Partagez | 
 

 Can you free me from this world {PV Kazuko}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Mar 29 Sep - 20:37
Je regarde les nuages défiler dans le ciel depuis notre chambre d'hôtel. Comme j'aurais aimé être aussi libre qu'eux ! Pouvoir voler sans limites ni barrières pour me retenir, explorer les quatre coins des cieux (enfin façon de parler, je sais bien que la Terre est ronde)... J'en rêve souvent. Il paraît que les Dracos pouvaient voler avant la Réincarnation (c'est comme ça que j'appelle l'acte d'Arceus). C'est peut-être encore possible aujourd'hui mais en tout cas ce n'est pas mon cas. Bien sûr les Dracolosses peuvent voler, ils ont des ailes. Mes parents pouvaient voler. Ils nous prenaient dans leurs bras et on avait une vue formidable sur le monde ! Mais... Il faudrait d'abord que j'évolue. Et ça c'est une autre histoire. Ça n'arrivera pas avant très longtemps, j'en suis sûr. Je fais déjà un piètre Draco. Je me sens comme le vilain petit Canarticho, ce pokémon rejeté de tout son entourage de Canarticho à cause de ses différences. Sauf que lui était un Couaneton et qu'il a évolué en un magnifique Lakmécygne. Au moins une histoire qui finit bien...

Je soupire pour la énième fois. Je suis réveillé depuis longtemps. Je n'ai jamais beaucoup dormi. Je m'occupe l'esprit comme je peux en associant chaque nuage à la forme originelle d'un pokémon. Celui-ci un Feunnec, celui-là un Pikachu, et là un Draco. Rah ça m'énerve. Je retourne me jeter sur mon lit et croise les bras. Il faut que je bouge. Que je fasse quelque chose de vraiment intéressant. Kanon dort toujours, enfin il me semble, vu l'heure elle ne devrait pas tarder à se réveiller. Moins d'une minute plus tard, je me relève pour faire les cent pas, cherchant quelque chose à faire. Je m'arrête quand une idée ma traverse l'esprit, mais après réflexion je la rejette et reprend mon manège. C'est sans doute à cause de ça que Kanon se réveille d'un oeil morne.

- Ah bonjour Kanooon ! Bien dormi ? Bon Je vais prendre ma douche. J'aimerais bien bouger ce matin, mais je peux y aller seul, je crois que tu as des trucs à faire. Ce serait juste pour me balader ! Peut-être lire un peu aussi.

Je ne lui laisse même pas le temps de répondre que je me précipite déjà dans la salle de bain. J'adore la douche. J'adore l'eau en général d'ailleurs ! J'aimais me baigner dans les eaux douces du lac Colère en vacances. Et j'allais régulièrement à la piscine aussi ! Ça m'arrive de rester 20 minutes sous la douche juste pour apprécier la sensation de l'eau qui glisse sur mon corps... Sauf que ça consomme et donc parfois je me fais enguirlander. Enfin. Rien de mieux qu'une bonne douche tiède pour commencer la journée ! Après le petit déjeuner bien sûr. Une fois propre et habillé, j'engloutis le petit dej' comme un Ronflex (presque). Puis j'attrape le bouquin que je lis en ce moment (un roman de l'écrivain Kazuko, j'adore son style ! ) que je glisse dans la grande poche intérieure de mon manteau blanc.

- À toute à l'heure ! je lance à Kanon en lui faisant un coucou de la main. Je serai prudent, promis. J'ai mon portable de toute façon.

Et je sors à grandes enjambées, toujours aussi hyperactif. On peut comprendre qu'après 7 ans coincé entre 4 murs je veuille courir un peu partout et prendre l'air n'importe quand. Je marche d'un pas dynamique, les mains dans les poches, l'air détendu, et pourtant je suis sur mes gardes. Car j'ai appris à mes dépens il y a longtemps que nous ne sommes jamais à l'abri de tout danger. C'est ainsi que je siffle une musique aléatoire, tout en jetant régulièrement un regard attentif autour de moi. Je vais marcher encore un peu jusqu'à trouver un coin sympa pour lire, comme un parc, sans trop m'éloigner de l'hôtel. Ça s'annonce bien pour l'instant. Pour l'instant.

Jusque-là. Car j'ai le malheur de passer devant un centre commercial juste au moment où les 3/4 des clients sortent en même temps, pour une mystérieuse raison. Et le magasin est grand. Très grand. Donc la foule est dense. Très dense. Et j'ai une peur irrationnelle de la foule. Me retrouver au milieu de centaines de gens que je ne connais pas m'angoisse terriblement. Je suis très rapidement cerné par la foule. Aussitôt je sens mon coeur qui s'affole. Mes mains deviennent moites. Je tente de me frayer un chemin mais ils se dirigent tous dans la même direction tel un torrent tumultueux. Ils n'avancent pas très vite, mais je n'arrive pas à me sortir de là. Très vite, je me sens oppressé par tous ces gens. Comme si la multitude me réduit à l'état d'un Larveyette insignifiant. J'ai l'impression qu'ils me toisent. Ma perception de la réalité se déforme. Ce type n'est-il pas sur le point de me planter ? Et cette femme, à qui parle-t-elle dans son téléphone ? J'en deviendrais presque fou, il faut que je me tire de là ! Mais je tremble de tout mon corps. Tout énergie semble m'abandonner.

Le souffle court et les mains tremblantes, je prends mon portable dans ma poche pour appeler Kanon. Elle pourra m'invoquer et me sortir vite de là. Je suis incapable de me calmer tout seul dans cet état. Mais à peine ai-je sorti mon téléphone qu'on me bouscule violemment et il m'échappe des mains.

Non ! je lâche, horrifié. Pou-poussez vous ! Laissez moi passer !

Je le perds des yeux. Je ne sais pas où il est. Je me fige, réalisant que je viens de perdre ma seule porte de sortie. Je m'adosse à un lampadaire en agrippant mes cheveux. Les gens passent à côté de moi sans me voir. Je suis insignifiant. Et pourtant j'ai l'impression d'être épié par une centaine de paires d'yeux malveillants. Je me sens si petit… non. Si minuscule. Réduit à l’état d’un microbe qu’on piétine sans le savoir. Que personne ne voit. Et que tout le monde déteste. Je suis en plein milieu d’une multitude, et pourtant je ne sens que le vide. Je suis au beau milieu d’une foule et je me suis rarement senti aussi seul. Ne pas paniquer, surtout ne pas paniquer… Sauf que je panique déjà. Non en fait, j’ai surtout atteint un niveau d’angoisse pas loin de l’apothéose. J’étouffe, ici… Et pourtant je suis incapable de bouger. Je ferme les yeux, pour ne plus voir cette foule qui m’oppresse. Mais si les sons me parviennent étouffés, ils sont toujours là et je ne peux pas les ignorer. Ils ne cessent de me rappeler l’existence de la foule. Je voudrais tellement disparaître en cet instant, juste être libéré de cette oppression perpétuelle… Une main qui se pose sur mon épaule me fait violemment sursauter.

- AAAAHHH ! je crie en faisant un bon sur le côté, tout tremblant.

Si je n’étais pas en pleine crise d’ochlophobie, j’aurais probablement envoyé balader la personne d’un coup non maîtrisé. J’ai la sainte horreur du contact. Mais là, je distingue à peine mes peurs de la réalité. Je ne vois qu’une jeune femme aux cheveux… roses ? qui me fixe. J’ai une vague et nébuleuse impression de l’avoir déjà vue quelque part, mais en l’état actuel des choses, je suis incapable de me souvenir.



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 167
Pokédollards : 48
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 24
Localisation : Mystère
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire
Je ressemble à : Megurine Luka
Double compte : Fuyuki Nishimura - Axel Osylia - Yoshihiro Joly

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Aurasphère ♦ Psyko ♦ Teleport ♦ Abri
Race Pokemon/ Métier: Mew/Ecrivain
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Dim 18 Oct - 12:37

Can you free me from this world



Kazuko & Elros D. Pendragon

Kazuko était en train de se promener dans les rues de Rosalia. Son éditeur lui avait donné quelques jours de congé pour qu’elle se repose et retrouve son inspiration. Elle en profitait donc pour visiter des lieux qui lui étaient chers. La cité aux Evoli en faisait partie. Cette ville avait un lien étroit avec les légendes, avec le passé, avec l’histoire et donc avec les pokemon légendaires dans un sens. Même si le trio composé de Raikou, Suicune et Entei était peut-être plus concerné que Mew elle-même.

Cela n’empêchait pas Kazuko d’apprécier cet endroit. Son doux regard se posa sur les vestiges de la Tour Cendrée. On en parlait beaucoup dans les légendes. Peut-être qu’un jour elle écrirait un livre racontant ces légendes et cette mythologie pokemon dont on parlait si peu selon elle.

Un sourire s’étira sur ses lèvres. C’était une bonne idée et elle s’empressa de prendre son carnet pour la noter afin de ne pas l’oublier. Elle rangea soigneusement le petit bloc-notes qui lui servait tant et se dirigea ensuite vers un centre commercial par curiosité. On ne savait jamais, elle pourrait peut-être trouver quelque chose d’intéressant à acheter.

Il y avait beaucoup de monde à l’intérieur et l’écrivain se fit assaillir de tous les côtés pour des autographes et des dédicaces. L’écrivain avait l’habitude et elle s’empressa de répondre aux attentes de ses fans avec le sourire. Mais une partie d’elle était légèrement en colère. Oui, oui, en colère.

Car elle savait que son éditeur, Kaname, ne reculait devant rien quand elle était concernée et il avait très bien pu avertir ses fans sur les réseaux sociaux de sa présence à Rosalia incognito. Elle n’avait pas vraiment envie de penser à son rôle d’écrivain célèbre aujourd’hui...

Au bout d’un moment, elle se téléporta donc alors que de nouveaux fans pas encore satisfaits approchaient. Elle s’en voulut un peu quand elle réapparut dehors, mais c’était mieux que de se faire assaillir par une foule en délire. Prenant le temps de souffler, elle jeta un œil vers la porte d’entrée du centre et déglutit difficilement en voyant une véritable foule sortir. Pour la chercher probablement.

Soudain, son instinct s’emballa et elle posa son regard sur un jeune garçon qui semblait paralysé au milieu de la foule. Plissant les yeux, elle se téléporta non loin du pauvre garçon terrorisé, elle pouvait le sentir instinctivement et posa doucement une main sur son épaule. Il fallait qu’elle le tire de là.

Mais, hélas, il sembla prendre peur et sursauta en criant. L’écrivain grimaça et s’en voulut aussitôt. Le pauvre. Elle l’observa rapidement et conclut qu’elle devait le rassurer vite avant qu’il lui fasse une crise cardiaque.

- Désolée, je ne voulais pas te faire peur... Viens, sortons de là.



Elle lui attrapa très gentiment la main et se téléporta non loin, vers un autre côté du centre. Elle le lâcha alors pour ne pas l’effrayer davantage et lui adressa son sourire le plus rassurant.

- Tu n’as pas avoir peur. On est sortis de la foule, tu peux respirer tranquille.



Elle resta un peu à l’écart par sécurité et l’observa attentivement. Il était plutôt mignon avec ces boucles blondes et ses yeux bleus. La jeune femme d’apparence plissa les yeux légèrement avant que son visage s’éclaire.

- Tu ne serais pas un hybride, par hasard ?


Elle avait toujours été douée pour sentir ce genre de choses. Comme bien d’autres, d’ailleurs. Depuis toujours, depuis son origine, elle avait un fort instinct maternel et une fois qu’elle avait trouvé un protégé, elle ne l’abandonnait jamais.

Il était trop tôt pour savoir si ce blondinet avait besoin d’aide, mais elle était déjà contente de l’avoir sorti de la foule. On allait voir ce qui se passerait par la suite, mais pour cela il fallait déjà qu’il ose lui parler... Allons, Mew est la maman de tous les pokemon, tu n’as rien à craindre, petit Draco !




(c) Kuroko's Basket RPG






Cadeaux ♪:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Ven 23 Oct - 19:06
C'est horrible de se sentir si seul et si petit au beau milieu d'une foule. Comme si par leur multitude ils me rappellent que je ne suis rien. Pathétique. Alors même que j'ai souhaité dur comme fer pendant des années de pouvoir m'évader et sauver ma peau, maintenant que je me retrouve dehors, libre, je ne supporte pas les foules.  À croire que la vie a decidé de me faire passer pour un minable jusqu'au bout. Et dire qu'avant je menais une vie paisible à Ébènelle, avec mes parents et ma petite soeur... Y repenser ne fait qu'agraver mon état d'esprit. Le pire c'est que je ne sais jamais combien de temps ça va durer. Le mieux serait que cette foule disparaisse, car je ne peux pas bouger. Et puis une main sur mon épaule me fait crier et sursauter de peur. Je regarde la jeune femme aux cheveux roses qui vient d'arriver. Elle fait la grimace, j'ignore pourquoi. Elle me parle. Qui est-elle ? Son visage me dit très vaguement quelque chose, mais cette impression se fait noyer par un torrent d'émotions. Peur. Angoisser. Crainte. Méfiance. Mais aussi curiosité et, fait assez étrange, soulagement...

C'est ce dernier ressenti qui m'empêche de repousser sa main lorsqu'elle l'attrape dans le but de me tirer loin de la foule. Du moins je le pensais. Mais en fait, au bout d'une seconde, on se retrouve ailleurs... Je cligne des yeux, éberlué. Que s'est-il passé ? Est-ce que je deviens fou ? Puis elle me lâche et me sourit. Son expression plus que bienveillante suffit à relâcher la tension de mon corps. Petit à petit ma respiration retrouve un rythme régulier. Je continue de la fixer, partagé entre la timidité, la peur et la curiosité. Elle plisse les yeux en me scrutant attentivement, ce qui me met mal à l'aise et je rentre un peu la tête dans les épaules.  Pourtant je suis plus grand qu'elle. Mais je me sens tout petit devant cette femme. Je ne sais pas pourquoi... Et puis elle me pose une question qui m'interpelle. Elle semble avoir reconnu ma nature... Et j'ai soudain la certitude qu'elle n'est pas humaine. Ça expliquerait qu'on se soit retrouvé à l'autre bout du centre aussi vite. Elle a dû utiliser Téléport... Ce qui fait d'elle une hybride psy ! Si j'arrive à raisonner comme ça c'est plutôt bon signe. Je ne tremble plus en tout cas.

- Je... Oui... Et... vous aussi ?

C'est très rare que je dise aussi facilement à quelqu'un que je ne connais que je suis effectivement un hybride. En fait c'est même la première depuis que je voyage avec Kanon. La sensation de l'avoir déjà vu quelque part revient en force, mais je suis trop timide et craintif pour oser lui demander. Je passe la langue sur mes lèvres pour les humidifier. Elle a l'air très gentille. Et puis elle a les cheveux roses, comme Aelys. Une version adulte de ma soeur. Du coup ma méfiance décroît. Je me gratte la nuque.

- Je... Euh, merci pour votre aide... Vous avez utilisé Téléport, non ? Merci... Sans vous j'aurais pu rester longtemps comme ça.

Je détaille ses traits de mes yeux couleur saphir. Elle est belle et gracieuse, ce qui m'intimide encore plus. Et elle a cette aura mystique autour d'elle... Je suis déjà facilement impressionnable, mais là c'est au niveau supérieur. Le pire c'est qu'elle n'a pas l'air de le vouloir. Être intimidé par une femme qui vous sourit et vous a sorti d'une mauvaise situation, c'est un peu ridicule. Et puis j'ai vraiment l'impression de l'avoir déjà vue quelque part.

- Euh excusez-moi, mais... Qui êtes vous ?

Il faut que je sache. Ma question est peut-être malpolie, mais tant pis. Je jette des coups d'oeil autour de moi. Mais il n'y a personne. La foule qui m'a tant angoissé est resté là où nous étions juste avant. Ce coin là est calme et tranquille. Heureusement qu'elle était là... parce que sans Kanon c'est très diffi... Mon expression se fige en me rappelant d'elle. Je tapotte mes poches, espérant me tromper, mais non, il n'est pas là. Au bord de la panique je tente de me calmer, avant de m'expliquer à cette femme qui doit se demander ce qu'il m'arrive.

- Mon portable ! Il est tombé quand on m'a bousculé... Il a dû rester là bas... J'espère qu'il n'est pas cassé. Si Kanon essaie de me joindre et que je ne réponds pas, elle va s'inquiéter ! ...

Comme si elle ne s'inquiétait déjà pas assez. Caaaaalme. Surtout ne pas paniquer, ne pas paniquer ! Ohlàlà mais quelle galère. J'ai vraiment la poisse !



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 167
Pokédollards : 48
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 24
Localisation : Mystère
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire
Je ressemble à : Megurine Luka
Double compte : Fuyuki Nishimura - Axel Osylia - Yoshihiro Joly

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Aurasphère ♦ Psyko ♦ Teleport ♦ Abri
Race Pokemon/ Métier: Mew/Ecrivain
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Dim 25 Oct - 21:23

Can you free me from this world



Kazuko & Elros D. Pendragon

Kazuko affichait toujours ce sourire doux et rassurant qui lui était propre. Elle n’avait pas besoin de se forcer, c’était dans sa nature même que d’être bienveillante avec son entourage. La légendaire n’était pas Mew pour rien, après tout. Ce pokemon était des plus innocents et des plus tendres depuis toujours. Sa transformation en humaine n’y avait strictement rien changé.

En tout cas, cela semblait marcher sur ce pauvre garçon tout intimidé, il semblait se détendre petit à petit en sa présence. Et Kazuko en était ravie. Rassurer les gens était une des choses qu’elle appréciait le plus faire. Même s’il y avait encore du progrès à faire pour qu’il soit vraiment à l’aise visiblement.

- Yep ! Je suis aussi une hybride, tu n’as donc pas à t’inquiéter.


Pour ne pas le stresser trop, elle ne lui avoua pas son identité. Elle ne voulait pas qu’il se sente rabaissé en sa présence, qu’il la considère comme une déesse. La jeune femme d’apparence avait toujours été de nature très simple et même si elle était fière de son statut, la réaction de ses pairs envers les légendaires la dérangeait souvent. Elle n’était pas si exceptionnelle de son point de vue.

Elle sourit encore plus quand il la remercia encore en se grattant la nuque. Vraiment, il était trop mignon ce petit. Une envie de le prendre dans ses bras la tentait fortement, mais encore une fois elle se retint. Quelque chose lui disait que c’était une mauvaise idée. Et elle écoutait toujours son instinct depuis sa création.

- Je t’en prie. Je n’allais pas rester les bras croisés vu ton état. Et tu as raison j’ai bien utilisé téléport, c’était plus rapide et pratique. J’espère ne pas t’avoir trop surpris. Excuse-moi si c’est le cas.

Une mèche rosée tomba devant les yeux de la femme et elle l’écarta avec élégance sans quitter du regard le petit hybride. Elle tentait de deviner de quelle espèce il était, mais ce n’était pas facile. Même pour elle. Soudain, il lui posa la question qu’elle espérait ne pas entendre. Enfin, si elle répondait, elle aurait une bonne raison de lui demander son espèce par la suite. Mais... il fallait espèrer que sa réaction ne soit pas trop forte.

Mais elle n’eut pas le temps de répondre. Le visage du blondinet sembla pâlir dangereusement et il sembla même paniqué. Surprise, l’écrivain le fixa se demandant ce qu’il avait. Il semblait chercher quelque chose dans ses poches et elle pensa immédiatement à un objet perdu. Ce qu’il confirma aussitôt.

Kanon ? Cela devait être une personne chère pour ce garçon. Peut-être sa dresseuse. Kazuko n’allait pas poser la question. Pas tout de suite en tout cas. Le plus important était de rassurer son nouveau protégé et de l’aider à retrouver son portable. Un nouveau sourire tendre apparut sur les lèvres de la légendaire. Elle ne l’abandonnerait pas celui-là. Elle n’avait pas l’intention de refaire la même erreur qu’autrefois.

- Doucement. Cela ne sert à rien de paniquer. On va retrouver ton portable avant que ton amie ne s’inquiète. Je vais t’aider. On est toujours plus forts à deux que tout seul, tu ne crois pas ?

Elle lui tendit la main toujours en souriant sans mauvaise pensée. C’était juste naturel pour elle de prendre la main de quelqu’un qu’elle trouvait aussi mignon. Même si elle n’en avait pas l’air, il ne fallait pas oublier qu’en tant que Mew elle pouvait être très gamine. Et elle en était même plutôt fière vu que ça faisait parti de son identité.

- Tu veux bien ?





(c) Kuroko's Basket RPG






Cadeaux ♪:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Lun 26 Oct - 19:36
Cette femme me sourit et ne se départit pas de son expression bienveillante. Elle doit avoir le don d'apaiser les gens car je me sens déjà mieux. D'habitude je ne me fis pas forcément à mon instinct, étant donné que je n'ai pas assez confiance en moi pour ça. Mais là quand il me dit que cette femme ne me veut aucun mal, je le crois. Même si je continue à être sur mes gardes et que je garde une distance minimale de sécurité. C'est plus une habitude qu'autre chose. Et puis il y a toujours cette aura mystique qui se dégage de son être. Je suis facilement impressionnable, donc même si ce n'est au final qu'une impression, je me sens tout de même minuscule à côté d'elle. Et puis elle confirme qu'elle est aussi une hybride.

- Ah. D'accord...

Mon ton n'a pas l'air assuré, mais en fait je la crois. Elle me l'a dit sans ciller et puis de toute façon seul un hybride de type psy peut utiliser la capacité téléport. Je me demande de quelle race elle est. Quand je deviens curieux, c'est bon signe, ça veut dire que je ne sens pas de danger. J'essaie de me souvenir de mes cours à l'école pour tenter de deviner sa race, mais ça remonté à si loin ! Je n'ai pas de pokémon psy rose en tête. Ou alors c'est une shiney, comme ma soeur. Je la remercie pour son aide. Sans elle, qui sait ce qui ce serait passé ! Et elle me répond en s'excusant de m'avoir surpris. Je passe une main dans ma tignasse blonde.

- Ah, ce n'est rien. Je suis facile à surprendre.  Je sursaute pour un rien, alors c'est pas grave. Et puis vous m'avez aidé. C'est un mal pour un bien comme on dit !

On sent que mon ton est un peu hésitant. Et j'ai ce sourire nerveux sur le visage. Mais il faut que je me détende. Relax Elros, il ne va rien t'arriver... Je m'interroge toujours sur sa personne. Je finis donc par lui poser la question, même si c'est plus pour savoir son identité par rapport à la société. Je suis sûr de l'avoir déjà vu quelque part. Mais soudain je m'aperçois que je n'ai plus mon portable sur moi. Je le signale à ma bienfaitrice, complètement paniqué. La femme en rose tente alors de me rassurer avec des paroles douces et réconfortantes, sans poser de questions. Je me force à la regarder dans les yeux. Les siens sont aussi bleus que les miens. Là est la différence avec ma petite soeur, qui les a rose-rouge. Je cligne des yeux avant de cesser de trépigner sur place.  "On est plus forts à deux que tout seul" Ces paroles résonnent dans ma tête, me rappelant vivement qu'il faut parfois faire confiance pour s'en sortir. Il faut juste apprendre à faire confiance à la bonne personne.

- Oui...

Elle me tend la main, sans cesser de sourire. Mes yeux glisse sur ces doigts fins qui ne demandent qu'à m'aider. Cette image se superpose à une autre, plus ancienne. Kanon qui me tendait la main au centre pokémon, le lendemain de notre rencontre. Je lui ai fait confiance et j'ai eu raison. Alors je pense pourvoir faire confiance à cette femme que je ne connais pas. Elle a compris que je n'aime pas le contact et qu'il ne faut pas me brusquer. Je lui en suis reconnaissant. Alors je peux bien faire un effort aussi de mon côté. Je hoche la tête avant de poser ma main dans sa paume ouverte, un sourire timide sur les lèvres.  Je la laisse nous transporter de l'endroit d'où nous venons. Elle nous a amené à l'écart de ce qui reste de la foule, ce dont je lui suis reconnaissant. J'indique une direction du doigt.

- On m'a bousculé par là, c'est à ce moment qu'il est tombé. J'espère qu'il n'est pas cassé... C'est Kanon qui me l'a acheté et déjà que je lui coûte cher...

Et ça y'est, je recommence à m'autodénigrer. Mais c'est vrai, je suis un ventre à pattes, elle a dû tout m'acheter au début (vêtements, chaussures, téléphone, caleçons... Ouioui.) parce que je n'avais plus rien. Et comme je suis bon à rien, je ne peux pas l'aider. Elle se serre tout le temps la ceinture et moi je n'ai jamais rien su faire pour l'aider. La femme en rose et moi commençons à chercher en se partageant les recherches. Soit je suis aveugle, soit il n'est pas là...

- Je ne le trouve pas... Je me suis peut-être trompé d'endroit. Ou alors il est tombé dans un caniveau...

Mes épaules s'affaissent à cette pensée. S'il a atteri dans l'eau, il n'y a quasiment aucune chance pour qu'il fonctionne encore. Ça veut dire que je viens de bousiller un appareil au prix non négligeable et qui n'a qu'un mois de vie. C'est affligeant.



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 167
Pokédollards : 48
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 24
Localisation : Mystère
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire
Je ressemble à : Megurine Luka
Double compte : Fuyuki Nishimura - Axel Osylia - Yoshihiro Joly

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Aurasphère ♦ Psyko ♦ Teleport ♦ Abri
Race Pokemon/ Métier: Mew/Ecrivain
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Jeu 29 Oct - 11:01

Can you free me from this world



Kazuko & Elros D. Pendragon

Ce garçon n’avait décidément pas l’air très sûr de lui. Cela amusait Kazuko même si elle ne s’en moquait pas pour autant. Le pauvre avait sans doute dû vivre des choses difficiles pour être aussi nerveux. La légendaire avait toujours senti ces choses-là. Et elle ne laisserait personne lui faire de mal désormais. Elle avait beau le connaître depuis quelques minutes seulement, c’était assez pour qu’elle s’y attache. De toute façon, toute personne innocente méritait sa protection. Et il l’était sans aucun doute, innocent.

Encore une fois, elle sentait ce genre de choses. Son instinct était actif depuis aussi longtemps qu’elle vivait et quand on possédait un tel nombre d’années derrière soi on finissait par sentir bien plus de choses que les mortels. Du moins, c’était là son avis. Malgré les désavantages procurés par l’immortalité des légendaires il y avait quand même de nombreux avantages. Et la Mew était fier de ce qu’elle était malgré ses nombreuses erreurs passées.

Après tout, contrairement à ce que pensaient bien souvent les mortels, elle n’était pas parfaite. Personne ne devait l’être à part peut-être Arceus lui-même. Et encore... Même lui ne devait pas l’être complètement. Kazuko était consciente que son aura pouvait parfois intimider. Elle avait être super douce et gentille elle n’en était pas moins une légendaire, presque une Déesse pour les hybrides parfois.

Et même quand elle ne le révélait pas, cela se sentait chez elle qu’elle était spéciale. Différente. Et ce malgré ses efforts pour le dissimuler. Elle espérait juste que cela ne bloquerait pas complètement son protégé.

Elle le trouva à nouveau adorable quand il passa une main dans ses cheveux bouclés. Mignon comme tout. Elle avait un petit faible pour tout ce qui était humain et se retenait de le câliner comme elle l’aurait fait avec une peluche. Une peluche vivante, mais pas moins adorable. Il faut te retenir, Kazuko.  Mais c’est plus fort qu’elle, elle a cette envie de protéger cet être, si forte, si intense. Peut-être pour réparer les nombreuses fois où elle n’a pu protéger cet autre petit garçon devenu grand.

- Ce n’est pas une excuse, j’aurais dû faire davantage attention. Tu n’y peux rien si tu as facilement peur. Et on ne devrait jamais avoir peur.


Ses sourcils se froncent. La légendaire est un peu énervée. Pas contre le blondinet, mais contre le monde en général. Il ne devrait pas avoir peur. Il ne devrait pas pouvoir avoir peur. Elle n’ose pas imaginer les horreurs qu’il a vécu car elle le devine il en a forcément vécu. Il ne devrait plus avoir peur.

Car il est sans doute en sécurité maintenant. Et un malaise s’installe dans son cœur. Si une organisation est bien connue pour effrayer les hybrides c’est bien celle qui est dirigée par celui que tu connais que trop bien. Oswald. Est-il responsable cette fois encore ? Espérons que non, mais le doute s’installe et bien. Elle n’aime pas ça du tout, la Mew.

Elle est contente quand il prend sa main et elle referme doucement, toujours en souriant, ses doigts sur les siens. Elle hoche la tête quand il reprend la parole et le rassure d’un sourire.

- Ne t’inquiète pas. Je suis sûr qu’on va le retrouver et en un seul morceau.


Et vous cherchez. Pendant assez longtemps car l’écrivain doit se faire discrète. Mais elle ne néglige pas les recherches pour autant. Tant pis si elle se fait voir, le bien-être de son nouveau protégé est plus important. Et puis, au fond, elle sait qu’elle ne pourra pas échapper à ses fans éternellement. Et encore une fois, au fond, elle aime ça. Elle a choisi cette vie, elle doit l’assumer maintenant.

Ses yeux azur fixent son protégé qui semble désespéré. Plissant alors les yeux, elle concentra son pouvoir pour utiliser une attaque Psyko à grande échelle. L’image d’un téléphone portable en tête, elle fait léviter tous ceux du coin se disant qu’elle s’excusera auprès des passants plus tard. De toute façon, la zone touchée par l’attaque ne s’étend pas au delà du centre commercial et de ses alentours. Bon, d’accord, c’est une grande zone quand même, mais c’est pour la bonne cause. Des portables arrivent dans les airs pour s’arrêter autour de la rose. Elle ignore les cris de stupeur ou d’inquiétude qui résonnent autour d’eux.

- Tu vois ton téléphone parmi eux ?

Et elle adressa un sourire d’excuse aux passants qui ne savent vraiment pas quoi penser de la scène. Ah, des fois, Kazuko devrait peut-être réfléchir avant d’agir. Mais ça fait aussi son charme. Et c’est plus rapide et pratique comme ça, non ? Et plus amusant sans aucun doute. Hihi.




(c) Kuroko's Basket RPG






Cadeaux ♪:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Mer 4 Nov - 23:12
Cette femme doit me trouver bien ridicule. Je ne serais même pas surpris qu'elle en rit. Et je ne lui en tiendrais pas rigueur. Je sais que je suis pitoyable, et j'en rirais presque moi-même... Ceci dit elle ne montre rien de ce qu'elle pense, sinon cette expression bienveillante. J'ai le sentiment d'être en sécurité avec elle. C'est très étrange, car je me sens toujours en danger d'habitude. Je vois le mal partout, même chez des gens qui ne peuvent pas être plus innocents. Parano, oui, certainement. Mais je n'ai connu que ça pendant 7 ans. Le mal. J'ai pourtant conscience d'avoir de la chance d'être toujours en vie. Je fais partie de la petite minorité qui s'en est sortie. C'est en partie ma faute. Si je n'avais pas été si lâche, peut-être que... qu'ils auraient pu s'en sortir eux aussi. Je sens la morosité m'étreindre le coeur. Ah non ce n'est pas le moment ! Heureusement ma bienfaitrice prend la parole. Je la fixe dans les yeux. Avant de détourner le regard.

- Non, ne vous en faites pas... Je suis peureux c'est tout. Et il n'y aurait pas de courage sans peur. Donc je ne suis juste pas courageux.

J'en ai conscience. J'en ai toujours eu conscience. Je ne sais pas si je peux dire que j'étais courageux avant. Je n'ai jamais traversé d'épreuve me le confirmant. J'ai peur depuis ce jour oùon m'a enlevé. Je n'ai jamais cessé d'avoir peur. Même la nuit j'ai peur, c'est pour ça que je fais presque tout le temps des cauchemars. Ça, et le poids de la responsabilité sur ma conscience... Je revois presque tous les soirs leurs visages suppliants. Tétanisés quand je referme la porte. Et après je les imagine accusateurs et haineux.

Je ferme les yeux et secoue la tête pour chasser ces images, alors même qu'elle nous transporte sur les lieux où j'ai perdu mon portable. Quel boulet je fais... Incapable d'y retourner tout seul pour le retrouver. Il faut qu'on me donne la main en me murmurant des paroles rassurantes. Pire qu'un gosse. Elle me dit qu'on va retrouver mon portable intact. Je n'en suis pas si sûr, mais je garde mes doutes pour moi. Les exprimer ne nous mènera à rien au bout du compte.  Donc nous cherchons, longtemps. Je ne sais pas combien de minutes s'écoulent.  Mais je finis par perdre espoir. Et alors même que je commence à me morfondre, je sens quelque chose derrière moi, une sorte d'onde psychique très puissante. Quand je me retourne, je vois des dizaines de portables s'élever autour de nous.

- Ouaaaaaah !

Je regarde ce spectacle bouche-bée. Je crois reconnaître une attaque Psycho là-dedans. Elle est drôlement puissante pour atteindre un tel périmètre ! Mes yeux passent des téléphones à la jeune femme, et inversement, la bouche entrouverte. J'ai du mal à réaliser. Sa question parvient à me secouer. Je cligne des yeux et referme la bouche avant de me racler la gorge.

- Euuuh. Je regarde...

Je commence à chercher sans prêter attention aux passants qui nous regardent bizarrement. En même temps c'est pas tous les jours qu'une femme aux cheveux roses utilisent Psycho sur toute la zone pour aider un jeune blond à retrouver son portable... Un détail me chiffonne. J'ai l'impression de passer à côté de quelque chose d'important, mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus... Bah ça me reviendra, tant pis. Soudain j'aperçois l'objet de tout ce spectacle.

- Oh il est là ! (Je le prends et l'inspecte sous toutes ses coutures... Enfin façon de parler.) Il est un peu humide, mais il n'a pas l'air cassé... (Je débloque l'écran pour vérifier les éventuels dommages)   ça a l'air d'aller... Et Kanon n'a pas encore cherché à me joindre, ouf.

C'est presque un miracle qu'il soit juste égratigné ! Bon ma dresseuse va certainement se poser des questions en voyant son état, mais ce qui m'importe c'est qu'il fonctionne toujours parfaitement. J'en sautille presque de contentement. Ma morosité s'est éclipsé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Le visage lumineux je me tourne vers la jeune femme qui m'a aidé.

- Merci .... ! Euh, vous vous appelez comment au fait ?

Il faut bien que je sache à qui je dois d'être loin de cette foule qui m'opresse tant, et d'avoir retrouvé mon téléphone.  Mais les gens autour de nous continuent de nous jeter des regards, même après que ma bienfaitrice ait remis les portables à leur place d'origine. Ça me met mal à l'aise. Je n'aime pas qu'on me regarde fixement comme ça.

- Est-ce qu'on pourrait s'éloigner d'ici ? je lui demande avant qu'elle n'ai pu me répondre. Ils me mettent mal à l'aise... S'il-vous-plaît ?

Ce n'est qu'une fois à l'écart que je retrouve pleinement une certaine sérénité. Et le détail qui me chiffonait tout à l'heure revient me triturer l'esprit. Mais je n'arrive toujours pas à mettre le doigt dessus. Au lieu de ça, je me souviens de quoi nous parlions avant que je ne panique à cause de l'absence de mon portable.

- Mais au fait, vous ne m'avez pas dit quel hybride vous êtes ! Un gardevoir ? Non, à moins que vous ayez fait une couleur sur vos cheveux.... Oh, alors un Psystigri ?

Mais en fait, je ne sais même pas si les Psystigri connaissent l'attaque Téléport... Rah, et que c'est pénible ce détail que je n'arrive pas à identifier ! Surtout que j'ai la certitude que la solution est toute simple...



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 167
Pokédollards : 48
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 24
Localisation : Mystère
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire
Je ressemble à : Megurine Luka
Double compte : Fuyuki Nishimura - Axel Osylia - Yoshihiro Joly

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Aurasphère ♦ Psyko ♦ Teleport ♦ Abri
Race Pokemon/ Métier: Mew/Ecrivain
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Sam 21 Nov - 14:57

Can you free me from this world



Kazuko & Elros D. Pendragon

Kazuko se sentait parfois en colère contre ce monde qui effrayait tant certaines personnes. A raison, malheureusement. Alors que personne n’aurait dû en avoir peur, ce monde était devenu de plus en dangereux avec les décennies et les années. Oh, depuis toujours les dangers existaient et cela n’avait pas changé en soi. Il y avait toujours eu des êtres humains pour s’en prendre aux pokemon, il y avait toujours eu des personnes qui s’étaient servis de leurs pouvoirs pour faire souffrir les autres, hélas. La soif de pouvoir, la vengeance, la cruauté avaient toujours été là. Kazuko était bien placée pour le savoir, elle qui avait vécu pendant si longtemps. Arceus n’avait pas souhaité changer le monde par simple caprice. Ce n’était pas pour rien qu’il avait pris cette décision. Mais la Mew avait quand même l’impression que les choses ne s’étaient pas améliorées pour autant.

Chronos en était hélas la meilleure preuve. Cette organisation n’aurait jamais dû exister et c’était encore plus douloureux si possible pour la belle qui savait qui était à sa tête actuellement... Elle ne savait pas si les épreuves qu’avaient certainement dû traverser son nouveau protégé était lié de près ou de loin à Chronos, mais une chose était sûre, il en était ressorti méfiant et terrifié. Cela peinait fortement la Mew qui aurait voulu le voir insouciant et heureux comme tous les jeunes hybrides et les jeunes humains ou même les moins jeunes. Ce monde aurait dû contenir plus de sourires, de rires et d’innocence que de peur, de haine et de cruauté. Et c’était pourquoi elle essayait de faire ce qu’elle pouvait pour y remédier.

- Ce n’est pas ta faute. Dans ce monde, il est normal d’avoir peur, malheureusement.


Sa voix douce retentit doucement, chargée d’une pointe de tristesse et d’amertume facilement perceptibles malgré sa tendresse tout aussi présente. Elle changerait les choses et ferait tout pour y arriver. Quitte à souffrir. Son intervention psychique surprit visiblement le blondinet qui poussa un cri. Elle aurait peut-être dû le prévenir avant, mais elle s’emballait souvent, c’était bien connu. Enfin, de ses proches seulement. La Mew maintint son emprise psychique alors que le blondinet cherchait son téléphone parmi la multitude de téléphones portables. La jeune femme d’apparence espérait qu’il le trouverait et en bon état. Ce qu’il finit par faire et ses paroles rassurèrent Kazuko qui sourit doucement.

Elle fit se reposer les téléphones portables sur le sol avant d’arrêter son attaque psyko et s’excusa auprès des passants en s’inclinant. Elle se retourna ensuite vers l’autre hybride qui semblait tout content d’avoir retrouvé son appareil. Cela faisait plaisir à voir. Un fin sourire apparut sur les lèvres de la belle. Il était temps qu’ils se présentent en effet. Mais d’abord, il fallait s’éloigner d’ici. Elle attrapa donc la main du blond après l’avoir prévenu d’un regard éloquent et se téléporta cette fois dans le centre commercial, juste devant un café. Lui adressant un clin d’œil, elle maintint son contact sur sa main et l’entraîna à l’intérieur. Elle l’obligea presque à s’asseoir en face d’elle à une table lui assurant qu’elle payerait et le regarda en souriant en attendant qu’on leur amène la carte.

- Et bien, peut-être que mon nom te dira quelque chose. Je m’appelle Kazuko. Mais autrefois, on m’appelait Mew... Enchantée. Et toi ?


La surprise serait sans nul doute très grande, mais elle espérait qu’elle n’effrayerait pas son camarade. Elle n’en avait aucunement envie. Mais le faire attendre trop longtemps n’était pas très sympa de sa part. Lui mentir était hors de question et la vérité n’était pas si affreuse. Juste... Surprenante ? L’écrivain se tourna vers le serveur et commanda une tarte aux pommes avec un chocolat chaud. Difficile de croire qu’elle était adulte, et bien plus probablement, avec tant de sucré. Et oui, elle pouvait être aussi gamine que mature quand elle s’y mettait. Mais c’était probablement pour ça qu’on l’aimait, après tout.




(c) Kuroko's Basket RPG






Cadeaux ♪:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Dim 29 Nov - 19:23
Cette hybride est drôlement gentille tout de même. Elle m’aide à chercher mon portable sans rien demander en échange… Et en plus elle use de ses grands pouvoirs magré les regards en coin des passants ! Elle a un peu un côté de Kanon, je trouve. Car Kanon aussi s’occupe bien de moi, alors que je suis un boulet et que je lui rends jamais service. Je ne m’en veux que plus du coup. Ah, si seulement je pouvais servir à autre chose que bouffer sans arrêt… Elle dépense des fortunes avec moi, surtout pour faire mes pokéblocs préférés ! C’est un peu ma faute aussi, je lui en réclame tout le temps. Je suis égoïste, mais c’est plus fort que moi. Kazuko m’a affirmé tout à l’heure qu’il est normal d’avoir peur dans ce monde. Ah vraiment ? Même de son ombre ? Je flippe à cause de tout et pour un rien. Je fais des frayeurs à Kanon assez souvent. Je sursaute pour un rien, même quand ce n’est que Kanon. C’est vraiment normal ça ? J’en doute. Je ne suis pas normal et je le sais très bien. Mais je n’arrive pas à changer. C’est trop dur. Pour l’instant en tout cas… mais je doute d’y arriver un jour. Enfin rien n’est joué, ça fait peu de temps que je suis libre après tout ! Du coup je garde le silence, préférant ne pas faire perdurer cette conversation, ça ne nous mènerait à rien de toute façon.

Kazuko sourit en me voyant tout content. Elle a retrouvé mon portable. Et Kanon ne s’est apparemment pas inquiété, c’est cool ! Et alors je me souviens qu’elle n’a pas eu le temps de me dire son nom, ni sa race. Moi non plsu d’ailleurs. Donc je lui redemande, essayant même de deviner son hybridité. Elle me regarde fixement un moment avant de désigner ma main. Comprenant ce qu’elle souhaite faire, je hoche la tête. Au moins elle a la délicatesse de me prévenir, je ne vais pas me montrer ingrat après le service qu’elle m’a rendu, entre m’avoir sorti de la foule et avoir retrouvé mon téléphone. Elle me prend donc la main et nous transporte devant un café. Quelle drôle de sensation ! Je regarde autour de moi, un peu dépaysé. Je n’ai pas l’habitude en même temps. Ce n’est que mon deuxième voyage par téléportation après tout. Puis elle m’emmène à l’intérieur en me faisant un clin d’oeil. Wouah, j’ai pas l’habitude d’aller dans ce genre d’endroit sans Kanon… Elle me fait assoir en face d’elle sur une table.

- Mais, euh, je n’ai pas d’argent sur moi…

Elle me rassure en disant qu’elle va payer pour tous les deux. Allons bon, encore quelqu’un qui s’occupe de moi, et moi, je ne peux même pas rendre la pareil… ça ne me fait que sentir plus coupable. Du coup je m’assois en rentrant un peu la tête dans les épaules. C’est que j’ai l’impression que je ne fais que débourser de l’argent aux autres. A force… bah voilà quoi. Je soupire. Vraiment, faut que je pense à autre chose. C’est alors que la jeune femme prend la parole. Je lève les yeux vers elle, la tête posée sur ma main. Et là. Je reste pendant un instant à la fixer bêtement. Le temps que l’information remonte au cerveau et que je réalise ce qu’elle vient de dire. Puis j’ouvre la bouche. Oh. Ohlàlà. Mew. Mew ! Je suis facilement impressionnable, mais alors avec un légendaire devant moi…

… oh ! M-Mew ! Vraiment… Oh. Je… Je suis… euh…

Honoré ? Enchanté ? Complètement flippé ? J’hésite un peu. C’est que… j’ai devant moi quelqu’un de prestigieux. Une légendaire pardi ! Sur le coup je ne sais pas quoi dire. Je me sens tellement bête. Et tout petite aussi. Je ne suis qu’un Draco après tout. Un pitoyable Draco d’ailleurs.

- C’est… C’est la première fois que je rencontre un légendaire alors.... Pardon…

Je m’excuse parce que je ne trouve pas mes mots. Comme je dois être ridicule ! Je baisse la tête, un peu honteux. C’est vrai quoi, je ne me sens limite pas méritant d’être aidé par un légendaire. Et Mew en plus ! le pokémon qui contient tout l’ADN des autres. Enfin selon la légende… Et puis, soudain, la première partie de sa phrase heurte enfin mon esprit. C’est qu’elle a été noyée par l’information suivante. Kazuko. Kazuko… Ce prénom m’est très familier, pourquoi ? Kazuko… Je fronçe les sourcils en me grattant la cuisse. Tiens mon manteau est lourd. Ah, j’ai mon livre dedans, oui c’est vrai. Le livre de Kaz…. Là je redresse encore plus vivement la tête en la regardant avec des yeux grands comme des soucoupes.

OH. Ka-Kazuko ! Comme… comme… !

Okay. Je vais pas m’en sortir si je bute sur les mots à chaque fois. Du coup, plutôt que d’essayer en vain de parler, je sors le bouquin que je trimballe depuis tout ce temps dans mon manteau et je le pose sur la table d’une main fébrile. C’est donc ça ! C’est pour ça que son visage m’était familier depuis le début ! Il y a une photo d’elle en 3e de couverture. Ohlàlà. Kazuko est donc un légendaire. ça fait beaucoup d’information à digérer. Je ne sais plus quoi dire. Je la fixe avec des yeux de Magicarpe frit.

- C-C’est vous l’écrivain hein ? Ohlàlà. Je… J’adore vos livres…

J’ai l’impression d’être un gamin qui rencontre son idole sérieux. Et puis je me rends compte que le serveur attend que je commande. Je le regarde en me souvenant de sa présence. Ah. Oui. Je demande donc une tarte au citron meringuée avec un diabolo menthe. Bah ouais, j’aime ça. Et j’ai faim aussi. Comme d’habitude. Et j’aime le sucré et l’acide. Mais faudrait peut-être que je me reconcentre là. Je la regarde en m’humectant les lèvres. C’est Kazuko quoi ! Ok. Remets toi Elros, dis quelque chose, n’importe quoi !

- Euh. Je… Euh. Je m’appelle Elros sinon. Et… Je suis un Draco.

Voilà enfin quelque chose d’intelligent. Au moins maintenant les présentations sont faites. Et en plus je rêve de lui demander un truc. Un autographe, pour dédicacer mon livre. Mais je suis trop lâche pour ça, je n’ose pas lui demander. Ce serait bête de passer à côté pourtant, mais voilà. Je suis un poltron et ce n’est pas prêt de changer.



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 167
Pokédollards : 48
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 24
Localisation : Mystère
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire
Je ressemble à : Megurine Luka
Double compte : Fuyuki Nishimura - Axel Osylia - Yoshihiro Joly

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Aurasphère ♦ Psyko ♦ Teleport ♦ Abri
Race Pokemon/ Métier: Mew/Ecrivain
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Lun 14 Déc - 13:36

Can you free me from this world



Kazuko & Elros D. Pendragon

Kazuko n’arrêtait pas de sourire au jeune hybride pour essayer de le rassurer. Elle voyait bien qu’il n’était pas très à l’aise le pauvre. Quelles épreuves avait-il donc vécu pour être aussi peu sûr de lui ? Au fond, elle préférait presque ne pas savoir... Elle espérait juste que Chronos n’y était pas mêlé de près ou de loin. Oswald commettait suffisamment d’horreurs comme cela. Elle voulait croire qu’il n’était pas responsable de tous les malheurs dans ce monde. Petite lueur d’espoir imaginaire pour qu’elle ne devienne pas complètement folle. L’écrivain voulait tellement croire parfois en l’innocence de celui qu’elle aimait tant... Même s’il n’y avait malheureusement pas tant d’espoir que cela. Se forçant à chasser ses pensées bien sombres, la légendaire assista avec un certain amusement à la réaction du jeune hybride. Cela ne manquait jamais de surprendre les gens quand elle révélait son identité.

Elle n’avait jamais vraiment compris cette fascination pour les légendaires. Certes, elle avait de grands pouvoirs et ne pouvait pas mourir en plus d’avoir eu une très grande vie, mais au fond elle était comme tout le monde... A quelques détails près, d’accord admettons. Cela ne changeait pas le fait qu’elle mangeait, dormait et vivait comme n’importe quel hybride. Bon, elle était aussi célèbre, mais ce n’était franchement rien ! Oui, elle était très modeste et l’avait toujours été. C’était presque inscrit dans ses gênes, vous voyez. Elle lui adressa un petit sourire détendu, se sentant quand même flattée, dans le fond. Sursautant un peu en le voyant se redresser brusquement, elle le regarda sans rien dire, essayant de comprendre sa réaction. Elle comprit quand il sortit un livre et esquissa un autre sourire. Oh, cet adorable hybride serait-il un de ses nombreux fans ? Chouette, alors !

- Merci beaucoup, c’est très gentil. Et oui, c’est bien moi. Je suis toujours contente de savoir que mes histoires plaisent autant. Je les écris pour faire plaisir aux gens, après tout.


Elle lui adressa un clin d’œil complice avant de se renverser dans son siège avec une grâce que peu de gens pouvaient avoir. Vous voyez, les jeunes qui se renversent dans leur siège ne sont jamais élégants et on a envie de leur dire de mieux se tenir. Et bien, on ne disait jamais cela à Kazuko. Elle avait ce petit quelque chose qui faisait qu’elle semblait toujours parfaite aux yeux des mortels. Pourtant, elle ne l’était pas, personne ne l’était. Elle commanda une tarte aux pommes et un sirop grenadine. Elle était une enfant dans sa tête alors autant en profiter, hein ! Le serveur ne pouvait rien lui dire, elle était une cliente. Levant la tête vers son protégé, son visage s’éclaira. Enfin ! Elle connaissait enfin son nom et sa race. Elros. Draco. Un pokemon dragon, oups pardon un hybride dragon. L’habitude, désolée. Ravie, elle acquiesça doucement.

- Enchantée, Elros. Dans l’ancien temps, on disait que ton espèce pouvait contrôler la météo. Les Draco sont de puissants pokemon, tu peux être fier de toi.

Elle lui adressa un sourire, espérant lui redonner un peu confiance en lui et non pas le gêner davantage. Ce n’était pas le but. Elle pensait ce qu’elle disait, les pokemon dragon l’avaient toujours fasciné et elle se rappelait avoir harcelé les légendaires de ce type à l’époque pour en apprendre plus sur eux. Ils avaient une part de mystère et les plus belles légendaires qu’elle connaissait parlaient souvent d’eux. Tiens, peut-être faudrait-elle qu’elle écrive un livre à leur honneur. C’était une idée comme des centaines d’autres qu’elle gardait dans sa tête ou dans son carnet. Il y avait tellement d’histoires qu’elle voulait écrire... Vu la vie infinie qui l’attendait, elle aurait sans doute le temps de toutes les écrire. Même si elle aurait préféré pouvoir mourir avant aussi glauque et sinistre ce soit comme pensée...

La jeune femme pencha soudain la tête sur le côté et attrapa le livre que venait de sortir le jeune Draco. Elle le fixa ensuite un moment avant de sortir un stylo de son sac et de sourire doucement.

- Un autographe, ça te dit ? Ce n’est pas tous les jours que je croise un de mes fans de type dragon.

Elle lui adressa un clin d’œil complice et attendit sa réponse se retenant de signer sans permission. La patience, ce n’était pas toujours son fort, mais elle savait être raisonnable, heureusement.



(c) Kuroko's Basket RPG






Cadeaux ♪:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Lun 11 Jan - 22:32
Je n’en reviens pas d’être assis en face d’un légendaire. Moi, un hybride lâche et égoïste ! Limite je ne le mérite pas. Et surtout si elle est bien la Kazuko, l'auteur de romans d’aventure, mes préférés. Enfin disons que ce sont les seuls que je lis depuis mon évasion, je n’ai pas tellement eu le temps d’en chercher d’autres. C’est Kanon qui m’a acheté le premier bien sûr, et les deux autres aussi, puisque je n’ai pas un sou sur moi. Je ne peux pas en avoir trop sur moi, c’est Kanon qui est encombrée après, car je n’ai qu’une grande poche à l’intérieur de mon manteau. Donc si cette femme en face de moi est bien la même personne… je ne sais pas ce que je ferai. Mais, je la fixe avec de grands yeux ronds, absolument émerveillé par son statut de légendaire. Et voilà qu’elle confirme mes soupçons ! j’en suis tout excité sur ma chaise. Mais aussi, impressionné. Je suis facilement impressionnable, en même temps. Alors le combo légendaire + célébrité… Bah c’est assez puissant vous voyez. Ma bouche dessine un cercle parfait tandis que je la fixe, l’air idiot. J’ai encore du mal à y croire ! Et pourtant elle est bien là, devant moi, en chaire et en os, et encore plus gentille que la description dans sa quatrième de couverture. Ce n’est pas pour me déplaire, vu que je suis craintif, être gentil avec moi, c’est le meilleur moyen de m’amadouer. Et pour l’instant elle s’en sort plutôt très bien.

- O-Oui oui, vos histoires sont formidables ! …

Je ne trouve pas grand chose à dire de plus. JE voudrais lui dire que ses personnages sont attachants, complets et profonds, ni tout noirs, ni tout blancs, avec des qualités et des défauts. Que j’approuve ses messages de paix et d’entente cachés entre les lignes. Que les aventures sont prenantes et que je voudrais la suite. Je le voudrais. Mais je n’y arrive pas. Je suis trop abasourdis et impressionné pour réussir à formuler ma pensée. Au lieu de ça je me contente de la regarder se renverser sur sa chaise. Puis je me reprends et lui fournis mon identité. Je connais bien la sienne, alors c’est donnant-donnant. Et puis je commence à lui faire confiance, du moins je sais qu’elle ne me veut aucun mal. Puis le serveur arrive pour nous demander ce qu’on souhaite prendre. Kazuko opte pour une tarte aux pommes et un sirop de grenadine, étonnamment. Je ne l’imaginais pas avoir les mêmes goûts que des enfants ! Du coup, je commande un fondant au chocolat avec de la crème anglaise et un diabolo menthe. J’ai failli demander des pokéblocs acides avec du jus de bais Sitrus, mais je ne suis pas sûr que ce serait passé. Déjà parce que côté sécurité, c’est comme écrire “je suis un hybride” sur mon front, et tout le monde n’aime pas les hybrides. Et puis ça se trouve ils n’en servent pas. Donc j’ai préféré prendre ce que je préfère. Et ensuite je lui dévoile mon identité. Je vois ses traits s’illuminer. AH, elle dit bien aimer les dracos j’imagine. Mais je détourne les yeux suite à ses paroles. Je ne sais pas contrôler la météo, je ne suis pas puissant et encore moins fier de moi. Je ne me sens pas digne d’être un draco. Surtout après ce que j’ai fait. mais tout ça je ne peux pas lui dire. Elle ne comprendrait pas. Elle voudrait des explications, et avec, elle me jugerait. Et ça je ne veux pas. Je sais déjà ce que je suis. Pas besoin de me l’entendre dire.

Je garde un moment le silence, les yeux dans le vide, l’air abattu. Puis je sens un mouvement et je tourne la tête. Kazuko vient de prendre mon livre. Je la fixe à nouveau, cherchant à comprendre son action. Elle me sourit, un stylo à la main. Je regarde le livre ouvert à la toute première page, vierge de toute écriture. Puis je la regarde elle, en clignant une fois des yeux.

- Un… Un autographe ? Vraiment ? … oh… oh oui je veux bien ! Merci ! …

Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me propose une telle chose. Mais en fait… j’y pense depuis que je sais qui elle est. Mais je n’ai pas osé le lui demander moi-même. Parce que je suis trop lâche pour ça. Je l’observe dédicacer le roman de son écriture fine et délicate, si agréable à lire. Puis je récupère le bouquin quand elle me le tend. Je le fixe entre mes mains, l’air totalement ravi. Pour sûr que je vais le garder précieusement celui-là ! Le premier qui y touche je le mords. Je le range dans mon manteau avec précaution.

- Merci beaucoup ! Kanon ne va pas en revenir quand je vais lui raconter ça…

Le serveur choisit ce moment pour arriver avec nos commandes. Je hume l’air en sentant la bonne odeur de chocolat chaud et de crème anglaise. Hmmmmmmmmm,  je me régale déjàààà ! Je passe même une langue vorace sur mes lèvres lorsqu’il dépose l’assiette devant moi, sans quitter le dessert des yeux. Ohlàlà. Quel délicieux goûter ! Je saisis aussitôt ma cuillère pour entamer le fondant. Je ferme les yeux en sentant le goût sucré et amer du chocolat dans ma bouche. Trop bon ! Puis je me souviens où je suis et j’offre un sourire gêné à Kazuko.

- Désolé, c’est tellement bon… Donc, euh… Vous faites quoi ici, à Rosalia ?

Je relance un peu la conversation, mais je m’y intéresse vraiment. Ouais, qu’est-ce que la célèbre Kazuko vient faire dans une modeste ville de Johto ? Et puis comme ça je vais pouvoir déguster mon fondant au chocolat tout en l’écoutant. Que demande le peuple ? Je prends une gorgée de mon diabolo menthe. Franchement, les meilleures choses sont les plus simples.



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 167
Pokédollards : 48
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 24
Localisation : Mystère
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire
Je ressemble à : Megurine Luka
Double compte : Fuyuki Nishimura - Axel Osylia - Yoshihiro Joly

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Aurasphère ♦ Psyko ♦ Teleport ♦ Abri
Race Pokemon/ Métier: Mew/Ecrivain
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Mar 26 Jan - 18:02

Can you free me from this world



Kazuko & Elros D. Pendragon

Kazuko se sentait presque rougir sous les compliments d’Elros. Cela lui faisait toujours très plaisir de savoir qu’on aimait ses livres. Après tout, sans ses lecteurs, elle n’était pas grand-chose. Un écrivain écrivait pour que ses écrits soient lus. Cela ne servait à rien d’écrire si c’était pour être la seule à lire ensuite le résultat. Alors oui, cela lui faisait toujours plaisir de rencontrer des fans comme le jeune dragon. C’était sa principale source d’inspiration et cela pouvait se comprendre. Souriant doucement au Draco, la légendaire jouait avec une de ses mèches de cheveux. Elle ne restait jamais très sérieuse bien longtemps, mais elle assumait parfaitement son âme d’enfant. Le comble quand on connaissait son âge, n’est-ce pas. Mais être une légendaire ne voulait pas dire qu’elle n’était pas comme tout le monde. Elle aussi avait ses moments de joie, de doute, de tristesse, de colère, de peur. Elle aussi aimait plaisanter, rire, s’amuser. Et cela ne voulait pas dire non plus qu’elle n’était jamais sérieuse. La Mew aimait sa vie comme elle était et elle n’en aurait changé pour rien au monde. Enfin... Peut-être qu’elle n’aurait pas abandonné Oswald ce jour-là si elle avait pu remonter dans le temps. Peut-être qu’elle aurait accepté de tuer ce sale type qui pourrissait tant la vie de son protégé. Ou alors elle se serait battue pour adopter Oswald et l’emmener loin du Spectrum cruel. Leur relation aujourd’hui aurait peut-être été bien différente alors. Mais malheureusement ce n’était que des suppositions de sa part. Car aussi légendaire qu’elle était, elle ne pouvait pas revenir en arrière. Elle n’avait pas les pouvoirs de Dialga et elle ne les aurait jamais. C’était d’ailleurs mieux ainsi, sans doute. Elle brisait déjà assez d’interdits en fréquentant et en aimant le chef de Chronos qui faisait tant de mal aux hybrides. A ses fils et ses filles. Ses frères et ses sœurs. Oh oui, il ne fallait pas croire que les légendaires étaient parfaits. Car ils étaient loin de l’être. Elle en tout cas en était loin.

Sortant de ses pensées, c’était fou comme elles revenaient toujours au même sujet, elle observa Elros qui semblait bien abattu tout d’un coup. Le pauvre. Il avait vraiment une piètre opinion de lui-même. Kazuko pouvait le sentir. Elle sentait toujours ce genre de choses. Peut-être était-ce parce qu’elle était l’origine de tous les pokemon sur terre. Peut-être était-ce parce qu’elle était une légendaire. Ou peut-être que tout simplement c’était grâce à qui elle était. En tout cas, elle n’aimait pas voir un hybride aussi jeune être dans un tel état d’abattement. Les enfants et adolescents devraient toujours sourire, rire, s’amuser, être heureux. Mais, hélas, ce n’était pas toujours le cas. Et elle ne supportait pas ça. Elle voulait faire tout ce qu’elle pouvait faire pour changer cela. Même si cela signifiait détruire Chronos un jour. Elle n’était pas sûre que l’organisation d’Oswald était responsable de la souffrance d’Elros, elle n’avait aucune preuve, mais c’était quand même relativement probable. Et même si ce n’était pas le cas, il n’était pas possible de douter du fait que Chronos faisait souffrir des dizaines et des dizaines d’hybrides de tout âge. Un jour, il lui faudrait sans doute se battre contre celui qu’elle aimait. Si elle ne parvenait pas à lui faire comprendre à quel point il se trompait, qui y arriverait ? Personne, sans doute. C’était elle qui avait fait de lui ce qu’il était devenu en l’abandonnant alors qu’il avait tant besoin d’elle. C’était donc à elle d’assumer maintenant ce qu’il était devenu. Même si cela la faisait souffrir.

Soupirant discrètement, la rose regarda avec un air presque attendri le dragon la remercier pour l’autographe. Allons, ce n’était pas grand-chose. Elle signa de sa plus belle écriture et lui rendit ensuite son livre. Il mentionna à nouveau Kanon et la légendaire eut un petit rire amusé. Allons, c’était si exceptionnel de la rencontrer en personne ? Il fallait croire que oui. A vrai dire, Kazuko avait toujours eu du mal à comprendre les émotions qu’elle déclenchait chez ses fans et admirateurs. Oh, elle était Mew d’accord et une célèbre écrivain qui plus est. Mais elle était avant tout elle-même. Sauf que visiblement les gens avaient du mal à la considérer comme quelqu’un d’ordinaire. Enfin, on s’y habituait à force et elle ne s’en offusquait plus vraiment. Même si la gêne était toujours présente. Qui pouvait bien être cette mystérieuse Kanon ? Sa dresseuse ? Une amie ? Sa sœur ? Mystère. Kazuko ne voulait pas l’embarrasser en posant la question, mais la curiosité la dévorait de plus en plus. Et elle se connaissait, elle ne résistait jamais très longtemps, hélas. Le serveur arriva enfin avec les commandes et la rose s’empressa de boire une gorgée de grenadine vu qu’elle avait soif. Miam, un vrai délice, vraiment. Elle aperçut alors Elros apparemment gêné d’avoir succombé lui aussi à sa gourmandise. Elle lui adressa un clin d’œil complice, consciente qu’il s’étonnerait probablement de son manque de manières si semblable au sien. Bah, l’estomac passait toujours en premier. Il n’y avait pas de honte à être gourmand, hein.

- Ne t’inquiète pas, je suis tout aussi gourmande que toi comme tu peux le voir. J’ai un jour de repos et comme j’aime bien cette ville j’ai décidé d’y faire un tour. J’adore les légendes de Rosalia, sa culture, son histoire... Et puis j’ai des amis ici.

Son regard se fit malicieux et elle n’ajouta rien de plus. Bah oui, les légendaires se connaissaient toujours entre eux, du moins c’était rare que deux d’entre eux ne se connaissent pas un minimum. Et comme Rosalia était la ville d’origine de pas mal d’entre eux et bien... Vous voyez, ce que je veux dire, n’est-ce pas. Croquant dans sa tarte aux pommes, la légendaire de Kanto se lécha les lèvres sans aucune retenue. Miam, c’était vrai que c’était bon !


(c) Kuroko's Basket RPG






Cadeaux ♪:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Mar 8 Mar - 20:35
Quelle chance d’être en face de la légendaire Mew, Kazuko, auteure de romans d’aventures ! J’en suis tout émoustillé, tellement que j’ai du mal à trouver mes mots. Entre elle et Kanon, j’ai de la chance. Trop. Je le mérite vraiment ? J’ai annihilé toute chance de survie à mes camarades, après tout… Je baisse les yeux. Je n’en suis pas fier. Et en même temps, si je ne l’avais pas fait, je ne serais probablement pas là aujourd’hui, à déguster un fondant au chocolat devant Kazuko. Mon coeur est rongé par les remords, mais est-ce que je peux dire que je regrette ? Je ne sais pas. La seule chose que je regrette avec certitude, c’est de ne pas avoir écouté ma petite soeur, ce jour-là. A une minute près, ma vie n’aurait jamais viré au cauchemar. C’est effrayant comment votre existence peut basculer d’une seconde à l’autre. ça m’effraie, oui, tous les jours, toutes les nuits. De la peur, je suis l’hôte…

Je relève la tête de mon assiette, la cuillère dans la bouche, pour écouter mon interlocutrice. Oh, elle est gourmande comme moi ! et donc, elle n’est que de passage pour son jour de repos… Dommage. J’aurais bien voulu qu’elle reste plus longtemps. La présenter à Kanon, qui n’en aurait pas cru ses yeux. ç’aurait été drôle de surprendre ma dresseuse ! les derniers mots de Kazuko retiennent mon attention. Je retire la cuillère de ma bouche avant d’avaler.

- Oh, des amis ? Comme des légendaires vous voulez dire ? J’imagine que la plupart des légendaires se connaissent et s’apprécient… Non ?

J’ai tellement de question qui me brûlent la langue ! Mais ce ne serait pas sympa de la noyer sous mes interrogations. Et puis, je me souviens bien de l’étincelle dans ses yeux, quand j’ai évoqué Kanon. Je ne me suis pas étendu sur le sujet car le serveur est arrivé juste après, et j’ai enchaîné immédiatement. Alors, je décide d’abord de répondre à la question muette qui doit la tourmenter depuis.

- Kanon c’est ma dresseuse. Elle m’a re…

J’allais dire recueilli, mais ça soulèverait d’autres interrogations et ce serait difficile d’en rester là, sous son regard inquisiteur. Elle a beau être gentille et maternelle, je n’ai jamais pu me confier à personne sur mon passé, même pas à Kanon. Par peur, par honte, par refus de revivre tout ça, de souffrir, oui, tout ça à la fois. Je dois donc trouver une autre façon de le dire.

- Elle m’a rendu un grand service alors j’ai accepté de former le lien avec elle. Je suis son premier pokémon, le seul pour l’instant. Elle est gentille, elle s’inquiète tout le temps pour moi… Je suis certain que vous vous entendriez bien toutes les deux.

Rendu un grand service. Comme c’est risible comme façon d’honorer son acte ! Si elle ne m’avait pas trouvé inanimé devant sa tente, qui sait ce qui me serait arrivé ? Elle m’a très certainement sauvé la vie ce jour là. C’est indigne de ma part de camoufler la vérité comme ça… Mais après tout, je suis loin d’en être à mon premier mensonge, alors un de plus ou un de moins, qu’est-ce que ça change ? Je prends un morceau de fondant et lèche goulûment la cuillère avant de reprendre.

- Je voyage avec elle depuis. Nous sommes de passage à Rosalia, on devrait repartir dans quelques jours. Moi qui ai toujours rêvé de partir à l’aventure, je suis comblé !

Encore une vérité déguisée. C’est vrai, j’ai toujours aimé l’aventure. Mais la vivre, c’est différent. Passionnant. Mais dangereux, inquiétant. Du moins quand vous êtes un poltron comme moi. Mais là où je mens, c’est que je ne suis pas comblé. Je suis content d’être avec Kanon, je ne pouvais pas espérer meilleur sort depuis mon évasion, mais comblé ? Loin de ma soeur, laissé pour mort, terrorisé par mon ombre, hanté par les souvenirs du centre… Non. Je suis loin d’être comblé. Pourquoi je mens aussi facilement alors ? Peut-être parce que… ça doit maquiller la triste réalité dans mon esprit. J’essaie sans doute de me convaincre que j’ai de la chance. Je déglutis une nouvelle bouchée et commence à récurer le fond de mon assiette déjà vide pour récupérer un maximum de crème anglaise.

- Et vous ? Vous avez beaucoup voyagé ? Vous avez dû voir tellement de choses depuis… depuis des années ! Vous connaissez beaucoup de légendaires ?

Je garde ma cuillère dans la bouche en la fixant, attendant sa réponse avec avidité. Par curiosité. Et par envie d’oublier. Tout est bon pour chasser l’inoubliable.



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 167
Pokédollards : 48
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 24
Localisation : Mystère
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire
Je ressemble à : Megurine Luka
Double compte : Fuyuki Nishimura - Axel Osylia - Yoshihiro Joly

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Aurasphère ♦ Psyko ♦ Teleport ♦ Abri
Race Pokemon/ Métier: Mew/Ecrivain
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Mar 15 Mar - 11:04

Can you free me from this world



Kazuko & Elros D. Pendragon

Kazuko était ravie de partager ce moment avec un jeune et adorable hybride. Il n’était pas un enfant, mais il n’était pas trop vieux non plus, cela se voyait. Le côté très maternel de la Mew ressortait donc facilement avec lui. Enfin, vous allez me dire, il n’en fallait pas beaucoup pour que cela arrive. Après tout, même avec les autres légendaires, elle l’était très souvent, ce qui était plutôt amusant et ironique. Tiens, en parlant des dieux...

- Oh, tu es plutôt perspicace, Elros. En effet, nous nous connaissons les uns des autres, même s’il y a quelques exceptions. Et, pour ma part, je les apprécie tous beaucoup, ils sont un peu comme ma famille, tu vois.

Kazuko sourit tout en buvant une gorgée de grenadine. Oui, sa famille, c’était certainement le meilleur terme pour les désigner. Elle était venue à Rosalia pour en voir certains, car cette ville abritait plusieurs de ses frères et sœurs. Elle était chargée d’histoire et de légendes, ce qui faisait son charme pour la légendaire qui aimait tant s’y reposer. Levant la tête vers le jeune Draco, la Mew l’écouta attentivement alors qu’il venait de reprendre la parole. Oh, il se confiait enfin à elle ? Chouette, alors ! Elle l’écouta attentivement, enregistrant chacune de ses paroles. Sa dresseuse donc ? Alors comme ça il avait passé un pacte avec une humaine. C’était une bonne chose, surtout qu’elle semblait digne de confiance et gentille. La Mew faisait partie de ces hybrides qui avaient encore confiance en l’espèce humaine. Tous n’étaient pas mauvais. Certains étaient même géniaux. La légendaire eut une rapide pensée pour Oswald qui lui aussi avait été adorable à une certaine époque... Son sourire se fit plus amer alors qu’elle agitait sa paille lentement dans son verre d’un air absents. Si seulement il avait pu garder cette innocence qui était la sienne quand il était gosse... Mais c’était trop tard pour regretter quoique ce soit.

- Je suis contente pour toi ! Avoir un dresseur qu’on aime est une chose importante. Même si nous ne sommes plus à l’ancienne époque, du moins c’est comme ça que je vois les choses personnellement. La liberté c’est important aussi, mais... La solitude n’a jamais fait du bien à personne.

Et oui, en plus d’être écrivain, Kazuko était aussi un peu philosophe, parfois. En même temps, elle avait vu tellement de choses dans sa très longue vie qu’elle pouvait bien se le permettre, vous ne croyez pas ? Elle n’était pas assez prétentieuse pour croire qu’elle détenait le savoir absolu, mais si elle pouvait apporter quelques réponses modestes, mais auxquelles elle croyait vraiment, alors elle n’hésitait pas à le faire. Souriant au Draco, elle reprit en finissant son verre, c’était qu’elle avait soif et puis elle pourrait toujours en recommander un deuxième, hein !

- Je suis sûre que je m’entendrais bien avec elle, en effet. En même temps, je m’entends rarement mal avec les gens. Et voyager c’est une bonne chose, découvrir le monde dans lequel on vit est important, cela permet d’être ouvert, d’avoir plus d’empathie et de compassion pour les autres et de nombreuses autres choses. Profite de ton séjour pour visiter la ville, elle est splendide ! Et pleine de mystères.

La Mew adressa un clin d’œil à son protégé suivi d’un sourire malicieux. Voilà qu’elle recommençait. Décidément, elle aurait dû faire philosophe. Enfin, elle pouvait l’être tout en étant écrivain, ces deux métiers allaient bien ensemble, après tout. Parfois, elle en mettait dans ses écrits, sans même s’en rendre compte. Il fallait croire qu’elle aimait transmettre, peut-être était-ce dû à son désir impossible à réaliser d’être maman... Elle était la maman de tous les pokemon et des humains, en dehors de quelques légendaires, mais cela ne lui avait jamais complétement suffi étrangement. Elle aurait aimé donner la vie de la mère manière que les mamans hybrides ordinaires et les humaines... Mais, hélas, cela n’arriverait jamais.

- Oh, oui, j’ai énormément voyager ! Tu vois, je le faisais déjà autrefois quand j’étais une petite pokemon toute rose. Donc j’ai eu le temps de voir du pays. Si tu veux que je te raconte quelque chose en particulier, hésite pas ! Et oui, j’en connais beaucoup... Quasiment tous, en fait. Tu me crois si je te dis que je grimpais sur le dos de Lugia à l’époque ? J’avais parfois la flemme de voler ou de me téléporter alors il me servait d’avion. Ou alors je tirais les joues de Reshiram. Je pourrais te raconter des tas d’anecdotes comme celles-là !

Kazuko éclata d’un rire joyeux en ignorant les regards incrédules que les autres clients et le personnel posaient sur elle. Malgré le bruit qu’elle causait, son rire était si cristallin et agréable à entendre qu’elle ne gênait pas vraiment. Cela n’empêchait pas les gens de s’étonner d’une telle joie de vivre et d’une telle sincérité. Son aura de légendaire se répandait toujours autour d’elle, sans qu’elle puisse la contrôler. Enfin... Ce n’est pas comme si elle essayait, en fait. Hahaha !


(c) Kuroko's Basket RPG






Cadeaux ♪:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 475
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 11/07/2015
Age : 23
Localisation : derrière Kanon très certainement.
Je suis (Inrp) : Hétéro et célib'.
Je ressemble à : Fay - Tsubasa reservoir chronicle & Hyakuya Mikaela de Owari no Seraph
Double compte : M. Amethyst I.de Silsburg

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Surf ♦ Danse-Draco ♦ Colère ♦ Queue de Fer
Race Pokemon/ Métier: Draco
Team/Dresseur/Equipe: Kanon ♥
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Can you free me from this world {PV Kazuko}   Dim 17 Avr - 23:15
Pour Kazuko, tous les légendaires sont alors comme une famille ? Je peux le comprendre. Une famille… j’en ai une, quelque part dans cette région, loin d’ici, à Ebènelle. Mais je suis certainement mort pour elle à l’heure qu’il est. C’est peut-être mieux ainsi… Même si ma petite Aelys me manque cruellement. Je n’oserais jamais y retourner après ce qu’il s’est passé. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui m’en manque, mais… J’ai peur. Peur de leur jugement, même s’ils ne sauront pas pourquoi. Aelys a toujours vu clair en moi. Alors, je m’imagine qu’elle saura ce que je suis devenu du premier coup d’oeil, qu’elle devinera ce que j’ai fait pour survivre. Qu’elle verra ma honte et la peur qui m’habite constamment. Et ça m’empêche d’y retourner.

- Oui je vois. Je comprends très bien…

Oui, je comprends. Quand on n’a pas de parents, uniquement un créateur divin, et qu’on n’a pour la plupart ni frère, ni soeur, et qu’on ne peut avoir d’enfant, je comprends qu’on s’attache beaucoup aux gens comme soi. Les légendaires sont immortels. Ce doit être plus facile de s’attacher entre eux plutôt qu’avec de simples mortels comme moi. ça ne doit pas être facile de voir des êtres chers dépérir sous leur yeux, de vieillesse ou de maladie, quand vous ne changez pas au fil du temps. Les mortels ont tendance à envier l’immortalité des légendaires, mais au final, l’éternité n’a de sens que pour ceux qui en sont privés. Je termine mon gâteau en fixant Kazuko. Elle a l’air un peu ailleurs, le regard perdu dans ses pensées, une mine… amère ? Elle doit avoir eu sa part de mauvais souvenirs, j’imagine…

- Je suis d’accord, après… On ne peut pas s’entourer de n’importe qui non plus. Tout le monde n’est pas digne de confiance… Il paraît qu’il vaut mieux être seul qu’en mauvaise compagnie.

Je sais un peu de quoi je parle, même si je m’éloigne totalement de ma propre situation. C’est ma manière de dire que le monde n’est pas si simple. Qu’il ne faut pas attribuer sa confiance à n’importe qui. Quand vous n’avez plus foi en personne comme moi, et encore moins en vous-même, ça devient vite compliqué de vivre avec d’autres personnes. La peur et la méfiance vous suivent partout, vous rongent, vous pourrissent la vie. Pourtant, je sais très bien que la solitude n’est pas une bonne chose. La preuve, je n’aime pas me retrouver tout seul, je n’aime pas être séparé de Kanon. C’est mon point d’ancrage, ma sauveuse, ma dresseuse. Je ne lui sers à rien, je suis plus un parasite qu’autre chose pour elle, mais j’ai l’impression que ma présence lui fait du bien. peut-être qu’elle aussi elle se sentait seule avant ?

- Et puis, faire un lien avec un dresseur, ce n’est se priver de sa liberté, haha ! En ce qui me concerne en tout cas…

En même temps je venais de m’échapper ce jour-là. J’étais terrifié à l’idée qu’on me retrouve et qu’on m’élimine. Alors j’avais supplié Kanon de me prendre comme pokémon dès que j’avais vu la pokéball. Je l’avais prise un peu de court, mais, elle avait accepté. C’est comme ça que j’ai commencé ma nouvelle vie, ma liberté retrouvée. Je ne me considère pas comme “pris”. J’ai fait le choix de la suivre, plus par peur c’est vrai. Mais je ne regrette pas. De toute façon, je n’avais nul part où aller… Je sirote mon diabolo menthe d’un air absent tandis que Kazuko me raconte ses voyages. Oh, je l’écoute oui, mais je suis en partie plongé dans mes souvenirs. Un détail de son récit retient particulièrement mon attention. Je relève la tête et pose mes prunelles bleues sur elle.

- Oh, vous avez connu votre forme originelle alors ? Je me demande comment c’était, avant…

Peut-être que si j’avais été un minidraco, à l’époque, je n’aurais jamais été séparé de mes parents et de ma petite soeur. Mes parents, s’ils avaient été là en Dracolosse, ils auraient pu empêcher ça. Mais… nous n’étions plus que des hybrides. Pas fragile, certes, mais sans doute moins imposants qu’avant. Enfin, avec des si, on referait le monde !

- Et se servir de Lugia comme un avion… C’est drôle tout de même ! Et Reshiram… c’est un légendaire dragon, il doit être sacrément impressionnant…

J’aurais un peu honte de me retrouver en face de lui en tant que pokémon dragon. Car je m’estime indigne de mon type. Je n’ai aucun courage ni aucune prestance. La seule chose que j’ai hérité d’eux serait peut-être mes attaques Danse-Draco et Colère, et sans doute mon fort instinct de survie. Mais pour le reste… les Draco sont censés être des pokémons nobles. Je n’ai rien de tout ça moi. J’arrive au bout de mon verre, mais j’aspire encore un peu dans le vide histoire d’être sûr d’avoir bien tout bu. ça fait un peu de bruit, ce qui me rappelle quand j’étais petit, et que je le faisais pour faire rire Aelys.

- Vous avez dû vraiment bien vous amuser pendant tout ce temps… Autant avant qu’après les hybrides.

L’amusement m’avait manqué pendant ces sept dernières années. Même si on s’inventait des jeux entre nous pour passer le temps au labo, en général on était trop fatigué pour veiller ou pour jouer. Et puis parfois, certains ne revenaient pas dans leur lit le soir. Repenser aux expérience soulève soudain une question.

- Et Mewtwo ? Vous le connaissez aussi, j’imagine ? On raconte qu’il est un clone de vous. Est-ce que c’est vrai ? Il est issu d’une expérience humaine ?

Je compatis si c’est le cas. Même si je ne suis pas né d’une expérience humaine à proprement parler, je sais ce que ça fait de vivre dans un laboratoire pendant des années, d’être le centre d’attention d’une demi-douzaine d’hommes et de femmes en blouse blanche qui n’ont d’intérêt pour vous que votre potentiel. Oui, je sais ce que c’est que d’être un cobaye.



Je bafouille en dodgerblue

Pokémon Dragon wesh

Elros et Kanon:
 

Kados:
 

Bans:
 


1 Magicarpe de Azura, 1 de Oswald, 3 de Noa et 1 de Eljiina, merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Can you free me from this world {PV Kazuko}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Can you free me from this world {PV Kazuko}
» Ed Free Versus The World
» FIFA World - Free to play
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» CNN: Food prices rising across the world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Johto :: Rosalia-