Partagez | 
 

 La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
MessageSujet: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Dim 17 Avr - 20:25

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Bon… Visiblement, deux personnes très bizarres avaient finit par commencer une relation plutôt normale. Même si en y réfléchissant bien, le simple fait que ces deux-là fassent quelque chose de normal était assez étrange en réalité. Au moins, on pouvait dire qu'ils étaient un couple plutôt bien assortit, de par le simple fait qu'ils étaient difficile à assortir à quelqu'un de base. Cela était surtout vrai pour le Valentini en fait qui n'avait visiblement jamais cherché une relation sérieux. Mais en même temps.. La mentali n'était pas plus avancé que lui sur ce sujet-là en fait. Même si de son côté, son environnement et le fait qu'on lui est dit et répété que les mâles étaient des porcs devaient y être pour quelque chose. Elle était bizarre, mais pas insupportable, si ? Alors que l'homme violet de son côté… Ben.. Il ne faisait vraiment rien pour être agréable à personne ce mec. Parfois même, la jeune femme se demandai s'il n'en rajoutait pas un peu pour tester, alors qu'au contraire, il était déjà nettement moins casse-pied avec elle qu'avec les autres. Ou différemment, voilà tout. En tout cas, il ne l'était certainement pas assez pour la faire fuir et les deux jeunes gens s'étaient revue plus d'une fois dernièrement. Quand ils avaient du temps libre l'un et l'autre en gros, leurs emplois du temps étant tout de même assez aléatoires.

De plus, bien que qu'ils habitent dans deux villes vraiment proche, il y avait tout de même une petite distance entre eux. Après tout, chacun avait tout de même besoin de rester dans sa ville pour son travail de base. Pourtant, Cassidy elle avait tout de même assez souvent besoin de se rendre à Safrania puisque c'était là que vivaient sa charmante famille adoptive… Ouais, c'était le point d'encrage de sa mafia quoi. Du coup, lorsqu'elle était censé rentrer tard chez elle, elle avait finit par se dire qu'au lieu de faire la route de nuit, profiter d'un appartement dans cette ville-ci ne serait pas un mal. Surtout qu'en on sait qu'un dieu vivant y était… Ouais, ça donnait carrément envie. Du coup ? Une nuit, elle avait finit par ne pas se gêner et débarquer à l'improviste pour squatter son lit.. Non, cela n'avait rien de pervers, surtout qu'il ne s'était encore rien passé à ce niveau là et d'ailleurs, la vitesse à laquelle elle s'endormait coupait tout élan. Mais au moins, il n'avait pas l'air d'avoir trop envie de la tuer quand elle débarquait, c'était déjà cela. Mais du coup, en débarquant à pas d'heure dans la nuit, la pauvre manquait un peu de sommeil et quand monsieur devait se lever lui pour partir on ne sait où pour son boulot.. Non, elle n'était pas des plus réactive la pauvre.

Ce n'était pourtant pas faute de la secouer, de lui dire de se bouger le cul, qu'il avait du boulot etc, mais avec peu d'heure de sommeil dans les pattes, la mentali n'était pas la femme la plus active du monde. Du coup ? Lui était prêt à partir, qu'elle comatait toujours devant un bol de cocopops. - même si elle voulait des chocapic elle… - Avec en prime le fameux « mais c'est bon, me faut 5 min moi pour être prête » qui était réaliste que si on activait effectivement le chrono ben… 5 minutes avant qu'elle est terminé. Au moins ici, il n'y avait pas le choix des fringues, fallait faire avec ce qu'elle laissait traîner… Mais du coup, mal réveillé, la jeune femme ne réalisa pas sur le coup l'immense honneur que lui fit le Valentini en lui balançant les clés de son appartement sur la table avant de se casser. En même temps, c'était en lui disant qu'elle était chiante et qu'elle devait fermer avant de se casser sous peine d'un châtiment horrible, un peu comme si elle touchait ses armes quoi. Du coup, ce n'est qu'après que le tueur à gage fut assez loin de l'appartement qu'elle se rendit compte qu'il lui avait bel et bien filé les clés de chez lui… Whouah.

Comme d'habitude, le romantisme était au rendez-vous pour ce genre de grand moment. Si si, elle mal peigné devant un bol de cocopops et lui qui lui balance ses clés, c'est so romantique, tu peux pas test. Digne de ce grand honneur qu'on lui avait fait, la jeune femme en avait donc pris grand soin ! Manquerait plus qu'elle les perde tient, elle aurait l'air maline la pauvre. Il fallait plutôt lui prouver qu'il avait eu raison de lui filer, que c'était une très bonne chose et tout ! Du coup ? Ben le lendemain soir, la jeune femme s'était décidé à retourner à l'appartement, mais après avoir fait des courses. Ben oui, un frigo remplit, c'était beau non ? Pratique au moins et puis, comme il avait dit qu'il rentrerait ce jour là, cela lui faisait une bonne excuse pour le retrouver, sans passer pour une fille trop accro… Ok, ça faisait carrément fille accro en fait, mais ce n'était pas de sa faute la pauvre ! Du coup, elle était resté chez lui et… ben voilà. Pas de Raffaelo en vue. Juste une soirée naze devant la tv, avec un bol de chocapic en guise de repas. Parce que oui, elle en avait pris tout de même, c'était important. Mais il faisait quoi ce crétin au juste ? Ça lui prenait souvent de rentrer hyper tard ? Bon ok, c'était normal ça, pas comme s'il avait des horaires de bureau après tout. Mais justement.. Et s'il lui était arrivé quelque chose ?

C'était possible après tout avec son boulot débile là ! Et peut-être qu'un bon bol de cocopops suffirait pas à le remettre sur pieds… Mais non, il fallait voir les choses de façon plus positives. Il n'était pas là parce que.. Le voyage prenait du temps, voilà. Il avait besoin de se reposer ou une connerie du genre, voilà tout. Du coup, en essayant de se rassurer ainsi, la jeune femme avait finit par s'endormir sur le canapé en l'attendant. Elle ne se réveilla que lorsque du bruit arriva jusqu'à ses oreilles pour la prévenir que quelqu'un arrivait… Et comme ce n'était franchement pas l'endroit où il y avait le plus de visite, c'est encore un peu ensommeillé qu'elle s'était redressé pour voir le Valentini arriver. Il était tard et du coup, c'était un peu comme le matin, longue à la détente la pauvre. Mais une vilaine odeur d'alcool ne tarda pourtant pas à la réveiller un peu plus et à lui faire tordre le nez. Sérieux, c'était lui qui sentait comme ça ?.. Mais il avait été picoler où ce con ? Il avait fait la fête ou quoi ? Genre.. Dans un bar, avec des pétasses aux gros seins et tout ? C'était peut-être même pas dans un bar d'ailleurs, mais directement chez les dites pétasses ?… Ouais ok, elle se faisait trèèèès vite des films, mais en même temps, vu l'état du Valentini, elle avait de quoi se poser des questions et puis.. Le fait qu'il aille s'amuser ailleurs ne serait pas si surprenant après tout, vu qu'ils n'avaient pas… enfin.. Passé un certain cap.

« Mais… Qu'est-ce que t'as foutu, tu sens le whisky à 500 mètres ?! T'as que ça à foutre d'aller te mettre minable en compagnie pauvres filles ? »

Ouais, direct l'accusation, mais booon… Fallait la comprendre, le mec rentre en pleine nuit, en puant l'alcool etc.. ça ressemblait un peu au type qui fait la fête et se casse ensuite du lit d'une donzelle avant le matin parce que coucher ok, mais le reste nop. Puis bon… Elle était jamais de bonne humeur quand elle se réveillait trop tôt la pauvre. Du coup, la suit logique fut le coussin qui se trouvait sur la banquette, qui atterrit comme par magie en direction du Valentini. Bon ok, elle lui avait balancé en mode je sais pas viser, mais le cœur y est. Bonjour l’accueil en rentrant chez soit quand même, il devait vraiment être très heureux de lui avoir filé les clés là.

« J'aurais du m'en douter… C'est parce que j'ai pas couché avec toi direct. Tu vas déjà voir ailleurs.»

… Ce qui était totalement magique avec les reproches de Cassidy, c'était qu'ils finissaient toujours par revenir vers elle. Il faisait des conneries, mais c'était parce qu'elle avait fait tel ou telle chose.. Chapeau la miss. Mais c'était tout de même un reproche, pas patient le mec… Connard même ! Comment ça elle allait vite en besogne ? Oh, à peine..
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Ven 22 Avr - 20:01





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Quelle belle soirée que voilà vous ne trouvez pas ? Mouais. Faut avouer qu'il avait connu mieux, pourtant une partie de lui même ne pouvait en être que content, ou alors c'était de la fierté allez savoir. Pourtant il n'avait pas fier allure le Valentini. Ainsi installé dans le taxi qui lui servait de moyen de retour, il dû vérifier que ce dernier ne l’emmène pas à la police ou autre au vu de l'odeur d'alcool qui se faisait sentir. Mais pas de pot pour le type, Raffaelo avait beau être sonné et l'esprit embrumé par l'odeur persistante et forte de l'alcool qui s'était alors imprégné à lui et ses vêtements, il n'avait rien bu qui pouvait justifier une éventuelle cuite. Donc du coup, le voilà alors planté devant son appartement. Il était partit la veille ou plutôt le jour-même. En fait il n'en savait trop rien, il ne savait même plus. La seule chose qu'il savait c'est qu'il faisait nuit en ce moment-même. Et vu que lorsqu'il était retournée en ville il n'avait pas réussit à avoir de train, on pouvait supposer qu'il était relativement tard ? Mouais, on était clairement au milieu de la nuit c'est le cas de le dire. M ais y a personne qui l'attendais chez lui, enfin, c'est ce qu'il se disait en vieille habitude. Faut avouer qu'il avait totalement oublié qu'il avait laissé ses clés à la miss qui passait de temps en temps... Ou de façon régulière en fait. C'est un peu con, vu l'état dans lequel il était c'était un coup à se laisser tomber dans les escaliers et de passer la nuit là histoire de se remettre les idées en place. Mais avant ça, la première étape fut de monter. Et faut avouer que plus d'une fois les marches lui donnaient l'impression de changer de place. Ou alors il avait du mal avec la notion de hauteurs et distances allez savoir. Toujours est-il qu'il éprouva une certaine difficulté à monter. À croire qu'il était réellement bourré en fait le con. Mais non c'est juste... L'odeur forte. Et puis la trace de sang séché qui avait perlé alors le long de sa bouche et menton démontrait qu'il avait de quoi avoir l'esprit ailleurs le bougre.

En même temps, quelle idée hein ? Il pouvait pas rentrer directement ? Non. Il disait qu'il voulait s'asseoir pour décompresser un instant avant de prendre le chemin du retour après cette longue entrevu qui l'avait ennuyé. Et il fallait qu'il croise dans la grande citée de Doublonville un type qu'il connaissait. Pas de chance niveau probabilité non ? Qu'importe, y avait de toute façon que lui pour provoquer en duel un hybride de type combat, surtout vu la taille du mec. Il n'avait pas de super pouvoir, ou alors de super attributs de pokemon pour le rendre plus rapide ou résistant. C'est juste un humain... Et si on voyait la carrure de son adversaire, je suppose qu'on peut affirmer que pour un simple humain il s'en sortait plutôt bien. À quelques détails près je suppose... Planté devant la porte. Pendant disons.. Cinq bonnes minutes il chercha par réflexe les clés dans sa poche.

« J'ai pas perdu mes clés quand même... J'vais pas devoir péter la serrure...

Grommela-t-il alors en s'agaçant tout seul devant cette porte close. Avant de finalement par un éclair de génie, ou alors le hasard d'avoir tourné la poignée en espérant qu'elle s'ouvre par magie, il put alors voir que... Ben elle c'était ouvert par magie. Il était resté pendant quelques seconde à fixer cette porte démoniaque qui se fichait de sa tronche. Avant de bêtement donner un coup de pied dedans pour l'ouvrir. Voilà, comme ça, cela allait lui apprendre pfff. Il était de toute façon pour la maltraitance des portes, voir même de tout objet qui le dérangeait voilà. Et de faire un pas. Deux pas. Mais. Pourquoi c'était ouvert déjà. Ah mais, il avait laissé ses clés à ! Coussin.

Pardon ? Ouais, il venait de se manger un coussin dans la tronche, visiblement ses réflexes sont bien fatiguée, en avait-il trop usé pour la journée ? Il fallait que ça se recharge comme une batterie de portable ? Le regard un peu vide, planté sur ce coussin qui... L’accueillait. Son regard remonta sur la jeune femme qui hurlait. Enfin disons qu'elle avait commencé par lui hurler dessus avant de se mettre à faire des histoires toutes seules. Elle avait ses clés ouais. Elle était toujours là vrai. Et elle était de mauvaise humeur... Pourquoi ? Attends on l'accusait de quoi ? Il n'avait rien fait ! Juste... Se battre avec un hybride pour le fun dans un bar c'est interdit ou bien ? Visiblement c'est pas du tout ce qu'elle lui reprochait. Se frottant alors la nuque, comme cherchant quoi dire, son air assez peu réveillé démontrait de son état. Cependant la lucidité de ses paroles démontrait que non, il n'était pas bourré, juste lent à la détente et un peu mou. Voilà.

« Hein ? Pourquoi tu râles O'Doherty. Pile quand j'me disais être tranquille pour me poser faut que tu viennes me balancer des trucs. T'as tes règles ou quoi ?

Il se frotta alors les yeux pour tenter de terminer de se réveiller. Avant de réaliser une bonne fois pour toute ce qu'elle avait dit. Moment de bug. Hein ? Il avait été avec des femmes ? Une seconde, on se remémore la soirée. Il avait loupé quelque chose ? Non. À moins que Doppo ne soit une femme non... Une drôle de femme... De forte musculature d'ailleurs... Ahem. Ramassant alors le coussin en soupirant il lui rendit la pareil.

« Dis pas n'importe quoi. J'ai rien bu du tout. Et j'ai rien vu du tout. Enfin si. Mais c'était un homme. T'es jalouse ou quoi ?

Il avait daigné ressortir son sourire en coin légendaire, on ne perd pas les bonnes habitudes. Hélas pour lui, il faisait sombre du coup, cela devait à peine se voir. Et c'est en soupira qu'il se dirigea vers la lumière pour... Ben l'allumer hein, logique. Aveuglant alors tous ce beau monde ici présent.

« Mais j'ai vachement soif.

Lâcha-t-il alors avec le sourire. Dans un sens, ça l'agaçait de se faire accueillir comme ça, mais dans l'autre, il se disait qu'il était content de la voir là tout de suite. Enfin non chut il n'a rien dit mais... Sa douce compagnie ne serait pas de refus après cette soirée à se manger des poings dans la tronche. Au moins à le voir elle était rassuré ? Allez savoir, elle semblait avoir l'imagination qui partait loin vachement vite la jeune femme hein... Même si faut avouer qu'elle avait souligné un bon point, ils ne l'avaient pas fait, et n'avait rien dit. C'est presque trop bizarre dit comme ça pourtant... Le respectait. Aimer ça rend bête j'te jure. La preuve, elle s'était elle-même accusé que c'était de sa faute... Ah. Les femmes. C'est trop con qu'il la veut rien que pour lui en fait. Mais il s’ennuierait en fait certainement sans cette femme maintenant.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Lun 25 Avr - 20:30

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Bonjour, je suis la fille qui m'incruste chez toi sans rien demander et qui te fait un accueil du tonnerre. Bon ok, ce n'était pas tout à fait cela… Mais ça y ressemblait vachement tout de même hein. En même temps, si monsieur Valentini ne voulait pas retrouver la Mentali en rentrant chez lui, il n'avait qu'à pas lui laisser ses clés. C'était un peu comme inviter les ennuis chez lui là, ce n'était pas de sa faute à elle s'il faisait de mauvais choix ! Quoi que non, il ne valait mieux pas le lui dire ça, mauvais plan. Il avait absolument bien fait de laisser ses clés à la jeune femme en partant, voilà ! Remarque, le pauvre n'avait pas tellement l'air de s'attendre à avoir de la compagnie ce soir… Déjà, vu l'heure, il n'avait pas été très pressé de rentrer le bougre et ses pas ne semblaient pas des plus sûr non plus hein. Sans compter l'alcool dont l'odeur entêtante venait déjà jusqu'aux narines de la demoiselle. Monsieur devait avoir passé une bonne soirée tient… Et dire que Cassidy s'était inquiété pour lui encore une fois. Pff ! Il ne méritait vraiment pas qu'elle se fasse un sang d'encre pour lui ! Il ne méritait même pas son attention tout court… Bon ok, c'était méchant de dire cela, mais en même temps, il ne faisait pas super impression en débarquant comme ça le bougre.

Du coup ? Ben le coussin qui avait volé à travers la pièce, il ne l'avait pas volé tient. Et Arceus devait être d'accord avec la Mentali, car pour une fois, elle qui était assez empoté de ses mains en général réussi à viser juste et bam, dans la tête du violet ! C'était méchant… Elle s'en voulait presque là en fait, mais elle était trop occupé à rager contre lui pour s'en rendre vraiment compte. Elle s'en voudrait sûrement plus tard donc… Ouais, elle n'était pas tenace dans la colère tout de même, surtout contre lui. Le pauvre ne semblait pas vraiment comprendre pourquoi elle lui en voulait d'ailleurs, ni ce qu'elle faisait là si c'était pour l'attaquer à coup de coussin meurtrier. Et bien sûr, comme tout homme digne de ce nom, au lieu de se demander ce qu'il avait fait pour la mettre en rogne, il préféra rejeter la faute sur les règles de madames… Bravo la maturité ! Mais… Mais non, ce n'était rien de se genre oh ! D'où il se mettait à analyser son cycle lui ! S'il n'avait pas fait si noir dans la pièce, il l'aurait certainement vue hausser les sourcils, mais à la place, il ne pu sûrement qu'entendre sa réaction.

« Mais… De quoi j'me mêle ? Il viens pas de moi le problème que je sache espèce d'alcoolo ! »

Ben ouais oh, c'était lui qui revenait bourré ou elle ? Non mais oh, de quel droit il arrivait comme ça chez… Lui. Bon ok, il faisait un peu ce qu'il voulait, mais tout de même, la pauvre c'était inquiété pour lui, il était juste censé aller bosser et à la place, il avait visiblement était passer du bon temps dans un bar et qui dis bon temps, dis bonne compagnie. Du moins, elle voyait les choses ainsi. Il faut dire qu'elle avait l'habitude de voir ces messieurs bien entouré dans le milieu qu'elle fréquentait, alors imaginait Raffaelo de la sorte n'était pas bien dur, bien qu'assez pénible, il fallait bien le reconnaître. Pourtant, lui n'avait pas l'air fier de lui annonçait que oui, il s'était amusé et alors ? Non non, il semblait vouloir jouer la carte de non, je n'ai rien fait du tout voyons ! … Il était au courant qu'il serait bien plus crédible s'il ne sentait pas l'alcool à dix mètres à la ronde ? Il faudrait lui dire tient. Pourtant, il n'avait pas l'air de parler si bizarrement… Enfin pas comme s'il avait vraiment bu en tout cas. Mais en même temps, Cassidy ne l'ayant jamais vu ivre n'avait pas vraiment de point de comparaison.

Assez courroucé, la jeune femme l'écouta cela dit parler d'un homme ?… Euh… Non, ce n'était pas son genre, on oublie. Impossible que le grand Raffaelo aille voir ailleurs de ce côté là. Cela au moins était crédible, plus que quand il disait ne rien avoir bu en tout cas. Quant à savoir s'il avait raison et si la jeune femme en face de lui était réellement jalouse et bien… Cela lui plairait hein ? Qu'elle soit totalement folle de lui au point de vouloir qu'aucune autre femme ne l'approche ? Et bien pas de chance, ce n'était pas du tout le cas !… Enfin… Si carrément, mais c'était tout de même la honte de l'admettre. Pourtant, oui, cela ressemblait bien à une crise de jalousie, elle ne pouvait pas vraiment se défendre sur ce fait la pauvre et était bien contente pour le coup qu'il fasse sombre. Ainsi, il ne pouvait pas voir sa bouille un peu gênée qui n'avait pas envie d'admettre que oui, elle le voulait pour lui seule. Elle le savait, il le savait certainement, alors pourquoi il faudrait le dire hein ? C'était comme je t'aime, c'était nyan nyan de se le dire… C'était pour cela qu'ils ne le disaient pas ? Ouais en fait, c'était juste deux handicapé sentimentalement parlant, voilà tout. Perdu dans ses pensées, la jeune femme ne vit même pas arriver le coussin qu'elle se prit à son tour dans la figure. Retour à l'envoyeur comme on dit… Pff, sale goujat !

« Aie… Tu veux que je sois jalouse de quoi ? Tu fais ce que tu veux hein… » Fit-elle en tentant d'avoir l'air détachée. « J'me disais juste qu'il pouvait t'être arrivé un truc. Mais t'as juste faillit te noyer dans une bouteille de Vodka apparemment. »

Oui, son ton était nettement boudeur. Mais en même temps… Voilà hein, elle avait parfaitement conscience de ne pas être crédible et que sa crise était un peu déplacé si elle s'en foutait. Mais il fallait la comprendre, elle espérait le revoir, elle en mourrait d'envie. Passer la soirée avec lui, ne rien faire de spécial, mais juste être avec lui. C'était trop demander ? Peut-être à un homme comme lui. Même si la pièce était sombre, la jeune femme prenait soin de regarder ailleurs, comme si monsieur avait une meilleure vue et allait se moquer. Elle pouvait d'ici imaginer son sourire en coin tiens ! Mais bientôt, il ne fut plus besoin d'imaginer pour personne, puisque le Valentini alluma la lumière. Sur le coup, la jeune femme ferma puis plissa les yeux le temps de s'habituer. Elle venait de se réveiller après tout et cela ne faisait jamais du bien, un peu comme les rideaux qui s'ouvrent avant même qu'on sorte de son lit. Mais une fois l'habitude de la lumière reprise, elle pu observer un peu mieux le Valentini. Tout d'abord, elle comptait lui faire un nouveau reproche, comme quoi il n'avait pas à avoir soif vu tous ce qu'il avait du boire ce soir, mais dès qu'elle l'eut bien regardé, son regard passa de l'agacement à l'étonnement dans un temps record.

Si elle s'était attendu à voir un mec bourré, donc pas grand-chose de reluisant dirons-nous, la jeune femme ne s'était pas attendu en revanche à voir un Valentini tout abîmé et fatigué. Mais… Il avait fait quoi encore ce con ?! Elle ne pouvait pas le laisser deux minutes sans qu'il fasse des conneries ? Ouais remarque, même quand elle était là, il ne se privait pas d'en faire. Quoi qu'il en soit, si la jeune femme avait eu un moment d’hébétement en le voyant, elle n'avait pourtant pas manqué de reprendre ses esprit pour contourner le canapé où elle dormait quelques minutes plus tôt pour rejoindre Raffaelo. Ne sachant pas trop comment il s'était mis dan cet état lamentable, elle observa un instant ses marques avant de songer à une bagarre… Dans un bar, avec de l'alcool bien sûr. C'était quoi son passe-temps, picoler et défier des mecs ?… Pas de bol ce coup-ci on dirait.

« Qu'est-ce que t'as foutu ?… T'es dans un état pitoyable. Attends. »

Sans trop lui demander son avis, elle avait attrapé son bras pour le tirer doucement jusqu'au canapé pour qu'il s'assoit. Oui, son ton c'était nettement radoucit tout à coup, mais en même temps, vu l'état de l'homme, elle ne savait plus trop pourquoi elle était en train de râler il y a dix secondes. Très vite, elle l'abandonna en tout cas pour se rendre dans la cuisine et lui ramener une canette de soda, qu'elle eut même la délicatesse d'ouvrir. Euh… Et les coussins qui volent, la jalousie, tout ça ? Pouf, envolé ? Ben ouais. Son si beau et si parfait cher Raffaelo allait mal, il fallait qu'elle s'occupe de lui ! Aucune volonté cette fille ouais… S'asseyant à côté de lui, elle entreprit d'écarter quelques mèches tombant sur son visage sans trop oser toucher ce qui semblait être des marques de coups.

« Bon euh… On va dire que je te crois pour les femmes. Mais t'es pire qu'un gamin, on peut pas te laisser seul deux minutes. »

Ouais c'est ça, essaye de te rattraper meuf. Raffaelo devait la prendre pour une tarée, qui changeait d'avis toutes les deux secondes là. Mais bon, c'était le genre de chose qui faisait partit de son charme, non ? Bon ok, se manger un coussin en rentrant chez soi, ça n'avait rien d'attirant, à part pour les maso, mais Raffaelo devait l'être un tout petit peu au fond de lui.. Il était avec elle après tout.  
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Sam 30 Avr - 20:27





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Pas étonnant que la pauvre O'Doherty se fasse du soucis avec un type comme lui. En même temps, elle avait peut-être de quoi s'en faire. Enfin comment dire... C'est pas comme s'il avait l"e métier le plus calme au monde de base. Mais en prime une grande gueule qui lui permettait de s'attirer des ennuies hein. Ben non, c'est bien connu, Raffy est le genre d'homme tout gentil tout mignon. Mouais. C'est aussi crédible que de dire que le Valentini est du genre à se remettre en question. Bon, pour le coup  il n'avait réellement rien fait de punissable qui méritait les foudres d'une femme jalouse en furie -d'après lui hein-, mais il ne s'était pas du tout demandé ce qui pourrait mettre la puce à l'oreille pour la demoiselle nan. Il se demandait juste pourquoi y avait en fait une femme qui lui envoyait des trucs à la figure pour l’accueillir, dans ses souvenirs c'était une femme plus sympa qui était passé par-ici. Aurait-on échangé Cassidy avec une vieille mégère ? Ah non. C'est bien sa voix. Donc c'est bien elle qui lui fait un sketch là. Et non sans prendre le temps de comprendre le pourquoi du comment, notre homme ,avait tout nier d'un bloc. Comment ça il n'était pas crédible ? Mais voyons, sa parole était de toute façon une invitation à croire tout ce qu'il disait ! Du moins c'est ce qu'il voulait bien croire... Du coup ? Eh bien on met ça sur le compte des règles et de la jalousie, elles ont bon dos hein ?

Non fier de sa répartie, la jeune Cassidy ne semblait pas partager le même avis, du tout même. En fait, il pouvait de toute façon imaginer sa tête. Elle boudait et le prenait mal. Il avait raison mais elle était vexée. Rah mais pourquoi ? Il n'a rien fait. Quand il dit qu'il n'a vu personne et n'a pas bu c'est que c'est vrai non ? Comment ça il lui avait déjà démontré qu'il était un menteur professionnel ? Ah ouais peut-être un truc du genre avait été fait c'est pas faux... Mais c'est pas grave. De toute façon, il profita du fait que la pauvre essayaut de garder la tête haute non sans mal pour profiter d'y répliquer.

« Ouais c'est ça j'fais ce que je veux. Et moi je suis Arceus. J'y crois trop O'Doherty, mais je te pardonne.

Même si elle ne le croyait pas quand il disait qu'il n'avait rien bu, ou si peu. Rien pour que cela puisse se sentir, et surtout, boire ne le rendait pas comme ça. La raison était tout autre et de suite beaucoup plus évidente quand on se décide enfin à allumer la lumière. Eh ouais on voit mieux comme ça. C'est donc l'air un peu dépité qu'il put assister à la décomposition en direct de la jeune femme qui eut un instant de flottement total avant de soudainement réaliser qu'il disait peut-être pas de la merde. Ben ouais. Tu reviens souvent avec du sang sur la gueule quand tu es en compagnie de quelqu'un au lit sérieusement ? Si la réponse est oui tu es quelque de très bizarre et je ne désire pas te connaître. Tu vas même mettre une distance de sécurité entre toi et moi. Enfin.. Là n'est pas la question je suppose. Le Valentini roula des yeux lorsqu'elle réalisa donc, et encore une fois lorsqu'elle lui attrapa le bras. La fille en mode furie qui lui balance des objets en l'insultant ? C'était finit ! Place à la gentille demoiselle l'air inquiète qui veut prendre soin de lui. Rien à faire, cette femme était carrément bizarre, mais c'est certainement pour ce genre de raison qu'en fait, il la trouvait pas dérangeante à ses côtés, pou ne pas dire qu'il appréciait réellement sa présence en fait...

« Mais non j'te dis tout va bien. Mais v'là tu crois quoi ? Pff.

Qu'il était du genre à plonger dans une piscine d'alcool ou quoi ? Bon ok, il avait une fierté mal placé et pouvait être un peu du genre à faire n’importe quoi par esprit de compétition, mais là n'est pas la question non ? Et puis, là c'était juste une baston. De toute façon elle devait certainement l'avoir remarqué, puisqu'une fois installé enfin comme il se doit dans son propre canapé -j'vous jure, on dirait une exploit-, elle était alors partit lui chercher la boisson tant désirer. Non sans comme toujours -en fait c'est juste la deuxième fois, mais quand même il avait l'impression que c'était déjà une habitude pour lui- le réprimander pour ses conneries. Il eut alors un rire qui s'échappa de ses lèvres, son sourire narquois et visiblement fier de lui était là, tandis qu'il attrapait la canette pour alors boire plusieurs gorgée d'un coup. Ah, c'est qu'il avait la gorge sèche !

« Aaah. Ben, tu vois j'avais soif !

Oui. Il n'avait put s'empêcher de faire une remarque sur le fait qu'elle était dubitative -bon elle avait toutes les raison du monde de le faire, mais c'est Raffy alors il a toujours raison-. Avant de glisser son bras autours de la demoiselle. Ben quoi ? Il avait bien le droit non ? En tout cas il se le donnait. Affichant alors son sourire en coin. Oui il faisait le fier alors qu'il avait juste l'air d'un con y a genre deux secondes devant sa porte. Mais on va oublier hein, vaut mieux pour l'honneur de monsieur de toute façon. Reprenant alors une gorgée de sa boisson, non sans au final faire une grimace parce que le coin des lèvres le lançait. Il reprit, toujours aussi sûr de lui, du moins, si on le trouve réellement crédible dans cet état en fait.

« Me fais pas la moral, c'était un combat des plus amical. Contre un mackogneur. Je l'ai déjà croisé. On me fait pas la peau comme ça voyons. Pfff. Et puis comment ça « on va dire que tu me crois pour les femmes hein ? » j'ai rien bu aussi.

Ouais donc c'est normal de croiser quelqu'un qu'on connaît et de se lancer dans un combat des plus sérieux comme ça dans un bar hm hm. C'est pas du tout dangereux. Surtout quand le dit monsieur revient en puant l'alcool, les cheveux et le corps imprégné de l'odeur. C'est normal après tout. Tu m'étonnes qu'on ait dut le prendre pour un alcoolo bourré dans la rue... Cependant. Faut avouer que malgré son air fier qu'il tentait de garder, monsieur eut pendant un instant un flottement. Ses mains glissant de façon légère et surtout détaché dans le dos de la demoiselle il parut pendant un instant ailleurs. Avant de.. soupirer et se lever en fait. Bien décidé visiblement à faire quelque chose. La pauvre, elle qui se faisait du soucis. Pourtant, il se retrouve à tirer sur sa chemise. Lui qui avait fait un effort sur l'habit pour la réunion, c'était fichu. Mais devant la chiantise du haut pour l'enlever et la non envie de l’abîmer, il se contenta d'ouvrir son pantalon pour le faire glisser le long des jambes et le pousser du pied. Ben quoi ? Il était chez lui ?

« J'ai la tête qui tourne. Douche. Aide moi tu veux...

Il grommelait. Tu parles d'un homme fier hein. Mais quoi ? Elle pouvait bien l'aider non ? Elle n'allait pas faire toute une histoire pour ça non ? En tout cas, il en essayant de le faire lui-même il se retrouva à s'asseoir sur le bord d'un meuble pour se soutenir et ne pas tomber. Visiblement la tête encore secoué. Faut dire qu'il c'était pris une attaque de type combat de très près, carrément pas le genre de truc qu'un corps humain est censé supporter...


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Mar 3 Mai - 22:53

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Franchement, s'envoyer ce qu'on a sous la main à la figure si tôt dans une relation, ce n'était peut-être pas bon signe. Ce pauvre Raffaelo allait devoir appeler SOS homme battu à ce rythme… Ou pas en fait. Croire que le Valentini pouvait se faire maltraiter par la petite Mentali était à peu près aussi comique que peu crédible. Il faisait quoi, 20 cm de plus qu'elle ? En terme de kilos en plus et surtout de musculature, mieux valait ne carrément pas en parler là. Du coup, il fallait vraiment que la demoiselle est eu un sacré coup de bol pour viser juste avec ce foutu coussin. Arceus devait être de son côté finalement ! Mais bon, comme Raffaelo disait que c'était lui Arceus, cela sonnait un peu étrange finalement. Ou alors il l'encourageait à lui balancer des coussins dans la face… Et était donc franchement masochiste. Pas son genre à notre homme ? Hm. Pas sûr. Il avait donné la clé de chez lui à la jeune femme après tout, donc comptait bien la supporter. Cela pouvait être considéré comme une sorte de masochisme vu la scène actuelle que cela avait entraîné. Mais bon, visiblement, monsieur était grand seigneur et lui pardonnait, c'était gentil tiens… Quoi que… Hey !! Minute, c'était à lui de se faire pardonner et non d'accorder son pardon ! Pff, fallait toujours qu'il tourne tout à son avantage ce mec.

Mais pour le coup, il n'avait pas finit de le reprendre l'avantage. Autant même dire que lorsque la jeune femme l'avait enfin aperçut dans la lumière et put juger de son état, il avait carrément gagné la partie tout à coup. Fatality, merci d'avoir joué. Ahem. Bizarrement, tout à coup, lui balancer le mobilier à la gueule jusqu'à ce que mort ou excuse s'en suivent (et le connaissant, ce n'était certainement pas les excuses qui aurait débarqué en premier) n'était plus à l'ordre du jour. A la place, elle l'avait fait s'installer dans le canapé, s'inquiétant de son état et lui fournissant même la boisson qu'il avait demandé. Pas de l'alcool, c'était sûr, il empestait trop le bougre. Et en plus, il se permettait de rire aux reproches de la jeune femme… Ben quoi ? C'était vrai qu'il ne faisait que des conneries quand il s'y mettait hein. A croire qu'il n'avait aucune envie de rester en vie. Pourtant, en étant en vie, il pouvait profiter de sa merveilleuse compagnie !… Ouais bon, en même temps, si elle lui balançait des coussins dans la gueule quand il rentrait chez lui à la place d'un bonsoir, on pouvait comprendre qu'il trouve sa vie un peu pourrie là. Faisant une petite moue, la Mentali ne pu donc s'empêcher de répondre, l'air un peu boudeuse tout de même.

« Comment je pouvais le deviner que t'avais vraiment soif, tu empeste l'alcool hein.. »

Ben oui, c'était pas toujours de sa faute si elle ne comprenait rien hein. Il avait aussi sa part de responsabilité. Mais il fallait bien avouer que cette odeur était réellement forte et ne venait pas vraiment de l'haleine de l'homme. Il s'était bastonné avec quelqu'un à coup de bouteille pleine ou quoi ? C'était bien possible ça tiens…  Mais pendant que la jeune femme se posait des tas de questions sur ce qu'avait pu faire son petit ami (Car ouais, elle sortait avec ce type… Vraiment.) ce dernier avait finalement passé son bras autour de sa taille pour la tirer un peu contre lui. Et le pire ?.. C'était qu'elle en était presque heureuse. Enfin presque. Elle était heureuse, très contente au fond d'elle de se retrouver de nouveau proche de lui, chose qu'elle avait attendu un moment, elle s'en voulait presque d'aimer ça en fait. Elle était censé lui en vouloir, l'engueuler pour sa beuverie à la con… Et non, lui il la serrait un peu et la rancune se barrait à toute vitesse. Pauvre fille, t'es vraiment faible face à lui. Pourtant elle devait lui en vouloir, c'était pour son bien !.. Ok, c'était tordu comme raisonnement, mais après tout, si la femme qui l'aimait ne lui disait pas un peu d'arrêter les conneries, personne d'autre ne le ferait. Mais même si elle essayait un peu, intérieurement, de se remonter contre lui, les paroles du violet finirent pas par la surprendre tellement que tout bonne volonté à le détester était perdue d'avance. Il était… Sérieux là ?

« Un Mackogneur ?… Tu parles de ces machins immenses qu'on engage quand ont veut casser la gueule à quelqu'un ?… Mais tu devrais carrément être à l'hosto en fait là. Et.. Et c'est bon, laisse tomber, j'me doute qu'une Mackogneur femelle serait pas ton style hein, j'te crois. Mais tu pue vraiment l'alcool, je maintiens. Rien qu'à être aussi près, j'ai l'impression d'avoir bu aussi. »

Vrai que ça finissait par tourner la tête ces conneries. Elle n'avait rien d'une petite nature, non habitué à l'odeur d'alcool ou de tabac, mais là quand même, il avait fait fort hein. N'empêche, un combat amical avec un Mackogneur… Ce mec était fou. Bon ok, ça elle le savait, c'était même l'une des choses qu'elle trouvait assez attirante chez lui, mais là tout de même, il faisait fort non ? Ce combat avait du être épique tiens… Dans un sens, elle aurait payé cher pour le voir et dans un autre, non. Voir Raffaelo se prendre des coups ne lui disait vraiment rien. Pour ne pas dire que l'idée la dégouttait carrément. C'était son homme, son Raffaelo… D'où on lui tapait dessus d'abord ? Bon ok, il était du genre à chercher facilement lui aussi et n'avait rien d'une petite nature, bien au contraire. Il était bien plus le bourreau que la victime en général, mais ce type de Pokémon était tout de même redoutable. Rien qu'à y penser, la jeune femme avait un frisson désagréable qui lui parcourait le dos.

Mais qu'importe ce qu'elle pouvait imaginer, les faits étaient là et Raffaelo s'était bien battu avec ce genre de Pokémon dont elle imaginait parfaitement le gabarit. Il avait l'air bien fatigué le pauvre, cela se voyait bien. Même s'il souriait en coin, le jeune homme avait parut un instant comme.. Absent. Sa prise autour de la taille de la Mentali était lâche et cette dernière s'inquiéta un moment en pensant qu'il allait peut-être tombé dans les pommes… Mais non, visiblement, ce n'était pas à ce point tout de même. Et s'il s'était pris un coup sur la tête ? Il avait peut-être une commotion ou une bêtise du genre non ? C'était sûr qu'il n'avait pas été voir un médecin en tout cas… L'hôpital, c'était tout juste bon à faire croire à des filles pathétiques et amoureuses que leur mec est mort après tout.. Avant même qu'il soit leur mec en plus… Dépitant.

« Tu es sûr que ça va aller ? Tu devrais aller te reposer… »

Non sans blague ? Bon ok, elle disait carrément des évidences, mais il fallait la comprendre, elle s'inquiétait pour lui et elle savait bien que le Valentini était du genre à faire le fier et à vouloir rester l'enquiquiner juste pour prouver qu'il était invincible. Pff, foutu fierté masculine hein. Mais à la place, le Valentini semblait bien décidé tout à coup à se débarrasser de ses fringues… Ah ouais rien que ça ? Autant dire que sur le coup, Cassidy l'avait un peu regardé en se demandant si ça allait bien dans sa tête, mais apparemment, il voulait prendre une douche… Idée à laquelle elle n'avait aucune objection vu l'odeur. Mais surtout, il avait l'air décidé à ce qu'elle lui donne un coup de main… Ah ? Vraiment ?… Ouais, elle avait bugué un petit instant la pauvre. Assez longtemps pour que le jeune homme lui est commencé à partir devant, en chemise et caleçon, bien que sa progression est été retardé par son étourdissement. Sans trop réfléchir, la Mentali s'était donc relevé pour aller le soutenir et surtout, se placer devant lui pour l'aider avec sa chemise qu'elle déboutonna puisqu'il semblait avoir eu du mal avec elle.

« Euh.. Oui attends une minute, je vais t'enlever ça. C'est dommage que tu te sois mis dans cet état, ça devait être élégant. »

Ben quoi ? Elle n'avait pas le droit d'avoir envie de le voir bien habillé et tout ? Oh zut à la fin hein. En tout cas, elle avait finit par faire glisser la chemise sur les épaules, puis le long des bras de Raffaelo, rougissant alors un peu devant lui qui se retrouvait encore une fois pas très habillé devant elle. A croire que ça allait devenir une habitude à force. Lui faisant finalement passer son bras autour d'elle, elle le soutint du coup un peu pour l'emmener jusqu'à la salle de bain où elle le lâcha finalement. Ben quoi ?.. Il ne comptait tout de même pas se faire laver par elle et tout hein ? Manquerait plus que ça tiens. D'ailleurs, après l'avoir laissé devant la douche, elle s'était tourné pour le laisser un peu tranquille, ne partant pas tout de suite des fois qu'il lui demanderait encore quelque chose. Quoi ? Aucune idée, mais le pauvre, il allait mal après tout. En tout cas, à force de le coller, elle puait l'alcool elle aussi… Merveilleux. Voilà pourquoi elle n'avait pas manqué de renifler.

« Voilà tu… Euh.. Prend une douche oui, ça te feras pas de mal. J'irais sûrement après, ton odeur d'alcool à déteint sur moi maintenant, je déteste ça. »

Ouais, toujours des reproches… Bon, pas tant que ça en fait, mais il fallait bien avouer qu'elle se serait bien passer de sentir l'alcool à cette heure là tiens. Qu'il s'abstienne le prochain coup qu'il voudrait se battre avec un Mackogneur…  
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Jeu 5 Mai - 19:33





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Faut s'appeler Raffaelo pour se battre en combat amical contre un Mackogneur, c'est vrai qu'en fait je vois pas trop comment il pourrait en être autrement après mûre réflexion. C'est un peu stupide, surtout quand on est un humain, et donc pas capable de faire appel à des pouvoirs et tout. Mais non, il aimait bien se battre à main nu contre. parce que comme ça il revenait fatigué et puait l'alcool ? Mouais, non faut avouer qu'il se serait bien passé de se prendre le contenu d'une bouteille dans la face, surtout que sur le coup, ça lui avait bien embrouillé l'esprit et désavantagé pour le combat. Mais il n'y avait pas pensé. Faut dire qu'il ne pensait pas forcément à grand chose à cet instant. Alors du coup... Maintenant il s'en sortait bien donc il avait de quoi être fier ? C'était sans compter sur une O'Doherty qui l'attendait bien tranquillement chez lui pour lui balancer un coussin dans la figure à son retour. Allez savoir, peut-être qu'il avait loupé un peu le coche, que c'était une façon chez les filles de montrer qu'elles sont contente de vous revoir...? Mouais. Non. Vu la crise de jalousie les raison du pourquoi et comment étaient plutôt évidente. Et faut avouer qu'il était pas le plus fort là tout de suite pour argumenter de façon clair pour qu'elle se calme. Peut-être qu'un part de lui-même trouvait ça quand même terriblement drôle de la voir s'énerver pour rien, et mieux, de se dire à quel point elle était jalouse et avait besoin de lui et de son attention. Ah, se sentir indispensable, faut avouer que pour un égocentrique comme lui c'est un peu le pied. Mais bon, la partie de rigolade était terminée, de toute façon elle avait bien vu de quoi il en retournait. Et non sans avoir brièvement expliqué ce qu'il c'était passé -il était temps !- le jeune homme ne c'était pas gêné pour de suite reprendre les bonnes vieilles habitudes de lui demander des trucs. Comme une boisson. Il en avait envie. Et puis bon, cu la tête qu'il tirait c'était impossible de lui refuser non ? Il voyait bien la chose comme ça en tout cas. Et en haussa les épaules lorsqu'elle tenta de marmonner un peu telle une boudeuse qu'elle pouvait pas deviner qu'il avait réellement soif. Ah. Il aurait volontier dit qu'une femme devrait pourtant savoir qu'un homme a toujours raison quand il lui raconte quelque chose, mais finalement, soit il a eut la flemme, soit il s'est dit que c'était une mauvaise idée. Alors... Il garda le silence et son sourire en coin. Un peu vaseux certes, mais il était toujours là celui-là, comme si rien ne pouvait le déloger de sa place !

Bah quoi ? C'est normal de se battre contre un Mackogneur, ça fait un bon exercice, du moins il aimait bien le prendre de cette façon le bougre. Et de toute façon c'était bien connu, les illuminés ont un peu leur propre vision du monde alors bon... Il haussa une nouvelle fois les épaules et répondit d'un air un peu absent. De toute façon il était un peu KO et c'était un peu évident de comprendre pourquoi. Déjà, on pouvait souligner qu'il était fort pour être capable de marcher, de comprendre et répondre correctement avec tout ce qu'il avait eut. Faut dire que ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas subit quelque chose d'aussi éprouvant c'est dire. Et même si c'est fatiguant, une part de lui-même était satisfaite de cette activité. Comme après une bonne journée de travail et qu'on ressent de la bonne fatigue bien comme il faut.

« Baah ouais que veux tu que ce soit d'autre ? C'est au moins la base pour que ce soit un adversaire intéressant. La prochaine fois il pourra pas rentrer chez lui ! Voilà j'ai décidé ! Mais j'ai pas bu alors c'est un détail.

Il y croyait. Car bon, même s'il avait été capable de surprendre le colosse et de le mettre en posture un peu... Inconfortable, mais il fallait se rendre à l'évidence, un être humain ne peux rivaliser de cette façon avec un tel hybride. La nature même est contre ça. Il est moins résistant et fort de nature, c'est normal. L'être humain peut être puissant, très, mais faut pas oublier que c'est son intelligence qui le rend puissant. Et si c'est de cette façon que le Valentini l'avait fait tituber, c'était bien la seule chose qui lui permettait de rester debout face à lui. Mais le battre, jamais. Pas dans un combat à la loyal en tout cas. Et encore, vu la carrure ce ne serait même pas étonnant que ses muscles de titans puissent absorber les chocs ahah. Enfin bref je m'éloigne du sujet. Mais tout compte fait, vu qu'il était un peu ailleurs c'était peut-être une bonne explication au pourquoi il était en train de partir loin dans ses pensées. Laissant alors la pauvre Cassidy seule avec elle-même dans ses bras. Ben quoi ? Il n'avait pas le droit d'être ailleurs ? De toute façon il secoua négativement la tête.

« Mais nan ça va j'te dis, une douche ira.

Il en avait affreusement envie, peut-être parce qu'en plus de sentir l'alcool il avait eut chaud, et ça dans tous les sens du terme hein, ça ne lui ferait certainement pas de mal d'avoir un peu d'eau sur la figure. Mais bien sûr, quand on est bourré, on fait tout de travers. Alors quand on a quelques symptômes de l'homme bourré sans l'être ben... On trouve la chemise qui était cool, soudainement bien difficile à retirer. C'est pourquoi il commença ce qu'il pouvait faire seul non sans soliciter l'aide de la demoiselle pour... Eh bien ça. De toute façon quoi ? Elle n'allait pas lui faire un flan parce qu'il était en caleçon chez lui hein ? Et puis c'est pas la première fois qu'il se change devant elle, voilà tout. Elle a déjà certainement vu le loup de toute façon... Non ? Difficile de dire le contraire en fait. Faut avouer qu'elle avait pas mal d'attributs de la femme qui peut attirer les hommes. Ah ça, même lui ne pourrait pas reconnaître le contraire, car avant de trouver sa façon d'être juste à mourir de rire et donc adorer, les belles formes de la jeune femme avait fortement attiré en premier son attention. Eh ouais. C'est un homme. Mais au diable le débat là-dessus. Il était pas le mieux éduqué du monde et ça c'était pas une nouveauté. Alors... Maintenant qu'il était si peu vêtu devant une femme rougissante, il eut quand mêms son sourire en coin.

« Ahah. Si t'avais été plus réveillée quand j'étais partie tu l'aurais certainement remarqué à quel point j'étais parfait.

Oui, ça va bien les chevilles. En même temps il n'avait pas totalement tord nan ? De toute façon, inutile de s'y attarder, il n'avait plus rien sur le dos. Et c'est certainement parce que c'était cette chemise qu'au final il ne l'avait pas simplement arraché... A moins que ce ne soit le plaisir de voir Cassidy le déssaper... Ahah. Allez savoir. Mais alors qu'il s'appuyait légèrement sur elle pour se rendre de façon plus linéaire dans la salle de bain, il faut avouer qu'il avait son sourire un peu... Pervers. Eh oh, on ne juge pas ok ? De toute façon le voilà maintenant face à sa douche, et ne se fit pas des masses prié pour rentrer dedans. Même si... Les paroles de la jeune femme ne sont pas tombées dans l'oreille d'un sourd. Oh que non.

« Ouais ouais...

Fit-il sur un ton un peu las, alors qu'il alluma directement l'eau pour... Eh bien... Se la verser sur le visage. Oubliant un peu qu'il avait gardé son bas. Faut avouer qu'en fait il pensait un peu à autre chose. Il souffla même pour lui même, certainement qu'elle ne l'a pas entendu, le son de sa voix étant couvert par le bruit de l'eau qui tombe.

« Tu vas pouvoir te doucher plus vite que tu ne le penses...

Et ni une ni deux. Maintenant que les idées se mettaient petit à petit au clair au fur et à mesure que l'eau couvrait l'odeur de l'alcool. Ignorant même le sang qui coulait légèrement -au moins ça s'en va !-, il poussa alors sans ménagement les gels douches. Provoquant alors un boucan, donnant carrément l'impression que le bougre était tombé dans le fond du bac à douche en fait. Mais il n'en était rien. De toute façon à peine la jeune femme retournée et approchée pour voir ce qu'il en était et s'assurer que tout allait bien. Qu'il la tira alors par le bras avec un sourire en coin. Au pire, ils glissaient les deux et se retrouvaient assit par terre bien sagement, c'est pas bien grave. Mais son sourire en coin n'en était pas moin satisfait, tandis que ses yeux se perdirent un instant sur le reste du corps de la jeune femme avant de la regarder dans les yeux.

« Quelle maladroite franchement c'est pas possible. Mais bon. Au moins. Tu es moins dérangée par l'odeur de l'alcool miss Jalouse ?

Cet homme est impitoyable et ce avec tous le monde. Mais c'est certainement ce qu'elle aimait tant chez lui. Cassidy était une masochiste, c'est une évidence.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Sam 7 Mai - 22:35

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Raffaelo était un homme tous ce qu'il y avait de plus désespérant. Même Cassidy qui était tout de même folle amoureuse de lui s'en rendait bien compte, c'est dire si son cas était perdu d'avance. Bien sûr, la jeune femme voulait bien tenter de l'aider à s'améliorer, mais étant elle-même un cas et surtout, possédant de drôle de goût vue ses fréquentations, la pauvre n'allait pas tellement l'aider finalement. De toute façon, Raffaelo était perdu. Il suffisait de l'entendre dire qu'il lui fallait au moins se battre à mains nues avec un Makogneur pour avoir un peu de challenge… Eh ben, vivement que lui et Cassidy trouve d'autres activités à faire ensemble, histoire qu'il lâche un peu ce genre de jeux. Il essayait de voir en combien de coup il aurait une commotion cérébrale ou quoi ? Quelque chose du genre sûrement, mais la jeune femme n'était pas spécialement pour en fait.. Pas du tout même. Mais pas sûr que ce dernier lui demande son avis avant de partir dans les conneries telles que celles-là. Ce n'était pas son genre de demander l'avis de quelqu'un après tout, mais bon… Peut-être qu'avec le temps, il se calmerait… Un peu… Enfin elle pouvait toujours rêver quoi.

En attendant, le Valentini n'était pas au meilleur de sa force et cela se voyait bien. Il ne voulait pas trop l'admettre, disant qu'il avait tout simplement besoin d'une douche et que ça irait surement mieux après, mais la jeune femme elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour lui et son état de santé. Ils n'étaient pas ensemble depuis bien longtemps, mais elle avait presque l'impression que cela devenait une habitude en fait… Elle l'avait déjà vue aller mal. Elle avait même cru à sa mort à un moment, grâce à l'humour tordant de son homme et d'un médecin. Du coup, s'il pouvait se calmer sur les combats à mains nues et les attaques à mains armées, elle lui en serait sûrement très reconnaissante. Mais en même temps, si elle voulait avoir la paix, elle aurait du sortir avec son boulanger hein. Mais Raffaelo qui faisait des croissants, c'était tout de même nettement moins sexy à imaginer hein… En même temps, elle était chelou dans sa tête cette fille. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas parce qu'il faisait des conneries que Cassidy n'était pas prête à aider le jeune et ainsi, elle l'avait aidé à retirer cette chemise qui semblait lui causer des difficultés. Ce qui en disait long sur son état si déboutonner une chemise n'était pas dans ses cordes.

Mais bon, comme monsieur était têtu et maintenant son avis comme quoi une douche suffirait à le guérir, Cassidy ne pouvait pas y redire grand-chose. En fait, à part se contenter de l'aider et de rougir après coup devant son homme pas très habillé, non, elle n'avait pas trouvé grand-chose à faire la pauvre. Mais en même temps… Voilà hein. Il était assez beau-gosse tout de même cet idiot, du coup… Ben oui, elle ne pouvait pas s'empêcher de le regarder. C'était mal ? Pas tellement. Du moins, Raffaelo lui ne semblait rien avoir contre, pas du tout même, il avait l'air fier, avec son éternel sourire au coin des lèvres. Sourire que Cassidy n'était toujours pas certaine de détester ou d'adorer… Un mélange des deux certainement, mais il lui allait tellement bien. A sa phrase, la Mentali avait finit par bafouiller un peu, cherchant alors à l’entraîner vers la salle de bain pour l'aider.

« J-je.. J'avais déjà remarqué hein, mais t'as l'air tellement bien informé sur ta perfection que ce n'est pas la peine de t'en parler je suppose. T'es assez doué pour t'auto-complimenter. »

Ben ouais, autant dire que son ego perçait le plafond et que tout le monde s'en rendait compte. Mais bon, ce n'était pas dérangeant...Sûrement ? Enfin, s'il était très doué pour se faire des compliments à lui-même, ce n'était pas le cas pour en faire à la jeune femme qui squattait chez lui en général hein. Mais bon, elle avait l'habitude… Ou plutôt, pas l'habitude qu'on lui en fasse de toute façon, donc elle n'attendait pas. Bref, elle avait donc conduit le Valentini jusqu'à la salle de bain, le laissant s'appuyer sur elle le temps du trajet et le lâchant finalement directement devant la porte de la douche. Bon… A partir de là, il devrait s'en sortir tout seul non ? Parce que bon, il était tout de même rentré chez lui tout seul comme un grand, donc juste se prendre une douche, cela n'allait pas être la mer à boire d'après elle. Voilà pourquoi, elle semblait bien décidé à le laisser se débrouiller, s'éloignant même de lui en se dirigeant vers la porte tout en lui précisant qu'elle viendrait prendre sa douche elle aussi après. C'était simple et faisable comme ça, non ? Hm… Oui, mais pas sûr que le Valentini voit les choses ainsi en fait. Avant même que la jeune femme est pu passé la porte, un vacarme attira son attention dans la douche et ni une ni deux, elle s'était précipité pour voir ce qu'il se passait, imaginant déjà le jeune homme vautré par terre. Seulement voilà, une fois arrivé devant la douche, elle n'eut pas vraiment le temps d'observer ou de réfléchir que… Plouf.

Bon, pas plouf en fait, elle n'avait pas plongé dans une piscine non plus, mais d'un coup, la jeune femme sentit un jet d'eau chaude l'arroser, trempant alors ses cheveux et ses vêtements par la même occasion. Ok. Que… Quoi ?! Elle avait glissé ou bien ?.. Ah ben non, visiblement, c'était le Valentini qui l'avait tiré avec elle, et dans la foulé, comme elle avait essayé de reprendre l'équilibre sans succès, elle n'avait rien trouvé de mieux que de s'accrocher à lui pour le faire basculer avec elle, se retrouvant alors par terre… Enfin, sur lui quoi. Merveilleux, ils avaient l'air malins comme ça tiens ! Enfin, Raffaelo lui avait surtout l'air fier, tandis que la jeune femme avait encore du mal à comprendre comment elle s'était retrouvé dans cette galère. Hey… Elle n'avait rien demandé elle hein.. Enfin si, une douche, mais après lui, pas en même temps et… tout habillé. Elle avait l'air maline avec sa robe toute collé à sa peau maintenant tiens et plus, le Valentini semblait dire que c'était de sa faute. C'était le bouquet ça tiens.

« Hein, mais… J'ai rien fait moi, je venais juste voir ce qu'il se passait ! »

Ok, c'était la reine des catastrophe quand elle s'y mettait, mais ce n'était pas une raison pour tout lui foutre sur le dos quand elle n'y était pour rien hein. D'ailleurs, après avoir râlé un peu en disant qu'elle n'y était pour rien, la jeune femme s'était réveillé un peu et s'était pour le coup bien rendu compte de la situation, pour le moins… Embarrassante. Ils étaient vraiment collé comme ça là ? Surtout que le Valentini n'était pas très habillé hein et elle ben… Pas de bol, ses vêtements était trempés. Regardant le Valentini en face, elle resta un instant en arrêt, le temps de réaliser avant de rougir franchement pour le coup et de tenter de se décoller un peu de lui en se redressant. Pendant quelques secondes, elle se mordit légèrement la lèvre sous le coup de stress avant de tenter de se reprendre un peu. Aller ma fille, c'est pas grave, c'est rien même ! Rien du tout…

« T'es fier de toi ? Ma robe est trempée et j'ai rien pour me changer ici. Tout ça pour faire une blague… T'es vraiment un gamin… »

Si elle l'engueulait ?… Non, pas vraiment en plus. Elle était plus gênée qu'autre chose en fait et n'arrivait pas à mettre vraiment du reproche dans sa voix. Cette proximité ne l'aidait pas, mais alors pas du tout. La manière dont elle tenta de regarder ailleurs, n'importe où sauf là où elle pourrait croiser le regard du jeune homme le montrait bien. Il était proche, trop proche même, il cherchait quoi à la fin ?… Oui bon, pas besoin de faire un dessin, mais quand même, il avait besoin de la tirer sous l'eau tout habillé ? Ben on va dire que oui, c'était le style Valentini. Du coup, elle était censé faire quoi ? Le frapper et se casser ?.. Ouais mais non le pauvre. Enfin le pauvre, il avait toujours la force de faire des farce moisie au moins hein. Cela, on ne pouvait jamais lui retirer. Lâchant un soupire, la jeune femme ne sachant pas trop quoi faire de ses mains finit par attraper le gel douche qu'il avait fait tomber pour lui tendre. C'était un crétin, mais fallait bien la faire partir quand même l'odeur d'alcool hein, ou au moins la masquer avec autre chose de plus agréable pour le nez.

« Tiens, puisque t'as l'air de te sentir mieux tout à coup, finit de faire partir l'odeur d'alcool. »

D'un geste, elle s'était un peu écarté, avec l'idée première de virer sa robe. Ça lui collait à la peau, c'était désagréable… Mais en fait non hein. Enfin, dans un sens, elle pouvait bien virer ses vêtements devant lui puisqu'il ne se gênait pas lui, mais booon… Pourquoi lui faire ce plaisir ? Parce qu'elle était gentille ? Pff, il ne méritait pas.. Pas du tout même !  
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Mar 10 Mai - 19:56





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Qu'est-ce qu'il était con ce mec. Non seulement il se payait le luxe de revenir dans un état pas très glorieux, mais en plus il se permettait de faire genre que tout va bien il gérait, comme s'il était le boss de l'affaire. Pourtant il payait pas de mine, et c'était encore pire tout à l'heure quand il était encore en compagnie de son « grand ami » Doppo hein. Il avait juste l'air un peu con, assit dans l'herbe à essayer de se reprendre. A tenter de se dire qu'il n'avait pas si mal géré en s'en sortant ainsi, tout en s'étant fait battre d'une certaine façon. Ben ouais, c'est bien lui qui c'était fait porté comme un sac à patate sur l'immense épaule du colosse qui lui avait trouvé le moyen de se rappeler que les flics allaient débarquer. Il aurait eut l'air encore plus con tient de finir en garde à vu. Et pour le coup, Cassidy ne l'aurait même pas vu revenir et du coup l'aurait vu le lendemain l'air pitoyable, puant alors l'alcool et en plus revenant le lendemain matin après avoir passé un nuit tout sauf agréable et confortable au poste de police. Bravo monsieur Valentini, il aurait fait fort tient, se faire attraper par la police parce que monsieur était trop sonné par un combat, pour un criminelle qui se vante de jamais s'être fait attrapé, voilà qui aurait pu ternir à la réputation du beau tueur si cela c'était réellement produit et que cela se faisait savoir tient. Mais bon, on a limité les dégâts, on va dire qu'il n'avait qu'à passer sous silence quelques détails et paf, ça passait comme sur des roulettes. Enfin, ça serait parfait si la pauvre O'Doherty trouvait le moyen d'être un peu plus admirative à son égard qu'inquiète mais bon, c'était peut-être trop demandé à une femme amoureuse. Heureusement qu'il était là pour s'auto-complimenter, comme elle l'avait si bien fait remarquer. Ben ouais, on est toujours bien servit quand c'est pour soit même sachez-le !

Enfin bref, qu'il arrête un peu de ricaner ou d'avoir son sourire en coin, il était temps pour lui de se prendre un peu d'eau sur la figure pour lui remettre les idées en place tient. Et ça marchait plutôt bien, à peine le jet d'eau sur la figure que notre homme se retrouvait à se frotter le visage pour se remettre un peu en marche. A tel point que ça y est, il avait déjà des idées rien qu'avec ce qu'elle disait. La pauvre... Déjà en train de préparer des mauvais coup, c'était plus fort que lui ou bien ? De toute façon, il ne lui laissa même pas le temps de sortir de la salle de bain avant de l'attirer à nouveau, comment ? Boh, un peu de bruit devrait certainement la faire revenir, soucieuse de son bien être, elle devait penser qu'il était tombé un truc du genre. Chose qui arriva oui, mais seulement lorsqu'il la tira sans prévenir dans la douche, pour se retrouver à basculer alors sur le sol avec elle, souriant en coin, avec une femme sexy sur lui, voilà qui était un bon moyen de prendre une douche en fait. Il ne tarda pas de faire souligner la chose avec son humour bien à lui, c'est à dire de l'ironie pure et dure. Pour son plus grand plaisir...

Lorsqu'elle tentait de se justifier, il en eut un sourire en coin, voir même un léger ricanement. Mais oui elle n'avait rien fait, bien sûr qu'il le savait, c'était après tout lui qui venait de la tirer tout habillée sous l'eau. C'était un gamin ? Peut-être oui. Mais certainement qu'au final un gamin ne verrait pas exactement la même chose que lui, comme quoi par exemple ? Ben disons le franchement, mais avoir une demoiselle avec la robe mouillé sur lui, ça n'avait rien d'un spectacle désagréable au contraire. Elle était très bien fichue cette femme, ça il le savait déjà, c'est pas comme s'il n'avait pas déjà eut l'occasion de la voir en maillot de bain à leur deuxième rencontre hein. Mais si proche c'était pas exactement pareil. Cela donnait un côté à ses yeux tellement sensuel... De quoi lui faire agrandir son sourire en coin voir même se mordre pendant un bref instant ses lèvres. Allez savoir ce qu'il avait imaginé pendant un bref instant... En fait vaut mieux pas qu'elle le sache de vive voix, cela lui ferait peur la pauvre. De toute façon, il se contenta de répondre avec un air faussement innocent qui était tout sauf crédible.

« Moi ? Mais j'ai rien fait, c'est pas ma faute si tu as glissé ma belle.

Ben non, ça pouvait pas être de sa faute hein, comment pouvait-elle oser l'accuser de cette façon voyons ! Comme s'il était du genre à faire ce qui lui passait par la tête sans demander l'avis des autres. Comme s'il était un pervers finit qui. Bon ok j'arrête c'est pas crédible. Alors à la place, lorsqu'elle se releva , il se contenta de se redresser pour y trouver une position plus confortable, même si c'était en fait carrément chelou comme position et point de vu. Avant de se prendre devant les yeux le gel douche. Décidément, que d'invitation. Il se releva alors à son tour pour lui faire fasse. Gardant cette proximité quasiment obligatoire en raison de l'endroit où ils se trouvaient, il avait alors attrapé le gel douche pour commencer à se l'étaler sur une partie de son corps. Comme les bras et le torse par exemple, c'est un plutôt bon début non ? -même si dans le cas présent c'était un peu con d'avoir gardé le caleçon mais bon, on va garder un peu sa pureté à la jeune femme, pour l'instant. Eheh. Non. Rien, j'ai rien dis, hein Raffy, tu n'as rien dit n'est-ce pas ? Ahem.

« A tes ordres. Eheh. Mais... Que dis tu de retirer cette robe qui semble tant te gêner ?

Il avait alors arrêté de se savonner pour lui attraper le menton, lui soufflant du coup légèrement sur les lèvres en même temps pour la regarder, l'admirer, et surtout voir l'effet que cette parole lui faisait. Rouge, c'était amusant, et mignon. Souriant en coin, il haussa les épaules.

« Fais comme tu veux, mais regarde. Tient, tu n'as qu'à te mettre à l'aise, je me met de dos, je ne vois rien. Et puis, tu pourras me savonner le dos.

Il avait toujours ce sourire, tout en lui remettant alors le gel douche dans la main et s'exécutant pour se mettre dos à elle, retirant alors ses cheveux qui traînaient dans son dos, prenant même la peine de les détacher. Il attendit de voir... Si elle agissait. Le ferait-elle ? C'est pas vraiment un secret de dire qu'il aimerait bien hein. Entre avoir une nana en sous vêtement sexy qui vous savonne le dos et devoir se lave tout seul, y a pas photo. Autant joindre l'utile à l'agréable comme on dit. Il n'était pas si méchant, puisqu'il c'était tourné. Même si la tentation de se retourner pour voir si elle le faisait était tentante... Alors miss ? Que fais-tu ?


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Sam 14 Mai - 18:38

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Qui se ressemble s'assemble comme dit le dicton. Si c'était vrai, Cassidy était nettement plus casse-pied que ce qu'elle aurait cru. La pauvre s'estimait pourtant dans la moyenne, sachant emmerder son monde quand l'envie lui prenait, mais ne se vouant pas uniquement à ce but ultime qui est de faire péter les plombs à son entourage constamment… Contrairement au Valentini qui semblait avoir fait de du cassage de pied de son prochain un sport Olympique où il était le champion incontesté. Ouais, même comme ça, on arrivait à dire qu'il était le meilleur et à gonfler son ego, c'était grave tout de même. Mais bon, il fallait bien admettre que Cassidy avait beaucoup de mal à lui trouver des défauts. C'était son Raffaelo, ils sortaient ensemble et tout !… Bon ok, ils avaient un peu dit ça de façon étrange et pas de déclaration d'amour enflammé, mais pour eux, c'était pareil. Elle avait même les clés de chez lui après tout, cela voulait bien dire quelque chose, non ? Ouais, apparemment, ça voulait dire que le Valentini n'avait même plus besoin de se déplacer jusqu'au casino pour lui jouer de sale tour. Bravo l'artiste.

Pourtant, Cassidy devrait en avoir l'habitude à force, non ? Ben visiblement pas, mais en même temps, le fourbe l'avait amadoué en jouant les grands mourants encore une fois. Bon, il devait y avoir une bonne part de vrai dans son état, car se battre avec un Mackogneur, pour un humaine ce n'était pas une sinécure. Mais puisqu'il semblait tout de même en état de faire des blague et de lui jouer de mauvais tour, il devait bien vite s'en remettre finalement. Quoi qu'il en soit, croyant que son pauvre Raffaelo s'était royalement vautré dans sa douche – ce qui aurait été pathétique hein – la jeune s'était précipité sans réfléchir dans la gueule du loup. Et bam, pas le temps de s'en rendre compte quelle était sous la douche, trempé de la tête au pied et surtout collé au Valentini qui semblait assez content de lui, bien qu'il soit aussi tombé avec elle du coup. Et en plus ? Il accusait le côté maladroit de la jeune femme et non sa fourberie à lui. Franchement ce type… Si elle n'était pas folle amoureuse de lui, il passerait un sale quart d'heure tiens ! Mais pas de bol, elle n'avait la volonté, ni la force pour avoir le dessus donc… Ben autant faire avec et le traiter de gros gamin. Ce qu'il était sans nul doute, même lui ne pouvait le nier, quoi son culot le pousserait certainement à le faire s'il en avait envie.  Juste parce qu'il devait avoir raison.

N'empêche, cette positon qu'il avait provoqué était assez… Gênante. Surtout parce que monsieur n'était qu'en caleçon et Cassidy en robe mouillé et donc… Collante. Ahem. Pas étonnant que Raffaelo est ce petit sourire en coin. Oui, il devait être très fier, alors que la jeune femme elle n'avait qu'une envie, aller se cacher dans un petit trou de souris… Pas de chance, le chat qu'elle était ne rentrait sûrement pas dedans. Voilà pourquoi elle s'était contenté de se relever, non sans répondre à son compagnon avec un regard qui disait clairement à quel point elle croyait à sa pseudo innocence.

« Mais oui, c'est ma faute. Le prochain coup, je me méfierais plus de toi. J'avais raison, tu aurais fait un très bon serpent. »

Oui, quand elle le prenait pour un Arbok… Il fallait dire que c'était à raison. Type poison, fourbe, violet, bref c'était le pokémon parfait pour lui. Mais non, monsieur était un humain pure souche. Pff. Quoi qu'il en soit, il fallait bien qu'il se débarrasse de cette odeur d'alcool puisqu'il était là et la jeune femme lui avait donc passé le gel douche… Pas rancunière hein. Quant à elle ? Elle se battait un peu avec sa pauvre robe qui lui collait à la peau, rougissante devant le côté révélateur que cela avait sur son corps.. Ben ouais, plus moulant tu meurs du coup, elle n'avait pas prévu ça de base quand elle parlait de prendre une douche. Lui ayant pris le gel douche, le Valentini semblait d'ailleurs bien l'avoir remarqué puisqu'il lui proposa dans la foulé de s'en débarrasser… Ce qui était sans doute la meilleure chose à faire, mais qui n'arrangeait pas ses affaires à elle compte tenu du sourire qu'affichait le jeune homme. Génial, de pire en pire. Mais alors qu'elle alla pour lui répondre, elle sentit la main de Raffaelo sur son menton, lui tout proche compte tenu de l'endroit, qui soufflait un peu sur ses lèvres… Faisait chaud ici ou bien ? Ahem. En tout cas, la pauvre fille un peu paumé là était face à une proposition. Celle de son homme qui allait donc se tourner et la laisser tranquille le temps qu'elle fasse ce qu'elle voulait.

Vraiment ?… Il pouvait se contenter d'être.. Sage ? La surprise avait vite laissé place à un regard assez méfiant de sa part. Il fallait la comprendre aussi, Raffaelo était le roi des coups tordus, même avec elle. Du coup, elle l'imaginait déjà donner de petit regard en arrière… Pervers va. En même temps.. Qui pouvait lui en vouloir ? Ils sortaient ensemble hein, il était donc normal qu'il.. Tente ? Il faudrait qu'ils parlent de certaines choses à un moment ou un autre d'ailleurs. En attendant, la Mentali sembla réfléchir un instant, jetant un coup d’œil à sa robe trempé avant de lâcher un soupire. Bon, de toute façon, ça qui colle à la peau ou juste en sous-vêtements, c'était pareil à ce stade hein. Ce n'était pas pire qu'être en maillot de bain aussi d'ailleurs. Voilà pourquoi, elle lui indiqua tout de même qu'elle se méfiait avant de se tourner un peu elle-même.

« Mouais, j'ai du mal à croire que tu puisse être sage. Mais gare à toi si tu ne tiens pas parole. T'es censé être blessé je te rappel, pas mâter ta copine sous la douche en l'y traînant de force. »

Ouais, de force !… Ok, ça faisait violent dis comme ça, mais il ne lui avait pas demandé son avis et elle se serait bien passé de finir toute habillé sous la douche hein. Elle aurait pu attendre, mais bon. Se retrouvant du coup avec le gel douche dans les mains, le Valentini lui faisant dos, la jeune femme déposa le produit sur l'étagère juste à côté pour finalement ouvrir sa robe et… Jeter un nouveau regard au violet. Mouais… Sage, aller on y crois. Bref, pas mécontente de se dépêtrer de ce truc collant et désagréable du coup, la jeune femme balança sa robe un peu plus loin avec l'idée de la laver et de la faire sécher un peu plus tard. Il fallait bien de toute façon, elle n'avait pas de vêtement de rechange ici… Reprenant finalement le gel douche, elle en versa entre ses mains avant d'hésiter un instant. Il voulait quoi déjà lui ? Qu'elle lui savonne le dos… Pff et puis quoi encore ? Il s'était trop fait servir dans sa jeunesse ce mec, elle avait autre chose à faire hein !… Ou pas en fait. Et puis… Boon, même de dos, il n'était vraiment pas désagréable à voir le bougre, musclé et tout.. Raaah, mais pourquoi il était beau ce connard ?! Pour la peine.. Ben elle le faisait attendre, nah. Elle d'abord. Du coup, elle s'était savonné un peu, le poussant même un peu avec la main au passage pour profiter un peu de l'eau, elle finit pour de même par se rapprocher derrière lui pour passer ses mains dans son dos.

« V'là, t'es content ?… Tu pourra pas dire que je m'occupe pas de toi... »

Non franchement, il avait toute son attention, même s'il ne la méritait pas toujours en fait. Mais bon… Ce n'était pas désagréable pour elle hein. Elle n'aimait pas avoir l'impression de tout lui céder, mais bon… Il avait eu une dure journée le pauvre, ce n'était pas la mort de lui frotter un peu le dos. C'était même agréable de balader un peu ses mains et puis dans son dos, elle était caché de sa vue au moins. Et son regard à elle alors ? Il allait surtout ailleurs, il faut bien le dire. Elle n'avait pas envie de croiser son regard si jamais il tournait la tête en fait, c'était gênant. Cela dit, sans trop le chercher, son regarde s'était posé sur les cheveux du Valentini qu'il avait détaché un peu plus tôt. Belle couleur ce violet, plus foncé que celui de ses propres cheveux si elle les laissait au naturel. Mais une tâche plus foncé marquait pourtant l'une de ses mèches. Ah ben bravo, il s'était foutu du sang dans les cheveux en prime… Vu la longueur en même temps, c'était logique. Voilà pourquoi, elle avait finit par attraper ses cheveux entre ses doigts pour les mouiller et frotter histoire de faire partir ça.

«  T'as vraiment fait n'importe quoi, regarde tes pauvres cheveux. Attends un peu.. »

Ouais, les cheveux c'était sacré… Et puis elle aimait beaucoup les siens, ce n'était pas un secret. Voilà pourquoi elle avait forcément pris un peu de shampoing pour tenter de faire partir le sang comme il fallait, ne faisant du coup plus trop attention à ce qu'il faisait de son côté… Mais bon, il avait dis qu'il serait sage de toutes façons, non ?  
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Jeu 19 Mai - 20:10





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

C'était pas partit un peu en sucette là ? Juste un peu. Pourtant, Raffy n'avait fait que rentrer... Chez lui. Un peu mal, mais rien de bien grave. Avec pour seule envie de se poser un coup et surtout prendre une douche. Alors non sans mal. C'est à dire après s'être mangé une femme jalouse qui balance des objets dans la figures, le voilà enfin sous l'eau. Il aurait très bien put juste se contenter de rester un peu sous l'eau chaude, de profiter du calme qui l'apaisait, tant son corps que ses oreilles en fait au vu le bruit qu'il avait dut supporter dans ce bar remplit de sauvage braillard -dont il savait très certainement très bien faire partit quand il voulait-. Mais y a pas à dire, rester comme ça, sans bouger, l'avait apaisé. Mais comme si le Valentini ne pouvait rester sage pendant plus de deux minutes. Il ne lui avait fallut pas grand chose pour le ramener sur terre et lui rappeler qu'il pouvait très bien faire des siennes, juste quelques paroles de la jeune femme. Comme quoi maintenant à cause de lui elle avait fortement envie de prendre une douche aussi. Eh bien ce n'est pas un problème mademoiselle ! Il suffisait de demander ! Et surtout de l'attirer à nouveau vers le lieu du crime pour pouvoir la tirer sous l'eau sans d'avantage forme de politesse. Et voilà. Bingo, une Cassidy toute mouillé et habillée, sur un Raffy fier de lui. Il avait de quoi. Il était un homme, et pas des plus prude faut l'avouer, il ne s'en cachait pas, la femme avait des courbes qui lui avait tout de suite tapé dans l'oeil, au tout début de leur rencontre, avant même qu'il ne puisse mettre un nom sur sa frimousse. Pourtant, elle était là, sur lui, dans une tenue des plus tendancieuse, avec des rougeurs qui lui donnait affreusement envie d'aller chercher la petite bête. Mais par un respect qu'il avait acheté certainement au super-marché du coin à un prix inconnu de tous, il n'avait rien fait. Mis à part un peu se moquer, mais ça, c'est comme une tradition familial chez lui, on ne pouvait pas lui reprocher à force. De toute façon, Cassy devait bien être la personne qui le lui reprochait le moins sur cette terre, c'est peut-être pour ça qu'elle était encore là. Une masochiste finit qui arrive à le supporter sans trop rien dire. Trop forte cette femme.

Ainsi redressée dans cette position des plus agréable selon lui, il n'avait d'ailleurs guère tardé à la taquiner un peu, cherchant alors les rapprochement légers, juste pour la regarder rougir, être un peu mal à l'aise, sans jamais le repousser, certainement parce qu'une petite voix lui soufflait qu'elle aimait bien ça. Peut-être. Mais bon, il était visiblement sage. Étonnant non ? Il ne tenta rien. Hors cette taquinerie, il l'avait alors lâcha pour lui dire qu'il allait se retourner pour la laisser se mettre à l'aise. Quelle galanterie... Raffy renoncerait-il réellement à un beau spectacle pour les yeux pour préserver... Quoi ? La timidité de Cassidy ? Faut avouer qu'en fait elle n'avait pas vraiment le caractère d'une femme timide c'était un peu bizarre en y réfléchissant. Mais il ne se posait tout de suite pas plus de question que ça. Partant du principe que cela devait être un principe de bonne femme, de pas trop se laisser faire au début parce que sinon femme facile et tout tu vois. Il haussa les épaules, assez peu affecté qu'on l'accuse d'une telle agression envers cette pauvre femme sans défense ahah.

« Je n'ai rien fait voyons. Je t'ai juste rendu service, tu devrais me remercier même ma belle tu voulais te doucher !

Et c'est sur ces paroles qu'il lui tourna le dos. Parce qu'en plus il lui suggérait de lui frotter le dos. Eh bien quoi ? Elle était là, autant que cela soit agréable non ? C'est bien plus facile d'avoir quelqu'un pour le faire. C'est mal fichu quand même hein. Mais bon, la demoiselle ne semblait sur le coup pas décidé à le faire bien gentiment, puisqu'en fait, alors qu'il était les yeux clos, à bêtement attendre, au lieux de sentir des mains de femme lui caresser le dos, il sentit une femme bouger mais surtout le pousser pour alors se rincer. Sérieusement ? En tout cas, autant le dire qu'il ne se gêna pas pour jeter un regard en biais pour regarder ce qu'elle faisait. Et donc voir une Cassidy en sous-vêtement en train de se rincer. Et faut avouer qu'il s'attarda plus sur ce qu'il voyait que sur ce qu'elle faisait en fait... Avant de bon. Se dire qu'il pouvait une fois tenir parole et donc. Regarder le mur. Heureusement qu'elle se rattrapa en commençant enfin à faire ce qu'elle lui doit -oui elle lui devait t'as vu un peu?-. Le regard en biais une nouvelle fois, il ricana.

« Mais voyons c'est parfaitement normal, de toute façon, c'est pas comme si c'était une plaie pour toi, ça doit être un moment qui t'es agréable.

Il souriait en coin. Ouais, il s'aime ce type ça se remarque, il a certainement plein de bonnes raison, il est plutôt beau, musclé. Le type de gars qui peut attirer les regards même si ce n'est pas son genre. Et ça il s'en amusait beaucoup, s'amusant alors à titiller cette pauvre Cassidy en soulignant qu'elle devait certainement être charmée par son corps et donc apprécier ça. Elle ne pouvait le nier non ? En tout cas, il resta ainsi. Sage. Enfin. Faut avouer que lorsqu'elle se colla légèrement à lui, le Valentini resta alors à fixer le sol pendant quelques instant. Se disant que penser à autre chose serait bien, mais que finalement, imaginer une fille à moitié à poil en train de vous frotter doucement le dos, c'était bien mieux... Il s'en mordit même doucement la lèvre lorsqu'elle remarqua pour ses cheveux, bougeant alors pour alors commencer à les lui frotter. Lui ? Eh bien pour le coup, il gardait le silence. Pendant de longues secondes. Avant de tourner encore légèrement la tête pour la voir faire. Vu qu'elle ne le regardait pas, cela lui donnait un air innocent qui faut avouer, pour le Valentini, était une raison presque rêvé pour avoir envie de chercher bien plus. De la pervertir un peu. D'y toucher et surtout y goutter. Il resta comme ça. À se demander ce qu'il devait faire. Le mieux était certainement de rester comme ça sans bouger. Mais une part de lui-même ne pouvait pas s'empêcher de lui dire de bouger quand même. Alors ? Eh bien. Sans rien dire, il avait attrapé ses cheveux pour les mettre dans son dos, tous, la tête toujours tournée légèrement vers elle. Lui donnant alors un accès plus simple à sa chevelure. Étrangement -même si l'eau devait y être pour quelque chose- les idées étaient plus clairs hein. Finalement, il eut un sourire en coin naturel qui est revenu et se retourna d'un coup.

« Hm laisse moi te rendre la pareil.

On pourrait presque trouver ça gentil, si c'était pas dans cette situation et avec ce sourire. Pourtant, il avait de toute façon dans la foulé passé ses bras autours d'elle, ses mains glissant le long de sa colonne. Tandis que ses lèvres étaient venus souffler sur ses lèvres mouillées par l'eau de la douche. Il ne bougeait pas, comme ça, effleurant doucement, se faisant même monter la tentions d'un cran au dessus tout seul. Tandis que ses doigts effleurait son dos et légèrement ses hanches. Là ses lèvres se posèrent sur les siennes. Ce qui était partit d'une idée de baiser plutôt chaste dériva rapidement en un baiser un peu plus recherché. Il avait tenté de s'incruster un peu chez elle, d'approfondir. Cherchant alors sa langue avec la sienne pour entamer des caresses qu'il appréciait. Sa main gauche était alors crispée sur sa hanche, peut-être tendant légèrement sur sa cuisse. Tandis que la deuxième était remonté. Effleurant alors l’agrafe de son soutif sans jamais réellement le défaire. Comme si une part savait encore se tenir. Pourtant, il n'hésita pas à tenter de reprendre se baiser une fois le souffle reprit. Une petit voix le titilla de retirer ce haut. C'est pourquoi sa main glissa et s'y attarda un peu... Une des attaches se défit certainement, mais il ne continua pas. Ne l'enlevant pas. Hm. Je crois que c'est monté un peu d'un cran. Pourtant, il l'avait malgré lui engagé de façon doucement, son visage avait longtemps tourné autours du sien, avant de l'embrasser doucement, avant de chercher progressivement plus. Et faut avouer. C'est pas ce qu'il y avait de mieux pour le tenir sage. La pente commençait à être de plus en plus incliné, semblant alors le pousser à se laisser glisser sans poser d'avantage de questions.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Mer 25 Mai - 22:52

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Bon… Ok. Il faudrait tout de même prendre cinq minutes pour expliquer à Cassidy comment elle en était arrivé à une situation pareil. Elle n'avait pas pour but de l'engueuler ? Juste après de le soigner après son combat ? Et maintenant quoi ? Elle se retrouvait dans la douche avec lui. C'était une idée ou… Ce mec arrivait à faire d'elle exactement ce qu'il voulait ? … Stop. On ne va pas répondre à cette question, ce serait bien trop humiliant là. Disons seulement que l'amour pouvait rendre Cassidy très conciliante, chose qu'elle aurait absolument voulu éviter, mais ce n'était visiblement pas un choix qu'elle devait faire. Ou peut-être n'avait-elle pas la volonté de le faire, c'était compliqué. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas parce qu'il l'avait traîné contre son grès sous la douche qu'elle allait lui faire plaisir et se mettre à son service hein ! Bon… Dans un sens, juste lui frotter le dos, ce n'était rien non ?… Raaah, faiblarde. Encore une fois. Il faudrait vraiment qu'elle pense à l'avenir à ne pas se retrouver en public avec Raffaelo. Ce ne serait vraiment, mais alors vraiment pas bon pour son image. Toutes ces années passées à essayer d'endurcir la Mentali, à en faire une femme forte, capable de diriger son futur clan d'une main de faire… Ah ben.. Sa famille adoptive serait certainement dépité de voir qu'un mec aux cheveux violets avait débarqué d'un coup pour tout casser. On ne vous remercie pas monsieur Valentini.

Pourtant, lui pensait visiblement qu'elle lui devait des remerciements. Parce qu'il lui avait permit de prendre sa douche plus vite ou quelque chose du genre… Mais bien sûr. Son ego n'avait-il pas de limite ? Visiblement pas, voilà pourquoi la réflexion avait tout simplement fait lever les yeux aux ciel à la jeune femme. Qu'importe de toute manière, puisqu'il lui avait tourné le dos, mais inutile de renchérir là-dessus, il voudrait toujours avoir le dernier mot de toute façon. Il serait capable de survivre à n'importe qui juste pour ça. Même à dieu !… Ah non, c'était lui dieu. Enfin qu'importe. Cédant finalement à sa demande, la jeune femme s'était collé dans son dos, se disant qu'au moins à cette place, s'il lui venait l'idée de promener son regard, il aurait plus de mal à la regarder comme il en aurait envie. Enfin, il ne fallait pas sous estimer le Valentini quand il avait envie de faire quelque chose, mais elle pouvait bien espérer qu'il serait sage. Même s'il semblait penser de son côté que c'était un immense plaisir pour elle de lui frotter le dos. Pff… D'abord, elle s'était bien vite concentré sur ses cheveux et ensuite… Non, ce n'était pas parce qu'il était beau gosse qu'elle allait se pâmer devant lui. Pas du tout. Elle avait plus de fierté que cela ! Même s'il fallait admettre… Qu'il y avait pire dans la vie, elle n'était pas du tout mal tombé avec cet homme là plutôt qu'un autre.

« Ne… N'inverse pas les rôles, c'est toi qui devrait être content de m'avoir là hein. Doit y avoir pire pour toi. Tu profite un peu trop de t'être pris un coup sur la tête là… »

Oui, il en profitait pas mal… Mais c'était de sa faute à elle aussi, elle ne savait visiblement pas lui dire non. Comme s'il allait mal le prendre, qu'elle avait peur de le lasser ou de le perdre. En même temps, coincé, peu attentive et de mauvaise humeur, ça ne plaisait en général pas à grand monde, pour les deux sexes d'ailleurs. Mais bon, cela ne voulait pas dire qu'elle allait tout lui céder non plus !.. Oui ?.. Non ? Bref, elle ne préférait pas y penser en fait, concentré sur ses cheveux qu'elle voulait détacher. Et bien quoi ? Elle les aimait ses cheveux, ce n'était pas une nouveauté et les voir comme ça, collé par le sang et l'alcool, cela n'avait rien d'agréable. Il était donc plus simple pour elle de se concentrer là-dessus plutôt que sur le jeune homme peu vêtu si proche d'elle. En tout cas, le Valentini ne semblait rien avoir contre, puisqu'il lui avait alors ramené de lui-même ses cheveux en arrière pour qu'elle puisse y avoir accès plus facilement. Ah ben enfin ! Il devenait raisonnable, sage. Relevant un instant son visage vers lui, la jeune femme ne tarda donc pas à reprendre ce qu'elle faisait. Innocemment. Un peu trop peut-être ? Mais il lui avait promis d'être sage et elle naïvement, elle voulait bien le croire.

Seulement voilà, alors qu'elle tentait elle d'oublier la situation un peu gênante et tendancieuse, cela ne devait peut-être pas être tout à fait le cas de Raffaelo, qui la surprit alors en se retournant vers elle d'un coup. Pourquoi faire ?.. Pour le coup, elle resta un peu bête, le regardant avec surprise avant de froncer un peu les sourcils. Lui rendre la pareil ?…. De quoi il parlait ? Il voulait lui laver les cheveux aussi ? C'était quoi ce délire avec la tignasse du conjoint là…

« La pareil ? … Tu avais dis que tu ne te retournerait pas, menteur… »

Si elle l'engueulait… Oui et non. Sa voix était plutôt boudeuse en fait. Sale menteur… Mais en même temps, c'était de sa faute à elle aussi, pourquoi elle l'avait cru ? Ce type mentait comme il respirait, c'était dans sa nature, tout le temps, alors pourquoi en serait-il autrement avec elle. C'était un espoir bien naïf. Avant qu'elle puisse avoir une autre réaction, le jeune homme avait déjà passé ses bras autour d'elle de toute manière, se rapprocher, sûrement trop, même si cela n'avait en réalité rien de désagréable. Elle avait bien fait un léger pas en arrière, vainement, mais le peu d'espace qu'offrait la cabine de douche ne se prêtait pas tellement à une fuite quelconque. Elle avait l'air maline maintenant tiens, dans les bras du jeune homme, un peu gauche ne sachant pas quoi faire de ses propres mains… Lui n'avait pas de soucis de ce côté là, puisqu'elle sentait ses doigts dans son dos, le long de sa colonne, descendre sur ses hanches, ce qui la fit frissonner légèrement. C'était peut-être… le moment de réfléchir ? De lui parler ? Quelque chose comme ça oui, mais la tension était monté d'un coup, sans qu'elle s'y attende vraiment et elle se sentait un peu perdue. Dire qu'elle détestait l'avoir près d'elle et être le centre de son attention serait totalement faux. Elle aimait ça, en était .. flatté ? Autant qu'un peu paniqué en tout cas.

A quoi s'attendait-il de sa part ?.. Bon ok, ça elle l'avait compris, elle n'était pas née de la dernière pluie hein, mais c'était plutôt.. Qu'il s'imagine être tombé sur une femme expérimenté ? Il la trouvait belle visiblement, cela était donc censé aller de paire avec un peu de pratique à un niveau qui lui conviendrait à lui en tout cas ?.. Ah ah, raté… Il allait sûrement être déçu, ou trouverait ça carrément rebutant. C'était l'avis de la jeune femme en tout cas, ce qui l'avait retenu d'essayer d'aborder le sujet. La peur d'être jugé. Après tout, il n'avait rien de quelqu'un de très compréhensif en général et avait même l'air de savoir appuyer sur les défauts. Pas avec elle jusque là, enfin pas trop, mais si elle lui en laissait l'occasion après tout ? Ayant relevé la tête vers lui, elle sentit bientôt ses lèvres sur les siennes. Un instant, elle voulu le repousser avant qu'il n'aille plus loin, mais cela resta au stade d'idée dans sa petite cervelle et son corps n'avait pas agit. Elle avait profité, lui avait rendu ce baiser, d'abord doux, puis plus passionné. Ses mains avaient fini par se glisser sur le torse de l'homme, bien qu'elle ne sache pas trop elle même si c'était pour l'attirer contre elle ou le repousser. Elles étaient juste là, passive, coincé entre deux actions qu'elle n'arrivait pas à décider. Son cerveau été embrouillé, son corps assaillit de trop de sensation à la foi. Crétin. Tu me rends faible. Pensa-t-elle.

« Attends... »

Elle avait soufflé ce mot, juste après un baiser. Reprenant un peu son souffle, elle n'était pas très audible, surtout avec le bruit de l'eau qui coulait encore. C'était simplement un sursaut de volonté, très léger, qu'elle n'était même pas certaine de vouloir. Mais il fallait bien… Qu'il arrête non ? En même temps, une petite voix lui disait qu'ils ne faisaient rien de mal. Des baisers, des mains un peu baladeuse, certes, mais rien de si… Poussé ? Elle essayait de s'en convaincre en tout cas, de croire au fond qu'il connaîtrait lui-même la limite ? Il n'était pas censé la deviner en fait… Mais il l'avait de nouveau embrassé, brisant sur le coup le peu de volonté qu'elle semblait avoir. C'était quoi ce pouvoir qu'il avait sur elle ? Pourtant, quand elle sentit sa main remonter et aller s'en prendre à l’agrafe de son soutif, elle sembla se réveiller un peu. Se dire que finalement, les limites, ce n'était pas le genre de chose qu'il connaissait. Son haut presque dégrafé, la jeune femme rompit donc le baiser, baissant légèrement la tête pour ne plus rester à portée de cet homme. Il était dangereux. Non pas parce qu'il lui voulait un quelconque mal, mais parce qu'il était attirant… Trop. Aucun homme ne l'avait jamais été pour elle. Elle ne pouvait donc pas juste céder et le laisser faire. Parce que c'était tentant, que c'était ce qu'il désirait. De toute manière.. Ce n'était pas une façon d'être aimé que de céder. Il devrait bien se faire à ses besoins et envies à elle aussi.

« Stop Raffaelo. Pas plus loin… Pas maintenant. »

Sa voix était plus audible, plus décidé. Mais elle n'avait pas pu s'empêcher d'ajouter ces deux dernier mot. Comme si elle avait l'impression de se refuser totalement à lui. Juste… Pas maintenant. Plus tard ? Peut-être, sûrement, un jour… Mais pas là. De toute manière, il fallait qu'ils parlent avant et le contenu de la conversation ne plairait peut-être pas à l'homme. Il n'en voudrait peut-être plus après ça de toute manière. C'était si grave de ne jamais avoir connu d'homme à son âge ? Elle n'était pas vieille, elle n'en avait pas l'impression du tout. Beaucoup se débarrassaient de la première fois plus jeune, mais elle avait trouvé cela débile. Pas amoureuse, pas envie de faire ça pour le faire. C'était lui qui allait trouver ça débile tiens. Cassidy n'avait pas l'air très fier d'elle pour le coup et elle cherchait à éviter le regard de Raffaelo par tous les moyens. Sa main posé sur son torse fini par doucement presser, pour le faire s'écarter un peu et avoir le passage pour ce sortir de cette position délicate. Et de la douche par la même occasion. Une fois cela fait, elle attrapa une serviette non loin pour se couvrir un peu en s'enroulant dedans, pas mécontente de se cacher un peu du regard violet de l'homme non loin pour le coup.

« Faudrait qu'on cause d'un truc je pense. Enfin… Ouais ce serait mieux. Je ne veux pas que tu crois que je te repousse parce que je veux pas de toi ou… j'sais pas ce que tu penses en fait. »

Non, elle n'était pas dans sa tête, clairement pas, même si ça l'aiderait pas mal des fois en fait. Mais ce devait être un bordel monstrueux dans la caboche du Valentini, alors il n'y avait sans doute pas tant de regret à avoir. Jetant un coup d’œil à sa pauvre robe trempé – à cause de qui hein ? - la jeune femme lâcha tout de même un soupire dépité. Elle était un peu coincé niveau fringue là.

« Dis, tu peux me filer un truc à me mettre sur le dos le temps que ça sèche ? »

Bon, limite là, si elle était chiante, elle aurait pu exiger un truc au lieu de demander. Voir même lui ordonner d'aller lui acheter des fringues même à cette heure !… Ouais non ok, c'était carrément abuser. Mais lui filer un t-shirt ou une chemise le temps que sa robe sèche, c'était pas le bout du monde hein, il n'allait pas être salaud à ce point… Si ?
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Sam 4 Juin - 20:24





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

A quoi pensait-il au juste ? Eh bien, pour être franc, là tout de suite pas grand chose. Avait-il songé à lui mentir dès le début ? Avait-il réellement cherché une telle dérivation entre eux quand il l'avait alors attiré sous la douche. Eh bien, peut-être que tu vas pas me croire, mais en fait non. Disons qu'au début c'était juste une façon de la faire un peu chier on va dire. C'était dans sa nature de le faire après tout non ? Puis il s'était dit que bon, il n'allait pas lui sauter comme un sauvage dessus, Cassidy devait certainement mériter mieux que ça non ? Ouais. C'est ce qu'il avait dit. Mais autant il était du genre à rester facilement coincé sur ses idées, à ne pas vouloir bouger de sa position, pour la simple et bonne raison qu'il aimait se donner raison. Mais en fait... Il avait pour le coup bien vite perdu son peu de bonne volonté. Déjà qu'il n'en a pas beaucoup ni souvent, le corps soudain un peu dénudé de la jeune femme et proche l'avait alors poussé au vice. Pourtant il avait été lent un peu à la détente sur ce coup, il avait attendu, au début c'était même bien partit pour qu'il ne bouge pas. Mais le mal était fait. Il était qu'un menteur. Un gars incapable de tenir parole, pour la simple et bonne raison qu'en fait en ce moment même il avait totalement oublié ce qu'il avait dit. Ce n'était que des paroles en l'air d'un coup. Comme si dans son esprit, se retourner, avoir envie d'elle était simplement une évidence en fait. Alors il l'avait regardé comme ça, et l'avait embrassé. C'est comme ça que tout était partit. Il n'en fallait pas tant que ça finalement pour rendre une situation encore plus tendancieuse finalement, mais c'était trop tard. L'esprit sage du Valentini était en ce moment partit très loin. Il n'avait plus qu'une chose en tête, ce qu'il désirait, et ce qu'il ressentait lorsque ses lèvres étaient alors posés sur les siennes. De toute façon, on ne pouvait totalement le blâmer ? Bon si quand même. Mais disons que la miss ne l'aidait sur le coup pas à ne pas croire qu'il pourrai alors aller plus loin avec elle. Il l'avait cru oui. Lorsqu'elle avait glissé ses mains sur son torse en y répondant. De toute façon, n'avait certainement pas prit ce geste pour une tentative pour le repousser autant être clair.

Il n'avait même pas entendu sa première demande. Il n'avait alors que sentit un souffle effleurer ses lèvres, tandis que ses oreilles ne pouvaient alors que percevoir le bruit de l'eau qui était en train de tomber sur eux. Et ses yeux simplement les yeux et les lèvres de la miss. C'était l'instant pause, reprise de souffle. Avant qu'il n'y retourne. Le baiser c'était alors fait un peu plus profond, un peu plus fougueux peut-être. Il avait alors tenté d'avancer. Non content d'avoir ses mains qui effleurait légèrement la peau dénudée de la demoiselle, il était partit chercher l’agrafe du soutient-gorge. En se disant que peut-être il en aurait le droit ? Faut avouer que sur le coup il ne c'était en fait pas poser de question. Cela coulait de source pour lui... Comme une suite logique de choses qui alors s'enchaînait de façon naturel. Quelque chose de normal. Il le pensait. Il ne pouvait pas deviner à quel point la pauvre demoiselle était effrayée de penser à une telle opportunité. De l’importance quelle attachait à ce fait. Parce qu'il ne pouvait se douter qu'il était le premier homme à n'avoir ne serait-ce que toucher sa peau de cette manière, voir même embrassé la jeune femme ainsi. Non il n'y avait pas pensé. Simplement parce qu'il ne pensait à rien du tout. C'est un homme, on dit parfois que les hommes ne savent pas faire deux choses en même temps et faut avouer que sur ce coup c'était totalement vrai, Cassidy était au centre de ses pensée. Elle. Juste elle. Et son corps. Rien de plus. Ce qu'il c'était passé avant ? On s'en fiche. Le lieu ? On s'en fiche. Elle était là c'est tout. Mais tout s'arrêta de façon brusque. Tellement qu'en fait le pauvre n'avait rien vu venir et se trouver un peu comme un con à la regarder. Il ne comprenait pas. Il n'avait rien vu venir.

Il n'avait même rien dit du tout quand elle l'avait alors repoussé de façon plus évidente. Elle avait dit stop. Et pendant un instant, quand bien même le regard et l'expression du Valentini n'exprimait pas grand chose, il c'était alors demandé pourquoi ? Non il ne comprenait pas pourquoi sur ce coup. Il c'était alors demandé si en fait elle se disait que réellement elle ne voulait pas de lui, que c'était une erreur. Avant de se demander s'il avait dit quelque chose qui aurait put la faire changer d'avis -oui pour lui elle était d'accord jusqu'à maintenant, du moins... Il pense?-. Mais elle avait alors rajouté le « pas maintenant » qui lui fit alors poser des questions, mais d'autres. Non. Il ne comprenait pas. Et ça se voyait à son regard. Cependant, alors qu'elle c'était éloigné de lui pour sortir, il n'avait rien fait. Pas même esquisser le moindre geste pour la retenir. Etait-il trop oppressant ? Il y avait quelque chose qui était alors resté sous silence ce n'était pas possible autrement. Pourtant, Cassidy n'avait à ses yeux rien d'une femme coincée alors non, il pigeait pas. Faut dire qu'elle cachait très bien son jeu depuis le début, tentant alors de montrer une confiance excessive un peu vacillante pour garder la tête haute face à lui.

« …... Okay.

Ouais non fallait pas s'attendre à la tirade de ouf de sa part, faut dire qu'il était un peu resté comme un con planté à la regarder sortir. Cette fois-ci il n'était même plus question dans son esprit de la reluker ou autre non rien. C'était finit, juste. Pourquoi. Alors il avait commencé par se retourner, pour terminer de se savonner et de se rincer rapidement. Puisque c'est vrai, c'était le but premier de pourquoi il était dans sa douche hein. Avant d'éteindre l'eau. Rendant alors l'endroit presque terriblement silencieux après ce moment un peu... Gênant on va dire. Oui. Se prendre un tel refus comme ça, alors qu'il était persuadé que tout allait comme sur des roulettes, c'est un peu bizarre. Et ça se voyait à sa tête qui donnait l'impression de s'être prit une claque monumentale dans la tronche. De quoi voulait-elle parler ? Pour la première fois de sa vie, Raffaelo avait alors une légère boule dans le fond de sa gorge, se demandant qu'est-ce qui allait lui tomber dessus. Oui. Une boule de stress. C'est bien la première fois mon pauvre. Pourtant. Il avait soupiré.

« Ouais ok.

Il semblait blasé. Après elle ? Non même pas. Même si en fait on pourrait le croire, mais c'est plus après lui-même. Il se sentait con et il n'aimait pas ça. Enroulant sa serviette autours de sa taille il l'avait alors regardé. En fait, en la regardant de cette façon, planté au milieu de cette pièce à moitié nue. Il avait l'impression de l'avoir blessé. Bizarre, c'est bien la première fois qu'il blesse quelqu'un sans même le désirer. Faut dire que généralement il s'en fiche, mais elle... Il... Ne pense pas avoir déjà voulu lui faire du mal. Nan. Il ne le voulait pas. C'est con non ? Finalement c'est bien la meilleure chose qu'il sache faire. Alors il avait attrapé une des chemises propre qui traînait en vrac dans la pièce et... après avoir retirer de son esprit l'idée de la lui lancer sur la tête par réflexe. Il l'avait posé sur ses épaules. Le tueur avait alors soufflé, le ton bien plus doux que lors de ses deux piètres interventions.

« J'sais pas ce qui te pèse sur les épaules O'Doherty. Mais j'vais pas te bouffer hein. Détends toi ça sert à rien de stresser comme ça t'sais.

Avant de la lâcher, lui laisser de l'espace après avoir murmurer ses paroles à on oreille. Il avait alors passé une serviette sur ses cheveux avant de laisser cette dernière reposer sur ses épaules et... Ouvert la porte. Un air frais termina alors de le refroidir pour de bon, mais cela lui faisait au moins de l'air pour son esprit. Pour la première fois il ne savait même pas comment se positionner face à quelqu'un c'est fort nan ?

« Tu vas partir pour rentrer chez toi. Ou alors tu vas parler en fait ?

Une part de lui avait pourtant relevé le « pas maintenant », le « pas croire que je ne veux pas de toi », pourtant il avait l'impression qu'elle allait s'enfuir chez elle pour mettre le plus de distance possible. Alors c'est pourquoi, sans même la regarder, parce que ce n'est pas son genre de faire ça, il lâcha.

« C'était pas mon but de te faire du mal.

Certainement qu'il en avait ait malgré lui. Faut dire que comme ça il se disait plus qu'il lui ferait du bien mais visiblement non. Il a merdé. Mais il ne pouvait pas deviner. Les femmes sont compliqués. Et ça O'Doherty allait le lui rappeler. Il ne pouvait pas savoir. Mais peut-être que de se dire qu'il cherchait à comprendre et surtout au final était plus frustré contre lui-même que contre elle, était une preuve d'attachement profond.. ? Désolé Raffy, mais t'es foutu. T'es amoureux c'est tout. Un Raffy amoureux ça fait des boulettes.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Mar 7 Juin - 22:12

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Un trou de souris, voilà ce qu'il aurait fallut à Cassidy là tout de suite. L'envie de s'y glisser et d'y rester cacher pendant des heures n'avait sans doute jamais été aussi forte pour elle. Cette impression d'avoir tout fait de travers, elle n'arrivait pas à s'en détacher, à relativiser. Il y avait pire dans la vie tout de même, mais comme il s'agissait de Raffaelo, tout à coup, tout devenait toujours plus grave. Comme si le simple fait qu'il puisse la regarder différemment suffisait à la faire se sentir mal. S'il ne voulait même plus d'elle, comment elle le prendrait ? Être tombé amoureuse d'un homme comme lui était dangereux, stupide même, tenant plus du masochisme qu'autre chose. Elle n'était pas censé se sentir bien ? Heureuse, sur un petit nuage, à n'avoir peur de rien ? Pff, que des conneries tout ça. Le prince charmant, l'amour et le bonheur éternel. N'importe quoi. Il n'y avait rien de plus stressant que ce genre de sentiment. Il était tellement simple de se dire qu'ils n'étaient pas partagé, ou que l'autre se lasserait, pourrait se fâcher pour un rien, une bêtise et qu'on se retrouverait seul. Si tel était le cas là ? Pas vraiment… C'était surtout la jeune femme qui se faisait des idées à toute vitesse, mais en même temps, elle avait ses raisons.

Raffaelo n'était pas du genre à tomber amoureux, à être tout gentil, plein d'attention. Il n'aimait pas non plus qu'on lui cache des choses, cela, la jeune femme avait pu s'en rendre compte avec la façon dont le Valentini avait réagit en croyant apprendre qu'elle lui avait caché son vrai nom. Cela, c'était tout simplement le genre de choses auxquelles elle ne pensait pas, alors que ce qui faisait obstacle pour cette fois, elle y avait pensé à plusieurs reprises. Mais non, elle avait repoussé et finalement, ils en été arrivé au point où il fallait bien dire les choses. Elle n'en voulait pas une minute à Raffaelo d'avoir un peu… dérivé. Même s'il avait promis d'être sage, c'était un homme après tout et le fait qu'il tente ce genre de choses avec la fille avec qui il sortait n'avait rien d'étrange, surtout que celle-ci n'avait imposé aucune règle. C'était quoi les règles en plus ? Attendre ? Jusqu'à quand ? Elle n'en savait rien de toute façon, elle n'en avait pas spécialement envie de toute manière, juste qu'elle était.. Nerveuse. A l'idée de le décevoir plus qu'autre chose en fait, ce qui expliquait son refus. Elle avait mis de la distance entre eux, sortant de la douche en se cachant dans une serviette, totalement perdu entre ses sentiments et ses pensées. L'expression qu'elle avait vu sur le visage de l'homme ne l'avait pas aidé. Elle avait l'impression de l'avoir… Déçu, vexé, ou quelque chose du genre, ce qui n'avait jamais été son but.

« Okais » c'était tous ce qu'il arrivait à lui dire apparemment. Dans un sens, elle le comprenait. Elle était bizarre, son comportement n'avait pas grand-chose de logique quand on ne connaissait pas tous les faits. Elle avait juste l'air d'une indécise, d'une fille qui se rapproche pour ensuite laisser son homme frustré. C'était ce qu'il était ?… Frustré ? Cela n'avait pas été son but, mais elle n'aimait pas savoir comme ça. Elle évitait son regard, le plus possible, attendant une réponse de sa part. Elle voulait quelque chose à se mettre sur le dos, ce serait tout de même mieux pour discuter, non ? Il n'avait peut-être même pas envie de l'entendre après tout, mais il fallait bien qu'elle essaye non ? En tout cas, elle détestait ça, se sentir aussi mal. Elle qui ne faisait en général pas grand cas de ce qu'elle faisait aux autres, c'était raté pour le coup. Elle avait l'air un peu idiote à attendre comme ça au milieu de la salle de bain, mais elle ne savait pas quoi faire, ou se mettre. Finalement, Raffaelo lui avait donné une chemise à lui, la posant sur son épaule avant de se pencher un peu son oreille pour lui souffler quelques mots. Ce simple contact la fit un peu frissonner, elle qui pensait qu'il n'avait même plus envie de lui parler, il semblait pour le coup plus… Rassurant ? Bien plus qu'avant en tout cas et la jeune femme hocha donc doucement la tête à ses paroles.

« D'accord… »

Comment ça merci l'intervention inutile ? Ouais ben… C'était comme ça. Puis, ce n'était pas pire que ses okais à lui, chacun sa manière de gérer son stress, si l'on pouvait vraiment penser que Raffaelo pouvait subir ce genre de chose. Il était trop fort pour se laisser avoir comme ça lui… Contrairement à elle. Le laissant finalement se diriger vers la porte, elle s'attarda un peu de son côté pour enfiler la chemise, tournant par réflexe le dos à l'homme par… Pudeur ? Ou pour ne pas éveiller les vieux démons plutôt. Même si elle n'était pas trop sûr qu'une chemise à lui soit la tenue la plus chaste qui soit. Encore que, une fois enfilé, elle pu se rendre compte que la différence de taille aidait bien et qu'elle était plutôt longue sur elle. Mais une fois la chemise enfilé, son attention fut attiré par le Valentini qui lui demandait si… Elle allait s'en aller. Ou parler. Mais il faut bien avouer que ce fut la première proposition qui marqua le plus la jeune femme. Il voulait qu'elle s'en aille peut-être ? Il ne voulait pas qu'elle passe la nuit avec lui après.. ça ? Elle pouvait le comprendre en même temps, même si elle n'avait aucune envie de partir, de le laisser seul, comme si elle avait perdu, qu'elle ne pouvait plus l'avoir pour elle.

« Je n'ai pas envie de rentrer chez moi… Enfin, si c'est ce que tu veux, je le ferais bien sûr. Mais je préfère qu'on parle avant oui… »

Elle l'avait suivit pour sortir de la salle de bain, restant pourtant à une certaine distance de lui, comme si elle avait peur de l'agacer en s'approchant de trop près, de lui imposer sa présence s'il ne la désirait pas. Mais elle restait là tout de même, osant un peu plus le regarder, pour tenter de comprendre ses intention, son ressentit. Elle ne vit pourtant pas venir sa dernière phrase… Pas voulu lui faire du mal ? Parce qu'il pensait lui avoir fait ? Autant elle s'en voulait d'être idiote et de ne pas lui avoir parlé de certaines choses avant, autant elle n'avait jamais eu l'impression que Raffaelo allait lui faire du mal ou la forcer à quoi que ce soit d'ailleurs. Quand elle avait dit non, il s'était arrêté après tout. Tout simplement. Bon, l'ambiance était logiquement retombé après, mais il n'avait pas insisté. Voilà pourquoi la jeune femme parut surprise en entendant ses paroles, cherchant où elle avait pu le faire… Culpabiliser ? Si Raffaelo était du genre à connaître ce sentiment bien entendu.

« Tu ne m'as pas fait du mal, où tu as été chercher ça ? Je te trouve même… Patient avec moi. Je n'ai jamais eu l'impression que tu me forcerait à quoi que ce soit. Je suis désolé si je t'ai fait croire le contraire sans le vouloir, vraiment.. »

C'était de sa faute. Parce qu'elle était une gourde, trop silencieuse, il allait s'imaginer tout et n'importe quoi. Bravo O'Doherty, plus doué tu meurs pour une première relation. Mais c'était ça le hic justement, c'était sa première et lui non… Lui ne le savait pas. Stressé, pas vraiment sûre d'elle contrairement à ce qu'elle avait voulu faire croire jusque là, la jeune femme s'était donc approché un peu plus de lui pour poser sa main sur son bras. Un geste qu'elle voulait rassurant, mais qui était plutôt timide, puisqu'elle ne savait pas le genre d'accueil qu'il pouvait lui dire. Elle l'avait un peu rembarré quand même, alors retourner d'elle-même chercher un contact, même si petit pouvait l'agacer. Respirant un bon coup, elle se mit donc à chercher ses mots.. Bon aller, suffisait de le dire, tout simplement et ce serait fini, un peu de nerf.

« Je… j'aurais sûrement du t'en parler avant, mais je ne voyais pas où caser ça. C'est un peu pathétique en fait, j'avais pas tellement envie de t'entendre en rire… Enfin c'est ton droit en même temps. »

Non, l'humour débile de ce mec, elle n'allait sûrement pas y couper. Elle n'avait aucune envie de l'entendre, mais en même temps, elle pouvait bien le comprendre. Elle ne se gênait pas de se moquer des autres pour tout un tas de sujet elle-même, alors si l'envie lui prenait, elle était mal placé pour s'en plaindre. S'asseyant finalement sur le canapé, elle préféra donc dire ça en vitesse, comme un pansement qu'on arrache.

« J'suis vierge. » Clair, net, son ton ne laissait pour le coup plus planer le doute et elle laissa même un peu de temps au Valentini pour encaisser. « Vas y rigole. »

Non, elle ne lui en voudrait pas pour le coup… Enfin… Bon peut-être un peu au fond, mais se faire rire au nez, c'était un peu la meilleure réaction qu'elle pouvait imaginer de sa part là. La pire serait bien sûr qu'il n'est pas envie de s'encombrer d'une femme qui n'y connaissait rien et ne saurait donc pas satisfaire un dieu comme lui. C'était bien ce qu'il pensait être, non ? Stressé, la jeune femme se mordit la lèvre et attendit, fixant le mur en face en s'attendant forcément à une mauvaise réaction.
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Jeu 9 Juin - 21:40





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Rien à faire, il avait beau se repasser la scène en boucle dans sa tête, le jeune ex-militaire ne savait décidément pas ce qu'il c'était passé. Où est-ce qu'il avait mal agit ? Qu'est-ce qu'il avait fait pour que Cassidy se sente soudainement si mal à l'aise. N'était-elle pas la première à montrer à quel point elle était une femme sûre d'elle et tout ? Qui sait ce qu'elle veut dans la vie, du moins c'est ce qu'elle montrait. Malgré peut-être les apparences, jamais elle n'avait été effrayée par le jeune homme, pourtant il était loin d'être un exemple et le genre de personne agréable à côtoyer en fait. Au contraire. Mais jamais, tout semblait toujours bien aller pour elle, parce que c'est Cassidy et que c'est comme ça. C'est limite de cette façon qu'il avait finit par le prendre. Elle était un peu bizarre dans sa tête et c'est pour ça qu'elle était amoureuse de lui et tout. Mais attends. Une femme amoureuse, ok ça veut de l'attention et tout -d'où au final la réflexion du Valentin qui c'était dit que pas de suite... Il n'allait pas lui sauter de suite dessus, par respect et parce qu'elle ne méritait pas ça en fait-, mais elle ne semblait pas particulièrement contre. Enfin. Elle semblait toute chose, mais... Il suppose que c'est parce qu'elle était amoureuse ? Enfin. Ouais, il n'était pas un sentimental du genre à s'écouter et se remettre en question. De s'arrêter pour se dire que "oh mon Dieu !" enfin... Voilà quoi. Pourtant sans aller dire qu'il en était intimidé -c'est pas le cas ok, alors oublie ça tout de suite !- il se disait qu'il ressentait une attirance physique différente, qu'il avait la réelle envie de la découvrir, elle et son corps. De l'avoir rien que pour lui et d'aller plus loin. Une envie qui le pressait un peu intérieurement autant que cela se savourait en fait. C'est ainsi que ça avait dérivé. Qu'il avait commencer à chercher plus, et vu qu'elle ne le repoussait pas -du moins pas assez pour qu'il ne le remarque en fait, son attention était un peu ailleurs que sur les tentatives silencieuses de Cassidy pour communiquer hélas-, il a alors pensé que c'était bon. Après tout. Maintenant ou plus tard, peu importe, c'était ce qu'ils avaient envie le plus important non ? Et là ils en avaient envie ? Il pensait. mais finalement non. Il avait tout faux. Vu la tête qu'elle tirait, il ne cessait du coup de revoir ce qu'il avait fait. Mais rien à faire. L'avait-il réellement forcé à un moment ? Lui qui n'est pas du genre à se remettre en question était en train de le faire, et au final, c'était tout autant déroutant que de se dire qu'il venait de se prendre un stop direct là. Pauvre garçon.

Mais ne cherchant pas plus loin, il l'avait de toute façon lâché, pour la laisser prendre des distances. Alors quoi il c'était planté et n'allait plus vouloir et partir ? Il n'était au final qu'un pauvre con ? Hey il l'avait prévenu et... Bon non elle n'en était pas à ce stade en fait. Puisque lorsqu'il tenta de reprendre en premier la parole pour... Ben heu. Débloquer un peu la situation gênante là dans cette petite pièce, la jeune femme ne semblait pas lui en vouloir, enfin elle semblait plus gêné que fâchée. Dans la situation c'est plus notre pauvre mâle qui semblait contrarié, en même temps arrêté en si bon élan, c'est pas trop agréable. Mélangez donc ça avec de l'incompréhension et vous obtiendrez un Raffaelo là tout de suite. Visiblement elle croyait qu'il voulait la chasser de chez lui. Alors que lui sous-entendait qu'elle voulait vite se barrer pour rentrer. Vive la communication jeunes gens ! En même temps. Je ne vais pas m'avancer sur le cas Cassidy, mais il est évident que le jeune homme ici présent n'est pas un exemple dans le genre et pour communiquer ce qu'il pensait quand on est dans le registre de l'affection ou de la remise en question, c'est pas trop ça. Il suffit de voir cette drôle de tête qu'il tirait en fait. Haussant les sourcils, il voulu comme toujours faire le gars un peu détaché dans sa réponse, même si en fait on pouvait y déceler peut-être un soulagement -disons qu' si elle n'avait pas directement compris ce qu'il avait voulu dire c'est qu'elle ne comptait pas le faire-.

« Non en fait je parlais pour toi si... Tu voulais partir. Et. En fait nan laisse tomber.

Oui laisse tomber, de tout façon vous venez de mutuellement répondre à vos questionnement alors inutile de s'étaler quoi. De toute façon il n'en avait guère envie. Du coup, si la demoiselle préférait rester pour parler, eh bien qu'elle fasse ! Qu'ils en finissent donc avec cette ambiance un peu pesante là. Bon, la salle de bain n'était certainement pas le meilleur endroit du monde pour discuter, on s'en doute. Bon alors on sort voilà. Dans un silence ultra dérangeant, le voilà les bras croisé, avec simplement sa serviette autours de la taille. Il en attrapa une autre pour se frotter brièvement les cheveux avant de les nouer et de poser la dite serviette sur les épaules. Ne s'arrêtant que lorsqu'elle posa sa main sur son bras pour... Heu. Attirer son attention ? Enfin, il pensait, il ne savait pas trop en fait. Il avait juste l'air d'un abrutit là tout de suite pour être franc. Alors il se contenta de s'arrêter pour se tourner vers elle. Comme pour éviter de chercher quelque chose qui la dérangerai -même si elle venait de dire qu'il n’avait rien fait de mal et que c'était techniquement de sa faute à elle-, il préféra pour l'instant ne pas la toucher. Histoire de... Ne pas repartir sur un mauvais pied on va dire hein. Mais il ne la repoussa pas. En fait il la regardait juste avec sérieux, les bras croisés, comme s'il s'attendait à l'annonce de folie. Et c'est après une longue hésitation qu'elle se lança, enfin. Qu'elle tenta de se lancer, vu qu'elle tournait autours du pot. Annonçant qu'elle savait pas comment le dire et tout et tout. En fait cela lui rappelait la situation sur sa vie de famille, mais... Là elle semblait avoir pour idée de lui en parler. Quoi ? Elle avait une maladie sexuellement transmissible ? … Non ok je pars trop loin.

Il ne pipa mot durant tout le temps qu'il lui fallait pour se lancer. Elle était vierge. Ah c'est tout c'est. Hein ? La le visage du Valentini en disait long sur sa pensée là tout de suite. Sur le coup, on pouvait même se dire qu'il prenait ça pour une blague, mais vu la situation, l'idée ne lui resta pas en tête bien longtemps. Vraiment ?

« … Quoi vraiment ?

C'était quoi cette réaction ? On dirait qu'il ne savait pas quoi penser entre le dépit et la surprise en fait. Le dépit de quoi ? D'être encore vierge ? Ou plutôt du fait que c'était que ça ? Ou... qu'elle semblait tellement pas l'être que s'en était purement et simplement surprenant ? Il resta comme un idiot à la fixer. Avant de lâcher de la façon la plus nulle du monde, avec un bruit qui s'échappa de ses narines -tu sais comme quand tu souffles de rire devant quelque chose.-

« Quoi ? C'est tout ? T'es sérieuse ? On en guérit tu sais.

… Mauvaise approche je crois. On recommence. Alors il reprit rapidement en fait.

« Non. En fait. Je veux dire. Pourquoi tu l'as pas dis ? 'fin. Ton attitude démontrait pas vraiment que tu l'es. C'est... Aaaah. Attend. C'est pour ça que t'as fait tout une flan pour cet histoire de baiser volé ?

Bravo monsieur Valentini ! Doit-on vous féliciter pour avoir connecté vos deux neurones ? Finalement il y avait bien quelques maigres indices sur la véracité de ses propos. C'est juste qu'il est trop con pour y penser. Du, il décroisa les bras, pour se pencher. Debout devant elle torse nu, ses cheveux tombant alors le long de son épaule entre eux deux, il souffla alors sur ses lèvres, il avait un sourire en coin. Pourtant, il n'y avait pas de réelle méchanceté, juste.. peut-être une pointe de fierté de mâle qui au final se disait que ça va si c'est que ça, qu'il s'attendait à un truc de ouf, même si à ses yeux Cassy n'avait pas le profil type de la femme restée seule en fait... Mais aussi pour... Je sais pas. Remettre un peu une ambiance normale et être lui-même.

« Ce serait stupide de te faire dégager pour ça. Hm. Oui. Je pense pouvoir m'en charger.

Ben oui c'est pas un cas irrattrapable ! .. Ahem. En tout cas, il ne se gêna pas pour un smack. Ben quoi ? Elle n'a jamais rien dit là dessus c'est bien que ça c'est bon c'était acquis nan ? Il murmura.

« Je vais prendre ça pour une offrande à ma divine personne.~

Que t'es con Valentini. T'es con pour sûr. Mais finalement ça allait non ? Il ne lui en voulait pas alors... Elle non plus ?


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Sam 11 Juin - 21:36

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Bonjour le moment gênant. Voilà bien une chose dont les deux jeunes gens se seraient très bien passé, non ? Cassidy en tout cas n'avait aucun amour particulier pour ce genre de moment légèrement oppressant tout de même où elle ne savait même pas au bout de combien de temps monsieur Valentini allait se décider à la foutre dehors. Ben ouais, qu'est-ce qu'il en avait à faire d'une menteuse et d'une fille sans expérience en plus ? Bon ok, elle ne lui avait pas vraiment menti.. Elle avait juste fait semblant d'être sûre d'elle, pour ne pas perdre la face devant lui et résultat, il s'était mis à croire des choses qu'elle n'avait nullement contredite jusque là. C'était comme pour son nom de famille, elle n'avait pas pensé tout de suite à lui dire qu'en fait, elle avait un deuxième nom et que c'était celui de la grosse famille mafieuse du coin. N'empêche, en y repensant, elle oubliait tout de même de gros détails la demoiselle. Mais bon, c'était de la faute de Raffaelo aussi d'abord, il n'avait qu'à deviner un peu les choses ! Comment ça c'était pas évident ? Ouais ben… Qu'il fasse un effort, voilà. Il se prenait pour un dieu, il fallait donc qu'il démontre un peu qu'il en avait les pouvoirs le bougre.

Mais pour le coup, il fallait bien le dire, Cassidy n'avait pas l'impression d'avoir un dieu tout puissant devant elle. Avec son talent pour trouver que le Valentini était un homme parfait, ou tout simplement un bon partit ce qui était déjà pas mal vu le phénomène, la jeune femme avait l'impression qu'il était aussi paumé qu'elle sur le coup. Voir même maladroit, pas dans ses actes certes, mais dans ses paroles. Enfin.. Apparemment, ils avaient eu du mal à se comprendre sur les intentions de chacun, Cassidy pensant qu'il voulait qu'elle parte et lui se disant qu'elle souhaitait partir alors qu'en réalité, ni l'un ni l'autre ne voulait quelque chose du genre. Ils avaient donc eu l'air un peu débile en finissant par s'en rendre compte, mais la Mentali n'avait pas relevé cela. Non, ce n'était surtout pas le moment de chercher la petite bête. La situation était assez gênante comme cela, inutile de rendre quelqu'un d'aussi susceptible de mauvaise humeur. Du coup ? Ben ils avaient l'air de deux débiles pas fichu de se parler comme il faut ou d'avoir des gens normaux l'un envers l'autre comme avant. En même temps… Après lui avoir sortit un non aussi net et précis, la jeune femme n'attendait rien de se côté là. Dommage d'ailleurs, les bras du Valentini avaient quelque chose de rassurant… Et s'y blottir était exclu pour le moment.

La jeune femme s'était donc installé sur le canapé, vêtue de la chemise du Valentini pour ne rien aider, elle n'osait plus trop l'approcher ou même.. Parler. Enfin si, elle le devait bien, mais trouver les mots avait été compliqué. Quoi que… Pas tant que cela en fin de compte tant ils étaient simples, mais l'idée d'entendre les moqueries du jeune homme ne l'aidait nullement à se lancer. Il fallait bien le faire un jour, mais aux yeux de Cassidy, Raffaelo n'avait rien d'un homme conciliant. Au contraire, il avait l'air doué pour souligner les défauts des autres et le enfoncer avec cela. Son francs parler était une qualité qu'elle appréciait, mais devoir se préparer à en faire les frais ne lui disait trop rien. Enfin bon, tant pis. Se lançant finalement, la jeune femme sentit une boule dans sa gorge quand elle eut terminé d'expliquer son « cas » à son homme. Aller, au mieux il rigole, au pire… Il regrettera de s'être trimballé cette fille pour rien. Personne ne trouvait ça attirant les femmes… Pures. Parce qu'elle l'était vraiment ? Ouais et non hein… Elle ne l'était nullement dans sa façon de pensé en tout cas, la faute à un entourage en majorité masculin et macho. Elle n'avait pas non plus eu une éducation lui disant que le sexe, c'est mal, impur tout ça, elle n'avait juste pas trouvé le bon et n'avait pas vu l'intérêt de se trouver un mec juste pour le fun, pour savoir. Dans un sens, le Valentini devait s'en sentir flatté, non ?

La tête qu'il fit pour le coup annonçait pourtant plutôt de l'incrédulité qu'autre chose. Il osa même lui demander si c'était vrai, mais le regard que lui fit la jeune femme à cet instant du éponger tous ces doutes. Sa mine sérieuse ne laissait vraiment pas penser à une blague, désolé Raffaelo. Restant cela dit silencieuse, elle finit tout de même par voir arriver ce qu'elle attendait depuis le début. Un rire. Qui avait échappé au Valentini bien sûr, mais même si elle s'était attendu à cela, les paroles qui suivirent la surprirent tout de même. Comment ça… C'est tout ?! C'était hyper important pour une fille oh ! … Minute, c'était quoi ce « on en guérit » qu'il avait sortit aussi ?… Ah il voulait… La soigner… Ok. C'était la phrase la moins romantique du monde, mais en même temps, à quoi s'attendre d'autre de sa part hein. Mais visiblement il le prenait… Bien ? La Mentali en fut tellement soufflé sur le coup qu'elle ouvrit la bouche pour rétorquer.

« ………. Ben…. »

…. Ok, faux départ, elle n'était pas prête là !… Comment ça trop tard ? Oh zut. Si elle avait l'air légèrement idiote là ? Ben ouais, mais en même temps… Voilà hein. Elle s'attendait à une conversation sérieuse, à ce qu'il lui reproche de ne pas l'avoir prévenu dans quoi il s'engageait, des conneries du genre quoi. Mais comme d'habitude, non. Ils n'avaient rien de normal ces deux là, ils n'étaient pas fait pour garder leur sérieux, parler de chose importantes et de toute manière, le Valentini devait avoir compris que sortir le coup de je vais te guérir n'était peut-être pas la meilleure des réponses puisqu'il avait repris très vite derrière. Ce que Cassidy ne pouvait qu'approuver pour éclipser son intervention si remarquable. Mais d'un coup, monsieur semblait remettre les choses en place et enfin comprendre pourquoi elle avait râlé pour son baiser volé… Non, elle aurait préféré un premier baiser donné avec amour ou une connerie du genre sans pour autant croire au prince charmant. Mais ça, c'était fait… Donc tant pis. Toujours un peu mal à l'aise, quelques rougeurs étaient apparus sur les joues de la jeune femme en y repensant, bien qu'elle trouvait presque flatteur dans un sens qu'il n'est rien remarqué. Cela voulait dire qu'elle n'était pas si nul ? Pas coincé en tout cas.

« Ce… C'était pas facile à placer dans une conversation normale hein, puis je savais que tallais rire. J'avais pas tort là. Et puis le baiser, c'est pas de ma faute si t'es qu'un sale voleur qui pense qu'à sa pomme. Je t'en veux toujours d'ailleurs, terriblement… Tu me le payeras. »

Comment ça elle n'avait pas l'air crédible ? Ben non, pas du tout, comme d'habitude quoi, du coup le jeune homme devait être plus qu'habitué et serait sans nul doute étonné de la voir crédible un jour tiens. Mais c'était vrai après tout, c'était un sale égoïste qui avait gâché son premier baiser en en faisant quelque chose de volé à l'arrache ! Bon, en même temps… Elle gardait un bon souvenir de ce baiser dans un sens. Oui, il avait peut-être raison, elle devait être masochiste au fond, mais qu'importe. La mine boudeuse, la jeune femme s'était donc évertué à regarder ailleurs, surtout pas le Valentini, car elle savait qu'il avait ce don pour lui faire abandonner toute volonté. Mais contrairement à l'attitude distante qu'il avait adopté depuis quelque temps, le fourbe de serpent sembla tout à coup retrouver de la confiance en lui pour se pencher vers la jeune femme. Presque sans le vouloir, Cassidy lui lança un petit coup d’œil pour voir ce qu'il voulait, essayant de ne pas oubliait qu'elle était censé le bouder… Mais ce sourire en coin qu'il avait était tout de même si séduisant… Masochisme le retour, je sais.

Mais il avait l'air si sûr de lui et finalement, ce qu'il lui dit en soufflant sur ses lèvres était gentil… A moitié en tout cas. Il ne comptait pas la balancer pour une bêtise pareil en tout cas il avait même l'air vraiment volontaire pour se charger de la soigner apparemment. Les joues toujours rosies, la jeune femme s'était un peu enfoncé dans le canapé, prise au piège par ce serpent de Valentini. Il s'était même permis d'y voler un smack. Mais il se croyait où hein ?… Chez lui ? Avec sa copine ? Ouais ok ça se tiens. Mais en tout cas, il avait l'air de bien le prendre maintenant et même de tourner cela à son avantage dans son esprit.. Pff, vraiment tordu ce mec.

« Hm… Je n'ai pas encore dis que je t'autorisais à me soigner comme tu dis hein. Une femme comme moi ça se mérite, je me fiche de quel genre de fille facile tu as l'habitude. »

Oui, elle essayait d'avoir l'air de nouveau sûre d'elle, même si avec le Valentini aussi près, c'était compliqué. Il lui faisait de l'effet, cela n'avait pas changé, même elle essayait de faire croire qu'il devait encore la mériter, c'était clair et net qu'il avait déjà gagné de toute façon. Elle ne voulait que lui, être à lui. Rien que d'y penser son corps était parcourut d'un frisson incontrôlable, mais tellement agréable. Elle appréhendait ce genre de moment autant qu'elle pouvait en être impatiente. De plus, le pauvre Valentini s'était déjà pris un stop, alors maintenant qu'il revenait vers elle, elle avait envie qu'il y reste. Elle avait cru qu'il ne la laisserait plus être dans ses bras, alors l'envie d'en profiter de nouveau ne pouvait être que plus forte. D'un geste doux, elle glissa donc sa main sur le bras nu du jeune homme, remontant doucement vers vers l'épaule, puis la nuque pour le tirer un peu plus vers elle, allant d'elle-même cette fois-ci chercher un baiser. Plutôt tendre, surtout comparé à celui qui avait dérivé sous la douche, mais bien suffisant pour lui rappeler qu'il était à elle, qu'elle devait avoir toute son attention, elle et pas une autre.

« T'es un crétin. » Souffla-t-elle sur ses lèvres une fois le baiser rompu. « Tu ramènes tout à toi, tu te prend pour un dieu à qui tout est du. Tu m'a volé mon premier baiser, entraîné dans tes galères, tu te moque même de moi dès que tu peux et tu dois croire que le romantisme est une maladie mentale… Mais je t'aime. Crétin. »

Y avait-il aveux plus clair de masochisme ? Sûrement pas non, mais c'était un constat qu'elle faisait. Elle l'aimait, même si elle ne lui avait jamais dit, parce que justement, comme elle lui répétait sans cesse, c'était un crétin. Elle en avait conscience, mais elle l'aimait quand même. Dans un sens c'était beau, dans un autre c'était chercher la merde quand même. Mais bon. De toute manière, Cassidy non plus n'avait jamais pratiqué le romantisme, la relation classique, pépère, mignonne… Ennuyeuse ? C'était peut-être ça qu'elle aimait finalement. Un homme  qui faisait n'importe quoi, qui n'avait même pas l'air de lui être acquis, mais qui était tout de même à elle. Parce qu'elle pouvait le garder, qu'elle y arrivait par un miracle qui lui échappait à elle-même, mais qu'importe. Elle préférait le garder là, ses ongles effleurant doucement la peau de son cou. Tiens d'ailleurs, elle ne lui avait encore jamais dis qu'elle l'aimait non ? Ben tiens, prend ça monsieur j'aime les révélations ce soir.  
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
 
La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Forum: La fierté du Lion
» Dico des fautes de frappe débile~
» Idée débile du moment: orientation~ [TERMINÉ - À DÉPLACER]
» Trop de fierté, tue la fierté !
» [topic débile] Une histoire d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Kanto :: Safrania-