Partagez | 
 

 La normalité, c'est tellement surfait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Dim 6 Mar - 17:05
Normaliquoi ?

   
Ainsi, le silence était donc la meilleure option pour qu'il se taise ? Disons que si on devait procéder par élimination, la réponse est oui. Rien n'est sûr avec lui, Mikelangelo a une bouche assez grande pour parler pour deux pour être franc. Mais c'était de loin la seule technique viable pour qu'il arrête. La violence ? Oh, ça ne l'arrête pas il en a connu et se dit qu'à défaut de l'emporter physiquement il aura au moins le dernier mot, apportant alors une frustration à la personne qui s'en retrouvera faible à s'être vu obligé d'user de ses poings et non de son argumentation pour contrecarrer le bougre. En même temps, comment avoir quelqu'un qui a réponse à tout et qui n'a honte de rien franchement ? On a pas idée, comme si rien ne le touchait. C'est un débile ? Ouais peut-être. Un attardé ? Si vous voulez. Aucune honneur ou aucune fierté ? Certainement que oui. Rien ne l'affecte, tout lui glisse dessus comme l'eau qui peut glisser sur les plumes d'un canard en fait, le rouquin est imperméable à tout. Alors parfois se taire, c'est le laisser causer tout seul et attendre qu'il se lasse éventuellement. C'est que Saphire avait visiblement opté. Pourtant cela se voyait à son regard, voir même simplement à l'ensemble de son visage, elle avait envie de répliquer parfois même de lever la main pour espérer le frapper et le faire taire, lui faire ravaler ses paroles et se dire qu'avec un peu de chance il allait s'étouffer avec. Mais raté, la preuve ça ne l'avait pas empêché de se tenir un monologue pendant plusieurs minutes, avec en face de lui une personne certainement assez peu attentive à ce qu'il disait, et quand elle devait entendre une parcelle de ce qu'il pouvait raconter, elle roulait des yeux, du coup on pouvait en déduire qu'elle était autant agacé que dépité. Pourquoi garder alors ce sourire sur son visage ? Parce qu'il vaut mieux rire à tout que pleurer pour rien comme qui dirait.

Allant jusqu'à naïvement proposer de la porter, sachant qu'elle dirait de toute façon non, monsieur le détective en herbe eut alors un grand sourire à sa réponse, on pourrait presque imaginé qu'il c'était amusé à faire la scène dans sa tête juste avant pour après parier jusqu'à combien il aurait pu prévoir qu'elle répondrait de cette façon. Eh bien, il n'en était pas si loin. Cela ne l’empêcha pas de répondre sur un ton de bonne humeur.

« Comme tu veux princesse !»

Pourquoi princesse ? Eh bien... Comme ça. C'est une fille donc c'est princesse. Même s'il était le premier à penser qu'elle avait rien avoir avec une princesse. Elle n'était pas douce, délicate et fragile, tous les trucs chiants d'une princesse quoi. Au contraire, elle voulait faire les trucs toute seule, et passait son temps à démontrer une violence certaine. A moins que ce ne soit depuis qu'elle est en sa présence en fait. Auquel cas on devrait commencer à croire que notre homme possédait en fait un talent caché pour changer les gens ou révéler une seconde nature. Il la suivit donc. Non sans parfois faire en fait des commentaires inutiles sur ce qu'il se passait. Les mains dans les poches. Le regard passant alors de la demoiselle pour ne pas la perdre de vue, à la ville, il laissait parfois des commentaires sur la propreté, parfois les passants, ou alors le restaurant qu'il croisait en se disant qu'un jour il devrait y faire un tour si jamais il revenait dans cette ville – chose assez rare mais comme quoi rien n'est impossible-. Parfois il se taisait, quand il pensait reconnaître des membres de Chronos qu'il avait connu, se faisant alors plus silencieux. Avant de finalement regarder Saphire, affichant un air presque dépité. En fait peut-être qu'elle savait très bien ce qu'elle faisait mais il avait une impression peut-être débile.

« T'es perdue en fait ça ?»

Il avait lâcha ça comme ça l'air de rien. Les bras croisé, le jeune rouquin se pencha alors légèrement pour se retrouver un peu à sa hauteur, malgré son sourire sur son visage, il trouva certainement que c'était le bon moment pour balancer ça.

« Je sais pas ce que tu cherches vu que tu dis rien. Mais je connais bien la ville. Eh oui. J'ai vécu de plusieurs années à y aller de façon très régulière.»

Même si on dirait pas. Mais ouais. Quatre ans presque à vivre à Janusia et donc côtoyer ses deux grandes villes sans jamais pouvoir en partir, juste parce qu'on l'y avait envoyé. Non cette fois-ci le séjour était bien plus sympathique. Et malgré les apparences, monsieur avait une bonne mémoire. Comme quoi, la vie est injustes parfois. Enfin elle est sélective mais c'est du détail, les lieux c'est utiles à retenir !
   
© 2981 12289 0



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Dim 6 Mar - 19:31
Ton ignorance durera, tu pouvais être très bornée. Il en avait la preuve. Il avait beau t'agacer. Tu ne ferai rien. Tu te contenterai de l'ignorer, avec toute la superbe qu'un Delcatty pouvait avoir. Ce qui n'était pas rien. Mais bon, ça lui passait sûrement au-dessus. Comme beaucoup de choses. Qu'est qu'il ne fallait pas faire. Pour avoir un semblant de partenaire correct pour cette mission. Puisque que tes coups, ni tes mots ne l’atteignait. Ton regard était la seule façon qu'il aurait pour percer à jour tes humeurs qui n'était pas pour son avantage. Ni le tien, mais soit. Ce con avait ajouté princesse, depuis quand les princesses se prenait des dérouillées ? Tu cherchais juste l'endroit qu'il fallait. Mais avec une ville qui s'amusait à fermer et ouvrir des magasins différents. Il y avait de quoi te perdre. Il constata que tu étais perdue. Et tu applaudissait, sarcastiquement. Parce que oui, c'était possible de l'être en tapant simplement des mains. Puis il te proposait de te guider. Mais tu n'ouvrira pas ta bouche, c'est hors de question.

Tu te mettais donc à fouiller ton sac de voyage, avec le noms des destinations dessus, Méanville étant après Vollucité, attaqué Janusia était trop suicidaire pour un duo aussi peu stable qu'eux deux. C'était comme passer un moment à dormir dans le froid, pas sur qu'on se réveille au final. Tu lui tendais avec un sourire narquois, ton écriture était à ton image, c'est-à-dire très raffinée et soignée, bien que tes croix ressemblaient à des étoiles. Heureusement, il en avait qu'un. Mais tu étais prête à parier que cet homme aurait la flemme de lire. Alors ils tourneront en rond. Ça ne te dérangeais pas, si seulement tu pouvais oublier ta fierté. Mais c'était pas chose facile. Tu n'avais pas oublier ce qui s'était passé durant tout ce temps. Ces voyages, ces paysages que tu te plaisaient à voir et revoir. En ayant à chaque fois unj sentiment différent. C'était magique. Tu te grattais le menton. Tu te souvenais que cette ville avait des panneaux. Bon, il fallait aller au début où la fin de la rue pour savoir si elle était dans la bonne direction. Mais les gens te bousculaient et tu finissait par tomber, lâchant un aïe bien moins faux que celui de l'autre. Il était réellement là pour exprimer ta douleur. Tu te relevais comme si de rien n'étais défiant du regard l'autre type. Tu tapais du pied. Attendant simplement que monsieur daigne de faire le guide avant que tu passe au plan D. Oui, D. Tu avais un plan A, très vite tombé à l'eau, de sa faute. Parce qu'il était rentré dans un type. Celui qui t'avais mis presque Ko. Mais tu savais que tu pouvais encore rester debout. Et que si monsieur se calmait, tu daignerai, peut-être, lui reparler. Tu aurais d'autre solution, il y avait vingt-six lettres dans l'alphabet. Tu ne manquais pas de ressources. Tu restais immobile, défiant les passagers du regard. Têtue jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Dim 6 Mar - 22:57
Normaliquoi ?

   
Eh bien, en fait il venait de trouver en quoi cette fille était trop forte, son jeu de prédilection ? Le roi du silence. Si si je vous jure elle est trop forte pour ça, Mikelangelo était en train de se dire qu'elle pourrait gagner des compétitions et tout. Parler juste avec le regard, tout le monde peut le faire de façon inconsciente ou presque, le regard et quelque chose de très expressif et quand on est quelqu'un qui a tendance à provoquer parfois le silence forcé chez les autres, apprendre à les décrypter c'est utiles. Mais faut avouer que la demoiselle un peu plus clair sur ce qu'elle pensait. Chaque fois qu'elle l'ignorait, ou alors qu'elle roulait des yeux en signe d'agacement. Il pouvait presque entendre sa petite tête penser haut et fort un « je ne te répondrais pas », il pouvait le deviner, bon après c'était pas ben difficile faut avouer. Du coup qu'est- qu'on fait ? Eh bien on parle tout seul. A croire que c'est une passion pour lui dans la vie, vu comment il savait si bien le faire. Soit il était bête, soit il était têtu au choix et vu comment. Certainement de la bêtise forcé, mais c'est très con comme concept donc de la bêtise quand même voilà. Du coup ben il s'occupait durant leur courte marche, regardant autours de lui, tel un papillon en train d'explorer un champ de fleurs et s'extasiant sur tout et n'importe quoi. Quand on a pas quelqu'un avec qui faire des blagues, faut les faire soit même pour s'occuper hein. Et juger la ville, les gens, et le décors tout court était un passe temps qui avait suffit jusqu'à ce qu'il remarque qu'en fait elle ne semblait pas trop savoir où il fallait aller. C'était bien la peine de faire la fière et tout si c'était pour ne pas savoir comment y aller à la prochaine destination hein. Peut-être que c'était pour ça qu'on l'y avait envoyé, peu d'hybride d'Avalon peuvent se vanter de venir souvent à Unys, par crainte, par danger, ou parfois simplement parce qu'on est forcément plus bridé dans cette région que dans une autre, mais Mikelangelo la connaissait plutôt bien. La preuve, il l'avait affirmé. Se disant que même si c'était une moquerie de sa part eh bien... C'était certainement une informations bonne à prendre.

Silencieuse. Elle tentait de garder la face avec son sourire en coin, lui demandant silencieusement eh bien de faire son boulot hein. Elle avait la carte fallait aller-là bas c'est tout. Méanville ? Mais ils sont pas du tout dans la bonne direction. Et ça il ne se garda pas de le dire d'un air faussement exaspéré.

« Méanville ? Mais c'est paaas du tout la bonne direction, heureusement que je suis là, c'est carrément mal indiqué pour un parc d'attraction mais bon. Allez suit le guide. Tu vois que ferais-tu sans moi.»

Certainement autre chose, il y aurait peut-être eut un autre dénouement à l'affrontement d'avant allez savoir, que comptait faire cette gamine seule de base en fait ? S'il était là, malgré sa chiantise ce n'était certainement pas pour rien. Quoiqu'il en soit, cette fois-ci c'est lui qui prit les devant pour se diriger dans une ville. Évitant dès qu'il pouvait les grands axes pour en prendre des plus petit, il était hélas impossible d'éviter la populace. Quand on est grand ça dérange pas trop, c'est plutôt vous qui écrasez les gens, mais quand on est petit ben on finit comme elle par terre. Il c'était même arrêté pour la regarder, allons bon et en plus du coup elle s'agaçait, gardait la tête haute, et voulait paraître intimidante face à lui.

« Si t'étais gentille j'aurais pu te porter pour ne pas te faire écraser !»

Ahah, l'art de remettre la faute sur les autres, maintenant c'est parce qu'elle n'était pas assez gentille. Non plutôt qu'il n'y aurait certainement jamais pensé sans voir les conséquences de sa petite taille et parce qu'il savait très bien qu'elle dirait non. Enfin, elle garderait le silence pour l'ignorer comme toujours. Mais parfois il ne put en fait s'empêcher de lui attraper le col de son haut pour la tirer hors d'une populace trop pressée pour prendre une direction et éviter de la perdre à un détour. Parce qu'il avait beau être grand, c'est facile de perdre des gens dans cette foule. Ils étaient en pleins horaires de pointe autant dire que c'est le moment parfait pour espérer semer quelqu'un dans certaines des grandes avenues. Pourquoi ne pas les éviter me diriez-vous ? Peut-être parce qu'on est un peu obligé de passer par une de ces dernières pour sortir de la ville par le nord hein. Quoiqu'il en soit, ils se retrouvèrent à la porte nord de la ville enfin.

« Un peu d'air c'est pas de refus ! Toujours aussi bondé cette ville de fou.»

Il aimait bien Volucité mais dans les coins tranquille ou hors sortit de bureaux en fait. Sinon il l'avait toujours trouvé oppressante. Il pouvait voler les dernières fois, il était esclaves et ne risquait rien de pire mais pas cette fois. Quoiqu'il en soit il ne restait plus qu'à remonter la route pour atteindre Méanville. Beh oui, il faisait du bon boulot ! Parfois... Un peu...
   
© 2981 12289 0



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Lun 7 Mar - 11:24
Tu pouvais faire que tu voulais, personne te le reprochais. Il n'était pas celui qui te ferai changer d'avis. Surtout, si cet homme pouvait t'ennuyer avec ces mots digne d'un enfant faisant sa crise. Mais tu étais au-dessus de ça. Tu écoutais simplement ces mots, tu savais que cet homme prétendais en savoir plus que toi sur cette stupide région. C'était qu'une espèce de grande ville, de la taille d'un continent, mais soit. Tu n'étais pas sur ces détails. Tant que tu finissais ce travail et que tu pouvais te défaire de cet espèce de parasite. De ce gars trop grand que tu puisse le semer avec tes jambes et toi, tu pouvais te perdre avec les gens affluant, car c'était l'heure de pointe. Sauf que tu aurais l'air très maligne si tu te retrouvais dans cette grande ville seule. En plus, c'était comme si tu possédais que la moitié. Il insistait sur le fait de te porter serait plus pratique, plutôt traverser le désert avec un gros manteau que te faire porter. Monsieur profitait de ta taille pour te pêcher tel un engin que te permettait de gagner un prix avec quelques pièces. Il s'exclamait que la ville était folle. Quelle grande ville ne l'était pas Illuminis n'était pas mal dans son style. Mais Vollucité vivait à cent à l'heure. Comme s'il était d'arrêter cette occupation, une ville qui dormait jamais, même à des heures peu recommandables. Au moins, plus ils avançaient, plus ça s'arrangeait. Tu étais à court de souffle quand il prit une pause. Tu en profitait pour prendre un peu d'air, bien que pas mal abîmer par la pollution de la ville. C'était typique des humains. Même si leurs transports pouvaient être pratiques. Ils devront penser à des solution alternatives. Avant que l'air soit aussi irrespirable que ça dans d'autres lieux.

Tu restais là, à être emportée, ballottée dans tous les sens par les gens qui étaient trop pressés. Tu demandais souvent après quoi ils couraient, sûrement quelque chose de bien inutile. Ou en rapport avec leur travail, comme si tu avais le feu au derrière avec le tien, au contraire, tu pouvais prendre ton temps. Tout ce qu'il comptait c'était que tu le fasse bien. Et tu livrais le courrier aussi rapidement qu'un animal terrestre le pouvait. Tu regrattais parfois de pas être un hybride sachant voler dans les airs. Mais ta nature était celle-là depuis ta naissance. Il fallait que tu fasse avec. Tu aimais cette classe, cette manière que tu avais, mais parfois, tu avais ce genre de crétin que te donnait envie de te barrer loin, mais qui te suivait, parce qu'il était un peu stupide et donc ton intervention n'était pas toujours inutile.

Tu dirais rien, jusqu'à qu'il avoue ses tords et vu qu'il était sûrement aussi têtu que toi, ce n'était pas gagné, mais toi tu étais même prête à l'ignorer royalement, même après cette mission. Une fois rentré à Hoenn où là tu te soignerai un peu, avant de reprendre ta route comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Lun 7 Mar - 18:48
Normaliquoi ?

   
Enfin à l'air libre, loin de cette pollution et de cette oppression de la ville. Pourtant, le rouquin n'était pas un campagnard dans l'âme au contraire, il préférait être en ville qu'en pleine nature, même si au final il côtoyait les deux éléments sans trop de problèmes. Vu la pile électrique qu'il était, ce n'était pas trop étonnant faut avouer, le voir tranquillement posé est probable, mais dès que ça bougeait, il ne tenait plus en place, comme un enfant qu'on emmenait au parc d'attraction. Ah ben d'ailleurs c'est presque ce qu'ils faisaient. Enfin ils n'allaient pas dans le parc, mais dans la ville qui l'héberge, c'est presque triste de ne pas s'y rendre, pour ne pas dire presque une punition, c'est un peu comme agiter une glace sous le nez d'un enfant mais de ne pas lui donner. Mais bon, elle allait encore plus faire la tête s'il lui faisait un caprice hein. Puis bon, ils avaient autre chose à faire que d'aller s'amuser... Mais c'est nul quand même voilà c'est dit ! Mais le dracaufeu aurait alors tout le temps de se lamenter plus tard, avant il était temps pour lui de montrer qu'il savait être utile et justifier pourquoi Avalon le supportait. Pourquoi ne c'était-il pas fait virer hein ? Il est chiant, il l'ouvre tout le temps et avec n'importe qui, mais en plus il semblait tellement flemmard. Comment vouloir d'un gars qu'il faut parfois rappeler pour lui dire d'aller bosser en mission ? En plus il oubliait parfois de se déplacer, c'est dire. Non rien à faire, si on devait comparer la Team Avalon à une salle de classe, Mikelangelo serait sans nul doute le cancre de la classe pour ne pas dire carrément le clown en fait. Mais voilà, il savait en faire des choses. Et il faisait partit des hybrides qui connaissait malgré tout bien Unys et son fonctionnement. Malgré son air tête en l'air et je ne fais attention à rien, le jeune homme n'avait de cesse de regarder autours de lui, d'éviter les coins qu'il jugeait trop dangereux pour lui de s'approcher, voir simplement s'il avait des têtes connus, heureusement que la capuche était toujours sa bonne amie pour bouger et se voiler un peu la face. Pourtant rien ne tout ça ne lui retire le sourire...

Une fois dehors, il exprima sa joie comme il se doit. Parce que même si elle ne parlait plus, lui eh bien continuerait de le faire, parce qu'un Mikelagelo silencieux trop longtemps est un Mikelangelo malade voilà tout. Ou alors c'est qu'il y a un réel soucis mais voilà vous avez compris. De toute façon il arrivait quand même à communiquer comme ça avec elle, trop fort. Par exemple le blasement sur son visage vis à vis de la populace pressé et des éternelles remarques de son partenaire. Pas grave ! Maintenant direction Méanville. Il avait même eut le culot d'ouvrir le sac de la demoiselle pour attraper la carte qui dépassait dans un coin et l'ouvrir, revoyant alors l'adresse qu'ils devait trouver. Heureusement, il était un bonhomme un vrai avec un bon sens de l'orientation ! Comment ça tu me crois pas ? Mais si je te jure. Regarde. Pliant alors ce qu'il tenait entre les mains et engageant sa marche rapide le long de la route en s'étirant, donnant alors l'impression de flannée. Il regardait du con de l’œil si elle suivait.

« Aaaah. Que de souvenir c'était avec monsieur mégalo la dernière fois que j'suis passé par-là c'était carrément moins drôle mais c'était sympa quand même !»

Pourquoi dire ça à quelqu'un qui se fiche de tout ce qu'on dit ? Parce que pourquoi s'arrêter sur ça franchement ? De toute façon il était assez fort pour toujours parler seul. Il lui posait indirectement des questions, sur si elle connaissait bien Méanville et son parc...

« Tu connais bien la ville ? Est-ce que t'es déjà allé dans leur parc ? J'ai pu m'y rendre qu'une fois, c'était pour le boulot. Mais j'ai peu lâcher leur attention pour aller y faire un tour. Y a des trucs trop mortel, chez nous y en a des bons mais pas autant que celui-là tu vois.»

Ben quoi ? Il faisait guide de touriste ! Et de la même façon que beaucoup de gens n'écoutent pas, ben il parlait quand même . Les voilà de toute façon après avoir traversé cette plaine de sable qui était en pleine expression pour joindre les deux villes, ils arrivèrent à leur destination.

« C'est criminel de ne pas s'arrêter. Ça te tente pas toiiii ? T'es en âge de t'amuser t'sais.»

Ben oui, après tu seras une mamie et tout, tu pourras plus en profiter. C'est de toute façon évident qu'il faisait partit des gens qui préfère dire qu'ils « profitent » de la vie, parce qu'on en a qu'une hein. Donc autant faire ce qu'on veut et dire ce qu'on veut aussi voilà ! Mais dans sa bonne foie, il avait même trouvé le moyen de les faire planter devant le bon bâtiment qu'elle cherchait. T'as vu un peu ? Un petit coup d'oeil sur la carte et il avait trouvé. Trop fort.

« Je m'étonnerais presque !»

Ben ouais autant se flatter tout seul, y a pas forcément quelqu'un d'assez gentil pour le faire. Et on est jamais aussi bien servit que par soit-même !
   
© 2981 12289 0



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mar 8 Mar - 9:16
Tu le laissais s'exclamer, tu en avais rien à faire. Tu savais qu'au moins, tu serais moins ennuyer par ces babillements, car plus tu le laissais avec ton seul silence, plus il était sérieux. Comme tu étais têtue. Quand bien même il faisait référence au chef de Chronos. Ton mutisme resterait la seule chose qu'il pourrait entendre de toi. Tu croisais les bras. Tu attendais juste qu »e cet homme grandisse un peu. Toi qui avait été forcée de le faire pour ta propre survie, pas sûr qu'il comprenne ça. Pire, il voudrait te plonger dans cet ersatz d'enfance en sa compagnie. N'importe quoi. Il te demandait si tu connaissais la ville, tu le regarde et tu hausse un peu les épaules, de nom, tu allais à Unys, parfois, mais tu savais que la ville était connue une attraction, tu n'avais jamais pris le temps d'en profiter. Traîner en territoire ennemi pour l'amusement, il fallait être fou. Il te demandait, tel un gamin. Tu roulais des yeux. Tu ne l'avais jamais autant fait en une journée qu'en sa présence. Il voulait faire les attractions de la ville. En mettant en avant le fait que tu étais jeune. C'était presque drôle. Au moins, il te conduisait au bon endroit. Tu devrai reparler. Ignorant superbement l'autre, utilisant même des codes pour qu'il capte moins. Pas sûr qu'il soit capable de comprendre quoi que ce soit. Tu regardais le vieil homme, un hybride, bien entendu, plutôt du côté de Avalon, même si rien ne l'indiquait.

« Nous avons eu confirmation que le Séviper volent les œufs de Mangriff. Quand pensez-vous qu'on pourra déclencher la tempête de sable ? »

L'homme se mit à réfléchir et fit quelques gestes avant de lui dire que ce n'était pas encore l'heure. Qu'il tenterai de freiner la progression de ce qui arrivait. Oui, tu avais parlé, mais pas à lui. Un peu frustrée, mais contente, tu pouvais rentrer et donc laisser tomber capitaine débile. Tu souriais, c'était bien la première fois qu'il était sincère en sa présence. Qu'il ne renvoyait pas ta malice. Tu n'avais aucune envie d'aller à ce fichu parc, il faudrait qu'il te traîne de force. Donc tu te tournais vers lui. Tu pouvais parfaitement faire sens inverse sans lui. Tu lui faisait des signes, ceux qui présumait ta future course. Là tu te fonderai dans la population de Vollucité. Même si la douleur te ralentirai, tu t'en fichais. Et même si tu voyais que le parc était beau, rien à cirer. Tu te mettais à courir, aussi vite que tes jambes les pouvais et ignorant la douleur que renvoyait ton corps. Le laisser en plan. Ce n'était pas très bien vu. Mais il t'avait chercher, il te trouverait. Bien sûr l'entrée du parc n'était pas loin de l'entrée de la ville. Tu ne posais même pas un regard sur ce dernier. Tu songeais un peu sur la rumeur comme quoi un humain avait voulu, il y a longtemps. La libération des pokémons, maintenant devenus hybrides. Et cette région pionnait l'esclavagisme. Ce territoire reniait son histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mar 8 Mar - 12:43
Normaliquoi ?

   
Ah mais c’est qu’elle était têtu celle-là ! Ou alors simplement très fort au jeu du « Roi du silence », ouais on va dire ça comme ça. De toute façon Mikelangelo avait beau être du genre à aimer jouer et accessoirement ne pas perdre, il était carrément nul à ce jeu. C’est comme lui demander de tenir en place. A moins de lui laisser faire une sieste en fait il ne sait pas faire. Chez lui c’est tout ou rien. Soit il est debout et dehors et dans ce cas eh bien autant s’amuser à faire quelque chose hein, sinon autant rester chez soi devant la télévision avec un bol de céréale, ça fait le même effet hein. Du coup eh bien, elle était seule à jouer. Peut-être qu’il tentait de faire de son côté une compétition de je peux tenir combien de temps en parlant tout seul. Ou alors mieux, combien de temps avant que tu craques ? Allez. Un rire ou un sourire ça ne fait de mal à personne, mais en fait c’est à se demander si elle est au courant que ça ne fait pas mal. Faudrait peut-être quelqu’un pour lui dire d’ailleurs. Tandis qu’il se faisait cette charmante réflexion les voilà devant le bâtiment. Ah mais ouais c’est vrai, c’est lui qui guidait ahah, qu’il est doué de pouvoir faire plein de choses en même temps, alors hein ? Depuis quand les hommes ne savent pas le faire hein ? Ahem. Ce moment d’égarement en guise de soutien à la communauté masculine opprimé par les femmes il la suivit alors simplement. Et tel un enfant qu’on emmenait quelque part, il regardait autours de lui, les gens, avec une curiosité qui lui était propre, amenant alors au vieil homme qui visiblement les attendait à le regarder en haussant les sourcils, avant de hausser les épaules, en se disant que ça devait être la fougue de la jeunesse allons-bon. D’ailleurs le rouquin salua alors le concerné d’un geste de la main, alors qu’il le regardait un peu dubitatif. Mais bon, il s’en retourna vers la petite demoiselle qu’il devait certainement connaître. Ou alors il n’en savait rien, mais ils n’étaient pas là pour prendre le thé mais bel et bien parler boulot. Du coup. Mikelangelo garda alors le silence jusqu’à ce qu’elle parle. Il ne put s’empêcher de faire une remarque à la con, c’est décidément plus fort que lui.

« Oh mon Dieu ! Merci de l’avoir soigné elle avait perdu la voix vous vous rendez comptes ! »

Le sourire qu’il affichait démontrait clairement qu’il n’était pas sérieux, simplement une boutade si je puis dire, d’ailleurs il avait plongé pendant un bref instant le silence, puisque le vieille homme à défaut d’éclater de rire –pourtant il aurait dû c’était hilarant voyons- eut tout de même le petit sourire en coin comme pour contenir son amusement et garder son sérieux. Avalon recrutait de drôle de membres, mais sur le fond, il devait se dire que c’était bien de voir la relève ne pas se laisser prendre par un cercle vicieux de haine. Avant de reprendre comme si de rien était. Je crois que c’était l’intervention du jour la plus utile mais ça il le savait, de toute façon ça l’empêchait pas de sourire. Mais bon il n’en rajouta en fait pas pendant le reste de la conversation qui ne dura pas bien longtemps. Eh bien ça en faisait une trotte pour avoir des informations faut aimer ça. Mais alors qu’ils ressortaient elle… Partit en courant. Vraiment ? Elle pensait le planter comme ça avec sa petite mine satisfaite ? De toute façon il ne lui avait pas fallu bien longtemps la rattraper en quelques enjambées souples et lui prendre le col. C’était l’endroit le plus simple pour la soulever un peu en fait.

« Ho ho ho ! Si j’ai bien compris on a fini tu vas faire un petit tour avec moi y a le temps maintenant faut s’détendre ! Puis t’es visiblement jamais allé dedans alors autant en profiter ! »

Oui c’était une excuse pour la tirer dedans faut avouer. De toute façon c’est pas vraiment comme si elle avait le choix, ou en fait il ne voulait pas y aller seul, parce qu’il avait beau avoir déjà fait le con à une époque seul dedans, mais les sbires présents qui voulaient le tirer pour rentrer étaient un accompagnement suffisant à l’époque. Alors une fille qui veut se barrer en courant, c’est bien moins grave ! Ou l’art de vraiment se trouver des « amis » où il veut. En fait c’est un art à ce stade. Pour ne pas dire que c’était carrément un don. Du coup il avait embarqué la demoiselle sous le bras l’air tout content pour arriver devant l’entrée. Et ben passer !

« Allez déride toi. T’as carrément l’air suspect à faire la tronche. Puis comme ça on va dire que tu seras remboursé paf, gain de temps ! »

Osef combien il lui devait ou s’il lui devait une collation ou autre. Il faisait ce qu’il veut et là. Il l’avait visiblement tiré de la même façon qu’on traînerait un enfant un peu peureux –ou simplement réticent- pour la mettre devant une attraction à sensation, looping et tout. C’est les meilleurs, y a que ça de vrais dans ce genre d’endroit ! –et ce serait un peu le comble qu’un Dracaufeu qui adore voler ait un soucis avec ce genre d’attraction en fait-.
   
© 2981 12289 0



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mar 8 Mar - 14:23
Plus loin, encore plus loin. Tu devais t'éloigner de ce type. Cet abruti qui prenait ton silence pour un jeu. Alors que ce n'était pas du tout le cas. Le vieil homme n'avait rien dit, comprenant sûrement pourquoi elle avait parlé en code avec un homme comme lui. Il avait juste répondu à toi. Tu courrais bien pour une personne qui avait été blessée. Tu savais que tu comptais un peu trop sur ta fierté mal placée. Mais il était plus grand et malheureusement pour toi, Saphire. Tu te retrouvais soulevée. Tu soufflais comme la Delcatty que tu étais. Tu le fusillait de ton regard. Il voulait que tu détente, la seule façon que tu soit plus détendue, ce n'était pas avec lui, bon sang. Il te traînait et toi, tu t'agitais pour le faire lâcher. Sans le frapper, ni le mordre, puisque monsieur est insensible. Il voulait que tu te déride un peu. Tu croisais les bras, l'air vraiment mécontente sur le visage. Mais il voulait te rembourser ta contribution pour la pause. Tu hausses les épaules avant de tirer la langue et retourner dans ton air ronchon, juste pour l’embêter. Il te poussait. T'obligeant à aller dans une attraction. Tu n'étais pas d'humeur. Vraiment pas. Tu voulais pas rester des siècles ici. Rester à Unys et s'amuser aux dépends des hybrides toujours sous le joug de la terrible team Chronos ne comptait pas pour lui. Plus tôt tu rentrerai, plus tôt tu serait loin de ce type. A en juger sur la bestiole, c'était une attraction forte. Vraiment ce type était un type feu des plus typiques. Tu respirais un peu. TU déplaçait parfois en avion, alors ce n'était pas un truc pour te faire ressentir des sensations te délierais la langue.

La file n'était pas bien grande, même si c'était l'heure d'influence, à cause des gens finissant leur boulot. Mais beaucoup préférait des attractions plus calmes. D'ailleurs la grande rouge avait une sacré file. Tu regardait et écoutait les gens crier. Tu pourrait crier, si vraiment cette chose arriverait à te surprendre. Ce qui semblait être compliqué. Vu que tu te coltinais un gosse, un grand gosse. Vachement plus grand que toi. Si bien que normalement tu devrai lever les yeux pour le regarder. Même si là, tu étais train de lutter pour pas y aller.en faisant une tête qui disait clairement que tu n'avais aucune envie d'être là. Toi aussi, tu pouvais faire l'enfant, en silence qui plus est.

Tu regardais les gens avec un regard qui demandait silencieusement à l'aide. Heureusement que tu es Delcatty, tu aurai été une autre hybride, tu aurai moins attiré l'attention. Tu voulais la paix et tu l'aurai pas. Monsieur voulait juste s'amuser. Et toi, tu avais envie d'une sieste. Mais contrairement à lui. Tu l'imposais pas. Il te fatiguait pas tellement, juste que c'était ta façon à toi de te détendre. D'ailleurs ça te donnait une idée. T'endormir le temps que vienne ton tour. C'est ce que tu faisais en t'imaginant à Hoenn sous un ciel étoilé. T'endormir, mission accomplie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mar 8 Mar - 18:45
Normaliquoi ?

   
Traîner une fille qui fait la tronche dans un parc d'attraction contre son grès ? Paris tenu. De toute façon c'est à croire qu'il faisait des compétitions de façon régulière en fait, il est champion dans la catégorie même on devrait dire ! Bon en fait, sérieusement il ne le fait pas tant que ça pour être honnête, mais cela ne l'empêchait pas d'être doué dans le genre quand même hein. La preuve, au final elle avait voulu fuir mais elle se retrouvait en sa compagnie. Porté comme un sac à patate, en train d'essayer de gesticuler pour voir si elle échapperait à sa prise avant de laisser tomber. Ce qui est bien c'est qu'elle ne tenta pas plus de résistance que ça, finissant par rapidement se laisser tomber les bras ballant le long du corps. En voilà une scène, on s'arrêtait pour les regarder de façon étrange, mais on ne disait rien, juste rire un peu peut-être. On les prenait peut-être pour des frères et sœurs en train de se chercher des noises, ça en avait le profil presque parfait hein, il était grand en train d'ennuyer la plus jeune voilà l'explication la plus logique. Même si les comparer de cette façon est ridicule vu comment elle ne devait pas le porter dans son cœur. Lui ? Oh il s'en fiche. Il n'a jamais cherché à se faire apprécier, en fait il n'aime pas beaucoup de monde particulièrement, à quelque détails près, sinon il s'en fiche. On ne peut pas plaire à tous le monde c'est juste impossible, alors autant se plaire soit même ? C'est terriblement stupide comme ça, mais c'est une façon de vivre on va dire. Mais il ne déteste jamais réellement quelqu'un, du moins pas sans raison et ce n'était pas une gamine qui était en train de bouder littéralement et de lui tirer la langue les bras croisés qui allait le faire se fâcher, au contraire. D'ailleurs, comment comptait-elle avoir une once de crédibilité en fait dans sa démarche en réagissant ainsi ? Maintenant posée dans la file d'attente elle lui avait tiré la langue. Sérieusement ? Comme les enfants ? Ouais c'est ainsi qu'il le prenait, en même temps y avait plus virulent comme comportement hein. Du coup, il l'avait regardé, haussé les sourcils avant de littéralement rire.

« Et je dois te prendre au sérieux avec cette tête ? C'est presque trop mignon.»

Il lui avait alors tapoté la tête à nouveau, affectueusement presque. Nan franchement, il la détestait pas. Il serait presque certain qu'elle pourrait être encore plus drôle si elle riait de temps en temps à son comportement mais tant pis. Chacun son humour peut-être ? Mouais. En fait il se disait quand même qu'à son stade elle n'en avait presque pas... Cependant, tout content à l'idée de remonter dans cette attraction, il regarda alors où ils en étaient avant de... Le voir s'endormir pendant la fille d'attente ? Vraiment ? Les bras croisés, il la regarda un instant en se demandant si c'était possible de s'endormir dans un tel endroit. Voyons, s'endormir durant une mission quand on attend son partenaire est bien plus approprié ! Ahem. Du coup, il haussa les épaules, finissant par l'attraper sur son dos en fait quand il fallait avancer. N'hésitant d'ailleurs pas à discuter avec les personnes devant eux dans la file d'attente, comme quoi être ouvert permet de se faire des amis partout. Quand on lui demandait qui était la demoiselle sur son dos, il répondait.

« Elle ? C'est ma cousine, on a fait un long trajet pour venir jusqu'ici du coup elle est fatiguée ahah, une grande enfant !»

Autant dire des choses naturelles pour passer inaperçu. Malgré les apparence et son air de débile, Mikelangelo savait quoi dire et était un très bon menteur, faut dire qu'il dit de toute façon presque tout avec un sourire donc bon. Quoiqu'il en soit, une fois leur tour de monter, il secoua la plus jeune.

« Debout à nous ! Faut pas rater ça. Tu t'endors vraiment n'importe où !»

S'installant, il était tout heureux ça c'est sûr, il faisait partit de ceux qui riaient de bon cœur dans l'attraction en levant les mains en l'air, presque déçus que cela soit déjà finit, mais c'est le soucis des attractions qui vont vite en fait... Sautant sur ses jambes, comme si rien ne le fatiguait il la regardait en biais, son sourire taquin était moins moqueur, quand il pouvait se dépenser de cette façon, il passait moins d'énergie à parler à tout va ou à dire des bêtises et se moquer des autres en fait, pas difficile à comprendre non ?

« Allez, avoue t'aime bien. Quitte à être là tu veux choisir la prochaine ?»

De toute façon, si elle ne le faisait pas, c'était lui qui la traînerait quelque part. Alors autant saisir l'occasion qu'il s'arrête pour écouter pour une fois ? Oh ça lui arrive. Mais il prend rarement le temps d'écouter. De toute façon si elle joue toujours la muette, elle allait encore se faire traîner. Mais il allait lui délier la langue ! Tient voilà le nouveau jeu.
   
© 2981 12289 0



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mer 9 Mar - 8:22
Tu passais un bon moment endormie, tu avais eu besoin de cette pause méritée. Car oui, il t'avait épuisée. Quand bien même il avait fait une remarque sur ta crédibilité. Qui était le plus crédible, sûrement pas lui. Donc dormir était une façon détournée de te venger. Même si ça voulait dire qu'il devrait te porter. Mais quand tu plongeais dans tes songes, ta fierté pouvait aller voir ailleurs si elle y était. Elle habitué à dormir dans des endroits insolites, alors qu'il bouge ne te faisait ni chaud, ni froid. Même si cet homme était chaud. Type feu oblige. Mais ça ne devait pas durer, pourtant tu aurai voulu. Tu rêvais si bien, d'être loin de toute cette mascarade. Mais non. Il te secouais, tu te contentais de bailler. Espérant le contaminer avec ce geste. Oui, tu étais fourbe. Tu t'installais dans l'attraction, prenant bien soin d'être loin de lui, mais le destin ne devait t'aimer, car tu étais proche du grand dadet.

Tu supportais ces cris, tu le voyais s'amusant comme un fou, toi, tu restais la plus neutre possible, même si certains tournant t'avais surprise, se marquant sur ton visage. Mais tu n'avais pas ouvert ta bouche. Tu étais fière de toi. Voilà que c'était fini, rapide. Tu enlevais la poussière inexistante sur ton uniforme. Il te disait que la prochaine serait de ton fait, mais tu voyais que peux d'intérêtr à ça. Parce que tu n'avais jamais appris à jouer, seulement à courir pour ta survie. Bien entendu, depuis que tu étais messagère, tu savais certaines choses qui te donnait du plaisir.Tu haussais les épaules. Tu t'en fichais qu'il choisisse. Tu ne parlerai plus. Pas tant qu'il aurait fait preuve d'un peu plus de sérieux. Ce qui n'était pas gagné. Tu voyais les autres attractions. Tu pouvais voir petit et grand s'amuser, tu souriais un peu devant ce spectacle. Si seulement tu pouvais toi aussi trouver quelque chose de marrant. Il avait du pain sur la planche, surtout si monsieur voulait te faire réagir. Un compétion de celui qui serait le plus borné. Tu étais un peu en tête. Mais il pouvait te rattraper. Oui, tu pouvais dormir n'importe où, même su lui. Pas sous la pluie, car tu ne voulais pas te chopper un rhume. Car contrairement à lui. Tu n'étais pas à l'abri d'une maladie. Les idiots ne pouvaient pas tomber malade, c'est qu'il se disait. Ce que tu avais entendu de ta famille. Du coup, tu y croyais.

Tu attendais que monsieur se décide, quitte à refaire une attraction qui secouait, ça t'étais égal. Ce n'était pas toutes ces émotions qui avait fini par te faire changer d'avis. Tu as encore plein de tour dans ton sac. Tu resserrais le nœud dans ta chevelure voilette. Comme les humains avaient eux aussi un tas de couleurs bizarres de cheveux. Sûrement des hybrides qui avait été leur ancêtre sans qu'il le sache. Mais il était moins rare de croiser des gens avec des couleurs aussi spéciales. Si bien qu'un grand rouquin et une violette muette passent inaperçu.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mer 9 Mar - 12:49
Normaliquoi ?

   
Non vraiment pas ? Ok, alors on passe au round suivant. De toute façon, il était dans sa tête gagnant grâce à une chose, il était venu au parc d'attraction. Si si. Il était venu pour bosser, sérieux et tout, mais non. Il avait réussit à y faire un détour, si c'était pas beau. Faut dire que l'occasion se présentait en fait du coup pourquoi ne pas en profiter ? Tant qu'il ne croisait pas Oswald quelque part ça devrait aller de toute façon, et il avait franchement très peu de chance de le voir dans ce genre d'endroit. Et puis, n'allant lui-même pas si souvent à Unys, il avait peut-être l'air d'un imbécile heureux, mais il n'était pas masochiste sur les bords et autant dire que même s'il donne l'impression de ne rien en avoir à faire de se prendre des coups parce que ça lui passe au dessus, il n'allait venir en chercher hein, les esquiver c'est mieux. Surtout à Chronos. Parce que bon, on a beau faire le malin, mais se voir privé de tous ses droits. Comme l'envie de passer au parc par exemple. Ah. Saphirette un jour tu comprendras ce que c'est la vie de grand et tout -oui bon en fait c'est abusé de dire ça venant de lui et un peu du foutage de tronche mais bon on ne va rien dire.- Du coup après cette attraction de mise en bouche, il avait tenté de la faire parler, une chose à suggérer mademoiselle ? Non ? Visiblement pas. Vu son petit air supérieure comme si elle était la grande gagnante de quelque chose, du coup, il allait pouvoir choisir la suite, c'était clair et net. Alors il se mit à tourner sur lui-même pour voir ce qu'il avait absolument envie de faire, la journée était déjà bien entamé et cela limitait du coup le nombre de possibilité, quelle tristesse.

« Ok ah ah, ça tombe bien parce que moi je veux faire ça !»

Et hop, attraper par le bras pour la traîner. Mais qu'est-ce que cela hein, eh bien vous voyez les simulations ? Eh bien c'était ça. Il n'en avait jamais fait. Et était toujours curieux de voir cet énorme engin factice s'élever dans les airs pour se mettre à secouer dans tous les sens et se pencher parfois d'avant et d'arrières. La dernière fois il n'avait même pas pu songer à y faire la queue pour y aller. Alors cette fois-ci si. Voilà. Planté du coup dans la file d'attente il tapota la tête.

« T'endors pas encore une fois c'est plus court l'attente cette fois.»

Ben ouais puis... Il n'allait pas la porter à chaque fois faut pas déconner. C'est quoi cette manie de chat à dormir tout le temps ? Bon ok. Dracaufeu était réputé pour parfois faire ses siestes au soleil mais le chat est un plus grand dormeur voilà. Et puis quelqu'un qui dort c'est chiant pour essayer de le faire réagir. Qu'importe la réaction, joie, colère, du moment qu'elle faisait une tronche autre que dépité c'était du bon, comme dans le tour de la précédente attraction en fait. Sisi, qu'elle ne nie pas, il l'avait vu vite fait ahah. Du coup, il la poussait légèrement dans le dos, si jamais elle n'avançait pas. Pour que ce soit cette fois-ci rapidement leur tour. Pas de chance pour elle, on les plaça côte à côté, ben oui logique c'est comme ça vu qu'ils rentrent l'un après l'autre hein. S'installant alors sur les sièges munis de ceinture, c'est avec cette euphorie légère qu'il fit alors ce qu'on lui dit. Ça va qu'il n'avait pas ses pics sur la tête, la personne de derrière aurait put alors se plaindre de ne pas voir l'écran. Mais bon, l'engin tomba dans le noir complet tandis que l'écran s'allumait. Une reprise de Star-Wars, d'une pseudo tour en vaisseau. C'est con, mais ça marche parfois vraiment bien ce genre de truc si c'est bien fait, et vu le sourire sur son visage il en était content. C'était bien fichu voilà. Un tour mouvementé dans l'espace quoi de mieux franchement ? Même si son œil expert pouvait déterminer que la sensation de vol était surtout grâce au savant mélange de mouvement et de son, l'un sans l'autre l'effet serait moindre (j'ai déjà eut droit à ce genre d'attraction avec une panne temporaire de son, ça rend de suite moins bien /sbaf/). Mais c'est avec un sourire satisfait qu'il ressortit en s'étirant. C'est un peu plus long au moins ce genre-ci.

« Aaaaah. Pas mal du tout. Bon, j'vais pas te demander ton avis puisque tu sembles pas vouloir causer mais je te dis direct que le prochain truc que je veux voir au moins c'est ça. Ça a l'air dément et on a de la chance c'est bientôt.»

Il pointa alors quelque chose du doigt. C'était une salle de spectacle. Tu sais, le genre de spectacle en extérieur, où l'on pourrait admirer des cascades parfaitement orchestrés de voitures et divers véhicules. Le genre de truc qu'on ne voit pas souvent mais certainement toujours sympa. On se croit un peu au cinéma en fait. Il eut un sourire en coin.

« De toute façon comme on dit. Qui ne nie pas consent.»

De toute façon elle était condamné à le suivre tant qu'elle n'ouvrait pas la bouche c'est bête hein ? Secouer la tête, partir en courant ? Nope. Pas clair tout ça Ahah. Pour ça qu'il la poussa un peu -et non souleva pour une fois- dans cette direction. Mais décidément quand il était motivé il ne s'arrêtait jamais !
   
© 2981 12289 0

Spoiler:
 



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mer 9 Mar - 15:24
Clairement, tu étais partie gagnante, conquérante presque. Et puis de tout façon, tu pouvais l'ennuyer avec une attaque vibraqua bien sentie. Sauf que ça gâcherait dircte ta couverture. Celle que tu tentait de garder. Ce qui n'était pas évuident avec un type qui te donnait des envies très violentes. Le voir tourner sur lui-même avait quelque chose de charmant. Tu voulais le pousser à bout. Comme il te poussait dans les limites de ta capcité à être une gentille personne. Il ne fallait pas non plus abuser. Et cet homme avait clairement franchi une limite. Il prenait ses décisions seul. Laissant à toi, le loisir de le voir rfléchir à comment te faire parler. Il t'emportait et tu roulais de syeux. Vraiment, tu étais contrainte et forcée de faire de choses pareille avec lui.Il te disait de pas t'endormir. Tu baîllait par pure provocation. Oui, tu pouvais être gamine, mais il n'étairt pas mieux. Toi, tu étais encore jeune. Il ne pouvait pas te reprocher ta soi-disant maturité ou pas. La file n'était pas bien longue, alors tu te conterais de rester silencieuse, pour cette fois. Tu entrais et tu te retrouvais à côté de lui. Bon sang qu'est qu'il fallait faire pour s'en débarrasser.

La nuit tombait dans la boite de conserve. C'est là qu'un paquet d'étoile facttice te faisait face en tant que passionnée, tu étais plus concentrée sur ces dernières que le semblant de vaisseaux qui volaient à travers. Comme si c'était posssible de faire ces choses pour toi. L'appareil allait dans tous les sens. Tu restais sur tes étoiles, seules elles comptaient à tes yeux. L'attraction durait un moment, pasz assez d'étoiles, puis pourquoi tous ces vaisseaux qui semblaient sortir de l'esprit d'un gamin comme l'autre. Tu sortais un peu déçue et tu l'affichais clairement sur ton visage, en te disant que toute façon, tu les aura ce soir, tes étoiles.

Le grand gosse voulait voir un spectacle bruyant. Tu serrai les dents. Ce que tu n'aimais pas quand les humaines s'amusaient à faire ces choses. C'était abîmer cette terre que nous avait offerte Arceus. Il devait bien avoir un moyen de la rendre un peu moins sur le point de sombrer dans les ténèbres. Elle soupira doucement. Se laissant à moitié poussé. C'était une manière d'épuiser cet homme un peu trop dynamique. Tous les moyens étaient bons pour un peu plus de calme. Mais aussi pour rentrer. Loin de Chronos et de leur manigances.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mer 9 Mar - 17:33
Normaliquoi ?

   
Qu'est-ce qu'on s'en fiche qu'elle fasse la tronche. Au final, Mikelangelo avait une vision du monde bien à lui et trouvait le moyen de tourner ça autrement dans sa petite tête. Si Saphire faisait la gueule c'était par défis. Si si. C'était qu'un pur jeu. De qui lâcherait prise en premier, ce qui est bête c'est que quand on est une tête de con il se trouve qu'on est difficile à faire lâcher prise. Une fois on avait voulu lui faire une bonne correction en bonne et due forme, alors on l'avait passé à tabac. Il disait des connerie avant c'est sûr, raison de plus pour le faire taire certainement. Pourtant, il n'avait pu s'empêcher de lâcher quelques quelques boutades à la fin. Avec moins de conviction mais avec son petit sourire en coin. Parce qu'il en fallait toujours plus pour l'arrêter. Et donc une gamine qui tire la tronche, baille quand on lui dit de ne pas dormir et qui tire la langue pour montrer que « nananère elle ne cédera pas » eh bien dans son esprit c'est juste une blague. C'est comme rentrer en jeu avec lui. Voilà, un jeu un peu particulier, mais s'en est un quand même. Du coup c'est sans montrer le moindre indice de d’agacement ou alors de fatigue, qu'il donna son avis sur ce qu'ils venaient de faire. Soit une simulation de vaisseau spatial. Ouais c'est drôle, voilà ! Et qu'est-ce qu'elle pensait ? Pourquoi lui demander elle n'y répondrait pas, en revanche sa tête était une indication suffisante pour savoir, et non sans plus. Mouais difficile cette jeunesse de nos jours ! Elle comptait rire quand ? Quand elle aurait les deux pieds dans la tombe ou quoi ? Ah faut tout leur dire à certains. Mais pas grave. Loin d'être fauché dans sa motivation, le voilà qui maintenant annonce de lui-même leur prochaine activité. Parce que non, le jeu, je reste planté là à te regarder dans les yeux d'un air blasé jusqu'à ce que tu te lasse, c'était sans lui. Du coup, on prend les devants et on la pousse. Qu'importe qu'elle soupire, air l'air agacé. Plus vite que ça jeunesse !

De toute façon, le manque d'entrain de celle qui l'accompagnait fut bien rapidement oublié quand il put voir alors la scène sous ses yeux. Un immense terrain, ou des voitures en tout genre pouvaient alors rouler à toute vitesse, faire des virage serrés, ou alors décoller grâce à des tremplins posés ici. Du feu, des fausses explosions. Ouais pour un type feu comme lui autant dire que c'est son dada tout ça, mais ça bouge, ça pète, c'est jolie, ça fait du bruit, bref, que des trucs qu'il aime bien. On pourrait presque dire qu'il aimait bien les voitures, mais en fait il ne les appréciaient que pour ce genre de chose, pour lui, le meilleur moyen de transport restait ses ailes, du coup il n'avait jamais cherché à apprendre à conduire ou autre. Mais pas grave, les autres le font bien quand même. Et c'est avec le sourire qui lui était propre qu'il appréciait ce spectacle. Applaudissait quand il fallait. Mais pas elle. Ahlala. Il n'avait d'ailleurs pas hésité à la fin lors du salut des pilote qui était alors acclamé par la foule admirative, à passer ses bras autours de Saphire pour lui attraper les poignets et la faire applaudir. Ben quoi ?

« Et on salut pour ce beau spectacle Saphirette !»

Ben oui c'est tellement impolie ! Bon ok venant de lui ça sonnait comme une blague mais pas grave. De toute façon il était temps de se lever. Certaines personnes commençaient déjà à quitter le lieux. Le parc restait souvent ouvert mais en semaine moins, c'est normal on va dire. Mais il se planta alors devant un stand de boisson. C'est que ça donne envie de marcher dans tous les sens, sans compter la journée chargé qu'ils avaient eut juste avant les bougres.

« Hmmm, bon y a encore quelques trucs à faire avant de te libérer. T'as vu, cache ta joie ou ta tristesse ! Quoiqu'il en soit...»

Il fixa alors ce qui était à vendre. Se disant qu'une boisson énergisante pourrait être bien. Ouais. C'est sûr qu'il en manquait hein... Joie. Mais concrètement ça ne fait pas grand chose ce genre de truc alors pas de soucis à se faire. C'était plus pour avoir un truc très sucré comme il se doit on va dire. Du coup paf, deux boissons dans les mains. Et c'est là qu'il eut une idée de génie. Si si c'était du génie faut pas se moquer ! Ou pas.

« Si tu me demande gentiment je te donne la deuxième. Trop de gentillesse en moi.»

C'est bien connu oui. L'autre était un simple jus de fruit, au pire c'était du gagnant pour lui, il pourrait la prendre sur le chemin du retour. Et l'avantage, c'est qu'il était tellement plus grand qu'elle n'avait qu'à lever un peu le bras pour qu'elle ne puisse pas l'attendre. Alors ? Tenté par ça ? Un simple merci o'grand Mikelangelo suffira. Ou... Oui bon. Un s'il te plaît ou même un donne irait aussi. C'est drôle comme jeu, mais pour sûr il lui serait impossible d'inverser les rôles, trop dur de se taire !
   
© 2981 12289 0

Spoiler:
 



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mer 9 Mar - 18:22
Tu agissais parfois comme la pire des enfants. Mais que pouvais-tu faire pour avoir un peu de paix. Le silence. C'était ta solution. L'ignorance était sûrement quelque chose de douloureux. Sauf que tu pratiquais assez mal la chose. Mais tu étais trop fière pour remarquer que tes expression parlaient pour toi. Ta moue, ton sourire, ton ennui, tout étais marqué sur ton visage. Donc c'est par foce que tu te retrouvais à regarder ces voitures. Tu plissais du nez, montrant ton profond dégoût pour la chose. C'était peut-être pas évident de faire ces choses. Mais tu avais l'impression de respirer mal en regardant une telle démonstration de ouissance. Si ça sentirai si mauvais, tu aurai fait une sieste, parfaitement, à cet endroit. Tu regardais à peine les prouesses. Tu ne voulais pas félicité ces gens qui détruisaient la nature pour les beaux yeux de ces ploucs, sauf qu'à la fin, il t'y forçais. Diirectement, ton regard qui était censé tué, vennait le fusiller sur place. Tu n'aimais pas qu'on te force. Vraiment pas.

Tu voyais le jour décliner, tu savais que c'était la fin, tu t'en réjouissais. Une fois fini, tu hurlerai plus loin. Afin d'exprimer ton exaspération. Il disait qu'il y avait des choses à faire avant, pitié non. Qu'il te laisse entrer. Il allait au stand de boisson, tu soulevais un sourcil. Il comptais t'avoir avec une boisson, bien tenté, sauf que tu étais habitué à te priver. À traverser les desert arrides. Tu te devais demander, il pouvait aller se broisser. D'ailleurs un peu de ce dit instrument ne ferait pas de mal à sa coiffure. Tu riais interrieure à ta remarque. Ce que tu pouvais être comique. Oui, tu pouvais rire, mais rarement d'elle, souvent des autres, c'était méchant. Tu n'étais pas un exemple de bonté. Sa gentilles ou son remboursement de sa dette. Tu t'en fichais. Tu tournais les talons et tu irais chercher ta boisson seule, sans dire un mot. Car tu savais te faire comprendre sans ça. Tant qu'il serait là.

Avalon pouvait te trouver têtue, mais cet homme n'était mieux. Tu croisais les bras et tu marchais, aussi vite que tu pouvais avec tes jambes. Elle l'oublierai pas, mais lui parlerai plus. Juste pour l'emmerder. Tu ne serai jamais comme avec Hana, où tu pouvais être intarissable. Avec lui, c'était un gros mur gris, tel la capacité abri qui allait durer plus d'un tour. Tu resterai sous ce bouclier protecteur, ravalant ta frénésie. Tu n'avais pas assez de force pour lui faire mal. C'était un peu vexant. Mais connaîtrait que son côté un peu casse-couille, coincée et chiante. Il avait bien chercher. Quand on faisait ça, on la trouvait. À d'autres lieu, tu devrai peut-être lui parler, lors d'une attaque par exemple, mais ça tiendrait de la parole d'une pro. Il devait être trop grand, c'est ça qui expliquait sa stupidité. Tu te rassurais comme tu pouvais de ta petite taille, Saphire. C'était un plan comme un autre pour garder ta fierté et ton mutisme prolongé.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avalon • Membre
Messages : 129
Pokédollards : 56
Date d'inscription : 31/01/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro et Celib'
Je ressemble à : Axel de KH & Reno de FF7
Double compte : Raffaelo, Reshiram & Ayden

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Feu de l'Enfer ♦ Lance-Flamme ♦ Draco-griffe ♦ Seisme
Race Pokemon/ Métier: Dracaufeu/ Douanier
Team/Dresseur/Equipe:
Avalon • Membre
MessageSujet: Re: La normalité, c'est tellement surfait   Mer 9 Mar - 22:03
Normaliquoi ?

   
Décidément, c'est qu'il venait de trouver une joueuse à sa taille ! Et vu qu'il faisait presque deux mètres, on peut dire que c'est grand et beaucoup non ? Non ? Bon ok la blague était pourrit. Poutant, à cette pensé, le jeune eut quand même un sourire tout seul. Comme quoi, quand on dit qu'on est jamais aussi bien servit que par soit même c'est bien un peu vrai, il se faisait même rire tout seul le bougre. De toute façon tout peut le faire rire, même ce qui est censé être méchant, rien n'est méchant à ses yeux. Les geste, les paroles, tout est comme on veut bien le prendre ou si ça nous atteint. Pas chez lui. Du coup, quand même bien Saphire ne voulait pas exprimer une joie à ce genre d'endroit, si cela lui fait plaisir de se faire traîner en faisant la tronche grand bien lui fasse ! Lui au final était content d'être là. De pouvoir faire les attractions qui lui faisaient de l’œil, de voir enfin ce spectacle qu'il trouvait divertissant et enfin une boisson. Quand bien même elle ne le prendrait pas. Cette dernière termina dans sa poche. Comme prévu, pour le retour, il pourrait alors voler à toute vitesse et ne pas s'arrêter pour retrouver plus rapidement lit. Que c'était bon de pouvoir voler, il pouvait alors réduire les temps de trajets par deux parfois. Marcher est ennuyeux, c'est lent et c'est moins beau, souvent. Hélas il était tombé sur une messagère incapable de voler. Cela pouvait presque paraître étrange, mais au final pourquoi pas. Haussant alors les épaules il agita la main en la regardant s'éloigner d'un air orgueilleux pour s'acheter sa propre boisson.

« Comme tu veuuuux !»

Fit-il de façon assez forte tout en ouvrant sa propre canette pour la vider alors presque d'une traite. Au moins, le voilà de nouveau frais pour parler, oui lui en avait bien besoin contrairement à certaines qui préférait communiquer avec les yeux. Chacun son moyen de communication, ce qui est bête c'est que le sien semble de suite bien plus envahissant. Qu'importe. Écrasant la canette vide entre sa main une fois vidé, c'est en laissant un bruit sortir du fond de sa gorge pour montrer son contentement qu'il pivota sur lui-même pour se tourner face à une poubelle et lança alors ce qu'il tenait. La canette eut quelques rebonds contre les bords pendant une seconde grand maximum avant de tomber dans le sac qui était dessus. Il serra alors le poing en le levant, l'air satisfait.

« Eeet but !»

S'exclama-t-il. Avant de se retourner vers Saphire pour... Heu. Eh bien. À la base c'était pour la trouver, mais en fait au lieux de repérer une petite demoiselle qui fait la gueule en train de se prendre sa boisson il reconnu alors au loins quelqu'un d'autre qu'il connaissait. Enfin vite fait. Un peu. C'était pas le type qu'ils avaient alors passé à tabac dans la ruelle toute à l'heure ? Ouais. Et visiblement il n'était pas seul. Non loin de l'entrée. Il semblait pas des plus en forme, appuyé sur quelqu'un tout en pointant l'ensemble du parc avec le doigt. Du coup. Deux autres types rentrèrent. Chronos ou pas Chronos ? Il n'en savait trop rien en fait. Mais la finalité était qu'il avait certainement du les voir rentrer et pas ressortir et que maintenant ils envoyait deux braves personne à leur rencontre. Joie... Bon ok. Finalement il était peut-être temps d'arrêter la journée. Du coup, il tourna la tête tout en mettant sa capuche sur sa tête pour repérer sa partenaire de mission. Et une fois qu'elle fut à nouveau ans son champ de vision, traversa alors la foule un peu constante d'ici pour la rejoindre et sans poser de question la soulever. Ouais comme ça. Qu'elle soit d'accord ou non ni changerait rien, mais sortir de la rue principal était certainement la meilleure idée pour ne pas se faire griller hein. Autant se battre ne posait aucune soucis à Mikelangelo, autant il n'était pas trop partant pour le faire comme ça là. En pleine foule, non c'était un coup à se faire assaillir de toute part et c'est carrément le mauvais plan. Partir ouais c'est mieux. Du coup il l'emmena, directement, passant à travers la pelouse pour se retrouver sur les abords caché derrières les arbres. Étrangement, il était certain qu'ils avaient eut une charmante descriptions des deux zozos ici présent.

« Bon, tu vas être terriblement triste mais finalement faut pas rester là. Ton charmant ami de tout à l'heure a ramener des amis à lui et je doute qu'il veuille nous faire la bise. Visiblement tu as été tellement adorable avec lui qu'il veut déjà te revoir.»

Lui tapotant alors la tête deux fois. Il regarda alors vite fait derrière eux. On les cherchait enfin. On regardait la foule à la recherche des deux personnes. Une gamine aux cheveux violet, et une autre aux cheveux rouge, de grande taille, très grande taille. Pas dur non ? Du coup ? Eh bien faut partir. Sans trop faire de vague dans la mesure du possible. Ils ne sont pas en positions de forces ici et ça il avait beau faire le fanfaron, il le savait.
   
© 2981 12289 0



La classe on l'a pas. Ou on l'a pas. Wait c'est pas ça qu'on dit ?:
 

Sister wesh:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La normalité, c'est tellement surfait
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La normalité, c'est tellement surfait
» Jour 1 : la vie est tellement injuste. [Terminé]
» Tout cela m'avait tellement manqué! [PV : Shizu']
» CHARLAVAIL ☇ « J'ai mis tellement de crème anti-rides que quand j'me suis réveillé on était hier! »
» Nathan Porter- La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Unys :: Volucité-