Partagez | 
 

 Couple Doppo & Maëlys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 316
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 24
Localisation : Partouuuuut !
Je suis (Inrp) : Hétéro et libre !
Je ressemble à : Aisha de Elsword
Double compte : Elros & Horus

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement de Dresseur ♠ Spray au Poivre
Race Pokemon/ Métier: Rentière
Team/Dresseur/Equipe: Opal + Mondo + ? + ...
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Lun 14 Mar - 19:34
Combien de temps les deux compères allaient-ils encore tourner autour du pot ? Entre la jeune aristocrate qui n’était pas à l’aise avec les émotions, n’était pas certaine de la signification de ses sentiments, et ne savait pas s’exprimer là-dessus, et le mackogneur qui n’osait rien dire de peur d’être rejeté, nous pouvons dire qu’ils n’étaient pas sortis de l’auberge. Ou, en l’occurrence, de la calèche. L’espace semblait aménagé spécialement pour ce genre d’évènement ; un couple d’amoureux qui tentaient d’avouer leur sentiment, sans succès pour l’instant, et qui passaient par un rapprochement presque forcé par la situation, comme pour se donner une raison, et en même temps du courage. Maëlys réalisait petit à petit l’intimité de leur proximité, et ça l’intimidait autant que ça lui plaisait. A force de parler, le souvenir de son erreur insoupçonnée au restaurant commençait à s’effacer. La situation était parfaite pour une déclaration vous ne croyez pas ? Pourtant ni l’un ni l’autre n’allait en ce sens, chacun pour des raisons différentes.

- Tu as toujours les bonnes idées Maë.

Amethyst sourit de plus belle devant ce compliment. Car c’en était un, du moins elle le prit ainsi. Signe qu’elle n’était pas indifférente au pokémon, car en de la part d’une autre personne elle aurait sans doute répliqué quelque chose comme « oui je saiiiis ! ». Au lieu de quoi, son rythme cardiaque gagna quelques pouls par minute, et elle rougit même légèrement. Elle ne se l’imaginait pas, mais par contre elle avait chaud aux joues. Et ça ne s’arrangea pas lorsque le sportif lui fit face et prit ses mains dans les siennes. Incapable de bouger, elle le fixa avec de grands yeux, le cœur battant à tout rompre, se demandant ce qu’il se passait. Un courant électrique la traversa de part en part à l’instant même où leurs mains se touchèrent, et une étrange sensation naquit dans son ventre. Son corps devait avoisiner la température d’un volcan. Jamais elle ne s’était retrouvée dans un tel état émotionnel. Tant et si bien qu’on pourrait s’attendre à voir de la fumer surgir de ses oreilles.

- Maë, cela f-

Un cahut soudain secoua la calèche et le pauvre Doppo se cogna le sommet du crâne contre le plafond. Il fut ainsi interrompu net dans son élan. Ce fut à la fois un soulagement, car elle avait cru que son corps ne supporterait pas longtemps un tel torrent de sensations, et une immense déception. Pourquoi ce maudit hasard avait-il frappé à cet instant ? Foutues probabilités. Car bien sûr elle ne résonnait pas en destin (elle arrivait encore à raisonner, miracle), mais en statistiques et en probabilité. Quelles étaient les probabilités pour qu’une bosse surviennent à l’instant même où il semblait se déclarait ? Assez faible, mais elle n’avait pas les données du terrain en tête. Et crotte ! A présent elle se demanderait tout le long de quoi il avait souhaité lui parler. Et elle détestait ne pas savoir. Elle cligna des yeux, réalisant qu’elle ne respirait plus depuis un certain temps.

- Ç-ça va Doppo ? demanda-t-elle une fois son souffle retrouvé. Le plafond est un peu bas, je suis désolée…

Mais pourquoi s’excusait-elle ? Elle n’y était pour rien. A part que c’était son idée, et qu’il s’était fait mal à cause de la calèche… Mais elle perdait toute rationalité ma parole ! Se sentant complètement stupide (et ça aussi elle détestait), elle rompit le contact entre leur main pour baisser ses yeux sur ses cuisses, mains jointes sur ses genoux. Mais pourquoi son cœur continuait-il de battre aussi fort ? Elle prit une profonde inspiration et expira longuement. Elle prit le temps de se calmer. Elle se força à réflechir. Ce n’était guère évident dans cette situation. Mais que faisait-elle au juste ? C’était évident, non ? Ce qui lui arrivait. Elle ne voyait pas les signes chez son camarade, car ses propres émotions inhibaient son sens critique, mais qu’elle était idiote de n’avoir pas compris plus tôt ! Elle devait faire quelque chose. Dire quelque chose… Elle ne voulait pas laisser les choses finir ainsi.

- Tu… Tu voulais me dire quelque chose je crois ?

Idiote. Idiote, idiote, idiote. C’est tout ce que tu trouves à dire ? Elle s’invectivait elle-même de son idiotie. C’était vraiment tout ce dont elle était capable ? Elle avait si peur que ça ? Et depuis quand la de Silsburg avait peur de quelque chose ? Non, non non non. Ce n’était pas elle, ça. C’était une pleurnicharde qui se laissait impressionner. Non. Elle se reprit. Elle se tourna vers Doppo. Cette fois-ci, elle y arriverait.

- Tu sais Doppo… Je… Je t’apprécie vraiment beaucoup.

… Ce n’était absolument pas le résultat escompté. Mais pourquoi était-ce aussi dur ? Elle qui était si sincère et si franche, qui parlait avec tant de facilité, elle se retrouvait incapable d’exprimer fidèlement ce qu’elle ressentait au plus profond de son cœur. Elle n’était vraiment pas douée avec les émotions. Mais quelle idiote…



Maëlys s'excite en darkviolet

Dream Team :


Kadô:
 


1 Magicarpe de Noa (x2), Noboru et Asuna, merciiiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mar 15 Mar - 22:13

Event St.Valentin
feat. M. Amethyst I.de Silsburg



Niais sera le mot-clé de ce rêve finalement.

Le scénario aurait pu se développer vers une originalité totale en matière de romance, au lieu de ça nos deux protagonistes préfèrent revisiter de grands classiques en la matière. On ne va pas leur en vouloir pour ça, le plus important étant qu'ils sortent chacun avec un aperçu de ce que l'amour pourrait leur apporter à chacun, mais tout de même... Enfin bref ! Haut les cœurs car on en a deux à rapprocher, et ce n'est pas gagné oh ça non !


- Maë, cela f-

Revenons à l'instant précis où les cheveux blancs & courts du colosse s'écrasèrent contre le toit de la cabine. Le souci avec cette situation est qu'elle est sacrément convenue, car elle coupe l'élan de courage de l'un des amoureux tout en décalant un peu plus le moment fatidique où chacun devra bien se déclarer à l'autre pour évoluer le couple. Alors vous pouvez reprocher cette facilité scénaristique si vous le souhaitez, mais vous ne pourrez pas empêcher l'histoire d'avancer à sa manière, aussi basique semble-t-elle être. Car c'est aussi ça l'amour, une émotion simple, mais tellement brutale quand elle vous tombe sur la tête.

Donc forcément ce coup provoqua une désagréable sensation de douleur, autant à cause de la surprise que de l'endroit atteint. La boîte crânienne n'est pas conçue pour subir de violents chocs, surtout à cause de ce qui s'y trouve à l'intérieur en fait, mais là tout va bien... Ouais c'est un peu facile de dire ça alors que notre gars a le visage crispé, mais il va bien faut pas s'en faire. Il a vu d'autres c'est un grand garçon ce Doppo. Par contre Maë elle ne semblait pas vraiment rassurée...


- Ç-ça va Doppo ?

Sa sollicitude avait quelque chose de mignon tout en étant assez douloureux à constater. Quand on aime, il est bon aussi de recevoir des marques d'affection de la part d'êtres chers à notre cœur et paradoxalement on souffre de les voir autant inquiets pour nous. C'est parce qu'on place le bonheur d'autrui avant le sien qu'on subit cette contradiction, poussant celles et ceux doué-e-s d'amour à se réserver dans l'unique but de ne pas provoquer plus de tristesse encore envers l'être chéri. Cruel est ce jeu, et pourtant il est aisé de contourner le problème une fois qu'on identifie ses pièges. Dommage que notre combattant ne connaisse aucune parade contre cela.

- Le plafond est un peu bas, je suis désolée…
- Ce n'est rien... Juste une bosse, pas de quoi s'alarmer.

Chevaleresque jusqu'au bout, l'hybride taillé comme une montagne ne pouvait se permettre de laisser sa princesse s'inquiéter pour lui. Voilà une belle phrase pouvant décrire la situation présente... Vraiment ? Car si le musclé possédait des caractéristiques proches de celles des anciens chevaliers, ce n'est pas sa fierté qui le pousse à sourire devant la violine. Déjà il est vrai que pour lui, un choc comme celui-ci n'allait pas lui fracturer le crane. Puis comme dit plus haut, en amour on préfèrera toujours constater du bien-être de sa partenaire à n'importe quoi d'autre. Mais en agissant ainsi, cela ne risque-t-il pas de montrer à l'autre qu'il est inutile de porter de l'inquiétude envers soi-même ?

Hanma se frotta doucement la tête, riant de bon cœur uniquement pour prouver qu'il allait bien, juste avant de reprendre place. Pour lui, ce choc était une forme d'avertissement à propos de sa déclaration, ajouté à cela le changement de comportement de la dresseuse, se fermant à toute interaction en se repliant sur elle-même. La tête basse, les mains serrées, sa posture semblait lui dire "Ne t'approche plus !" . Sacré Doppo, un véritable génie pour lire dans l'attitude des gens au combat mais incapable de comprendre les sentiments d'autrui en dehors du ring. Est-il vraiment comme ça, ou bien est-ce parce qu'il s'agit d'une réalité onirique ?


- Tu… Tu voulais me dire quelque chose je crois ?

Néanmoins elle souhaitait prolonger la discussion, ou plutôt revenir sur le sujet d'avant-choc et ce à la grande surprise du géant. C'est assez amusant de voir deux mètres de chair frémir sous le stress, c'est un peu sadique comme forme de plaisir mais cela en reste un quoi qu'on en dise.

- Tu sais Doppo… Je… Je t’apprécie vraiment beaucoup.

Vous les entendez ? Ces explosions là ? Ce sont les battements de cœur de ce cher Mackogneur, qui se demande une fois de plus s'il n'était pas en train de rêver là, tout de suite. La bonne blague...

Il est évident pour eux-deux que ce qui les lie concrètement est une solide corde d'amitié franche qui ne se dessoudera jamais, du moins c'est ce que le pokemon aime penser. Donc entendre ces mots ne devrait pas lui faire autant d'effet, du moins pas plus qu'entendre quelque chose du genre :


- Tu sais Doppo… Le… Le ciel est bleu.

Désolé pour l'imitation ! Faudra la retravailler oui, mais sinon vous captez l'idée non ?
Ils s'apprécient énormément, ça c'est une évidence. Pour l'athlète ses sentiments vont un peu plus loin que ça mais il a toujours su au fond que Maëlys lui portait tout de même une certaine affection. Et c'est là le piège ! Comment véritablement savoir si elle est animée par l'amitié ou l'amour ?!

Avec tout ça, difficile de trouver le courage d'avouer la vérité. Seulement voilà, derrière toute l'évidence niaise qu'on ces mots violets tellement ils sont purs, Hanma souriait de nouveau en guise de réponse. Son stress s'évapora un peu, étant profondément touché par cette déclaration pourtant laborieuse. Le message n'était pas passé dans son intégralité, mais une partie a su atteindre le cœur sensible à travers les pectoraux saillants.


- Je t'apprécie tout autant Maë.

En voilà une réponse bateau ! On pourrait y faire croisière dessus ! Mais est-ce vraiment facile de répondre autrement dans cette situation ?

Le cocher stoppa sa course, invitant alors aux passagers de descendre. Comme il y avait une portière de chaque côté du carrosse, le géant descendit en premier avant de tendre la main vers sa compagne, souhaitant une fois de plus se montrer courtois en lui proposant son aide pour la descente. Les femmes ne sont pas faibles au point de nécessiter l'aide d'un homme pour descendre quelques marches ! Doppo est juste comme ça, quand il peut il tend la main, son mode de pensée est aussi simple que ça.



Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 316
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 24
Localisation : Partouuuuut !
Je suis (Inrp) : Hétéro et libre !
Je ressemble à : Aisha de Elsword
Double compte : Elros & Horus

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement de Dresseur ♠ Spray au Poivre
Race Pokemon/ Métier: Rentière
Team/Dresseur/Equipe: Opal + Mondo + ? + ...
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mer 16 Mar - 20:18
- Ce n'est rien... Juste une bosse, pas de quoi s'alarmer.

De simples mots, une petite phrase anodine que tout le monde pourrait sortir au quotidien. Et pourtant Maëlys se sentit soulagée. Avant de se frapper intérieurement. Doppo était dur à la douleur, n’était-ce pas le prendre pour une chochotte que de lui demander si ça allait pour un si petit et bénin accident ? Décidément la violine ne cessait d’avoir l’impression qu’elle agissait tout le temps sans réfléchir. Elle qui était si prompt à la réflexion intense… Enfin, Doppo se mit à rire en se frottant le crâne. Ça lui fit l’effet d’un concentré de vitamine, un vrai boost d’énergie (si, encore plus que d’habitude). Puis l’onde retomba aussitôt après avoir drainé toute sa force. Quelle sensation étrange ! Son petit cœur soulagé du poids de l’inquiétude, elle put se détendre. Ses muscles se relâchèrent. Mais l’Ignorance la rattrapa. Elle devait savoir. Alors elle revint sur ce qu’allait dire Doppo. Avant de se traiter d’idiote et qu’il y avait mieux à dire dans une pareille situation. Elle ne savait plus comment agir. Quoi dire, quoi faire, et quand… Arceus, que c’était compliqué ! Elle décida de mettre de côté l’angoisse qui lui broyait les tripes et se lança. Sauf qu’elle ne prononça absolument pas les paroles qu’elle souhaitait.

- Je t'apprécie tout autant Maë.

Ce simple aveu réciproque suffit à la projeter dans un état second ; cœur battant, chaleur intense, joues roses et corps tremblant. Un frisson lui traversa l’échine. Puis l’instant suivant, toute sensation d’euphorie la quitta. Que voulaient dire ces mots ? S’agitait-il d’une réelle réciprocité, ou les paroles du pokémon ne faisait qu’égaler les mots à proprement parler de Maëlys ? Autrement dit, l’appréiciait-il bien plus qu’il ne l’entendait, ou se contentait-il de l’apprécier de la façon dont elle lui avait avoué ? Ses pensées s’embrouillaient et elle ne savait plus reconnaître le réel du probable. S’il l’appréciait tout autant que les mots de Maëlys, sortit du contexte, cela signifierait qu’il ne la voyait que comme une amie. Mais s’il l’appréciait autant qu’elle l’appréciait elle, réellement, au plus profond de son cœur… Mais il ne pouvait savoir ça lorsqu’il le lui avait dit n’est-ce pas ? Ou alors, comme elle, il le confessait de tout son cœur tout en sachant que ses mots pourraient être interprétés au sens propre. Son cerveau risquait la surchauffe à tout instant.

Ce fut le cocher qui la sauva. Doppo sortit le premier puis lui tendit la main, sourire aux lèvres, en toute galanterie. La de Silsburg fixa la paume tendue. En d’autres circonstances, et de la part d’un autre homme, Maë aurait probablement refusé cette main, se disant qu’on la croyait fragile et incapable de descendre sans aide extérieure. Elle se serait contentée de descendre en souriant, par ses propres moyens, en commentant au passage « merci mais je suis une grande fille, je peux descendre toute seule ! » Mais là, c’était différent. C’était une marque d’attention, un signe qu’il voulait prendre soin d’elle. Du moins le prenait-elle ainsi… Elle se rendit compte qu’elle respirait à peine. Non mais c’était quoi, cet état léthargique ? Elle se secoua et cligna des yeux, avant de répondre au sourire de Doppo et de poser délicatement sa main dans la sienne.

- Merci Doppo, quel gentilhomme tu fais !

A présent qu’elle intégrait la phrase de Doppo dans son esprit, et plus encore, dans son cœur, elle sentit la confiance la regagner. Elle devait reprendre du poil de la bête. Elle devait prendre des risques. S’il ne disait rien tout en l’aimant, c’était sans doute parce qu’il craignait que ses sentiments ne soient pas réciproque. S’il ne l’aimait pas… elle se contenterait d’une amitié. Elle pouvait bien faire ça non ? Elle avait bien supporté l’abandon de ses deux seuls vrais amis… Non, en réalité, cette pensée la terrifiait. Mais, elle était Maëlys Amethyst Inès de Silsburg et nom d’Arceus, ce n’était pas elle de s’enfoncer dans un sentiment aussi futile. Enfin futile… plus tellement maintenant qu’elle en était la proie. Maëlys se dirigea vers la plage, à une dizaine de mètre de la calèche.

- C’est magnifique, n’est-ce pas Doppo ? La mer est si bleue, et il fait si beau ! En plus il n’y a presque personne.

Elle tourna sur elle-même, les bras écartés. Ses couettes lui fouettèrent le visage, mais elle s’en fichait. Elle se sentait de nouveau bien. C’est fou comme la confiance en elle, et surtout la foi en lui, pouvait changer les choses. Son rire franchit la barrière de ses lèvres, offrant certainement le plus beau philharmonique de sa vie. Puis elle s’arrêta face à Doppo.

- Je suis contente d’être là, avec toi. Toi et personne d’autre.

Non, son cœur ne cesserait pas de battre à plus de 100 pulsations par minutes. Mais au moins, elle maîtrisait mieux ses réactions. Elle arrivait mieux à s’exprimer. Petit à petit, elle trouvait le moyen d’ouvrir lentement les pétales qui protégeaient son cœur tendre comme celui d’une fleur. Oui, sous la tornade d’énergie, fan d’arts martiaux, de combats et de pokémon, il se cachait une âme sensible. Maëlys se rapprocha soudainement de son ami et leva la tête (parce que bon, il était tout de même nettement plus grand qu’elle, à tel point qu’à ce rythme elle risquait le torticoli).

- Dis-moi Doppo, tu penses que je t’apprécie jusqu’à quel point ?

… Oui certes la question était on ne peut plus bizarre. Mais, expliquons son raisonnement. Il avait dit l’apprécier autant qu’elle avait dit l’apprécier. Donc, s’il pensait qu’elle l’appréciait beaucoup plus qu’elle ne le laissait penser, c’était alors réciproque n’est-ce pas ? Vous saisissez ? C’était un peu sa façon de demander la nature exacte de son affection pour elle. Car, c’était à présent une certitude, ce n’était pas un simple ami à ses yeux. Il n’avait tout simplement pas d’égal. Mais comme elle ne communiquait jamais sur ses sentiments, elle se devait de trouver elle-même le moyen de s’ouvrir. Ne la blâmons donc pas pour ce manque de tact. Après tout, si Doppo l’aimait vraiment, il ne lui en tiendrait pas rigueur.



HRP : j'viens de réaliser la différence de taille entre elle et Doppo... 1m66 VS 2m12. ça m'a choquée XDD



Maëlys s'excite en darkviolet

Dream Team :


Kadô:
 


1 Magicarpe de Noa (x2), Noboru et Asuna, merciiiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mer 16 Mar - 22:42

Event St.Valentin
feat. M. Amethyst I.de Silsburg



- Merci Doppo, quel gentilhomme tu fais !

Ce fut la seconde fois qu'elle fit la remarque, non ? La première, c'était quand il avait tiré la chaise au restaurant pour permettre à la dresseuse de s'installer. Enfin, il s'agissait plutôt d'une invitation gestuelle visant à la mettre à l'aise, le doute n'étant pas permis concernant les capacités de la violine pour prendre elle-même sa chaise. Toujours est-il qu'être comparé à un gentilhomme empourprait les joues de notre montagne de muscles, lui offrant ainsi des couleurs habituellement inexistantes dans son quotidien.

Bon, ce grand gaillard que voici ne cessait de rougir depuis qu'il se trouvait auprès de la dresseuse. Ce n'est inhabituel seulement parce qu'il n'a jamais été amoureux auparavant ! Eh oui Maë, tu es la première ! Là on donne un bon coup de fouet au romantisme déjà ! Un premier amour qui se construit au fil d'une journée, maladroit et pur à la fois, liant deux personnes que tout oppose... Ou presque, n'oublions pas ce gout commun pour les arts martiaux qui pourrait bien les placer dans une relation de professeur-élève, enfin si tout se passe bien déjà car rien n'est jamais gagné d'avance.

Après sa descente du calèche Maëlys fila rapidement vers la plage déserte, car ce lieu n'appartenait plus qu'aux deux cœurs ici présents, en exprimant rapidement sa joie de vivre à travers sa gestuelle. Étant d'un naturel plus calme, tel l'eau qui dort à vrai dire, Doppo ne put que la contempler dans son élan de bonheur avec un regard amoureux. Le genre de regard qui trahit instantanément les pensées se trouvant derrière les prunelles, le genre qui ne s'arrête qu'une fois que quelqu'un ou quelque chose le sorte de sa rêverie.


- C’est magnifique, n’est-ce pas Doppo ? La mer est si bleue, et il fait si beau ! En plus il n’y a presque personne.

Ah bah c'est qu'on ne plaisante pas avec la brochure ici ! "La perfection sinon rien !" En voilà une devise qui claque, mais pour l'affirmer il faut bien le démontrer. Sable fin, météo ensoleillée, bonne gastronomie pas chère, rues marchandes à perte de vue, mais surtout la petite touche personnelle qui fait mouche à chaque fois : Le monde qui disparait au gré des situations. On aura beau dire, pouvoir moduler la densité de la foule autour de soi reste une fonction fort pratique.

Donc là il n'y avait vraiment personne, si ce n'est un géant de plus de deux mètres aux muscles finement ciselées au burin et une jeune dresseuse à l'esprit tout aussi sublime que le corps qui le contient, du moins c'est ce que ce cher Hanma doit penser d'elle.


- Je suis contente d’être là, avec toi. Toi et personne d’autre.

Pieds nus dans le sable, le Mackogneur tenait ses chaussures du bout des doigts de la main gauche. Depuis quand est-ce qu'il les avait enlevés ? Pfft, quelle importance. Tant que ça lui permet de profiter de cette sensation unique de grains chauds autour de la chair, et surtout de pouvoir se rapprocher d'elle. Rester aussi loin de celle qui occupe son cœur ne lui fera jamais du bien, autant qu'il se rapproche ! Voilà, un pas après l'autre. Oui c'est difficile de prendre appui sur un sol mou comme la plage mais il faut faire un effort que diable !

- Moi aussi, ce rendez-vous avec toi est parfait.

Woups. Ne serait-ce pas là une trop grande confiance en soi qui aurait provoqué cet accident de langue ? Oui bien sur qu'il n'y a pas vraiment d'accident, puisque le message correspond parfaitement à ce qu'il ressentait en ce moment même, mais justement ! C'est bien parce que ses mots correspondaient parfaitement à ses sensations qu'il s'agissait d'un énorme problème ! Maëlys n'est pas idiote, loin de là. On pourrait même dire que des deux elle est la tête pensante. Alors forcément qu'elle va comprendre ce qu'il voulait dire par "ce rendez-vous AVEC TOI est parfait". Coup de stress à nouveau, le cœur s'accélère, l'adrénaline file dans les canaux avec d'autres hormones... Bref l'organisme tout entier s'emballe.

La voilà qu'elle s'approche. Elle comprend ? Sa tête se leva vers le sien. Elle comprend pas ? Leurs regards se croisèrent de nouveaux. Elle comprend vraiment pas ?


- Dis-moi Doppo, tu penses que je t’apprécie jusqu’à quel point ?

Alors là, c'est le coup d'estocade le plus propre de toute la création. C'est net, précis, direct et sans aucune bavure. Forcément, le Doppo ne pouvant l'encaisser parfaitement finit par se retrouver mentalement k.o.

Si on pouvait donner une note à cette question piège, sur 10, alors facilement elle avoisine les "Mais faut répondre quoi à ça ?!" sur 10.

La réponse honnête serait un baragouinage mêlant le classique "je ne sais pas" & "Comment ça ?" tellement la surprise est énorme. En laissant le temps de réfléchir à notre amoureux, il pourrait bien ordonner le contenu de son cerveau et sortir avec la même difficulté "B-Beaucoup, je crois". Là, on fait le tour des cas instantanées. Reste maintenant à décrypter le message caché, ce qui n'est pas bien difficile pour quiconque au fond. L'hybride le comprit qu'à moitié cependant, pensant timidement qu'elle cherchait à jouer avec lui afin de comprendre ce qui les lie ensemble à cause de sa phrase de tout à l'heure. "Je t'apprécie autant que tu ne m'apprécies", ça il ne l'avait pas oublié !

Que répondre alors ? Les secondes sont des heures durant ce temps de réflexion que s'accordait le guerrier, lui qui s'exprime mille fois mieux sur un champ de bataille que par voie orale. Mais comment montrer de l'amour avec les poings ? C'est absurde !


- Eh bien... On s'entend plutôt bien alors... B-Beaucoup, je crois ?


Lui-même se rendait compte de la complexité dans laquelle il venait de sauter à l'instant. Bon pour beaucoup "ce n'est pas si grave alors, n'exagère pas", mais c'est parce que vous ne comprenez pas ! Il y a là une perche en or massive tendue vers le petit cœur rouge d'amour pour une humaine débordante de vie, et il ne la saisit pas ?! C'est bien beau de créer le cadre parfait pour un scénario parfait, mais si les acteurs principaux, et en l’occurrence Doppo Hanma, ne s'y plient pas alors ça ne va pas le faire du tout !

- Enfin, ce que je veux dire c'est... Que je ne sais pas vraiment. Mais tout à l'heure tu disais que tu m'appréciais "vraiment beaucoup", alors ça veut bien dire ce que ça veut dire non ?

Bon. Quoi qu'il arrive, l'histoire tourne toujours. Et ils vont s'avouer leurs sentiments foi de... De... Ils vont s'avouer leurs sentiments !

- En tout cas je t'apprécie énormément... Enfin tu comptes énormément pour moi, et je veux que tu le saches.



Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 316
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 24
Localisation : Partouuuuut !
Je suis (Inrp) : Hétéro et libre !
Je ressemble à : Aisha de Elsword
Double compte : Elros & Horus

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement de Dresseur ♠ Spray au Poivre
Race Pokemon/ Métier: Rentière
Team/Dresseur/Equipe: Opal + Mondo + ? + ...
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Lun 21 Mar - 22:29
Un géant sportif et un petit brin de jeune femme à l’énergie débordante… Quel étrange tableau ils formaient tous les deux, debout sur cette plage, les pieds enfouis dans le sable ! Et quel magnifique spectacle, si l’on considérait les sentiments qui animaient leur cœur respectif. Malheureusement, ni l’un ni l’autre n’avait trouvé le moyen et la force d’esprit de confesser ce qu’il portait sur le cœur. En même temps, c’était la première fois, pour tous les deux, qu’ils étaient amoureux ; on ne pourrait donc leur en tenir rigueur. Il y a des choses en ce monde qu’on ne peut expliquer ni apprendre ; c’est à chacun de les découvrir par lui-même. L’Amour, avec un grand A, en fait partie. Et nos deux protagonistes en faisaient justement l’expérience.

- Moi aussi, ce rendez-vous avec toi est parfait.

Cette simple phrase suffit à déclencher un nouveau torrent d’émotion, qui tel un fleuve furieux l’emportait sans lui permettre de pouvoir lutter contre ce courant démentiel. Une puissante euphorie la saisit, et elle dut se faire violence pour se contenir. A l’intérieur elle exultait, mais de l’extérieur, le dos tourné à Doppo, pas un seul signe de son tourment intérieur n’apparaissait à la surface. Le mot « parfait » en particulier effaça toute appréhension de son cœur, toute impression d’avoir mal fait certaines choses, comme l’épisode du restaurant. Le terme « rendez-vous » était particulier. Il signifiait certainement que cette journée n’était pas une simple sortie entre amis, ce n’était pas non plus un simple « bon moment » entre amis. Du moins, elle l’espérait tellement ainsi. Et surtout, « avec toi », cette petite précision qui changeait tout… Elle ne pouvait plus se voiler la face. Et pourtant, le doute persistait. Tant qu’elle n’aurait pas les faits énoncés clairement, tant qu’elle n’entendrait pas distinctement les mots, tant qu’elle ne saurait pas. Elle rassembla alors tout son courage pour se rapprocher très près de lui, lui faire face, et lui poser LA question qui tue. Ou au moins qui assomme.
Mais elle venait pourtant de lui tendre une grande perche. Sa question donnait déjà quelques indices sur la réflexion interne de l’aristocrate. C’était si dur de s’ouvrir à ce point, surtout devant un homme… Elle qui s’était toujours cru si forte. Elle le fixait de ses prunelles violettes, brillant d’un grand espoir. Celui d’entendre les mots qu’elle souhaitait pour qu’ils apaisent les tourments de son cœur. Au lieu de quoi…

- Eh bien... On s'entend plutôt bien alors... B-Beaucoup, je crois ?

Sur l’instant Maëlys ne réagit pas. Elle ne s’attendait clairement pas à ce genre de réponse, alors que d’un point de vue extérieur, ce pouvait être l’une des plus logiques à fournir. Mais non, elle ne s’était pas faite cette idée là et donc… la désillusion était plus que tranchante pour son cœur. Elle afficha une petite moue, qui sous-estimait très nettement l’immense déception qui l’inondait en cet instant. L’excitation et l’euphorie qui la portaient jusqu’alors s’évanouirent aussitôt, comme un feu s’éteignait sous la force d’une brise trop intense.

- Enfin, ce que je veux dire c'est... Que je ne sais pas vraiment. Mais tout à l'heure tu disais que tu m'appréciais "vraiment beaucoup", alors ça veut bien dire ce que ça veut dire non ?

Il tentait de se rattraper. Amethyst voyait bien qu’il tentait de corriger son erreur, il avait dû remarquer sa mine dépitée. Cependant ce n’était pas très réussi, comme rattrapage. Le géant était indéniablement maladroit lorsqu’il s’agissait de s’exprimer sur un sujet aussi délicat. Voire même plus que la jeune fille ? Toutefois, même si elle pouvait le voir, cela ne tempérait pas la déception de son cœur.

- C’est tout ? lâcha-t-elle dans un souffle, si bas que même la plus fine oreille pourrait croire l’avoir imaginé.

Fort heureusement d’ailleurs, car s’il l’avait entendu, serait-il blessé ? Chagriné ? Fâché ? Elle ne voulait pas de tout ça… Elle se mordit l’intérieur de la joue. Pourquoi tout devait être si compliqué ? Elle se détourna à moitié, espérant qu’il ne l’avait pas entendu.

- En tout cas je t'apprécie énormément... Enfin tu comptes énormément pour moi, et je veux que tu le saches.

Elle redressa la tête vers lui. Oh, vraiment ? ce n’était pas exactement ce qu’elle voulait entendre, mais c’était déjà mieux. Sa mine dépitée s’effaça pour laisser place à un léger sourire. Oui, compter énormément pour la personne qu’on aime, c’était déjà beaucoup. Même si elle voulait plus, elle savait maintenant qu’elle ne représentait pas qu’une simple amie à ses yeux.

- Merci Doppo… Tu comptes tout autant pour moi. En fait… depuis un moment. Peut-être depuis toujours… je ne sais pas.

Elle avait perdu un peu de son assurance maintenant, ses petits mots hésitants en témoignaient. Néanmoins, son désir de savoir était toujours là, plus ardent que jamais. Peut-être qu’il lui faudrait se dévoiler complètement avant de pouvoir enfin statuer sur la façon dont Doppo la voyait. Une très bonne amie, ou autre chose… Elle se tourna vers la mer pour l’embrasser du regard.

- En fait Doppo… Moi aussi je veux que tu saches. Je ne t’apprécie pas simplement beaucoup…

Son cœur atteignait un record en termes de pouls par minute. Et si elle se fourvoyait ? Si elle s’était fait des idées depuis le début ? Son cœur lui avait peut-être joué des tours en lui faisant voir et entendre les choses comme elle le souhaitait… Elle ferma les yeux, cherchant davantage de force pour aller plus loin. Non, il était trop tard pour reculer maintenant. Il était temps qu’elle cesse de faire l’enfant. Elle se retourna.

- Ce que je ressens pour toi va bien au-delà. En vérité…

Elle ne pouvait plus qu’avancer, terminer ce qu’elle avait commencé. Elle ne reculerait plus, non. Elle devait affronter sa peur une bonne fois pour toute. Alors elle prit une grande inspiration, comme si c’était la dernière, comme si un seul mot de son camarade suffirait à l’achever par sa mortelle désillusion.

- Je t’aime.

HRP:
 



Maëlys s'excite en darkviolet

Dream Team :


Kadô:
 


1 Magicarpe de Noa (x2), Noboru et Asuna, merciiiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mar 22 Mar - 15:19

Event St.Valentin
feat. M. Amethyst I.de Silsburg



- Je t’aime.

Ah, nous voilà donc au point culminant de l'histoire bien plus tôt que prévu. Celles et ceux qui ont parié sur Maëlys Amethyst de Silsburg pour la déclaration, félicitations. Les autres, allongez les pokedollars s'il vous plaît.

Plus sérieusement, au moment où les lèvres pulpeuses de la jeune fille prononcèrent ces mots, Doppo eut bien entendu du mal à y croire. Était-ce une illusion ? Une fabrique de son esprit pour lui donner du courage ? Incohérent, il en était encore tout secoué avec cette véritable bombe d'amour. Impossible de ranger dans l'ordre toutes les pensées qui affluaient dans sa tête, le combattant étant k.o. pour de bon.


- Je t’aime.

Il voulait répondre, il le désirait vraiment, mais le surréalisme provoqué par une telle déclaration l'en empêchait tout simplement. La prendre dans ses bras ? L'embrasser ? La soulever comme la princesse qu'elle est ? Se baffer ? Se pincer ? Avouer à son tour qu'il l'aime ? Attendre que son cœur se calme ? Rire en pensant à une blague ? Retourner au restaurant vérifier le cocktail ? Aller voir un docteur pour vérifier si la bosse ne lui a pas fait des dommages au cerveau ?

Visuellement le colosse n'avait pas bougé d'un pouce. Les yeux écarquillés et le visage tomate, n'importe qui pouvait lire l'influence que les mots de la violine ont sur lui. Seul le plus idiot ne comprendrait pas ce qu'il se passe, tant il est clair que le géant ne s'attendait vraiment pas à un tel choc.


- Je t’aime.

Cette vérité résonnait en lui comme un écho à la fois douloureux et réparateur. Du temps, voilà ce dont avait besoin notre hybride pour assimiler le fait que ses sentiments sont réciproques. Comment pourrait-on lui en vouloir ? Niveau beauté physique il a conscience de ne pas être taillé comme les top-canons qu'on voit dans les médias & shows, la faute à sa carrure plus facilement qualifiable de "gonflé" que de "magnifique". Pour ce qui est du mental... Hanma aime Maë pour son énergie débordante, pour sa passion des arts martiaux, pour la proximité qu'il ressent quand elle lui adresse la parole. Il s'agit d'un amour à la fois raisonné, car il "sait" pourquoi il est tombé amoureux de ce joli visage d'ange, mais aussi irrationnelle puisque le géant ne pouvait pas exactement définir ce qui le rend si heureux en ayant la présence de la dresseuse à ses côtés.

A cause de son amour semblable à la lumière, montrant deux états contradictoires, il ne pouvait rien faire d'autre que d’accepter les petites joies qui accompagnent les moments partagés à deux. Pas de séduction, point de drague, aucun flirt, ce malgré un scénario qui aurait pu l'aider à laisser son cœur la liberté d'expression pour une fois. Avec un physique moyen et un mental esquivant le défi, comment Doppo pourrait s'imaginer que la situation actuelle se réalise un jour ?


- Je t’aime.

La gracieuse et douce voix persistait dans ses tympans, s'essayant à trouver un passage vers la case "accepte-le" de son âme. L'hybride ne savait vraiment pas quoi faire, perturbé par tous le signaux que son corps lui envoyait. Jamais auparavant il n'avait laissé son organisme en proie au chaos le plus total. Le cœur explosait au lieu de battre, permettant au sang de filer dans les vaisseaux sanguins avec une force telle que c'en était presque insupportable. Aucun muscle ne répondait aux ordres du cerveau, lui-même en proie à une sorte de fanfare de victoire, incapable de retrouver le minimum e cohésion demandé pour rester fonctionnel. Seule l'ossature conservait son poste, ce qui n'a rien d'étonnant de la part d'un semi-minéral en fin de compte.

- Je t’aime.

Trois secondes.

Tout ce qu'il fallut au combattant pour reprendre ses esprits furent trois longues et interminables secondes. L'ordre fut rétabli au prix d'un effort immense, d'un désir primordial de ne pas faire attendre celle pour qui chaque fibre de son être existe, mais à une telle volonté ne peut suffire à se relever d'un impact aussi marquant. Alors que feraient deux mètres de chair amoureuse dans cette situation ? Simple.

Il n'y a personne sur cette plage de rêve, si ce n'est un couple en proie au sentiment le plus beau qui existe. Toutes les folies sont permises, du plus commun au plus excentrique, personne ne vous jugera ! Et ce que fit Doppo alla au-delà de toute raison l'habitant normalement.

Avec une facilité peu surprenante de la part d'un Mackogneur, ce dernier plaça son bras droit sous les jambes de la violine et la fit basculer l'instant d'après en position allongée. Elle ne se trouvait plus au sol, mais bien sur les deux bras épais de l'hybride, tout sourire devant son acte. Il la fixait avec un regard plein de gentillesse et d'amour, contrastant avec son visage habituellement dur, ce qui ressortait cette beauté chez lui dont il n'en a même pas conscience. Alors à son tour, Doppo se mit à bouger des lèvres avant de prendre le pas de course. Ses pieds s'enfonçaient avec force dans le sable mou, fonçant telle une locomotive vers la mer en serrant bien fort le petit corps de sa bien-aimée contre son torse.Les deux étaient encore habillés, vêtus sans doute de leurs plus beaux ensembles, mais la folie amoureuse de notre homme ne pensait déjà plus à ce détail au moment où il fit un bond de presque trois mètres de long, entrainant les deux vers l'humidité salée de l'océan.

On dit que l'amour anime le cœur des humains, qu'il sera toujours la raison pour laquelle on fera des guerres, et qu'il motivera chacun à faire la paix. Doppo le savait au fond de lui, il se savait capable de défendre l'intégrité d'Amethyst à n'importe quel prix. Pour son bonheur, il pourrait arracher chaque étoile de l'univers et les offrir dans un collier de lumière. Mais là, ce n'était qu'un acte de pure folie, motivée uniquement par un bonheur non-géré. Bien loin de la limite entre le sable et l'eau, Hanma se retrouva à la surface avec Maë, répétant une fois de plus ce qu'il avait prononcé juste avant sa course folle.


- Je t'aime aussi.


HRP + Pour le staff:
 


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 316
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 24
Localisation : Partouuuuut !
Je suis (Inrp) : Hétéro et libre !
Je ressemble à : Aisha de Elsword
Double compte : Elros & Horus

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement de Dresseur ♠ Spray au Poivre
Race Pokemon/ Métier: Rentière
Team/Dresseur/Equipe: Opal + Mondo + ? + ...
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mar 22 Mar - 22:48
Alea jacta est. Les dés sont jetés. Elle avait largué la bombe, finalement, au bout d’une heure de réflexion quant à ses sentiments et pour trouver la force de s’exprimer. Maintenant, elle n’attendait plus que la réponse de l’homme qu’elle aimait. Car oui, à présent elle l’admettait. Elle pouvait se le répéter. Dépendre à ce point de la réponse d’une personne, elle n’en avait pas du tout l’habitude, elle qui ne portait jamais d’attention à l’avis des autres, sauf exception. Alors qu’en cet instant, elle n’osait plus respirer. La suite de la journée dépendrait de la réaction du mackogneur. Que dis-je, certainement son avenir également. Si ses sentiments étaient partagés, devant le fait accompli, Doppo ne pourrait plus que confesser ce qu’il ressentait. Et alors elle serait comblée. S’il ne l’aimait pas… elle pourrait peut-être passer outre ? Pourtant, cette simple pensée lui était insupportable. Le temps semblait suspendu ; tout reposait sur les épaules du sportif. Maëlys retenait sa respiration, terriblement angoissée par ce qu’il répondrait. Soit elle respirerait avec soulagement et euphorie, soit… son cœur se briserait, sans doute. Elle le fixait de ses prunelles violettes, l’espoir fou illuminant ses iris, le doute contrastant avec sa vivacité habituelle. Ces trois secondes de temps de réaction lui parurent interminable.

Finalement, Doppo esquissa un geste. Maë, qui ne respirait toujours pas, se demanda ce qu’il allait faire. Partir en courant ? Eclater de rire ? Se détourner ? Non, rien de tout cela. Il ne répondit rien, sans doute incapable de trouver les mots. Mais il agit, oh que oui. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, elle se retrouva perché à un peu moins de deux mètres du sol dans les bras de son ami. Elle ouvrit de grands yeux, surprise, mais ne protesta pas. Car ça venait de lui, et avouons-le cette position n’était pas déplaisante. Mais toute autre personne ce serait prise un bon poing dans la figure, et puis n’en parlons plus. Il souriait. Magnifiquement, tendrement, amoureusement. Elle lui sourit alors, illuminant ses traits, chassant les derniers tentacules de doute. Il ne disait rien, mais il n’avait pas besoin. Seul un homme amoureux pouvait fixer une femme de cette façon. Elle détailla longuement ses traits, profitant de cette soudaine proximité. Le sourire éclatant de l’hybride lui permettait d’apprécier et de découvrir ce nouveau charme qu’il dégageait, et qui ne put que lui plaire. Il murmura quelques mots, si bas qu’elle crut rêver. Et puis soudain, elle sentit la montagne qu’il était s’ébranler.

- Doppo, qu’est-ce que tu fais ? demanda-t-elle, interloquée.

Il courait, indéniablement. Dans quel but, dans quelle finalité ? Sa réaction était difficile à analyser pour la jeune femme, surtout avec le cœur en total anarchie. Elle n’avait pas peur de tomber, elle ne craignait rien, elle lui faisait confiance. Il ne ferait jamais rien qui la mettrait en danger (et même ferait certainement tout pour l’empêcher de faire ce genre de bêtises). Devant la course folle de son prétendant Maëlys ne put que relâcher un éclat de rire. Soulagement, amusement, certainement les deux à la fois. Puis elle se sentit planer dans les airs, et l’instant d’après ils atterrissaient dans l’eau, projetant une gerbe d’eau tout autour. Son rire s’éteignit lorsqu’il répéta distinctement sa confession.

- Je t'aime aussi.

Amethyst, toujours perchée dans ses bras, se laissa bercer par la vague de chaleur et d’euphorie qui l’étreignit. Son sourire s’élargit, si tant est que c’était encore possible. Jamais elle ne s’était senti aussi bien, aussi heureuse. Elle avait plus que jamais l’impression de pouvoir gravir des montagnes, juste pour lui. Elle comprenait à présent le sens de l’expression « l’amour donne des ailes ». C’était un peu idiot, et pourtant elle se sentait ainsi. Elle passa ses bras autour du cou du Mackogneur et approcha son visage du sien. Elle voulut ajouter quelque chose, mais quoi dire en cet instant ? Parfois, les actes impactaient plus que les paroles. La de Silsburg passa un index le long de la joue du Mackogneur, découvrant le relief de son visage sous la peau sensible de son doigt. Puis elle agrippa à nouveau à son coup pour se hisser plus haut, face à son visage. Sans le quitter des yeux, elle déposa un doux baiser sur ses lèvres, chaste, pur, mais passionné. Le temps, plus que jamais, sembla inexistant. Comme si par ce simple geste elle les avait projetés dans une autre dimension, où rien ni personne ne pourrait les atteindre. Un courant électrique la parcourut, tandis qu’une nouvelle vague de chaleur inondait. Elle aimait ce contact, sentir ses lèvres contre les siennes, sa peau contre la sienne, son souffle mêlé au sien. Elle se détacha presque à contre cœur pour le fixer dans ses prunelles améthyste.

- Merci Doppo… (Pourquoi le remerciait-elle ?) D’être là… (que disait-elle au juste ?) Je veux dire, je suis heureuse…

Il n’y avait rien de plus à dire n’est-ce pas ? Ajouter qu’elle avait peur que ses sentiments ne seraient pas partager n’avait pas de finalité en soi. Alors elle ne dit plus rien. Une nouvelle bouffée de joie souleva sa poitrine, et elle cala sa tête contre l’épaule. La Terre pouvait bien s’arrêter de tourner, elle n’en aurait cure.

HRP + info au staff:
 



Maëlys s'excite en darkviolet

Dream Team :


Kadô:
 


1 Magicarpe de Noa (x2), Noboru et Asuna, merciiiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mer 23 Mar - 0:46

Event St.Valentin
feat. M. Amethyst I.de Silsburg



Les rêves ne sont pas faits pour être cohérents. Ils portent en eux cette part de mystère qui les rendent si loin du réel, si loin de toute la logique y régnant. Qu'un homme "se jette à l'eau" pour avouer ses sentiments dans la vie est courant, logique, normal si vous voulez. Alors en étant sur la plage, pourquoi ne pas ajouter de littéral au figuré quand on le peut ?

Ce fut là une touche de folie de la part du géant, une touche qu'il n'aurait sans doute jamais réalisé en pleine possession de ses moyens, une folie qu'il doit encore essayer d'oublier à travers moult exercices après son réveil. L'eau n'était ni trop chaude, ni trop froide. Elle lui parut même s'évaporer sur la partie émergée de son corps, toutefois son attention était uniquement portée sur les bijoux oculaires qui le fixaient. Ces deux parfaites pupilles violettes, semblables à des pierres précieuses serties sur une poupée de porcelaine, embellissaient le doux visage de la princesse. Alors c'est ça, partager son amour avec l'être chérit ?

La sensation était... Agréable. La définir avec exactitude n'est pas chose aisée tant elle met en jeu une chimie complexe. Métaphoriquement parlant, on pourrait dire qu'une puissante vague de chaleur l'entourait à chaque fois que leurs regards se mettaient en contact, mais il n'y avait pas que ça. On pourrait aussi parler de ce grand calme, ce temps qui s'arrête autour de leur monde, cette sensation nullifiant tout le reste... Maëlys représentait le tout et le rien à la fois, car elle est la source de son infinie volonté, ainsi que son refuge, le lieu où le combattant pouvait se permettre de ne plus penser à rien.

L'amour est paradoxal. Le cœur battant, chacun est capable de réaliser de grandes choses au nom de l'amour. En même temps, chacun se renferme vers l'amour pour y trouver une protection apaisante. Elle est source de guerres & de paix, de mouvement & de repos, de férocité & de tendresse... Hanma ressentait toutes ces choses à la fois, en même temps, tel un arc-en-ciel de bonheur recouvrant son cœur. Il était non seulement amoureux, mais il pouvait enfin le révéler à sa dresseuse adorée en retirant tous les masques portés jusqu'à présent.

Ce n'est qu'une fois qu'il put montrer son vrai visage, que sa moitié, celle qui lui fallait pour être entier, se hissa vers lui. Dans ces moments-là on voit le tout défiler en slow-motion, ou en ralenti si vous préférez, tant ils apportent leur lot de magie dans la chimie. Maë se rapprochait donc, réduisant dangereusement la distance entre leurs nez, leurs yeux et leurs lèvres. L'hybride n'est pas assez naïf pour ne pas comprendre ce qu'elle cherchait à faire, il en rêvait depuis... Depuis toujours ! Alors il n'y a pas à réfléchir, suffit de se laisser porter et  voilà ! Le premier baiser est donné, à la femme de sa vie qui plus est. Yup, là pas de discours interne sur les "Pourquoi ?" et "Comment ?". Juste un baiser pour sceller l'union, comme on peut en voir dans n'importe quel conte de fée en fait.

Un baiser c'est... Chaud, doux, charnel, puissant si vous voulez, mais là il était vraiment particulier. Du genre qu'il n'y en aura jamais deux des comme ça, alors encore une fois le décrire sera un véritable casse-tête. Pour faire simple, c'est le premier voilà ! La découverte s’entremêlant à la passion naissante, créant ainsi un geste amoureux, maladroit, mais pur... Non vraiment, un acte pareil est indéfinissable. Une telle cristallisation de tout ce qu'éprouvait chacun des deux amants ne peut se décrire par de simples mots, il faut au minimum le vivre pour vraiment comprendre. On pourra vous parler de cœur qui explose et se régénère perpétuellement, de dragon rugissant de joie au fond des entrailles, d'aura chaleureuse et parfumée planant autour du couple... Rien de tout ça ne s'approche de la réalité que vit ce couple dans la mer.


- Merci Doppo… D’être là… Je veux dire, je suis heureuse…

L'instant de magie terminé, les deux pouvaient de nouveau se perdre dans le regard de l'autre, flottant tous habillés dans l'océan sans vraiment s'en soucier. La belle posa sa tête sur une épaule, toujours allongée sur son trône personnel. Non pas que Doppo est devenu son objet, bien entendu, mais il a la carrure parfaite pour servir de repose-personne à une telle reine, alors pourquoi ne pas en profiter ? Puis on parle de rabaissement, d’écrasement même, mais le vrai bonheur ne se trouve-t-il pas dans celui des autres ? Dans ses bras, la dresseuse se montra reposée, détendue, en bref heureuse. Que faut-il de plus pour toucher du doigt la divine félicité ?

... Sans doute de pouvoir barboter sans des vêtements qui ne sont pas faits pour ça. Avec Maê allongée ainsi, le Mackogneur ne souhaitait pas la déranger sur son nuage. Le plus simple aurait été la déshabiller, jeter au sec les tissus encombrants et les laisser sécher sur le sable. Mais un tel geste se doit d'acquérir permission auprès de la personne atteinte, qu'il s'agisse d'une femme à la beauté sans égale ou de n'importe qui d'autre. question de politesse, il faut toujours demander avant de retirer les pétales de tissu.

Glisser les mains sur la peau de l'être aimer, en voilà un geste démontrant le désir derrière l'amour. Sans nul doute "aimer" rime avec "posséder", alors quoi de plus normal à vouloir poser la main sur une peau de satin ? Mais pour quelqu'un à la morale aussi forte que celle du colosse, aller au contact sans préavis et aussi rapidement relevait du sacrilège. Il n'a rien contre la simplicité, une part de lui n'ayant rien contre faire trempette en maillot de bain dans cette eau claie et limpide les entourant, mais vraiment non c'était beaucoup trop tôt pour lui. Il ne possédait pas encore la détermination pour imposer ses envies, car leur lien est encore tout frais. Il souhaitait prendre le temps, tout simplement...


- Maë... On devrait sortir de l'eau, nos vêtements sont déjà bien trempés...

Il hésitait. Normal puisqu'il s'agissait entièrement de sa faute si les deux se retrouvaient dans cette situation inconfortable. Sur un élan de passion il avait entrainé la violine vers un plongeon fou, et il se retrouva à être le premier à demander d'en sortir. Du grand n'importe quoi cher Doppo, quand on provoque une bêtise on assume ! Tu devrais le savoir pourtant.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 316
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 24
Localisation : Partouuuuut !
Je suis (Inrp) : Hétéro et libre !
Je ressemble à : Aisha de Elsword
Double compte : Elros & Horus

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement de Dresseur ♠ Spray au Poivre
Race Pokemon/ Métier: Rentière
Team/Dresseur/Equipe: Opal + Mondo + ? + ...
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mar 5 Avr - 20:05
Finalement, ce que tous nos chers lecteurs attendaient était finalement arrivé. Nos deux protagonistes s'étaient enfin confiés l'un à l'autre sur leurs sentiments. Bien délicate affaire que voilà, pour deux personnes qui n'avaient jamais aimé auparavant. Entre un colosse qui ne savait comment ouvrir son coeur, et une jeune surdouée pour qui les relations sentimentales restaient un vrai mystère... Nous sommes servis. Enfin, la déclaration était faite, et ils se trouvaient dans l'eau, grâce à Doppo. Maëlys se fichait bien d'être mouillée. Elle serait la première à se jeter dans une mare de boue si ça pouvait lui être utile. Non, là, seuls comptaient les bras de son amour qui l'entouraient jalousement. C'était tellement agréable de sentir la chaleur de l'être aimé sur son corps, son souffle contre sa nuque, son coeur dans sa poitrine... La de Silsburg n'aurait jamais pensé accorder un jour tant d'importance à des détails qui lui semblaient si futiles d'ordinaire.

- Maë... On devrait sortir de l'eau, nos vêtements sont déjà bien trempés...
- Hmmm justement, un peu plus ou un peu moins… Et puis je te rappelle que ce n’est pas de ma faute !

Oui certes, n'oublions pas que Maëlys restait un peu excentrique sur les bords, et ce trait de caractère ne s'arrangeait dans ce monde onirique, bien qu'aucun des deux ne pussent se rendre compte de ce qu'il se passait réellement. En fait, la jeune aristocrate pouvait faire parfois des caprices, et là c'en était un. Elle ne voulait pas sortie de l'eau. Elle s'y sentait trop bien. Et puis il ne faisait pas si froid tout de même, il faisait beau, lr soleil brillait fort dans son nid céleste, alors pourquoi retourner sur la plage ?  Non décidément, elle ne sortirait pas. Doppo allait devoir s'y faire ; elle savait faire tourner son petit monde en bourrique. Cependant... Maëlys finit par se redresser, toujours dans ses bras, et lâcha un petit soupir.

- Après si tu veux vraiment te débarrasser de tes vêtements pour les faire sécher, je ne dis pas non. Je peux t'aider...

... Attendez, que se passait-il au juste ? Que diable lui prenait-il de sortir de pareil idées ? Elle ne savait pas. Mais elle pensait pourtant ce qu'elle disait.  Les rêves poussaient parfois les actes au-delà du pensable et même, du possible. Elle ne pouvait se douter qu'elle rêvait cependant, donc elle ne trouvait pas d'explication rationnelle à son attitude. Elle baissa les yeux sur le torse musclé de l'hybride, parfaitement dessiné sous son haut trempé qui lui collait à la peau. Elle se dégagea de son étreinte pour trouver pied sur le sol marin. L'eau lui arrivait à la poitrine mais elle s'en fichait. Elle glissa une main le long de ses côtes jusqu'à la naissance de ses hanches. Puis elle lla faufila sournoisement sous le tissu pour le tirer vers le haut. Oui. Elle joignait l'acte à la parole.

- Tu peux te venger sur mes vêtements si tu veux...

... Certes elle avait une étrange façon d'inciter l'élu de son coeur à faire de même. Mais c'était son côté fripon et manipulateur. Elle savait qu'il n'y résisterait pas. Alors elle poursuivrait son jeu sournois jusqu'à ce qu'il ne resterait plus que leurs dessous. Bien sûr, rapidement, elle sentit les mains de Doppo sur sa peau, qui s'affairaient à la dévêtir en même temps qu'elle le faisait avec lui. Jupe et chemisier furent proprement déposé sur le sable, avec pantalon et veste côté homme. Ils se retrouvèrent finalement en sous-vêtements. Alors, Maëlys recula subitement, un sourire de chipie sur les lèvres.

- Attrape-moi si tu peux !

Et elle plongea dans la mer. En plus d'être karatéka, elle savait très bien nager, aussi elle ne tarda pas à le taquiner en le frôlant sous la surface de l'eau. Je l’avais bien dit, lorsqu’elle se décidait à faire tourner son monde en bourrique, elle était plutôt douée. Enfin, comme on le dit si bien, “qui aime bien châtie bien” !

Doppo:
 
Staff:
 



Maëlys s'excite en darkviolet

Dream Team :


Kadô:
 


1 Magicarpe de Noa (x2), Noboru et Asuna, merciiiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mer 6 Avr - 19:35

Event St.Valentin
feat. M. Amethyst I.de Silsburg



- Hmmm justement, un peu plus ou un peu moins… Et puis je te rappelle que ce n’est pas de ma faute !

Évidemment, celui qui a entraîné tout ce petit monde à la flotte n'était autre que le géant Doppo, qu'il demande à sortir du problème dans lequel il s'est jeté est un comble. Sauf qu'il se souciait de l'état de Maëlys en vérité, puisqu'il n'avait pas demandé son avis pour la baignade surprise. L'hybride craignait qu'elle manque de confort en milieu aqueux, par sa faute, d'où sa proposition afin de se poser au sec. C'était maladroit, très maladroit de sa part puisqu'il suffisait de demander si tout allait bien, mais le colosse avait encore un peu de mal à s'exprimer correctement, son cœur subissant encore l'euphorie du premier baiser.

En parlant d'euphorie, toute cette eau lui donnait des envies assez sages pour une histoire de romance qui débute, comme faire trempette tel un Magicarpe par exemple. Pour un enfant de la mer, Irisia étant composé en très grande partie d'une plage, Hanma ne pouvait rêver meilleur endroit pour exprimer son bonheur qu'un océan limpide et vierge de toute présence. De toute façon, dès qu'il posait son regard sur le doux visage de sa princesse, le reste de l'univers s'évaporait, les laissant seuls afin de profiter ensemble des petits plaisirs de la vie. Le corps flottant souhait se mettre en mouvement, battre des jambes & des bras et enlever la rouille qui gagnait ses muscles. Un Mackogneur ne tient jamais en place il faut croire, car malgré ce sentiment de béatitude qui gagne le pokemon depuis la déclaration mutuelle du nouveau couple, il désirait plus que tout profiter du large avec la violine.


- Après si tu veux vraiment te débarrasser de tes vêtements pour les faire sécher, je ne dis pas non. Je peux t'aider...

Il est vrai que nager en tenue de sortie n'est pas pratique, m- Attends, quoi ? La scène d'amour passionné ne devait-elle pas se dérouler plus tard ? C'est fou comme le scénario de base ne fait que changer depuis le début, à croire qu'il est impossible de planifier d'avance tout ce qui touche au sentiment amoureux... Mais soit, que pouvons-nous faire face à la jeunesse et la fougue de toute façon ? Vous savez quoi ? Au diable le scénario ! Ces deux amants ont peut-être été prédestinés par la flèche d'un sacripant, il n'empêche que maintenant l'objectif est accompli. Chacun peut offrir ce qu'il y a de plus précieux du fond de leurs cœurs en totale liberté, nul besoin donc d'une série d’événements prédéfinis pour les encourager à vivre mutuellement leur bonheur.

Que Maëlys veuille retirer ce qui recouvre la nudité de son chéri fait partie de ses droits. L'envie est et reste quelque chose qui ne concerne que la personne qui le porte, qu'importe la cible de ce dernier. Par contre on parle là de concrétisation, de passage à l'acte, ce qui fait que le musclé a bien entendu son mot à dire concernant son sweat gris et sa chemise blanche. Il a beau être un homme à l'apogée de sa virilité en terme d'apparence, son esprit lui est loin de porter les valeurs des pseudos codes masculins modernes. Car bien qu'incapable de réaliser des travaux qui demandent de la finesse, selon le vieux pokedex, l'hybride souhaitait rester délicat et posé auprès de sa moitié, ce qui est tout le contraire de ce qu'on pourrait attendre d'un homme possédé par le désir lubrique... Car qui peut se vanter de garder l'esprit calme quand l'objet de tous vos fantasmes se met à vous chauffer les oreilles ?

Une chance qu'on parle ici d'un être vouant son existence à la discipline et au contrôle de soi. Les arts martiaux ne sont pas qu'un moyen d'utiliser le corps comme une arme mortelle, il s'agit aussi de forger son mental à travers une véritable philosophie. Et elle est bien pratique cette capacité, surtout quand une véritable sirène s'évertue à balader ses délicats petits doigts sur la peau claire du colosse. Les joues rosies par la honte, il ressentait pour la première fois les douces caresses physiques d'un amour véritable sur lui, ce qui lui apporta quelques frissons incontrôlés malgré la rapidité à laquelle l'acte se déroula. Il ne s'agit pas de préliminaires, encore moins d'une invitation pour passer du côté obscur de la romance légère, juste un simple geste pour mettre torse nu un géant d'habitude pudique. Malgré sa carrure, Doppo n'aimait pas trop se déshabiller en présence d'autres personnes. Maëlys aura donc vraiment pris toutes ses premières fois, car elle devait bien être la première femme à avoir accès à ce qui se cachait sous le tissu.


- Tu peux te venger sur mes vêtements si tu veux...

Durant ce petit jeu intime, les deux s'étaient rapprochés du sable pour y déposer leurs affaires soigneusement, les laissant se sécher avec le soleil encore haut dans le ciel. La manière qu’utilisa Hanma pour dévêtir Sislburg ne fut pas sans encombres, bien qu'il n'avait pas à s'attaquer au fameux casse-tête du soutien-gorge. Ouvrir un chemisier demandait à défaire des boutons, de tous petits boutons glissés dans une fente toute aussi petite, et vous savez à quoi ressemblent les doigts de notre hybride ici présent ? Dites-vous que ce sont des mains usées par le travail manuel, tant pour le sport que pour gagner sa croûte, alors elles ne ressemblent en rien à celles d'un jeune garçon bishonen à peine sorti du lycée, croyez-le. Oui ça manque de glamour, mais rien n'est parfait, pas même ce rêve. Donc forcément il y eut un peu de temps pour défaire le premier bouton, par contre une fois le geste enregistré dans les grandes pattes de notre homme, le reste put se défaire avec aisance.

- Attrape-moi si tu peux !

Étant enfin en tenue pour barboter tranquillement, le Mackogneur ne vit pas tout de suite le petit jeu d'Amethyst. Il restait un peu honteux d'avoir manqué de "réussite" lors de sa "vengeance", toutefois cette honte ne resta pas bien longtemps avec les taquineries de la sirène. Sans vouloir vanter les compétences du géant, il faut quand même avouer que question nage il se débrouille plus que bien. Sa puissance musculaire se démontre tout aussi bien sous l'eau que sur la terre ferme, et face à une humaine le jeu pourrait vite se transformer en épreuve de force. Doppo n'est pourtant pas quelqu'un d'orgueilleux, jamais il n'irait exposer l'étendue de ses capacités pour le simple plaisir de faire le fier. Alors il nageait doucement, au rythme de la princesse, glissant dans l'eau à ses côtés tel un vacancier profitant du dépaysement. Le nageur s'amusait à suivre la violine à travers les vaguelettes, la rattrapant après quelques minutes en la prenant dans ses bras. Heureux comme jamais, il n'avait aucun a priori pour enlacer sa bien-aimée soudainement, ni pour partager un rapide baiser amoureux.

- Je t'ai eu !

Tout sourire, l'hybride se retrouva une fois de plus dans ce cocon de bras avec sa moitié. Il aurait bien aimé cependant rester ainsi à jamais, la présence de Maë contre son torse le comblant de joie, mais une petite voix semblait l’appeler au loin... Une voix d'enfant étrangement, car bien qu'ils sont venus qu'à deux cette voix lui sembla très familière...


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 316
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 24
Localisation : Partouuuuut !
Je suis (Inrp) : Hétéro et libre !
Je ressemble à : Aisha de Elsword
Double compte : Elros & Horus

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement de Dresseur ♠ Spray au Poivre
Race Pokemon/ Métier: Rentière
Team/Dresseur/Equipe: Opal + Mondo + ? + ...
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Dim 17 Avr - 23:24
Maëlys avait oublié un petit détail en lançant ce jeu du chat et de la souris. En même temps, nous sommes dans un rêve donc tout est possible, y compris le fait que Maë puisse oublier un détail si important malgré sa grande intelligence et son infaillible mémoire. Le Mackogneur venait de Janusia, une ville en bord de mer où le sable et l’eau n’était pas rares. Donc, il lui était sorti de l’esprit que son cher et tendre pourrait se montrer nettement plus habile qu’elle à ce petit jeu là. Mais elle avait envie de s’amuser et de le taquiner un peu. Maëlys le narguait donc avec ses attaques fourbes tantôt sous l’eau, tantôt à la surface, allant même jusqu’à l’éclabousser sournoisement. Mais le Mackogneur était aussi à l’aise dans l’eau, sinon plus. Au début il la laissa faire, et puis finalement il parvint à la rattraper. Elle sentit une puissante paire de bras se resserrer autour de sa taille.

- Je t'ai eu !
- Ah ! Flûte ! Bon tu as gagné je le reconnais, hihi !

Maëlys tourna la tête sur le côté, vers lui, et son homme en profita pour l’embrasser. Elle se retourna pour passer ses bras autour de son coup et se laissa porter. Ce qu’elle était bien là ! Elle prolongea leur baiser jusqu’à ce qu’ils n’eussent plus de souffle puis elle cala sa tête dans son cou. Oui, ils étaient bien là, tous les deux… Tous les deux ? Non. Ils n’étaient pas seuls. Ils n’étaient plus seuls, depuis quand, ça seul Arceus saurait le dire. Ou le cupidon apprenti peut-être. Une petite voix étrangement familière les appelait au loin. Maëlys leva la tête vers l’enfant avec ses brassards qui tentaient de nager jusqu’à eux. il n’était pas loin pourtant, mais ses petits bras ne suffisaient pas. Il ne savait pas encore nager, après tout.

- Maman !

Maëlys sourit tendrement au petit garçon et se dégagea de l’étreinte de son homme pour nager jusqu’à lui. Elle le prit dans ses bras en frottant son nez contre le sien, ce qui arracha un rire au bambin. Elle le cala contre sa hanche et se tourna vers Doppo.

- Allez viens, on retourne sur la terre ferme, sinon il va prendre froid. A vouloir faire tout comme son papa, aussi !

Le petit accroché à son cou, l’aristocrate regagna la plage, le soutenant d’une main. Lorsqu’elle n’eut plus que les pieds dans l’eau, elle se tourna vers le Mackogneur et lui tendit la main dans le but qu’il la lui prenne. Ils marchèrent pendant quelques minutes le long de la plage, main dans la main, leur petit garçon entre eux. … Attendez, vous ne comprenez pas ? Cet enfant était bien le leur, oui. Cela leur paraissait tout à fait normal, et pourtant vous ne rêvez pas, il ne s’était rien passé de particulier entre l’instant où ils jouaient à se poursuivre et celui où l’enfant les avait appelé. Mais pour Maëlys c’était normal. N’oublions pas qu’ils trouvaient dans un rêve. ça ne vous est jamais arrivé vous, de vous retrouver d’une seconde à l’autre dans une situation sans queue ni tête ? Il est même certain que vous avez déjà rêvé d’un enfant au moins une fois dans votre vie, sans savoir ce qu’il faisait là alors que dans votre rêve vous sembliez le connaître depuis longtemps. Eh bien, voilà, c’était exactement ça.

- Descendre !

L’enfant s’agita, arrachant un rire à sa mère. Celle-ci le reposa et accepta la petite main du garçon. Qui sautillait dans le but d’attraper celle de son papa, bien trop haute pour lui. Maëlys prit alors l’initiative de s'asseoir en tailleur dans le sable (en maillot de bain, ouioui tout est normal). Et elle commença à lui montrer comment faire des montages avec le sable humide. Tout sourire, elle jeta un oeil à Doppo.

- Tu te joins à nous mon chéri ?

Elle lui tendit la main pour l’inviter à s’asseoir à côté d’eux. Quelle belle famille ils formaient, tous les trois ! Dommage que ce ne soit qu’un rêve, n’est-ce pas ?

staff:
 



Maëlys s'excite en darkviolet

Dream Team :


Kadô:
 


1 Magicarpe de Noa (x2), Noboru et Asuna, merciiiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Capturé
Messages : 55
Pokédollards : 43
Date d'inscription : 08/11/2015
Localisation : Vadrouille à Johto
Je suis (Inrp) : Hétéro et amoureux des combats
Je ressemble à : Raoh - Hokuto No Ken
Double compte : John Doe

PokéProfil
Attaques & Armes: ♥ Cran ♦ Dynamopoing ♦ Lame de Roc ♦ Représailles
Race Pokemon/ Métier: Mackogneur / Intérimaire
Team/Dresseur/Equipe: Team Dahlia
Pokémon • Capturé
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Mer 20 Avr - 17:38

Event St.Valentin
feat. M. Amethyst I.de Silsburg



- Maman !

Bien que cette voix appelait visiblement sa mère, Doppo, qui n'avait rien de maternel on le rappelle, se tourna vers l'origine de ce son sans se poser une seule question le concernant. Faut dire qu'elle lui est très familière cette voix puisqu'il s'agit de celle de son rejeton chéri. Oui, il était père depuis un moment déjà, et très attaché à son enfant qui plus est. Alors le voir tenter de rejoindre sa mère avec ses flotteurs lui inspira une légère peur, protecteur qu'il est envers le fruit de sa chair, mais Maë savait donner du temps pour le petit quand il le fallait.

Ce soin maternel qu'elle apportait renforçait l'affection portée par l'hybride, attendri par le tableau qui se dressait devant ses yeux. Sa femme n'avait pas changé depuis ce fameux jour, tout comme les sentiments portés envers elle qui n'ont pas pris une seule ride. Le temps file à toute vitesse, et le temps de prendre un bain on se retrouve déjà avec un enfant adorable et une femme formidable. Tout était parfait globalement, du ciel bleu magnifique au-dessus de leurs têtes jusqu'à Maëlys, qui restera à jamais dans le cœur du combattant.


- Allez viens, on retourne sur la terre ferme, sinon il va prendre froid. A vouloir faire tout comme son papa, aussi !

Vraiment ? Est-ce qu'il ne tiendrait pas sa témérité un peu de sa mère aussi ? Hanma ne put que sourire face au constat de la violine, fier d'avoir un enfant qui le suivait comme modèle. En même temps il est très jeune encore, qu'il suive ses parents pour se forger une personnalité n'a rien d'étonnant ou d'incroyable. Issu d'une famille nombreuse, le Mackogneur se souvenait encore de son enfance. Ceux qui ont tiré de l'hybridation de leur mère ont beaucoup appris d'elle, et lui, hybride Machoc à l'époque, a suivi les traces de son père Machopeur comme si c'était la chose la plus naturelle à faire. Et maintenant qu'il se retrouve à son tour dans le rôle d'adulte, c'était à lui maintenant de porter le flambeau.

- Il est vrai qu'on aime tous les deux être à tes côtés.

Elle lui tendait sa main libre, l'autre étant occupé avec tout le bras pour porter le petit. Faire attendre quelqu'un est impoli, alors il se précipita presque vers l'invitation afin de la prendre. Leurs mains liées par la force du destin semblaient faites pour être ensemble, tant celle géante du colosse entourait celle douce de la combattante. Il y avait dans la poigne une forme de promesse, ou plutôt un désir conscient portée par l'hybride, qui est de protéger à tout prix sa famille. S'il avait jusque là forgé son physique et ses muscles jusqu'à l'extrême limite, c'était peut-être pour devenir le bouclier de ceux qu'il chérit par dessus tout.

Main dans la main donc, les deux firent quelques pas dans le sable chaud en profitant bien de toute l'immensité de la plage, étant toujours les seuls présents en ce lieu. Quel que soit le point où leurs yeux pouvaient se poser, ils ne verraient qu'un paysage magnifique et vierge de toute civilisation. C'est comme si la ville dans laquelle le couple s'est avoué leurs sentiments réciproques n'existait plus... Ou plutôt que les trois ne se trouvaient plus sur la même plage, voilà la seule explication logique à tout ça. Après tout il est évident que des années se sont passés entre le fameux rendez-vous et l'instant présent, la présence du gamin témoigne de ce fait. Mais inutile de tergiverser sur ce point ! Ici il n'est question que de bonheur, surtout des plus simples que la vie peut offrir, et il n'y a pas de place pour les problématiques inutiles.


- Descendre !

... L'enfant est roi comme on dit. Soit, qu'il descende donc de son trône ce cher galopin. Inutile de s'agiter ainsi, quel petit impatient que voilà, heureusement qu'il n'eut pas besoin d'insister longtemps pour qu'Amethyst s'exécute et le dépose entre ses parents. Et bien qu'il n'eut aucune peine à attraper la main de sa maman, il n'arrivait pas encore à la cheville du papa pour atteindre le sien de main, du moins façon de parler. Au mieux le gamin devait atteindre le genoux avec son front, et cela ne suffit clairement pas. Bien qu'il essayait de sauter, ou plutôt sautiller, vers son objectif pourtant trop haut, Maë jugea probablement qu'il était temps de faire une pause "château de sable".

- Tu te joins à nous mon chéri ?

Les travaux manuels sont le dada du musclé, mais faire des châteaux avec du sable mouillé demande un certain doigté, son point faible. Non, sa Némésis. Mais bon, quel père ne s'est pas déjà montré une fois ridicule devant ses rejetons ? Ce jour devra bien arriver, alors autant que ce soit maintenant plutôt qu'un moment plus important. Genoux au sol, le géant se tenait comme sur un tatami, préférant une posture assise sur ses jambes pliées plutôt qu'en tailleur. Ça lui semblait bien plus naturel de se tenir ainsi.

- Tu sais bien que je vais tout casser si je participe.

Il n'y avait rien de sérieux dans ses propos, mais Doppo était prompt aux discussions légères, voire bon enfant, où l'on parle uniquement pour dévoiler ce qui passe par la tête sans plus. En voilà une façon de dire "Je t'aime" , car avec qui d'autre que sa moitié pourrait-on se permettre de converser de manière aussi directe et peu réfléchie ? D'ailleurs il souhaitait le dire ouvertement, mais devant leur enfant cela le gênait un peu. Par conséquent le pokemon se contenta d'un regard empli de sentiments, allant chercher sa main pour la reprendre et la conserver autant que possible dans la sienne.

Autant ces moments de bonheur semblaient immortels, autant c'est face au soleil couchant que le combattant prit conscience que tout avait une fin. Le bon, comme le mauvais, ont une finalité inéluctable et on ne peut que se préparer à y faire face. Bientôt il sera temps de ranger les affaires, de porter les sacs de vacances et de rentrer à la maison, bien loin de ce décor de rêve où tout semble possible. Cette réalisation lui fit un petit pincement au cœur, et tandis que le petit s'amusait à taper sur son seau pour fabriquer les tours de sa citadelle, Doppo resserra un peu plus fortement la main qu'il empoignait.


───────────────────────────────────────────────────────

Cela faisait des heures que l'hybride passait sur son jogging matinal, essayant de passer le malaise qu'il avait ressenti en se levant aujourd'hui. Ce rêve lui a quand même bien retourné l'esprit, déjà qu'il n'a pas de "bons souvenirs" en termes de relation amoureuse, si en plus son subconscient cherche à lui montrer une idylle avec une personne aussi jeune... Plus il y pensait et plus il en avait des frissons.

Une chance pour lui qu'il n'ait aucun souvenir des acteurs de la comédie. A la limite il pourrait dire que la jeune fille présente avait des cheveux... Violets ? Et encore, peut-être qu'ils étaient bleus va savoir. Mais en plus ils ont eu un enfant, ce qui veut dire que... POUAH ! Hanma ne put se retenir de tirer une gueule de dégout, répugné à l'idée d'avoir osé rêver d'un tel évènement. On pourrait dire que sa "femme" avait l'age d'être sa fille, mais pas vraiment en même temps. Elle devait s'approcher plus de la vingtaine, et heureusement, que de la dizaine. Cependant, cela laisse toujours un bon écart de douze ans au bas mot, ce qui est énorme !

Les jambes du coureur commencèrent enfin à se plaindre en douleur de l'effort demandé. Après tout, cela fait maintenant plusieurs heures qu'ils n'ont pas arrêté de courir. Jugeant qu'il était temps pour une première pause, l'hybride se claqua faiblement les joues afin de se concentrer sur la suite de son entrainement personnel. De toute façon, tout ce qui s'est déroulé n'est qu'un songe, une illusion vécue par lui-seul, du moins c'est ce qu'il croit, et qui ne mérite pas qu'on s'y attarde plus longtemps.

Néanmoins, de cette nuit de sommeil il pouvait en tirer un bon souvenir. Lequel ? Eh bien la réponse est simple, et tient sur quelques paroles innocentes.


- T'es l'pu fort !

Peut-être... Mais il reste encore beaucoup d'efforts pour y parvenir.



Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.



Doppo parle avec ses poings en #A55239 !

Bonux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dresseur • Normal
Messages : 316
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 24/10/2015
Age : 24
Localisation : Partouuuuut !
Je suis (Inrp) : Hétéro et libre !
Je ressemble à : Aisha de Elsword
Double compte : Elros & Horus

PokéProfil
Attaques & Armes: ♣ Equipement de Dresseur ♠ Spray au Poivre
Race Pokemon/ Métier: Rentière
Team/Dresseur/Equipe: Opal + Mondo + ? + ...
Dresseur • Normal
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   Jeu 5 Mai - 9:15
- Il est vrai qu'on aime tous les deux être à tes côtés.

Maëlys sourit à son homme sans rien ajouter. Qu’y avait-il à dire de plus que ce merveilleux sourire ? Et ils n’avaient pas besoin de se parler pour se comprendre. Un simple regard, un simple hochement de tête leur suffisait pour partager. Et cet enfant, leur enfant, était le fruit de leur union. Depuis quand était-il né ça c’était un mystère. Le paradoxe du rêve voulait que tout parut normal à notre couple d’amoureux. Qu’un enfant fut conçu alors qu’il ne s’était rien passé. Maëlys n’en avait pas le souvenir et de toute façon ne se posait pas la question de savoir comment ils se retrouvaient dans cette situation. Sur cette plage, en maillots et avec un enfant, alors que quelques instants plus tôt ils ne faisaient que partager une première baignade entre amoureux, et en sous-vêtements. Parce que, dans ce rêve dont elle ignorait l’existence, tout était normal.

Ils marchèrent un moment, main dans la main, celle de Maëlys presque entièrement recouverte par celle du géant. Le monde n’avait plus d’importance en cet instant, seul comptait leur trio, une femme, son homme, et leur enfant. Si le reste du monde leur paraissait certainement merveilleux en l’instant présent, il pourrait se passer n’importe quoi qu’ils ne se préoccuperaient que de leur petite famille. Celle qu'ils formaient tous les trois. Puis leur fils demanda à descendre, pas ce mot simple et clair qui convenait si bien pour un garçon de son âge. Ainsi il n’eut pas de problème pour se faire comprendre et sa mère céda à son caprice. Maëlys s’installa à côté de lui et entreprit de lui montrer comment faire des constructions avec le sable. Elle invita son homme à les rejoindre, tout en sachant très bien son avis sur les travaux manuels.

- Tu sais bien que je vais tout casser si je participe.
- Oui je sais. Mais c’est en tombant qu’on apprend à se relever. Si tu ne t’exerces pas un minimum, je ne vois pas comment tu pourrais progresser !

Elle riait tout en parlant. Non pas pour se moquer, loin de là. Elle prenait justement à la légère l’ennuie de son homme. Peu lui importait qu’il casse tout.  Ce qui comptait c’était de partager. L’aristocrate montra à sa progéniture comment manipuler le saut et la pelle, et applaudit quand le garçon parvint à le retourner pour faire un pâté. Même s’il s’écroula juste après. L’enfant ne se laissait pas abattre, digne fils de Doppo et Maëlys. Il ramassa son seau et sa pelle et entreprit de le remplir à nouveau de sable humide. La dresseuse souriait devant ce spectacle attendrissant, qui la rendait également fière de son enfant. De leur enfant. Maëlys sentit la main du mackonguer capturer la sienne à nouveau. Elle tourna ses prunelles violettes sur lui et lui sourit.

- Moi aussi je t’aime, répondit-elle à son regard explicite.

Puis elle s’allongea sur le sable, indifférente à l’humidité dont il était imprégné. Son homme la rejoignit bientôt, et elle ne put que se sentir parfaitement bien. Elle avait tout pour être heureuse, son homme et son fils. Même si la journée touchait à sa fin et qu’il leur faudrait bientôt rentrer. Maëlys ferma les yeux, un sourire bienheureux sur les lèvres. Elle étendit son bras libre à côté d’elle, en croix. La journée pouvait bien se terminer, seul comptait l’instant présent. Elle ne tarda pas à somnoler, plongeant dans le monde des rêves. Ou, en ce qui nous concerne, en émergeant du monde des rêves.

----------------

Maëlys s’étira dans ses couvertures. Elle avait admirablement bien dormi ! Elle savait même qu’elle avait rêvé, mais impossible de se souvenir de quoi. Ni les protagonistes, ni les lieux ne lui revenaient en mémoire, elle qui pourtant n’oubliait jamais rien (sauf tout ce qui concernait son bien-être peut-être). Elle n’avait gardé que des sensations, et notamment le sentiment d’être heureuse, comblée de bonheur. Elle fronça les sourcils, se concentrant pour se souvenir. Mais sans succès. Elle haussa les épaules, pas frustrée pour un sous. Bah, au moins, elle aurait l’énergie et la bonne humeur pour commencer une nouvelle journée ! Mais, au premier enfant croisé dans la rue, elle se sentit étrange.

Maman.

Drôle de pensée. Encore faudrait-il avoir eu un enfant avec quelqu’un. Et déjà, rencontrer un homme. Un homme intelligent saurait la supporter, et l'aimer telle qu'elle était. Et ça, ce n’était pas gagné.



Maëlys s'excite en darkviolet

Dream Team :


Kadô:
 


1 Magicarpe de Noa (x2), Noboru et Asuna, merciiiiiiii ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Couple Doppo & Maëlys   
Revenir en haut Aller en bas
 
Couple Doppo & Maëlys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Couple Doppo & Maëlys
» Boule et Tessie couple de caniches toy abricot
» Couple de l'année
» Couple sous couverture. Trouée
» Les nominés pour le prix du plus grand couple (fictif ou non

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Dreamland :: Events :: Event : St-Valentin-