Partagez | 
 

  Un hasard hasardeux [Armitage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 160
Pokédollards : 64
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 24
Localisation : partout et nulle part
Je suis (Inrp) : Bonne question
Je ressemble à : Kida Masaomi de Drrr & King of despair de Kekkai Sense
Double compte : Kanon, Kylian, Miranda, Jack

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Revenant ♦ Dracogriffe ♦ Telluriforce ♦ Dévorêve
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Un hasard hasardeux [Armitage]   Mar 27 Mar - 15:42
Un hasard hasardeux  
On trompe l'ennuie comme on peut Armitage

L’ennuie c’est une chose terriblement ennuyante, oui c’est ta pensée en ce moment même, soufflant avec les bras tendu au dessus de toi, tenant un petit être vivant l’air blasé. Cette pauvre petite chatte n’a rien demandé, elle dormait à côté de toi, tu la fixe pendant qu’elle te fixe elle aussi l’air de se poser des questions sur ce que tu comptes faire là tout de suite, c’est avec un gros sourire que tu commences à la bouger comme une marionnette.

Je suis le terrible Chaoooooos attention je vais…
-miaouuuuuuuu
-Hurler ma terrible colère !

Tu te marres tout seul avant de la poser sur toi, te fixant l’air totalement désabusée. Tournant en rond sur toi, elle s’en va, l’air de t’avoir plaqué comme l’air de rien, laissant ton bras se balancer dans le vide, tu soupires en regardant le plafond. Le bruit en fond de la télé qui résonne, cela parle de tout et de rien, les infos du midi sont terriblement ennuyante, parlant de concert, d’événement, qu’est-ce que la vie est emmerdante, les gens n’ont rien de mieux à offrir, baillant la bouche grande ouverte, tu regardes l’heure en te demandant quand Bro va rentrer… Dans trop longtemps. Se levant de ton canapé qui semblait t’empêcher de partir, tu regardes dehors en te disant que tu peux bien t’occuper un moment, juste un peu… Alors, tu décides de sortir par la fenêtre pour t’envoler l’air de rien, car tu n’as tout simplement les clefs de l'appartement, tes ailes fends la réalité pour voler l’air de rien. T'étirant de tout ton long tu regarde le ciel beaucoup trop bleu, cela est vraiment ennuyant… Tout est ennuyant, tout semble si beau et si paisible, pourquoi ?

Il est vrai que tu te demandes souvent pourquoi le monde semble si calme, si immondement paisible… Il était beau avant, bien qu’avant tu t’occupais avec Conscience et Colère, désormais tu as compris que pour ta survie tu resteras là, le regard vitreux à regarder la vie passer, en attendant que l’arme que tu as mis dans les mains des humains commence à réveiller ta passion, ton envie, c’est pourtant pas compliqué, non ? Faut croire que c’est demander la lune, alors tu soupir longuement encore une fois.

La vie est d’un ennuie. T’as qu'à la rendre plus passionnante. Tu crois? Bah on a toujours était comme ça ! Certes, certes, mais peut être que monsieur Dieu tout puissant sera pas d’accord. Peut être, mais on sera pas au courant si on ne fait rien, tu crois pas ? Tu marques un point moi-même. Normal je suis moi !

Riant tout seul fier. Il est vrai que tu te fais souvent la conversation toi même, prenant des voix différentes, cela t’amuse comme cela t’afflige, dans le fond tu n’es de meilleur conversation que toi même. Peut être que tu devrais stopper ce genre de moment, mais on trompe l’ennuie comme on peut.

Pourtant, alors que tu voles sans vraiment de direction, tu remarques alors un ballon te passer de près, le regardant s’envoler de plus en plus haut et faisant le boum en même temps qu’il éclate. Baissant la tête pour voir ce qu’il se passe. Descendant tout doucement, atterrissant sans un bruit, un sourire malsain sur le visage, haussant un sourcil avec interrogation. Il y a du monde, il y a de la populace qui s’attroupe et qui semble s’amuser, étrange, mais intéressant. Avançant tranquillement, tu remarques alors que c’est une sorte de porte ouverte? Tu vois plein de stands, des livres à pertes de vu, du manger aussi ! Penchant la tête, tu regardes partout l’air interrogateur, avançant l’air de rien, un sourire sur le visage qui s’attendrit pour ne pas faire peur, tu te demande ce que c’est, tu ne connais pas ce genre de chose.

Cela court partout, cela rit partout, les sourire s’affichent sur les visages, on dirait que le monde est parfaitement unis… Alors pourquoi tu regardes ce monde l’air amusé, car il se voile la face ? Car le monde cache comme une femme ses imperfection sous du maquillage ? Ce genre d’événement, c’est du maquillage. Gambadant dans la foule, tu approches un stand pour prendre une brochette de bonbon que tu manges contre ton mur à l’ombre, n’aimant pas trop les rayons de soleil trop agressive sur ta peau. Regardant l’air détaché, ce genre de chose doit bien avoir quelque chose d’intéressant, c’est alors que tu entends des voix se disputer, tournant ton regard dans cette direction. Une dispute plutôt banal ? Bien sûr, tout est banal chez l’humain, c’est dérisoir.

Mais… C’est moi qui a tout fait, pourquoi mon nom est juste inscrit là…
-Oui tu nous a aider, c’est vraiment très gentil, mais tu vois… C’est pas moi qui décide, puis nous sommes un groupe ! Ce n’est pas grave si tout le monde n’est pas énoncé au même endroit !
-...Oui..
-Aller amuse toi on a des grands invités !


Ils se séparent avec un sourire pour l’un et un autre plus forcer, croquant dans ta sucrerie avec le sourire, tu t’approche lentement, un sourire perfide sur le visage, voyant ta petite proie serrer son papier de toute ses forces avec des larmes, te penchant à sa hauteur, avec un sourire, cette demoiselle aux joues rougit par la colère et la tristesse. C’est alors qu’elle lève les yeux vers toi surprise, tu es arrivé vers elle sans un bruit, croisant ton sourire peu rassurant.


Dis moi comment cette demoiselle peut dormir si facilement ? Ooooh mais elle ne doit pas dormir, regarde moi ces cernes si noir, cette peau si laiteuse, elle a travailler si dur… Pauvre petite. Cela va passer, ton petit coeur va se remettre voyons… Mais de qui je me moque,n’exagérons rien non plus. Je sens le sang d’une petite trouillarde.”  Tu la vois écarquiller les yeux choqués et tu ris en la retournant vers la foule.” Allons, ne te laisse pas bouffer, il faut parfois faire payer, tu ne crois pas ? Toute cette colère que tu accumules, tu peux bien la faire exploser, tu as tout fait, donc c’est à toi de décider, non ? Laisse toi porter, libère toi, délivre toi, montre nous que tu es vivante…

Des mots susurrer avec le sourire, regardant la foule avec cet esprit si faible. Tu ne sais rien faire d’autre que détruire, que porter le malheur sur toi. Un grand sourire tu te recules d’elle, laissant faire ce que les humains savent faire de mieux… .Après tout, ils sont tellement parfait, tu ne fais que parler, dire la vérité, laisser les gens faire... Comme toujours.

Croquant dans le dernier bonbon de ta brochette, tu entends alors un bruit, cette petite a du potentiel. Partie vers le micro pour crier ses quatres vérités, insultant tout le reste de ce groupe soudé, tu regardes interrogateur, cela ne fait qu’un peu de grabuge, cela n’est pas amusant, il ne peut pas avoir plus… Juste un peu plus… Un regard plein d’envie, attendant ce petit détail, il faut une étincelle, quelque chose…..Soupirant, tu exécutes un hantise, aussi simple que cela, te faufilant dans la foule, il faut parfois ce petit détail.

[...]Qu’est-ce qu’on en à faire ? / Ouais, si t’étais si importante on te verrait plus ! / Sérieusement regarde toi, tu fais pitié [...]

Plein d’autre phrase que les humains se lancent avec amour dans la figure, tu les emploies le sourire au lèvre, zigzagant dans tout le groupe, qui se retourne en ne voyant rien derrière eux, tu vois cette petite se décomposer, tremblante, puis partant en courant. Tu continues ton petit jeu, semant la discorde dans le groupe de préparation de cet événement. Tu vois la panique sur leur visage, tu vois qu’ils comprennent le problème, il court partout, il cherche cette demoiselle, ils se disputent d’eux même maintenant. Toi ? Tu bois désormais ton jus d’orange le sourire au lèvre, faut pimenter soit même sa petite fête pour s’amuser ici.

Excusez moi, est-ce que vous avez vu cette fille?
-Hmmm ?
-Si vous la voyez prévenez nous ? Elle peut faire n’importe quoi…

Certain la recherche, d’autre peste, là c’est amusant, dans combien de temps on va retrouver cette fille à bout de tout ? Va-t-on la trouver vivante ? Morte, les deux ? Non, cela n’est pas possible hélas ! Tu garde ton sourire au lèvre. Attendant le dénouement final de cette pittoresque journée, il n’y a aucun moucheron sur le chemin...


©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'




● Edwin vous dit une blague en #ffc64f
● Berlioz vous assassine en #a22000

merci Noa mes clients vont adorer ♥️ XD
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 55
Pokédollards : 29
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 26
Localisation : Sinnoh.
Je suis (Inrp) : Hétérosexuel et... c'est compliqué.
Je ressemble à : King Bradley (Fullmetal Alchemist)
Double compte : Desmond S. De Beauchesne, Garnet G. Vulcan

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hurle-Temps ♦ Pouvoir Antique ♦ Fulmifer ♦ Aéropique
Race Pokemon/ Métier: Dialga / Directeur des Collections de la Bibliothèque Nationale de Sinnoh (spécialisé en philosophie, histoire et sciences de l’homme)
Team/Dresseur/Equipe: None
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Un hasard hasardeux [Armitage]   Ven 30 Mar - 16:44

Pourquoi est-ce que j'insistais à ce point ? Qu'est-ce qui me poussait encore à partager mon temps avec les mortels ? Je ne saurai le dire, au final. Peut être était-ce une tentative désespérée de mon cerveau pour au moins essayer de m'intégrer. Après tout, à force de tenter, soit je finirais par me faire à cette vie vide de sens, soit je pourrais dire à Père que j'aurai essayé de nombreuses fois.
Je déposais la dernière caisse de fourniture prêt du stand de la vieille dame qui m'avait demandé de l'aide et, me redressant, je portais un instant mon regard vers le soleil qui était là, resplendissant. C'était un bel après midi comme on en avait rarement à Vestigion. Et c'était l'idéal pour la fête que ces mortels avaient organisés, une fête qui était d'ailleurs censé célébrer les protecteurs de Sinnoh, c'est à dire moi et mon frère. Hmm... Peut être était-je venu pour espérer le croiser d'ailleurs ? Ou alors pour me rassurer un peu en voyant les gens qui pensaient encore à moi.

L'intérêt de ma situation actuelle d'ailleurs, était que je ne me cachais plus vraiment, et les hybrides présents avaient vite fait tourner l'information en sentant mon aura et en me demandant qui j'étais. Je ne sais pas combien de fois j'ai répété que j'étais Dialga en quelques heures, sans doute une bonne centaine de fois, au bas mot. Mais cela ne me gênait pas. Ils étaient curieux, c'était tout à leur honneur et la joie sur leurs visages quand je leur avouait ma vraie nature faisait plaisir à voir. Je m'étais alors vite retrouvé entouré de gamins surexcités que j'avais du occuper pendant quelques heures avant qu'ils ne daignent trouver quelque chose de plus intéressant à faire. Ça et la plupart de leurs parents qui s'étaient évertués à leur dire qu'il ne fallait pas déranger un dieu trop longtemps... ce à quoi j'avais répondu par un grognement faussement dangereux qui avait effrayé joyeusement les enfants. Ils s'étaient alors éparpillés dans les allées, au milieu de la foule et j'avais pu continuer mes déambulations. Et puis, une dame avait renversé son vélo, et ensuite une banderole s'était décroché... et de fil en aiguille, je m'étais retrouvé être l'homme à tout faire de la fête. Ça ne me déplaisait pas, bien au contraire, cela me permettant de me changer les idées et de ne plus obséder sur mon sort pitoyable. Au moins, j'étais utile.

- Tout va bien, M. Dialga ? demanda la mère de famille, une jeune femme portant un bébé en écharpe sur son ventre.
Debout sur un escabeau, je réparais le stand d'une petite famille d'humains qui avait été malencontreusement fragilisé par les vents violents de la veille quand j'avais perçu soudain une aura que je ne connaissais que trop bien, m'immobilisant sur le coup, et tournant mon regard vers l'horizon. Oui, il n'y avait aucun doute possible. C'était l'autre Giratina.

- Ça devrait tenir. ... Je dois y aller, excusez moi.

Je sautais prestement de mon perchoir, rendant les outils à la jeune femme qui était quelque peu décontenancé par mon changement d'attitude si soudain. Mais elle eut à peine le temps d'ouvrir la bouche pour me remercier que j'étais déjà parti à grands pas en direction de l'anomalie chaotique que j'avais repéré, mon manteau sur le bras.
J'ignorais ce qu'il venait faire ici, mais je n'avais pas besoin de d'avantage de raison pour le confronter. Son existence même à lui et à son frère était une hérésie qu'il fallait effacer ou au moins contenir. Je ne pouvais me résoudre à laisser ces deux là se balader et semer la terreur partout où ils passaient. Et surtout pas au beau milieu d'une fête qui célébrait les divinités de Sinnoh, pas dans ma ville !

Plus je me rapprochais de l'origine de l'aura et plus j'avais l'impression qu'elle gagnait en puissance, bientôt, je remarquais très vite le visage joyeux des passants et des festivaliers qui s'assombrissaient, de colère, de peur, de dégoût. Des murmures me parvinrent, des paroles ignobles, et je serrai les dents. Il était juste là pour provoquer un chaos total ? Et bien, il n'allait pas tarder à subir ma justice. Mon diamant se met à briller sous le tissu pâle de ma chemise blanche alors que j'accélère encore le pas.
Mais soudain, je sens une fraction de son aura qui se rapproche de moi, de plus en plus. C'est une jeune fille qui court, bousculant les passants, en larme. Voilà donc ta cible, ou du moins, une fraction. Je saisis fermement son poignet et cette dernière, surprise, pousse un cri en essayant de se débattre. Je la fixe de mon regard acéré.

- Tu n'iras nulle part, petite. lui ordonnai-je, ma voix résonnant comme un millier d'échos anciens. Elle se retrouva figée dans le temps, les yeux écarquillés, la bouche ouverte et même ses vêtements flottant étrangement dans l'air. Les gens tout autour qui furent témoins poussèrent des exclamations de surprise alors que je la laissais ainsi et reprenait ma route. Bientôt, je distinguais une scène qui avait été dressée pour quelques spectacles. Mais surtout, je le voyais plus nettement, lui et son infecte aura.

- Assez ! m'exclamai-je avec force, ma voix résonnant à nouveau du Hurle-temps qui figea tout autour de moi. D'un coup, la fête ne fut plus que silence. Les cotillons et serpentins flottant au milieu de l'espace, les pigeons au dessus ayant stoppé leur vol. Je m'approchais de lui, la seule personne que j'avais "épargné" de l'arrêt du temps que j'exerçais.

- Tu n'as rien de mieux à faire que de venir semer la zizanie dans une fête populaire, Giratina..? dit-je en m'approchant de lui, les poings serrés et les muscles tendus, prêt à me défendre au moindre mouvement suspect. Moi qui pensais que ton frère était le pire des deux, lui au moins avait la décence de faire preuve d'un minimum de.. raffinement ? Je ne sais pas si c'est le bon terme pour cela.
Un hasard hasardeux




Armitage vous fait la morale en steelblue !

Cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 160
Pokédollards : 64
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 24
Localisation : partout et nulle part
Je suis (Inrp) : Bonne question
Je ressemble à : Kida Masaomi de Drrr & King of despair de Kekkai Sense
Double compte : Kanon, Kylian, Miranda, Jack

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Revenant ♦ Dracogriffe ♦ Telluriforce ♦ Dévorêve
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Un hasard hasardeux [Armitage]   Dim 29 Juil - 20:23
Un hasard hasardeux  
On trompe l'ennuie comme on peut Armitage

La vie est un jeu, toujours prendre le meilleur et laisser le reste derrière avec un grand sourire. Dans le fond, tu serais toujours derrière tout le monde, car tu es le pire à laisser derrière. Bien que tourner le dos à l’infamie est dangereux, elle ronge doucement jusqu’à atteindre un point délicat. Tu gardes toujours ton sourire tapis dans l’ombre en attendant qu’une personne soit laissé à côté de toi. Tu vas lui taper gentiment l’épaule et lui dire juste ce qu’il a envie de savoir, juste ce qu’il a besoin de savoir, il ne faut pas cacher la vérité, dire ce que tout le monde pense tout bas, c’est ton rôle, tu donne le boomerang et tu regardes en en te poilant.

La vie n’est pas blanche, la vie n’est pas noire, elle est pleine de couleur ! Tu ne peux pas laisser ce monde devenir si blanc, tu ne peux pas être le seul point dérangeant, tu ne peux pas être le seul sale, tout le monde est une pourriture, faut juste laisser le temps à ce qu’elle mûrisse, chaque enfant que tu vois, peut être un potentiel assassin, un dictateur, une raclure de patron… Voir un membre de Chronos ! Bref, il faut juste le temps, c’est comme une fleur qu’on regarde fleurir, un peu de patience et d’eau fraîche ! Alors que tu es tranquillement en train de manger un brochette bien sucré, tu entends la peur s’emparer de certain, la discorde commence à naître doucement, combien de temps va-t-elle durer? C’est la seule question que tu te pose en regardant gloutonnement la scène.

Pourtant tu l’as bien ressentis cet aura dérangeante ? C’est pour ça que tu gardes un sourire plutôt vicieux, tu l’as sentis depuis bien trop longtemps, est-ce un message ? L’as-tu tout simplement ignoré ? Dans le fond, tu es juste un gamin vicelard attendant comme une araignée tapis dans l’ombre devant sa toile, va-t-il mordre ? Va-t-il t’ignorer ? Va-t-il être méfiant ? Tu te poses plein de questions, tu attends la réponse, en vrai peu importe la réponse, cela t’excite encore plus de le savoir pas loin! L’ennuie va partir ! L’ennuie sera loin quand lui sera là ! S’il ne vient pas, cela sera l’adrénaline qui te tiendras un tout petit peu avant de recommencer à faire le mal. Attirons l’attention, continuons à détruire l’ennuie de la vie !

Assez !
-Il a mordu ! Il a morduuuuu ♥️”  

Tu en rougis presque, cela en est presque gênant Khaos. C’est alors que la vie c’est stoppé, enfin elle s'est arrêté? Le jeu est-il déjà fini ? Tu regardes comme curieux l’homme qui te servait, reprenant une nouvelle brochette et tournant ton siège vers l’homme qui semble maître du temps, un sourire tout innocent qui cache le vicieux qui terrifiait le serveur de brochette. Quand tu vis enfin la carrure d’un frère, tu ne pouvais même pas être surpris de son physique. Une personne âgée, qui semble sage, qui semble pas commode aux premier abord, oui cela ne peut être que lui ! Tu te mets sur tes deux jambes, un coucou agité du bras, il doit en faire du chemin, autant l’accueillir avec le sourire n’est-ce pas !

Tu n'as rien de mieux à faire que de venir semer la zizanie dans une fête populaire, Giratina..?” Dit-il l’air furieux ! “Moi qui pensais que ton frère était le pire des deux, lui au moins avait la décence de faire preuve d'un minimum de.. raffinement ? Je ne sais pas si c'est le bon terme pour cela.”  

Même sa voix te ferais presque frissonner -J’en ai frissonner pardis !- Ahem. Le regard presque emplis d’étoile, tu le regarde en souriant, tout de suite on parle de bro ? Toujours là pour s’incruster celui-là, il ne peut pas s’empêcher de venir squatter ta vie privée ! Il veut toujours jouer le grand frère car il a plus d’année au compteur avec son corps, détail, c’est toi le PREMIER voyons. Ce n’est pas vraiment le moment de dire qui est le premier et qui décide quoi, n’est-ce pas ?

Mais quelle voix ! J’en tremble tellement, elle est si puissante! Bon sang Dialga, quelle carrure, quelle prestance ! J’en suis presque jaloux !

Tu t’approches l’air tout guilleret, lui tournant autour en le regardant sous toute les coutures, faisant des commentaires terriblement inutile comme “quand tu passes on s’écarte - On voit que toi- Quoique devant une école on doit te prendre pour un pervers- Les nanas doivent tomber- Même les mecs - Même les animaux ! - On t’a bien gâté !” Bref, le genre de commentaire qu’on se passerait bien d’entendre sur sa personne, mais tu t’amuses comme tu peux, un sourire scotché sur le visage, tu penches la tête avec un grand sourire.

Bah je fais ce que je veux, t’es pas le tout puissant voyons ♥️ Il va bien au fait ? Tu as des nouvelles?

Tu le regardes avec un sourire toujours innocent. Cela en est presque malsain, de paraître si innocent, surtout pour le mal incarné. Tu es comme ton frère, un sourire sur le visage, c’est plus avenant que faire la gueule, puis pourquoi faire la tête, la vie est belle ! Tu le répètes tellement de fois. Tu lui tournes le dos en regardant ce petit monde qui est stoppé dans le temps, ils semblent tous si fragile, c’est tentant n’est-ce pas Khaos, tu te mords la lèvre, comment jouer avec ton frère, comment profiter de ce moment ! Ton sourire doit être tellement tordu maintenant, bien que tu écartes les bras l’air désué.

Ah suis-je bête, tu dois avoir aucune nouvelle, comme tout le monde. Moi qui croyais que t’étais le plus proche de tous, faut croire que toi aussi t’es qu’une personne sans importance, au même niveau que moi ! Alors ça fait quoi d’être abandonné par ton chers paternel ?

Tu te mords l’ongle du pouce, un grand sourire au visage, on sent en toi cette folle envie de savoir, comme tu as juste envie de parler pour rien dire, dans le fond tu attends la haine de ton frère envers ce type, suppliant presque qu’il est les même pensé que toi. - Il doit le dire, il doit le dire- c’est ce que tu attends en le regardant, bien que tu es trop impatient pour attendre une réponse, tu t’es fais déjà un scénario, digne des plus grand drama.

Laisse moi deviner, tu t’es sentie abandonné, délaissé, cherchant le pourquoi !
-Sachant que tu devais avoir peur !
-Oui il avait peur, terriblement peur, il a tout remué pour retrouver “Papa”.
-Mais papa n’a jamais répondu ! Pauvre de lui !
-Pauvre Dialga, lui qui a toujours fait son travail à la perfection, lui !


Te voilà reparti dans un délire à parler tout seul comme un fou.  Riant tout seul, tu ne connais pas son passé, tu ne sais rien de lui, tu sais juste que c’est lui le maître du temps, l’homme proche de “Papa”. Dans le fond, tous les légendaires se sont sentie perdu à cause de son choix, même toi. Les choix du Grand sont parfois étrange, celle-ci cruelle pour les autres, toi tu en as toujours pris plein la figure, alors une fois de plus, ce n’est pas grave. Cependant, tu jubiles tellement de voir la déchéance des autres qui n’ont pas du tous l’habitude de tomber. Toi tu es déjà bien trop profond pour dire que tu as déjà été une fois en haut avec les autres, alors tu les happes pour ne plus te sentir seul ? Non, tu t’occupes, comme d’habitude.

Dis moi, combien de temps tu peux faire ça, tu dois être faible comme les autres non?

Ton sourire se réduire peu à peu en t’approchant doucement de spectateur figé, ton visage semble désormais impassible, regardant la beauté de ce pouvoir, c’est si beau comme pouvoir, si tu pouvais faire ça toi aussi, tu serais si puissant… C’est presque trop beau, c’est de l’art, c’est magnifique, tu n’as pas les mots pour exprimer tes pensée perfides.

Je ne suis qu’un être sans importance, pourquoi sortir les grand moyen. Je te fais si peur que ça Dialga, voyons, nous somme une “famille”, pourquoi avoir peur de moi comme ça…?

Puis ce sourire si innocent revient au visage avide de destruction, avide de tuer l’ennuie, juste un sourire peut tout dire de la personne, n’est-ce pas ?

Ou peut être as-tu entendu les rumeurs sur moi ? Peut être que tu en sais déjà assez pour te dire que ce grand moyen n’est peut être pas assez suffisant ?


©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'




● Edwin vous dit une blague en #ffc64f
● Berlioz vous assassine en #a22000

merci Noa mes clients vont adorer ♥️ XD
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 55
Pokédollards : 29
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 26
Localisation : Sinnoh.
Je suis (Inrp) : Hétérosexuel et... c'est compliqué.
Je ressemble à : King Bradley (Fullmetal Alchemist)
Double compte : Desmond S. De Beauchesne, Garnet G. Vulcan

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hurle-Temps ♦ Pouvoir Antique ♦ Fulmifer ♦ Aéropique
Race Pokemon/ Métier: Dialga / Directeur des Collections de la Bibliothèque Nationale de Sinnoh (spécialisé en philosophie, histoire et sciences de l’homme)
Team/Dresseur/Equipe: None
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Un hasard hasardeux [Armitage]   Lun 27 Aoû - 16:17

Il avait l'air heureux et satisfait de lui. Ce n'était pas mon cas. Je m'étais arrêté à quelques mètres de mon "cher" frère, le fixant de mon unique oeil bleu acier avec un dégoût manifeste sur le visage. Lui, semblait réjouis, me faisant de grands signes de la main avec un sourire faussement innocent. C'était à vomir tellement c'était infecte à regarder. Si Azael me faisait l'effet d'un vicieux serpent dont la noirceur était dissimulée derrière une apparence élégante et raffinée, lui avait décidé de se dissimuler derrière une attitude d'enfant ? Aucun des deux ne semblait pouvoir être honnête envers lui même. Mais n'était ce pas peu étonnant venant des incarnations du chaos. Moi qui représentait le temps, immuable et imperturbable, j'étais un exemple de franchise, et je plaçais l'ordre et la discipline avant toute chose. Au final, nous étions bien déterminés par nos actes et nos devoirs.

Je ne pus cependant retenir un soupir circonspect en levant un sourcil face à son attitude puérile. J'imaginais très bien que ce n'était qu'une façade. Si il y avait bien une chose que j'avais retenue de mon entrevue avec son jumeau, c'est qu'il ne fallait pas les sous estimer. Arceus avait fait une grave erreur en leur permettant de sortir de leur monde. Le voilà à présent qui me félicite, qualifiant mon apparence d'avantageuse. Mon sourcil se leva encore davantage alors que je le fixai toujours comme si je n'avais plus besoin de cligner des yeux, comme si je ne voulais pas qu'il quitte mon champ de vision. J'étais toujours sur le qui vive. Une attaque de sa part pourrait venir de n'importe où et n'importe quand.

- Epargne moi tes soliloques, Giratina. Je ne suis pas venu pour admirer tes clowneries... le coupai je. Mais il continua malgré tout, ayant visiblement peu d'estime pour mon avis. Je ne pus me retenir de grimacer sous ma moustache noire, la colère commençant à envahir doucement mon esprit à mesure que l'impatience grandissait. Le voilà qui tournait autour de moi comme un papillon autour d'une flamme, ne se tarissant pas de commentaires inutiles. Je n'avais qu'une envie c'est de le choper par la gorge pour lui broyer les cordes vocales de mes puissantes griffes d'acier. Mais non, il ne fallait pas que je montre ma colère. Mais malgré mes efforts, mes yeux se teintèrent vite d'une couleur rougeoyante.
Le voilà qui me demandait si j'avais des nouvelles d'Arceus. Ma paupière tremblota pendant une fraction de seconde et mes mâchoires se serraient. Comment osait il ?! Mais je gardais le silence, préférant esquiver la question. Pourtant, il persévéra, me tournant le dos. Croyait il à ce point que je n'étais pas un danger pour lui ?! Quel idiot !

- Ah suis-je bête, tu dois avoir aucune nouvelle, comme tout le monde. Moi qui croyais que t’étais le plus proche de tous, faut croire que toi aussi t’es qu’une personne sans importance, au même niveau que moi ! Alors ça fait quoi d’être abandonné par ton chers paternel ?

A nouveau, je tiquais, mais cette fois mon oeil devint d'un rouge ardent alors que ma sclère virait au noir d'encre. Il avait utilisé la même phrase, la même que celle que son jumeau m'avait dit il y avait de cela de nombreuses années. Avait il déjà échangé ? Savait il qu'Azael m'avait vaincu. Non. S'il le savait, il me l'aurait déjà balancé à la figure, le connaissant. J'avais bien du mal à maintenir une apparence sereine, mais lui avait bien du mal à garder une expression innocente. Déjà réapparaissait son sourire malsain, déformé par le mal et la cruauté de son cœur. Je serrai mes poings pour ne pas craquer. Je fermai les yeux malgré tout, comme acceptant inconsciemment ma défaite dans ce dialogue. Il ne semblait pas pour autant vouloir s'arrêter.

- Laisse moi deviner, tu t’es sentie abandonné, délaissé, cherchant le pourquoi !
- Tais-toi...
- Sachant que tu devais avoir peur !
- Je t'ai dit de te taire...
- Oui il avait peur, terriblement peur, il a tout remué pour retrouver “Papa”.
- ...
- Mais papa n’a jamais répondu ! Pauvre de lui !
- Ferme la...
- Pauvre Dialga, lui qui a toujours fait son travail à la perfection, lui !
- Ferme la !!!


Une onde de choc d'Hurle-Temps envahi les lieux, balayant quelques structures fragiles sur son passage dans un éclat mauve. Et quand mon attaque se dissipa, j'étais haletant de colère et mon diamant sur ma poitrine luisait avec force à travers ma chemise blanche. Au final, ils avaient raison. J'avais beau faire de mon mieux pour paraître imperturbable, ce sujet là me mettait toujours un état pas possible. Je pris une profonde inspiration, et rouvrit les yeux, essayant de vide mon esprit. L'aura néfaste des Giratina causait toujours ma perte mentale. En vérité, je craignais de faire trop de dégâts alors j'avais réussi à moduler mon attaque pour qu'elle ne touche pas les êtres vivants dans la zone. Cet énergumène qui était mon frère n'avait donc pas eu besoin de grand chose pour se protéger. C'était plus un tir de sommation qu'autre chose, une façon de le prévenir que je n'hésiterai pas la prochaine fois...

- Dis moi, combien de temps tu peux faire ça, tu dois être faible comme les autres non?
- Nous avons tous subi une baisse drastique de nos pouvoirs, et surtout le trio de la création, tu le sais très bien. Ne pose pas de questions inutiles.


J'avais parlé avec toujours une certaine irritation dans ma voix. Peut être me disait-je que puisqu'en gardant le silence cela ne changeait rien, peut être c'est en lui répondant que je trouverai un moyen de lui rabattre son insupportable caquet. Il s'était arrêté prêt d'un passant immobilisé dans son geste et l'observait avec une certaine fascination.

- Je ne suis qu’un être sans importance, pourquoi sortir les grand moyen. Je te fais si peur que ça Dialga, voyons, nous somme une “famille”, pourquoi avoir peur de moi comme ça…? Ou peut être as-tu entendu les rumeurs sur moi ? Peut être que tu en sais déjà assez pour te dire que ce grand moyen n’est peut être pas assez suffisant ?
- Je n'ai pas peur de toi, petit frère. Je n'ai peur que de ce que vous représentez, toi et ton infecte jumeau... Je n'ai peur que de ce que vous causez à chaque fois que vous apparaissez dans ce monde.


Marchant à pas lents vers lui, je laissai mon manteau sur les restes d'un étalage que mon attaque avait balayé.

- Je n'ai peur que de voir tous les mondes et toutes les dimensions en proie aux flammes du chaos que vous avez soufflé à l'oreille d'Arceus... Et encore, la peur est un bien grand mot. Car je sais que je serai apte à vous en empêcher, quel qu’en soit le prix.

Je me tiens à présent à quelques centimètres de lui, le surplombant de ma haute taille. Il semble si frêle, si jeune. Beaucoup plus que son frère. Est-il déjà mort ? Cela expliquerait que son jumeau soit au courant et m'en ait parlé à l'époque.

- Mais dis moi... Aurai-tu perdu ton corps, Giratina..? Aurai-tu toi aussi mis fin à tes jours ou est-ce qu'une âme miséricordieuse aurait essayé de mettre un terme à ta pitoyable et maléfique existence..?

Je l'avoue, un sourire quasiment imperceptible était apparu à mes lèvres, dissimulé sous mon abondante moustache noire. Mais nulle doute qu'il ne resterait pas longtemps.
Un hasard hasardeux




Armitage vous fait la morale en steelblue !

Cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 160
Pokédollards : 64
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 24
Localisation : partout et nulle part
Je suis (Inrp) : Bonne question
Je ressemble à : Kida Masaomi de Drrr & King of despair de Kekkai Sense
Double compte : Kanon, Kylian, Miranda, Jack

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Revenant ♦ Dracogriffe ♦ Telluriforce ♦ Dévorêve
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Un hasard hasardeux [Armitage]   Ven 14 Sep - 1:15
Un hasard hasardeux  
DIE DIE DIE  Armitage

T u n’as jamais rien fait de mal voyons, tu as toujours été là par hasard, ce n’est jamais de ta faute tout de façon. Comme tu le dis souvent, tu as juste donné une arme dans la main d’une personne, tu l’as regardé et a attendus avec un sourire de voir ce qu’il va faire avec. Ce n’est pas ta faute s’il a tirer sur une autre personne, ce n’est pas ta faute s’il a sombré, tu n’as rien fait d’autre que “donner”. Il a fait la guerre, il a détruit une nation? Tu n’as juste fait que “donner”. Et pourtant, c’est toi qu’on accuse, bah voyons. C’est toujours plus facile d’accuser le mal “incarné” que de se remettre en question.  Alors tu souris toujours, car c’est plus drôle de regarder le monde avec un sourire gravé sur le visage, car le monde est stupide, car les créations d’Arceus sont bourrés de défaut si facile à aiguiser. Comme les fameux septs péchés, comme tu les aimes ♥️

La luxure fait la jalousie.
L’avarice fait la paranoïa .
La gourmandise fait le matérialise.
La colère fait la guerre.
L’envie fait le suicide.
L’orgueil fait le meurtres.
La paresse fait la destruction.


Tu es toujours cette petite voix qui dit : tout peut se régler comme ça. Vous êtes cette voix toi et ton frère, cette voix destructrice qui sourit en disant que tout ira bien. Beaucoup sont tombé, mais pas assez bas pour vous trouver. Aaaah l’échelle du Chaos, vous êtes tout en bas, vous attendez en bas en regardant le monde tomber, se rattraper de justesse. Un jour peut être que vous ne serez plus seul ? Bien sûr que non, c’est impossible d’être plus bas que vous. C’est donc pour ça qu’on vous accuse, on ne vous juste pas… C’est encore une excuse comme les autres. Mais alors, pourquoi ta “famille” te traite comme le mal? Car eux non plus n’ont jamais descendu l'échelle, toujours droit, toujours parfait. Tu fais peur, car on ne te connais pas, on sait juste que tu es le “mal” et c’est tout. Tu ne t’en cache pas, tu es comme ça, tu es cet être abominable qui même avec un sourire sur le visage est terrifiant, même avec le visage le plus angélique, tu es pourris. Alors il est normal de voir que ton propre frère le plus proche te regarde avec méfiance, prêt à te tuer, prêt à te faire comprendre que tu n’es pas libre, toi l’abomination.

Et pourtant, tu lui ris au nez, comme s’il venait de dire une blague.

Te cachant derrière un civil les mains dans les poches, riant un peu. L’homme de fer si passive, semble ne pas aimé la provocation, ou simplement la vérité. Douce vérité, cela fait mal de savoir que tout ce qu’on peut faire ne sert à rien quoi qu'il arrive. Et pourtant, tu es là, sachant très bien ta place, posant les questions les plus inutiles que tu connais pour juste “rire”, ou pour savoir comment se porte ton “frère” si agréable.

Je n'ai pas peur de toi, petit frère. Je n'ai peur que de ce que vous représentez, toi et ton infecte jumeau... Je n'ai peur que de ce que vous causez à chaque fois que vous apparaissez dans ce monde.”  

Toujours coupable d’être existant, même le grand Dialga est comme les basiques humains. Descente dans ton estime en flèche. Tu es une personne normal voyons. Enfin, normal est un mot que même toi tu ne peux employé sans pouffer de rire. Mais quoiqu’il arrive, tu dois porter le nom de fléau au dessus de la tête, car c’est ainsi que tu es. Tu pourrais en soupirer, mais cela te fait rire, tu es le coupable parfait, comme d’habitude.  Alors que tu te redresse, tu lèves un peu la tête pour voir l’oeil de l’homme de fer se colorer, pour si peu on s’énerve ? Bah voyons.

"Je n'ai peur que de voir tous les mondes et toutes les dimensions en proie aux flammes du chaos que vous avez soufflé à l'oreille d'Arceus... Et encore, la peur est un bien grand mot. Car je sais que je serai apte à vous en empêcher, quel qu’en soit le prix."

Tu le regardes toujours autant amusé, tu ne prends rien au sérieux voyons. Le voilà donc exorciste? Attention nous allons purifier le mal ! Dieu regarde moi donc, je purifie le mal ! La bonne blague, tu le regardes toujours avec un sourire, les yeux écarquillé d’étoile dans les yeux, l’excitation est palpable. Ne pas se mordre l’ongle, ne pas se mordre la lèvre, le regarder, juste le regarder droit dans l’oeil, tu soutiens son regard effrayant, comme un effronté, on dirait presque un combat de regard.

"Mais dis moi... Aurai-tu perdu ton corps, Giratina..? Aurai-tu toi aussi mis fin à tes jours ou est-ce qu'une âme miséricordieuse aurait essayé de mettre un terme à ta pitoyable et maléfique existence..?"

Ton sourire pourtant sempiternelle c’est éteint l’ombre d’un instant. Cela t’a fait fermer ton clapet bien vite Khaos, toi qui pourtant trouve toujours à redire, te voilà tue. Une blague sur la mort, une blague sur TA mort. C’est alors qu’un sourire montrant toute tes dents apparaît, avant d’entendre un son de rire sortir d’entre tes dents. Baissant juste un peu la tête, un rire nerveux, juste le temps de décompresser? Les hostilités sont encore plus lancé.  

Aaaah, tu as donc remarqué ce Petit détail !
-Faut dire qu’on le remarque assez vite.
-Certes certes, avant je faisais presque 2m, j’avais de ses épaules et la même carrure que toi ! J’étais si…. Haaaan.”

Tu fais quelques pas en arrière, approchant une pauvre civil, une être sans défense, posant juste ta main sur son épaule si frêle, le sourire si élargi, on croirait presque que tu vas la croquer, la détruire en un clin d’oeil.

Mais comme tu le vois, j’ai bien connu la “fin”, comme tu dis. Car les êtres faibles ont tout simplement peur et pense tout simplement qu’en me tuant le mal va disparaître. Ahahahaa la bonne blague. J’ai lutté une nuit complète, une longue nuit, mais de toute façon, j’avais perdu face au nombre, je le savais déjà, mais je pouvais pas partir comme ça. Alors après avoir teint le sol, je me suis donné la mort, je ne pouvais pas leur offrir un goût de victoire, je revois leur regard déçus encore et encore…

Tu serres le poing. Baissant les yeux, roulant ton regard bicolore vers les stands détruit par l’onde de choc de ce type. Oui, il est puissant, il semble prêt à te frapper, prêt à tout pour stopper une seul attaque de ta part. Replaçant tes cheveux un peu mieux, tu le regarde le sourire éteint cette fois-ci.  

Ca y est.
L’ennuie est là.


Tu remets ton bras le long de ton corps, lâchant le faible être qui était presque sous ton emprise.

Mais bon, je suis le “Chaos” comme tu dis. Un être perfide, qui n’est là que pour la destruction. J’aurais beau dire qu’aujourd’hui c’est pause, que tu me regardais avec méfiance et dénis de ce que je te dirais.” Tu soupires “Tu es ennuyant en fait. Tu me fais juste pitié, tu n’es qu’un chien d’Arceus en vrai, tu veux me bannir comme le grand égoïste. Laisse moi rire.

Faisant presque un tour sur toi même, tu le regarde avec un grand sourire, tendant les bras sur le côté, penchant la tête sur le côté, mais cette fois avec un sourire de pitié sur le visage. Tu vas lui offrir ce qu’il attend, une raison de sa présence. Le ouah ouah d’Arceus pourra alimenter son moulin, tu t’ennuie, tu t’ennuie de lui. Bien que tu ne prends pas ta forme hybride, pas besoin, tu n’en as presque jamais besoin, tu as pris l’habitude de ne rarement l’utiliser. C’est encore plus amusant sans, car on ne sait pas ce qui détruit le monde à petit feu, alors que c’est juste toi qui a tendu le boomerang du Chaos au humains.

Tu l’entends ?” Tu fais un silence. “Cette voix: écrase le, écrase-le, étale le, étale le. Je suis sûr que tu l’entends comme moi, cette voix. On l’a tous. Cette voix qui entraîne le désespoir qui entraîne la folie, c’est une douce voix équivalant à la libération. Tu vois comme ces quatres membres qui nous compose ils sont fait pour danser… danser jusqu'à en crever ! Tu es prêt? Moi je le suis depuis le début…

Tes griffes apparaissent comme ton regard qui glace le sang, mais alors que tu commences à te préparer à prendre de l’élan, alors que tu es prêt à lui foncer dessus, l’un de tes pieds fait un drôle d’appuie pour partir en arrière et te retournant avec un grand sourire. C’est alors que tu sautas pour faire frapper le sol, provoquant une secousse plutôt brusque, provoquant alors des fissures et des petits crachat bien chaud de la terre. Mais alors que tu reprends bien vite appuie, tu repars toujours en arrière, plongeant dans l’ombre comme un couard ? Oh que non, c’est maintenant que le jeu commence. Tu te lèches déjà une de tes griffes avant de ressortir plus loin, offrant le plus beau spectacle, voilà que les passant subissent ton gourous, des corps griffé gravement de tous les côté, passant dans tous les ombres possible, en riant.  C’est alors qu’on t’entends comme dans un échos.

Montrez mon dévouement en sacrifiant vos vies ! Offre moi votre sang, votre espérance, votre âme entière ! Donnons lui les raison de sa quête absurde, donnons lui ce qu’il veut. Après tout je suis Pourris ! AHAHAHHAHAHA !

On entend ton rire résonner en écho, un rire fou, un rire jouissif pour toi, libérant toute ta cruauté. Cela fait si longtemps que tu t’es retenu, il l’a cherché, ce n’est pas ta faute, c’est SA faute, ouiiii sa faute rien qu'à lui, toi tu n’as fait que lui donner une arme, cette arme c’était un détonateur, il a appuyé dessus, et boum. Tu n’as fait que lui sourire, on te dit coupable d’être là, alors autant lui donner raison ? N’est -ce pas… comment on dit déjà ? Être de bonne foi?  ♥️



©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'




● Edwin vous dit une blague en #ffc64f
● Berlioz vous assassine en #a22000

merci Noa mes clients vont adorer ♥️ XD
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 55
Pokédollards : 29
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 26
Localisation : Sinnoh.
Je suis (Inrp) : Hétérosexuel et... c'est compliqué.
Je ressemble à : King Bradley (Fullmetal Alchemist)
Double compte : Desmond S. De Beauchesne, Garnet G. Vulcan

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hurle-Temps ♦ Pouvoir Antique ♦ Fulmifer ♦ Aéropique
Race Pokemon/ Métier: Dialga / Directeur des Collections de la Bibliothèque Nationale de Sinnoh (spécialisé en philosophie, histoire et sciences de l’homme)
Team/Dresseur/Equipe: None
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Un hasard hasardeux [Armitage]   Ven 21 Sep - 18:47

Si seulement Arceus m'avait doté d'un caractère plus tempéré. Si seulement je pouvais être la personne calme et posée que j'essayais de paraître. Mais malgré tous mes efforts, il me semblait impossible de chasser toute cette colère de mon coeur. Je ne saurai dire si elle était apparu avec le Grand Changement ou si je l'avais toujours eu. Il fallait dire aussi que je ne m'étais jamais senti en colère auparavant, excepté peut être quand je croisais la route de Palkia et là encore ce n'était pas vraiment la même colère que je ressentais à présent, plus un agacement incontrôlé et une profonde envie de le forcer à déguerpir de mes terres. Ce n'était que ça au final ? Un besoin territorial primaire ? Nous n'étions que des animaux après tout selon beaucoup de scientifiques humains. Des animaux aux compétences quasi divines mais des animaux faillibles très certainement. Alors pourquoi ? Pourquoi ne pouvais je concevoir que les Giratinas puissent être devenu meilleur ? Parce que j'étais conscient que nous étions écrit dans la roche. Nos caractères, nos envies, nos peurs, tout était défini pour le devoir qu'Arceus nous avait confié. J'avais beau ne pas apprécier ses méthodes, j'avais conscience qu'il était notre père et notre créateur de toute façon.

La tension grimpait entre nous deux, c'était certain. Seulement, je ne pus m'empêcher de sentir une pointe de satisfaction en voyant l'insupportable sourire de Giratina disparaître de son visage à l'évocation d'une potentielle mort. J'avais vu juste donc. Il prit alors le temps de me raconter ses malheurs, qu'il avait été pourchassé par des humains... Pas étonnant, tiens. Je croisais mes bras d'un air dubitatif, un sourcil levé alors qu'il m'avouait qu'il avait mis fin à ses jours.. pour ne pas leur laisser la satisfaction d'avoir tué le dieu du chaos ? Mon sang ne fit qu'un tour à nouveau. Comment pouvait il être aussi puérile ? J'étais moi même plutôt fier mais jamais je ne tenterai de mettre fin à mes jours pour des raisons aussi stupides ! Mes poings se serrèrent alors que je fermai les yeux pour essayer de garder mon calme. Il ne fallait pas qu'il voit une once de faiblesse de ma part.

- Mais bon, je suis le “Chaos” comme tu dis. Un être perfide, qui n’est là que pour la destruction. J’aurais beau dire qu’aujourd’hui c’est pause, que tu me regardais avec méfiance et dénis de ce que je te dirais. Il soupire. Tu es ennuyant en fait. Tu me fais juste pitié, tu n’es qu’un chien d’Arceus en vrai, tu veux me bannir comme le grand égoïste. Laisse moi rire.

Mes yeux s'ouvrirent à nouveau, le fixant d'une aura rougeoyante au milieu d'un océan couleur encre. Je le fixai alors que je sentais son aura littéralement exploser d'agressivité. Oh, je ne le laisserai pas m'intimider si facilement. Je laissai alors toute ma puissance se révéler à mon tour, lui montrant bien que je n'avais pas l'intention de me laisser faire. Telle était mon orgueil. Il osait dire que j'étais un chien d'Arceus et ça, c'était impardonnable.

- Il est inutile de parler avec toi. Nous ne pourrons jamais nous comprendre. m'exclamai-je en défaisant mes bras, les laissant retomber le long de mon corps, sans desserrer les poings et les dents pour autant. Je ne suis pas le chien d'Arceus, je ne fais qu'agir pour l'ordre ! C'est mon rôle tout comme le tien est d'être l'instigateur du chaos !
- Tu l’entends ? Cette voix: écrase le, écrase-le, étale le, étale le. Je suis sûr que tu l’entends comme moi, cette voix. On l’a tous. Cette voix qui entraîne le désespoir qui entraîne la folie, c’est une douce voix équivalant à la libération. Tu vois comme ces quatres membres qui nous compose ils sont fait pour danser… danser jusqu'à en crever ! Tu es prêt? Moi je le suis depuis le début…
- Ferme la...


Oh oui. Bien sûr que je l'entendais cette voix. Même si je faisais tout mon possible pour ne pas le montrer. Depuis ma rencontre avec Azael, je n'avais jamais entendu cette voix aussi clairement que maintenant. Fronçant les sourcils encore davantage, je le voyais faire apparaître ses immondes griffes acérés et je reculais l'un de mes pieds pour prendre une position de combat. Mes propres griffes apparurent sur mes mains alors que ma peau prenait une teinte bleue foncée à cet endroit. Mes doigts, séparés en trois à présent, étaient d'un acier si solide que personne ne pourrait les briser. Mais alors que je pensais qu'il viendrait m'attaquer de plein fouet, il agit comme son ignoble frère et préfère s'enfuir en m'envoyant une attaque de type sol. Tsss. Il connaissait bien mes faiblesses celui là. Mais il ne savait pas à quel point j'étais difficile à tuer. Azael avait réussi à me mettre au tapis, mais c'était quand j'étais déjà faible. Or, j'étais actuellement en pleine forme.
Sans perdre une seconde, mon armure d'acier recouvrit mon corps pour me protéger alors que je m'élançais dans les airs avant de foncer vers mon adversaire tout en esquivant la plupart des pans de roche qui se retrouvaient expulsés de leurs lits. Mais je le vis disparaître dans les ombres et, poussant un grognement, je m'interrompis dans ma course. Le sol céda sous mes pieds et je me mettais alors à léviter grâce à pouvoir antique, cherchant l'endroit où ma cible sortirait pour m'attaquer. L'avantage de ma défaite avec Azael, c'est qu'à présent je surveillai toujours mon ombre. Le voilà qui sort et qui retourne dans les ombres par à coup, plus occupé à s'attaquer aux civils qu'à moi. Que croit il, cet imbécile ?

- Mauvaise pioche, mon frère. Je n'ai que faire de ces mortels... m'exclamai-je de ma voix sombre en m'élançant à la poursuite de Giratina qui disparaissait encore dans les ombres. C'était frustrant, mais il ne pourrait faire durer ce manège éternellement.

- Ils sont déjà tous morts et ne sont pas encore nés à mes yeux !!!
criai je avec force, utilisant une nouvelle fois mon attaque signature. De ma voix s'échappa un puissant rayon d'énergie mauve qui traversa l'un des portails du dieu du chaos avant qu'il ne se referme. J'ignorai si j'avais réussi à le toucher mais le temps s'était encore plus fragmenté avec cette attaque. Même si il n'avait pas été blessé, il serait forcément ralentis alors que moi... J'utilisai toute ma puissance pour augmenter ma rapidité et donc par la même mes réflexes avant d'utiliser toutes mes ressources. Je m'entourais d'une aura d'acier grâce à Fulmifer, attendant qu'il m'attaque.

- Cesse donc de te cacher, couard. Plus tu attendras, plus je serai à même de te défaire !

Il pouvait bien toujours continuer son petit manège et détruire les civils, cela m'étais bien égale. Mais plus le temps passait, plus je gagnais du temps. C'était là toute ma puissance.
Un hasard hasardeux




Armitage vous fait la morale en steelblue !

Cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un hasard hasardeux [Armitage]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Un hasard hasardeux [Armitage]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Se croiser par hasard [pv]
» [I]l n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous.
» « La vie est soeur du hasard. » [PM]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Sinnoh :: Vestigion-