Partagez | 
 

 “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Ven 28 Avr - 15:53
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





J'irais jusqu'au bout du monde pour toi …

Cette phrase est aussi d'actualité pour mon boulot, ce crétin m'a fait traverser le monde dans toute sa largeur. C'est à cause de ce mec que j'en suis arrivé là, jusqu'à Unys…

J'ai croisé aussi quelque sbire de Chronos, c'est pauvre enfants croyaient avoir affaire à un simple hybride, comme c'est mignon, leurs visages couvert d'effroi quand j'eus déployer mes ailes, c'était tellement marrant. J'en ai quand même épargné un ou deux, juste pour qu'ils préviennent que Yameron est à Unys, donc s'ils pouvaient éviter de se mettre sur mon chemin quand je travaille.

Revenons à cet individu qui a un contrat de plusieurs centaines sur sa tête, ce qui est parfait avec ce contrat, c'est qu'il est bien précisé ‘mort' ou vif, ce sont mes préférer.

Bref, il m'aura fait le traquer jusqu'à la forêt d'Empoigne, c'est ici qu'il a décidé d'arrêter de fuir.

Décider je ne sais pas, mais c'est ici que mon étreinte c'est refermé sur lui, au détour d'un petit chemin de forêt, éloignée de la ville, le pauvre, il n'aurait jamais dû.

“Alors, jusqu'où compte tu allais ? Je commence à être fatigué de te suivre.”

Vu sa réaction, je ne pense pas qu'il s'attendait à me voir si près de lui, tombant à la renverse, ce dernier se releva assez rapidement sortant une dague qui pointa dans ma direction.

Bien, il ne sait pas que ça ne servira à rien ? Soit, amusons-nous !

Il chargea, j'esquive, il se retourne, je frappe, il attaque, j'esquive, je frappe, il tombe, je souris, il se relève et fonce tête baissée, je fais semblant d'être touché, je frappe.

Je me suis amusé comme ceci pendant presque une demi-heure, puis profitant de mon attaque vibrobscur pour créer un épais brouillard couplé avec hantise, pour réapparaître juste derrière lui, je le saisis de sorte à éviter toute fuite possible.

“Vous n'êtes pas un hybride ordinaire …”

“C'est bien mon petit, il t'aura fallu cinq semaines pour t'en apercevoir, tu en auras mis du temps, mais alors qui suis-je ?”

“Vous êtes un monstre !”

“Hahaha, merci je sais.”

“Pour être aussi puissant et tordu vos ne pouvait être qu'un légendaire.”

Sur ses paroles, ma prise se resserra autour de son cou, la gamin, tu aurais mieux fait de le garder pour toi. Je le lâche pour le plaquer contre un arbre.

“Ne me confond pas avec eux, je n'ai strictement rien à voir avec mes soit disant frères, enfin, peu importe, tu te souviens de la première chose que je t'ai dit, quand tu m'as enfermé dans ce bunker au Port Tempère, j'avoue que tu m'avais bien énervé.”

“Rappelle toi ce visage, c'est le dernier que tu verras avant de mourir, je le promets”

“Tu as bonne mémoire, bravo et tu sais quoi, je tiens toujours mes promesses.”

Ne lui laissant pas le temps de dire quoique ce soit, je déverse toute ma puissance avec Dracocharge, le réduisant en cendre lui et quelques arbres aux alentours avant de m'allumer un cigarette en regardant les flamme danser.



Codage par Libella sur Graphiorum




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 140
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 30/09/2016
Localisation : Unys
Je suis (Inrp) : Lesbienne et célibataire
Je ressemble à : Nai (Karneval)
Double compte : Octobre

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Couteau de poche ♦ Éco-Sphère ♦ Vampigraine
Race Pokemon/ Métier: Hybride Vivaldaim / Vagabonde à la recherche de souvenirs
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Dim 30 Avr - 20:16
Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire.
02:47
Tu te retournes une énième fois et rejettes la couverture. Les nuits d'insomnies en ta compagnie son exaspérante, Ivy. Ces longues heures passées à regarder le plafond en te posant toujours les mêmes questions sont ennuyeuses au possible. Je préférerais que tu dormes, mais même les tisanes de baies Wiki censées te rendre somnolente non aucun effet sur toi. Hypersensible, insomniaque et de constitution fragile... tu cumules les malchances, c'est incroyable.
J’étouffe.
Tu sautes de ton lit et te diriges vers la fenêtre. Je trace une croix sur l'espoir que tu te rendormes. Tu ouvres la fenêtre en grand et te perches sur son rebord. Le vent est glacial, mais te libère de la chaleur accablante qui règne dans la chambre. Tu parcoures ta forêt du regard, argentée sous la lueur de la lune.
Empoigne est magnifique.
Je sais. Tu connais chacun de ses bosquets, pourtant tu ne peux t'empêcher de continuer à la parcourir. Au début, tu cherchais réellement des traces de luttes, des choses qui te permettraient de reconstruire ton histoire, un fil d’Ariane en quelque sorte. Mais les indices sont ailleurs, et j’espère sincèrement que tu ne les trouveras jamais. Faute d'avoir trouvé quelque chose, tu te concentres sur les légendes d'Empoigne. Tu as lu tous les livres sur le sujet et visité tous les monuments en lien avec une quelconque mythologie. La forêt est devenue un substitut, une façon de ne plus t'occuper de toi, de rester en heureuse dans l'ignorance. Peine perdue. Enfin, te bercer d'illusion me permet de gagner du temps...

Ce soir, Empoigne est en effet resplendissante, mais quelque chose ne vas pas. Tu t'en rends vite compte en voyant une lueur rougeoyante s'allumer dans le ciel, et de minuscules étincelles s'élever dans les airs. Un feu de camp ?  
Cela te laisse perplexe. Empoigne est une zone protégée, il est formellement interdit de venir y camper. Et les autorités locales sont intransigeante à ce sujet. Personne, dans les alentours de la forêt, ne prendrait le risque d'y planter une tente, et encore moins d'y allumer un feu. Surtout à trois heures du matin !

La curiosité et l’excitation font battre ton cœur un peu plus vite. Enfin une occasion de sortir sans être obligée de demander la permission d'Alexandro ! Tu enfiles un sweat est un pantalon en toile que le vieux dresseur a récupéré aux fripes de Maillard, et vient coller ton oreille à la porte.

Il dort. Tu entends sa respiration dans la chambre d'en face. Tu reviens à la fenêtre, monte sur le rebord et prends quelques instants avant de sauter. La fenêtre est au bas mots à quatre mètres du sol. Une gamine normal se casserai facilement une cheville. Mais pas un hybride Vivaldaim.
Tu sautes et te réceptionnes sur la pelouse juste en dessous. Te voir faire le mur comme ça me remplis de fierté, tu n'imagines même pas.
Tu vérifis une dernière fois qu'aucune lumière ne se soit allumée dans la maison. Tu sauterais de joie si trahir la confiance que t'accordes Alexandro ne te remplissais pas de honte.
Il faudra que je sois rentrée avant cinq heures.
L'heure où il se lèvera. Je préférerais que tu ne reviennes jamais dans cette maison, et que tu prennes un peu ton indépendance. Mais espérer l'impossible ne sert à rien, nous l'avons déjà appris quand nous étions ensemble, n'est-ce pas Ivy ?  

Tu décides de courir. Histoire de t'offrir une contenance, ou simplement pour ton plaisir. Tu réprimes intensément l'envie de te transformer pour adopter une forme pour aérodynamique. Tu t'amuseras après avoir vu le pourquoi du comment du feu. La lueur rouge se rapproche, et tu ralentis imperceptiblement l'allure. En bonne hybride de type plante, tu as le feu en horreur. Tu optes donc pour seulement observer de loin la chose, et te remets à marcher.
Tu suis le sentier à peine visible sous les herbes. Et tu te rends vite compte que ce n'est pas qu'un simple feu de camps. De loin, tu aperçois des arbres carbonisés et la bête rouge et or qui s'attaque maintenant à un bosquet de genévrier. Un feu de forêt.
Et, dos à toi devant ce bûcher, un homme. Bien plus grand que toi, et pourtant assez svelte. La lueur des flammes allumant des reflets rouges dans ses cheveux. Ton cœur rate un battement.  

Stop. Qui te dit que ce n'est pas un esclave de Chronos accompagnée de son tortionnaire ? Ou simplement un fou dangereux ? Fait demi-tour, il ne t'a pas encore vu. Si c'est lui qui a allumé ça, il est capable de te carboniser en quelques secondes. Tu ferais mieux de te casser. Tu es incapables de te protéger.

©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Ivy se cherche en #ff9900


Automne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Mar 2 Mai - 18:11
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





Cela ne fait même pas cinq minutes que j'ai réglé son compte à celui là qu'on m'importune déjà, je t'ai senti, toi derrière les arbustes dans mon dos, es-tu un garde forestier un peu trop confiant, qui veut en finir de sa misérable vie, un sbire de chronos venu venger ses petits camarades, leur chef venu prouver sa valeur devant ses subordonnés, un coéquipier de ce petit tas de cendre arriver quelques minutes trop tard ?

Les possibilités sont nombreuses, mais les fin possible elle, le sont beaucoup moins.

Je me retourne très rapidement et fonça sur ma cible, la saisit par la gorge, il fait trop sombre dans ces bois, la faible lueur de mes flammes n'éclaire pas assez pour distinguer à qui j'ai affaire.

Je déploie donc mes ailes pour venir me placer juste au-dessus du sommet des arbres, c'est à ce moment-là,à la lumière de la lune, que je vis entre mes doigts, une enfant, ma prise se desserra inconsciemment.

“Damn ! Toi t'es une petite qui en a dans le ventre, qui t'envoie ? Non car je dois bien avouer que tu es la première enfant à foncer vers les ténèbres comme ça, tes parents ne t'ont pas appris à reconnaître les auras ? Tu fonces sur un dieu des ténèbres tous les matins ?”

La voyant paniquée, je réalise alors que c'est une simple hybride civile, attirée comme un Charmillon par les flammes, tout le peu d'intérêt pour elle s'évanouit alors, l'idée de la tuer ne m'as même pas effleuré l'esprit, car c'est un enfant ? Je ne sais pas, je la lâcha comme un vulgaire papier, de cette hauteur, la chute ne devrait pas lui être mortelle.

J'atterris à la cime d'un arbre, oubliant totalement l'hybride, me replongeant dans mes pensées pour retrouver mon chemin en direction de Kalos.

C’est à ce moment que ma pensé se fixa sur Maliva, pourquoi ? Je n’en ai pas la moindre idée, mais c’est un signe, elle voudrait que j’aide cette petite mortelle ? Qu’es que je suis censé comprendre ? Encore quelque chose que je ne saisis pas, et cela devient agaçant, bref, gamine c’est ton jour de chance.

Je descends et vois la petite, sans trop d'égratignures, elle n’a pas fui, elle est toujours là, je la regarde dans les yeux, me plaçant juste devant elle, essayant de comprendre pourquoi ? Qu’a-t-elle de plus que les autres ? Qu’a-t-elle de plus que les autres ? Elle ne semble pas tant effrayée, tout comme Maliva, mon aura ne l’affecte pas ? Je vais commencer à me vexer si plus personne ne me craint à ma juste valeur, un petit massacre pour leur rappeler qui je suis, mais ce n’ai pas le moment, pour le moment, tu est ma seule préoccupation.


Codage par Libella sur Graphiorum




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 140
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 30/09/2016
Localisation : Unys
Je suis (Inrp) : Lesbienne et célibataire
Je ressemble à : Nai (Karneval)
Double compte : Octobre

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Couteau de poche ♦ Éco-Sphère ♦ Vampigraine
Race Pokemon/ Métier: Hybride Vivaldaim / Vagabonde à la recherche de souvenirs
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Jeu 4 Mai - 20:38
Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire.
Tu n'as pas le temps de te détourner qu'il est déjà sur toi. Il enserre ta gorge si fortement que tu gémis de douleur. Mais débats-toi bon sang ! Il est en train de t'étrangler, ne le laisses pas faire ! Ta vue se brouille progressivement. Tu essaie de dégager ton cou, en vain. La panique fait trembler tes doigts.
Tu essayes de distinguer les traits de l'homme, mais son visage reste plongé dans l’obscurité.
Tes bras retombent sur tes côtés, privés de forces. Ton corps réclame plus d'air que tu ne peux lui en fournir. Ne me quittes pas maintenant, Ivy ! On a encore des centaines de choses à découvrir toutes les deux, je n'ai pas fini la mission que tu m'as confiée.

Tu vois deux grandes formes rouges et blanches apparaître dans le dos de ton tortionnaire. Des ailes ? Est-ce qu'il va... Il s'envole.
Les bourrasques de vents font danser ses cheveux autour de son visage. Il se poste en vol stationnaire au dessus de la forêt. Tu admirerais sûrement la vue, si tu n'étais pas suspendue dans les airs à bout de bras par un fou dangereux. Tu essayes encore de lui envoyer des coups de pieds. Lui balancer un Ecosphère serait plus concluant, mais tu en es tout bonnement incapable.
C'est maintenant à lui de t'observer, et sa prise semble se desserrer légèrement pendant qu'il te scrute. Tu en profites pour reprendre ton souffle. Ses yeux ambrés luisent sous la lumière de la lune quand il t'invective. Puis quelques instants passent sans qu'il ne dise plus rien. Tu tentes de lui répondre, mais là encore, le temps te manque.  

Il te laisse tomber. Comme un déchet dont il n'aurait plus besoin. La surprise de te voir ainsi lâcher en plein ciel se mue en terreur quand tu sens la chaleur du feu sous toi. Grâce soit rendue à Arceus, c'est un chêne qui t’accueille sur terre. Tu traverses ses branches par à coup, et finit ta chute sur le dos, essoufflée et endolorie. Tu restes quelques secondes étendue à terre, le temps de reprendre tes esprits. Je suis étonnée que tes yeux restent secs. Je me serais plus attendue à des sanglots compulsifs. A la place, tu te redresses en tailleur pour masser ton cou douloureux.
Je vais bien.
Heureusement, car cela aurait pus être pire. Tu aperçois l'autre perché sur un pin proche. Des milliers de questions te traversent la tête, alors que tu ferais mieux de fuir. Quoique... Je retire, il te poursuivrais sans doute.
Un dieu des ténèbres, hein ? Soit il est totalement mégalomane, soit il ne ment pas...
Auquel cas c'est un légendaire.
Félicitation Ivy ! Tu croises ton premier légendaires, et il essaye de te buter ! Youhou ! C'est pas possible la malchance qu'on que tu as.
Tu te relèves. Tu as quelques bleus, tes bras sont striés d'égratignures et ton sweat à rendus l'âme, mais aucune blessure grave à soigner. Voilà au moins une bonne nouvelle au milieu de cette catastrophe.

Ça y est, il remets ça. Il se pose en face de toi, et te fixes encore une fois d'une façon très peu agréable. Quoi, il n'a jamais vu un hybride vivaldaim pendant sa longue vie ? Je sens ta colère d'avoir été ainsi traitée affleurer. Vas-y doucement Ivy, ne le vexes pas, je doutes que tu ais la même chance s'il te recatapultes dans les airs...

« Votre manière de saluer les gens est pour le moins atypiques. Vous faîtes ça tous le temps, ou vous êtes énervé ? Parce que je pense que la forêt vous avait pas fait grand chose non plus...

Il faut que tu arrêtes d'utiliser des mots compliqués pour parler aux gens. Parce que "atypique", c'est trop recherché et absolument pas naturel.
Tu observes ses ailes, qu'il n'a pas pris la peine de faire disparaître, comme pour t'impressionner un peu plus. Imposantes, en forme de serre. Elle ne te disent pourtant rien. Tu es sur de n'avoir jamais vu ça, même dans le vieux pokédex d'Alexandro.
D'autres questions émergent de ta cervelle surchauffée, et tant qu'à faire, tu vides tous ça sur le supposés légendaire, qui ne dit plus rien.

Et puis non, je ne sais pas reconnaître les auras, je sais même pas ce que c'est, une aura ! Sinon, vous avez sûrement un nom ? Parce que j'aimerais bien savoir qui m'a balancé de six mètres de haut. Moi c'est Ivy. »

J'attends la contre attaque. Parce qu'il a l'air sanguin ce mec, et que tu as probablement un peu dépassée les bornes. Je t'avais dit de pas en faire trop, pourtant, hein...
Faut que j’arrête de t'interpeller et te laisser faire toute seule. De toute façon, je peut rien faire. J'ai juste peur des représailles.
Tu t'assois dans l'herbe, adossée au chêne. L'autre hybride ne te fait pas vraiment peur et ce genre de réaction me laisse sceptique. Est-ce qu'Amnésie est sur d'avoir bien tout effacée ? Parce qu'après ce genre d’événement, une fille normale pleurerais encore. Tu es hypersensible sur les détails, mais le bourrinage te laisse indifférentes. Conne nous avant ?

C'est pas normal. Est-ce que cet hybride exacerbe les sentiments négatifs ? Si oui, le dialogue va être compliqué...

©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Ivy se cherche en #ff9900


Automne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Jeu 1 Juin - 18:27
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





Je la regarde de loin, se redressant et se scrutant pour voir si la chute ne lui a pas trop laisser de blessures, le temps que celle ci remarque juste ces petites égratignure ici et là, j’étais déjà arriver a porter de bras d’elle, non je n’allait pas l’attaquer, je rester juste là devant cette hybride pour essayer de comprendre pourquoi, quelle raison on poussé cette petite à venir à moi et pourquoi je ne l’avais pas éliminer.
 
“Votre manière de saluer les gens est pour le moins atypiques. Vous faites ça tous le temps, ou vous êtes énervé ? Parce que je pense que la forêt vous avait pas fait grand chose non plus... ” 


Je la regarde, d’un air très surpris, mais bon dieu que cette petite est confiante, ou tout simplement écervelée, oser me parler de la sorte, quelque chose cloche chez cette petite, qu’à t’elle bien pu vivre de pire que moi pour ne pas être terrifiée ?
 
“Effectivement je suis assez énervé vois-tu, cela fait plus d’un mois que je court après cette personne, que je dois l’éliminer et qu’il me fait courir depuis Kalos, donc oui j’ai passer mes nerfs sur lui et la forêt n’est qu’un petit dommage collatérale.”
 
Pendant que je lui parlais, je voyais qu’elle ne m’écoutais pas tout à fait, son regard était plutôt concentré sur mes ailes, un oublie de ma part, je les range, ce qui eu pour effet de la ramener dans la discussion.
 
“Et puis non, je ne sais pas reconnaître les auras, je sais même pas ce que c'est, une aura ! Sinon, vous avez sûrement un nom ? Parce que j'aimerais bien savoir qui m'a balancé de six mètres de haut. Moi c'est Ivy.”
 
Ne pas savoir reconnaître les auras, à son âge ? étonnant, un humain encore, oui cela serait normale, mais une hybride.
 
“Je vais te faire la version courte, mais les auras sont l’énergie dégagée par les être vivant.”
 
Je n’ai ni l’envie ni le temps de m'improviser professeur pour hybride en retard.
“J’en oublie mes bonnes manière, excuse moi, Ivy.” lui dis-je sur un ton ironique 
“ Je m’appel Yameron, mais tu n’as pas l’air de savoir grand chose sur les dieux de ce monde, ce n’est pas grave. Pour ma part je suis un Yveltal, chromatique qui plus est. Dieu des ténèbres, certains me compare à la faucheuse mais il n’en ai rien, je suis bien plus redoutable que celle-ci, mais dit moi petite, par qui à tu étais entraîner à résister à la peur ainsi, ce n’est pas normal qu’une simple enfant soit si peu affectée par mon aura qui, sur tout être normal provoque l'angoisse et le mal être?”



Codage par Libella sur Graphiorum




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 140
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 30/09/2016
Localisation : Unys
Je suis (Inrp) : Lesbienne et célibataire
Je ressemble à : Nai (Karneval)
Double compte : Octobre

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Couteau de poche ♦ Éco-Sphère ♦ Vampigraine
Race Pokemon/ Métier: Hybride Vivaldaim / Vagabonde à la recherche de souvenirs
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Dim 4 Juin - 23:10
Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire.
La consternation qui se peint sur le visage du dieu ailé te laisse assez fière de toi. Si je pouvais, je te frapperai pour te remettre les idées en place. Peut-être que certains légendaires ont des leçons d'humilités à recevoir, mais pas de la part d'un gamine de quinze ans totalement vulnérable aux flammes. Le pire, c'est qu'il ne t'aide pas à te calmer, l'autre bougre. Et vas-y que j'en rajoute ! Et... attends, il vient de dire qu'il a tuer quelqu'un, là.

Je lui demanderais bien de se répéter pour en être sûre, mais je suis incapable d'émettre ne serait-ce qu'une suggestion que tu puisses saisir. Une personne qu'il devait éliminer. Sur ordre d'un commanditaire, probablement. Ivy, tu es tombée sur un chasseur de prime. Tu sais, tu peux encore revenir en arrière pour lui dire que tu es désolée d'avoir interféré dans sa mise à mort, que tu t'excuses de ton insolence et que tu le laisses seul. Je suis sûr qu'avec ta figure d'ange, ça passe.

« Un dommage collatéral ? Empoigne est au moins aussi vieille que vous, si ce n'est plus. Vous pourriez lui montrer un peu plus de respect et de considération.

Bon.
Ça suffit.
J'aimerais que tu sois un peu plus soigneuses avec ta vie, parce que tu n'est pas la seule à habiter ce corps. Je m’évertue à  essayer de te reconstruire un avenir et si tu pouvais mettre tes tendances suicidaires de côté, ça m'arrangerai. Et puis tu peux m'expliquer ce que tu ne comprends pas dans "chasseur de prime" ? Ce n'est pourtant pas compliqué : cet homme est un tueur, il vient de faire disparaître quelqu'un sans le moindre regret. Et comme si ça suffisait pas d'être un assassin, c'est aussi un légendaire, contre lequel tu ne fais absolument pas le poids. La seule chose dont tu sois capable aujourd'hui, c'est de faire pousser du lierre . Comment tu vas faire s'il décide d'abréger la conversation, hein ? C'est quoi ton super plan pour te sortir de là ?
Oui, il a carbonisé quelques arbres, et oui, c'est pas très gentil, mais ça n'a aucune importance maintenant. Pourquoi tu ne comprends pas ? TU ES EN DANGER BORDEL !

Ses ailes disparaissent. Il te semble beaucoup moins massif ainsi, et moi, cela me rassure un peu. Plus de vol improvisé prévu si tu ne fais pas trop l'idiote. La curiosité chasse les restes de ta colère quand il répond à ta question indirecte. Les énergies dégagées par les êtres vivants ? Ni Alexandro ni Aidan ne t'ont jamais parler de ça.
Ton ignorance là-dessus m'a d'ailleurs beaucoup intriguée au début. Tu t'es bien rappelé comment marcher ou parler à ton réveil, alors pourquoi la connaissance des auras n'est-elle pas restée acquise elle aussi ? Encore un dysfonctionnement, et franchement, j'en ai marre de tous les répertorier.  

Tu préfères ignorer son ton plein de sarcasme quand il se présente à son tour, et plutôt considérer son identité. Yameron, donc. Yveltal chromatique. Tu comprends mieux pourquoi ces ailes ne te disaient rien. Tout d'abord elle était blanche au lieu d'être noire, et puis Alexandro a beau être un dresseur d’exception, il n'a jamais visité Kalos et n'a jamais songer à mettre son pokédex à jour. Cela ne t'empêches pourtant pas de connaître sur le bout des doigts les légendes et histoires de Kalos, contrairement à ce qu'affirme Yameron. Ainsi, la comparaison avec la faucheuse tient la route et est même pertinente, même si tu ne comprends pas ce qui pourrait être pire que la mort. A part sans doute la vie éternelle. Cela ferait de ses paroles un énorme amalgame, mais ce serait au moins  cohérent.
De mon côté, je pense qu'il ne faut pas aller chercher trop loin, Ivy. C'est de l'intimidation, ou un orgueil mal placé. Mais il n'y a aucun double sens à voir là-dedans, tu réfléchis beaucoup trop, contente toi de ne plus l'offenser et de rester en vie, ça sera déjà bien.

On doit apprendre à résister à la peur ? Ça me semble un peu excessif. Et puis, pardonnez-moi, mais vous n'êtes pas si terrifiant que ça. Peut-être que c'est parce que je n'arrive pas à voir votre aura. Et je ne suis plus une "enfant" à proprement parler, j'ai quinze ans. Bon, je vous accorde que j'ai l'air d'en avoir dix, et que  vu votre âge, tous ceux que vous croisez doivent vous paraître aussi puérils et inexpérimentés que des enfants. Mais je n'aime pas qu'on me prenne pour une gamine. Après, je ne suis pas forcément au meilleur de ma forme, mais c'est plus dû au fait que vous ayez mis le feu à ma forêt  et que vous m'ayez jeter comme une malpropre depuis les airs. D'ailleurs il faudrait peut-être songez à éteindre tout ça, sinon les pompiers vont arriver. Ils sont peut-être même déjà en route. Vous... Je peux te tutoyer ? Je ne sais pas si ça se fait de tutoyer un dieu, mais ce sera beaucoup plus simple. »

Arrête de parler aussi vite. Je ne suis même pas sûr qu'il ait tous compris tant tu mélanges tes réponses et tes questions. Au moins, tu as cesser de le provoquer, c'est une bonne chose. Et la question qu'il t'a posé est légitime, que tu restes s'y calme n'est pas normal, et cela me rends de plus en plus confuse. Tes réaction correspondent plus à ce que nous aurions fait avant... et ça ne peux tout simplement pas être possible.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Ivy se cherche en #ff9900


Automne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Mar 4 Juil - 2:26
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





Tu l’écoutes attentivement, tu ‘essaies’ d’enregistrer toutes les informations qu’elle te lance au visage, puis d’un coup, plus rien, elle s’arrête.
Je la fixe pour voir si elle va reprendre de plus belle, mais non, on dirait qu’elle a vidé son sac, enfin.

“Gamine, tu m'impressionnes, vraiment.”
 Lui dis-je en applaudissant.

Je m’approche d’elle pour lui parler et bien sûr, elle ne recula pas, je pose ma main sur sa tête et descends mon visage à sa hauteur, de façon à lire dans son regard, quelque chose cloche, mais je ne sais pas quoi, elle a une petite lueur au fond du regard qui la rende si spécial.

“Dit moi petite, voudrais-tu que je réalise un de tes souhaits ? Certes, je ne suis pas un génie et encore moins un dieu créateur, mais y a-t-il un lieu où tu voudrais te rendre, une personne lointaine que tu voudrais voir, posait une question à quelqu’un et l'obliger à répondre, peu importe la question, ou un personne à faire disparaître, c’est plus dans mes cordes.”


Elle me regarde bizarrement, pourquoi ? J’ai dit quelque chose de drôle ? Car je ne comprends pas vraiment l’humour.

“Tu cherches le piège, et bien il n’y en à pas, tu m’as fait forte impression et je n’ai rien à faire dans les 48 prochaines heures, donc je t’écoute.”

Ces Petit humains et hybrides me surprendront toujours, j’ai beau en avoir côtoyé de nombreux et partout sur terre, ils sont tous unique et intéressant, chacun ne réagissant pas comme le précédant et toi Ivy tu es la première à me parler comme cela.

La regardant une nouvelle fois dans les yeux le temps qu’elle réfléchisse, je tente de me focaliser sur cette lueur, essayant de la comprendre, son aura aussi et particulière, elle n’a pas une couleur unie, comme s'il y avait une petite tache au milieu de son aura, comme celle d’une femme créant la vie en elle, mais vu son jeune âge, je ne pense pas que cela soit possible, et les couleurs ne correspondent pas non plus, cette vie-là ne se créerait pas, mais serait déjà présente.

Ivy tu m’intrigues et je compte bien d’écouvrire ton secret.



Codage par Libella sur Graphiorum




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 140
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 30/09/2016
Localisation : Unys
Je suis (Inrp) : Lesbienne et célibataire
Je ressemble à : Nai (Karneval)
Double compte : Octobre

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Couteau de poche ♦ Éco-Sphère ♦ Vampigraine
Race Pokemon/ Métier: Hybride Vivaldaim / Vagabonde à la recherche de souvenirs
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Mar 1 Aoû - 22:15
Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire.
Tu t'adosses confortablement au chêne, et jettes un coup d’œil aux flammes qui brûlent à quelques mètres de là. Par chance, elles semblent s'éteindre d'elles-mêmes. Peut-être que la durée de l'attaque n'était que temporaire, cela expliquerait que Yameron ne s'en inquiète pas plus. Enfin, au vu des réponses qu'il t'a données tout à l'heure, la sécurité de la forêt ne l’intéresse pas. Seulement, dès que la fumée sera détectée au village, une brigade de pompiers viendra pour examiner l'endroit. Je doute cependant qu'au milieu de la nuit quelqu'un repère ce feu comme l'éternelle insomniaque que tu es. Mais par précaution, il serait bon de quitter les lieux au plus vite.
Tu détournes le regard du foyer, redoutant soudain de voir apparaître un cadavre carbonisé au milieu des arbres séculaires. On dirait que tu te rends enfin compte de l'horrible situation dans laquelle tu t'es fourré. Tu as une pensée pour la victime. Pourquoi le Yveltal chromatique aurait-il un permis de tuer ? Lui, l'immortel, qui a l'air de connaître si bien la mort alors qu'il est condamné à ne jamais l'expérimenter, comment peut-il se permettre de faire ce qu'il veut avec des vies qui ne lui appartiennent pas ? C'est un dieu, certes, mais la puissance ne devrait-elle pas desservir des causes justes, plutôt qu'être mise au service de n'importe qui ?
Ces constatations te laissent perplexe. Ta réflexion ne concerne pas seulement Yameron, mais finalement tous ceux capable de prendre une vie.
Je suis contente que tu tiennes ce raisonnement. Amnésie a bien fait les choses, tu es incapable de t’inclure parmi les "tueurs". Tu as oublié le sang que toi-même tu as sur les mains.
Moi, j'ai un avis beaucoup plus simple et rapide sur la question, le même que celui d'autrefois :Yameron a ce pouvoir incroyable d'éliminer n'importe qui ou presque en un claquement de doigt. Comment il l'utilise, cela ne nous concerne pas. Il doit seulement être conscient de ses actes et en endosser les responsabilités. Nous, la drogue nous aidait beaucoup à passer au-dessus de la réalité...

Les applaudissements remplis de sarcasme du légendaire te feraient enrager si tu n'étais pas redescendue de tes grands chevaux depuis quelques minutes. Yameron semble sûre de lui, et ce n'est pas toi, petite vivaldaim, qui pourrait le raisonner avec tes pauvres arguments. Tu n'as aucune perspective sur la mort, et tu t'étonnes enfin de pouvoir rester aussi calme face à lui qui pourrait t’ôter la vie. La peur de l'inconnu est une réaction humaine, et il n'y a rien de plus inconnu que la mort.
Pourquoi est-ce que je ne tremble pas ?
J'ai bien une idée, moi. La mémoire du corps. Tu l'as expérimentée dès ton réveil, quand tu as pu te remettre à marcher immédiatement. Ton corps se souvient d'avant, de l'habitude de la peur, des coups et des drogues. Rien d'étonnant alors qu'aucune réaction de panique ne se déclenche. Et c'est cette attitude qui "impressionne" Yameron...
Qu'importe, c'est une chance, il faut que je l'exploite.
C'est très bien ça, Ivy. Arrête de réfléchir et concentre-toi sur les événements présents.

Il s'approche de toi. Tu t'appliques à ne pas bouger d'un cil. Tu ne veux pas montrer un quelconque signe de peur. Lui, il ne doit pas t'impressionner. Tu ne veux pas lui accorder ce droit. Il pose alors sa main sur ta tête. Ce contact, d'abord surprenant, te répugne. Yameron s’accroupit pour se mettre à ta taille : autant dire très bas pour lui. Tu en as assez qu'il te fixe de cette façon depuis tout à l'heure.  Mais ton exaspération fond comme neige au soleil avec la proposition de l'Yveltal.

« Un souhaits ? »

Ce légendaire est étrange. Au lieu d'être contrarié par ton comportement irrespectueux, tu l'impressionnes. Il aurait tout aussi bien pu te cramer et s'en aller, faire disparaître le témoin, mais non, tu sembles l’intéresser au point qu'il te propose ce "marché". Car tu le sais, rien n'est jamais gratuit. Alexandro te nourrit en échange de tes services conséquents pour son commerce de baie, par exemple. C'est un échange équivalent, souvent chiffré avec de l'argent, parfois avec des actes.  

« Admettons que j'accepte ta proposition, qu'est-ce que tu veux en retour ? »

Il ne s'est pas donné la peine de répondre à tes questions tout à l'heure, alors tu t'estimes en droit de le tutoyer. Tu te demandes ce que tu pourras lui demander ou lui donner en échange. Tu ne souhaites la mort de personne, et la seule qui puisse répondre aux questions existentielles que tu te poses, c'est moi. Il y a des centaines d'endroits où tu voudrais te rendre, tellement qu'il serait difficile de les hiérarchiser.
C'est à ton tour de dévisager le dieu. Pourquoi s’intéresse-t-il à toi ? Tu n'es qu'une hybride insomniaque tombée par hasard sur lui dans Empoigne. Même pas bien roulée, en plus. Le pauvre n'a vraiment pas de chance.
Tu te dégages de la poigne du légendaire et te remets prestement sur tes jambes. Même ainsi, tu ne dépasses même pas ses épaules.

« Malheureusement, rien de ce que tu proposes ne m’intéresse réellement. Et je suppose que tout-puissant que tu es, tu serais incapable de lire mon passé. Mais puisque je suis en présence d'Yveltal, je vais te rendre honneur. Si tu es capable de parcourir des pays entiers en quelques battements d'ailes, emmène-moi au sommet de la Tour Pokémon de Lavanville. »

Pourquoi avoir choisi la nécropole de Lavanville, Ivy ? Il y a tant d'autres lieux où tu meurs d'envie d'aller. À commencer par les quatre sanctuaires des îles d'Alola. En même temps, la présence de Yameron te gâcherait sans doute la visite. Aller au sommet de la tour des morts avec le dieu des ténèbres... c'est mignon et à la fois totalement illogique. Encore une décision irréfléchie. Impulsive comme tu es, cela ne m'étonnes même plus.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Ivy se cherche en #ff9900


Automne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Ven 27 Oct - 17:08
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





Je la regarde se redresser, pas très haut vu son jeune âge.
Les cheveux volant au rythme du vent, les étincelle du feu mourant se reflétant dans son regard sûr de lui, rien ne l'intéresse ? Vraiment ?

De lire dans son passé, que veut-elle dire, suis-je tombé sur une amnésique ? Intéressant.

“Une amnésique, tu pique encore plus ma curiosité, déjà que ton aura est complètement détraqué, car elle ressemble un peu à la mienne, alors que tu n’es clairement pas le genre de personne à en tuer d’autre ou alors tu caches très bien ton jeu”

La tour pokémon, plusieurs personne que je connais réside là-bas maintenant, pourquoi une jeune Vivaldaim voudrait s'y rendre ?

“Très bien, mais le trajet sera froid à cette heure, veux-tu te préparer avant ? À moins que ce soit un aller simple ? Dans tous les cas, dépêche-toi, car nous allons bientôt avoir de la visite et je n’ai pas envie de me fatiguer pour de simples civils trop curieux.”

Créant une bourrasque de vent d’un revers de la main pour éteindre les quelques flammes restantes, le feu était si intense qu’il ne reste plus rien de l’homme que j’ai traqué jusqu’ici, on va dire que cela m’arrange, pas de preuve, moins d’ennui.

“Dans tous les cas, j’accepte de t’emmener à Lavanville et je ne pense pas avoir besoin de contrepartie, si j’arrive à comprendre pourquoi tu m'intrigues, cela sera suffisant, enfin, je pense, on verra le moment venu. Je t’attends dans une demi-heure à la sortie de Maillard.”

Prenant mon envol dans le ciel sombre de cette forêt, je prends beaucoup d’altitudes pour analyser tout ce qui vient de se passer, j’appel Melle Dixon pour la prévenir que la mission est enfin accomplie, elle me demande directement si je peux repartir en mission et me questionna sur mon refus, croyant que je partais rejoindre Maliva, pourquoi faut t-elle qu’elle soit au courant… Mais je ne dirais rien à propos de cette petite.

Je m’installe sur un banc, me recoiffant et allumant une cigarette en regardant le ciel étoilé.

“Excusez-moi, je peux avoir du feu”

Je claque des doigts pour lui tendre une flammèche, ce qui a pour effet de l'impressionner.

“Par contre gamin, range ce couteau dans ta main gauche, sérieusement, c’est quoi cette génération qui agresse tout le monde, dégage, je n'ai pas envie de faire disparaître une personne de plus ce soir.”
 

Codage par Libella sur Graphiorum




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 140
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 30/09/2016
Localisation : Unys
Je suis (Inrp) : Lesbienne et célibataire
Je ressemble à : Nai (Karneval)
Double compte : Octobre

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Couteau de poche ♦ Éco-Sphère ♦ Vampigraine
Race Pokemon/ Métier: Hybride Vivaldaim / Vagabonde à la recherche de souvenirs
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Dim 4 Mar - 21:34
Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire.
Le légendaire te fixe de nouveau. Après la surprise et la curiosité qu'il t'a inspiré, ton avis est fixé : tu ne l'apprécies pas. Il se comporte en parfaite caricature d'un dieu, vaniteux et usant de ses pouvoirs comme si cette puissance lui appartenait toute entière et qu'il ne la devait qu'à lui. S'ils se comportent tous comme Yameron, tu te demandes comment Arceus a-t-il pu laisser les légendaire en liberté sur ces terres sans craindre pour la sécurité des humains. Honnêtement, je pense qu'il s'en fichait pas mal. Il n'a pas réfléchi à la suite, après son merveilleux coup de génie d'il y a presque un siècle. Il a stoppé la grande guerre, mais ne revient pas aujourd'hui pour arrêter la Team Chronos. Avoir mis fin aux conflits n'a fait qu'en engendrer de nouveau. Pourquoi n'a-t-il pas continué à entretenir la paix, plutôt que d'aller se rendormir ? S'il avait été responsable, comme n'importe quel Père, le monde irais sans doute mieux. Sans Chronos, tu irais bien, Ivy.

Tu manques t’étouffer quand tu entends Yameron déduire si naturellement ton amnésie. Soit il est très perspicace, ce dont tu doutes très sérieusement, soit il a lancé ses mots au hasard pour te faire réagir. Tu t'appliques à garder une moue dubitative, mais la perspective que tu sois si transparente te fait frémir, et les remarques du légendaire sur ton aura ne t'aident pas à te sentir mieux. Toi qui ne les voit pas, tu ne comprends pas l'importance cruciale qu'elles revêtent. Tu ignores qu'une aura témoigne de l'état émotionnelle ou corporelle d'une personne, et est donc une mine d'information pour qui sait les décrypter. Et Yameron ne s'en prive pas. C'est vrai qu'aujourd'hui, tu serais incapable de donner la mort à qui que se soit. Mais l'intervention d'Amnésie n'a pas effacé tes actes, et les marques laissées sur les aura y restent gravées jusqu'à la mort. Toi qui ignores tous cela, tu essayes de passer outre se que le légendaire affirme, même si être « comme lui » ne t'enchantes guère. Tu croises les bras pour cacher ton trouble et te donner une contenance.

Le dieu chasse les dernières flammes d'un revers de main, tout en dissertant sur la température et les pompiers qui ne tarderont pas à rappliquer. Il a immédiatement accepter la destination que tu as suggéré, ne faisant qu'un vague commentaire, ou une blague, tu ne sais pas.
L'entendre te dire que tu l'intrigues te déranges encore. S'il a mis à jour ton amnésie, tu n'as plus rien d'extraordinaire, n'est-ce pas ? Tu n'es plus qu'une faible hybride de quinze ans, incapable de lui résister. L'idée qu'il pourrait te violenter effleure ton esprit. Tu le voit soudain déplier ses ailes. Tes pensées t'ont fait perdre le fil de la conversation, mais tu as le temps de saisir un délai et un lieu avant qu'il ne disparaisse. Maillard. Dans une demi-heure.

Tu restes un instant immobile, les yeux levés vers les étoiles, à l'endroit même où il a disparu. Le vent froid te fait frissonner de plus belle. Tu réalises qu'il faudrait que tu bouges, ne serait-ce que par prudence. Tu commences à t'écarter du petit tas de cendres, avant de te raviser et de t'en approcher prudemment. La chaleur qui en émane te tirerais presque une grimace. Tu t'accroupis et approche tes mains tremblantes de ce qu'il reste du corps de cet homme. Tu essayes de ne pas penser à la façon dont il a du mourir, et te mords la lèvre en sentant tes joues se couvrir d'humidité. Tu rassembles ses cendres mêlées de terre en t’efforçant de ne pas songer à leurs douceurs sur ta peau, et les déposes sur une feuille de chêne assez large pour les contenir. Tu bricoles ensuite avec une autre feuille et des brins d'herbes un petit sachet, que tu glisses dans la poche de ton sweat déchiré. Une fois ceci fait, tu te redresses et te dépêches de quitter l'endroit. Tes jambes prennent instinctivement le chemin de chez Alexandro. Tu cogites en marchant, en suivant les sentiers que tu connais bien. Tu te dis que Yameron a tué cet homme. Qu'il pourrait te faire la même chose. Qu'il en a le pouvoir. Que l'attention qu'il dit te porter est trop louche. Que tu ferais mieux de ne pas aller à Maillard. Mais tu penses aussi que retourner te coucher serait mettre un terme à ce que tu as commencé. Que ce feu dans la nuit a réveillé l'excitation et la curiosité qui avaient fini par déserter ton quotidien depuis quelques mois. Que le légendaire t'offre l'occasion de t'envoler, d'aller explorer au-delà des frontières d'Empoigne. Tu sens la soif de connaissance et de savoir trépigner d'impatience dans ta poitrine et faire battre ton cœur d'excitation. Tu veux voir ce monde, comprendre, trouver des réponses. Tu veux remplacer les quatorze années de vide qui te précédent par des centaines de sons et d'images nouvelles. Et tu sens qu'il faut que tu saisisses cette chance, malgré la peur que t'inspire ce passage à l'acte. Le poids du sachet dans ta poche te rappelle sa présence. Tu as commencer. Il faut que tu ailles jusqu'au bout.

La silhouette de la maison se découpe dans l'obscurité. La rencontre avec Yameron te semble avoir durée des siècles, alors que la lune n'a parcouru qu’une distance infime dans les cieux. Alexandro ne se lèvera normalement que dans deux heures, cela te laisses du temps. Tu te postes en dessous de ta fenêtre et sautes. Si descendre est facile, remonter l'est beaucoup moins. Il te faut plusieurs tentatives pour crocheter le rebord de ta fenêtre et arriver à te hisser dans ta chambre. Là, tu vas coller une oreille contre le panneau de la porte. Calme plat. Tu redoutais qu'il se soit réveillé. Lui aussi a le sommeil léger, et il vous est arrivés de faire des nuits blanches tous les deux, autour de la table de la cuisine. Heureusement, il dort. Tu jettes un coup d’œil au chiffre lumineux du réveil. Il est 3:15. Il te reste vingt minutes. Tu pourrais attendre un peu, mais la patience n'a jamais été ton fort. Tu seras un peu en avance, voilà tout. Tu saisis ton couteau suisse et le glisse dans ta poche, au cas où. Puis tu troques une polaire bien épaisse contre ton sweat devenu inutile, et transvases les cendres de leur petit sachet à une tupperware hermétique, qui ne risquera pas de les disperser pendant le voyage. Tu hésites quelques instants pour savoir s'il faudrait que tu prennes des baskets, puis, jugeant que cela te dérangera plus qu'autre chose///, tu sautes encore une fois dans la pelouse. Cette fois, tu manques perdre l'équilibre et te tordre la cheville. La tempête battante sous ton crâne t'empêches de bien contrôler tes mouvements. Même si tu t'es décidée à accepter la ballade du légendaire, les émotions de la nuit t'ont fatigué. Tu te sens triste et lourde, comme si tu devais porter un nouveau fardeau plus lourd que celui de ta mémoire vide. Tu t'es investis d'une mission que tu compte évidemment mener à bien, mais pour cela, il faudrait te ressaisir. Tu te frottes le visage énergiquement, et inspires profondément plusieurs fois. Tu as fait la plus difficile partie de la nuit, il n'est pas question de flancher maintenant !

Je ne sais pas s'il faut que je t'encourage ou te gronde, Ivy. Tu as franchi cette nuit bien plus de barrière que depuis ton réveil il y a un ans. Est-ce l'appel de la curiosité ? Ou simplement l'effet de l'adrénaline ? Tu m'impressionnes et m'inquiète à la fois. Même si fallait que tu construises ton chemin toute seule, je ne pensais pas que tu étais capable de bousculer tes habitudes aussi vite que cela. Je te connais encore bien mal.

Tu traverses le potager pour atteindre le couvert dense des arbres. De là, il te suffit de suivre le sentier de randonnée pour parvenir à Maillard. L'habitude aidant, tes jambes accélèrent avant que tu ne leurs en donne l'ordre. Le vent qui te faisait frissonner il y a quelques instants te procure un bien fou en s'engouffrant dans ta courte tignasse. Tu piques un sprint en louvoyant à travers les fougères. Tu sens que tu lâches prise, et tu accélères encore. Tous va à une vitesse folle autour de toi. Tu sens ton corps se modifier légèrement, même si tu n'en vois rien. C'est une sensation agréable. Tu imagines parfaitement bien tes muscles taillés pour la course, et ta peau qui a du prendre cette couleur caramel que tu aimes tant. Tu sautes par dessus un buisson de houx et manque écraser deux jeunes marcassins et leur mère. Le bruit de ta course t'a empêché de les entendre. Tu leur adresses une grimace d'excuse et t'éloignes le plus vite possible. Même si tu ne représentes aucune menace, te faire courser par une laie en colère n'est pas dans tes priorités. Tu traverses une petite clairière, marquant la moitié du chemin menant à Maillard. Tu vois les lumières des lampadaires se refléter dans le ciel et chasser peu à peu les étoiles. Tu es aller plusieurs fois à Maillard l'hiver dernier, quand ton apparence ne te rendait pas trop voyante, pour vendre des confitures avec Alexandro. Les habitants de Maillard t'ont bien remarqué, mais on volontiers cru au mensonge d'Alexandro te faisant passer pour sa petite fille. Par les temps qui court, ne pas se poser de questions et la meilleure façon de garantir sa sécurité et l’anonymat de ses compatriotes. Tu arrives à la frontière entre la forêt et le village. La route de gravier qui traverse l'agglomération luit doucement sous la lune. Tu reprends ton apparence habituelle et ajuste la capuche de ta polaire sur ta tête. Tu t'appliques à  faire rentrer toutes tes mèches roses et vertes à l’intérieure. Même si tu doutes de rencontrer âmes qui vivent, la prudence reste de mise. Tu traverses Maillard en contournant les tâches de lumière des réverbères, et arrive vers la sortie de la ville. Tu ne croises qu'un garçon légèrement plus âgés que toi, qui vient dans le sens inverse. Tu baisses immédiatement la tête pour ne pas qu'il voit ton visage, mais il n'en s'en préoccupe pas. Il a l'air paniqué, et court presque. Il disparaît derrière un pâté de maison, et tu n'entends bientôt plus ses pas. Tu aperçois enfin Yameron, assis sur un bac, juste en face du café de la Grange. Ses cheveux rouge forme une tache écarlate dans les ténèbres. Le bout de la cigarette qu'il tient entre ses doigts clignote doucement. L'odeur te fait froncer le nez, mais tu continue à avancer et fini par te poster face à lui. Tu n'oses pas t'asseoir et préfère rester debout, face à l'Yveltal qui ne fait pas mine de bouger.

« C'est v... toi qui lui a fait peur comme ça ? » dis-tu en désignant l'endroit ou a bifurqué le pauvre garçon.

©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Ivy se cherche en #ff9900


Automne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Lun 26 Mar - 14:25
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





À l’instant où la jeune Vivaldaim s’arrête devant moi, ce n’est pas elle que je voie, mais le souvenir de Listya. C’est vrai que les deux jeunes filles se ressemblent légèrement, elle doit avoir le même âge environ que celui qu’elle avait et elle non plus ne me craint pas.
L’image d’Ivy se remplace peu à peu par celle de mon amie disparue, au point que je la vois très clairement, son regard inquiet regardant dans ma direction, quelque mèches flottant au vent, je ne l’entends pas parler, mais je sais très bien ce qu’elle dirait.

Listya avait réussi à faire de moi quelqu’un d’autre, elle avait le pouvoir de toujours faire ressortir la lumière, même des endroits les plus ténébreux. Ironique pour un simple humain d’avoir ce genre de pouvoir si puissant, son souvenir est encore tellement douloureux, lointain, mais refais surface de plus en plus souvent, et je dois bien avoué qu’Ivy me fait beaucoup pensé à elle, dans sa façon de voir les choses, de se fier qu’à son propre avis, son caractère et surtout ce regard empli de détermination même face au danger… Mais ça ne lui à servir à rien le moment venu, mais je ne préfère pas y repenser, oublier une nouvelle fois ce souvenir pour ne pas laisser la colère m’engloutir à nouveau.

Et dire que ses deux enfants seront bientôt au même endroit, j’en profiterais pour aller la voir, depuis le temps que je ne m’y suis pas arrêté, j’y pense régulièrement, mais trouve une excuse pour repousser à chaque fois, maintenant, je ne peux pas faire machine arrière.

L’image de ma petite humaine devient de plus en plus flou, celle-ci me sourit avant de retourner au fin fond de ma mémoire, pour laisser de nouveau place à Ivy, , Regardant l’hybride planté devant moi, elle me montre la direction dans laquelle est parti la personne qui a voulu me menacer un peu plus tôt,, un petit sourire en coin, avant d’éteindre ma cigarette contre un caillou et de la jeter dans la poubelle juste derrière le banc, je regarde les ombres entres les maisons.


“Je n’y suis pour rien, il voulait s’en prendre à la mauvaise personne et il est toujours en vie, c’est pas mal non ? Il ne faut pas croire que parce que je suis un Yveltal, je tue quiconque m’approche, enfin, plus maintenant ..”

Je me redresse, ce qui fait grincer les graviers sous mes pas, je regarde l’hybride de haut en bas, certes elle c’est changé, mais le trajet ne sera t-il pas trop dur pour elle ? Enfin, cela ne me concerne pas vraiment si le chemin ne lui est pas agréable, je ne suis pas un taxi après tout.

Dans les conditions actuelles, je devrais mettre un peu moins de trois heures pour rejoindre Lavanville en passant au-dessus de l’océan, mais avec la petite, je préfère rester au-dessus du continent, si mes calculs sont corrects, en longeant les côtés, nous devrions arriver avant huit heures sur place.

“J’espère que tu n’as pas le vertige, car la route va être longue environs quatre heures de vol, mais je ferais de poses toutes les heures s'il le faut. “

Tout en refermant ma veste, je ne fais que quelque pas avant de me retourner face à elle puis, déploie à nouveau mes ailes tout en la fixant pour qu’elle se rapproche, je sais qu’elle sera sans doute mal alaise, mais moi non plus je n’aime pas voler à plusieurs, mais je n’ai en aucun cas envie de perdre plus d’une demi-journée dans des transports terrestre.

 

Codage par Libella sur Graphiorum




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 140
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 30/09/2016
Localisation : Unys
Je suis (Inrp) : Lesbienne et célibataire
Je ressemble à : Nai (Karneval)
Double compte : Octobre

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Couteau de poche ♦ Éco-Sphère ♦ Vampigraine
Race Pokemon/ Métier: Hybride Vivaldaim / Vagabonde à la recherche de souvenirs
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Ven 11 Mai - 0:30
Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire.
Le légendaire ne semble d'abord pas t'avoir entendu. Gênée, tu passes d'un pied sur l'autre en attendant qu'il te calcule. Tu ne sais pas si tu dois te sentir vexée de cette passivité ou ne pas en tenir compte. Après tous, Yameron t'a déjà prouvé que les réactions normales ne sont pas sont fort. Tu l'observes du coin de l’œil. Il a l'air un peu triste, ou en colère. On est bien loin du dieu effrayant et tout puissant de tout à l'heure. Malgré leur pouvoirs, les légendaires nous ressemblent beaucoup, te dis-tu dans ton for intérieur. Tu tires encore des conclusions trop hâtives, surtout. Tu ne peux pas faire ce genre de généralités en n'ayant rencontrée seulement Yameron. Lui semble avoir trouvé sa place dans ce monde, mais ce n'est pas le cas de tous les dieux. Tu penses qu'il a du connaître les temps anciens, ces années avant l’intervention d'Arceus. Du haut de tes quinzes ans, cette époque te semble extrêmement lointaine. Pourtant, Yameron l'a vécu. S'en souvient-il seulement ? Tu te dis que tu dois lui paraître bien ignorante et puérile, à lui qui a connu des centaines d'êtres humains. Qu'il ce soit mystérieusement pris d’intérêt pour toi et d'autant plus suspect. Le simple fait que tu ai pu lui tenir tête ne suffit pas à expliquer pourquoi il ne t'a tout simplement pas cramé. Et tu ne penses pas que ton aura seule ait pus le convaincre de t'épargner. Il y autre chose... Quelque chose qui t'inquiète un peu.

L'Yveltal relève enfin les yeux vers toi. Tu te rends compte que tu ne sais finalement pas grand chose sur ce pokémon, ni ses pouvoirs, ni la légende qui l'accompagne. La faute au pokédex d'Alexandro, qui n'a pas été mis à jour depuis des années. En fidèle passionnée de mythologie, tu adorerais le questionner pour en apprendre plus. Mais tu sens que le moment est mal choisi. Et si le sujet est sensible, tu aimerais éviter de finir dans le même état que les cendres qui se trouvent dans ta poche.
Ta question à propos du garçon en noir lui tire un mince sourire. Tu le vois éteindre sa cigarette et la jeter dans la poubelle non loin. Voir ce geste effectué par un homme capable de faire flamber une forêt te ferait presque rire, si l'appréhension qui grandissait en toi ne te nouais pas l'estomac. Sa réponse tait d'ailleurs définitivement ton envie de rire. Tu ne sais pas s'il faut que tu prennes ses paroles sérieuses comme un avertissement. Sans doute pas. Tu te prends trop la tête mon Ivy, il ne fait que penser à voix haute. Il faut que tu arrêtes de te fabriquer des angoisses comme ça, où tu vas vraiment finir pas virer cinglée.

Il se décolle de son banc et s'étire en faisant criser les graviers. Tu ne peux t'empêcher de grimacer en entendant ce bruit désagréable. Il te détaille d'un œil critique, et semble un peu dubitatif quand à la tenue que tu as adopté. Mais il ne fait heureusement aucun commentaire, et préfère t'informer des conditions du voyage. Tu t'imaginais bien que vous partiriez en volant, mais la durée qu'il annonce te fais presque sursauter. Quatre heures ! Impossible d'être de retour avant le réveil d'Alexandro. Tu te reproches immédiatement ta propre naïveté. Yameron a des ailes, pas une fusée ! Parcourir les centaines de kilomètres qui séparent Unys et Kanto va sans doute être très éprouvant pour lui, surtout avec une passagère en plus. Mais tu ne comptes pas passer à côté d'une si belle occasion de découvrir le monde. Alexandro pourra bien se passer de toi, non ? Ce n'est pas la première fois que tu lui feras le coup d'être partie te promener avant l'aube. Seulement aujourd'hui, la promenade sera plus longue... et plus passionnante.

Yameron remonte la fermeture éclaire de sa veste, te faisant comprendre qu'il n'est plus heure de tergiverser. Il s'écarte de quelques pas et fait apparaître ses ailes. Tu te demandes comment tu as fait pour oublier à quel point elles étaient belles et imposantes en moins de trente minutes. Le légendaire attend manifestement que tu t'approches de lui pour pouvoir t'emmener. Apparemment vers Kanto, mais avec un dieu de la mort comme taxi, votre destination pourrait aussi bien être le ciel que les enfers. D'un geste rapide, tu vérifie que le tuperware est toujours bien calé dans ta poche, puis essayes tant bien que mal de chasser le malaise qui s'empare de toi en t'avançant vers lui. Comme tu ne sais pas de quel façon il va s’envoler, tu te contentes de te plaquer tous contre lui et de passer tes bras autour de sa taille. Tu aurais aimer les passer autour de son coup, mais ta petite taille ne te le permet pas.Tu sens bien que tu ne seras absolument pas en sécurité, mais doute que Yameron ai de quoi t'attacher plus à lui. Il ne te reste plus qu'à t'accrocher de toute tes forces et prier pour ne pas tomber.

« C'est bon comme ça ? Je te fais pas mal ? Tu me lâches pas comme tout à l'heure, hein !»

Même si ta dernière tirade se voulait être une boutade, tu ne peux empêcher ta voix de trembler.


©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Ivy se cherche en #ff9900


Automne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Mer 23 Mai - 19:21
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





Est-ce qu'elle me fait mal, sérieusement, je ne réponds même pas à la question, je me contente de me baiser pour qu’elle s’agrippe et la sert contre moi, déployer mes ailes et m'envoler.

Je n'ai pas l'habitude et je n'aime pas vraiment voyager à plusieurs, pas que cela me fatigue, mais c'est terriblement inconfortable, de plus, je dois faire attention à ne pas la lâcher, même si par peur elle s'agrippe plutôt bien.

Je n'arrive toujours pas vraiment à comprendre pourquoi je l'aide, ni quel est le problème dans son aura, peut-être qu'elle me fais simplement penser à elle, les raisons pour lesquelles elle veut se rendre là-bas m'importe peu, j'ai juste dit que je l'accompagnerai, pas que je cherche pas à comprendre, elle a dû en voir pour réagir comme elle l'a fait en me voyant brûlé cet homme, à la façon dont elle m'a parlé même si après coup elle a changé d'attitude.

"Dis-moi petite, en revenir à ce qu'il s'est passé tout à l'heure, ce n'est pas la première fois que tu assistes à ce genre de spectacle ?"

Je sens qu'elle a du mal à rester accroché, je décide donc de voler sur le dos, pour qu'elle est juste à être posé sur moi, très peu pratique pour moi, mais beaucoup plus pour elle, car évidemment, elle ne peut pas monter sur mon dos quand mes ailes sont déployées.
Après de longues minutes, environ une heure et demi, je décide de me poser sur les côtes, le trajet en une seule fois serait trop éprouvant pour elle.

Je lui fais signe de fermer les yeux s'accrocher au moment de la descente, la bourrasque créée par mon atterrissage fait voler le sable autour de nous, en rangeant mes ailes, je la pousse en posant ma main sur son dos.

"Nous allons marcher quelques minutes pour te dégourdir les jambes, et le temps que tu te réchauffes, il ne faut pas croire, mais quelques centaines de mètres d'altitude suffisent à faire grandement baisser la température."

On pourrait presque retrouver le tableau du père et de sa fille se promenant sur la plage, une sensation de déjà-vu qui me met mal à l'aise.

C'est vrai qu'avant tu étais un autre homme, avec Listya, tu étais presque un père, tu prenais soin d'elle et avais abandonné toute violence, mais tu n'avais pas supporter sa mort, elle t'avait refaire devenir le simple animal, pokémon sauvage que tu étais à la base, plus aucune confiance en personne, simplement de la haine et de la colère.

Est-ce que je n'essaye pas juste de retrouver ce sentiment pour quelques instants, j'ai déjà réappris à faire confiance avec Maliva, pourquoi ne pas réessayer, un jour peut-être.
 

Codage par Libella sur Graphiorum




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 140
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 30/09/2016
Localisation : Unys
Je suis (Inrp) : Lesbienne et célibataire
Je ressemble à : Nai (Karneval)
Double compte : Octobre

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Couteau de poche ♦ Éco-Sphère ♦ Vampigraine
Race Pokemon/ Métier: Hybride Vivaldaim / Vagabonde à la recherche de souvenirs
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Mar 5 Juin - 21:34
Car le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire.
Le décollage te coupe le souffle. Tu fermes les yeux et t'agrippes de toutes tes forces à Yameron en attendant que l'impression d’avoir la tête coincée sous une enclume passe. Sauf qu'elle ne passe pas. Rien de bien étonnant à cela, un vol comme celui-ci n'a absolument rien à voir avec les sensations éprouvées dans un avion, où la gravité semble ne plus agir une fois en l'air. Ce n'est malheureusement pas le cas ici, et l'impression de peser de plus en plus lourd s’accroît de minute en minute. Heureusement, tu sens que Yameron resserre sa prise sur toi. Tu décides d'ouvrir les yeux quand le légendaires cesse de monter et file tout droit dans le ciel. Tu avais déjà vu des photos d'Unys prisent par satellite, mais le paysage qui défile sous tes yeux est d'une toute autre beauté. Les lignes lumineuses que tu aperçois au sol forment une immense toile d'araignée, ponctuée parfois de groupement de lumière signalant les villes. Celle qui brille le plus, sur votre droite, est sans doute Volucité. Tu la fixes, essayant de distinguer ses grattes-ciels dans le noir. Mais ce nid de lumière reste impénétrable. Yameron a pris la direction de la mer, et il va vite, bien plus vite que toi lorsque tu cours. Le défilement ininterrompu du paysage, bien que magnifique, aggrave ton mal de crâne. Tu décides de contempler les étoiles, qui elles au moins ne bougent pas. Tu cherches dans le ciel les constellations qu'Alexandro t'a appris à reconnaître. Tu parviens à repérer le grand Polagriffe et son petit, mais pas ta préférée, celle en forme de grand W. En même temps, avec les ailes de Yameron et votre vitesse, tu n'es pas vraiment dans les bonnes conditions pour observer les étoiles. Tu resserres ta prise sur le torse du légendaire et t'armes de patience en refermant les yeux.

La question du Yveltal, que tu n’entends presque pas à cause du vent, te fait lever la tête vers lui. Tu penses aux efforts qu'il doit fournir pour se diriger et voler tout en te portant, et même si tu as décidé que tu ne l'appréciais pas plus que ça, tu te demandes ce qui motive sa question. Cela fait sans doute parti de ce qui "l'intrigue". Le problème, c'est que tu t'es empêchée de réfléchir à cela depuis tout à l'heure, et que tu t'es bien sûr rendu compte que ta réaction fasse à Yameron n'obéissait pas aux lois les plus élémentaires de la logique humaine. Ou en tout cas pas à celles d'une gamine de quatorze ans amnésique, qui n'est pas censée avoir déjà vécu pareils événements.

« Apparemment non, sinon je serais sans doute plus secouée que ça. Mais je n'en ai aucun souvenir. »

La réalité de l'instant te saute soudain à la figure. Tu es accrochée à un dieu funèbre, en plein milieu du ciel d'Unys, en direction de la Tour Pokémon de Lavanville. Dieu que tu as vu il y a à peine une heure brûler sans aucun remord un être vivant. Tu dois être folle, te dis-tu. Une fille normale n'aurait pas accepté la proposition du légendaire. Une fille normale se serait probablement évanouie en comprenant la situation dangereuse dans laquelle elle s'était foutue. Pourquoi les événements de ce soir ne t'ont-ils pas plus effrayés ?

Tu n'as pas le loisir de répondre à cette question, parce que le ciel se retourne brusquement. Enfin pas le ciel, mais plutôt Yameron, qui a décidé de changer de position sans te prévenir. Il vole maintenant sur le dos, ce qui doit être très handicapant pour lui, mais qui te permet de ne plus craindre de tomber à tous moment. Il continus de voler ainsi un long moment en silence, sous le ciel qui commence à s'éclaircir légèrement, annonçant le lever prochain du soleil.

Le légendaire te fait soudain signe de t'accrocher, et plonge vers la terre. Tu serres les dents pour ne pas crier, et la vitesse à laquelle vous descendez te procure de nouveau un migraine atroce. La torture cesse soudainement, et tes pieds retrouvent la terre ferme. Le légendaire te pousse entre les omoplates pour te forcer à marcher, et tu manques t'étaler de tout ton long dans le sable, tes muscles engourdis te faisant comprendre à grand renfort de courbatures qu'il faudrait éviter de renouveler ce genre d'expérience tous les jours. Comme Yameron l'a prédit, ton corps se réchauffe petit à petit et ton mal de tête s’atténue. Tu sens toujours le tupperware dans ta poche, et sans savoir pourquoi, son contact contre tes doigts te rassure un peu. Ton inconscience de tout à l’heure aura au moins eu une utilité pour quelqu'un ce soir...
Tu contemples la plage devant toi, et la danse des vagues t'hypnotise. Elles prennent une teinte dorée alors que le soleil commence à apparaître à l'horizon. Tu te rends soudain compte que c'est le première fois que tu vois la mer. Enfin, plutôt la première fois dont tu te souviennes, mon Ivy. Parce que nous avons déjà vu la mer, plusieurs fois, même. Alto adorait aller nager pendant que Sylve dormait encore, et il ne manquait jamais une occasion de nous emmener avec lui.

Tu te retournes vers Yameron, et constate que celui-ci affiche de nouveau la mine pensive et grave qu'il avait déjà sur le banc tout à l'heure. Il ne te regarde pas vraiment et son regard est perdu dans le vague, un peu comme celui d'Aidan lorsqu'il ausculte un patient. Tu te demandes à quoi il doit être en train de réfléchir, avant de décider que ça n'est finalement d'une grande importance.

« Tu penses qu'elle est froide ? »

Trop curieuse et excitée, tu t'assois dans le sable et retires avec empressement tes baskets. Puis tu cours tout au bord de la plage, et pose précautionneusement un pied dans l'eau. Un frisson remonte le long de ta jambe et vient faire trembler tes épaules.

« Oulà oui, elle est glacée... »

Tu rajoutes pourtant ton deuxième pied, et t'amuses et faire des empreintes dans le sable vaseux et un peu élastique. Une fois habituée à la température, c'est plutôt agréable. Tu n'as plus du tout froid.

Je haïe ce comportement de gamine que tu adoptes parfois, cette excitation enfantine face aux choses basiques du monde, ou bien toutes les questions qui te traversent l'esprit et que tu poses immédiatement après, sans y avoir réfléchi. Mais si tu adoptes ton rôle de gamine maintenant, c'est surtout pour éviter de parler trop sérieusement avec Yameron. Parce que tu n'es pas du tout en confiance, et que ce comportement est en quelque sorte une façon de te protéger, de t'éloigner de ce qui pourrait éventuellement t'effrayer ou te placer dans une situation délicate. J’espère tous de même que ce réflexe disparaîtra avec le temps. Endurer tes réactions naïve finira par me faire devenir folle.

« Est-ce qu'on est encore à Unys ? Combien de temps est-ce qu'il faudra voler avant d'arriver à Kanto ? »

Tes maigres connaissances géographiques se limitant à la carte d'Unys enregistrée dans le pokédex d'Alexandro, tu n'as aucune idée d'où vous vous trouvez, et encore moins dans quel pays. Mais la perspective de te savoir en terre inconnue est trop excitante pour que tu ais peur de quoi que ce soit – hormis de Yameron, bien entendu.

©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'





Ivy se cherche en #ff9900


Automne:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 81
Pokédollards : 50
Date d'inscription : 21/01/2017
Je ressemble à : Suoh Mikoto
Double compte : Mirkatoz ' Dash ' Alka

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Mort-Ailes ♦ Vibrobscur ♦ Hantise ♦ Dracocharge
Race Pokemon/ Métier: Yveltal Chromatique / chasseur de primes
Team/Dresseur/Equipe: /
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   Ven 3 Aoû - 22:35
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”





La question de la jeune hybride me sort de mes pensées, mais je n’ai pas eu le temps d’enregistrer l’information, je regarde alors en direction de l’océan et vois la petite retirer ses chaussures et commencer à se tremper les pieds et jouer dans le sable, ses marques dans le sable me rappelle ma rencontre avec Maliva, si proche, mais qui me parait si loin déjà, regardant autour de moi, comme pour la chercher, mais très vite mon regard se pose sur l’horizon, un léger sourire apparaît quelques instants sur mon visage avant de s’effacer.

Je reconnais approximativement les lieux, nous sommes tout proche de la frontière entre Unis et Kanto, encore deux petites heures et la petite sera arrivée à destination, Fouillant dans mes poches à la recherche d’une cigarette, aucune sur moi, bon pas de soucis, si je n’ai plus de nicotine, j’ai toujours des sucreries, j’ouvre la poche avant de mon blouson et sort toute sorte de bonbons et autres sachets colorés.

“hé gamine !” Lui dis-je au moment de lui lancer un des paquets avant de m’installer sur un rocher non loin.
“Je te laisse dix minutes de répit, après qu’on nous repartons.”

Saisissant une poignée de sable dans la main, je la tends devant moi et laisse le sable s'écouler au grès du vent, volant jusqu’à la mer, comme pour vérifier quelque chose, instinctivement. Les conditions de vol sont parfaites aujourd’hui, le trajet se fera sans aucun souci de ce côté-là. Après des centaines d’années à volé par tous types de temps, je sais reconnaître une bonne journée quand elle se présente à moi, j’ai fait des sorties de tout temps, après tout, au cours d’une vie si longue, qu’est ce que je n’ai pas encore fait ..

La tour pokémon de Lavanville, voilà bien longtemps que je ne m’étais pas rendu là-bas, à cause de toutes les personnes mortel que je pourrais croiser, peut-être, si tous les gens que j’ai connu, que j’ai tué et celles que j’ai oubliés étaient réunis au même endroit, il faudrait bien plus qu’une tour.
Je me rendrais peut-être à l'hôtel que les hommes et pokémon ont bâti pour moi, après tout, quoi de plus logique pour un dieu de la mort, d’avoir son lieu de vénération proche du plus célèbre cimetière du monde. Certain implore pour que je tue quelqu’un pour eux, d’autre pour que je les épargne le moment venu. Comme si je me déplaçais vraiment pour faucher chaque âme dans ce monde.

“Petite ! Ivy, c’est ça ? Maintenant, dis moi pourquoi vouloir aller dans un endroits si sinistre, après tout, j’aurais pu te faire voyager n’importe où, faire n’importe quelle chose que tu aurais demandé, alors explique moi pourquoi une jeune hybride voudrait se rendre si loin de chez elle ?”

Je regarde une fois de plus son aura, qui me perturbe et me fascine à la fois, cette petite est un passe-temps assez marrant pour le moment. Je me redresse de toute ma hauteur et fait craquer quelques articulations et regarder le ciel, dès qu’elle sera prête, nous redécollerons.
 

Gomen pour le temps de réponse !




Yameron se joue de vous en #660000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: “Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”   
Revenir en haut Aller en bas
 
“Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire.”
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Permission méritée [Claire]
» TINA CANICHE CLAIRE 12 ANS URGENT EN BOX (LILLE 59)
» Et moi dans tout ça? Renommée Claire Rivaldis.
» « Plus jamais seul… » |Bathème de Nuage Nacré|
» Mirlande Manigat dévoile ses priorités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Unys :: Forêt d'Empoigne-