Partagez | 
 

 « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Ven 13 Nov - 18:37

Welcome  Auberge « Le Refuge »


PARTICIPANTSAzilys Joly & Vesper Stonem
Résumé • Après une bonne et intéressante journée de cours au lycée d'Entrelasque, Azilys rentre enfin à l'auberge où Yoshihiro n'attend qu'elle pour goûter. Après un agréable moment passé avec son petit frère de lait, Azilys décide de prendre du temps pour elle et, armée de son panier, se rend en forêt pour récolter des feuilles mortes. Mais ne va-t-elle trouver que ça, dans les bois ... ?


« The Dragon & The Lady »

Driiiiiiiiiiiiiiing

Dans une cacophonie de chaises et de cris, le dernier cours de la journée s'acheva pour Azilys et ses camarades. Refermant tranquillement son cahier, la jeune adolescente fourra tous ses stylos éparpillés sur son bureau dans sa trousse puis glissa ses affaires dans son sac. La journée s'était déroulée tellement vite qu'elle avait du mal à croire qu'il était était dix-sept heures. Preuve qu'elle ne s'ennuyait pas à l'école, contrairement à la plupart des camarades de classe. Elle avait du mal à comprendre ceux qui somnolaient en cours ou qui attendait la sonnerie de fin de journée avec impatience. L'éducation est quelque chose d'important, dont pas tout le monde à le privilège de jouir. Yoshihiro serait sûrement ravi d'être à la place de la plupart des élèves du lycée. Ils ne comprenaient pas la chance qu'ils avaient. Azilys avait un peu pitié pour eux. Ils venaient ici pour s'ennuyer alors qu'il y a tellement de choses intéressantes à apprendre dans une seule journée …

Enfin, ce ne sont pas ses affaires après tout. Une fois ses affaires parfaitement rangées dans son sac, la blonde daigna enfin se lever. La classe était déjà pratiquement vide, il ne restait que quelques retardataires, le professeur et elle. Alors qu'elle s'apprêtait à quitter la salle de classe après avoir souhaité une bonne soirée aux personnes restantes, son professeur de sciences la héla. Surprise, elle le rejoignit et écouta poliment ce qu'il souhaitait lui dire. Il commença par la féliciter pour ces dernières notes – excellentes – et son attitude irréprochable. La demoiselle rougit sous les compliments, les acceptant avec joie. Elle travaillait dur pour les obtenir et en était très fière. Mais l'adulte ne s'arrêta pas là : il désirait qu'elle donne quelques cours de soutien à quelques camarades de classe en difficulté, si elle en avait le temps, le soir après les cours.

Azilys promit d'y réfléchir, mais elle savait déjà que ce ne serait pas trop possible. Du moins, pas après les cours. N'habitant pas en ville, elle avait de la route à faire pour rentrer à l'auberge. Le trajet ne durait pas longtemps, certes, mais son grand-père exigeait tout le temps d'elle qu'elle rentre avant la nuit tombée. Depuis que Yoshihiro et elle avaient aperçu une silhouette louche dans la forêt, il craignait pour la sécurité de sa petite-fille. Elle avait beau apprendre les techniques d'auto-défense avec Ozvan, Léon tenait à ce qu'elle rentre une fois les cours terminés. Et Azilys ne voulait pas l'inquiéter inutilement. Elle lui parlerait du soutien mais se plierait à sa décision sans broncher. Elle lui doit bien ça, après tout. Il l'a élevé depuis sa plus tendre enfance avec tout l'amour du monde. Il était parfaitement normal qu'elle se montre obéissante vis-à-vis de ses décisions.

L'adolescente quitta donc sa classe puis l'enceinte du bâtiment, son sac accroché à son épaule. Elle traversa la ville sans s'arrêter, quittant rapidement cette dernière afin de s'engager sur la Route 12. Un petit vent frais sifflait dans les feuillages oranges et marrons. L'automne était déjà là. L'occasion pour Azilys d'étudier les feuilles mortes. Elle avait déjà hâte d'en récolter quelques unes. Puisqu'elle n'avait pas école le lendemain, elle avait pouvoir se mettre à la chasse aux végétaux directement en rentrant – enfin, après avoir passé un peu de temps avec Yoshihiro avant. Depuis son entrée au lycée elle avait moins de temps à lui accorder, alors elle n'hésitait pas à le faire lorsqu'elle en avait l'occasion. Son frère de lait devait bien s'ennuyer pendant son absence, même si Azilys se doutait que Christa trouvait toujours de quoi l'occuper. Le petit Vipélierre ne devait pas souvent rester les bras croisés.

L'auberge apparut enfin dans son champ de vision et Azilys pressa le pas, pressée de rentrer chez elle. Yoshihiro l'accueillit à l'instant même où elle poussa la porte de l'auberge, la délestant de son sac pour aller le ranger à sa place adéquate. C'était un petit rituel qu'ils avaient. Ils rejoignirent ensuite une petite table dans la cuisine, où Christa avait déposé leur goûter. Ce jour-là, c'était des tranches de pain d'épice, quelques baies et un grand verre de lait. Le duo s'installa à table en discutant gaiement et ils goûtèrent tranquillement, se racontant mutuellement leur journée. Du haut de ses onze ans, Yoshihiro aidait déjà à l'auberge comme un adulte et cela ne semblait pas lui déplaire. Il avait besoin de se dépenser à son âge et Christa lui donnait souvent la mission de s'occuper des animaux de la basse-cours. Nourrir les poules et les lapins, ramasser les œufs, brosser le cheval … Il se rendait utile tout en s'amusant. Et toujours sous l’œil avisé de Léon ou de Christa, bien évidemment.

Une fois leur goûter englouti, Yoshihiro et Azilys se rendirent au grand salon. Le feu crépitait dans la cheminée, diffusant une odeur de bois brûlés qu'ils appréciaient énormément. Ils s'installèrent sur le grand tapis chargé d'un large livre à la couverture cornée et aux pages jaunies. C'était un recueil d'histoires que la blonde avait commencé à lire à son jeune frère de lait. Ils choisissaient un titre au hasard dans l'index et le plus jeune laissait son aînée lui faire tranquillement la lecture. Cette fois-ci, Azilys lui conta l'histoire d'un jeune Chacripan ayant été abandonné par son dresseur suite à une défaite. Le roman se déroulait avant que les Pokémon ne deviennent des hybrides, dont son âge avancé. Léon leur avait rapporté l'ouvrage lors d'un voyage à Hoenn il y a quelques temps et il se réjouissait de constater que les deux jeunes prenaient le temps de le lire. Des livres comme ça, on n'en trouvait plus sur Unys depuis que Chronos s'était formé …

Azilys terminait à peine la lecture quand la voix d'Ozvan retenti. Il appelait Yoshihiro pour qu'il vienne l'aider en cuisine. Malgré sa carrure impressionnante et imposante, l'hybride Hariyama était d'une gentillesse extrême et il accordait toujours du temps au jeune garçon. Ainsi, quand il avait besoin de son concours, il n'hésitait pas à le solliciter. Il savait qu'Azilys avait besoin d'avoir du temps pour elle de temps en temps, et demander à Yoshihiro de l'aider permettait à la blonde de vaquer à ses occupations sans que son frère ne soit forcément avec elle. La blonde laissa donc le petit garçon partir et rangea le livre, avant de se chausser et attraper le petit panier qu'elle utilisait systématiquement quand elle s'en aller cueillir des plantes dehors. Elle quitta alors l'auberge, prenant soin de prendre son épée avec elle – Léon refusait qu'elle s'éloigne sans être armée -, et s'engouffra dans la forêt. Une bonne cueillette de feuilles mortes n'attendait qu'elle !


© By Halloween





AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 79
Pokédollards : 31
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 22
Localisation : Kalos | Poste de police d'Illumis
Je suis (Inrp) : Homosexuelle | célibataire
Je ressemble à : fem!Aomine | Kuroko no Basket
Double compte : Nithral K. Stark

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Tranche ♦ Colère ♦ Dracochoc ♦ Grimace
Race Pokemon/ Métier: Tranchodon Shiney / Poké'partenaire policier
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Sam 14 Nov - 15:15

   


   
« The Dragon & The Lady »
feat Azylis


   


   

   
Tu respires fort. Trop. Tu vas te faire repérer. « Attrapez-la, cette chienne ! Ou elle est passé ? » Tu plaques ta main sur ta bouche pour camoufler ton souffle, cherchant à te calmer, à réguler les battement déments de ton cœur. Tu n'oses pas relever les yeux. Au contraire, tu te tapis un peu plus entre les deux poubelles, espérant qu'on ne te trouvera pas ainsi. « Montres-toi dragonne ! Je sais que tu n'es pas loin ! » Tu serres les dents, te mords les lèvres pour empêcher ta fierté d'hurler que tu es là, que tu les attends. Ce n'est pas sage Vesper. Ils sont trop nombreux, tu le sais. Et toi tu es loin de chez toi. Tu savais bien que tu n'aurais jamais dû venir ici. Mais Maximus ne t'avait pas vraiment laissé le choix, après tout c'était lui qui décidait des combats et qui te donnait ton argent pour vivre. Ces derniers temps les adversaires acceptant encore de se battre contre toi se faisaient rare. Alors quand il t'avait dit qu'il y avait d'autres arènes illégales un peu partout dans le pays et qu'il connaissait les adresses, tu avais dis que tu irais. Sans réfléchir d'avantage.

Tu as envie de te frapper presque. Ce que tu pouvais être stupide ! Tu aurais dû savoir qu'il ne faut jamais sortir de son territoire. Tu joues déjà un jeu suffisamment dangereux sans avoir besoin de te rajouter des contraintes et des mauvaises surprises. Tu entends des bruits de pas qui se rapprochent. Tu te recroquevilles d'avantage, fermant les yeux. Tes mains sont pressées sur ta bouche pour cacher ton souffle tandis que ton estomac te fait atrocement mal, le t-shirt imbibé d'un liquide carmin. L'odeur de ton propre sang t'agresse les narines et tu as envie de vomir presque, mais tu te contiens.

Ça avait mal tourné. Tu n'avais pas bien compris toi même ce qui s'était passé. Des gens étaient intervenu, interrompant le combat et dispersant la foule de parieurs. On avait commencé à se battre. Certains hurlaient de mettre à mort ces pokémons, ces “saloperies d'hybrides”. Quelqu'un a appelé la police, tu crois. Tu n'es pas resté pour chercher à comprendre, lorsque certains t'ont désigné du doigt, fixant tes canines et griffes en te traitant d'immondice. « Apprenons-lui ce qu'il en coûte, à cette chienne », avait soufflé l'un d'eux en riant grassement. Tu as donné quelques coups, les envoyant valser, les maîtrisant.

Jusqu'à ce que l'un d'eux sorte un couteau et ne te le plante dans le bas ventre.

Tu siffles, feulant entre tes dents alors que tu trouves le courage de passer la tête pour vérifier la ruelle. Personne. Les bruits s'éloignent, mais ils vont revenir. Tu regardes dans l'autre direction. Par là, c'est la forêt. Tu peux y aller, te cacher. Ils ne viendront pas t'y chercher. Tu pourras te reposer, soigner tes plaies. Et ensuite tu rentreras. Et tu ne diras jamais à Basile ce qui est arrivé, jamais. Il se ferait trop de soucis sinon. Grimaçant, appuyant sur la plaie de ton ventre, tu te relèves. Tu titubes maladroitement et t'enfonce dans les sous-bois en claudicant. Ton visage est tuméfié par les coups que tu as encore pris ce soir, avant qu'on t'interrompe. Dire que tu avais déjà gagné deux combats en plus, mais tu n'avais pu récupérer qu'une poignée de pokédollars froissés que tu avais enfourné dans ta poche.

Est-ce que ça en valait vraiment la peine Vesper ? Tu ne sais pas. Tu es pathétique, tu es en consciente. Tu ne veux pas penser à ce que dirais Callis ou ton père s'ils te voyaient ainsi... Tu finis par te laisser tomber contre un arbre, te laissant glisser contre son tronc, épuisée. Tu n'as pas la force d'aller plus loin pour l'instant. Il te faut juste un peu de repos et ensuite, ensuite...

Tu redresses la tête, les sens en alerte. Quelqu'un approche. Tu le sens, tu entends ses pas. Un grondement t'échappe. Tes crocs et tes griffes sont sortis, de même que tes yeux ne virent au rouge. Tu as peur Vesper, c'est bien normal. Tu grondes, alors, avant même que l'individu ne soit dévoilé face à toi. « Approches donc encore et je te taille en pièce, je te préviens. » Tu n'avais pas l'intention de te laisser tuer ou attraper pour être vendue à Chronos sans rien faire.
   
   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   





• Vesper t'engueule en #6E81BD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Sam 14 Nov - 20:28

Welcome  Auberge « Le Refuge »


PARTICIPANTSAzilys Joly & Vesper Stonem
Résumé • Après une bonne et intéressante journée de cours au lycée d'Entrelasque, Azilys rentre enfin à l'auberge où Yoshihiro n'attend qu'elle pour goûter. Après un agréable moment passé avec son petit frère de lait, Azilys décide de prendre du temps pour elle et, armée de son panier, se rend en forêt pour récolter des feuilles mortes. Mais ne va-t-elle trouver que ça, dans les bois ... ?


« The Dragon & The Lady »

Marcher avec une épée à la hanche n'était pas forcément agréable. Azilys n'appréciait pas la caresse du fourreau contre sa cuisse. Elle préférerait pouvoir se déplacer sans avoir à trimballer l'arme partout avec elle. La forêt bordant l'auberge ne lui a jamais paru dangereuse, pourtant. Elle ne comptait plus les heures passées à s'y promener avec Yoshihiro, à la recherche de nouveaux coins de jeux ou de nouvelles variétés de plantes. Il n'y avait pas âme qui vive dans ses boies, mis à part de petits animaux adorables : lapin, mulot, renard … Rien de bien méchant, d'autant plus que l'activité de l'auberge les effrayaient tellement qu'ils gardaient leur distance, demeurant cachés plus profondément dans les bois. Parfois, Azilys se demandait s'ils avaient vu bien une silhouette étrange entre les arbres, ce jour-là, avec Yoshihiro. Peut-être n'était-ce qu'une hallucination, ou un voyageur de passage …

Pourtant, l'air soucieux de son grand-père lorsqu'elle lui en avait parlé l'avait énormément inquiété. Il semblait savoir beaucoup de chose qu'elle-même ignorait jusqu'à présent. Pour la première fois, il lui parla de Chronos et de ce qu'ils faisaient aux hybrides. Il lui expliqua également la face cachée de l'auberge : elle recueillait les hybrides en fuite, les soignant et les logeant jusqu'à ce qu'ils puissent reprendre la route seule. Léon ne pouvait faire davantage mais, aux yeux de sa petite-fille, c'était déjà énorme. Il risquait gros en protégeant les Pokémons, rien que pour cela il méritait le plus grand des respects. De ce fait, Azilys emportait son épée avec elle. Parce qu'il lui avait demandé. De toujours l'avoir sur elle. Pour se protéger en cas de danger. Il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose par sa faute. Mais Azilys était forte : elle ne se laisserait pas faire.

Néanmoins, elle ne laissa pas ses sombres pensées l'habiter. Elle avait des feuilles à ramasser. A peine avait-elle mit un pied dans la forêt qu'elle s'agenouillait déjà, attrapant une poignée de feuilles pour les identifier. Que des feuilles de chênes, mêlées à des glands. La blonde choisit la plus jolie d'entre elle et la déposa délicatement dans son panier, comme s'il s'agissait d'un trésor inestimable. Ses yeux continuèrent de balayer le sol tapissé de feuilles en tout genre, en attrapant certaines, en écartant d'autre. Et lorsqu'il n'y avait plus rien d'intéressant, elle se relevait pour changer de zone et recommencer. Son épée commença petit à petit à représenter un fardeau. A chaque fois qu'elle s'agenouillait elle sentait le manche s'enfonçant dans son ventre. Elle hésita à moment à la décrocher et la laisser contre un arbre lorsqu'elle entendit des bruits provenant de sa gauche.

Se figeant, Azilys épia les alentours, sa main sur la garde de son épée. Ce n'était peut-être qu'un animal, mais elle préférait avoir la conscience tranquille. Déposant tout doucement son panier au sol, elle dégaina son arbre et s'avança très lentement en direction de la source du bruit. C'était imprudent d'y aller seule mais Azilys ne voulait pas alerter les autres si ce n'était qu'une biche ou un blaireau. En temps normal sûrement n'aurait-elle pas réagit à un bruissement de feuilles, mais depuis la silhouette de la dernière fois, elle se montrait plus méfiante. Elle se rapprocha donc petit à petit, progressant à pas de loup sur le tapis de feuilles mortes. Contrôlant sa respiration du mieux qu'elle le pouvait, la blonde sursauta soudainement lorsqu'une branche craqua sur sa propre semelle, la surprenant bêtement. Elle s'apprêtait à remettre sa marche lorsqu'une voix retenti :
▬ Approches donc encore et je te taille en pièce, je te préviens.
Azilys senti un long frisson parcourir son échine. Il y avait bien quelqu'un. Un être humain. Ou un hybride. Les grondements qui précèdent et suivent la menace la font davantage pencher sur la deuxième solution. Pourtant, elle est certaine d'avoir entendu comme des râles de douleur. La personne serait-elle blessée ? Si elle se fiait à l'intonation de sa voix, c'était une femme. Une femme blessée … Azilys ne pouvait décemment pas la laisser comme ça. Mais avant tout, elle devait s'assurer qu'elle avait établi un diagnostic correct de la situation. Resserrant sa prise sur son épée, l'adolescent reprit sa progression, évitant les buissons et écartant les bras basses, ne cherchant plus à se montrer discrète. L'inconnue savait qu'elle était là désormais, inutile de faire des efforts pour être silencieuse.

C'est alors qu'elle l'aperçut. Adossée au tronc d'un arbre, le visage tuméfié, le bas-ventre ensanglantée, une jeune femme à la chevelure bleue marine et à la peau bronzée grondait comme un animal sauvage. Le cœur d'Azilys se serra douloureusement à la vue de ces blessures. Cette personne devait souffrir le martyr. Oubliant tous risques, la blonde jeta son épée au sol et se rua vers la blessée, observant avec horreur son état. Elle semblait épuisée et pourtant, une vivacité sans pareille brûlait dans ses prunelles. Elle voulait vivre, ce n'était pas là le regard d'une vaincue. Et Azilys comptait faire tout son possible pour l'aider. C'était peut-être quelqu'un de mal, qui ne méritait pas qu'on lui offre de l'attention et des soins, mais Azilys ne pouvait rester de pierre face à une telle souffrance. D'autant plus qu'elle se savait capable de l'aider.
❝ ▬ Mon dieu, qu'est-ce qu'il vous est arrivé ? Quelqu'un vous a-t-il attaqué ? Êtes vous blessée ailleurs qu'au ventre et au visage ?  ❞
Azilys commençait petit à petit à céder à la panique, soucieuse de ne pas pouvoir repérer elle-même d'autres blessures sur le corps de l'inconnue. Sa blessure au bas-ventre semblait assez sérieuse, si elle en jugeait par le liquide carmin la tâchant ça et là. Jamais elle n'avait vu autant de sang de sa vie et ça lui donnait presque le tournis. Mais elle ne pouvait pas se défiler. Elle ne le voulait pas, de toute façon. Elle tenait à aider cette personne du mieux qu'elle le pouvait …


© By Halloween





AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 79
Pokédollards : 31
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 22
Localisation : Kalos | Poste de police d'Illumis
Je suis (Inrp) : Homosexuelle | célibataire
Je ressemble à : fem!Aomine | Kuroko no Basket
Double compte : Nithral K. Stark

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Tranche ♦ Colère ♦ Dracochoc ♦ Grimace
Race Pokemon/ Métier: Tranchodon Shiney / Poké'partenaire policier
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Mer 25 Nov - 19:50

   


   
« The Dragon & The Lady »
feat Azylis


   


   

   
C'était une humaine. Lorsqu'elle t'avait entendu, elle n'a plus chercher à jouer les discrètes. Mais elle continua d'avancer pour autant. Tu serres les dents. Pourquoi ? N'avait-elle pas compris que tu étais dangereuse, que tu ne voulais pas qu'on t'approche ? L'humaine ne sembla tout simplement pas en tenir compte. C'est alors qu'elle apparu devant tes yeux et que vos regards se confrontèrent. Toi, étendue contre ton arbre, agonisante. Elle, debout, apeurée et dressant son épée devant elle pour se faire plus menaçante. Tu soulèves le coin des babines, dévoilant tes crocs aiguisés et anormalement longs. Tu n'as pas peur. Tu ne crains pas la mort, c'est du moins ce que tu veux lui faire croire. Elle veut te trancher la gorge ? Très bien, mais tu ne te rendras pas docile pour autant.

Les humains sont mauvais. Les humains te veulent du mal. Vraiment, Vesper ? Tu repenses à Louane. Elle était gentille. Blonde, comme la fille en face de toi. L'air douce et sincère. Mais au final, Louane était partie, elle n'était pas parvenu à t'aider, à accepter tes changements. Ses parents n'avaient pas non plus voulu qu'elle continue de fréquenter une “sale orpheline d'hybride, même pas foutu d'aller à l'école comme tout le monde”. Oh tu sais bien ce qui se disait sur ton dos. Tous les mêmes de toutes manières.

Et là tu ne comprends pas, en voyant l'inconnue jeter son épée à terre. Est-ce une ruse ? Tu t'efforces de te redresser un peu, pour masquer ta faiblesse et conserver ta fierté. En la voyant se précipiter vers toi, tu prends peur. « Arrière, humain ! » grognes-tu, féroce. Tu brandis ton bras armé de tes griffes, arrêtant les ongles meurtriers à quelques centimètres de la gorge de l'inconnue. Tu pouvais lui ouvrir la jugulaire d'un mouvement si tu le désirais. Cependant tu suspends ton geste. Tu ne comprends pas son comportement. Ni pourquoi elle semble si... inquiète pour ta personne. Ce n'est pas logique. Vous ne vous connaissez même pas. On ne se fait pas de soucis pour des gens qu'on a jamais vu. Encore moins quand ils vous menacent. « Tu dois être inconsciente ou dénuée d'instinct de survie pour avoir jeté ainsi ton arme. Je ne sais pas ce qui me retient de te tuer. Sachant que ce sont tes semblables qui m'ont fait cela. » demandes-tu d'un ton suspicieux, crachant ses mots. Tu ne sais pas quoi penser de son comportement. Pourtant les humains sont mauvais. Non, c'est faux et tu le sais Vesper.

La tête te tourne. Tu as perdu trop de sang, tu commences à voir des étoiles noires danser par millier devant tes yeux, ton regard se trouble. Tu sens que si cela continue, tu vas vraiment t'évanouir. Vas-tu mourir ? Tu l'ignores. Tu n'as pas peur, c'est curieux. Il n'y aura personne pour te regretter vraiment de toutes manières. Tu penses tout de même à ton pauvre père. Tu ne pourras plus lui rendre visite si tu meurs. Ça te fait un peu de peine. Il a essayé, il a fait de son mieux. Certes, il échoua dans ses tentatives et cela le mena en prison. Mais tu ne lui en voulais plus. Il restait ton père après tout. Tu penses à Blaise aussi. Lui serait triste, sans doute. Il était si gentil, si doux, ce Laporeille qui avait donné tant d'amour à ton frère. Ton cher Callis... vas-tu le rejoindre ? Tu souris un peu à cette idée. Après tout mourir ce n'est peut-être pas si mal si vous pouvez être enfin réunis tous les deux. Ce serait chouette. Ce serait la fin des ennuis, la fin de la douleur...

Ton bras qui menaçait jusqu'ici la gorge de la demoiselle retombe un peu. Tu n'as plus de forces de toutes manières. « Pourquoi t'es tu approchée ? Tu n'as pas peur ? » souffles-tu malgré tout, ne comprenant la panique dans le regard de l'humaine. Peut-être est-ce tout simplement la première fois qu'elle voit du sang. Faible chose va.
   
   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   





• Vesper t'engueule en #6E81BD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Mar 1 Déc - 15:22

Welcome  Auberge « Le Refuge »


PARTICIPANTSAzilys Joly & Vesper Stonem
Résumé • Après une bonne et intéressante journée de cours au lycée d'Entrelasque, Azilys rentre enfin à l'auberge où Yoshihiro n'attend qu'elle pour goûter. Après un agréable moment passé avec son petit frère de lait, Azilys décide de prendre du temps pour elle et, armée de son panier, se rend en forêt pour récolter des feuilles mortes. Mais ne va-t-elle trouver que ça, dans les bois ... ?


« The Dragon & The Lady »

Azilys sentait qu'elle était capable de céder à la panique à tout instant. Son cœur tambourinait tellement fort dans sa poitrine qu'elle en ressentait la moindre pulsation. Mais elle avait énormément de mal à garder son calme étant donné la situation. Jamais elle n'avait été confrontré à ça auparavant et se sentait dépassée par les événements. Pourtant, elle ne pouvait pas passer son chemin en abandonnant à son sort une personne blessée. Seuls les êtres dénués de cœur pouvaient tourner les talons sans être prit de remords. Or, ce n'était pas le cas de la jeune blonde, qui refusait de céder à la panique en fuyant. Cette personne avait besoin d'elle, elle ne voulait pas la laisser là sans faire quoi que ce soit pour l'aider. Elle s'en voudrait toute sa vie d'avoir été si lâche si elle prenait ses jambes à son cou. Azilys devait donc reprendre son calme afin d'être la plus utile possible.

Et étrangement, ce n'est pas un exercice de respiration ou des pensées positives qui coupa court à sa panique, mais les griffes acérées et meurtrières braquées vers sa nuque. N'importe qui d'autre aurait prit peur, craignant pour sa vie, mais Azilys demeura immobile, droite comme un i, ses muscles crispés … avant que ses épaules ne se relâchent enfin et que toute panique quitta son corps. L'étrangère ne semblait pas confiante, et pour cause. La blonde représentait plus un parasite qu'une aide, à agir de la sorte. Si l'adolescente voulait que l'autre lui fasse confiance, elle devait lui montrer qu'elle était capable de gérer la situation, et de lui prouver qu'elle n'avait rien à craindre, qu'Azilys ne souhaitait que l'aider. La blonde était incapable de faire du mal à une mouche, de toute façon …

L'étrangère reprend la parole, d'une voix dure et tranchante. Imprudente ? Sûrement. Aucun doute que, même dans cet état, l'hybride serait capable d'étriper la moindre personne cherchant à lui faire du mal. La preuve étant ces griffes pointées en direction de la gorge d'Azilys. Elle pouvait la lui trancher à tout instant. Aucune pitié envers les humains, si la blonde se fiait aux dires de l'hybride, puisque ce sont eux qui l'ont blessés. L'adolescente en a un pincement au cœur. Pourquoi lui ont-ils fait ça ? Pourquoi certains hommes – et particulièrement ici, à Unys – refusent de vivre en harmonie avec les hybrides ? Azilys ayant grandi aux côtés de nombreux Pokémon, elle sait qu'ils valent bien plus que certains hommes, parfois. Des bons et des mauvais, il y en a des deux côtés, humains comme hybrides.
❝ ▬ Non, je n'ai pas peur. Vous n'avez aucune raison de me faire du mal, je ne suis pas responsable de vos blessures. Au contraire, je veux vous aider. ❞
Les griffes se sont abaissées avant qu'Azilys ne prenne la parole, d'une voix douce et rassurante. Inutile d'agresser l'étrangère, la blonde ne cherche pas à défendre son honneur mais de la mettre en confiance. Et pour cela, elle doit lui montrer qu'elle ne veut en aucun cas agir comme les responsables de ses blessures. Au contraire, elle veut la soigner. Mais pour cela, elle a besoin de voir les plaies. D'évaluer la profondeur des entailles, ainsi que leur disposition. De plus, il faut soigner le tout avant que ça ne s'infecte. Évidemment, le mieux serait que Azilys la ramène à l'auberge mais l'inconnue accepterait-elle de la suivre ? Était-elle seulement capable de se lever ? Difficile à dire, même si elle se doute que si l'hybride se trouvait ainsi au milieu des bois, c'était parce que la douleur devenait trop importante pour être supportable.

Azilys finit par se redresser, observant les alentours. Ou plus précisément, le sol. L'une de ses plantes favorites, réduisant les sensations de douleur une fois mâchée, poussait dans les environs. Elle était reconnaissable à ses feuilles très claires et en forme de cœur. La blonde en cueillait souvent, puisqu'elle était l'ingrédient principale de sa première et unique concoction personnelle à ce jour. En temps normal, elle broyait les feuilles pour les rajouter dans feuilles de thé afin d'en couper l'amertume, mais elle se consommait également nature. Elle repéra finalement une pousse un peu plus loin et se hâta de la cueillir. Examinant les feuilles, elle en coupa un petit morceau qu'elle mâcha afin de s'assurer qu'il s'agissait bel et bien de la bouche plante. Le goût amer caractéristique la fit grimacer : c'était bien ce qu'elle cherchait !
❝ ▬ Tenez, mâchez ça. Ce n'est pas bon mais ça apaise les douleurs. J'espère que ça vous soulagera assez pour que vous puissiez marcher. ❞
Azilys lui tendit les petites feuilles, arrachées de leur tige qui demeurait elle dans l'autre main de la blonde. Elle, elle était bien plus efficace séchée. Mais au goût, c'était infâme, alors l'adolescente s'en servait plus pour les onguents et les cataplasmes. La fois où elle l'avait goûté, elle avait cru avaler de l'eau de marécage. Ses feuilles, bien qu'amères, étaient déjà un peu plus agréable au goût. Azilys espérait donc que l'hybride blessée accepte de les avaler, malgré sa méfiance et le goût particulier du remède.  


© By Halloween





AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 79
Pokédollards : 31
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 22
Localisation : Kalos | Poste de police d'Illumis
Je suis (Inrp) : Homosexuelle | célibataire
Je ressemble à : fem!Aomine | Kuroko no Basket
Double compte : Nithral K. Stark

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Tranche ♦ Colère ♦ Dracochoc ♦ Grimace
Race Pokemon/ Métier: Tranchodon Shiney / Poké'partenaire policier
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Mar 22 Déc - 13:57

   


   
« The Dragon & The Lady »
feat Azylis


   


   

   
T'avais pas été élevé comme ça pourtant. Tes parents t'ont appris la tolérance et l'acceptation de tous. Ta mère est humaine. Ton frère l'était putain. Alors comment t'en es venue à grogner sur eux, à avoir peur d'en approcher ? T'as honte. Tu as l'impression de renier les valeurs qu'ils t'ont transmis. Tu sais pourtant qu'il y a des bons et des méchants partout, que l'espèce n'a rien à voir. Au fond de toi tu le sais Vesper. Alors arrêtes. Ranges tes crocs, tu vois bien que cette fille ne te veux pas te mal. Ton instinct lui-même te le hurle presque. Elle veut t'aider, tu le vois dans ses yeux. Elle a peur aussi. Mais tu ne parviens pas à faire confiance pour autant, pas totalement. Tu demeures sur tes gardes. Cette lame qu'on a enfoncé dans ta peau a tailladé ta confiance en l'humanité en même temps que tes chaires. Et la cicatrisation prendra un peu de temps, comme pour toutes blessures. Ça demandera des baumes à appliquer et des efforts de ta part ainsi que que de la patience. Mais ça guérira. Parce qu'au fond de toi, t'es pas comme ça Vesper. T'es pas le genre à te soucier de tes blessures, à rester engluer dans le passé. T'avances, toujours. Ou du moins t'essaies.

L'étrangère parle. Elle affirme ne pas avoir peur, tu as presque envie de ricaner. Tu peux sentir sa trouille d'ici. Mais au moins, elle essaie. Elle tâche de ne pas la montrer, d'être forte. Un peu comme toi en fait. Elle affirme vouloir aider. Ses gestes l'indique, tout comme son ton de voix et les battements de son cœur que tu distingues vaguement tant ils frappent vite sa cage thoracique. Tu voudrais la croire, vraiment. Mais tu ne peux pas totalement, pas après ce que les humains t'ont fait. C'est trop tôt. Cependant, elle semble savoir soigner les maux et actuellement, tu es consciente que cette fille est ta seule chance. Alors autant essayer. « D'accord. Mais si tu tentes quoique ce soit de suspect, je t'ouvre le ventre en deux. » menaces-tu, restant sur tes gardes malgré tout et cherchant à lui faire comprendre que tu n'es pas à sous-estimer, même dans cet état d'affaiblissement.

Tu la suis du regard lorsque l'humaine se lève et cueille une plante qu'elle examine et mâche avant de grimacer. Elle semble savoir ce qu'elle fait. Du moins tu l'espères... plus pour elle que pour toi d'ailleurs. Elle finit par te tendre des feuilles, t'expliquant que cela devrait apaiser tes douleurs. Au moins suffisamment pour que tu te lèves et marches, chose dont tu es incapable pour le moment, occupée à presser ta plaie pour tenter de stopper le sang qui continue s'écouler, inlassablement. Ta chemise a viré au rouge sombre tant elle est imbibé d'hémoglobine. Tu regardes les feuilles dans la main de la blonde, puis son visage en guettant si elle essaie de te mentir ou t'empoisonner. Mais elle a mangé la plante elle-même. Tu décides d'avoir confiance et d'essayer. Tu prends les feuilles et les avales, mastiquant. Tu grimace un peu et te retiens de recracher tellement le goût est immonde. « C'est quoi ce truc ? » demandes-tu en toussotant un peu alors que tu avales à contrecoeur. Heureusement que l'humaine t'as prévenu que ce n'était pas bon.

Tu espères que cela va calmer un peu tes douleurs. Car tu es consciente que tu ne peux pas rester là éternellement. Les humains  sont peut être toujours à ta recherche et même s'ils ont abandonné, tu es blessée et passer la nuit dehors n'est pas une bonne idée dans ces conditions. En grimaçant à cause de la souffrance qu'un simple mouvement te cause, tu te redresses et t'appuies contre le tronc pour te soutenir et te remettre sur tes jambes. Tu te fais l'impression d'être bien pathétique à cet instant. Tu es fière après tout, Vesper. Tu n'aimes pas montrer tes faiblesses, tu voudrais ne pas en avoir du tout. Tu te tournes vers l'étrangère. « Toi. Est-ce que tu connais un endroit ou aller ? Pas que j'aime le fait de devoir laisser ma santé entre les mains d'une inconnue, mais je n'ai pas le choix. J'accepte donc ton aide. » Tes jambes tremblent et la tête te tourne. Tu n'es pas sûre de pouvoir marcher seule, mais tu refuses de t'abaisser à lui demander de te soutenir. Tu reconnais déjà avoir besoin d'elle pour guérir, c'est beaucoup pour toi. Fière, trop fière. Tu n'es pas une dragonne pour rien après tout.  
   
   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   





• Vesper t'engueule en #6E81BD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Sam 2 Jan - 20:29





« The Dragon & The Lady »

feat. Vesper ♥

L'hybride semble septique quant aux feuilles que lui tend la blonde, mais il y a de quoi. D'autant plus que Azilys la met en garde sur leur goût infâme avant même qu'elle ne les porte en bouche. Mais autant qu'elle le sache avant, sinon elle aurait été davantage tenté de tout cracher. La première fois que la blonde avait goûté ces feuilles, elle les avait craché aussitôt. Elle n'avait vraiment pas supporter le goût. Mais avec le temps, elle s'y habituait de plus en plus. D'ici quelques années, sûrement en sera-t-elle insensible. Ces plantes ressemblant énormément à une variété de mauvaise herbe poussant par ici, les goûter était le seul moyen de les identifier. Leur amertume si particulière ne trompait pas : impossible de la confondre avec quoi que ce soit d'autre. De toutes les plantes médicinales que Azilys connaissait à ce genre, celle-ci était vraiment la pire au niveau du goût. Et pourtant, elle faisait partie des plus efficaces. Comme quoi, les plus goûteuses ne sont pas forcément les meilleurs ! Loin de là, même. Mais à choisir, autant avoir un mauvais goût en bouche quelques instants plutôt que des douleurs irradiantes …

Néanmoins, l'hybride sembla vouloir lui faire confiance, car elle se saisit des feuilles et les porta en bouche, les mastiquant. Sa grimace de dégoût n'échappa évidemment pas à Azilys et, pendant quelques instants, cette dernière crut que la bleue allait les recracher. Mais elle n'en fit rien, finissant par les avaler non sans mal. La blonde poussa un léger soupir, rassurée. Le remède ne tarderait pas à faire effet, il agissait plutôt rapidement en règle générale, surtout lorsqu'il était consommé nature. Lorsque Azilys le coupait avec d'autres choses pour atténuer l'amertume, il était tout aussi efficace mais un peu plus long à faire effet. L'histoire d'une vingtaine de minutes, à peu près – et selon ce qu'elle mettait avec. Mais nature, c'était bien plus rapide. L'hybride en ressentirait les effets dans moins de cinq minutes, quand bien même la douleur ne s'arrêterait pas net. Ça apaisait sans éradiquer la douleur pour autant. Il fallait plus de temps pour ça.

La jeune femme commence alors à se redresser, difficilement à cause de la douleur irradiant son flanc. Azilys se retient de lui demander de ne pas bouger autant, mais elle se ravise. L'hybride doit déjà se sentir suffisamment faible comme ça, inutile de le lui rappeler. D'autant plus que l'antidouleur ne tarderait plus à faire effet. L'urgence maintenant est de la mettre à l'abri et soigner cette blessure. D'ailleurs, la bleue lui demande d'elle-même si elle ne connaissait pas un endroit où elle pourrait aller. Il est vrai qu'il n'est pas prudent de demeurer dans les bois plus longtemps, surtout si ses poursuivants sont encore sur ses trousses. Et sa blessure risquerait de s'infecter si elle n'était pas traitée dans les minutes qui suivent. Azilys devait donc la ramener à l'auberge. Mais comment passer inaperçu avec une femme blessée à ses côtés ? Elle ne pouvait pas avertir les autres tout de suite : ils risqueraient tous de s'inquiéter pour la blonde alors que ce n'était pas elle, la personne en danger.

Azilys regretta de ne pas être partie avec sa cape. Elle aurait pu la céder à l'inconnue pour qu'elle cache sa blessure sous les pans. Il ne restait plus qu'une solution : la faire rentrer par la porte de derrière, cachée sous les escaliers. Personne ne l'empruntait jamais, elles avaient donc peu de chance de se faire voir. D'autant plus que, à cette heure-ci, tout le monde devait travailler en cuisine. Elles pourraient donc grimper à l'étage supérieur sans trop de souci. Son plan tout écrit dans sa tête, Azilys se hâta d'aller récupérer son épée qu'elle avait lâché un peu plus tôt pour la rattacher à sa taille puis se saisit de son panier à pleine rempli. Tant pis pour sa cueillette, ce sera pour une autre fois. Remarquant que l'hybride peinait tout de même à marcher, la blonde s'approcha, lui proposant de la maintenir. Si elles voulaient rejoindre l'auberge le plus rapidement possible, l'hybride allait devoir mettre sa fierté de côté et accepter l'épaule que lui proposait l'adolescente.

▬ J'habite dans une auberge tout près d'ici. Vous y serez en sécurité.

Lui confia-t-elle tout en commençant à marcher vers le sud. La démarche douloureuse de l'hybride les empêchaient de se déplacer rapidement mais Azilys ne lui en tenait pas rigueur pour autant : elle comprenait qu'une telle blessure puisse la déranger pour marcher, même si les antidouleurs avaient très certainement commencés à faire leur effet. La soutenant du mieux qu'elle le pouvait, Azilys faisait également en sorte d'éviter les inégalités du sol forestier ainsi que les fougères ou les troncs jonchant le parterre histoire de rendre la progression un peu plus agréable pour elle comme pour la blessée. L'odeur du sang était tellement porte que Azilys en avait presque la nausée. L'hybride avait très sûrement dut en perdre beaucoup … La blonde ne pouvait même pas porter la blessée à l'hôpital le plus proche, jamais les médecins n'accepteraient de perdre du temps et des moyens pour soigner un hybride. Seules de rares personnes acceptaient de prendre soin d'eux tels leurs égaux et la blonde trouvait cela vraiment dommage. Hybride ou humain, une personne blessée demeure une personne blessée, nécessitant des soins particuliers selon la gravité de son mal. Pourquoi certaines personnes sont-elles incapables de le comprendre ?

L'auberge apparue finalement derrière les arbres. Quelques outils de jardinage étaient appuyés contre la façade en bois, alignés de façon plutôt maniaque. Azilys s'approcha de la vieille porte, tellement inutilisée que de grosses toiles d'araignées s'étaient formées ça et là. Tirant le loquet avec force, elle constata avec joie qu'elle n'était pas verrouillée. Il lui fallut user un peu de force pour dérouiller les gonds, mais la porte finit par s'ouvrir silencieusement. Comme attendue, elle donnait sous le grand escalier où étaient empilés divers cartons dont Azilys ne connaissait même pas le contenu. Sûrement des vieux journaux ou certains de ces vieux jouets. Elle entra donc avec l'hybride, prenant bien soin de refermer derrière elle. Après s'être assuré que personne n'était dans le coin, elle laissa tomber son panier et son épée sur le sol afin de mieux soutenir la blessée. Elle allait avoir besoin davantage d'aide pour gravir les escaliers, les marches étant assez hautes. La grande salle étant vide, elles purent gravir les nombreuses marches sans que personne ne les aperçoivent …

Arrivées en haut des escaliers, les deux femmes firent face à un long couloir. Pour une personne étrangère à l'auberge, il n'était pas facile de se repérer mais pour Azilys qui y avait grandit, ce n'était pas si compliqué. Elle guida donc la blessée jusqu'à la dernière porte tout au fond du couloir, à gauche. Une fois ouverte, elles y pénétrèrent aussitôt et Azilys se hâta de la refermer, enclenchant aussitôt le petit verrou. Elle ne pouvait pas prendre le risque que l'on débarque dans sa chambre à tous moments. Azilys laissa alors l'hybride s'installer sur son lit. Tant pis si le sang tâchait les draps, elle les changerait. Le plus urgent, maintenant que la bleuté était en sécurité, s'était de s'occuper rapidement de sa blessure. Mais pour cela, Azilys devait l'examiner de plus près. Elle n'avait aucune notion en chirurgie, mais elle était tout de même capable de se rendre compte de la profondeur d'une plaie. Selon si elle l'était vraiment ou pas, elle allait sûrement devoir faire appel à Christa, sa nourrice. Elle, elle avait de très bonnes bases de médecine.

▬ Puis-je regarder votre plaie de plus près ? Je dois savoir si elle est très profonde ou non, même si je me doute que oui ...


(c) Moona Neko






AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 79
Pokédollards : 31
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 22
Localisation : Kalos | Poste de police d'Illumis
Je suis (Inrp) : Homosexuelle | célibataire
Je ressemble à : fem!Aomine | Kuroko no Basket
Double compte : Nithral K. Stark

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Tranche ♦ Colère ♦ Dracochoc ♦ Grimace
Race Pokemon/ Métier: Tranchodon Shiney / Poké'partenaire policier
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Mer 20 Jan - 16:40

   


   
« The Dragon & The Lady »
feat Azylis


   


   

   
Ça avait vraiment un goût de merde.

Non franchement, ces trucs qu'elle t'avait donné à mâcher avaient intérêt à être efficaces, car niveau goût, on repassera. Cela te rappelait quand tu étais malade, petite, et que Callis, ton frère bien aimé, tentais de te faire prendre tes médicaments. Il était le seul capable de te convaincre d'avaler notamment cet affreux sirop pour la toux sirupeux et affreusement sucré. Tu protestais vivement, malgré ta fièvre et tes poumons affaiblis par la maladie, refusant tout net d'avaler cette “chose répugnante”. Callis souriait alors et répliquait que si cela avait mauvais goût, c'est que c'était réellement efficace. Tu finissais alors par te laisser convaincre, surtout quand ton frère menaçait de te bouder si tu ne prenais pas ton médicament. Puéril marché, d'autant que tu savais qu'il ne l'aurait jamais fait, mais l'idée de contrarier ton frère t'étais insupportable, aussi prenais-tu la cuillère pleine de sirop en grimaçant certes, mais docilement.

Aujourd'hui, les choses étaient différentes. Callis n'était plus là pour te soigner et te dire de prendre tes médicaments. Tu te débrouillais seule. Tu avais l'habitude désormais. Grimaçante, tu te redressas, tenant vaille que vaille sur tes deux jambes comme tu le pouvais. Tu ne voulais pas montrer tes faiblesses. Le montrer, c'était mourir. Et tu ne voulais pas mourir, tu voulais pas crever ici, dans cette forêt, loin de chez toi, avec la seule compagnie d'une inconnue. Humaine, qui plus est. C'est marrant comme tu peux être méfiante envers eux maintenant, comme tu peux les détester d'emblée sans chercher forcément plus loin. Tes instincts te disent de te méfier. Pourtant, souviens-toi Vesper. Ta mère est humaine. Ton frère l'étais. Louane, jolie petite fille aux cheveux blonds et aux baisers mouillés, elle aussi elle est humaine. Tu les détestes pas vraiment Vesp'. Tu as juste peur. Peur de tout le monde, parce que tu es seule et n'a personne à qui faire confiance. Plus vraiment.

Mais tu n'as plus le choix maintenant. Alors tu vas faire confiance à cette humaine, tu vas la laisser te soigner, parce que ton désir de vivre est plus fort que tes craintes.

Alors lorsqu'elle te proposa son épaule afin de t'emmener jusqu'à son auberge, tu acceptas. Tu ne dis pas un mot à ce sujet, te contentant de t'appuyer contre elle à demi et de lui couler un regard de gratitude. Et alors que vous vous mettiez en marche, toi boitant maladroitement, tu lâchas finalement ; « Vesper. C'est mon nom. Et le tiens ? Sauf si tu veux que je continues à t'appeler humaine... » Tu essaie de faire un sourire en coin édentée, tes canines ressortant. Mais tu ravales vite cette grimace pour laisser place à une moue de douleur. La plante t'aides à te tenir debout, mais tu souffres toujours tout de même. Ta main libre continue de presser ta plaie ouverte tandis que l'autre s'accrochait à l'épaule de la jeune fille pour ne pas glisser. Vous marchiez lentement et cela te faisait rager intérieurement de te voir toi-même si faible, alors qu'auparavant ta démarche avait toujours été assurée et rapide.

Vous arrivèrent finalement à la fameuse auberge. C'était clairement habité et plus ou moins entretenu. La fille les fit passer par la porte de derrière apparemment et tu lui en fut reconnaissante. S'il y avait d'autres humains ici, tu n'avais certainement pas envie de les voir. Et si tu commençais tout juste à faire confiance à l'autre, il n'en serait pas forcément de même pour les autres, après tout tu avais vu suffisamment de nouvelles têtes pour aujourd'hui. Grimper les escaliers ne fut pas une tâche aisée, mais marche par marche, vous y parvinrent. Qu'une chose si banale te demandes tant d'efforts en disait long sur la gravité de ses blessures, toi qui es une femme plutôt solide d'ordinaire. Sur l'accord de ton infirmière improvisée, tu t'allongeas sur le lit aux draps propres, qui allaient rapidement se retrouver souillés de ton fluide de vie. « Désolé pour le sang... » marmonnas-tu entre deux halètements, épuisée et proche de l'évanouissement bien que tu luttais toujours.

L'humaine demanda pour regarder ta plaie. Après quelques secondes de réflexion, tu hochas la tête. Tu l'observas quelques secondes tout en te redressant. « Donc, tu es un genre d'herboriste ou quelque chose comme ça ? Tu sembles connaître les plantes, à en juger par celle que tu m'as donné et le panier que tu tenais. » Cela expliquait ses compétences dans le domaine. Mais ta plaie allait sûrement nécessiter des points de sutures et cela n'était pas forcément dans les compétences de base d'une pharmacienne.
   
   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   





• Vesper t'engueule en #6E81BD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Ven 29 Jan - 15:06





« The Dragon & The Lady »

feat. Vesper ♥

Vesper. C'est un joli prénom, découlant d'un nom commun. Azilys l'a déjà lu dans un livre. Il signifie soir. Ce n'est pas un mot très répendu, ce qui le rend si particulier, si joli. Possède-t-il un sens caché, une signification particulière ? Le blonde est curieuse de le savoir, mais l'heure n'est pas à ça. L'important dans l'immédiat de s'assurer que l'hybride est en sécurité puis de la soigner, en évitant qu'elle ne perde trop de sang. Du moins, plus qu'elle n'en a déjà perdu. Elle est capable de calmer des maux de tête et de réduire des inflammations musculaires, mais il est impossible de restituer du sang perdu. Du moins, pas sans les hautes technologies des médecins confirmés. Heureusement, Vesper a le réflexe de presser sa plaie. Ainsi, le sang va coaguler et l'écoulement sera ralenti. Ca ne cessera pas le saignement mais c'est toujours ça. Azilys ignore pendant combien de temps Vesper a crapahuté dans les bois avant de s'effondrer et donc quelle quantité de sang elle a bien pu perdre …

▬ Je m'appelle Azilys.


* * * *


Les draps blancs s'empourprent tandis que Azilys enclenche le verrou de la porte. Vesper s'est installée sur le matelas moelleux et s'excuse aussitôt pour le sang qui le tâche instantanément. Mais la blonde ne lui en tient pas rigueur : l'hybride n'y est pour rien. Son fruit ruisselle de sueur, sa respiration se saccade … L'adolescente a l'impression que sa « patiente » est sur le point de tourner de l'oeil. Ne devrait-elle pas lui donner quelques plantes pour m'endormir, afin qu'elle puisse l'examiner et la soigner sans qu'elle ne souffre davantage ? Est-ce bien prudent ? Elle l'ignore. Elle n'est qu'une apprentie herboriste, pas une infirmière. Bien qu'elle connaissance les bienfaits de certaines plantes, elle ne sait pas encore lesquelles sont à administrer dans une telle situation. Ce n'est pas tous les jours que l'on découvre une personne gravement blessée dans la forêt. Ses propres connaissances sont bien trop vagues et minimes pour qu'elle puisse venir seule en aide à Vesper.

Cette dernière lui accorde justement la permission d'examiner sa plaie sanglante. Azilys tire alors un tabouret près du lit afin de s'y asseoir et se penche sur la blessure, écartant les pans du vêtement déchiré. Il est difficile de distinguer grand chose avec ce sang partout. Ni une ni deux, la blonde attrape l'angle de la couverture qui pend à moitié hors du lit et l'applique sur la blessure. Le tissu blanc se teinte aussitôt de rouge mais c'est à peine si Azilys s'en soucie. Heureusement qu'elle a changé sa literie le matin même, les draps sont ainsi d'une propreté idéale pour se genre de manœuvre. Elle parvient ainsi à retirer le maximum de sang et à s'offrir un meilleur visuel de la plaie. La blessure n'est ni large, ni haute. Elle doit mesurer deux ou trois centimètres de hauteur pour deux de largeur. Mais elle semble terriblement profonde. Azilys manie suffisamment le sabre pour comprendre : on lui a planté une lame dans le ventre. Et si elle en juge par la hauteur de la plaie, elle parie sur un couteau.

Les pièces du puzzle s'assemblent dans sa tête. Vesper a donc été attaqué par des humains. Les hybrides sont dotés d'attributs bien plus meurtriers que des lames pour se rabattre sur un couteau. Et à en juger par la réaction de la blessée vis-à-vis d'Azilys, ça ne peut être que ça. Les paroles de Vesper, prononcées plus tôt, lui reviennent en mémoires. Sachant que ce sont tes semblables qui m'ont fait cela. . Ce sont donc bien des êtres humains. Pourquoi, elle ne le sait pas encore. Peut-être ne le saura-t-elle jamais. Dans tous les cas, elle ne compte pas le demander à Vesper. Cette dernière décidera d'elle-même si elle désire ou non lui raconter tout cela. Mais le pourquoi du comment n'est pas ce qui importe le plus dans l'immédiat. Azilys est désormais certaines que ses seules connaissances ne suffiront pas à soigner Vesper. Elle a besoin de Christa. La vieille Leveinard est toujours celle qui s'occupe des blessures, à l'auberge. Elle l'a déjà vu faire des points de suture à Yoshishiro le jour où il s'est ouvert en cassant un verre. Elle est la seule capable de venir en aide à l'hybride blessée.

▬ Donc, tu es un genre d'herboriste ou quelque chose comme ça ? Tu sembles connaître les plantes, à en juger par celle que tu m'as donné et le panier que tu tenais.
▬ Je ne suis encore qu'une apprentie mais je connais de nombreuses plantes médicinales. Néanmoins … J'ai peur que mes connaissances ne puissent t'aider. Mais ma nourrice, elle, en sera capable. C'est une hybride Leveinard, elle a ça dans le sang.

Azilys fait évidemment référence aux temps où les Leivenards étaient les partenaires favoris des infirmières des Centres Pokémon. La mère de Christa a même servi les infirmières sous sa forme de Pokémon, avant l'hybridation commanditée par Arceus. Il est donc impossible de douter des compétences de sa nourrice. Azilys ne prend pas le temps d'attendre la réaction de Vesper. Bondissant sur ses jambes, elle se hâte d'ouvrir le loquet de sa chambre et se rue dans le couloir. A cette heure-ci, Christa a l'habitude de s'occuper du linge dans la buanderie. Il lui suffit de faire seulement quelques pas afin de l'atteindre, puisque la pièce se trouve en face des escaliers. Ouvrant la porte à la volée, elle tombe nez à nez avec sa nourrice chargée d'un panier de linges sentant bon le propre. La vieille femme sursaute, manque de lâcher son chargement, mais parvient à garder les mains suffisamment serrées sur les poignets. Elle rouspète un peu, mais comprend au visage blafard de l'adolescente qu'elle vient quémander son aide.

Azilys ne passe pas par des chemins détournés : elle lui raconte toute l'histoire en ne négligeant aucun détails. Christa l'écoute sans la couper, la mine songeuse. Et lorsque la blonde finit son récit, la vieille femme abandonne aussitôt son panier de linge. Elle rejoint sa chambre au petit trop, Azilys sur ses talons, et se met à fouiller dans les tiroirs de sa petite commode en bois sombre. Elle en sort des objets que l'adolescente reconnaît rapidement : des gazes, du désinfectant, du fil et des aiguilles … Ce qu'elle a déjà sorti il y a peu pour soigner Yoshihiro. Elle va donc aider Vesper. Le visage de la blonde s'illumine tandis que sa nourrice tourne les talons et quitte sa chambre pour rejoindre celle de la demoiselle. Mais alors qu'Azilys allait entrer à sa suite, Christa lui barre la route. Surprise, la blonde la dévisage mais la vieille femme demande alors de lui ramener son cataplasme anesthésiant - sa toute nouvelle concoction  à base de grande consoude. La blonde reste bouche-bée : il s'agit-là de sa dernière œuvre et elle ne l'a encore jamais testé. Est-ce bien prudent de l'administrer à Vesper, alors qu'elle est si profondément blessée ?

Néanmoins, elle comprend la demande de Christa. La grande consoude a la réputation d'entraîner une régénération plus rapide des tissus si elle est consommée. Azilys hoche alors la tête et se hâte de descendre à l'étage inférieur. C'est dans le bureau de son grand-père qu'elle range la plupart de ses remèdes : ainsi, elle sait qu'ils sont en sécurité. Léon est absent, heureusement. Ainsi, elle n'aura pas besoin de justifier quoi que ce soit. Elle trouve rapidement ce qu'elle est venue chercher et remonte aussitôt. Quand elle arrive dans sa chambre, Christa est déjà penchée sur la plaie de Vesper, occupée à la désinfecter avec sa gaze et son alcool qui pique la peau comme le nez. L'hybride ne doit pas en mener large. Mais Azilys ne peut rien lui donner pour apaiser ses douleurs. Pas en ignorant si elle peut administrer sa grande consoude avec ses autres remèdes. Alors elle se contente de s'approcher et de lui proposer sa main. On ne sait jamais, peut-être Vesper a-t-elle besoin de soutien. Christa réclame alors le cataplasme. La blonde le lui cède, sachant que ce mélange permettra à la patiente de ne pas sentir la couture à venir ...

(c) Moona Neko






AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 79
Pokédollards : 31
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 22
Localisation : Kalos | Poste de police d'Illumis
Je suis (Inrp) : Homosexuelle | célibataire
Je ressemble à : fem!Aomine | Kuroko no Basket
Double compte : Nithral K. Stark

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Tranche ♦ Colère ♦ Dracochoc ♦ Grimace
Race Pokemon/ Métier: Tranchodon Shiney / Poké'partenaire policier
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Dim 21 Fév - 11:06

   


   
« The Dragon & The Lady »
feat Azylis


   


   

   
C'était ton père qui avait choisi ton prénom. Parce que tu étais née en soirée, au crépuscule même et que lorsqu'il t'avait prit dans ses bras pour la toute première fois, arrivant essoufflé pour avoir couru depuis son lieu de travail – sa voiture était tombée en panne t'avais-t-il raconté des centaines de fois à ta demande. Alors il l'avait abandonné au milieu même du trafic pour finir le trajet jusqu'à l’hôpital à pieds. Il était arrivé dans la chambre, rouge, haletant et la cravata de travers. Il s'était approché du berceau ou tu dormais, te prenant finalement contre lui et alors tu avais ouvert sur lui deux grands yeux onyx, couleur de la nuit noire. Tes parents n'étaient pas encore tombé d'accord sur un prénom et comme ta mère avait eu le mot de la fin pour celui de Calis, ils étaient d'accord que ce serait ton père qui choisirait le tiens. Il avait alors prononcé, alors qu'il te tenais contre lui pour la première fois, ce qui sonnait comme une évidence : Vesper.

Tu sais pas pourquoi tu repenses à ça maintenant. Sans doute la perte de sang et la douleur te font délirer un peu et perdre la notion du temps. Tu relèves des yeux voilés par la fièvre vers l'humaine. Ta sauveuse, peut-être. Azilys.

Durant le trajet jusque son auberge, là ou tu seras en sécurité – du moins tu l'espères –, tu perds la notion du temps. Tu clignes les yeux de plus en plus longuement, le sommeil tentant de tirer dans ses bras et c'est presque un supplice que de lui dire non et de rouvrir les paupières pour tenter de continuer à marcher plus ou moins droit. Tu accueilles le lit sur lequel tu t'allonges avec un soulagement muet et t'autorises à relâcher, juste un peu, tes muscles tiraillés. L'humaine s'approche pour examiner la plaie et tu la laisses faire, la surveillant du coin de l’œil. Au moindre geste suspect ou brusque, tu sortais tes griffes de nouveau. Des gouttes de sueur, dû à la fièvre et à la fatigue, perlent sur ton front. Tu grimaces un peu en sentant le contact du tissu de la couverture sur ta plaie ouverte, mais c'est ta seule réaction. « C'est mauvais à quel point ? »

Apparemment, assez pour que Azilys ne puisse gérer cette blessure seule. Elle parle d'une nourrice Leveinard, qui saurait mieux gérer la situation. Tu te tends de nouveau, réfléchissant. La mention de la nature hybride de l'autre soigneuse et la conscience que tu risques de mourir si tu continues à te vider ainsi de ton sang, fait finalement pencher la balance. Tu hoches la tête, au moment ou la jeune herboriste se lève justement pour aller la chercher. Tu fermes les yeux durant ce qu'il te semble être une seconde à peine. Pourtant quand tu les rouvres, tu fais face à une vieille femme plutôt que Azilys. Immédiatement, tes sens se mettent en alerte et tu tentes de te redresser par réflexe. Seulement, ton corps ne t'obéit plus et tu retombes sur le matelas souillé d'hémoglobine dans un gémissement.

« Allons, dragon, cesses de t'agiter je ne vais pas te faire de mal, au contraire. » souffle la vieille femme tout en se penchant sur ta plaie. Tu devines qu'il s'agit de la fameuse nourrice hybride. Tu fronces tout de même les sourcils, n'ayant qu'à moitié confiance. « Ou est la fille ? L'humaine. » précises-tu dans le doute que l'autre ne comprenne ta question. Pas qu'elle te manque, mais c'est le seul visage connu en ces lieux. Dans un sens, c'est rassurant. La Leveinard répond distraitement tandis qu'elle commence à sortir le nécessaire à désinfecter la plaie que sa protégée va revenir, partie chercher des remèdes pour sa blessure. Effectivement, Azilys arrive au moment ou la gaz imbibée d'alcool effleure ta peau à vif. Tu serres les dents et un grondement animal t'échappes malgré toi, surprise par la douleur piquante. Tu grognes à l'intention de la plus jeune ; « Qu'est-ce qu'elle va faire au juste ? Recoudre la plaie ? Et ce truc, c'est pour quoi ? » tu poses trop de questions sans doute, mais tu n'aimes pas ne pas savoir. Et te retrouver entre les mains d'une inconnue n'est pas ce qu'il y a de plus rassurant.

Azilys s'approche de ton chevet et te tends la main. Tu la regardes sans comprendre. T'offres-t-elle son soutien, une forme de réconfort ? Tu détournes le regard. L'alcool te brûle et tu siffles sous le désagrément. Ça fait mal. Ça brule, affreusement. Sans la regarder, tes doigts viennent chercher ceux de l'humaine. Tu ne dis pas merci, tu ne te tournes même pas vers elle, te contentant de presser la paume d'Azilys contre la tienne tout en serrant les dents. Tu veux juste ne pas être seule, réalises-tu. Tu as mal, tu as peur et dans cet endroit inconnu, cette humaine qui t'as tendu la main est la seule qui te sois un tant soit peu familière. C'est toujours mieux de l'avoir à tes côtés que d'être livrée à toi même.
   
   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   





• Vesper t'engueule en #6E81BD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Dim 28 Fév - 17:30


“ The Dragon & The Lady ”
feat. Vesper ♥

Azilys admire énormément Christa. Petite fille, elle l'a voyait comme son héroïne, capable de tout faire, de tout savoir. Comme si rien n'avait de secret pour elle. La blonde n'a jamais connu le passé de sa nourrice, même si elle s'en est toujours doutée. Comme Ozvan, la Leveinard a eu un dresseur qui s'en est servi jusqu'à s'en débarrasser une fois lassé. Et Léon était apparu, la sauvant de la misère, lui offrant un toit, un travail et une famille. Son passé l'a rendu forte, l'a rendu aimante. Elle qui n'a jamais put connaître les joies de la grossesse et de l'enfantement a cependant eu la chance de voir grandir les deux enfants qu'elle aime plus que personne au monde. Azilys l'admire pour ça. Pour sa patience, pour son savoir, pour tout ce qu'elle est. Et même si le poids des années pèse sur son dos, elle demeure droite, juste et vive. Elle n'est pas encore décidée à quitter ce monde, qu'importe les rides qui creusent son visage et les rhumatismes qui attaquent ses articulations. Aux yeux d'Azilys, la Leveinard est invincible. Et elle restera à ses côtés pour toujours, quoi qu'il arrive. Parce que rien ne peut venir à bout de Christa. Pas même le temps qui passe.

Ainsi, lorsqu'elle lui demande son cataplasme, Azilys le lui cède sans hésiter. Elle sait que Christa sait s'en servir. Qu'elle ne progresse pas à l'aveuglette. Et sa confiance la touche. La Leveinard n'a pas besoin de tester la concoction pour savoir qu'elle est fiable, efficace. Comme si elle ne doute pas un seul instant des compétences d'Azilys. Cette dernière ne quitte pas sa nourrice des yeux tandis qu'elle débouchonne le petit flacon et verse une étrange purée verdâtre dans le creux de sa main. Une odeur prononcée s'en dégage, un mélange de consoude et de citron, c'est étrange mais pas répugnant pour autant. La blonde sent alors les doigts de Vesper se refermer sur les siens. Elle fuit son regard, mais Azilys ne lui en tient pas rigueur. Elle se contente d'esquisser un petit sourire, la remerciant mentalement pour sa confiance, lui incitant d'être forte, lui promettant que tout ira bien. Le moment ne sera sûrement pas agréable à passer, mais elle n'a pas le choix si elle veut guérir. Et Christa sait forcément ce qu'elle fait. Il n'y a aucune inquiétude à avoir.

Le regard bleu d'Azilys suit les mouvements de main de Christa. Après avoir étaler le cataplasme sur la plaie parfaitement nettoyée de Vesper, elle la masse doucement, du bout des doigts, faisant ainsi pénétrer le produit dans la peau. Elle évite volontairement la plaie, pour ne pas que l'hybride souffre inutilement. La vieille femme prend son temps, s'assurant ainsi que le cataplasme fasse bien effet. Et lorsqu'elle semble satisfaite, elle retire le surplus avec une gaze imbibé d'eau claire. Christa se saisit finalement de son fil et de son aiguille. Ce ne sont pas du matériel de couture, mais bel et bien des outils médicaux. L'emballage sous vide de l'aiguille traîne au sol, juste à côté du tabouret sur lequel la Leveinard est assise. D'un geste professionnel, elle enfile le fil dans la tête de l'aiguille. Azilys détourne aussitôt la tête : elle ne se sent pas prête à assister à un tel spectacle. Vesper semble s'inquiéter, et pour cause. Elle n'a même pas vu d'elle-même la profondeur de sa plaie. Sûrement se demande-t-elle ce qu'il va advenir.

Qu'est-ce qu'elle va faire au juste ? Recoudre la plaie ? Et ce truc, c'est pour quoi ?
Elle va la recoudre, oui. Avec une aiguille et du fil médical. Et ce qu'elle t'a appliqué, c'est un cataplasme anesthésiant. Attention, la suture va commencer. Sois forte, Vesper.


* * * * *


La suture est terminée. Christa a bandé le flanc de Vesper afin d'immobiliser la zone et garantir la sécurité des nombreux points de sutures. Azilys se sent un peu nauséeuse, mais elle refuse de se plaindre. Ce n'est pas elle que l'on vient de recoudre, après tout. Mais visiblement, la cataplasme a fait son effet. Ce qui la rassure énormément : si Vesper avait eu à sentir les allers-retours de l'aiguille dans sa chaire, la douleur aurait été insoutenable. Azilys n'a pas lâché sa main. Leurs doigts demeurent entrelacés, et la blonde les serre fort, comme soucieuse de la voir disparaître si jamais elle l'a relâche. Pourtant, l'hybride est encore là, au milieu des draps encore souillés que Christa tient à changer. Elle est d'ailleurs partie chercher une literie propre ainsi qu'un lit d'appoint, histoire d'y installer Vesper. Le matelas d'Azilys est trop dur et le confort de la blessée est important pour un meilleur rétablissement. Le temps qu'elle retrouve tout ça dans les placards de l'auberge, Azilys et Vesper peuvent avoir un petit tête à tête post-opératoire, si on peut dire ça comme ça. La blonde a senti que la jeune femme était moins à l'aise en présence de la Leveinard. Se sent-elle un peu mieux, maintenant qu'elles ne sont que toutes les deux ?

Si tu veux dormir, attends encore un petit peu. Christa arrive.

Souffle-t-elle doucement, n'osant pas lui parler plus. Azilys ne veut pas la forcer à parler après sa chirurgie qui, malgré le cataplasme, a du être éprouvante après tous les événements de la journée. Plus que jamais, l'hybride a besoin de repos. Pourtant, elle doit encore lutter contre le sommeil en attendant l'arrivée de son couchage propre, adapté, douillet. Une douche et des vêtements propres ne seraient pas de trop également, mais ce serait trop la brusquer après la suture. Le mieux est qu'elle dorme un peu avant tout. De toute façon, sa plaie est propre et désinfectée. Azilys lui a également nettoyé le visage après l'intervention. Le reste du corps devra attendre que Vesper se soit reposée et se sente un peu mieux. Christa arrive finalement avec le lit d'appoint et une paire de draps propres. Aussitôt, elle déplie le couchage au milieu de la chambre et recouvre le matelas d'une housse bleue claire. Elle ajoute un oreiller recouvert d'une taie de couleur similaire, puis se tourne vers Azilys. Il ne reste plus qu'à installer la patiente. Encore faut-il qu'elle puisse se redresser et se lever sans mal ...



© Halloween




AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 79
Pokédollards : 31
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 22
Localisation : Kalos | Poste de police d'Illumis
Je suis (Inrp) : Homosexuelle | célibataire
Je ressemble à : fem!Aomine | Kuroko no Basket
Double compte : Nithral K. Stark

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Tranche ♦ Colère ♦ Dracochoc ♦ Grimace
Race Pokemon/ Métier: Tranchodon Shiney / Poké'partenaire policier
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Sam 5 Mar - 17:33

   


   
« The Dragon & The Lady »
feat Azylis


   


   

   
Les doigts d'Azilys étaient chauds. Un peu humides également, sans doute parce qu'elle venait de se laver les mains après avoir fait la mixture pour le cataplasme qui avait réclamé son attention. Mais c'était une douce tiédeur agréable et cela te rassurait, Vesper. Avoir une présence à ses côtés quand on doit affronter la douleur ou l'inconnu, c'était toujours meilleur. Tu avais tendance à l'oublier. Tu t'étais volontairement éloignée des personnes qui comptaient autrefois dans ta vie. Après la mort de ton frère et l'emprisonnement de ton père, tu avais trop souffert de leur perte pour accepter de revivre cela. Seul Basile était resté à tes côtés malgré tout et tu l'en remerciais. Sans lui, sans doute serais-tu devenue un être fait uniquement d'amertume et de regrets. Sans doute n'aurais-tu même pas accepté que cette humaine t'aide et tu aurais préféré succomber à tes blessures, stupidement, inutilement. Tu étais entêtée Vesper, mais pas idiote.

Et désormais, tu réalisais que mettre sa méfiance de côté pour oser donner une chance à cette enfant aux cheveux dorés était ce qu'il y avait eu de mieux à faire. Tu n'avais pas envie de mourir, Vesper. Tu essaies de ne pas prêter attention aux gestes de la vieille femme à ton chevet, mais c'est difficile. Tu frissonnes et manques de sursauter en sentant le contact du produit anesthésiant si frais sur ta peau dévêtue. Pour le moment, tu n'as pas mal. Mais tu sais que cela va venir, que ce n'est qu'un prémisse. Azilys t'expliques, répondant à tes questions. Elle doit sans doute percevoir ta nervosité malgré tout, tu ne prends guère sois de camoufler ta curiosité anxieuse après tout. “Sois forte”. C'est ce que tu essaies de faire, depuis un an maintenant. Être forte. Ne pas craquer. Ne pas abandonner et succomber au chagrin qui lui pourri le cœur tel un maux dont tu ne pourras jamais complètement se débarrasser. Un mal portant le nom de Callis qui te fais souffrir chaque jour, chaque heure. Seule l'intensité de cette douleur varie.

L'aiguille pénètre ta peau. Tu serres les dents et tes doigts entremêlés à ceux d'Azilys se crispent sur leurs homologues. Tes crocs transpercent l'épiderme fragile de tes lèvres et un léger filet de sang coule le long de ton menton. Tu ne sais pas combien de temps l'opération dure. Mais quand enfin la Leveinard se relève en annonçant qu'elle avait terminée, tu es épuisée. Ton flanc est désormais suturé et bandé. Il ne reste qu'à laisser le temps faire son œuvre pour le reste de ta guérison désormais. Tu accueilles le linge frais que l'humaine passe sur ton visage avec bonheur. La vieille soignante sort chercher des draps propres, mais tu y prêtes à peine attention.

Tu te tournes vers Azilys, oubliant vos mains toujours entrelacées. « Tu vis seule avec la Leveinard alors ? Tu as dis que c'était ta nourrice... » Tu te demandes vaguement ou sont ses parents dans ce cas. Mais tu ne demandes pas directement. Toi-même, tu n'as plus les tiens après tout. Tout le monde à son histoire et son lot de drames dans la vie. La soignante revient finalement. Tu remarques alors ta main qui tient celle de l'humaine et tu desserres ta prise, un peu gênée. Tu n'es pas habituée à faire preuve de tant de familiarités avec une inconnue, même s'il est vrai que les circonstances sont particulières.

« Je peux me lever. » souffles-tu quand la Leveinard t'inquiètes qu'il faut que tu passes dans l'autre lit. Tu te redresses et grimaces en sentant ta peau fraîchement suturée se tendre douloureusement. Tu as sans doute étais quelque peu présomptueuse sur ce coup, mais tu refuses de l'admettre pour autant, repoussant les draps souillés pour t'asseoir sur le bord du lit. Tu lances un regard à Azilys, lui demandant silencieusement de te prêter son épaule pour s'appuyer dessus. C'est presque risible pour toi de préférer le soutien d'une humaine à celui d'un pokémon, mais c'est elle ta sauveuse après tout.

Les quelques pas pour atteindre le lit d'appoint te parurent affreusement difficiles à faire et longs. Ta propre faiblesse te fait honte. Tu hoches le menton pour remercier  l'apprentie herboriste. « Merci de votre aide... Je repartirai dès demain pour ne pas vous importuner d'avantage, ne vous en faîtes pas. » Présomptueuse, à nouveau Vesper. Une nuit de sommeil ne suffira sans doute pas à te remettre suffisamment en état pour faire le trajet jusque Volucité.
   
   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   





• Vesper t'engueule en #6E81BD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Mar 15 Mar - 14:40


“ The Dragon & The Lady ”
feat. Vesper ♥

Les doigts de Vesper sont chauds et moites. Malgré la fin de l'opération, Azilys n'a toujours pas lâché la main de l'hybride, comme si elle craignait qu'elle lui échappe si jamais elle le faisait. Vesper ne desserre pas sa prise non plus. Elles demeurent cependant silencieuse, seules dans cette chambre, à attendre le retour de Christa. Le cœur d'Azilys n'a pas cessé de palpiter furieusement dans sa poitrine, elle le sent pulser comme jamais dans sa cage thoracique. L'opération est terminé et, pourtant, son rythme cardiaque ne semble pas encore vouloir revenir à la normale. Il lui faudra sûrement quelques instants encore pour se remettre de ses émotions. Utiliser ce cataplasme pour la première fois sur une blessure d'une telle ampleur a mit ses nerfs à rude épreuve. Mais Vesper se porte bien, il n'y a plus aucun souci à se faire. La cicatrisation sera longue, mais Azilys promet de veiller personnellement au rétablissement de l'hybride. Elle en fait le serment.

Tu vis seule avec la Leveinard alors ? Tu as dis que c'était ta nourrice...
Nous ne vivons pas seules. Il y a également mon grand-père, mon frère et le cuisinier, que je considère un peu comme mon oncle. Nous formons tous une famille.

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, Azilys n'est pas orpheline. Ses parents sont bel et bien vivants, en vadrouille elle ne sait où. Ils auraient probablement gardé leur fille à leurs côtés s'ils n'avaient pas été artistes de cirque. Mais élever un enfant dans de telles conditions n'était pas concevable, d'autant plus que les nombreux déplacement de la troupe avait fnit par rendre Azilys malade. Elle aurait put en mourir si ses parents n'avaient pas trouvés un médecin très compétent à Volucité. Suite à cela, ils décidèrent de confier leur petite fille à son grand-père. A l'auberge, elle grandirait dans un environnement bien plus adapté à sa santé et fréquenterait les bancs de l'école. Chose que la vie de nomade du cirque ne lui aurait jamais permis. Azilys n'a évidemment aucun souvenir de la séparation, mais au jour d'aujourd'hui elle se doute que ses parents ont du énormément souffrir. Ils leur arrivent de passer la voir de temps en temps, lorsque le cirque s'établit dans la région. Mais pour la blonde, ils sont presque des étrangers.

Lorsque Christa revient, chargée du lit d'appoint et des draps, Azilys sent les doigts de Vesper se desserrer. La demoiselle comprend évidemment son trouble et ramène sa main vers elle. La Leveinard ne tarde pas à installer le couchage et suggère à sa patiente de venir s'y installer. Aussitôt, la blonde bondit sur ses pieds, prête à lui donner main forte. Pourtant, Vesper semble vouloir se débrouiller seule. Elle se redresse lentement, non sans esquisser une grimace de douleur, repoussant les draps pour finalement s'installer au bord du lit. Azilys guette ses mouvements, prête à intervenir au moindre signe de faiblesse, mais l'hybride lui lance un regard qui en dit plus que mille mots. Aussitôt, la demoiselle se penche vers la blessée, lui offrant son soutien pour la guider jusqu'au lit d'appoint qui ne semble attendre qu'elle. Les quelques pas qui les séparent du couchage semblent les plus douloureux du monde pour Vesper, mais elle finirent par y arriver. L'hybride s'y allonge directement et Christa se hâte d'aller lui chercher une couverture – ainsi que des nombreux draps pour le lit d'Azilys.

Merci de votre aide... Je repartirai dès demain pour ne pas vous importuner d'avantage, ne vous en faîtes pas.
Ne sois pas stupide, tu ne pourras pas repartir demain matin. La plaie va mettre quelques temps à cicatriser. Mais ne t'en fais pas, je prendrai soin de toi.

Ses mots résonnent comme une promesse, alors qu'elle remonte la couverture que vient de lui donner Christa jusqu'au menton de l'hybride. Avec une telle blessure, hors de question que Vesper aille où que ce soit. Du moins, pas tant qu'elle soit totalement cicatrisée. Ce sera sûrement l'affaire de quelques semaines, mais Azilys est prête à assumer ses responsabilités. Evidemment, elle ne pourra pas être là en journée à cause des cours mais Christa, elle, veillera sur Vesper si la jeune fille le lui demande. Car même si la vieille Leveinard ne le laisse pas forcément, paraître, elle s'inquiète tout autant que sa protégée du sort de leur invitée impromptue. L'auberge a toujours été un foyer, un refuge pour les hybrides, d'où son nom. Vesper a été blessé par des humains. Elle ne pouvait donc pas mieux tomber. Entre ses murs, elle ne risque rien. Chacun prendra soin d'elle jusqu'à son total rétablissement. L'hybride ne sait probablement pas où elle a atterrie, mais qu'elle soit rassurée : personne ici ne lui voudra le moindre mal. Bien au contraire.

Laissant Vesper se reposer, Azilys tourne les talons pour aider Christa à retirer les draps souillés de sang de son lit. Heureusement, il ne s'est pas infiltré jusqu'au matelas. Ce dernier se retrouve rapidement à nu et Christa insiste pour le vaporiser d'une brume odorante, afin d'être sûre qu'il ne porte pas l'odeur du sang. Une fois cela fait, la Leveinard le retourne – c'est une habitude chez elle : dès qu'elle change les draps d'un lit, elle en retourne le matelas – puis le pare d'une nouvelle literie propre et embaumant son liquide vaisselle à la camomille. Azilys apprécie énormément cette odeur, qui est toujours la même depuis sa tendre enfance. Elle lui rappelle énormément de souvenirs d'antan, lorsqu'elle partageait sa chambre avec sa nourrice ou, plus tard, avec Yoshihiro, avant qu'elle ne devienne une adolescente pourvue de formes féminines qui la pousse à prendre une chambre pour elle seulement. Cette nuit, un autre être partagera l'intimité de cette chambre d'adolescente, croulant sous les traités de médecine et les herbiers en tout genre.



© Halloween




AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 79
Pokédollards : 31
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 22
Localisation : Kalos | Poste de police d'Illumis
Je suis (Inrp) : Homosexuelle | célibataire
Je ressemble à : fem!Aomine | Kuroko no Basket
Double compte : Nithral K. Stark

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Tranche ♦ Colère ♦ Dracochoc ♦ Grimace
Race Pokemon/ Métier: Tranchodon Shiney / Poké'partenaire policier
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Lun 11 Avr - 18:24

   


   
« The Dragon & The Lady »
feat Azylis


   


   

   
Quand tu étais enfant, une fois, tu t'es blessée. Tu devais avoir six ans peut-être. Tu faisais l'intéressante, l'intrépide, cherchant à impressionner ton frère. Tu as grimpé tout en haut du pommier du verger derrière la maison, faisant la fanfaronne une fois perché sur la plus haute branche de celui-ci. Mais le pommier était vieux et fatigué — la branche a cédé. Tu as dégringolé sous les yeux effrayé de ton frère, qui accourait déjà pour te rattraper. Ta chute fut ralenti par les branches et finalement, tu tombais à demi dans les bras de Callis. Mais tu ne pouvais marcher, te tordant de douleur alors que ton bras pendait étrangement, aussi appela-t-il votre père à la rescousse. On fit venir le médecin et le verdict tomba ; épaule démise. On allait te la remettre en place, mais le médecin prévint que cela allait être douloureux ; rapide, mais douloureux. Tu pleurnichais comme le bébé que tu étais. Tu ne voulais pas avoir mal, tu voulais retourner jouer avec Callis.

Ton frère s'est alors approché, pendant que ton père te maintenait pour ne pas que tu bouge et que le docteur tâtonnait ton bras. Il a attrapé les doigts de ta main libre et les a pressé entre les siens. Sa paume était chaude. Rassurante. Serres aussi fort que tu veux, je ne lâcherai pas, avait-il dit. Je reste auprès de toi Vesp'. En quelques paroles et une caresser sur ton front humide de sueur, il avait su t'apaiser. Tu te tins tranquille, même quand le docteur tira sur ton bras pour remettre ton épaule. Ça fit 'crac' dans ton corps et tu te crispas jusqu'aux orteils et planta tes ongles, devenus griffes sans que tu t'en aperçoive, dans la main de Callis. Mais il ne bougea pas, malgré le sang qui coulait des petits trous que tu avais percé dans sa peau.

Aujourd'hui, Callis n'était plus là et ce n'était pas sa main que tu avais tenu. C'était bien des doigts humains qui avaient serré les tiens, mais plus fins et délicats, à la peau plus claire. Mais comme ce jour-là ou tu avais été heureuse d'avoir ton frère, tu éprouvais du soulagement à ne pas t'être retrouvé seule dans cette douleur. Tu t'étais retenu aussi, tu avais assez de maîtrise pour ne pas avoir infligé le même supplice en retour à Azilys. Azilys qui te parle et que tu écoutes. “Famille”; ce mot sonne douloureux à tes oreilles. Et toi Vesper, que restes-t-il de ta famille ? Des lambeaux oubliés, éparpillés. Ton père est en prison, purgeant une peine injustifiée à tes yeux. Callis n'est plus qu'un souvenir et ta mère, un simple dos qui s'éloigne dans le lointain, oublié depuis longtemps. La famille ça ne vaut rien. Ça n'est pas une valeur sûre. Tu ne peux compter que sur toi-même Vesper, tu sais.

Pourtant quand vient le moment de se lever, tu sais que seule tu n'y arriveras pas. Mais tu ne sais pas comment demander de l'aide, tu as oublié, tu es trop fière et têtue pour cela. Cependant, Azilys comprends ton regard et soudain la voilà, te soutenant. T'offrant une épaule sur laquelle t'appuyer, des bras pour te rattraper si tu trébuches. Tu avais oublié Vesper, oublié ce que ça faisait d'avoir l'assurance que si tu tombes, quelqu'un sera là pour te relever. Tu ne dis rien, mais c'est chaud dans ton cœur. Cependant tu grimaces à l'idée d'être bloqué ici. « Combien de temps exactement penses-tu que je devrais rester alité ? » La dernière phrase, cependant, la fait détourner les yeux de gêne. Tu grommelles, dragonne bougonne. « Merci.... »

Tu regardes l'humaine et la Leveinard s'agiter, changer les draps. La fatigue commence à te rattraper, tu sens tes paupières s'alourdir peu à peu. Tu sombres alors sans t'en rendre compte.

* * * * *

Tu t'éveilles dans la nuit, en sursaut. La fièvre est revenue, tu transpires et a trop chaud. Tu grognes un peu, tourne la tête en habituant tes yeux à l'obscurité. Tu repères une forme dans le lit à côté. « Azilys ? » oses-tu à mi-voix, ne sachant si elle t'entendrait dans son sommeil.
   
   

   © Jawilsia sur Never Utopia

   





• Vesper t'engueule en #6E81BD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org/
avatar
Chronos • Sbire
Messages : 219
Pokédollards : 58
Date d'inscription : 28/09/2015
Age : 22
Localisation : Route 12 - Auberge "Le Refuge"
Je suis (Inrp) : Célibataire
Je ressemble à : Saber - Fate Series
Double compte : Noa ; Clara ; Altais ; Maël

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Une épée
Race Pokemon/ Métier: Aubergiste & Herboriste
Team/Dresseur/Equipe: Calev
Chronos • Sbire
MessageSujet: Re: « The Dragon & The Lady » - Vesper ♥   Mar 19 Avr - 11:27


“ The Dragon & The Lady ”
feat. Vesper ♥

L'oreiller glisse tout seul dans la taie immaculée avant que Azilys ne le dépose à la tête de son lit, en compagnie d'un coussin en forme d'étoile qui vient mettre une touche de couleur dans cet océan de blanc.

Combien de temps exactement penses-tu que je devrais rester alité ? Merci …

Au son de cette voix, Azilys se retourne, puis sourit. Combien de temps ? Elle ne sait le dire. Tout dépend de l'évolution de la cicatrisation. Si la plaie ne s'infecte pas, deux semaines suffiront sûrement. Peut-être même moins. La blonde ignore si les hybrides cicatrisent plus vite que les humains. Après tout, ils étaient autrefois des créatures taillées pour le combat. Que ce soit un duel entre dresseur ou une guerre de territoire, ils usaient crocs et griffes pour se défendre. De ce fait, il ne serait pas si étonnant s'ils possédaient des capacités régénératrices supérieures à celles des êtres humains. Mais ça malheureusement, Azilys ne peut pas le deviner, ni même le lire dans un quelconque ouvrage. A Unys, la cause hybride est loin d'être soutenue. Et presque tout ce qui pourrait être mit en jeu pour les aider a été supprimé. De tous les livres que possèdent Azilys, à peine une petite poignée concerne les Pokémon. L'histoire de trois ou quatre ouvrages dénichés dans la grande bibliothèque de son lycée …

Néanmoins, elle n'a pas le temps de répondre à Vesper que cette dernière sombre dans le sommeil. Azilys préfère ne pas la réveiller. Après toutes ces émotions, elle a plus que besoin d'un somme réparateur. Alors une fois sa chambre remit en ordre, elle la quitte sur la pointe des pieds, prenant toutes les précautions du monde pour ne pas cogner le loquet. Une fois dans le couloir des chambres, elle gagne la buanderie où Christa semble l'attendre. Sans un mot, la Leveinard et l'humaine se saisissent des draps souillés qu'elles saupoudrent d'un cristaux blancs. Ces derniers se gorgent le plus possible du sang présent sur le linge avant de glisser sur le sol. Tandis que la blonde les ramasse à l'aide d'une pelle et d'une balayette, Christa charge les draps dans la machine à laver qu'elle bombe de plusieurs produits différents. On ne sait jamais quels germes peuvent traîner ici et là, elle ne veut donc pas prendre de risque. Et surtout, elle tient à faire disparaître le reste de sang de ces linges ivoires.

Après des longues minutes de silence, la Leveinard prend enfin la parole. Si elle ne fait aucun commentaire sur le sauvetage de la demoiselle, elle lui conseille cependant de rapidement en parler à son grand-père. Azilys opine du chef : c'est bien ce qu'elle a prévu de faire. Léon est certes un allié des hybrides, il a tout de même le droit de donner son avis sur la présence de Vesper à l'auberge. Sûrement traitera-t-il sa petite fille d'inconsciente, mais la blonde est prête à user d'arguments pointus pour défendre sa position. Elle les répète d'ailleurs en boucle dans son esprit, préparant à l'avance les arguments et les contre-arguments histoire d'être parfaite au moment de l'interrogatoire. Une fois sa tâche auprès de Christa terminée, elle prend congé de la Leveinard, enfile rapidement une robe propre puis descend dans la grande salle. Quelques clients attablés sirotent des boissons en discutant gaiement. Azilys les salue d'un mouvement poli de la tête avant de se glisser jusqu'au bureau de son grand-père.

Cette fois-ci, Léon est là, installé à la chaise de son bureau, le nez plongé dans des papiers. Quand il aperçoit sa petite fille, il les lâche pour l'inviter à s'approcher. Azilys préfère ne pas tourner autour du pot et lui raconte sa petite aventure d'une voix calme et assurée, malgré le nœud qui se forme petit à petit dans son estomac. A la fin de son récit, le vieil homme reste silencieux quelques instants. Contrairement à ce qu'elle a cru, Léon ne se fâche pas. Il la félicite même pour son initiative – en la traitant tout de même d'inconsciente, comme elle l'avait prévu. Il lui conseille seulement d'éviter la forêt pendant quelques jours, histoire qu'elle ne se retrouve pas face aux agresseurs de leur nouvelle pensionnaire. C'est donc l'esprit léger que la blonde quitte le bureau de son grand-père, soulagée. Le séjour de Vesper à l'auberge ne sera pas compromis. Elle pourra demeurer ici jusqu'à son rétablissement.

* * * * * * * * * *

La nuit est tombée depuis plus de deux heures sur Unys. Le réveil d'Azilys affiche 22:58 et pourtant, elle ne dort toujours pas. Assise dans son lit, armée d'une lampe torche, elle lit avec grand intérêt le dernier traité de médecine qu'elle a emprunté au lycée, en début de semaine. L'ouvrage est tellement passionnant qu'elle peine à s'en détacher. Ses yeux courent sur les lignes comme des gazelles en pleine savane. C'est en réalisant l'heure tardive qu'elle se rappelle les cours qui l'attendent le lendemain. Aussitôt, elle cale son marque-page dans son livre qu'elle renferme, puis éteint sa lampe-torche afin de la déposer sur sa table de chevet. Mais alors que sa tête rencontre l'oreiller et qu'elle remonte les draps jusqu'à son menton, un chuchotement lui parvient. Vesper s'est éveillée. Aussitôt, la blonde se redresse et allume sa lampe de chevet, diffusant une lueur blafarde dans la chambre. Elle quitte alors son lit, bataillant contre sa chemise de nuit rebelle, pour s'approcher de sa patiente. Son front ruisselle de sueur : est-elle fiévreuse ?

Je suis là, Vesper. Qu'est-ce qu'il y a ? As-tu chaud ?

Sans attendre sa réponse, la blonde tire sur la couverture afin de l'en défaire. Sa main se porte ensuite à son front et elle constate la chaleur qu'il dégage. Elle semble en effet en proie à une bonne fièvre. Contre-coup de la blessure et de la chirurgie, aucun doute là-dessus. Néanmoins, Azilys a besoin de savoir si sa patiente souffre d'autre chose avant de lui administrer quoi que ce soit. Quitte à descendre dans le bureau de son grand-père au beau milieu de la vie, autant y aller en une seule fois. Ainsi, elle pourra traiter efficacement Vesper sans avoir à faire d'aller-retours. Azilys en vient presque à regretter de ne jamais garder le moindre remède dans sa chambre ...



© Halloween




AZILYS ♥
{  L'habit ne fait pas le moine }


Azilys vous reçoit au Refuge en #6E81BD


Ma belle collection d'avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« The Dragon & The Lady » - Vesper ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» How train your dragon
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Single Lady - Timberlake Parody

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Unys :: Autres-