Partagez | 
 

 « I don't care about falling » ft. Altais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 407
Pokédollards : 21
Date d'inscription : 24/02/2016
Age : 20
Je suis (Inrp) : Célib' et hétéro~
Je ressemble à : Kairi (Kingdom Hearts)
Double compte : Aria Thorne

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement dresseuse ♠ Spray au poivre
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Dresseur • Normal
MessageSujet: « I don't care about falling » ft. Altais   Lun 15 Mai - 22:37
« I don't care about falling »


    Regardant autour d’elle, Izumi avait du mal à croire qu’il y a quelques jours seulement elle était encore à Alola. En même temps, quand le billet du retour a pour terminus Illumis, c’est un peu normal de ressentir la différence. Mais bon, vu le début de ses aventures là-bas, la dresseuse préfère ne pas s’attarder dessus et plutôt repenser à ce qu’elle avait appris il y a peu: un concours semblant assez intéressant allait avoir lieu à Johto dans quelques semaines, juste assez de temps pour faire une partie du chemin à pieds et le reste en train ou bus~  (parce qu’honnêtement, la miss a beau avoir une bonne réserve d’argent de côté, elle préfère tout de même économiser dès que possible)

Enfin bref, tout ça pour dire qu’elle se retrouvait maintenant dans la foret de... Neuvartault ? Imaginez vivre dans ce coin-là et devoir apprendre à prononcer et écrire ça gamin. Heh, pas le sujet, là. Donc. Kallisto. Dans la foret. Très jolie, d’ailleurs. Pleine d’arbres et buissons et arbustes et... baies ? C’est une baie ça, là-bas, non ?

S’approchant de l’arbuste, la jeune fille regarda celui-ci cherchant d’autres fruits dessus. Bon, il n’y en avait presque plus. D’autres personnes avaient dû se servir juste avant, mais c’est pas grave ça ! Cueillant deux d’entre-elles avant de s’installer dans l’herbe non loin de là, Izumi nettoya du mieux qu’elle put les petits fruits sans utiliser d’eau (parce que sérieusement, elle ne savait pas quand serait la prochaine fois qu’elle pourrait remplir sa gourde. Et voyager sans eau est vraiment très désagréable.) puis sorti sa carte pour étudier un peu le chemin tout en faisant une petite pause. L’après-midi venant tout juste de débuter et cette foret n’étant pas particulièrement grande, faire un petit détour pour se faire une mini réserve de fruits ne semblait pas être une si mauvaise idée. Tenant sa ceinture d’une main et le sac de l’autre, Izumi bougea les deux jusqu’à ce que l’aimant arrête d’être en place pour fixer les deux parties ensemble, puis ramena sur ses genoux le tout pour fouiller dedans. Normalement, elle avait une petite boite en plastique vide pour pouvoir conserver quelques trucs de nourritures entamées sans problèmes. (D’ailleurs les réserves de nourriture avec un sac pareil c’était assez difficile à faire. Les Kagome n’avaient pas pensé à ça quand ils ont étudié les différents types de sacs disponibles, faut être honnête.) Trouvant enfin la boite, la demoiselle réarrangea le contenu de son sac ―remettant au passage sa carte dedans― pour pouvoir la placer à un endroit plus simple à atteindre sans forcément avoir à tourner le sac ou bien carrément le retirer. Puis elle se leva, se dépoussiéra un peu le derrière, parce qu’honnêtement les feuilles et brins d’herbe c’est pas très joli sur sa robe, puis partit hors sentiers à la recherche d’arbres fruitiers.

Bon, déjà en toute logique, Izumi devrait se douter que quelque chose allait mal tourner. C’est toujours le cas quand elle change de plan au dernier moment ou ce genre de chose. Par exemple il y a quelques semaines elle décida juste avant de bouger après son réveil de continuer son voyage en rollers... Au bout de deux heures elle dû s’arrêter pour 1) désinfecter une plaie à sa main gauche et 2) trifouiller un de ses rollers pour qu’une des roues accepte de nouveau de tourner. Elle les aime ces saloperies, mais pas quand ça ne fonctionne pas normalement.

Et donc, ceci expliquant cela, la jeune dresseuse ayant maintenant une boite à moitié remplie de petits fruits dans son sac se retrouva non loin d’une petite clairière. Pour l’instant, rien d’étrange, n’est-ce pas ? Oui, non. Il y avait une bande de personnes, jeunes mais pas trop, ayant toutes plus ou moins entre 20 et 30 ans, installée en plein milieu. Certains semblaient tout à fait normaux, allongés sur leur ventre ou dos, écoutant les autres, tandis que la personne la plus proche de Kallisto semblait s’occuper les mains avec un canif qu’il pliait et dépliait. En vrai, ça n’avait rien de bien étrange, la miss avait déjà croisé des gens avec de plus grosses armes que ça plus ou moins visible sur eux, mais... Croiser des gens en pleine forêt comme ça ? Pas rassurant.

Voulant s’éloigner de ces gens le plus rapidement possible, la demoiselle fit un pas en arrière et-
Et là...
Gros moment cliché.
Une brindille. Sous son pied. Cassée. Bruit entendu par les gens non loin d’elle. Qui se tournèrent tous vers l’adolescente. Qui se figea et dégluti en fixant tous les inconnus. Un desdits inconnus se leva et raconta un truc comme quoi elle aurait mieux fait de pas s’approcher d’eux et comme quoi écouter aux portes (y’a pas de portes, ducon.) c’est mal, lui demandant si sa mère ne lui avait jamais appris ça. Très classique, comme phrases, franchement. 4/10, pourrait faire mieux.

Enfin bref, toutes les autres personnes présentent suivirent plus ou moins rapidement le mouvement, se levant et s’approchant d’une manière... Assez menaçante, soyons honnête, vers Izumi qui comprit bien rapidement que si elle voulait s’en sortir vivante et/ou pas trop amochée, elle devait sérieusement déguerpir loin d’ici le plus rapidement possible.

Continuons avec les clichés et enchaînons avec une scène qui pourrait avoir sa place dans tout film d’horreur au scénario assez classique : la scène de course-poursuite/fuite dans la foret. Qui, en vrai, peut s’avérer être encore plus difficile que ce qui est montré dans les films. Bon, par chance, c’est en plein jour là pour la demoiselle, donc ça fait déjà un problème de moins.
Mais il reste les feuilles mortes glissantes. Très chiantes, ces petites choses. La jeune Kagome manqua trois fois de tomber et deux autres de se prendre des arbres dans la figure à cause de celles-ci. Mais le risque de chute ne l’empêcha pas d’entendre les bruits de pas derrière elle de plusieurs personnes la suivant. Franchement, ils ont pas honte de s’y mettre à plusieurs contre une seule petite adolescente ?! Vraisemblablement, non.

Au final, le plus chiant de la course entre les arbres, c’était pas les feuilles mortes. C’était plutôt les branches qu’elle se prenait parfois dans la figure ou les bras. Ugh, ça allait marquer, tout ça. Avec un peu de chance il n’y aura plus de traces d’ici le concours... Enfin, si Izumi sort de cette foret entière, bien sûr.

Et histoire de finir la bonne vieille liste de clichés, pourquoi ne pas rajouter une chute à cause d’une racine ? Hein ? Hein ?? Ouaip, c’est arrivé. Pas très agréable comme chute, mais bon, ça eut le bénéfice de lui faire remarquer une chose qui pouvait peut-être la sauver.

Le sang lui montant à la tête étrangement rapidement, Izumi devina que l’endroit où elle était tombée était en pente et que seule la racine la maintenait en place à cet instant. Levant la tête, elle regarda en face d’elle pour étudier rapidement ce qui était devant elle avant de regarder par-dessus son épaule, remarquant qu’elle avait quelques secondes devant elle avant que les autres la rattrapent.

Se relevant légèrement, Izumi se prépara. Si rien d’autre n’allez venir pour l’aider, elle se sauverait elle-même en glissant jusqu’en bas de cette pente, peu importe les risques.




Izumi discute avec vous en #be273c ~

1 magicarpe de Noa, Antigone, Wendy & Ivy~
Spoiler:
 

Spécial kermesse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 365
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   Dim 28 Mai - 1:01



「 I DON'T CARE
ABOUT FALLING 」

Izumi & Altais
Les forêts ont toujours eu un effet très apaisant sur l'esprit torturé d'Altais. Pourtant seigneur des cieux, c'est sous la cime des arbres qu'il trouve la sérénité et la quiétude. Mais il suffit qu'un cri d'enfant résonne dans les bois pour qu'il se sente oppressé par les frondaisons, comme si elles lui reprochaient quelque chose, comme si elles voulaient l'acculer pour le punir. De quoi, il l'ignore. De ce fait, Rayquaza évite désormais les forêts fréquentées bien que ça ne soit pas toujours évident. Il faut croire que c'est un terrain de jeu très apprécié de la marmaille, surtout en ces beaux jours. Ainsi, après avoir fuit Cimetronelle et le Bois Clémenti, Altais s'est envolé pour Kalos en espérant y trouver la solitude désirée. Il a donc échoué dans la forêt de Neuvartault au début de l'après-midi. A cette heure-ci, les plus jeunes sont à la sieste ou digèrent tranquillement leur repas de midi sans s'agiter. Logiquement, donc, il ne devrait pas rencontrer d'enfant dans les parages. Pas qu'il ne sache pas s'en occuper – il a été pédiatre quelques années – mais la combinaison bambin + forêt ne fait pas bon ménage dans le pois chiche qui lui sert de cerveau. Alors autant éviter l'équation.

C'est toujours un peu étrange pour Altais de revenir à Kalos. Bien qu'il soit né et ait grandi à Poivressel, c'est à Illumis qu'il a passé le plus d'année de sa vie. Le comble pour un dieu de Hoenn, mais il ne s'en souciait guère à l'époque. Son seul désir était de devenir médecin, d'embrasser la carrière pour laquelle il a sacrifié des années de sa vie. Et pour quoi, au final ? Jeter aux chiens ses espoirs et ses idéaux, effacer son nom des registres et revenir à Hoenn sans la moindre idée de quoi faire de sa vie – de son éternelle vie. Bien malgré lui, Altais admire ses congénères qui ont réussi à se faire une place dans la société actuelle. Il en voit certains à la télévision ou en première page d'un magazine. Il a même travaillé avec l'un d'entre eux : Azael, malgré sa personnalité particulière, a trouvé son emplacement dans le grand engrenage composant la machine infernale de la vie. Le Chaos en personne y est parvenu. Ainsi que la Vie, la Mort, l'Espace, la Mer, la Volonté. Mais comment un être de l'espace, un être même pas terrien, peut-il en faire autant, alors qu'il n'a pas été créé pour fouler la Terre ?

Las, Altais observe la course d'une colonie de fourmis s'activant autour d'un fruit explosé. Tombé de sa branche, il fait le bonheur de ces créatures minuscules, sûrement ravies par ce festin à venir. Leurs déplacements sont si coordonnés qu'ils ressemblent à une danse, à un ballet à la gloire des offrandes de la vie. Chaque fourmi sait ce qu'elle a à faire, quel morceau de fruit elle doit prélever, quelle quantité elle est capable de soulever. Dirigée par les lois de la colonie, guidée par son instinct, elle accompli sa tâche, vaillante ouvrière perdue au milieu de milliers d'autres. Dans la colonie des hommes et des hybrides, quelle place Altais est-il censé occuper ? Doit-il agir comme ces fourmis ou prendre un chemin totalement différent ? D'ailleurs, est-il seulement une fourmi ? N'est-il pas plutôt un papillon ou une coccinelle ? Quelque chose d'autre. Un être à part. Une singularité sans nulle autre pareille. Un exemplaire unique. Une édition limitée à un seul ouvrage. Le Monde a été créé pour réunir les êtres identiques sous une même bannière. Comment Altais pourrait-il y trouver sa place ?

Un soupir s'échappe des lèvres entrouvertes du dragon tandis qu'il s'assoit sur la souche éclatée d'un arbre mort. C'est toujours la même chose quand il s'isole : les questions existentielles l'assaillent et le torturent, le prennent à la gorge et lui donnent la nausée. Alors il doit les saisir, les enfouir dans la terre, les éloigner de lui avant de passer l'arme à gauche. Les dérivations de son esprit sont ses pires ennemis : elles sont capable de le rendre fou, de lui faire perdre la raison. Alors le dragon secoue la tête, les chasse, les déloge, s'en débarrasse. Il faut qu'il s'occupe la tête autrement, qu'il ne se complaise pas dans ses démons. Alors Rayquaza se lève, s'assure qu'aucun insecte ne s'est accroché aux longs pans de sa tunique bleue marine et s'éloigne de la souche. Quand ce n'est pas la forêt elle-même qui le torture, il est encore capable de le faire lui-même. Pour peu, il regrette que les bois soient aussi calmes : un peu d'agitation, telle qu'elle soit, aurait le mérite de l'occuper un peu. C'est alors qu'un bruit de cavalcade s'élève sur sa gauche. Il suffisait de demander.

Poussé par la curiosité, Altais s'élève au dessus de la cime - suffisamment éparse pour qu'il voit ce qu'il se passe en contrebas – et avise un groupe de mecs à l'air peu fréquentables qui poursuivent … une jeune fille ? Elle a une longueur d'avance sur eux, trois ou quatre mètres à eu près. Mais la voilà qui se prend les pieds dans une racine … Classique, mais sacrément efficace. Ses poursuivants parviennent rapidement à dévorer l'espace qui les sépare de leur victime. Alors ni une ni deux, Rayquaza se pose devant eux. Si les types s'arrêtent, ce n'est que pour le dévisager bêtement. Rejetant sa queue de cheval en arrière, Altais leur sert son plus beau sourire.

Messieurs, pourquoi une telle agitation ? Avez-vous égaré quelque chose ?
Dégage mon gars, on doit retrouver cette gamine fissa.
Une gamine ? J'en ai vu une partir sur la gauche. Plutôt petite et les cheveux bruns, c'est ça ?

Un rictus mauvais déforme les lèvres du « chef » de la petite bande de bras cassés qui prend aussitôt la direction indiquée par le dragon. Ce dernier en soupire de lassitude : ils sont vraiment idiots pour le croire si facilement. Décidément, c'est vraiment trop facile de se jouer des hommes. Enfin, maintenant que ces nigauds ont déguerpis, Altais doit retrouver la jeune fille. Est-elle encore prisonnière de sa racine ? S’élevant de nouveau dans les airs pour la chercher du regard, il la repère au même endroit que précédemment. Mais elle s'est redressée et semble vouloir … se laisser glisser jusqu'en bas ? Le regard améthyste du dragon avise la course que suivra la demoiselle si elle se décide. En contrebas, tout ce qui l'attend, c'est un tapis d'orties. Alors avant que la jeune fille ne se lance, Altais apparaît devant elle pour la saisir à la taille et la soulever un peu au dessus du sol. Hors de question qu'il laisse une si jolie demoiselle abîmer ses jambes et son joli minois dans ces saletés d'orties.

Dites moi mademoiselle, ce chic pour vous attirer des ennuis, c'est naturel ou ce n'est simplement pas votre jour ?~



ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 407
Pokédollards : 21
Date d'inscription : 24/02/2016
Age : 20
Je suis (Inrp) : Célib' et hétéro~
Je ressemble à : Kairi (Kingdom Hearts)
Double compte : Aria Thorne

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement dresseuse ♠ Spray au poivre
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   Ven 2 Juin - 3:14
« I don't care about falling »


   En fait, cette pente était quand même vachement longue, au point qu’Izumi ne pouvait pas vraiment en voir la fin de là où elle était. Ou bien c’était juste que c’était une pente raide. Ou que la miss était pas complètement relevée et ne pouvait donc pas bien voir (et de toute façons vu sa taille hein...). Donc, vraiment, se faire glisser jusqu’en bas ? Mauvaise idée, vraiment mauvaise.
Fort heureusement, c’est à ce moment là que quelqu’un attrapa Kallisto par la taille. Enfin, «fort heureusement»... Elle a quand même bien hurlé en sentant les mains sur elle et en voyant la personne juste en face d’elle. Sérieusement, les jumpscares c’est pas une bonne idée avec cette miss. Elle irait peut-être pas jusqu’à frapper de peur mais... Hurler bien fort au point de (se) faire mal ? Ça, ouaip, c’est possible.

Enfin bref, on en était au gars qui apparaît plus ou moins d’un seul coup comme ça devant la jeune Kagome. Jeune fille qui se calma un minimum en remarquant que la personne en face d’elle ne semblait pas faire partie du groupe qui la poursuivait jusqu’à maintenant. Immédiatement après avoir pensé à ça, la demoiselle tourna la tête pour regarder par dessus son épaule rapidement avant de refixer son regard sur l’inconnu en face d’elle quand il se mit à parler. Les ennuis ? Ah non mais oui mais depuis qu’elle a quitté Fort-Vanitas c’est plus que régulier ces trucs là.

- Honnêtement ? Les deux !

Oui parce que bon, là c’était quand même bien pire que d’habitude. Ça fera sûrement parti de son top 5 des pires choses lui étant arrivées depuis le début de ses aventures pour pas mal de temps... Mais c’est pas le sujet ! Enfin, pas vraiment. Donc. Izumi se retrouvait maintenant à fixer l’inconnu en face d’elle pendant quelques (à savoir, deux) secondes, sans rien dire et sans bouger... Et bordel qu’il était grand. Qui avait autorisé ce gars à faire cette taille ?! Surtout que la miss ne pouvait pas vraiment se rendre compte d’à quel point il la dépassait niveau taille vu qu’elle n’avait même pas les pieds au sol. ... Et lui, d’ailleurs? Il est sur le sol ou pas ? Vu comment il est apparu «d’un coup», il doit être un hybride. ... Mais quel genre ? Euuuuh non pas le moment de passer en mode détective. Surtout que la demoiselle avait encore un surplus massif d’énergie à cause des émotions et de l’adrénaline qui voulait pas redescendre. Ce qui expliquait pourquoi elle s’était mise à bouger légèrement ses pieds dans l’air avant de se mettre à parler d’un seul coup sans s’arrêter pour essayer de se débarrasser un peu de toute cette énergie:

- Mais. Vous êtes qui ? Vous pouvez me reposer ? Et puis d’abord c’est quoi ça, soulever une inconnue comme ça sans rien dire ni demander ? Vous auriez fait quoi si je vous avais mis un coup de poing ? Ou un coup de spray dans les yeux ? Vos parents (si vous en avez) vous ont jamais dis de pas toucher des inconnus ? Posez moi, faut que je bouge. Vraiment. Je rigole pas.

Ah mais oui mais quand elle a trop d’énergie cette fille c’est vraiment atroce. C’est pour ça qu’elle ne boit jamais plus de deux cafés en une journée, c’est pour ça. (Au passage, si vous avez lu cette tirade relativement rapidement, vous avez choisi la bonne vitesse.)

Soufflant sur une de ses mèches de cheveux (qui sont plus rouges que bruns, merci) trop longue et pas au bon endroit, Izumi se demandait si cette rencontre avec cette espèce de géant vert (non, pas celui de la marque!) allait rendre sa journée encore pire au final, parce qu’honnêtement, il pouvait en avoir le potentiel. Ne le connaissant pas, la miss ne pouvait pas décider si cette apparition était une bonne chose ou non... Et en fait, elle ne savait même pas si la bande de voyous débiles de tout à l’heure n’allait pas surgir d’un seul coup des hautes herbes comme les pokémons d’antan, ce qui serait assez comique en vrai. ... Sauf si l’homme aux cheveux verts décidait de ne pas l’aider plus que ça et disparaissait aussi rapidement qu’il était apparu. Dans ce cas-là Kallisto allait le hanter pour le reste de sa vie.

Oh. Et l’auteure vous a t-elle dit que tout ceci c’était passé en genre... une minute ?




Izumi discute avec vous en #be273c ~

1 magicarpe de Noa, Antigone, Wendy & Ivy~
Spoiler:
 

Spécial kermesse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 365
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   Ven 16 Juin - 12:41



「 I DON'T CARE
ABOUT FALLING 」

Izumi & Altais
Sauver la veuve et l'orphelin, c'est le credo d'Altais depuis toujours. Et pourtant, il n'en est même pas conscient : le dragon agit toujours sur des coups de tête. Du moins, dans les situations les plus extrêmes. Apporter son aide est un réflexe qu'il pense tenir de sa personnalité d'antan, bien que cette époque soit totalement flou dans sa mémoire. Ce qu'il sait de celui qu'il fut autrefois, il l'a apprit dans des livres, des émissions ou des sites internet. Autrement dit, des sources qu'il ne peut vraiment qualifier de fiable, malheureusement. Personne ne peut se vanter de le connaître par cœur – pas même lui-même. Prince, Groudon qu'il est, lui a bien fait le topo lorsqu'ils étaient plus jeunes, mais cela demeure un point de vu extérieur. Qui se souvient encore parfaitement du dragon céleste vivant dans la couche d'ozone, protégeant la terre des attaques extérieures comme des conflits intérieurs ? Pas lui, en tout cas. Plutôt ironique, n'est-ce pas ? Mais ça se saurait si Altais s'en préoccupait. Son existence-même est un mystère à ses yeux, un point d'interrogation immense au dessus de sa tête pleine de questions qui demeurent sans réponse depuis bien des années.

Tout cela pour dire que si Altais a attrapé la demoiselle avant qu'elle ne se lance, c'est plus par réflexe qu'autre chose. S'il maquille si habilement la vérité, c'est parce que c'est plus facile de mentir que de se justifier. Si le cri de surprise de la jeune fille vrille ses tympans, il ne la lâche pas pour autant – s'il la « sauve » d'un plongeon dans les orties, ce n'est pas pour la lâcher dans le vide à la place. Ce serait contre productif, comme sauvetage. En tout cas, elle se calme aussi vite qu'elle s'est emballée : comprend-t-elle qu'elle n'est pas en danger ? Enfin, traîner avec Altais est toujours un danger potentiel, mais au moins, il ne fait pas parti du gang qui lui veut du mal. D'ailleurs, pour quelle raison la poursuivaient-ils ? Le dragon a bien du mal à croire qu'une gamine puisse chercher des noises à une bande de gros bras armés jusqu'aux dents. A tout les coups ils se sont simplement senti épiés dans leurs petites discussions et veulent s'assurer que la fille ne répète rien à personne. Un scénario classique qui ne se fini pas toujours bien.

Cependant, si Rayquaza en croit la gamine, ce n'est pas la première fois qu'il lui arrive des histoires. Sa vie ne doit certainement pas être de tout repos – quelque part, Altais l'envierait presque. Lui qui lutte chaque jour contre l'ennui ne dirait pas non à davantage de rebondissements dans son quotidien. Mais il faut croire que c'est un luxe qui ne convient qu'aux mortels. Leur espérance de vie étant limité, ils ne doivent pas en gâcher la moindre seconde s'ils désirent en profiter pleinement. Alors que lui, avec l'éternité dans le dos et l'infini devant les yeux, il n'a pas à se soucier du temps qu'il lui reste. Son corps a cessé de vieillir il y a bien longtemps maintenant. Il ne se transformera plus, ne connaîtra jamais les rides ou les articulations douloureuses. Son visage est figé dans le temps et le sang qui voyage dans ses veines recommencera à jamais son périple jusqu'à son cœur solide, privé de tout dysfonctionnement. Seuls l'assassinat et le suicide peuvent supprimer son enveloppe charnelle – mais qui pourrait donc se débarrasser de lui ?

Pendant son instant de réflexion, la demoiselle se met à remuer dans ses bras. Altais ignore comment une si petite chose peut contenir autant d'énergie, surtout après une telle course-poursuite dans la forêt : serait-elle une Pachirisu ou une Statitik ? Impossible, il est sûr à quatre-vingt quinze pourcent qu'il a à faire à une humaine. Sinon, elle aurait fait front face à ces andouilles au lieu de fuir – sauf si elle est trop faible pour ça. Pour l'heure cependant, ce n'est pas l'espèce de la jeune fille qui l'intrigue mais plutôt le but de sa présence ici. Elle paraît plutôt jeune, pourquoi traîne-t-elle donc seule par ici ? Certes, la forêt de Neuvartault est – normalement – pas la plu dangereuse qui soit mais Altais vient d'assister à la preuve que le danger est partout. Il ne veut pas se jeter des fleurs – quoi que – mais sans lui, elle aurait passé un très mauvais quart d'heure, que ce soit à cause de ces brutes ou de son tête à tête avec les orties. Loin de lui l'idée de vouloir faire preuve de sexisme, mais une jeune fille seule en pleine nature n'est pas l'équation la plus sûre qui soit.

Mais. Vous êtes qui ? Vous pouvez me reposer ? Et puis d’abord c’est quoi ça, soulever une inconnue comme ça sans rien dire ni demander ? Vous auriez fait quoi si je vous avais mis un coup de poing ? Ou un coup de spray dans les yeux ? Vos parents (si vous en avez) vous ont jamais dis de pas toucher des inconnus ? Posez moi, faut que je bouge. Vraiment. Je rigole pas.
Oula tout doux ma jolie, tu vas me faire de l'hyperventilation. Et je n'ai malheureusement pas de sac sur moi.

Doucement, Altais se laisse redescendre sur le plancher des Ecremeuh. Ce n'est qu'une fois ses propres pieds au sol qu'il accepte de relâcher la jeune fille, s'assurant qu'elle soit bien droite sur ses jambes avant de retirer ses mains de sa taille. Si elle lui avait déjà semblé petite lorsqu'il la tenait, c'est encore pire maintenant qu'il lui fait face. Bien qu'il se sache vraiment très grand en comparaison du commun des mortels, c'est quand même toujours quelque chose d'hilarant pour lui d'aviser la taille médiocre de certains mortels. Enfin, médiocre pour lui : le monde n'est pas le même lorsqu'on le voit de sa hauteur. Pourtant, malgré son corps riquiqui, la demoiselle semble déborder d'énergie. Et surtout, elle n'a pas l'air d'avoir froid aux yeux. Une qualité qu'Altais a tendance à beaucoup apprécier. Qui sait, cette jeune fille peut peut-être le divertir un petit moment ? Elle lui en doit une après tout - bien qu'elle n'ait rien demandé à la base. Mais autant de servir de ce petit argument pour qu'il joue en sa faveur. Lorsque l'on a de bonnes cartes en main, il faut les jouer.

Si tu commençais par me dire comment tu t'es retrouvée dans de pareils ennuis ? Oh, et ton prénom par la même occasion. Tu m'as l'air d'être une jeune fille bien élevée, tu dois donc connaître les règles élémentaires de politesse, surtout vis-à-vis de ton sauveur~



ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 407
Pokédollards : 21
Date d'inscription : 24/02/2016
Age : 20
Je suis (Inrp) : Célib' et hétéro~
Je ressemble à : Kairi (Kingdom Hearts)
Double compte : Aria Thorne

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement dresseuse ♠ Spray au poivre
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   Jeu 22 Juin - 2:19
« I don't care about falling »


  Honnêtement, Izumi se demandait depuis au moins une minute déjà si elle n’aurait pas dû mettre un coup de pied par réflexe, parce que franchement, elle ne savait pas du tout si le gars qui la tenait par la taille était à classer dans la catégorie «personne louche» ou pas. C’est vrai, quoi, quel genre de personne fait ça à une inconnue ? Pas les gens normaux, voilà.

Haussant un sourcil en entendant le «ma jolie», la demoiselle se mit à douter encore plus de ses choix, se disant qu’elle aurait dû au moins hurler un peu plus fort et/ou longtemps. ... Ou pas, en fait, parce que ça aurait pu signaler sa position à la bande de délinquants de juste avant. Enfin, si l’homme aux cheveux verts n’en fait vraiment pas parti, bien sûr. Entendant le reste de la phrase dudit homme, Kallisto pencha la tête sur le côté. Hyperventilation ? Non non, tout va bien sur ce point-là, elle ne se sentait pas du tout comme lorsqu’elle est sur le point d’en faire. (Parce que oui, ça lui était arrivé quelques fois lorsqu’elle stressait trop, surtout avant le début de son traitement et quand elle dût en changer pour des doses plus fortes.)

Une fois les pieds de nouveau sur le sol ―et oh mon dieu, elle l’aimait toujours autant, ce sol. Voler n’était vraiment pas fait pour elle― elle recula immédiatement d’un bon pas, remettant de la distance entre elle et l’inconnu, remarquant au passage que oh bordel, cet homme était un véritable géant. Non, même pire, un titan. ... Fallait juste espérer que son régime alimentaire n’était pas composé d’humains.

Ahem, pas le sujet.

Qu’est-ce qu’il fallait faire, déjà, après avoir récupéré un peu de son espace personnel ? Ah, oui, chercher d’éventuelles blessures. Bon, elle ne pouvait regarder que ses bras, ses mains et ses jambes, mais c’était déjà ça. Ses bras n’ayant que deux-trois petites coupures de moins de deux centimètres, la miss décida de s’occuper d’eux plus tard, regardant ses jambes à la place et owh, des égratignures aux genoux. Bon, pas énormes, donc d’ici le concours tout allait être bien soigné et cicatrisé, mais c’était pas joli joli.... Et outch, c’était quoi ça, dans son mollet ? Une... Aiguille de pin ? Comment ça avait bien pu atterrir là ? Soupirant et regardant sa jambe droite comme si elle l’avait personnellement offensé, la demoiselle remonta la jambe une seconde le temps de retirer l’aiguille, l’arrachant limite pour la balancer par dessus son épaule aussi rapidement. Bon, désinfecter le tout pouvait bien attendre quelques minutes. Immédiatement après ça, la jeune Kagome se mit a taper du bout d’un pied, puis de l’autre, au sol pour vérifier qu’elle n’avait pas mal et pour remettre un peu en place ses bottines et déplacer les quelques cailloux dedans. Pas très agréables, ces trucs là.

Entendant de nouveau l’homme parler, Izumi tourna son regard vers lui tout en continuant de vérifier quelques autres articulations, souriant en entendant le «crack» que son cou et ses épaules firent après qu’elle se soit légèrement étirée. Croisant les bras dès qu’il eut finit de parler, la demoiselle releva le visage pour mieux voir celui de son interlocuteur, tout en basculant son appuie sur sa jambe gauche, contrebalançant son équilibre en tendant un peu l’autre sur le côté.

- Oui, je les connais, ces règles. Généralement on se présente soi-même avant de demander le nom de quelqu’un d’autre. Elle haussa les épaules avant de continuer de parler. Je cherchais juste des baies- AH ! Mes baies !

Ah tiens, c’est vrai, elle avait une boite de ça dans son sac. Sur le coup, elle les avait complètement oubliées, bien trop occupée à courir pour sauver sa peau...  Attrapant comme toujours une partie à l’arrière de son sac avec la main droite et la ceinture devant avec la main gauche, la miss fit tourner son sac pour qu’il soit devant elle histoire de pouvoir fouiller dedans. Elle n’avait vraiment pas pris le temps de bien ranger la petite boite avant de décamper donc... C’était un peu le bordel pour la retrouver. Ce qui expliquait pourquoi il lui fallut une bonne vingtaine de secondes avant de sortir la boite et de l’ouvrir pour vérifier l’intérieur. Soupirant de soulagement en voyant qu’elles ne s’étaient pas trop abîmées ―le petit déj’ était sauvé― la demoiselle rangea le tout et remit son sac en place, secouant la tête avant de re-regarder en face d’elle.

- Ahem. Je cherchais des fruits, puis je suis tombée sur une bande de gens louches pas très originaux qui pensaient que j’écoutais leur petite réunion. Ensuite euh... Elle pencha la tête sur le côté tout en se demandant si elle pouvait attraper un torticolis en regardant ce gars. ... Je m’appelle Izumi et je fais une taille normale, merci.

... Hum. Oui. Pourquoi pas. Pas vraiment une bonne présentation, mais ça aurait pu être pire. ... Est-ce qu’elle a déjà fait pire ? ... Probablement. Ah, par exemple à son aînée à l’école ! Elle tremblait encore quand elle a dit son nom, ce jour-là ! Ouuuh, pas le moment de penser au passé. Surtout qu’Izumi était sûre d’avoir entendu du bruit derrière elle, ce qui expliquait un peu pourquoi elle avait fait un quart de tour pour regarder plus facilement d’où elle venait.

- «Sauveur», hein ? Comment être sûr que je suis bel et bien sauvée ?

Souriant, elle retourna son regard dans la direction de l’homme aux cheveux verts, même si du coup elle devait vachement lever la tête pour voir son visage.  ... Avant de se tourner complètement dans la direction d’où elle venait, peu de temps après, fronçant les sourcils.

- Okay, non, y’a vraiment du bruit, je l’imagine pas.

La question était donc: simple animal sauvage ou retour de la bande d’idiots ?




Izumi discute avec vous en #be273c ~

1 magicarpe de Noa, Antigone, Wendy & Ivy~
Spoiler:
 

Spécial kermesse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 365
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   Mar 18 Juil - 14:25



「 I DON'T CARE
ABOUT FALLING 」

Izumi & Altais
La fragilité des êtres humains – et des mortels en règle générale – a toujours étrangement fasciné Altais. La facilité avec laquelle la peau se coupe, se troue, s'écorche … Lui, il ne se rappelle pas avoir saigné une seule fois dans sa vie. Peut-être une simple goutte lors de ses vaccins lorsqu'il était enfant, tout au plus. En tout cas, il ne s'est jamais blessé. Il n'était pas un enfant casse-cou, ni une personne maladroite - il n'a même jamais saigné du nez. Lors de sa carrière de médecin, Altais a pu constater que la peau se montrait plus ou moins fragile selon les types de ses patients hybrides. Les types Dragons ainsi que les types Aciers ont l'épiderme bien plus dur que les types Eau ou les types Fées. Il n'est donc pas si étonnant qu'il soit si résistant : une créature légendaire draconique telle que lui possède une peau dure, voire même des écailles quand il décide de les laisser apparaître. Bien que son enveloppe charnelle ressemble trait pour trait à celle d'un être humain, sa part Pokémon consolide ses failles pour assurer une meilleure protection. Il n'est pas encore né, celui qui lui entaillera la chair.

Silencieux, la bouche déformée en une moue amusée, Altais observe la jeune fille qui procède à un examen rapide de sa condition. Sa petite course dans la forêt ne l'a pas épargné : l'ex-médecin a déjà repéré quelques coupures et écorchures qu'il serait plus prudent de désinfecter au plus vite. Mais la demoiselle se contente d'arracher l'aiguille de pin plantée dans son genou comme une flèche dans le flanc d'un petit animal, sans même grimacer. Elle doit être habituée à ce genre d'accident pour rester ainsi de marbre – ou alors, elle n'est simplement pas douillette pour deux sous. Lorsqu'il travaillait aux urgences d'Illumis, Altais en a vu passé, des personnes tellement sensibles qu'une simple désinfection les faisait hurler de douleur. La jeune fille ne semble pas être de ceux-là – ou alors, elle est une excellente comédienne. Après un rapide examen de ses bottes – dans lesquels Altais est certain y avoir entendu rouler des petits cailloux – elle daigne enfin lever les yeux vers lui. Littéralement. Pour peu, le dragon eu l'impression qu'elle allait se dévisser le cou.

La réponse qu'elle lui sert agrandit son sourire. Cette gamine est perspicace en plus d'avoir du répondant – voilà qui est intéressant. Bien qu'il soit inutile de le rappeler, Altais côtoie fréquemment la gente féminine. Et ce qu'il peut assurer, c'est bien que toutes n'ont pas le même franc-parler. Souvent, elles se contentent de se présenter sans remettre sa parole en cause, sans chercher à être originale – sans même lui retourner la question. Cette petite humaine, elle n'est certainement pas le genre à se laisser marcher sur le pied. Aucun doute que derrière son joli visage de poupée se cache un être tout feu tout flamme qui s'embrase à la moindre contrariété. Voilà ce que Altais recherche parmi les mortels. Ces caractères affirmés qui ne se laissent pas impressionner – bon, elle a fuit face à une bande de loubards mais elle a bien fait, ce genre de spécimen n'est pas assez intelligent pour comprendre que l'on ne s'attaque pas à une jeune fille, et surtout pas à plusieurs. En tout cas, elle ne semblait pas plus perturbée que ça par ses poursuivants – le sort de ses baies par contre, c'était une autre histoire.

Ahem. Je cherchais des fruits, puis je suis tombée sur une bande de gens louches pas très originaux qui pensaient que j’écoutais leur petite réunion. Ensuite euh ... Je m’appelle Izumi et je fais une taille normale, merci.
Hmmm, je vois. Un classique, heureusement que tu as réussi à leur échapper … Izumi, c'est bien ça ? Je vais essayer de me souvenir, mais je ne te promets rien, petite. Et ne complexe pas ainsi sur ta taille, je sais très bien que, de nous deux, c'est la mienne qui n'est pas … normale.

Pas normale pour un être humain, du moins. Dans les livres qu'il a épluché plus jeune afin d'en savoir plus sur Rayquaza, Altais a apprit que le dragon mythique mesurait plus de sept mètres dans sa véritable forme. La décision drastique d'Arceus l'a amputé de cinq mètres – il ne mesure actuellement qu'un peu moins d'un tiers de ce qu'il fut autrefois. Ainsi, il ne sait dire s'il est trop petit ou trop grand. Bien sûr, quand il se compare au reste de la populace, le dragon a conscience d'être un géant. Mais venant du cinquième plus grand Pokémon selon les dernières statistiques enregistrées avant leur humanisation, il ne peut s'empêcher de se considérer comme petit. Un sentiment qu'il doit partagé avec ses nombreux frères et sœur demi-dieux : certains doivent se sentir ridicules, d'autres bien trop grands. Ce malaise pourtant, Altais ne le ressent que depuis qu'il connaît sa véritable nature. Autrefois, quand il se pensait Vipélierre, il se sentait immense pour un lézard si riquiqui sous sa forme originelle. Est-ce un malaise simplement ressenti par les Légendaires comme lui ou d'autres hybrides le ressentent-ils également ?

«Sauveur» hein ? Comment être sûr que je suis bel et bien sauvée ?
Doutes-tu de moi ? Je t'ai évité un plongeon dans les orties, si ce n'est pas une preuve de ma bonne foi. Et j'ai également envoyé ses voyous sur une mauvaise piste. Je suis un chic type, tu peux me croire.
Okay, non, y’a vraiment du bruit, je l’imagine pas.
Nous sommes dans une forêt, Izu .. Izo … Petite. Heureusement, qu'il y a du bruit ! Si tu penses que ce sont eux qui reviennent, rassure-toi. Ils sont trop stupides pour comprendre si vite que je les ai dupé. Mais si tu n'es pas rassurée, nous pouvons sortir d'ici.

De l'index, Altais pointe le ciel. Pour quitter la forêt, il n'y pas plus rapide que la voie des airs. Mais le dragon ne se fait pas beaucoup d'inquiétude : en se posant, il a prit soin de mettre de la distance entre eux et la direction qu'il a communiqué aux drôles de types. Même s'ils avaient fait demi-tour au bout de quelques mètres seulement, il leur faudrait bien une vingtaine de minute avant de pouvoir les rejoindre. Si tant est qu'ils parviennent à les trouver : la forêt est dense, les arbres sont suffisamment proches les uns des autres pour dissimuler n'importe qui derrière leurs troncs massifs. Ce bruit qui inquiète tant Izumi, ça doit simplement être un petit animal. Un écureuil, un lapin ou un oiseau. Rien qui ne représente une menace en soi. Conscient que sa taille rende le dialogue difficile avec la jeune fille, Altais décide alors de se laisser tomber dans l'herbe - elle pique un peu les paumes de ses mains quand il les dépose de part et d'autre de ses jambes, mais il ne s'en soucie guère. Il préfère rejeter sa longue queue de cheval en avant pour éviter qu'elle ne frôle le sol : les insectes ont tendance à s'y faufiler sans qu'il ne s'en rende compte et c'est très désagréable.

Tu n'as pas à t'en faire, s'ils reviennent je m'en occupe. Mais dis-moi, t'es pas un peu jeune pour traîner toute seule dans une forêt ? Je sais que les parents ne sont plus aussi responsables qu'avant, mais quand même … Bientôt, ils laisseront leurs enfants quitter la maison à onze ans pour sillonner le monde !

Si Altais savait qu'il était si prêt de la vérité, il tomberait des nues.


ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 407
Pokédollards : 21
Date d'inscription : 24/02/2016
Age : 20
Je suis (Inrp) : Célib' et hétéro~
Je ressemble à : Kairi (Kingdom Hearts)
Double compte : Aria Thorne

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement dresseuse ♠ Spray au poivre
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   Ven 22 Sep - 23:19
« I don't care about falling »

   Bon, en fait, c’est pas une question d’être douillette ou pas, avec Izumi... C’est juste que les petites blessures aux jambes, poignets et mains, elle connaît ça à force de tomber et ce genre de trucs. ... Ouais, parce qu’en vrai, enfant elle courrait un peu partout, la miss, et ses premiers mois sur ses rollers avaient fait d’elle la meilleure amie de la boite de pansements de l’infirmerie/la maison. Mais sérieusement, si quelqu’un devait finir blessé pendant un cours de sport, c’était toujours elle. Toujours. L’exemple le plus incroyable était probablement la fois où elle avait fini à l’hôpital à cause d’un match de badminton. ... Ou bien la fois où elle s’était coupé au pied pendant une introduction au yoga.
Aaaah, que de bons souvenirs.

Ahem, mais c’est pas tant que ça le sujet, là.

Soupirant longuement, Kallisto leva les yeux au ciel de la façons la plus faussement dramatique possible, un petit sourire néanmoins visible sur son visage...

- C’est même plus un classique à ce niveau là, c’est un cliché.

... Avant d’immédiatement hausser un sourcil en entendant l’inconnu enchaîner le «petite» et «complexe pas sur ta taille» en quelques secondes seulement. Soit y’a un problème, là, soit... Y’a un problème. Secouant légèrement la tête, la miss marmonna presque sa réponse, ne sachant pas trop si c’était quelque chose qu’elle se disait à elle-même ou bien une véritable réponse pour l’homme.

- Je complexe même pas sur ma taille, c’est ça le pire.

Parce que oui, bien que pas forcément grande, la demoiselle appréciait sa taille. Elle n’était certes pas très pratique pour attraper les choses dans le haut des rayons des magasins, mais c’était super pratique pour les parties de cache-cache ou bien pour ne pas être prise au sérieuse quand il fallait s’échapper d’une mauvaise situation à l’école. Et puis, merde, elle avait de belles jambes, alors quelques centimètres de plus changerait rien.
... Comment ça, ça changerait tout ?
Shush. On retourne au sujet.

Sujet qui est Izumi, fixant la forêt, écoutant sans pour autant regarder l’inconnu (ce qui est très malpoli, sérieusement, pas bien!), bien trop occupée à .. Bah, fixer la forêt. Très beaux arbres, au passage, feuillus juste comme il le faut. Très pratiques pour se cacher... Soupirant, la jeune fille se tourna alors de nouveau vers l’homme (à qui elle devrait peut-être demander son nom, sérieusement), un peu gênée de sa façons d’agir jusque là.

- Désolée, c’est juste que le truc du méchant qui sort de la forêt d’un seul coup, je connais, je l’ai vécu, j’ai pas aimé. Je recommande pas. Nope. Et je crois que le stress de la situation me rattrape enfin...

Une moue légèrement énervée apparue sur son visage pour quelques secondes durant lesquelles la demoiselle se demanda si elle avait bien pris ses médicaments à la bonne heure aujourd’hui. Voir même si elle les avaient vraiment pris, en fait. Ugh, voilà qu’elle doutait, maintenant. En cas de doute il ne faut pas en reprendre mais... Mais et si elle ne l’avait vraiment pas pris ? Raah, jusqu’à il y a peu elle les prenait bien comme et quand il le fallait ! Elle devrait peut-être régler sa montre pour qu’elle sonne aux heures de prise... ? M’ouais, non, un peu trop extrême et «dans ta face» comme solution, ça irait bien une semaine ou deux.

Secouant une fois de plus la tête, la jeune Kagome se mit à sourire en entendant l’homme butter sur son nom comme ça ―bien que faisant le fier sur ce sauvetage, il n’avait pas l’air d’avoir la mémoire des prénoms. Ça et dire «je suis un chic type» n’est franchement jamais une bonne idée, ça renvoie toujours l’inverse de l’image désirée.

- «Izu» suffira. Et, hum, merci pour tout ça, vraiment. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, regardant un peu le ciel avant de rire. Je crois que je préfère garder les pieds sur le sol, mais merci d’avoir proposé !

Ouais, non, en toute honnêteté elle préférait éviter de voler si possible... Mais lui au moins avait proposé au lieu de le faire d’un seul coup sans prévenir ! ... ... Phrase à ne pas prendre hors contexte, merci bien.

Et oh, tiens, d’un coup la demoiselle ne devait plus lever la tête au point d’avoir mal au cou pour regarder le visage de son interlocuteur ! Abaissant donc la tête pour qu’elle soit à un angle plus normal, la miss sursauta en entendant l’articulation craquer, puis se mit à rire de sa propre réaction.
Et, hum, attendez, quoi ? «t'es pas un peu jeune pour traîner toute seule dans une forêt»  ??? Y’a un âge minimum pour aller dans les forêts, maintenant ? Oui, non, le véritable sens de la question n’était probablement pas dans cette partie mais plutôt dans le «toute seule», et la forêt ne servait probablement que d’exemple, mais tout de même...

- Je suis peut-être jeune, mais j’y suis autorisée légalement.

Attrapant d’une main son portefeuille dans son sac, la jeune dresseuse en sortit sa carte, se figeant juste après avoir fait ceci. Heh, pour une fille fière de ses capacités d’analyses et tout le bordel, elle pouvait être vachement idiote parfois. Elle oubliait bien trop souvent que tout le monde n’appréciait pas forcément les «gens comme elle», et que sortir sa carte de dresseur sans réfléchir n’était franchement pas une bonne idée.

Reculant d’un pas et riant d’une façons gênée, la miss se gratta légèrement la joue avec la main tenant la carte, évitant de regarder l’homme.

- Hum, oui, donc, je disais, j’ai le droit de voyager et tout ça, vous inquiétez pas... ?

Oh la bouleeeeette.

Quelqu’un devrait dire à Izumi qu’elle doit aussi réfléchir quand sa vie n’est pas immédiatement en danger, ça serait une bonne idée.




Izumi discute avec vous en #be273c ~

1 magicarpe de Noa, Antigone, Wendy & Ivy~
Spoiler:
 

Spécial kermesse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 365
Pokédollards : 35
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 22
Je suis (Inrp) : Bi & volage
Je ressemble à : Jae-Ha - Akatsuki no Yona
Double compte : Noa ; Azilys ; Clara ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Draco Ascension ♦ Vitesse Extrême ♦ Dracochoc
Race Pokemon/ Métier: Ex-médecin ♦ Rayquaza
Team/Dresseur/Equipe: Sauvage
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   Jeu 9 Nov - 16:36



「 I DON'T CARE
ABOUT FALLING 」

Izumi & Altais
Un cliché c'est même peu dire pour décrire la situation dans laquelle s'est mise Izumi. Bien qu'Altais ne soit pas un grand cinéphile et que la télévision ne soit pas l'invention humaine qui l'intéresse le plus, il a déjà visionné quelques films mettant en scène ce genre de contexte. D'ailleurs, le schéma est toujours le même et au détail près. Une personne lambda se promène – si possible dans un endroit où il n'y a pas foule – et marche sur un objet, souvent une branche, ce qui attire l'attention d'un groupe un peu craignos certain d'être épié. Et le tout se termine sur une course poursuite rythmée par une musique angoissante ou comique selon le genre du film. Le héros n'a pas toujours forcément besoin d'une aide extérieure pour le tirer de ce mauvais pas, mais ça arrive tout de même régulièrement. Bien sûr, Altais n'a pas agit par mimétisme mais seulement par réflexe. Il ne se considère pas comme un super héros des temps modernes mais son sang de Rayquaza est parfois plus fort que sa conscience. De toute façon, n'importe qui aurait agit de la même façon à sa place – non ? Altais ne saurait le dire avec certitude, mais après tant d'années à vivre sur Terre, il a remarqué que la plupart des Hommes et des hybrides sont devenus nombrilistes et ne se préoccupent plus vraiment de leurs prochains. Heureusement, ils demeurent de rares héros sur lesquels les gens peuvent compter …

Enfin, Altais ne se préoccupe plus de ce genre de chose depuis bien longtemps maintenant. Il se contente d'agir quand il le juge nécessaire et c'est bien suffisant. Les années lui ont apprit à ne plus chercher de gratitude et de se contenter de satisfaction personnelle – au moins, il sait qu'elle n'est pas factice. Ce n'est pas comme s'il cherchait la gloire et la reconnaissance. Certes, Rayquaza est en recherche perpétuelle d'attention mais ce n'est tellement pas conscient qu'il se voile la face sans même le savoir. En vérité, il voudrait être reconnu, il voudrait qu'on le remercie, qu'on le couvre d'attentions, qu'on se préoccupe de lui. Mais sa propre conscience refuse de l'admettre, elle qui a été confronté à la solitude si longtemps. Le trou béant dans sa poitrine a fait mine de se résorber mais il est encore là, bien présent, en quête de soin. Il rétrécie bien quand il trouve le réconfort dans des bras doux mais s’élargit aussitôt que l'illusion s’évanouit. Tel un estomac éternellement insatisfait, le cœur du dragon consomme bien trop vite l'amour que l'on peut lui témoigner.

Je crois que je préfère garder les pieds sur le sol, mais merci d’avoir proposé !
Ah, tu ne sais pas ce que tu rates ! Le monde est plus beau vu de là-haut. A l'instant même où j'ai su que je pouvais voler, je n'ai plus gardé les pieds sur terre plus de quatre heures d'affilées.

Ce souvenir restera à jamais gravé dans sa mémoire. Il se revoit, lycéen qu'il était encore, installé dans son jardin afin de réviser ses cours en vu du baccalauréat. A cette époque-ci, le dragon ignorait encore qui il était vraiment. Il pensait être un simple Vipélierre, comme sa mère. Mais quand une bourrasque de vent a balayé ses fiches de révision, les éparpillant ci et là, son corps a réagit avant sa conscience : il s'est élevé dans les airs, quittant la terre ferme pour léviter le plus naturellement du monde au dessus de l'herbe. Cette sensation l'a d'abord apeuré, mais il s'est rapidement laissé charmer par cette impression de liberté qui l'a saisi aux tripes. Dès lors, il ne s'est pas passé un jour sans qu'il ne cède à la tentation de s'envoler au dessus de tout. Même lors de ses études, pourtant si difficiles, il trouvait toujours le temps de s'élever dans les airs et de saisir à pleine main cette liberté qui n'attendait que lui. Désormais, voler est surtout son moyen favori pour se déplacer. Les voitures, les trains, les avions … Pourquoi s'enquiquiner avec ça alors que le monde est à porter de main ? D'autant plus qu'il n'a même pas besoin de s'enquiquiner avec une paire d'ailes : son corps choisit ou non de se laisser influencer par la gravité terrestre.

Néanmoins, il se doute que les humains ne peuvent pas comprendre ce genre de sensation. S'ils désirent voler, ils doivent utiliser des outils plus ou moins étranges et pas toujours sans danger. Combien de victime de crash a-t-il reçu dans les hôpitaux qu'il travaillait ? Bien trop pour ne pas faire confiance à certaines technologies. De toute façon, les humains semblent systématiquement inconscients des dangers qui les guette. Enfin, tout dépend des situations. Izumi, en ce moment même, n'a pas l'air franchement rassuré. En même temps, voyager seule n'est pas sans risque, surtout dans un monde aussi hostile. Pourtant, d'après elle, elle y est autorisée. Et elle le prouve en tendant devant le dragon vert une carte qu'il reconnu aussitôt. Une carte de dresseur. A l'hôpital, il n'était pas rare que des dresseurs et leurs hybrides se pointent dans des états affreux. Nombreux humains usaient cette carte en gage de leur bonne foi pour accéder à une chambre normalement réservée « à la famille » comme certains médecins le disent. Néanmoins, Altais ne savait pas que de si jeunes personnes pouvaient en obtenir. A son avis, Izumi n'a pas encore vingt ans. Ce qui fait d'elle une enfant, à ses yeux – même si, pour un être immortel, n'importe qui est considéré comme un enfant en fin de compte.

Semblant réalisée soudain ce qu'elle vient de faire, Izumi recule de quelques pas, gênée. Néanmoins, Altais ignore pourquoi. Elle n'est pas le premier dresseur qu'il croise et ce n'est pas comme si il les fuyait comme la peste. De toute façon, ils ne peuvent rien contre lui. L'époque où les humains jetaient leurs capsules contre des Pokémon innocents est révolue : désormais, c'est un pacte plus fort qui les relient. Altais n'y connaît pas grand chose car il n'a jamais tenté l'expérience, mais il sait d'instinct qu'il n'a rien à craindre. De ce fait, cette carte de dresseur ne signifie pas grand chose pour lui, si ce n'est que Izumi a décidé de parcourir les routes avec des compagnons hybrides. D'ailleurs, où sont ses camarades de voyage ? Sont-ils dispersés dans la forêt pour y trouver des baies, tout comme elle ? Pourtant, il ne lui semble pas avoir senti la présence d'autres Pokémon dans les parages. Son sang de légendaire était intimement lié à celui de ses congénères mortels, Altais est plus ou moins capable de ressentir si, oui on non, d'autres Pokémon se trouvent à proximité de lui. Et là, il ne lui semble pas. Ou alors, ils sont bien trop éloignés pour qu'il s'en rende compte.

Hum, oui, donc, je disais, j’ai le droit de voyager et tout ça, vous inquiétez pas... ?
Ma foi, je te crois ! Mais où sont tes compagnons dans ce cas ? Il ne me semble pas sentir de présence hybride dans les parages ...

Altais tourne la tête à droite, à gauche, comme s'il épiait des bruits de pas ou reniflait l'air. Mais ce n'est rien de tout ça : il utilise son radar interne pour sonder les alentours, mais rien. Peut-être la demoiselle débute-t-elle et n'a-t-elle recruté aucun compagnon, encore ? Il ne lui semble pas avoir vu qu'elle possédait de Pokéballs – enfin, ce n'est pas comme s'il avait fouillé son sac non plus. Mais il faut bien commencer quelque part, de toute façon ! La demoiselle a peut-être quitté son domicile il y a peu – son aventure vient sûrement de débuter.

A moins que tu ne débutes ? D'où tu viens, d'ailleurs ?

Le tout dit le plus naturellement du monde, le sourire aux lèvres. Soit rassurée, petite, ce n'est pas Altais qui va s'enfuir face à une carte de dresseur et quelques Pokéballs !


ALTAIS
{  A l'endroit comme à l'envers, ma vie est toujours aussi vide de sens }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « I don't care about falling » ft. Altais   
Revenir en haut Aller en bas
 
« I don't care about falling » ft. Altais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mythologie de Falling Angels
» 03. We don't care about our bad intentions
» Falling skies feat. Vasilisa Hope
» Astrid ▽ I love gossip and I don't really care about the environment.
» Les ONG, instruments des gouvernements et des transnationales ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Kalos :: Forêt de Neuvartault-