Partagez | 
 

 Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Poképerv'
Messages : 873
Pokédollards : 100
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Mer 23 Déc - 20:11





Frapper, c'est une marque

d'affection

Doppo
Raffaelo

Doublonville, il n'y allait que peu faut avouer, Raffaelo n'était pas de base du genre à aimer les coins pour leur paysages ou alors pour leur animation. Mais disons qu'il était le genre d'homme à se rendre dans un endroit uniquement parce qu'il en avait ressentit le besoin pour x raisons, ou alors par obligation. Dans le cas présent, c'était une obligation en fait. Pour le travail pour être exact. Non pas une affaire de tueur cette fois-ci, on avait d'avantage fait appel à son sens des affaires. Après tout, s'il pouvait avoir largement de quoi se faire une place dans le milieu, c'est bien parce qu'on l'y avait aidé. Et cette dite personne faisait son blé en vendant quelque chose de bien particulier. Il n'était pas venu à la sauvette pour proposer un sac contenant quelque chose de douteux contre une poigné de billet. Il s'agissait là bel et bien d'un accord qui devait se passer en bonne et dû forme. Faut avouer que ce n'était carrément pas le terrain de prédilection de notre homme. Il était avant tout un homme d'action avant d'être un homme d'affaire. C'est pas faute d'avoir été élevé pour pouvoir être à la tête de quelque chose hein, mais visiblement, fallait pas trop compter sur lui. Mais pour cet ami et pour la tranquilité de sa vie et les affaires, il le ferait. Il s'était habillé certainement de façon un peu plus correct pour la soirée. Puisqu'il avait terminé dans un restaurant de luxe en compagnie de monsieur. Monsieur qui semblait bien dubitatif sur l'envoyé qu'il avait invité en fait. Il était sérieusement à la tête à Kantô ? Mouais. Il avait plus l'air d'un mal éduqué qu'on avait essayé de déguiser mais qu'importe. Le tout c'était passé sans encombre. Mais c'était d'un ennuie des plus total...

C'est finalement avec un accord sur la quantité et le prix dans la poche qu'il pût enfin prendre l'air frais. Il était tard, du moins, tout en restant raisonnable en fait. La nuit était juste tombée,  mais la ville était encore bien animé, minuit n'était pas encore passé. Encore heureux, il avait l'impression qu'il allait s'endormir lui à force. Mais malgré ses airs non-chalant et de j'men foutiste, notre homme avait visiblement su trouver un accord qui serait gagnant pour son commerce donc bon... Autant ne pas le traiter d'idiot trop vite. Sortant son portable pour appeler le dit ami et lui tenir au courant de l'affaire, le voilà libéré pour sa soirée  pour l'instant. Fouillant alors dans sa poche pour en sortir un paquet de cigarette pour en laisser une se consumer entre ses lèvres, notre homme prit alors la direction de la gare. L'avantage de cette ville, c'est qu'une des voies ferrées reliait directement Doublonville à Safrania, rendant alors le trajet plus court. C'est pour ça certainement qu'il s'était arrêté pour se prendre un verre d'alcool à un coin. Certainement ravi d'avoir autre chose à se mettre qu'un vulgaire vin qu'on a laissé traîné dans une caves pendant une plombe. C'est bien mignon les raffeneries, mais cela se saurait s'il aimait ça. De toute façon après avoir discuté avec quelqu'un sans raison, notre homme dû se dire qu'il avait assez perdu de temps ici sans raison et qu'il fallait rentrer. Peut-être... Ou pas. En fait, il bouscula violement quelqu'un sans le vouloir, quelqu'un d'assez imbibé d'alcool pour se mettre à râler et l'interpeler. Des excuses. Voilà ce qu'il exigeait. Ayant alors eut la politesse -pour une fois- de s'arrêter pour le regarder. Le Valentini haussa les sourcils.

« Non.

Et il reprit sa route. Enfin, c'est ce qu'il aurait aimé fait si le type en question -possédant une haleine des plus douteuse et désagréable- ne l'avait pas attrapé par le col pour le tirer et alors le menacer. En gros, tu m'écoutes ou je te frappe. Voilà ce qu'il disait. Ce qui lui valu alors une réaction des plus simple et logique dans ce genre de situation. Un poing dans la gueule. Titubant en arrière en se tenant le nez. L'homme aux cheveux violet ne se gêna pas pour en remettre une couche pour lui donner un coup de pied cette fois-ci, obligeant alors le malheureux à tomber au milieu de la rue. Provoquant alors quelques réactions parmi les passants. Mais pire encore, quand en fait le Valentini réalisa qu'il avait envoyé le bougre sur un mur. Un immense mur fait de cher. Une masse énorme qu'il connaissait déjà. Quand bien même il eut du mal à mettre un nom sur sa tête, il s'en souvenait. En même temps, quand on lui tient tête, le Valentini ne peut se permettre d'oublier.

« Oh. Salut ... Heu.

Il claque claqua alors plusieurs fois des doigts, comme s'il essayait de se souvenir du nom de ce dernier. Faut avouer que dans sa tête il l'avait un peu mit avec le nom M.Muscle...

« M.Muscle là. ... Doppo c'est ça ? Mon brave et grand Doppo. Impossible de te louper et toujours là quand y a du mouvements à ce que je vois.

Au moins il l'avait retenu ! Ce n'est pas donné à tout le monde, ça s'appel avoir une mémoire selective et oui. Quoiqu'il en soit, il avait sur le coup totalement zappé cet homme qui avait cru pouvoir exiger quelque chose de sa part. A la place, le voilà avec un sourire en coin devant cet homme. Son objectif ? Le battre. Il l'aurait un sûr. Il l'aurait. Raffy est con, Raffy est têtu, mais au moins, on ne peut nier qu'il est perseverant et ne se contente pas de vivre sur les facilités.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Jeu 24 Déc - 0:17

Frapper, c'est une marque d'affection
feat. Raffaelo Valentini



Doublonville, capitale de Johto ! A-t-on vraiment besoin de le présenter à présent ? Ses grands immeubles, son centre commercial trônant fièrement tel un obélisque à la gloire du capitalisme, son casino, ses rues aussi droites que le motif ventral d'un Ptitard, ses galeries souterraines... Non vraiment vous devez déjà connaître chaque brique qui compose l'agglomération. Les plus vieux doivent même se souvenir de l'existence d'une arène spécialisée dans le type normal par ici, un endroit idéal pour notre personnage.

Maître de plusieurs techniques de combat à mains nues, qu'il s'agisse de lutte, de karaté, de boxe, ou encore de MMA, Doppo aurait aimé pouvoir jouer de son instrument favori afin de tester sa force. Si on devait lui donner un niveau il serait bien évidemment assez haut, mais cela ne veut pas dire qu'il faut se reposer sur cet échelon tel un Monaflemit. Son corps lui dictait de repousser ses limites, tous ses muscles ne peuvent vivre que dans l'effort. Et pourtant cette journée est placée sous le signe de l'ennui.

Pourquoi avoir fait une halte à Doublonville ? Ce n'est pas sur le chemin pour aller vers Ébènelle pourtant ! On l'avait demandé là-bas la semaine prochaine afin de rejoindre un chantier en manque de main d’œuvre. La puissance d'un hybride combat leur serait forcément bénéfique pour avancer dans les temps, et le combattant était plus que ravi de pouvoir apporter une utilité à de braves travailleurs. Mais il y avait en réalité deux raisons pour son détour. La première est de vérifier le prix d'un billet de train pour Safrania et Kanto, la seconde consiste tout simplement à visiter un endroit important de son histoire.

Car certes voyager c'est bien, mais découvrir de nouveaux horizons c'est mieux ! Ne nous emballons pas trop vite cependant, car malgré les économies et le peu de dépenses qu'apportent une vie d'hybride nomade, merci les centres pokemons, il faut savoir garder la tête froide avec sa banque afin d'éviter les soucis d'argent. On ne sait jamais ce qui peut nous arriver et Hanma avait passé l'age de faire des folies avec ses moyens de paiement. Se trouvant alors aux portes de la ville, ayant derrière lui la route 35, il n'y avait qu'à se diriger vers la gare afin de jeter un coup d’œil au prix des tickets afin d'accomplir 50% de l'objectif.

Le Mackogneur souhaitait aussi se promener un peu malgré l'heure tardive. Il faisait partie des privilégiés à ne pas ressentir de crainte en se baladant en pleine ville alors autant profiter de cette chance. Toujours avec son sweat gris et son pantalon de travail, son apparence trahissait sa vie peu soignée et en manque du luxe d'une bonne maison. Et alors ? Chacun choisit le mode de vie qui lui convient le mieux et se bat pour s'y accrocher, inutile avec tout ça de se soucier du jugement des autres. Le trentenaire restait serein, bien loin de tout souci de présentation puisqu'il était occupé à se demander s'il devait éviter le commissariat de police ou au contraire passer devant.

Nul question de se balader auprès des galeries souterraines par contre ! Pas que l'endroit était synonyme de mauvais souvenirs, au contraire car dans une certaine mesure l'arène clandestine lui avait apporté une solide expérience des combats d'hybrides. Disons plutôt que le musclé ne souhaitait plus se frotter à tout ce qui touche à l'illégalité, alors comme ce lieu en était imprégné pour lui... Pas de quoi s'en faire, il restait encore énormément de choses à voir ! Sauf que là il était temps d'une petite pause. Marcher non-stop pendant des heures entre Oliville et la capitale pouvait l'user légèrement lui aussi. Quoi de mieux qu'un petit café pour se poser un petit temps ?

Quand on parle de café ici on parle du lieu. L'athlète prenait soin de son corps au mieux que possible, alors interdit la caféine ! Un simple verre de jus de fruits pourrait faire l'affaire, bien qu'il imagine déjà la surprise du serveur devant sa commande. Qui s'attend à voir un type de 2m12 demander la même boisson que les jeunes filles en journée ? Pourtant cela n'avait rien d'une boisson féminine par excellence, qu'est-ce qui l'est après tout ? Nous avons bien le droit de pouvoir ingérer et boire ce que l'on désire. Sauf qu'en entrant dans le bar, celui qui se trouvait pas si loin de la gare, une violente scène accueillait le visiteur.

L'hybride n'avait même pas eu le temps de mettre le pied sur le pas de la porte que déjà on lui jetait les ordures à la gueule. Ce fut l'odeur de la masse plaquée contre son torse qui lui valut cette désignation, car il s'agissait d'une puanteur comme jamais on en rencontre. Un mélange d'alcool et de négligé était comme imbibé sur ce tas qui se révéla être un homme ensanglanté. Si Doppo avait tiré une grimace par réflexe, merci son sens olfactif, voir la personne blessé rappela chez lui sa compassion qu'il accordait envers tout être vivant.


- Monsieur, vous allez bien ?

A dire vrai, cela lui permettait d'esquiver une tête un peu trop connue ici présente. Un claquement de doigts intempestif rebondissait sur les murs du bar tandis que le sportif essayait d'avoir une réponse de ce pauvre bougre au nez ensanglanté. Celui qui avait fait ça, et entre nous on sait tous de qui il s'agit, n'y était pas allé de main morte. Mais qu'est ce que ce type, puant certes, avait bien fait pour mériter un tel coup ?

« M.Muscle là. ... Doppo c'est ça ? Mon brave et grand Doppo. Impossible de te louper et toujours là quand y a du mouvement à ce que je vois.

Dire que cette voix était agréable serait mensonger. Du point de vue de notre personnage, ce ton possédait un sarcasme persistant qui l'empêchait d'être pris au sérieux. Combien de chiffes molles ont appris à aboyer pour compenser la faiblesse de leurs techniques ? Une autre personne, sans doute un client du bar, avait pris en charge le blessé afin de s'en occuper mieux que notre intérimaire. N'ayant pas de diplôme de secouriste, il n'y avait rien que le destructeur ne pouvait faire pour véritablement l'aider. Heureusement, et je dis ça car sinon ce serait toujours l'ennui total, il y avait d'autres chats à fouetter.

- C'est toi le responsable de cette agitation ?

Sur un ton doux/ferme, le colosse savait déjà la réponse à cette question. Pourquoi la poser alors ? A moins qu'il ne s'agisse d'une excuse pour l'inviter à se battre, excuse minable pour l'instant, impossible à savoir. Bien que ce gamin possédait toutes les qualités pour être insupportable, son adresse en combat singulier suffisait pour en faire un bon partenaire de jeu. Penser au combat qui allait arriver ne l'énervait pas, au contraire car un sourire discret se présenta sur son faciès, trahissant sa joie à l'idée de se mettre à l'épreuve une fois de plus.

Les passants ne devaient sans doute pas comprendre ce qui se passait sous leurs yeux, après tout ces gens ne semblent pas vraiment se porter mutuellement dans leurs cœurs respectifs. Mais pour Hanma tout était clair. Lui qui était le témoin d'un crime atroce, commis par l'homme violine, il ne pouvait pas vraiment rester libre comme l'air, du moins c'est ce qu'il pensait. Pourtant le tueur n'arrivait jamais à effacer cette trace gênante qu'il représente, pour son plus grand amusement. Certains penseront qu'il faut être fou pour mettre sa vie sur un plateau de jeu, ce à quoi notre homme répondra que tout cela n'avait rien d'un jeu, aussi amusant soit-il.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poképerv'
Messages : 873
Pokédollards : 100
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Mer 6 Jan - 16:52





Frapper, c'est une marque

d'affection

Doppo
Raffaelo

Raffaelo était indéniablement un fauteur de trouble. Même si, dans le cas présent, on ne pouvait pas totalement rejeter la faute sur lui. Le Valentini se tenait relativement tranquille, jusqu'à ce qu'on ose lui dire quelques mots qu'il ne supporte pas. C'est à dire, des ordres, des exigences. Il fait partit de ces braves gens qui n'aiment pas qu'on lui ordonne quelque chose, surtout quand il n'a pas la moindre once de respect pour la dite personne. Autant dire qu'un misérable trou du cul complètement bourré ce n'était pas vraiment toutes les qualités requise pour avoir un peu d'attention et de respect de sa part. Mais bon, c'était arrivé, et notre homme avait parfois du mal à ignorer les choses. Se contenter de baisser la tête et ne rien dire, en se disant que ce n'était pas grave, ça n'allait changer la vie de personne pas même la sienne. Mais non. Il devait répliquer en plus fort. Il devait le frapper. C'était une obligation. Tant pis. Ne cherchant rien de particulier avec ce geste, peut-être une façon comme une autre de tuer temporairement l'ennuie. De toute façon, ce n'était pas un adversaire. Juste une victime à frapper un grand coup pour la remettre à sa place rien de plus. Pourtant, il était bien là, prêt à ramasser cet idiot pour lui apprendre à lui causer meilleur la prochaine fois -même si ça ne sert probablement à rien-, mais finalement, sa morne soirée ne serait pas si ennuyante que ça. M. Muscle était dans le coin ! Ce type qu'il avait vu il ne sait même plus ou. Mais qui avait voulu le remettre dans le droit chemin à coup de poings. Il frappait fort, il était robuste. Tout pour faire un parfait adversaire en combat à mains nus. Raffy était bien facilement du genre à sortir une arme pour mettre à terre son adversaire, parlant bien souvent qu'il est inutile d'être loyal, l'important est de s'en sortir, mais cet homme. Depuis qu'il avait dû fuir il ne veut qu'une chose. Réussir à le mettre à terre. En revoyant le gabarit, faut avouer qu'il se demanda un jour s'il y arriverait, mais en tant que têtu, cela ne lui posait pas de problème.

Sarcasme mon grand ami, pas pas celui de tout le monde. Ne réagissant pas au quart de tout à ce qu'on pourrait nommer provocation, la montagne resta calme. Demandant alors tout simplement s'il était responsable. Voyons. Qu'est-ce que cela changeait ? Fallait-il une raison pour se rentrer dedans ? Ou alors il était le défendeur de tous le monde, même des hommes pitoyable comme celui qu'il avait vite fait oublié maintenant. Il haussa les épaules, tout en ouvrant d'avantage son haut qui était alors bien trop serré à son goût pour être libre de ses mouvements. Cela le changeait de ses tenues habituelles, ce n'était pas pour aller sur le terrain, mais ce n'était pas ça qui allait l'empêcher de se battre s'il le voulait.

« Moi ? Voyons. Tu sais bien qu'avec ma gueule d'ange il est impossible de songer que je sois responsable de quelque chose. Je passais là par le plus grand des hasards comme toi.

Impossible de le croire. En même temps, c'est pas comme s'il cherchait à le cacher. Mais il était chiant, même dans sa façon de parler, toujours sarcastique, moqueur. Impossible de dire les choses simplement. Rendant également ses manches plus larges, notre homme secoua alors son poignet comme pour un échauffement avant de se placer en position. Indiquant purement et simplement que l'agitation était loin d'être finit par ici.

« Je suis tellement content de te voir. Viens donc me faire la bise, Doppo.

Et c'est sans plus de cérémonie inutile qu'il vint la faire la fameuse bise hein. C'est à dire en arrivant rapidement face à lui pour lui coller un poing. Autant être optimiste pour espérer pouvoir le toucher, il n'était pas naïf. C'est ainsi qu'il retira rapidement son poing pour essayer de lui en coller un autre. Malgré sa tête concentré et sérieuse, un sourire en coin moqueur et surtout amusé avait fait son apparition. Il s'amusait, il trouvait ça drôle et cela se voyait. Prévoyant une possible riposte. Il était alors reculé, n'hésitant pas à bousculer ceux qui n'étaient pas assez intelligent pour se pousser d'avantage devant eux. Il avait même finit pas grimper sur un table de façon plutôt agile. Toujours en garde.

« Une vrai montagne. Ça n'a pas changé. Voyons si elle peut s'effondrer.

Poussant d'un revers de pied ce qui traînait sur la table. Visiblement, il était entré dans son nouveau jeu. C'est bien connu, les hommes ça frappe et ça parle après hein. Drôle de relation, mais ce n'était pas la plus mauvaise. Après tout, il l'avait en estime ce grand type. Mais il comptait bien lui en coller une ! Mais il était presque certain qu'il n'y arriverait pas. Mais la défaite n'avait jamais fait peur au Valentini, pas même que l'idée de prendre des coups. On apprend de ses défaites. Même si bon, c'est carrément humiliant en fait.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Dim 10 Jan - 17:43

Frapper, c'est une marque d'affection
feat. Raffaelo Valentini



Si jamais les deux "amis" se retrouvaient seuls, nul besoin alors d'une mise en scène grotesque pour se foutre sur la gueule comme feraient les deux combattants aguerris qu'ils sont. Ici nous sommes malheureusement dans un bar fréquenté, et visiblement populaire vu le monde qu'il y a, et frapper quelqu'un au visage sans prendre la peine de raisonner avant n'était pas très bien vu par la société. Personne ne pourrait comprendre de toute façon, comprendre que c'est un besoin important pour le colosse que d'affronter celles et ceux possédant le talent de lui tenir tête.

Car il faut le dire, cet homme au corps frêle et visiblement capable de se briser en deux comme une allumette géante savait l'amuser. Dans sa folle témérité réside un courage unique que peu de types possèdent réellement, et ça même s'il ne s'agit que de pure bêtise. Forcément que Doppo le tient en respect, qu'importe si c'est un meurtrier en totale opposition avec sa morale et ses commandements. Ne s'agit-il pas d'un être vivant ? Cet homme possède forcément un passé rempli d'expériences, et cela forge sa personnalité qui dicte chacun des choix qu'il prend.

S'il est possible d'en faire des pages juste pour expliquer en quoi cette personne ne mérite pas moins de civilité à son égard que n'importe qui d'autre, on préfèrera résumer ce long texte en avouant simplement qu'au fond, rien n'a plus d'importance lorsque le colosse se retrouve en face de quelqu'un de "fort". Le combat est la seule chose de vraiment important en ce bas monde, c'est ce pour quoi le corps de l'hybride Mackogneur a été forgé et conçu. Pourquoi se soucier de son adversaire ? Tant qu'il ou elle est capable de lui procurer le frisson d'un duel, peu importe son origine, son sexe ou encore ses opinions politiques.

La victime, un homme possédant une alcoolémie un peu trop forte pour garder les idées claires, semblait fier d'avoir son chevalier prêt à laver l'affront du coup de poing qu'il s'est mangé. Pourtant notre gardien n'en avait rien à faire de cet homme, car comme dit plus tôt il ne s'agissait que d'un prétexte. N'allez pas conclure que cet hybride se fiche de la souffrance d'autrui ou qu'il s'agisse d'un véritable sans-cœur, là c'est juste qu'il ne voulait pas perdre son temps à jouer les sauveteurs quand son partenaire de jeu se tient devant lui. Puis deux inconnus sont déjà en train de s'occuper de son nez ensanglanté, ils ont l'air de savoir quoi faire donc inutile de les perturber.


« Moi ? Voyons. Tu sais bien qu'avec ma gueule d'ange il est impossible de songer que je sois responsable de quelque chose. Je passais là par le plus grand des hasards comme toi.

Cette attitude signait l'arrogance et le détachement dont faisait preuve ce garçon. Si en temps normal Doppo exècre ce genre de personnalité, ici il ne pouvait que tirer la gueule sur ce genre de réponse. Quand on joue le jeu, on le fait jusqu'au bout, un peu comme au catch. Clairement en position de combat dans son style bien à lui, le voilà prêt à en découdre et à sonner le gong qui débutera ce duel. Si l'allumette avait besoin de se mettre plus à l'aise en retirant tout ce qui pouvait limiter ses mouvements, Hanma n'en fit rien et concéda cet avantage pour les premières minutes.

Ce n'était pas du baby-sitting, ni une marque de mépris envers quelqu'un que l'on jaugerait plus faible. Non, simplement une douceur que notre géant de plus de deux mètres s'accordait pour sucrer la partie. Tel un roi ne quittant pas son destrier au début d'une guerre, le Mackogneur ne daigne même pas se mettre en position. Préférant rester sans garde, il fixait de ses petits yeux marrons son adversaire en se demandant bien ce qu'il allait pouvoir lui faire. Si le mépris n'est pas présent dans sa pensée, son attitude ne semble pas être en adéquation. Ouvert, froid et heureux, Doppo savait au fond qu'il est le plus fort en terme de puissance brute. L'épaisseur de ses bras peut naïvement en témoigner.


« Je suis tellement content de te voir. Viens donc me faire la bise, Doppo.

Lui accorder le premier sang n'est qu'une politesse. La montagne vivante s'amuse de voir ce garçon tenter de se mesurer à lui, et bien qu'il est en déca sur les valeurs que le combattant glorifie, l'erreur serait d'ignorer ses capacités et son attitude provocante. Le trentenaire restait calme, stoïque et impassible malgré les deux coups offerts. Deux coups de poing directs qui savaient infliger des dégâts, mais pas suffisamment pour faire plier un genoux de notre homme. Cependant il avait bien fait de reculer car Doppo rendait toujours les coups, prêt à lui infliger des Représailles la seconde suivante.

Le bras droit légèrement en retrait, le pied gauche en avant, n'importe qui peut voir que ce géant avait stoppé net son élan. Retournant en position de repos, il fixait avec son visage toujours impassible son partenaire d'entrainement qui venait de monter sur une table du bar. Était-ce une autre provocation de sa part ? Sa position est tout sauf stable, en grande partie à cause des boissons tout autour de ses pieds dansants qui, si renversées, pourraient le faire glisser de son piédestal.


« Une vrai montagne. Ça n'a pas changé. Voyons si elle peut s'effondrer.

Tandis qu'il se pavanait du haut de son estrade, nettoyant ses alentours d'un coup de pied adroit, Hanma ne décrocha pas un seul mot pour alimenter le théâtre. Plus qu'un homme de parole, ce dernier préférait laisser son corps s'exprimer pour lui dans ce genre de situation. C'est pour cela qu'il attrapa le pied de la table carrée afin de faire prendre conscience à son adversaire de l'erreur qu'il s'agit de ne pas faire attention à ses appuis. Pourquoi en rester là ? Doppo jeta cette arme potentielle sur sa droite tout en fixant encore ce jeunot qui, selon ses dires, voulait ébranler une montagne.

Les plus sages des spectateurs se tenaient à l'extérieur de l'établissement, on pouvait entendre entre les mots du jeune homme le tenancier qui s'était réfugié derrière son comptoir. Ce dernier avait appelé la police, ce qui était parfaitement compréhensible quand on sait que l'arène représente un investissement financier important pour quelqu'un. Sauf qu'on se trouve à Doublonville, et l'intérimaire qu'est devenu l'hybride ne souhaitait pas avoir de problèmes avec ses anciens collègues. Une pointe de frustration se lisait alors sur son visage, car il aurait bien aimé que ce duel se prolonge le plus longtemps possible.


- A tout casser, on en a pour cinq minutes encore...

Sortant de son Début Calme, le géant enfila la capuche de son sweat afin de gagner en discrétion. Si moins de témoins pouvaient ne pas décrire son visage de manière claire et utile, alors ce camouflage de fortune aura fait son boulot. En position de combat, il n'y avait plus le temps pour prendre de haut quiconque ou pour lui laisser de l'avance. Là il fallait tout donner pour profiter à fond de ces précieuses secondes. C'est pour cela qu'il chargea vers son adversaire sans crier gare, Dynamopoing chargé pour délivrer un KO en un coup.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poképerv'
Messages : 873
Pokédollards : 100
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Mer 20 Jan - 19:51





Frapper, c'est une marque

d'affection

Doppo
Raffaelo

La vie de Raffaelo n'avait pas franchement l'air banale. Enfin, pour un tueur à gage peut-être. C'était une costume de briser parfois la vie des autres pour quelques billets. De tuer, de mentir, de se déguiser. Voir même avec son trafic qu'on lui avait refilé en partie, on peut dire qu'il avait également pour manie de se faire du blé décidément en profitant du malheurs des autres. Mais voyons, il faut bien des gens pour payer la drogue et qui la demande. De même que les tueurs, alors cessons de toujours pointer les même gens du doigt. Même si faut avouer que notre homme était du genre bien assez casse-couille dans son genre pour espérer rentrer dans le top des gens qu'on aimerait voir mourir pour avoir un peu de vacances. Il faut dire qu'il aimait en mettre des couches où il ne fallait pas. Le bougre s'amusait parfois à tirer l’élastique pour voir jusqu'à quel point il pouvait tenir avant de se casser. Mais dans le cas présent, malgré son arrogance surjoué, c'était différent. Pourquoi ? Peut-être parce que cet homme le connaissait. Inutile de prouver qu'il était chiant, Doppo devait bien largement le savoir, c'était d'ailleurs quelque chose qui avait semblé autant l'amuser que l'agacer. Était-ce encore le cas maintenant ? Le Valentini pourrait parier que oui. Dans quel but vouloir se heurter à un bloc de muscle comme lui ? Très franchement, le jeune homme à la chevelure violette était certes très fort, il était entraîné, avait de la force, de la rapidité, de l'endurance -des armes aussi, mais étrangement avec Doppo il ne les avait jamais utilisé...-. Mais il ne pouvait en venir à bout. Du moins certainement pas à coup de poings, c'était pourtant à chaque fois dans ce genre de conflit puéril et « enfantin » qu'ils se lançaient, non sans avoir de lui-même lancé la provocation. Il le cherchait, il le voulait son affrontement. Gardant bien dans sa petite tête la forte possibilité de perdre. Mais ça, c'était comme la mort quelque chose qui ne lui faisait pas peur, parce que pour lui, seuls les faibles ont peur.

Il n'avais pas hésité un seul instant après les premiers échanges de politesses à lancer les hostilités. Cela va de soit. De toute façon, notre homme ne pouvait que compter sur sa rapidité et peut-être son côté parfois imprévisible pour espérer percer la barrière de ce type. Il était de type combat, quelle injuste franchement, combien de temps avait-il pu passer dans la salle de musculation ? Certainement beaucoup. Le Valentini aussi, mais faut avouer qu'il ne serait jamais à ce point gonflé comme lui -sauf éventuellement en prenant quelque produit pour y aider mais bon, sans lui.- C'est ainsi que la foule recula alors que le premier coup partit. Il avait alors frappé dans le moindre scrupule et retenu son adversaire qui visiblement, aurait très bien pu sentir une briser passer ça aurait eut le même effet. Peuh. Emplis d’orgueil. Le voilà alors debout à le provoquer. Il n'était pas idiot au point de se dire qu'il gagnerait. Mais il espérait tenir plus longtemps que la dernière fois. La force à l'état brute d'un humain contre un hybride, n'est-ce pas un beau spectacle ? Au vu de la tête du propriétaire des lieux lorsque le plus mince des deux monta sur les tables, pas vraiment. Mais certains s'y prêtaient aux jeux, à voir comment il se ferait rétamer par cette montagne de muscles...

Le voilà qu'il attaque, n'hésitant pas à se servir du décors pour mettre à mal, ou alors donner une simple petite correction pour commencer à notre homme qui bondit alors pour retrouver alors la stabilité du sol. C'est moins haut, il était obligé de lever la tête pour le regarder, la poisse. Mais il est bien connu que dans un combat on ne se contente pas de regarder que les bras ou le visage d'un homme. Mais l'ensemble... Et dans le cas du Valentini, il avait tout intérêt à faire attention. Cinq minutes ? Pff. Décidément. Même si en soit pour un combat difficile c'était terriblement long, cela sonnait comme une insulte à l'oreille du jeune homme qui pourtant, eut un large sourire.

« Vraiment ? Tu te donnes si peu pour tenir ?

Il ne bluffait pas, c'était des paroles en l'air. Digne du chieur qu'il appréciait être. Doppo n'y prêterait certainement pas attention de toute façon, il préféra charger directement. Et au vu de la tête de son attaque, ce n'était pas qu'un simple coup de poing qu'il préparait, mais quelque chose de bien plus dévastateur. Quelque chose que notre homme ne pourrait imiter, parce qu'il n'était pas un hybride, mais qu'un humain. Injustice j'vous dis ! Autant dire qu'il était hors de question de se manger son attaque. Notre homme avait beau être résistant, fallait pas pousser mémé dans les orties -même si cela peut s'avérer drôle... ok je sors-. Alors quoi. Reculer ? Esquiver ? Contrer ? Non même pas en rêve jamais il ne pourrait l'arrêter avec la force de ses poings. Allez bouge Valentini. D'un geste il attrapa alors la chaise qui se trouvait à ses côtés pour alors la fracasser de toutes ses forces sur ce poing, déviant alors sa trajectoire, par chance, ce fût assez pour ne sentir que le souffle dévastateur du coup lui effleurer la tête. Et c'est sans attendre qu'il décrocha un poing qui tenta de se loger une fois de plus dans sa tête, assez peu désireux de rester au corps à corps avec lui. C'est d'une pirouette qu'on pourrait presque trouver élégante qu'il recula une fois de plus, démontrant alors une stabilité moins certaine lorsqu'il se redressa. Le souffle était puissant, tellement qu'il avait l'impression qu'un coup invisible l'avait quand même touché un peu. Il souffla alors.

« Pff. J'ai toujours trouvé qu'il y avait une certaine injustice avec ça.

D'habitude du genre mauvais joueur et surtout assez vicieux pour sa propre peau, notre homme était du genre à tirer dans un combat qui était pourtant décidé à main nu. Mais là non. Pourtant c'est pas faute d'avoir une arme attaché à sa cuisse. Se redressant, il ne perdit pas le temps de souffler et de laisser son adversaire revenir à la charge. Raffaelo était terriblement endurant, mais dans ce combat, il se prenait un coup il avait une chance sur deux pour que cela mette fin au combat. Du coup. Il bondit une fois de plus. Attrapant alors un pied de chaise brisé sur le sol, il sauta sur une table non loin du colosse et de là. Shoota alors dans un verre remplit dans sa direction. Distraction ? Peut-être. Puisqu'il tenta alors de bondir, pour abaisser le pied sur lui, toujours avec pour but de le toucher. De montrer que non, il avait beau être juste humain, il était un adversaire. Il était même prêt à renvoyer une autre attaque derrière le pied de chaise s'il le fallait. Faut avouer. Il était téméraire. Imprudent, mais de toute façon, il n'était pas là pour se contenter d'esquiver. Ce n'était pas la règle du jeu. Déjà, quelques gouttes de sueur perlaient sur son front. L'adrénaline, la situation, l'effort. Tout était à la fois terriblement terrifiant certainement, mais agréable...


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Jeu 21 Jan - 11:51

Frapper, c'est une marque d'affection
feat. Raffaelo Valentini



Cinq minutes... La jouer en temps Dragon Ball ne serait pas très malin. Doppo étai pourtant formel, à connaître l’efficacité des forces de l'ordre il savait à peu près le temps qui leur est accordé pour "Jouer aux guerriers". Le timer sera long, bien trop long quand on aime les actions rapides, mais n'est-ce pas une véritable aubaine quand on souhaite jouer le plus longtemps possible ?

Le tueur disposait du don permettant de réveiller la part d'orgueil enfoui chez notre géant. Un caractère qu'il déteste en temps normal, sauf qu'ici l'univers entier s'était résorbé autour des deux combattants afin de leur offrir une nouvelle arène remplie d'opportunités. L'allumette savait utiliser au mieux chaque accessoire à portée de main, comblant un peu plus la différence entre l'ingéniosité humain et le talent pokemon. Seulement user d'une chaise pour dévier le choc d'un Dynamopoing ne sera pas suffisant pour espérer s'en sortir vainqueur. Certes le choc se propageait toujours dans les bras sec du musclé, mais sa mine réjouie montrait bien qu'il disposait d'assez de ressources pour continuer sa charge.

Alors qu'est-ce qu'il fallait bien utiliser ? Le Karaté est un art plutôt meurtrier quand il n'est pas réglementé, et tuer un gars aussi inventif et débrouillard serait du gâchis il faut bien l'admettre. De toute façon Doppo n'est jamais pour le meurtre, et ce combat ne consiste pas à répandre le sang, tout au plus à prouver à l'un de deux qu'il manque d'entrainement. Il faut donc exclure tous les styles brutaux visant à détruire, comme le Kenpo, le Ju-Jitsu ou la savate. L'utilisation d'arts cherchant la prise et la projection de l'adversaire semblait déjà bien plus approprié au moment, exactement comme lors de leur première rencontre. Judo, Sambo, Sumo, en voilà un panel de choix pour ce combat. Mais est-ce vraiment une bonne idée que de ressortir les mêmes tours qu'autrefois ?


« Vraiment ? Tu te donnes si peu pour tenir ?

Le sol représente un danger certain à cause de sa composition. Sa rigidité ne donne pas envie d'y déposer un baiser sur ses petites joues crottées, pour les rues les plus sales. L'intérieur d'un bar ne déroge pas à la règle. Projeter quelqu'un contre une surface aussi dure pourrait au bas mot lui couter la colonne vertébrale. Hanma aimait jouer avec son partenaire, raison de plus pour en prendre un peu soin et ne lui infliger que des dégâts sans répercutions majeures. Ce désir de protection envers l'humain se tenant en face de lui devait être réciproque, sinon pourquoi est-ce qu'il n'utilise pas son arsenal pour le vaincre ? Être le témoin gênant d'un meurtre n'est déjà plus qu'un prétexte.

L'hybride fut ravi une fois encore de constater que l'ennemi n'hésitait pas à garder ses distances pour lui jeter tous les projectiles à sa disposition. Les parer reste facile puisqu'il ne s'agit que de débris, aucune feinte n'était tentée et on aurait dit que les deux se chamaillaient simplement. User de techniques de prise ne sera pas facile, mais surtout dans quel but ? Le jeter vers Rosalia ou le Bois aux Chênes pourrait être dangereux, pour peu que la force titanesque du Mackogneur puisse réaliser un tel exploit. Le temps presse et il faut trouver un moyen de gagner tout en permettant à son compagnon de réaliser une revanche, pas facile.


« Pff. J'ai toujours trouvé qu'il y avait une certaine injustice avec ça.

Mais le monde est injuste ! Celui qui prononçait ces paroles possédait le courage de tenir tête à l'amateur de défis sans porter une armure adéquate pour lui permettre d'y aller à fond. Rien n'est juste quand chacun est unique, d'où l'existence des règles et de l'arbitrage qui permet de rétablir l'injustice. Et puis de nombreuses techniques permettent aux plus jeunes de se défendre et de pouvoir mettre au tapis un géant tel que lui. Yasu, sa grande sœur, par exemple lui ressemblait assez au niveau physique, et elle reste invaincue à ce jour. Aller mon gars, tu vas bien trouver quelque chose de plus intéressant que de te plaindre de la comparaison des masses musculaires !

- On a pas le temps de papoter cette fois.

A tout casser il doit bien rester trois minutes avant l'arrivée des vieux partenaires. Quitte à risquer une garde à vue autant y aller à fond et oublier quelques instants que chaque brique de l'arène fut posée à l'aide de courageux travailleurs. Frappant avec son poing lourd le sol, une fissure se créa pour se diriger vers là où se tenait le tueur. Quelques Lames de Roc devraient le déloger de son perchoir, pour peu qu'il puisse avoir le réflexe de sauter à temps. C'est là que la bouteille de rhum attrapée juste après l'impact possède son utilité. La jeter telle quelle serait bien trop dangereux, le verre étant un matériau tranchant bien trop facilement la chair humaine pour que le géant puisse l'utiliser sans état d'âme. Au lieu de ça il ouvrit rapidement le goulot et jeta le liquide vers le garçon, histoire de lui offrir un réconfortant.

"A ta santé !" Voilà ce qu'aurait dit l'hybride s'il ne pensait pas déjà à sa prochaine action. Imbiber quelqu'un d'alcool reste dangereux puisqu'il s'agit d'un liquide inflammable. La moindre flamme flamberait le tout façon cinq étoiles, ce qui une fois de plus n'était pas l'objectif ici présent. Un contenu aussi frais et odorant doit bien pouvoir choquer quiconque ne serait-ce qu'une seconde, la seconde qu'il faut pour créer une ouverture et foncer vers l'ennemi. Jetant la bouteille maintenant vide en arrière, le combattant chargea une fois de plus afin de réduire la distance entre lui et l'homme aux longs cheveux violets. Le manque de temps et de règles n'apporte aucune noblesse à un duel, l'artiste martial avait les deux mains ouvertes devant lui et son corps se tenait en position basse, tellement basse que les épaules donnaient l'impression de frôler le damier du bar.

Contre-attaquer serait une cruelle erreur de jugement, Doppo s'attend au mieux à un coup de pied visant la tête donc il agrippera forcément la jambe, avant la connexion par chance ou après. Viser les mains serait inutile sans une frappe incapacitante et pour ce qui est du reste... Le dos n'est pas une zone assez sensible pour souffrir de deux ou trois pichenettes. Le but du titan était clair, il voulait réaliser une choppe et en terminer une bonne fois pour toutes, quitte à briser quelques os durant le processus.

Bizarre, quand on sait que malgré son amour du combat Doppo ne ferait pas de mal à une mouche. Qu'essaye-t-il donc vraiment de faire ?


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poképerv'
Messages : 873
Pokédollards : 100
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Sam 6 Fév - 22:42





Frapper, c'est une marque

d'affection

Doppo
Raffaelo

Pas le temps de parler cette fois, c'était pas faux. Raffaelo semblait toujours bien aller, être du style décontracté, pourtant il n'était que rarement autant concentré que maintenant. Pourtant d'habitude, il risquait sa vie, parfois il pouvait mourir et tout, mais cela ne semblait pas avoir grande importance à ses yeux, tandis que là, disons qu'il avait juste de forte chance de terminer sur un lit d'hôpital, mais ce n'était en fait ni la première n la dernière fois que cela lui arrivait. Les marques que l'on pouvait trouver sur son corps en témoignait, d'ailleurs un coup de couteau fraîchement cicatrisé était encore visible au niveau de son ventre c'est dire s'il ne sait pas prendre soin de lui. Et il allait y retourner. Les médecins allaient en avoir marre de le voir revenir pour se faire suturer, ou alors pour se faire remettre quelque chose en place. Il est jeune et vif, mais pas immortel. Mais ça, c'était le dernier de ses soucis. Ce sentiment qui l'envahissait alors qu'il lui faisait face. C'était tellement bon dans un sens, de quoi le rendre tout foufou en fait. Cette adrénaline qui le rendait plus vif, plus alerte. Les battements de son cœur qui envoyait le sang à toute vitesse dans chaque partit de son corps. C'était terriblement stressant, épuisant, mais en fait il était tellement pas habitué à ressentir ce genre de chose qu'il s'en fichait. Et ne comptait pas fuir. Il l'avait fait la dernière fois, pas là. Raffaelo resterait. Allons franchement ? L'humain ici présent avait-il une chance de gagner? Dans un combat dénué de toute arme, pas trop faut l'avouer. Il était très fort, mais il faut avouer qu'un hybride de type combat, mais en plus très bien entraîné, c'était un peu le combo destructeur. Raffaelo n'avait actuellement aucune chance de gagner, lui porter un coup peut-être, essayer de gagner un peu en fierté aussi. Mais il était assuré qu'il finirait au tapis en fin de soirée. Alors quoi ? Vaut mieux abandonner ? Faut avouer que ce n'est pas son genre et du coup, c'est ainsi qu'il pouvait lui faire face. Il bougerait et frapperait comme s'il était certain de pouvoir l'atteindre, sans le moindre doute. Ce genre de sentiment n'est de toute façon pas permis dans un combat...

Lui d'ordinaire si bavard, il tentait d'en placer, garder cette image d'idiot trop bavard, de casse-couille de première. Mais faut avouer que tout ex-militaire extrêmement entraîné, Doppo était un adversaire d'un tout autre niveau. C'était pour ça que dans un sens il avait marqué son esprit, que dans un sens, malgré cette envie immense de lui foutre la raclé du siècle au point qu'il en aurait du mal à se relever, il éprouvait une espèce d'affection pour ce type. Comme quelque chose d'unique qu'on apprécie revoir pour une raison précise. Ils ne parlaient que peu d'eux-même, faut avouer qu'ils ne c'étaient jamais posé pour essayé de le faire, tout n'était question que de coups. On va dire que c'est une amitié masculine ? Mouais, enfin Doppo devait certainement trouver le Valentini un peu chiant quand même donc bon. Quoiqu'il en soit, ainsi paré sur ses jambes à bouger, maintenant sa garde aussi futile puisse-t-elle être face à lui. Le sol se fissura, lui faisant alors perdre l'équilibre. Avec agilité, il tenta alors de garder son corps le plus droit possible sur le sol et surtout, d'arriver à sauter hors de ces cailloux ennuyant tout en gardant son adversaire en vu. Pas simple, son regard étant irréversiblement attiré vers ses pieds pour regarder ses appuies et surtout éviter de se manger ces... trucs là. Le souffle court, à peine eut-il le temps de réaliser l'attaque suivant qu'il se retrouva alors avec du liquide lui débouchant royalement le nez et surtout le souffle.

« Pt'ain !

Avait-il alors craché, relevant au final bêtement ses mains pour essayer de se dégager la vue, d'un revers de la main il passa une main sur son visage pour s'en retirer le plus possible, du moins retrouver alors la vision de son compagnon de jeu qui était déjà proche. Trop proche. Que faire ? Quoi faire ? Putain merde. L'alcool restant alors gravé dans son odorat, lui donnant une sensation particulièrement désagréable. Pourtant, il n'avait pas réfléchit. Il n'en avait pas le temps. Sautant alors autant que ses jambes le pouvaient, le jeune homme s'accrocha alors au néon qui se trouvait au dessus de lui. Jeu dangereux... Ouais un peu. Pourtant il avait utilisé toute la force qu'il pouvait puiser en lui pour essayer de se tenir pendant la demi-seconde qu'il faudrait au plafond. Comptant sur la possible vitesse de son adversaire pour réussir son esquive des plus... Spectaculaire qu'étrange. Ne tenant de toute façon pas la tête en bas plus longtemps, par fatigue mais aussi à cause de ce putain d'alcool. Il était de toute façon rapidement redescendue. Retrouver la stabilité du sol, même s'il ne semblait pas des plus stable lui même. Cela ne l'empêcha pas de tenter une action toujours aussi folle que peut être stupide. Mais il ne devait pas rester sur la défensive, il n'allait pas pouvoir faire « mieux » ainsi. Ainsi, un coup de pied à l'articulation du genoux pour en même temps tenter d'attraper son poignet. Tenter de le tordre, de le faire plier ainsi. Un peu stupide, il avait apprit bien des techniques de combats, mais faut avouer que face à un colosse comme lui ces dernières semblaient inefficaces ou nettement plus difficile à réaliser. Souvent, quand le Valentini a une prise, il arrive à faire plier, tordre l'articulation comme il le fallait pour que cela face mal et bloquer ou limiter les mouvements. Sa respiration trahissait l'effort considérable qu'il demandait à son corps. La foule autours qui c'était éloigné pour éviter tout coup perdu haussa alors d'un ton. Beaucoup encourageait le colosse, qui avait le profil type dans ce cas-là du défenseur de la population venu corriger le méchant de l'affaire. Pendant son action, c'est à ce moment là qu'il avait réalisé qu'un filet de sang léger coulait de son nez. Le coup de tout à l'heure qu'il a cru esquiver ? Peut-être. Au final, alors qu'il maintenant une distance de sécurité, il était maintenant au plus proche. Rester à distance ne mènerait à rien, Doppo était un colosse, mais doté d'une résistance tout aussi impressionnante que le Valentini autant dire que c'était pas gagné. Mais bon, on ne pouvait reprocher à ce brave garçon de ne pas avoir froid au yeux et à dépasser ses limites. C'est un peu con un homme parfois...


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Lun 8 Fév - 13:09

Frapper, c'est une marque d'affection
feat. Raffaelo Valentini



Doppo est un homme rôdé, son sens de l'honneur et ses compétences ont été polies sur un champ de bataille constant en plus de jouir d'un avantage génétique que la nature lui a confié. Injuste ? C'est que vous n'avez pas le bon point de vue sur la personne. Ce n'est pas le désir de puissance qui a appelé un corps capable de le supporter mais bel et bien le contraire. L'anatomie représente un outil offert à la naissance par des forces supérieures, libre à chacun d'en user comme bon lui semble. Le Mackogneur voyait ainsi les choses, notre organisme doit être malmené, poussé jusqu'à ses derniers retranchements afin d'en exprimer toute sa splendeur. A quoi bon rester assis devant un bureau quand on possède une machine auto-régénérante ?

La Lame de Roc n'était pas qu'une feinte, du moins si mais non. Hanma pouvait se montrer stratégique bien sur, il est loin d'être un crétin fini malgré ses lacunes scolaires, sauf que lors d'un duel il ne faut jamais le prendre pour un gentil retenant ses attaques. Heureusement, son adversaire avait esquivé le coup comme prévu, se retrouvant en bonne position pour se faire arroser d'un bon litre de rhum, surement, sur tout le corps. La police de la capitale allait bientôt arriver, ces hommes sont toujours efficaces pour faire respecter l'ordre dans leur juridiction, alors pour calmer ce jeune garçon aux cheveux violets mieux fallait lui offrir un alibi. Doppo savait que se balader en état d'ébriété est un délit, que son "compagnon de jeu" allait se retrouver en cellule de dégrisement au mieux, d'où la suite de son plan.


« Pt'ain !

Il n'y a plus de temps pour continuer à jouer aux guerriers. Le trentenaire a passé l'age des gamineries malgré son penchant à faire durer le plaisir, cependant rester dans ce bar plus qu'esquinté risquerait de remplir le casier judiciaire de nos deux personnes ici présentes. Trop de témoins, trop de regards accusateurs. Pourquoi est-ce que ces clients ne fuyaient pas ? Seraient-ils en train d'encourager le géant ? Leurs yeux semblaient briller d'admiration vers lui, bien plus pour le pire que pour le meilleur. Leur présence n'arrange pas les affaires de notre combattant, lui qui avait déjà oublié la raison de son retour à la capitale. Quelle merde ! Il n'y avait plus le choix maintenant, il fallait chopper ce gamin et l'entrainer ailleurs. Jamais il ne fuira ce petit, tout dans son attitude trahissait son désir d'en finir et jamais l'hybride ne feindra une défaite.

Fierté du guerrier ? Oui, on peut dire ça comme ça. Fonçant vers le corps gringalet ruisselant d'alcool, Doppo s'imaginait déjà le porter par-dessus l'épaule et fuir avec en direction de la route la plus proche. En temps normal il aurait soulevé sa victime pour l'écraser à même le sol, mais casser ainsi son adversaire l'aurait empêché de fuir lorsque les forces de l'ordre seront présentes. Ouaip, Mackogneur au grand cœur si on veut, mais vous savez ce qu'on dit : "Trop bon, trop con". Lors de sa charge basse, il n'avait pas prévu que sa cible s'accroche à un des néons de la pièce. Sa témérité n'a-t-elle donc pas de limites ? Recouvert de jus comme il est, un doigt mal placé lui offrirait un rendez-vous avec une attaque Tonnerre bien sentie. Enfin peut-être pas, Hanma ne possède pas de bonnes connaissances en électricité et il ne sait plus dans quelles conditions le courant ne traverse pas les corps. Toujours est-il que, sous cette manœuvre inattendue, notre géant était plus que surpris.

Son propre piège se retourna contre lui. Le garçon au-dessus en profita pour asséner un coup bien placé au niveau du genou. Il savait où frapper visiblement, les jointures étant dans 100% des cas une zone fragile et ce même pour un titan. Le temps d'après, une clé au niveau du poignet était réalisé. Encore un geste judicieux de la part de son frêle antagoniste, car jouer sur le plan de la brutalité contre Doppo serait une erreur monumentale. Le problème des prises et des clés est qu'elles ont pour but de soumettre et de faire mal. Une constitution musclée et renforcée par une hybridation de type combat possède des avantages en comparaison d'un corps purement humain, malheureusement ces avantages ne sont pas suffisantes pour lutter contre ce mouvement. Les arts martiaux ont été crées pour permettre aux femmes et aux enfants de se défendre selon la légende, mais le colosse résistait du mieux que possible afin de ne pas perdre son poignet. C'est qu'une fracture ici serait terrible...

Un seul des bras de notre combattant en valait deux, soulever un être vivant pourrait donc être aisé si seulement autre chose était visé, comme le coude où l'épaule. Ici le vrai souci n'était pas la prise, où la vaine tentative de luxer une main robuste, mais bel et bien cette partie prise en otage. Le trentenaire souffrait en conséquence, et on pouvait le lire sur son visage tiré, ignorant complètement le "public" qui cherchait à l'encourager. Un humain tentant une clé de bras sur lui se retrouverait face à un échec, surtout s'il est réalisé sans aucune souplesse, sauf que dans sa résistance le géant se tordait la main toute seule. Ce petit malin aux cheveux colorés agrippait juste comme il faut, exerçant sa poigne sur la zone la plus fragile et sensible du bras pour l'empêcher de bouger. Problème, le combat allait bientôt se terminer et notre personnage ne voulait vraiment pas en finir ainsi.


- Tu es plutôt bon...

Lors de ses combats illégaux, la spécialité du Machopeur était le Corps Perdu. Une attaque dangereuse autant pour celui qui le recevait que l'utilisateur. Le combattant actuel qui se trouvait un genoux à terre avait abandonné cette technique, la jugeant trop dangereuse mais aussi pas assez puissante comparée à d'autres compétences. Aujourd'hui, Doppo n'a conservé que son Cran pour toujours se relever malgré l'écrasement qu'on exerce sur lui. Tant pis pour sa main, c'est un risque à prendre mais son corps refusait de tenir la position une seconde de plus. Résistant à l'emprise sur sa main, l'hybride se releva lentement en emportant avec lui son opposant, décollant ses pieds au-dessus du sol. Pour réaliser ce mouvement il fallait bien serrer les dents, mais une fois sa position verticale retrouvée le musclé ne perdit pas de temps pour assommer le jeune homme et le porter sur son épaule.

Sans attendre, Doppo quitta la scène en ignorant le monde entier. Le petit devait beugler et lui donner des coups sans doute, mais là l'esprit de l'ancien flic était focalisé sur le moyen de quitter cet endroit de malheur avant de finir capturé. Le chemin le plus proche passait par le nord, vers Rosalia et le parc naturel, il ne fallait donc pas hésiter ! Son poignet restait douloureux, mais ce dernier ne semblait pas fracturé compte tenu de la sensation. Hanma savait pourtant qu'il lui faudra un passage au centre pokemon le plus proche pour vérifier cette blessure, au risque qu'elle s’aggrave ou pire encore.


- Avoue-le, tu avais oublié les flics.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poképerv'
Messages : 873
Pokédollards : 100
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Dim 21 Fév - 13:43





Frapper, c'est une marque

d'affection

Doppo
Raffaelo

désagréable mais le rendant alors peu à peu insensible à la douleur que ses membres ressentait. La fatigue, l'effort demandé, les répercutions d'un tel effort physique et surtout d'un combat contre quelqu'un capable de telles attaques. Il avait l'impression de ne plus être dans ce bar. De ne plus entendre ni voir les gens qui gueulaient comme des idiots autours d'eux, il ne voyait plus que Doppo et de l'épreuve qu'il semblait représenter. L'idée de le battre ne l'avait pas quitté. Et c'est ce qui le faisait agir de façon presque automatique. Lorsqu’il était redescendu du plafond pour lui faire plier le genoux et pouvoir attendre alors ce qui était le plus dangereux chez ce type, ses bras, le Valentini y mettait toute sa force. Donnant alors le spectacle d'un colosse en train de faire trembler le muscle de ses bras pour un bien plus mince qui semble donner tout ce qu'il pouvait avoir. Le temps semblait s'écouler terriblement lentement à ses yeux. Peut-être que son esprit trop embrumé par l'alcool allez savoir, pourtant il n'était resté que quelques secondes comme ça à forcer contre lui. Un compliment vola, il était plutôt bon. Il l'avait entendu, mais il ne semblait pas vraiment capable de le prendre en note. Venant de lui c'était quelque chose que le Valentini aurait certainement pu apprécier. Il est très fort, bien plus que lui d'un point de vu physique, le poussant dans ses derniers retranchement et le mettant bien souvent dans un état pitoyable en fait. Pourtant il n'en avait rien dit, ni même rien fait. Comme s'il n'assimilait pas, ou plutôt n'avait pas la tête pour assimiler... Il n'était pas temps de tout lâcher pour crier victoire de toute façon, le combat n'était pas terminé...

Finalement, ce fût comme on pouvait s'y attendre Doppo qui entama le prochain mouvement. Raffaelo était de toute façon coincé à essayer de le coincer, il appuya d'ailleurs tant bien que mal sur ce poignet, faire une pression suffisante pour essayer de le faire plier. Mais au fur et à mesure que le colosse se relevait, le Valentini perdait alors en stabilité et surtout en force à exercer. Il perdait son emprise sur lui. Et eut le malheurs de le voir debout. Le Valentini lâcha tout. D'un mouvement qui semblait être particulièrement lent et presque maladroit, les bras encore tremblant de l'effort qui leur avait demandé, le jeune homme se disait qu'il devait alors s'éloigner de lui, maintenant qu'il était de retour à sa position supérieur. Mais il fut plus rapide. Une main s'abattit sur lui, le faisant alors se courber en deux, titubant, la tête semblant peser une tonne, l'esprit divaguant. Raffy perdit alors totalement pied avec la réalité... Pendant quelques instant il aurait été incapable de dire comment ils s'appelait, ce qu'il faisait là, le pourquoi du comment. Rien. Un vide total suivit d'une vue brouillé qui ne semblait pas vraiment l'aider à comprendre ce qu'il se passait. Ses pieds décolèrent alors du sol. Allons bon. Depuis quand il pouvait voler maintenant... Pendant quelques secondes, le temps qu'il avait certainement fallu à Doppo pour sortir de leur arène de combat avant de voir sa vue devenir plus stable et surtout voir le sol bouger dans tous les sens juste sous ses yeux. De quoi pardon... ? La tête soudainement douloureuse, la jeune homme se mit à tousser manquant alors littéralement de cracher en fait. Avant de se mettre à bouger.

« De. Quoi ? Bordel. Hey !

Oui bon, pas très brillant mon ami, la preuve qu'il était complètement paumé en fait. Heureusement qu'il était là pour lui rappeler un peu ce qu'il en était. Les flics. Ah oui c'est vrai. D'ailleurs la sirene de leur voiture pouvait se faire entendre, tandis que le colosse les éloignait de toute cette agitation, un peu d'air, faut avouer que cela ne pourrait pas lui faire de mal en fait à notre homme... Vidé de ses forces, alors qu'il lâcha un soupire exaspéré, certainement au fait qu'il était un peu pitoyable ainsi ballotté dans tous les sens, il lâcha.

« … Pas faux.

Il avait complètement zappé. Bien trop impliqué dans son combat, il en avait oublié que ce n'est pas le genre de chose apprécier dans les lieux publics, et que bien souvent les forces de l'ordre finissent par arriver. Venant d'un tueur un gage c'est un peu minable de se faire attraper pour des raisons aussi débiles, au moins, son partenaire de jeu avait l'intelligence de les faire sortir de là. Comme quoi, là aussi. Doppo avait l'énergie de penser à autre chose, contrairement au Valentini qui était obligé de s'impliquer en tout point pour espérer le faire un peu flancher. Mais l'idée de l'avoir peut-être fait était une maigre consolation. L'homme violet avait alors gardé le silence durant tous le trajets. C'est qu'il avait la force de vite avancer le bougre, contrairement à lui qui se sentait presque mou après tant d'effort. Ce n'est qu'une fois dans le grand parc qui se trouvait au nord de la ville que le Valentini daigna se manifester. Désireux de retrouver le sol.

« Oh. Ouais... C'est bon. Tu peux m'poser...

Garder la phase après ça c'est dur, d'ailleurs, quand il retrouva le sol, ses jambes semblait avoir du mal à le tenir debout comme un débile. Il tomba d'ailleurs le cul littéralement dans l'herbe. T'façon y a pas grand monde à cette heure là ici. Le souffle court, le sang perlant sur le coin des lèvres, il cracha le surplus de ce dernier qui c'était coincé dans le fond de sa gorge.

« Et encore perdu. J't'aurais un jour te repose pas sur ta victoire.

Mauvaise foie ? Un peu ouais. C'est bien son genre. Mais c'était aussi le pourquoi Doppo était intéressant et particulier à ses yeux, il était très fort et bien plus que lui. C'était à la fois tellement amusant mais aussi terriblement frustrant. C'est ça quand on est mauvais perdant Valentini, mais faut le reconnaître de temps en temps.

« Franchement mec j'ai pas la foie de courir....... et...... merde. J'ai perdu mes clopes.

Vexé d'avoir perdu, toujours un peu oui, du coup la cigarette c'est toujours bien pour faire genre qu'on se console, mais le comble c'est qu'il les avait perdu. Certainement laissé dans la veste qui était resté là-bas... Génial. Même si ce n'était pas un mal dans un sens. Depuis quand fumer après un tel effort et en étant blessé était une bonne idée hein. Raffaelo souffla et pose son regard sur son adversaire. Le pire c'est qu'il s'en sortait bien. Du moins il pensait, il aurait pu se faire réduire en bouilli avec une telle masse. Mais à la place il n'avait que quelques filet de sang, un alcool imbibé sur tout le corps, est un corps hs niveau réponse au cerveau. Ça va hein tranquille !


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Mer 24 Fév - 23:52

Frapper, c'est une marque d'affection
feat. Raffaelo Valentini



En d'autres circonstances, l'allumette aurait pu gagner avec sa dangereuse prise. Brisez le poignet de n'importe lequel de vos ennemis et vous le collez en incapacité pour un très long moment, leur forçant à réfléchir doublement lorsque leurs paluches sont en danger. Malheureusement, les conditions présentes n'étaient pas du tout favorables pour espérer forcer l'abandon du colosse d'Irisia. Les sirènes hurlaient, signifiant le rapprochement de la police vers le lieu du combat. Aucun des deux combattants ne pouvait se permettre de moisir dans le bar une seconde plus, ce qui obligea Doppo à mettre en péril une de ses mains pour le bien commun. Il est comme ça que voulez-vous, toujours sur son point de vue d'ensemble. Après... Peut-être qu'il ne désirait tout simplement pas perdre...

« De. Quoi ? Bordel. Hey !

Toujours est-il que le géant courrait avec un paquet bien encombrant par-dessus l'épaule. A travers la route 35 au nord de Doublonville, les rares promeneurs nocturnes ne pouvaient s'empêcher de se retourner après le passage de nos deux fuyards. Hanma avait beau filer comme un flèche, cela ne le rendait pas invisible aux yeux du monde. En tant que Mackogneur en pleine santé, il possède l'avantage de ne pas ressentir facilement la fatigue, ce qui lui permet de parcourir de longues distances à plein effort sans que ses muscles ne lui fassent souffrir. Pareil pour le combat qui semblait avoir épuisé l'humain en moins de dix minutes, notre personnage aurait pu tenir beaucoup plus longtemps, tant grâce à ses gènes qu'à son entrainement.

Soyons tout de même réalistes. Jusqu'à Rosalia, le chemin pour y arriver demandait une bonne demie-heure et le sportif ne pouvait tenir un sprint à pleine vitesse aussi longtemps. Même lui possède des limites, ne serait-ce que pour ne pas finir essoufflé. Il y a une différence entre un simple effort et pousser un corps jusqu'à ses retranchements. Or pour simplement quitter une ville, inutile d'y aller à fond ! De plus le duo allait bientôt atteindre le jardin des plantes, ce qui pourrait être un excellent coin pour récupérer des forces, à défaut du bar aux Geishas. Comme les force de l'ordre sont cantonnées à leur ville pour les petites affaires, il y a peu de chance pour que l'hybride ou le tueur se fassent poursuivre en ce moment même. Bien sur ce n'est pas non plus impossible, tout peut arriver et un agent un peu zélé pourrait se lancer sur leurs traces. Mais le musclé n'y croyait pas vraiment, son expérience lui ayant démontré que ce genre de cas était considéré comme "minime" en termes de priorité... Du moins en son temps.


« Oh. Ouais... C'est bon. Tu peux m'poser...

Finalement sur de rien, Doppo relâcha sa prise avec un minimum de soin avant de se mettre déjà en garde concernant d'éventuels traqueurs. Son poignet lui faisait toujours souffrir, c'est que son adversaire n'y était pas allé de main morte, haha... On dit que le rire est le meilleur des remèdes, peut-être qu'avec ce jeu de mots horriblement pathétique la douleur s'en irait d'elle-même. Le combattant massait la zone endolorie plus par réflexe que pour effectuer un réel soin, un peu comme quand on appuie sur un bleu pour vérifier à quel point il est grave. Malheureusement le résultat inquiéta encore plus le trentenaire, qui préféra bien entendu ne pas en faire part. Pour l'instant il fallait penser à rester camouflé, s'assurer que personne ne se trouve derrière eux, et aller se reposer dans un centre pokemon.

« Et encore perdu. J't'aurais un jour te repose pas sur ta victoire.

En entendant ces mots, le Mackogneur ne put s'empêcher de rire. La main tâtant encore le poignet, il ne pouvait s'empêcher de penser à sa possible défaite en d'autres circonstances. Cette fois, l'erreur aura été de se laisser agripper un point faible, chose qu'il faudra éviter de refaire les fois suivantes. Certains auront remarqué que le musclé s'était retenu durant ce jeu de poings, que d'avoir laissé un peu de marge à un tueur était déjà annonciateur de sa défaite future, mais ces gens auront déjà oublié que celui aux longs cheveux violines présentait lui aussi beaucoup de trous pour être traité comme un égal encore. Avoir une articulation abimé est sans doute le pire de ce qui peut arriver dans la vie de celui qui se dédie au dépassement de soi, ça et aussi un nerf tranché.

Alors, est-ce qu'ils jouaient toujours aux guerriers durant ces dernières secondes ? Ou bien Doppo devrait-il traiter l'assassin comme une réelle menace ? Jamais les deux en ont discuté avant, et cela ne se fera probablement pas avant la fin des temps, car il s'agit tout de même de lui seulement. Le mince n'avait rien à voir avec ce problème, il possède lui aussi sa façon de se battre, son propre style d'infliger et d'esquiver les coups. Qu'il n'y aille pas à 100% est un fait indiscutable, un tueur sans armes est ridicule, alors quoi ? ... Soupirant légèrement, Hanma rangeait ses questions dans un coin en espérant pouvoir y répondre lors d'une prochaine confrontation, car il y en aura bien une. Pour l'instant, il lui fallait rester sur ses gardes.


« Franchement mec j'ai pas la foi de courir....... et...... merde. J'ai perdu mes clopes.

Et en plus de ça il fume ? Décidément ce type est très amusant. Dire que chercher le combat à mains nues contre un hybride combattant est déjà de la folie, si en plus le corps est crasseux alors les chances risquent de passer vers le négatif.

- Vois ça comme un signe pour arrêter. Tu devrais prendre soin de ton corps si tu espères me mettre à terre.

Dire qu'il a failli... Doppo se dit alors qu'il faudrait peut-être arrêter de regarder de haut ce garçon, de ne plus le considérer simplement comme un partenaire d'échauffement surprise ou un jouet fragile, et de sortir l'artillerie lourde la prochaine fois. En y allant à fond dès les premières secondes du duel, il se demanda qu'est-ce que cela pourra bien donner.


- D'ailleurs, tu ne m'as jamais dit comment tu t'appelles, si ?

Quand on se bat contre un guerrier, le minimum serait au moins de connaître son nom.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poképerv'
Messages : 873
Pokédollards : 100
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Mer 9 Mar - 13:28





Frapper, c'est une marque

d'affection

Doppo
Raffaelo

La tête qui tourne, le souffle coupé. Finalement s'asseoir sur l'herbe était la chose la plus appréciable de la soirée, il ne l'aurait jamais cru. En même temps après un combat si mouvementé il y avait de quoi. Il était dans un de ces états. Il en connaissait une qui allait faire une crise pour rien quand il passerait la porte tient. De un parce qu'il rentre en retard en puant l'alcool, donc de deux elle allait le traiter d'alcoolo alors que franchement il avait plus un goût de sang dans la bouche de que d'alcool hélas et parce qu'il avait une sale tronche c'est tout. Une bonne douche, voilà bien la seule chose qui lui faisait réellement envie... Mais pas tout de suite. Surtout qu'il fallait rentrer et accessoirement finir par revenir à Doublonville pour espérer chopper un train. A moins qu'il ne finisse par un taxi parce qu'il n'y en a plus. Il était quel heure en fait ? Il avait la flemme de regarder, au final il s'étala par terre comme une étoile de mer en train de mourir sur la plage. La gorge sèche, il aurait volontiers prit quelque chose à boire pour la réhydrater, mais y a rien de tel dans le coin. Alors une clope pour se réconforter de la défaite ? Non même pas, il n'en avait plus, c'était la grosse poisse en fait. Certainement que le Valentini n'arrivait pas trop à s'en rendre compte, mais malgré tout, il avait réussit à faire plier Doppo. Il n'y arriverait probablement pas la fois suivante -à moins qu'il ne soit une fois de plus très imaginatif pour esquiver et se battre et donc le surprendre-, mais un guerrier ne fait jamais deux fois les même erreurs. La poisse, il y aurait presque cru, mais c'était lui qui était débout, lui qui l'avait porté et lui qui avait le souffle court. C'était quoi. Une réelle différence d'entraînement ? Certainement un peu, Raffaelo devait être moins mordu de combat que monsieur. Mais tout de même ! À moins qu'il soit impossible pour un humain d'égaler ou même dépasser un pokemon de type combat bien entraîné. Faut avouer quand y repensant, Doppo aurait eut deux paires de bras dans son anciennes formes, soit deux fois plus de soucis, impossible. La poisse, déjà qu'il était dure simplement en hybride autant être satisfait des choix d'Arceus.

Raffaelo râla alors en soufflant de bruyamment. On lui avait déjà dit c'est pas bien de fumer, et tout, faut prendre soin de sa santé, mais il aime bien faire ce qu'il ne fallait pas et certainement que notre homme était dépendant à la nicotine d'une certaine façon. De toute façon ce n'était pas ça qui allait le rendre plus fort d'après lui, serait-il plus endurant ? Il n'était pas si fréquent pour lui d'apporter sa dose de nicotine, mais peut-être un peu... Un jour peut-être que par flemme il arrêtera allez savoir.

« Pff. On m'la fait à chaque fois. Et franchement c'est chiant d'arrêter. Faut bien mourir d'un truc un jour.

Il n'était pas maso, ni suicidaire, mais Raffaelo faisait certainement partit des gens qui partent du principe qu'ils ont qu'une vie d'une durée indéterminé et qu'il vaut mieux faire tout ce qu'on veut quitte à vivre dangereusement ? Rien que pour son métier c'était le cas et il aimait ça. Mais pour défier un Mackogneur à un combat à main nu fallait vraiment avoir sa propre vision de la vie en fait. Mais le seul détail étant maintenant qu'il y avait maintenant une femme qui passait son temps à s'inquiéter pour lui à râler s'il revenait en mauvais état et tout. Pourquoi faire ? S'il partait elle pleurerait ? Certainement et c'est bien le genre de truc qu'il ne voulait pas qu'elle fasse. Enfin... Je m'égare je crois.

« T'en fais pas, je compte pas laisser l'entraînement de côté. J'ai pas vraiment de chance, mais je compte te foutre une raclé quand même la prochaine fois et te remettre à genoux.

Il avait sourit en coin, malgré la fatigue présente et visible sur son visage, il trouvait le moyen de pouvoir parler sur un ton défis, comme s'il allait être soudainement capable de se relever pour finir le travail. Mais non il ne pouvait pas, tout militaire entraîné qu'il était, il avait des limites et le combat était particulièrement intense pour l'avoir éreinté. Se détachant les cheveux pour essayer de les relever et plus avoir cette puanteur d'alcool dans le nez, l'ex-noble releva son regard améthyste vers le colosse. Vrai qu'il lui était toujours rentré dans le lard, mais ne c'était jamais présenté. Partant souvent du principe qu'on à pas à connaître son identité et tout et... Oh. Qu'importe.

« C'est pas faux... Raffaelo. Raffaelo Valentini, mais en fait le nom sert juste de déco.

Il c'était finalement relevé pour se planté juste devant, obligé de levé la tête pour lui parler, effet toujours bizarre parce qu'il n'était pas particulièrement petit en fait... C'est possible d'être baraqué comme ça, de pouvoir se cacher derrière lui sans le moindre soucis quand on était de la carrure du Valentini qui était plutôt bonne sans être excessive ? Ben visiblement oui comme quoi on trouve de tout. Crachant le surplus de sang qui lui traînait dans la gorge et le chatouillait -de façon peu élégante mais il n'est plus à ça près-, il tapa du poing sur son torse. Enfin. Taper, c'est une bien grande façon de parler, certainement qu'on aurait pu comparer ça à tapoter vu la force mis dedans. Mais il souriant en coin. Malgré l'humiliation et la défaite, il était satisfait, de ce qu'il avait fait, de s'en être sortit comme ça et surtout de s'être à ce point dépensé. Certains font un jogging pour se défouler, d'autres se battent dans les bars, chacun son truc.

« Est-ce que ça veut dire que tu me vois comme un adversaire à ta taille ?

Il avait ricané, c'était un peu beaucoup dire certainement. Mais pourquoi pas. Au final l'art d'un bon combat c'est aussi de savoir quand s'arrêter et quand il n'était pas question de sauver sa vie, le Valentini savait étrangement le faire.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Mer 16 Mar - 18:33

Frapper, c'est une marque d'affection
feat. Raffaelo Valentini



Fumer, c'est mal.

Doppo ne fait pas partie de ceux qui pensent que tout le monde doit suivre un code de conduite exemplaire. En fait, il est plutôt de ceux qui font leur vie sans chercher à modifier celle des autres, tant que la paix et le respect de chacun prône cela va de soi. Alors le fait que les gens agissent sans se soucier des répercussions ne le dérangeait pas, tant qu'il ne se retrouve pas en danger de mort à cause de leur insouciance. Le monde est vaste et le Mackogneur ne souhaite pas se placer en juge envers les autres. Déjà qu'il possède un mode de vie assez discutable, se placer en guide relèverait purement du culot. A travers sa remarque donc, le combattant n'essayait pas d'introduire un discours sur les méfaits de la cigarette mais simplement de souligner le handicap posé au bord des lèvres de son adversaire.

Personne ne semblait être à leur poursuite. Prendre le train vers Safrania attendra, histoire de se faire oublier afin de ne prendre aucun risque lorsqu'il sera présent à la gare. On peut dire que cette histoire se termine pas trop mal, voire bien si on est du genre nonchalant. Restait donc plus qu'à se soucier de cette blessure au poignet et l'évènement ne deviendra plus qu'un léger souvenir. Son adversaire râlait à propos de la remarque juste avant, ce qui est compréhensible, mais cela n'apporta rien d'autre mis à part une inattention de la part du musclé.


« T'en fais pas, je compte pas laisser l'entraînement de côté. J'ai pas vraiment de chance, mais je compte te foutre une raclé quand même la prochaine fois et te remettre à genoux.

Certains auraient pu réagir en explosant de rire face à cette affirmation, tant elle semblait gonflée d'une naïve innocence, mais Hanma ne le prit pas de cette façon. Non, au lieu de ça il stoppa net son auscultation du poignet pour se retourner vers l'étoile militaire. Vu d'en bas, le colosse tirait la tronche caractéristique de celui qui était prêt à répondre par la violence à une telle insulte, sauf qu'il s'agit là de son expression habituelle quand une douleur lancinante l'handicapait. Rien d'agressif ou de haineux ne se révélait dans le cœur de l'hybride, au contraire même puisqu'il était en réalité heureux de constater l'existence d'un fou assez téméraire pour ne pas se décourager après avoir subi l'expérience une défaite.

- Va pour une revanche alors ! D'ailleurs, tu ne m'as jamais dit comment tu t'appelles, si ?

Un gars aussi valeureux devait bien porter un nom, ou au moins un titre qui le rendrait reconnaissable. Doppo se trouvait maintenant accroupi, les genoux pliés et tournés vers celui qui fut son opposant au bar de la capitale. Son visage était amical, ayant presque oublié qu'il s'adressait à un homme dont la profession est d'apporter la mort du bout de la gâchette. Mais derrière l'assassin se trouvait un talentueux petit être capable de lui apporter, à terme, un défi à la hauteur de ce qu'il recherche. En conséquence, derrière la répugnance envers une telle activité se trouvait une forme de respect envers le courage de cet homme aux longs cheveux violets. Il en faut parfois peu pour apprécier autrui, là c'était exactement le cas. Sans cette volonté folle animant le soldat vers une montagne, jamais ce dernier ne le traiterait ainsi.

« C'est pas faux... Raffaelo. Raffaelo Valentini, mais en fait le nom sert juste de déco.

En ayant eu la réponse qu'il souhaitait, Hanma se releva pour observer de nouveau les alentours. Qu'il s'agisse d'une décoration ou non, "Raffaelo Valentini" lui servira maintenant de repère pour nommer cette amusante personne.

Occupé à regarder au loin, le géant ne fit pas attention aux mouvements de Valentini, du moins jusqu'à ce qu'il passe devant lui avant de plaquer son poing contre le torse de l'hybride. Doppo n'y prêtait jamais vraiment attention, mais à présent que les deux se trouvaient à moins de vingts centimètres d'écart, la différence de taille était plus que flagrante. Il devait baisser la tête au maximum pour espérer le regarder dans les yeux, pour cela donc que le géant recula d'un pas afin de ne pas paraitre hautain.


« Est-ce que ça veut dire que tu me vois comme un adversaire à ta taille ?

Le comique de la situation aurait pu se créer de lui-même, cette question apporta la touche finale, pouvant arracher au moins un rictus chez le plus odieux des vivants. L'hybride ne fit pas exception à la règle, soufflant du nez en souriant en coin face aux paroles du petit, tenté de répondre quelque chose du style : "Mange de la soupe et on en reparlera !" ce qui serait vraiment méchant pour le coup. Ce n'est pas ce Raffaelo qui est court sur pattes, ses longues jambes effilées le prouvent, mais bel et bien le pokemon humanoïde qui jouissait d'un véritable don naturel pour attraper les paquets tout en haut des armoires. Se moquer de la taille du soldat serait donc aussi cruel qu'injuste.

- Presque. Le jour où tu le seras, je ne me retiendrai pas.

Hanma parlait ainsi, mais il se retiendra toujours de porter un Dynamopoing pleinement chargé directement sur ce pauvre homme. L'impact risquerait de le blesser gravement au minimum, les corps humains n'étant pas faits pour résister à une telle charge. Déjà que le musclé hésite à utiliser toute l'étendue de sa force contre d'autres hybrides, alors pour les gens comme Valentini n'en parlons pas !

S'éloignant un peu plus, l'ancien flic savait qu'il était temps pour les deux de se quitter. Il vérifia rapidement que toutes ses affaires sont en place en tâtant ses poches et en fouillant son sac à dos. Rien sur lui ne possédait de réelle valeur brute, mais dans la fuite il aurait pu perdre quelque chose de relativement important comme des vêtements de rechange ou de la monnaie. Mais comme rien ne manquait, c'est l'esprit serein qu'il commença à s'éloigner du courageux petit homme.


- C'est ici qu'on se quitte. La prochaine fois je ne serais pas aussi gentil alors entraine-toi bien !

Sur ces mots, le géant se retourna et prit la direction de Rosalia. Il faisait certes nuit noire, mais ce n'est pas un manque de soleil qui allait l'empêcher d'atteindre un centre pokemon. Niveau salutations, rien ne servait d'échanger des politesses avec un potentiel rival. Si ce gars à la chevelure violette était capable de lui mettre un genou à terre, alors il n'a nullement besoin d'encouragements pour son futur proche.

Ce Raffy, c'est un bon !


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 

La vie continue, mais on oublie pas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poképerv'
Messages : 873
Pokédollards : 100
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]   Sam 7 Mai - 14:51





Frapper, c'est une marque

d'affection

Doppo
Raffaelo

Quelle soirée. Devait-on dire que même pour un homme comme Raffy du genre à avoir une vie mouvementé c'était habituel ? Pas vraiment. En fait, notre homme était souvent quelqu'un d'intelligent et qui évitait de se mettre en mauvaise posture. En fait, il avait tendance à préféré user de stratagèmes parfois un peu douteux pour éventuellement mieux s'en sortir. Mais là, il avait joué le jeu. Il avait été armé, comme toujours, mais n'avait pas usé de ses armes, simplement de ses poigs et de sa cervelle. Et faut avouer, il n'avait beau être qu'un humain dans un monde peuplé de créature capable de cracher parfois du feu sans avoir recours à une rame comme lui, il était rare qu'il soit en si piteux état. Ouais, il faisait carrément pitié c'est le cas de le dire. Il puait l'alcool, donnant alors l'impression qu'il était carrément un alcoolo de première qui n'avait pas trouvé de meilleure idée que de se noyer dans la boisson pour diverses raison. Pourtant, même si son esprit se trouvait embrumé par cette boisson, ce n'était même pas pour l'avoir bu, au contraire, c'est limite l'une des rares fois où il rentrait avec pour en sortir avec si peu d'alcool dans le sang. Mais voilà ce que ça fait de se frotter un peu de trop près à un Mackogneur en combat à main nue. Qu'est-ce qu'il avait espérer ? S'en sortir victorieux grâce à son insolente chance qui le suivait assez souvent ? Faut pas rêver et être con non plus. Pendant le combat, le Valentini c'était même demandé s'il allait finir par se faire envoyer à l'hôpital ou pas, ce qui n'était pas vraiment le genre de programme qu'il aurait apprécié. Mais non, son adversaire l'avait certainement prit en pitié. Ou en sympathie, il savait pas trop, en fait la différence n'était pas bien grande aux yeux de notre homme. Car il le savait, et Doppo n'avait fait que confirmer ce qu'il pensait, il c'était retenu.

Il le savait déjà, c'était même une évidence, comment un humain pour songer se battre à force égale avec un type combat entraîné qui plus est par la simple force de ses muscles. Impossible. Mais son pauvre orgueil en prenait un coup. Et allez savoir si c'était un caprice d'un ancien enfant de noble un peu pourris gâté et prétentieux. Ou si c'était une forme de masochisme un peu bizarre, il comptait bien recommencer, pour le battre, parce qu'il détestait ce sentiment d'être toujours définitivement le plus faible, une mouche qu'il aurait pu écraser avec son gros doigt. Mais jamais il ne pourrait le dépasser, il l'a toujours su. Mais c'était là un paradoxe, comme si Raffy pouvait alors prétendre s'écraser devant quelqu'un en admettant qu'il était plus faible. Jamais. Raffy est orgueilleux, et Raffy est quelqu'un qui aime avoir le dernier mot. Alors, il avait sourit en coin. L'air ainsi fatiguée dans ce parc, loin de boucan présent dans le bars où ils ont échangé un combat de quelques minutes à peine. C'était le calme après la tempête -nan pas avant-. Et il était temps pour lui de s'arrêter pour aujourd'hui et de se contenter de la maigre victoire qu'il avait eut. C'est à dire de finir en un seul morceau capable de rentrer chez lui et d'avoir surprit le colosse de par ses acrobaties comme on pourrait en trouver dans un cirque. Il avait soufflé du nez, comme pour se moquer un peu de lui même et soupiré.

« Ah. Y a encore du boulot. Mais ne te repose pas sur tes lauriers mon grand.

Il avait sourit en coin. Et alors essuyé la marque de sang légère qui perlait sur le coin de ses lèvres, l'étalant sur sa peau blanche pour finalement qu'elle sèche et y reste jusqu'à ce qu'il se lave de façon plus correct. Il n'avait qu'une envie. Rentrer et s'asseoir un coup, reposer ses muscles encore tendus et tremblant de par l'effort qu'il leur avait demandé de fournir. De se rafraîchir un peu avec une boisson et surtout une douche. Pendant un instant, il en avait totalement oublié qu'il avait laissé ses clés à la Miss O'Doherty, que si jamais elle n'était pas là, il serait comme un débile à devoir défoncer la poignet de sa porte pour rentrer et la faire changer. Il avait même oublié qu'elle pourrait être là en rentrant, que quelqu'un pourrait l'attendre. Inquiète. Quel heure était-il ? Il n'en savait rien. En fait il s'en fichait. Tant qu'il avait de quoi rentrer chez lui c'était le plus important. Alors, après avoir regardé le colosse se lever pour rentrer certainement chez lui -il n'en savait rien en fait, il est pas dans son slip hein-, il resta quelque instant à souffler alors seul. Jusqu'à ce que le froid ne vienne alors enfin le réveiller, comme s'il le ressentait enfin. Il était temps de se boucher. Non sans avoir l'air pitoyable, il retourna alors jusqu'en ville pour se diriger vers la gare et prendre un train. Vu l'heure, il n'y avait pas grand monde et c'est tant mieux. De toute façon on devait certainement le prendre pour un mec un peu torché, alors on ne l'a pas dérangé plus que ça pour le chemin du retour. Il était plus difficile que prévu, mais lorsqu'il se retrouva devant son bâtiment, il n'avait certainement été que rarement aussi contente de retrouver son chez lui. Mais je crois que le pire pour lui, c'est qu'en fait la soirée était loin d'être terminée. Oh, n'allons pas le plaindre, c'est en charmante compagnie, il y a certainement pire dans la vie hein.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Frapper, c'est une marque d'affection. J'te jure ! [pv : Doppo]
» Marque of Destiny
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» Amour affectueux...ou Affection amoureuse ?
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Johto :: Doublonville-