Partagez | 
 

 Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mar 29 Nov - 18:44


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Toute ouïe, des étoiles dans les yeux, Félicie est pendue aux lèvres de Doppo, complètement hypnotisée par son récit. Elle en oublie d'ailleurs tout : son père, sa promenade, les katas. Plus rien n'à d'importance désormais, si ce n'est les mots que prononcent le Mackogneur. Si l'adolescente est une vraie bavarde en temps normal, là elle ferme sa boite à camembert à double tour et écoute sans intervenir une seule fois. Et tandis que le géant lui raconte ses pérégrinations, Félicie imagine les plages d'Irisia, le commissariat de Doublonville, ainsi que toutes les routes, toutes les villes par lesquelles Doppo est passé pour arriver jusqu'ici. Il n'a peut-être pas encore quitté Johto mais il a déjà tellement de choses à raconter, tellement de souvenirs à partager. Et il n'en faut pas plus à Félicie pour être fascinée. Désormais, elle rêve de voir à quoi ressemble les plages d'Irisia et de se perdre dans la contemplation de la mer s'entendant à perte de vue, bien au-delà de l'horizon. Elle ignore quand elle pourra remettre les pieds dans cette région, mais elle espère que son prochain voyage la mènera sur les côtes et qu'elle pourra  voir de ses propres yeux tout ce que Doppo lui a décrit. Même si le plus tôt sera le mieux, la demoiselle reste lucide et ronge son frein, attendant que la roue tourne et que la chance lui sourit. Elle est jeune, après tout : elle a toute la vie pour rêver.

Une heure complète s'écoule sans que Félicie ne prononce le moindre mot, tant elle est fascinée par le récit de Doppo. Elle ne remarque ni le temps qui passe, ni l'air qui se rafraîchit. La nuit n'est pas encore prête de tomber mais le soleil amorce déjà son déclin. Et dans ce sous-bois si prêt du lac, l'atmosphère a tôt fait de se rafraichir. Mais l'adolescente ne le ressent même pas, toute son attention étant destinée au géant et à lui seulement. Et pour preuve, elle s'est assise sans même s'en rendre compte ! Toute à son écoute, elle s'est tout naturellement installée plus confortablement afin de profiter du récit dans les meilleures conditions. C'est donc les jambes croisées et les mains scellées sur les genoux qu'elle a bu la totalité des paroles de Doppo. Et même quand ce dernier termine son histoire, elle reste encore immobile de la sorte pendant de très longs instants. Son cerveau ayant besoin de faire une synthèse de toutes ses informations, il met sa propriétaire en veille le temps de l'opération – tandis qu'un stock de questions diverses afflue comme un fleuve en crue dans un autre coin de sa tête. Et à l'instant même où elle reprend ses esprits, Félicie ressent l'irrépressible envie de lâcher tout ce qui lui passe par la tête. Heureusement cependant, elle se mord la langue avant d'avoir pu prononcer le moindre petit mot.

Je vous envie tellement ! Malgré le léger goût métallique dans sa bouche, Félicie enchaîne sur d'autres questions. Kanto est tout prêt n'est-ce pas ? Vous comptez y aller tout seul ? Vous avez peut-être un dresseur ?

Si le souhait de Félicie est de voyager aux côtés d'un humain et d'une ribambelle d'autres hybrides, elle sait cependant que ce n'est pas le cas de tout le monde. Certains de ses congénères tiennent à leur liberté et refusent de se lier à un humain. Un choix que Félicie comprend et accepte : chacun à le droit de vivre sa vie comme il l'entend. D'autant plus que certains hybrides préfèrent mener une vie tranquille sans forcément sillonner les routes. Ses grands-parents maternels n'ont jamais pactiser avec qui que ce soit et se sont contenter de vivre sans explorer le monde entier. Sa mère l'aurait souhaité, plus jeune, avant que sa grossesse n'y mette un terme. Mais Félicie, elle, y compte bien. Et puisqu'elle se sait trop jeune, trop faible pour y parvenir seule, elle désire cheminer aux côtés de personnes tout aussi curieuses qu'elle, tout aussi déterminées à découvrir des paysages enchanteurs et les cultures atypiques. Chaque région à son lot de trésors, que la Zébibron compte bien dénicher et immortaliser dans ses carnets de voyage. Ce que tout le monde ignore encore, c'est que la demoiselle a déjà préparé son sac de voyage : carnets, crayons, peintures, pinceaux, tout une panoplie, accompagnée de vêtements confortables et adaptées à la marche, attendent tranquillement, cachés au fin fond de son placard, que ce jour tant rêvé arrive pour sortir de l'ombre.

Ne le laissant pas le temps de lui répondre, Félicie part sur un nouveau sujet : son hybridation. C'est un autre sujet qui l'intéresse beaucoup – et pour la même raison, au final. Au même titre que son envie de découvrir le monde, cette passion pour les autres espèces de Pokémon est née de son enfermement. Constamment cloîtrée entre quatre murs, elle n'a jamais pu faire la connaissance d'autres enfants aux espèces différentes de la sienne. Tout ce qu'elle sait, que ce soit sur les autres Pokémon ou sur la Terre, elle l'a lu dans des livres ou l'a vu à la télévision. Mais entre ces deux choses et la réalité, il y a un monde. Depuis qu'elle habite avec son père, elle a eu la chance de rencontrer de nombreux hybrides différents mais il lui en reste tellement à rencontrer, à découvrir. Si son voyage lui tient tant à cœur, c'est parce qu'elle désire rattraper tout le temps qu'elle a perdu et se faire sa propre opinion sur tout ce qu'elle voit, vit et ressent. Un voyage initiatique au même titre que les dresseurs d'autrefois, quand ils partaient à l'aventure avec leurs Pokémon afin de se construire et voir de leurs propres yeux ce que le monde a à offrir à ceux qui désirent l'explorer. Félicie sait déjà qu'elle ne verra pas que des belles choses et qu'elle ne rencontrera pas que des bonnes personnes. Mais elle est prête à accepter ces vérités au nom de la connaissance.

Désolé mais non, je n'ai rien de tout ça. Il parait que les Mackogneurs avaient quatre bras, mais je n'en ai que deux.
Oooh … Ca pourrait être pratique, quatre bras ! Imaginez, vous pourriez faire la vaisselle et la ranger en même temps ! Ou alors … cuisiner tout en tenant le livre de recettes ! Voir même tenir plusieurs pinceaux en même temps ! Ce serait le rêve !

Il n'y a que Félicie pour partir dans des élucubrations pareilles. Cependant, elle tenait à saluer la praticité de la chose. Dommage pour les Mackogneurs, l'hybridation leur a supprimé cette paire supplémentaire de bras. D'un autre côté, ça aurait été plutôt flippant de voir une personne avec quatre bras – des oreilles et des queues, ça reste tout de même bien plus soft. Pour conclure, donc, Doppo n'a gardé aucun vestige physique de ses ancêtres. Et dire que Félicie se plaignait des siens … au moins, elle en a même s'ils ne sont ni impressionnants, ni forcément utiles. Elle aime se dire qu'une petite part des Zébibron d'autrefois demeure en elle comme souvenir de leur existence. Même si le grand changement remonte à moins d'une décennie, l'adolescente ne veut pas oublier ce qu'ils étaient autrefois – ni ça, ni les raisons. Car évidemment, elle les connaît. De nos jours, tous les hybrides sont conscients de cela. La bêtise humaine les impacte depuis toujours et elle continue malgré leur nouvelle condition. Si Félicie en ignore les grandes lignes, elle reste consciente de la laideur de l'Humanité – pas besoin de voyager à travers le monde pour le savoir, malheureusement.

Mais donc … vous ne possédez aucun héritage de vos ancêtres ? Rien du tout ?




© Halloween





Spoiler:
 


ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Dim 8 Jan - 19:35

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Je vous envie tellement !

Quand on retire tous les points sombres de l'histoire, il est vrai qu'elle peut susciter l'envie. Du coup, l'embarras que ressentait Doppo lors de son monologue ne le quitta pas, ayant la désagréable impression d'être responsable d'une fraude. Mais cela se traduisit en langage corporel par un simple regard évasif, plongé vers la terre à la recherche d'un peu de contenance. Cette culpabilité n'avait pourtant pas sa place. Tout ce qu'il avait décrit était vrai et, franchement, son passé est très loin de toutes les atrocités que l'on pourrait voir dans ce monde.

Puis, en relevant son regard, il pouvait apercevoir la mine plus que rêveuse de Félicie. Sa réaction eut pour effet d'éloigner le sentiment éphémère du géant, le remplaçant par un simple sourire trahissant cette fois la fierté cachée sous la couche de modestie. Peu ont la chance de pouvoir réaliser le tour des régions, de découvrir des lieux et de rencontrer des gens loin de chez soi, alors il n'y avait pas de raison pour ne pas être fier de réaliser cette expérience d'une vie. Mais la naturel posé du combattant revint au galop, reprenant rapidement sa figure de trentenaire rigide et sévère.


Kanto est tout prêt n'est-ce pas ? Vous comptez y aller tout seul ? Vous avez peut-être un dresseur ?

"Tout prêt" fallait le dire vite. Bon d'accord géographiquement parlant il n'y a pas plus proche comme région, et une ligne relie même Doublonville avec Safrania en voie directe si on a l'argent pour se payer un billet. C'est justement là où le bât blesse pour notre intérimaire, car il se devait d'économiser un bon pactole s'il désirait pouvoir survivre par ses propres moyens. Le géant mettait un point d'honneur à ne pas réclamer l'aide d'autrui, et surtout pas de sa dresseuse. Il ne voyage pas avec Dahlia pour qu'elle lui apporte un soutien financier ou autre, sa compagnie est déjà amplement suffisante pour combler tout un tas de faiblesses qu'apporteraient un tour des régions à la solitaire.

Donc oui il avait un dresseur, une dresseuse même pour être plus précis. Doppo avait conscience de la chance d'avoir un physique de Mackogneur, il n'a pas à se plaindre sur ce point. La sensation de danger ne l'effleure que très rarement et il lui est facile de trouver de l'emploi dans son domaine. Il n'a pas besoin de plus pour avancer sur son projet de découverte, alors pourquoi demander ? Pour avancer plus vite ? Le trentenaire n'est pas encore assez âgé pour être avare en temps, puis il a aussi ses principes. Tant qu'il lui restera ses bras pour bosser et ses jambes pour se lever, jamais il n'ira déranger qui que ce soit pour gagner un peu de confort.


- Eh bien...

Mais dans sa fougue, la jeune Félicie ne lui laissa pas le temps de répondre, déjà repartie sur le sujet précédent : Les espèces de pokemon et leurs différences. Si ce genre de comportement aurait pu en déranger plus d'un, Hanma resta souriant face à la bicoloré. Elle avait soif de découvertes, c'était facile à comprendre vu toutes ces questions qu'elle posait depuis le début de leur rencontre. Elle est curieuse et inépuisable, des qualités qu'on attribue facilement aux enfants en pleine santé. Alors pourquoi s'en plaindre ?

Oooh … Ça pourrait être pratique, quatre bras ! Imaginez, vous pourriez faire la vaisselle et la ranger en même temps ! Ou alors … cuisiner tout en tenant le livre de recettes ! Voir même tenir plusieurs pinceaux en même temps ! Ce serait le rêve !

Cette réflexion le fit doucement rire. Quatre bras, pratique ? Se connaissant, le Doppo savait qu'il aurait en réalité beaucoup plus de mal à coordonner tous ces membres pour gagner en efficacité. Il n'y a vraiment que lors d'un combat, lors de l’exécution de différentes techniques, qu'il arrivait à rester gracieux dans ses mouvements, et encore ! Son style reposant sur sa force herculéenne ne devrait en aucun cas être qualifié de gracieux, sauf auprès de celles et ceux qui trouvent une certaine beauté dans la puissance. Donc la seule chose pour laquelle il aurait aimé une deuxième paire de bras serait... Pour les prises ? Pouvoir attraper les bras et jambes de l'adversaire afin de l’immobiliser sans effort serait ainsi tellement plus facile ! Et que dire des possibilités que cette nouvelle paire ouvre pour les arts martiaux ? Dans sa jeunesse, le colosse en avait eu des étoiles plein les yeux rien qu'en y pensant. Néanmoins, il s'agit pour lui d'une autre époque à présent...

Mais donc … vous ne possédez aucun héritage de vos ancêtres ? Rien du tout ?
- Pas vraiment...

Sur l'instant il ne vit pas vraiment de quel héritage il pourrait bien évoquer. Les Mackogneur, de ce qu'il en a vu et entendu parler, étaient des pokemons possédant quatre bras, dotés d'une peau résistante et d'une vitesse prodigieuse pour ce qui est de placer des mandales. De par sa musculature et son style, Hanma n'avait pas non plus gagné la capacité de cogner plus vite que le son. Non chez lui tout reposait comme dit plus haut sur la force... Ah mais oui ! L'hybride avait bien quelque chose de ses ancêtres ! La soudaine réalisation lui fit écarquiller les yeux de surprise, un sentiment provoqué par sa propre bêtise. Les étourderies ça arrive, mais là notre homme se sentait presque honteux de ne pas avoir pensé à cette évidence.

- Enfin si, il y a la... Densité de mes muscles en quelque sorte...

De l'embarras venait tacheter le timbre de sa voix. L'artiste martial n'aimait pas vraiment évoquer à voix haute ses capacités physiques. Il n'en rougissait pas non plus, mais ses mains se serraient entre elles dans le creux de ses jambes en tailleur en signe de gêne. De nature modeste, le pokemon ne souhaitait pas être un de ces exhibitionnistes qui sculptent leurs corps juste pour faire le beau, d'où son léger malaise. Sauf qu'il n'était pas devant une femme à faire la cour, le colosse ne devrait donc pas se sentir mal juste parce qu'il se mettait un peu en valeur. Mais quand on aime vraiment pas quelque chose, peu importe le contexte, on arrivera jamais à se détacher de ce sentiment inconfortable qui nous colle à chaque fois.

Et maintenant, Hanma ne savait plus quoi dire ou faire. La seule chose à laquelle il pensait était de s'en aller, d'encourager Félicie à aller retrouver son père et de se faire tout petit. S'il y avait bien une chose qui pouvait paralyser ce colosse de plus de 2 mètres de haut, c'est bien de parler de sa force.



HRP:
 

Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Mer 22 Fév - 21:10


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Félicie a un peu de peine pour Doppo. Au final, qu'est-ce qui le différencie d'un être humain ? Mis à part ses capacités, évidemment – et encore, que sont-elles ? En l’apercevant pour la première fois, elle n'a pas su dire s'il était un hybride ou un humain – pour elle de toute façon, il y a peu d'importance. Mais l'adolescente connaît de nombreux Pokémon fiers de pouvoir montrer à quelle espèce ils appartiennent. Ils déploient leurs ailes, montrent leurs crocs, sortent leurs griffes. Mais le géant ne peut rien faire de tout ça. Et quelque part, Félicie trouve cela tellement triste. Pourtant, il n'a pas l'air de mal le vivre – après tout, il doit être habitué à ce fait. Quand nous naissons dans un corps fait comme ceci et comme cela, nous ne souffrons pas d'un manque quelconque. Félicie par exemple est habituée à son œil malvoyant : elle est née comme ça, c'est presque une normalité pour elle. Alors, ça doit être normal pour les Mackogneur de ne posséder aucun attribut propre à leur espèce. Quelque part, ce ne sont peut-être pas les seuls. Félicie ne connaît pas une grande variété d'espèce – bien qu'elle se documente dessus assez fréquemment – mais elle est sûre que d'autres Pokémon sont dans la même situation que Doppo. Après tout, pourquoi cette famille serait-elle la seule à ne rien hériter de leurs ancêtres ? Ca ne serait pas juste. Et Arceus aurait très mal fait son travail.

La jeune fille s'apprête à glisser une mèche blanche derrière son oreille quand la voix de Doppo résonne de nouveau dans la forêt silencieuse. Elle lève aussitôt les yeux vers lui, puis hausse les sourcils. La densité de ses muscles ? Aussitôt, elle inspecte ses propres bras maigrelets, puis fixe ceux de son professeur. Bon, nous sommes d'accord, ce n'est pas comparable. Mais si elle se fie aux bras de son père, elle doit bien noter la différence. Et en règle générale, elle n'a jamais vu une carrure comme celle de Doppo jusqu'à maintenant. Est-ce donc ce qui peut le différencier des humains ? Pourtant, ces hommes qui font de la musculation comme elle le voit parfois à la télévision, ne peuvent-ils pas, à terme, se sculpter un corps pareil à celui du Mackogneur ? Félicie ne connaît rien de tout ça, ce n'est pas elle que l'on retrouvera à la salle de sport du coin en train de soulever des poids. Mais si ces muscles sont un héritage de ses ancêtres, alors elle est contente. Qu'il ait gardé un petit quelque chose, un petit souvenir. Il n'y a peut-être qu'elle pour se soucier de ce genre de chose, mais ce n'est pas grave. Elle est rassurée, en quelque chose. Rassurée qu'Arceus n'ait pas oublié la famille de Mackogneur et qu'ils aient, eux aussi, eu droit à un héritage de leurs formes d'antan.

Alors, ces muscles … Ce sont votre héritage ? Je veux dire … vous vous êtes vous-même musclé ou sont-ils naturels ?

Curieuse comme à son habitude, la voilà qui saute sur ses pieds nus pour rejoindre son professeur en quelques enjambées. Aussitôt, elle pose sa main sur son avant-droit, laissant ses doigts courir sur les muscles apparents. Si la demoiselle est en temps normal d'une pudeur sans égale, elle fait preuve d'une audace certaine dans le seul but d'assouvir sa curiosité. La peau de Doppo est dure sous ses doigts. Elle ressemble à ces statues qu'elle aime tant admirer au musée d'Illumis. Elle retrouve les mêmes aspérités au niveau du deltoïde et du biceps, les mêmes veines qui apparaissent à la surface de la peau. Si Félicie en a un souvenir si net, c'est parce qu'elle passe de longues heures à redessiner ses statues – il n'y a pas mieux pour étudier les jeux d'ombres. Et pour peu, elle demanderait à Doppo d'être son modèle. Mais le géant a déjà l'air assez gêné comme ça – elle est trop envahissante pour un homme si modeste. D'ailleurs, à l'instant même où elle réalise ce qu'elle est en train de faire, elle s'empourpre et recule aussitôt, se maudissant par la même occasion. Quelle sotte elle fait ! Déjà qu'elle se permet de lui prendre de son temps – qu'elle pense précieux –, inutile de se montrer plus envahissante encore. Doppo a toutes les raisons du monde de vouloir la chasser de là – elle ne lui en voudrait même pas.

J-Je suis désolée ! Je ne- …

Félicie n'a pas le temps de finir sa phrase. Un grognement sourd s'élève d'un buisson quelques mètres devant eux. Les branches vibrent, signalant la présence d'un gros animal. Terrifiée, la Zébibron se dissimule aussitôt dans le dos de Doppo. Il est tellement grand, même assit, qu'elle disparaît aussitôt. Elle ignore ce qui se tapit dans ces fougères, mais elle n'a pas envie de le savoir. Juste de s'enfuir loin d'ici. Cependant, elle en est incapable : la peur la paralyse. Et histoire d'en rajouter une couche, voilà que la pluie se met à tomber. Félicie sait que c'est de sa faute : dès qu'elle ressent une émotion négative, elle lance Danse-Pluie sans le vouloir. Il suffit de quelques secondes seulement pour les gouttes s'immiscent entre les branchages et viennent rebondir sur la terre meuble. Honteuse et terrifiée, la demoiselle n'ose pas bouger d'un iota, de peur de faire une nouvelle bêtise ou t'attiser la haine de l'animal sauvage. Est-ce un loup ? Un ours ? Compte-t-il la dévorer toute crue ? Doppo est-il en mesure de rivaliser avec un grizzli ?! Mais s'il se fait blesser, Félicie ne pourrait jamais se le pardonner. Le mieux serait simplement qu'ils fuient, tout les deux, et vite ! Avant que la créature tapis dans les bosquets ne décident de se dévoiler et de faire d'eux son goûter.

Si Félicie était un peu plus courageuse, elle aurait jeté un œil par dessus l'épaule de Doppo. Et alors, elle aurait vu un labrador sortir sa tête des fougères. Un labrador qui n'a pas l'air de vouloir faire de mal à qui que ce soit.



© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Dim 12 Mar - 18:13

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



"La densité de mes muscles", ces paroles faisaient écho dans l'esprit embarrassé du géant. Ça ne lui ressemblait pas de se vanter autant sur son physique, pourtant il venait de le faire. Et parlons-en de cette "auto-flatterie". Qui de nos jours irait parler de sa musculature en termes de densité ? Il n'y a que le volume qui compte ! Faut que le biceps gonfle, explose même sous la peau et jaillisse telle un monument de virilité à la gloire d'une force qui elle n'en sera que factice. Doppo ne visait ni la gloire, ni l'attention des autres. Tout ce qui lui importe est de repousser ses limites, de voir jusqu'où ce corps que les dieux ont façonné pour lui est capable d'aller.

Mais parler de densité ne semblait pas choquer la jeune Félicie. Elle se contentait de balader son regard, tantôt sur ses propres bras d'enfant, tantôt sur ceux imposants de l'hybride Mackogneur. Elle était clairement en train de les comparer, toute curieuse qu'elle était, et cela ne fit qu'accentuer l'inconfort du trentenaire. Dans ce genre de situation, qui n'arrive heureusement pas souvent, Doppo ne pouvait plus bouger à cause de ce sentiment de honte qui le rongeait. Attirer l'attention n'a jamais été son fort. Lui qui provenait d'une famille nombreuse n'eut jusqu'alors jamais eu besoin de faire face à une attention autant dirigée envers sa personne.


Alors, ces muscles … Ce sont votre héritage ? Je veux dire … vous vous êtes vous-même musclé ou sont-ils naturels ?

Il aurait pu répondre facilement, si seulement la curieuse Zébibron ne s'était pas rapprochée pour le sculpter du bout des doigts. Un tel contact aussi intrusif pour le géant le figea dans sa position. Lui qui ne connaissait que la violence des coups en combat et la rigidité des matériaux au travail ne savait pas quoi dire ou faire devant une telle douceur. Félicie ne faisait qu'assouvir ses envies de découverte, ce qu'elle ne faisait n'était en rien un mal donc la repousser n'est pas envisageable pour le gentil colosse. Il se devait de supporter une telle proximité, espérant dans un coin de sa tête que personne ne les surprendrait ainsi sous peine de se retrouver sous un possible quiproquo des plus désagréables. Par chance, disons le, la jeune fille sembla comprendre la portée de ses actes et se ravisa assez tôt pour que personne n'en fût témoin. Elle présenta des joues roses qui accentuaient le sentiment de honte qu'elle dégageait, tandis que Doppo commençait à peine à retrouver ses couleurs habituelles.

J-Je suis désolée ! Je ne- …

Excuses acceptées, après tout il n'y eut pas de mal et le musclé accordait très facilement son pardon. Cependant, un grognement d'animal se fit entendre non loin d'eux et empêcha toute réponse. La jeune fille prit peur, se cachant derrière le Mackogneur qui assuma instantanément son nouveau rôle de protecteur. Chassez le naturel et il revient au galop. Avec son passif dans la police ainsi qu'en tant que pokemon capturé, servir de rempart face au danger était un rôle que le trentenaire assumait en toutes circonstances. En vrai, il aurait même pris une de ses fameuses postures démontrant ses connaissances en arts martiaux, mais l'acte de se relever aurait retiré le bouclier que représentait son dos pour la personne qu'il devait protéger. Hanma n'était pas un grand empathique, néanmoins il avait assez d'expérience pour deviner plus ou moins ce dont un tiers avait besoin lors d'instants critiques. Et Félicie n'aurait probablement pas envie d'être laissée de côté par le seul être pouvant l'éloigner de ses peurs.

De la pluie se mit à tomber sur eux. N'ayant rien pour s'en protéger, le géant s'en remit au feuillage des arbres le surplombant, restant complètement focalisé sur le buisson agité devant lui. Mais alors que l'hybride s'attendit à faire face à une bête féroce, ce qui surgit des plantes ne fut rien d'autre qu'un labrador très curieux pour se promener aussi loin de toute civilisation. Face à cette révélation, la pression retomba très rapidement et l'ancien policier tendit les mains vers la bête comme pour l'accueillir.


- Tout va bien Félicie, ce n'est qu'un petit chien.

Quand on mesure plus de deux mètres il n'existe pas vraiment de grand chien, cela dit la précision n'était pas réductrice loin de là. Tout ce que herchait à faire Doppo était de rassurer sa compagne en "diminuant" la taille de la possible menace. La méthode était plus que maladroite, il ne faisait qu'appliquer le conseil d'un ancien coéquipier, mais il espérait vraiment que cela marcherait envers la Zébibron. Le chien s'approcha alors rapidement des mains rugueuses et épaisses qui l'accueillaient, se frottant presque contre elles comme pour réclamer de l'affection. Le trentenaire se contenta de lui caresser rapidement la tête avant de descendre le regard vers la nuque. Un collier épais s'y trouvait, témoignant aisément que ce chien était dressé et appartenant donc à quelqu'un.

Que faisait-il ici ? Pourquoi donc est-ce qu'il est seul ? Hanma pensa rapidement qu'il pouvait être l'animal de compagnie de Félicie, que ce dernier ne faisait que de chercher sa jeune amie. Mais si jamais ce n'était pas le cas, alors il aurait un problème sur le dos...


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Dim 26 Mar - 15:16


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Félicie a beau faire la téméraire, il lui en faut peu pour se terrer comme un lapin dans son terrier. Du moins, surtout quand elle est loin de chez elle. Si plus rien ne la terrifie sur Kalos, c'est une autre histoire quand elle change de région. Normalement, tout se passe toujours bien pour elle car son père ne la lâche pas d'une semelle. Cependant, quand elle parvient à lui fausser compagnie, son courage fond comme neige au soleil. Pourtant, elle aime cette liberté et tout ce qu'elle y découvre. Mais dès qu'une d'une tâche – aussi minuscule soit-elle - vient noircir le tableau, elle perd tous ses moyens. Présentement, elle sait qu'elle peut compter sur Doppo. Mais d'un autre côté, la peur qu'il puisse se faire blesser l'effraie plus que la bête tapis dans les buissons. Il a beau être un Mackogneur et, par définition, une véritable force de la nature, ça ne fait pas de lui un être invincible pour autant. Personne n'est totalement à l'abri du danger, humain comme hybride. Alors la demoiselle se met à pleurnicher tandis que la pluie vient tremper sa chevelure bicolore malgré l'épais feuillage de la forêt. Dissimulée dans le dos du Mackogneur, elle prie pour qu'il ne lui arrive rien – et se retient d'appeler son père comme un enfant perdu, certaine qu'il l'entendrait qu'importe où il se trouve.

Lorsque la voix de Doppo s'élève, calme et chaleureuse, Félicie en oublie presque la pluie qui ruisselle sur son visage en compagnie de ses larmes. Un petit chien ? Timidement, elle se redresse suffisamment pour jeter un coup d'oeil par dessus l'épaule du géant. Ce dernier a les mains tendues vers la bête, flattant gentiment son pelage sable. La langue pendante, le poil trempé, l'animal ne semble pas vouloir faire de mal à une mouche. Il semble d'ailleurs plus paniqué encore qu'eux. La Zébibron avise alors le collier scellé autour de son cou. Ce pauvre toutou semble avoir perdu ses maîtres. Maintenant qu'elle y repense, lorsqu'elle est arrivée aux abords du Lac avec son père un peu plus tôt dans l'après-midi, il lui a semblé voir un jeune labrador avec ses maîtres. Ces derniers s'amusaient à lui lancer un frisbee et il prenait grand plaisir à le leur rapporter. S'agirait-il du même animal ? Félicie se doute bien qu'il ne peut pas être le seul labrador des environs, mais elle n'a pas vu d'autres chiens en arrivant. Ce n'est donc pas impossible qu'il se soit égaré en pourchassant son frisbee dans la forêt – ou qu'il se soit permis de s'y balader, inconscient de la frayeur qu'il doit causer à ses maîtres.

Tandis que les nerfs de Félicie se détendent, les nuages de pluie s'éloignent. Bientôt, le faible soleil de la fin de journée revient mettre un peu de lumière dans les bois, faisant briller les gouttes d'eau roulant sur les fougères. Essuyant ses yeux du revers de la main, la Zébibron se redresse, contournant Doppo pour s'approcher du chien. Ce dernier remue vivement la queue en l’apercevant, ravie de tomber non pas sur un, mais bel et bien sur deux compagnons de jeu. Lorsque Félicie tend la main vers lui, il frotte aussi son museau humide contre sa paume, la chatouillant doucement. Elle en profite alors pour se saisir de son collier, le faisant tourner jusqu'à repérer un petit médaillon. Sur ce dernier est gravé, visiblement, le nom de l'animal : Belle. Ils ont donc à faire à une petite demoiselle. A l'arrière, il y a une adresse. Celle de ses propriétaires, logiquement. D'après ce que la Zébibron lit, ils vivent à Acajou. Il ne devrait donc pas être difficile de les retrouver. Mais encore faut-il connaître la ville pour se rendre à cette adresse … Félicie étant une touriste, elle a pas la moindre idée d'où se trouve leur quartier. D'autant plus qu'il ne serait pas impossible qu'ils soient encore dans les parages, à la recherche de leur fidèle compagnon.

Pauvre petite Belle ! Nous devons l'aider, elle semble perdue. En arrivant tout à l'heure, je crois l'avoir vu avec ses maîtres, près de l'eau. Ils doivent encore y être et la chercher !

Félicie n'a jamais eu la chance d'avoir un animal : sa mère craignait qu'il n'apporte des bactéries dans la maison et la rende malade. Et maintenant qu'elle vit avec son père, ce sont ses voyages fréquents qui rendent impossible l'adoption d'un compagnon à quatre pattes. Cependant, elle a déjà eu l'occasion de garder plusieurs fois le lapin de ses voisins. Touffu et gourmand, il passe le plus clair de son temps à grignoter les trèfles de son jardin. Plutôt trouillard, il ne cherche pas à s'enfuir et ne franchit donc jamais la clôture menant dans les jardins voisins. Cependant, un jour que la Zébibron était de garde, elle ne le trouva nulle part. Ni dans son clapier, ni dans le tas de bois où il aimait se terrer. Paniquée, elle était passée par tous les états. Elle l'avait cherché pendant des heures, effrayée et attristée à l'idée qu'il lui soit arrivé quelque chose. L'idée de devoir annoncer la terrible nouvelle à sa voisine l'effrayait tellement qu'elle avait provoqué un véritable déluge au dessus de son quartier. C'est finalement cette pluie battante qui avait délogé le lapin de sa cachette, la peur le poussant à rallier son clapier sans tarder. Félicie n'a jamais su où diable il s'était dissimulé, mais le savoir en vie avait suffit à la rassurer.

Ainsi donc, elle imagine très bien l'état des propriétaires de Belle. Ils doivent la chercher de partout en imaginant les pires scenarii possibles. Malheureusement, le monde n'est pas sûr, même pour les boules de poils. Alors Félicie prit la décision de la ramener elle-même auprès de ses maîtres. Si se sont bien les mêmes qu'elle a aperçu en arrivant, elle sait où ils se sont installés. Et même si elle ne les retrouve pas dans le coin, elle pourra toujours se rendre à l'adresse inscrite sur la médaille avec l'aide de quelques habitants d'Acajou : ils sont les mieux placés pour l'aider à se repérer dans la ville ! Déterminée, Félicie empoigne le collier de Belle, bien décider à la rapporter auprès de ses propriétaires ! Elle sonde alors la forêt du regard … et réalise qu'elle n'a pas la moindre idée du chemin à emprunter. Avec tous ces événements, elle ne sait même plus par où elle est arrivée. Et elle ne peut visiblement pas compter sur la chienne : elle ne serait pas là si elle était simplement revenue sur ses pas ! Confuse, Félicie se tourne vers Doppo. Aucun doute que, lui, saurait rallier la rive du Lac Colère sans se perdre. Mais encore faudrait-il qu'il accepte de l'aider. Après tout, elle ne fait que l'embarrasser depuis son arrivée. Il doit sûrement en avoir marre de la supporter. Pourtant … Félicie va devoir se montrer enquiquinante une dernière fois.

Vous … Vous pourriez nous accompagner ? Je ne sais plus comment sortir d'ici … Je suis désolée de vous gêner ! Promis, après, je retourne auprès de mon père et vous serez tranquille !




© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Sam 29 Avr - 13:14

Une étoile pour l'innocence
feat. Félicie Dumas



Malgré la pluie et les innombrables odeurs que cela produisait dans la forêt, Doppo ne semblait pas le moins dérangé du monde par l'inconfort dans lequel il se tenait. Le géant n'était pas un grand ami des animaux, en vrai il n'avait jamais vraiment été en contact avec un chien ou un chat. Dans la police de Doublonville, le nez sensible d'un hybride de type canin suffisait largement pour ne pas se tourner vers les chiens. Et quand on fait partie d'une grande fratrie, composée de plus de dix enfants, on réfléchit à deux fois en tant que parent avant d'accepter un compagnon de plus sous son toit.

Ce contact entre le colosse et l'animal était donc une véritable première, et ni la pluie, ni l'odeur de chien mouillé, ni Félicie ne lui enlèvera cette éphémère sensation de plaisir face à une telle découverte. Ses mains habituellement serrés en forme de poing servaient ici à expérimenter la sensation de caresse ainsi que le toucher du poil humide. C'était étrange, mais très agréable pour le trentenaire solitaire. Rien qu'en gardant contact avec ce chien, il avait l'agréable impression de créer un lien avec ce dernier. Le regard tourné vers le visage canin, Hanma supposait que son nouveau compagnon souriait, témoignant que ce que faisait le musclé n'était pas mauvais... Malheureusement il fallait arrêter de jouer avec, car ce chien avait des maîtres et que ces derniers devaient sans doute s'inquiéter de la disparition de leur ami.

Le Mackogneur enlaçait presque son nouvel ami tandis que son visage se décomposait légèrement suite à la redescente. Mais il en faudra bien plus pour faire tomber cette force de la nature dans les abîmes de la déprime, car son sourire refit surface très rapidement, bien décidé à aider le quatre pattes à retrouver celui qui a vraiment besoin de lui. C'est à cet instant que les nuages de pluie se retirèrent de la scène, laissant de nouveau place au soleil brillant présent depuis la matinée. Un léger arc-en-ciel se dessina alors auprès des feuilles d'arbre, tandis que Félicie tendit sa petite main vers celui qui l'effrayait juste avant. Elle aussi avait l'air préoccupée par le sort de la bête, elle jeta un coup d’œil sur le collier autour du cou pendant que le géant tenait fermement le canidé. Faudrait pas qu'il ait un geste brusque pile à ce moment.


Pauvre petite Belle ! Nous devons l'aider, elle semble perdue. En arrivant tout à l'heure, je crois l'avoir vu avec ses maîtres, près de l'eau. Ils doivent encore y être et la chercher !

Tel un club des cinq mais à deux, les compères se retrouvaient à devoir réaliser leur enquête s'ils souhaitaient retrouver le ou les propriétaires de la dénommée "Belle". Le musclé était bien évidemment partant, même s'il avait eu autre chose à faire il se serait dégagé du temps pour venir en aide à la Zebibron, car lui-aussi ne pouvait s'empêcher de ressentir de l'inquiétude envers les maîtres de ce chien, ou plutôt cette chienne, vu que c'était une femelle. Cette dernière commençait d'ailleurs à s'éloigner des deux inconnus que sont nos chers hybrides pour elle. Doppo le sentait bien vu qu'elle se tenait presque dans le creux de ses mains. Cependant il craignait de voir l'animal repartir s'il le lâchait ne serait-ce qu'une seconde. Le colosse ne savait vraiment pas comment s'y prendre avec les animaux domptés, quand bien même il avait pu en côtoyer plus d'un lors de son service de police. Il aura donc grand besoin de la jeune Félicie, car il pensait avec une légère naïveté que les enfants ont un meilleur contact avec les bêtes que les adultes.

Vous … Vous pourriez nous accompagner ? Je ne sais plus comment sortir d'ici … Je suis désolée de vous gêner ! Promis, après, je retourne auprès de mon père et vous serez tranquille !

Elle semblait gênée, chose que le trentenaire pouvait comprendre. Lui aussi se tenait dans cette situation, celle de ne pas oser demander de l'aide par crainte d'être jugé ou pire, rejeté. Mais franchement, c'est lui l'adulte pourtant ! Il n'y a pas à avoir peur d'une fille, ni de ce qu'elle pouvait penser de lui. Jusqu'à maintenant le courant est bien passé en plus.

- Oui bien sûr, ça ne me dérange pas de vous raccompagner au contraire !

"Vous" parce qu'il ne s'adressait non pas seulement à la Zebibron, mais aussi à leur nouvel ami à quatre pattes. Impossible de les laisser perdus ici en même temps, cela serait bien trop cruel. C'est donc avec un simple mais chaleureux sourire que le géant se releva avant d'ouvrir la marche. Par chance il n'y eut pas besoin de réaliser de grand détour, puisqu'il était venu dans ce coin d'entrainement improvisé en marchant tout droit.

Ce n'est qu'une fois en dehors de la foret que le trio put retrouver le lac du regard, ainsi que les quelques personnes encore présentes malgré le soleil couchant.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.


HRP:
 



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 316
Pokédollards : 33
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]   Dim 30 Avr - 19:10


Une étoile pour l'innocence
feat. Doppo ♥

Félicie est nerveuse. Elle a conscience d'avoir été très enquiquinante avec Doppo : elle l'a dérangé en plein exercice pour lui réclamer des cours, persuadée qu'il s'agissait de mouvements de danse, avant de l'assommer de questions en tout genre sur divers sujets. Elle a, sans aucune doute, gâché la journée du pauvre homme. Et pourtant, elle est obligée de lui réclamer une dernière faveur. Si la demoiselle ne veut pas se perdre comme l'animal, elle a besoin de l'aide du Mackogneur. Il ne connaît peut-être pas la forêt par cœur, mais il a sûrement plus de mémoire que la Zébibron. Elle, elle s'est contentée d'avancer en suivant son instinct, sans essayer de retenir un quelconque itinéraire. Ce qui l'aurait sacrément mit dans l'embarra si elle n'avait pas croisé la route de Doppo. Mais il est bien utile de songer à ce qui aurait pu arriver : l'important, c'est le présent. Il faut absolument qu'ils quittent la forêt pour ramener Belle auprès de ses propriétaires. Ils doivent se faire un sang d'encre pour leur pauvre bête. Et même si l'animal ne semble pas si perturbé que ça à l'heure actuelle, Félicie se doute qu'elle va finir par vouloir retrouver ses maîtres par elle-même … en s'aventurant plus loin encore dans la forêt. Elle aurait sûrement pu retrouver son chemin par elle-même si la pluie ne s'était pas mise à tomber à cause de Félicie. Mais ce qui est fait est fait : désormais, il faut agir.

Bien heureusement, Félicie peut de nouveau compter sur le grand cœur de Doppo. Malgré tous les désagréments qu'elle lui a causé, il accepte tout de même de les conduire jusqu'à la sortie de la forêt. Si la Zébibron s'écoutait, elle lui sauterait au cou pour le remercier. Mais inutile de l'embarrasser davantage, elle l'a suffisamment fait au cours de la journée. Alors elle se contente de lui rendre son sourire, ravie de pouvoir s'appuyer sur lui une nouvelle fois. Le laissant logiquement ouvrir la marche, Félicie suit son sillage en tenant fermement Belle par le collier. Ce n'est pas la manière de progresser la plus agréable qui soit, car elle doit se pencher légèrement sur la droite pour maintenir l'animal, mais elle n'a rien sur elle qui pourrait servir de laisse, alors elle fait avec. Avant de partir, elle a évidemment prit le soin de rassembler ses affaires et d'enfiler ses chaussures. Si jamais elle oublie quoi que ce soit au milieu des bois, elle est sûre de ne jamais pouvoir les retrouver. Heureusement, elle ne s'est pas beaucoup éparpillée contrairement à son habitude. Il ne devrait donc pas y avoir le moindre souci. Du moins, c'est ce qu'elle espère. Car elle doute avoir le temps de ratisser la forêt avant son retour à Illumis. La journée de demain lui en laissera pas l'occasion, en tout cas.

Contrairement à ce que la demoiselle aurait cru, ils ne mettent pas si longtemps à traverser la forêt. Doppo s'est contenté de tracer toujours tout droit, sans bifurquer une seule fois – enfin, seulement pour éviter un arbre, un bosquet de fougère ou un talus. C'est donc avec une joie certaine que Félicie franchi les derniers mètres qui la sépare de la clairière où sont encore installées de nombreuses personnes. Le soleil se couchant derrière l'horizon déverse ses rayons orangées dans le ciel, se reflétant sur la surface de l'eau. La demoiselle se serait bien assise sur l'herbe pour coucher sur un canvas ce magnifique paysage, mais l'heure n'est pas à la peinture. Maintenant qu'ils ont quittés les bois, ils doivent retrouver les propriétaires de Belle. Du regard, Félicie balaie l'horizon. Puisqu'elle n'est pas arrivée de ce côté, elle a un peu de mal à se repérer. Cependant, elle reconnaît les alentours petit à petit : ce couple installé près de l'eau, ils étaient déjà là quand elle est arrivée plus tôt dans la journée. Donc, logiquement, les prétendus propriétaires de Belle ne sont pas loin. Ils jouaient au frisbee avec elle un peu en retrait histoire de n'embêter personne avec leur jouet. Les yeux de Félicie remontent donc légèrement jusqu'à tomber sur le fameux couple. De sa position, elle ignore ce qu'ils font mais ils paraissent en pleine discussion. Tentent-ils de définir un plan pour retrouver l'animal ?

Du doigt, Félicie indique la direction à Doppo. Et sans vraiment attendre qu'il réponde ou agisse, la voilà qui tire Belle jusqu'à eux. Il n'est pas vraiment facile de retenir l'animal car ce dernier est d'autant plus intéressé par les odeurs environnantes, mais la Zébibron tient bon. Elle ne peut pas la lâcher maintenant alors qu'ils sont si près du but ! Une fois à portée de voix du couple, la demoiselle se hâte de les héler. En apercevant la jeune fille tenant la chienne au collier, ils se pressent de la rejoindre afin de prendre le relai. En reconnaissant ses maîtres, Belle perd toute volonté de fugue et leur fait la fête comme jamais. Ils en profitent d'ailleurs pour attacher sa laisse, au cas où elle se prenne l'idée de repartir une fois sa joie passée. Rassuré, le jeune couple comble la demoiselle et son accompagnateur de remerciements. Visiblement, ils jouaient au frisbee avec Belle quand madame a décidé de prendre la poudre d'escampette. Il lui arrive souvent de s'en aller ainsi mais jamais si longtemps. Ils s'apprêtaient à partir à sa recherche dans les bois lorsque Félicie et Doppo sont arrivés, leur retirant une sacrée épine du pied. Puisqu'ils ne connaissent pas la région, ils craignaient de ne jamais réussir à la retrouver. C'est donc un véritable soulagement de remettre la main dessus ! Au cours de la discussion, Félicie apprend alors qu'ils sont des invités du mariage pour lequel son père et elle sont venus jusqu'ici. Une coïncidence qui la fait sourire : au moins, elle est sûre de retrouver Belle le lendemain, au mariage !

Le couple fini par s'en aller, saluant le duo d'un geste de la main. Ravie, Félicie leur renvoie, agitant ses bras sans se soucier des regards interloqués que certains passants lui lance. Une fois Belle et ses propriétaires disparus derrière l'horizon, la jeune Zébibron se tourne vers Doppo. Sans lui, jamais elle n'aurait réussi à ramener la chienne auprès de ses propriétaires. Il a vraiment été d'une gentillesse et d'une patience à toute épreuve avec elle. Et pour cette raison, elle le considère déjà comme son ami.

Merci beaucoup pour aujourd'hui. Je sais que … j'ai sûrement été très casse-pied. Mais, pour ma part, je me suis vraiment amusée ! Et sans vous, jamais Belle n'aurait retrouvé ses propriétaires. Ils semblaient tellement contents de la revoir ! Ça m'a vraiment fait très plaisir.

C'est alors qu'une voix résonne dans la clairière. C'est Romain, qui hèle le prénom de sa fille. Sur l'instant, Félicie l'avait complètement oublié. Lui aussi, il doit se faire un sang d'encre pour elle. Ça fait un moment qu'elle lui a faussé compagnie, il se demande sûrement où elle a bien pu aller. Ne voulant l'inquiéter davantage, la Zébibron se jette dans les bras de Doppo pour le serrer fort dans ses petits bras. Elle a vraiment apprécié sa compagnie – elle est même triste de devoir le quitter. Mais il faut bien qu'elle retrouve son papa. Et lui, sa tranquillité ! Félicie ignore si leur chemin se recroisera de nouveau, mais elle espère que si. Après son étreinte, elle recule, se gratte l'arrière du crâne et s'exclame :

Merci pour tout ! Vous êtes vraiment quelqu'un de gentil. J'espère que vous continuerez de voyager ! A bientôt, je l'espère !

Et ni une ni deux, la voilà qui tourne les talons pour rejoindre son père. Tout en courant, elle fait des grands signes à Doppo, en espérant sincèrement ne pas l'avoir dérangé plus que de raison. Mais c'est certainement trop demandé de sa part !



© Halloween




ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une étoile pour l'innocence [PV Félicie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» LEÏA - Il y a toujours une étoile pour nous montrer le chemin.
» [Plaine][Event Saint-Valentin] "Et qu'importe que le ciel s'assombrisse, il y aura toujours une étoile pour éclairer le chemin." [Taylor Dark / Zack Evans]
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» Pandora ◄ « La nuit lorsque l'espoir s'éteint, une étoile s'allume pour te guider. »
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Johto :: Lac colère-