviez un chantier ou parce que votre voyage vous a mené jusqu'ici ? Vous pourriez me raconter ce que vous avez vu depuis votre départ ?
- Eh bien...

Embarrassé à l'idée de devoir raconter sa vie, le musclé se gratta la nuque avant de répondre à chaque question que Félicie lui avait posé. Il parla avant tout de son rêve, de son désir de visiter toutes les régions du monde et de croiser des êtres partageant sa vision du combat afin de les affronter.

- A Irisia, là d'où je viens, il y a une plage immense qui me laissait toujours perplexe. Je me demandais souvent ce qui pouvait bien se trouver par delà les mers...

Avec une pointe de gêne supplémentaire, le conteur ajouta qu'il n'avait encore jamais quitté Johto pour des raisons compliqués à raconter. Il ne parla pas de sa dresseuse cependant. Comme ils ne s'étaient pas contactés depuis un certain temps, Doppo ne souhaitait pas évoquer ce point triste de son histoire. Pour cette même raison il ne parla pas de son premier dresseur, ce qui laissait paraitre qu'il n'avait eu comme partenaire que des policiers de toute sorte à Doublonville.

- ... Du coup je n'ai pas vu beaucoup de choses au final, mais je compte partir pour Kanto dans quelques semaines.

Tout ce que la jeune Félicie avait entendu ne concernait que ses origines à Irisia, son travail d'aide à la police, ses raisons pour vivre en nomade à travers le monde et un descriptif rapide de chaque endroit l'ayant marqué. Tout ça dura bien une bonne heure, car Doppo avait tout de même beaucoup à dire rien qu'avec cela. Pourtant il qualifia cela de "pas beaucoup", montrant alors qu'il savait qu'il restait énormément de lieux à découvrir.

- Et sinon je suis ici car je souhaitais m'exercer un peu. Je devais aider des personnes à s'installer dans la ville voisine, alors je profite de l'endroit tout simplement.

Et ainsi marqua la fin de son long monologue. Jamais Hanma n'avait autant parlé, cela l'embarrassait toujours de monopoliser autant juste pour s'exprimer mais ça n'avait pas l'air d'ennuyer Félicie... Du moins il l'espérait vraiment.

J'ai oublié de vous demander ! Vous êtes un humain ou un Pokémon ? Moi je suis une Zébibron !
- Oh donc tu es hybride toi aussi ? Pour ma part je suis un Mackogneur. Mais dis moi, tu es de quel type ? Combat ? Psy ? Ténèbres ?

Comme le combattant n'avait rien évoqué qui pourrait donner un indice sur sa nature d'hybride, il y répondit simplement avec l'étonnement d'avoir affaire à une personne comme lui.

Mackogneur … ? Je ne connais pas ! Par contre j'ai connu un Débugant à Illumis, c'est presque pareil non ? Et je suis de type électrique ! Mes cheveux bouclent parfois à cause de l'électricité qui y est emmagasinée.

Un Débugant ? Ce nom sonnait à la fois familier et lointain dans la tête du géant. Que sa compagne soit de type Électrique l'étonna par ailleurs puisqu'il ne s'y attendait vraiment pas, mais la surprise laissa rapidement place à la frustration de ne pas avoir affaire à une personne plus âgée. De toute sa vie, Doppo n'avait que très peu affronté d'hybride possédant une affinité avec les éléments. On parle ici des types Eau, Feu, Plante et Electrik surtout, des types qui doivent regorger de compétences qui demandaient autre chose que de la force brute. En conséquence, un combat avec Félicie aurait pu être sympa si elle n'était pas une enfant.

Mais j'ai une capacité de type feu, vous savez !

Ce qui la rendait encore plus redoutable en arène. Ah que c'est tentant de lui demander une démonstration de ses capacités, mais ce n'est qu'une enfant curieuse rêvant probablement d'ailleurs, de découvertes et d'autres mondes. La frustration du géant pourrait être palpable si on le connait bien, lui qui ne vit que pour de bons duels ne pouvait que rester assis devant cette graine de championne. Étant de type Combat, une grande majorité de ses capacités proviennent uniquement de ses muscles, il souhaitait donc connaitre la force contenue dans les autres types, l'expérimenter en guise de cible. Tant pis, ça ne sera pas pour cette fois.

Quelles sont les particularités des Mackogneur ? Vous avez des oreilles spéciales ? Des griffes peut-être ? Ou des ailes ! J'aimerai tellement avoir des ailes … !

L'hybride n'eut même pas le temps d'arrêter de rêver d'un adversaire élémentaire idéal que sa version enfantine changea déjà de sujet. Si lui se sentait gêné rien qu'à l'idée de faire une simple demande, elle par contre ne se sentait pas étouffée par de telles considérations. et bien sûr, cela amusait le géant de converser avec des personnes pensant différemment.

Du coup, Félicie présenta ses oreilles hybrides. Elles n'avaient rien de particulier sur le coup, à se demander si elles permettaient de mieux entendre que des oreilles humaines. Pas étonnant qu'elle rêve d'ailes, cela serait bien plus pratique pour tout un tas de choses. Mais Doppo n'exprima qu'un léger sourire devant cette phrase. Beaucoup souhaite des choses qu'ils n'ont pas, comme lui qui aurait bien aimé la capacité de contrôler l’électricité juste pour voir ce que cela faisait. Mais s'il devait choisir, le colosse préfèrerait de loin conserver ses muscles et ses facultés.


- Désolé mais non, je n'ai rien de tout ça. Il parait que les Mackogneurs avaient quatre bras, mais je n'en ai que deux.

Par modestie, le trentenaire préféra se taire sur le fait que ses bras renfermaient un potentiel incroyable, capable de soulever jusqu'à 200kg sans effort d'une seule main. Il avait toujours pensé depuis son évolution que l'absence d'une deuxième paire de bras était compensée par cette force accrue. Donc ce n'était pas quelque chose qui le dérangeait, certains hybrides peuvent faire apparaitre des attributs provenant de leur ancienne forme, Doppo ne le pouvait pas, point. Inutile de se focaliser sur des détails aussi peu importants, autant avancer et faire avec.

La leçon s'était mise en pause toute seule, et vu le temps passé ici dans cette foret il serait bon de ne pas reprendre. Du coup le Mackogneur ne dit rien concernant le sujet, espérant que Félicie soit passée à autre chose ou qu'elle ait oublié. Il se voyait mal faire le paternel et commencer à mettre des limites auprès de la jeune Zébibron, ce n'était tout simplement pas son rôle.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» LEÏA - Il y a toujours une étoile pour nous montrer le chemin.
» [Plaine][Event Saint-Valentin] "Et qu'importe que le ciel s'assombrisse, il y aura toujours une étoile pour éclairer le chemin." [Taylor Dark / Zack Evans]
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» Pandora ◄ « La nuit lorsque l'espoir s'éteint, une étoile s'allume pour te guider. »
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Johto :: Lac colère-