Partagez | 
 

 La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Lun 13 Juin - 19:06





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Toute une histoire pour ça ? Bon, ok, fallait rien dire, c'est un sujet important, surtout chez les femmes. Enfin pas toutes, certaines ce sont de vrais traînés, prêtes à brader leur première fois avec n'importe qui (ou n'importe quoi?) histoire de se lancer. Mais... Pourquoi une telle différence de vision ? Pourquoi une femme devrait-elle faire attention parce que sinon c'est une traînée ? Et un homme sans expérience à vingt-cinq ans c'est donc nuls ? Je sais pas trop. Mais en fait, vu que Raffy était un peu du genre macho sur les bords, c'est une évidence que lui dire qu'on est puceau à son âge c'est un peu... La honte quoi. Après, pour le cas des filles c'est pas pareil, il n'était pas assez con pour se dire que l'un ou l'autre c'est pas bien. Juste... Ben. Elles font ce qu'elles veulent. La seule différence étant qu'en fait une femme qui est vierge à un âge plus avancée qu'un homme, c'est moins bizarre. En fait sur le principe ça ne le choquait pas plus que ça 'fin, en plus y en a c'était visible comme le nez au milieu de la figure. Mais pour le cas de la Miss O'Doherty, pas vraiment. Elle n'avait pas l'air d'être le genre de sainte ni-touche qu'on ne peut pas approcher sans qu'elle hurle au viol parce qu'on aurait passé son bras autours de son épaule. Pour dire, il lui avait volé un baiser à leur deuxième rencontre, ce qui était tout sauf romantique. Et même si elle avait parut vexée de cette approche, il c'était dit que c'est parce qu'il était volé et que mademoiselle n'était pas contente, parce qu'elle ne voulait pas lui en donner tout simplement. Pas parce qu'il lui avait volé son premier baiser comme le dernier des sagouins -qu'est-ce que je trouve ce mot rigolo...-. Finalement tu m'étonnes qu'elle a fait la tête tient. Mais comme c'est un peu un con, il en avait rigolé. De toute façon, valait mieux pour elle qu'il prenne cette histoire à la rigolade en fait, parce que bon... S'il s'énervait ce serait plutôt mauvais signe pour la demoiselle.

Mais non sans aller jusqu'à la crise de fou rire qui foutrait certainement une de ces hontes à la jeune femme, il avait alors affirmé fièrement qu'il pourrait la soigner. Ben quoi ? C'est ce qu'il comptait faire, elle n'allait pas dire non de toute façon nan ? Si c'est le cas y a comme un défaut quelque part en fait. Mais puisque la réponse était bien oui, il rigola une nouvelle fois lorsqu'elle affirma -du moins elle tentait d'affirmer- qu'elle lui en voulait toujours pour le baiser qu'elle lui ferait payer. Mais oui c'est ça, elle lui en voulait. Et lui il était puceau pendant qu'on y est. De toute façon, cela se voyait à sa tête qu'il ne la croyait pas, elle avait beau toujours avoir démontré une image de femme forte et sûre d'elle en toute circonstances -même avec les sous-entendu donc- jamais il ne l'avait prise au sérieux quand elle le menaçait. En même temps faut se lever tôt pour qu'il vous prenne au sérieux pour ça...

« Ah oui ? J'ai vraiment peur. Tu vois.

En plus il avait appuyé sa réponse par un baiser voler. Ahah. Il est trop fort, de toute façon elle ne pouvait pas lui résister, et cela se voyait qu'il le pensait vu le sourire en coin qu'il affichait une fois e contact rompu. Mais pourtant, même si elle venait de démontrer une nouvelle fois qu'elle ne pouvait pas lui résister, mademoiselle voulait garder la tête haute hein. Du moins un peu. Maintenant il devait la mériter ? Mais voyons c'était déjà tout vu. Il était du genre à considérer que bien des choses lui étaient dû et même si au début il s'était dit qu'il l'aurait juste parce qu'il avait envie. Maintenant qu'elle s'était déclaré -enfin un peu près-, c'était une évidence, elle lui appartenait, y avait pas le choix c'est tout. Comme si quelqu'un d'autre pouvait songer mettre la main sur elle. Pfff n'importe quoi. Il roula des yeux d'ailleurs.

« Mais bien sûr. Comme si je ne te méritais pas. De toute façon tu es déjà à moi et ça tu le sais très bien.

Il était fier ? Oh que oui. À la définition de grosse-tête on pouvait presque mettre sa photo. Mais le pire pour Cassidy était certainement qu'elle devait savoir qu'il avait raison, qu'elle était déjà fichue, coincée par lui. Qu'elle était amoureuse de ce type et qu'elle lui appartenait déjà même s'il ne l'avait pas touché. C'est un concept qu'il ne connaissait pas et même si l'idée de joindre les mots à l'acte rien qu'un peu plus tôt, ce n'était pas déplaisant non plus. Se disant peut-être qu'il était temps de se redresser. Mais la demoiselle en décida autrement puisqu'elle l'attira une nouvelle fois contre elle pour retourner chercher un baiser. Le contact de ses mains le fit d'ailleurs un peu souffler. Un peu plus profond que le précédent. Un peu... C'est... Ah. Peut-être que le pauvre n'arrivait pas à s'en remettre encore de ce qu'il s'est passé juste avant mais à cet instant précis il y pensa. Gardant par réflexe une distance de... Sécurité dirons-nous. C'est qu'elle était vêtu uniquement d'une de ses chemises presque et faut avouer que son regard ne manquait pas d'y jeter des coups d’œil malgré lui... Mais finalement ce qu'elle disait avait de quoi couper toute admiration, pour se mettre à la fixer comme un con. C'est quoi cette déclaration ? Ah oui. Il fallait le préciser, mais ces deux idiots sont ensembles, mais ne sont jamais dit une seule fois qu'ils s'aiment, n'est-ce pas un peu con ? Il ne savait pas ce qu'il en était de son côté, mais pour lui c'est juste qu'il... N'y pense pas. C'est pas un romantique dans l'âme alors ce genre de déclaration il n'y pense pas, ça ne lui vient pas par réflexe. Et l'entendre de vive voix lui donna comme l'effet d'une claque. Une claque pourtant réaliste. Et donc à se demander, que devait-il répondre à ça ? Il la regardait. Comme ça, bêtement. Sans bouger d'un pouce. Qu'est-ce qu'il avait l'air bête comme ça...

« …........ ça te prend souvent comme ça.

Oui. Dans un premier temps c'est tout ce qu'il trouva à dire oui. Y a mieux ? Certainement, mais faut pas trop lui en demander en fait. C'est pour ça qu'il se rattrapa. De façon un peu étrange.

« Ouais 'fin. Oui. T'es un peu folle et masochiste sur les bords, c'est certainement pour ça que j't'aime aussi tu vois. … Ahem...

… Quoi ? Il a dit qu'il l'aimait ! Il a dit le mot ! C'est un progrès ! Tellement en fait qu'à cet instant il se redressa pour regarder ailleurs. Mal à l'aise tout seul devant ce qu'il disait. Ahah,qu'il est ridicule. Où est passé le grand Raffy fier de lui hein ? En tout cas il... s'éloigna pour enfiler au moins un caleçon et pouvoir se défaire alors de cette serviette pour seule accoutrement.

« Ahem. J'ai faim. … Tient.

Il lui lança un t-shirt trop petit pour lui et un short qu'elle n'aura qu'à serrer. Peut-être qu'elle serait un peu plus couverte le temps d'avoir sa robe séché. D'ailleurs cela lui fit souligner un problème.

« Mais en fait... T'es resté là tout ce temps et t'as pas de change ou bien tu l'as perdu... ?

Quoi ? N'est-ce pas un truc important ? Sauf si elle préfère se balader à poil, il dirait pas non. Quoique. Pour la sauvegarde de la demoiselle on va éviter... Il se frotta la nuque. Lui et les sentiments c'est tout une histoire où il avait du mal de s'en sortir. C'est pourquoi après un instant de réflexion il s'était retourné vers elle pour souffler à l'oreille.

« Arrête de faire des têtes comme si tu étais malheureuse... On va finir par croire que tu es une femme battu.

… Ouais. C'est pas cool. Et ça fait peur pour rien. Un bisou et on se redresse. On mange ? .. Je rappel qu'il revenait d'une journée épuisante de base sisi ! Du genre. Se battre dans un bar ouais.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Mer 22 Juin - 21:26

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Raffaelo était un homme mauvais, moqueur, égoïste, sans état d'âme… Bref, le mec parfait. Comment ça non ? Bon ben alors, Cassidy avait développé un sérieux problème à son contact puisque cela ne l'empêchait pas du tout de l'aimait quand même. Certains pourraient penser qu'elle était tout simplement aveugle, ne voyait que les bons côtés etc et finirait forcément par déchanter, mais non. Elle était une femme lucide, amoureuse certes, mais pas au point d'ignorer les défauts de son homme. Elle les acceptait voilà tout, même si elle préférait certainement qu'il n'en fasse pas usage avec elle. Si elle s'était attendu à ce qu'il se moque après sa révélation pour le moins gênante sur sa vie sexuelle totalement inexistante avant lui ? Bien entendu, mais cela ne l'avait pas empêché de ne pas trouver cela des plus agréables. Mais bon, ce n'était pas comme si elle comptait réellement y échapper de toute manière. En réalité, elle trouvait même que le jeune homme avait… Plutôt bien réagi. Oui, bien réagi en lui disant qu'il pouvait la soigner, comme si elle était atteinte d'une sorte de maladie honteuse, mais bon. Il ne fallait pas s'attendre à mieux de sa part, mais plutôt à pire, donc la demoiselle était plutôt soulagé. Soulagé qu'il ne la jette pas pour ça, qu'il prenne cela à la rigolade plutôt qu'autrement. Il n'était pas si con comme mec finalement… Quand il voulait.

Bon, il était certainement un peu trop sûr de lui, comme si dorénavant, le faveurs de la jeune femme lui étaient acquise même s'il n'arrivait pas à mettre une date sûr le moment où cela aurait lieu. Oulà, doucement hein, elle n'avait pas dit oui !… Enfin… Pas dans son souvenir ? Quoi que, si elle en parlait, c'était bien qu'elle l'envisageait sérieusement. Cela, il semblait l'avoir bien compris, malgré l'assistance de la jeune femme à lui faire croire qu'elle n'était pas à lui. Il semblait pensait le contraire, lui avait dit même, ce qui l'avait un peu laissé sur le cul pour le coup… Comment ça elle lui appartenait et elle le savait ? Non mais ça va bien la mégalomanie ?! Bon en même temps.. Pouvait-elle vraiment le contredire ?.. Ben.. Non, même pas. Elle était amoureuse de ce taré, si bien que l'idée qu'il la quitte un peu plus tôt l'avait mise dans un sale état. Elle ne pouvait pas le contredire et n'avait pas envie pour autant de lui donner raison. Pourquoi ? Parce qu'il se la pétait assez sans ça hein. Pff, frimeur. Pour la peine, elle l'avait… tiré plus près pour l'embrasser… Ouais, quelqu'un devrait peut-être lui apprendre à tenir un mec à distance à cette fille, elle semblait manquer de talent pour cela avec le Valentini, mais qu'importe. Ce dernier lui semblait tout de même un peu plus distant qu'avant. Chose qu'elle comprenait autant qu'elle regrettait en fait. Elle avait aimé ce baiser sous la douche, plus poussé que les autres, mais le laisser continuer sur cette voix n'aurait pas été une bonne idée en fin de compte.

Cela aurait été aller trop vite ? Oui, certainement. Il y avait des étapes à passer avant, non ? Comme… Se dire je t'aime et tout… Ah ben tiens justement, puisqu'ils en parlaient – ou pas en fait – elle avait décidé de se mettre au sentimentalisme. Enfin, dire qu'elle l'aimait, c'était mal ? Techniquement, c'était le genre de chose normal, que les gens se disaient avant de partir dans le sérieux ? Ou pas au contraire, beaucoup agissaient et ensuite se demandaient si les sentiments étaient présent. Seulement voilà, Cassidy n'était pas de ce genre et même si c'était compliqué à admettre et qu'elle se doutait bien que ce n'était pas son genre non plus, elle avait fini par lâcher ces mots. Et là tête que fit le Valentini à se moment là pouvait sans doute être des plus comique. Ok, il allait faire une crise cardiaque ou quoi le pauvre ? Il ne s'y attendait pas ou quoi ? Pourtant, c'était prévisible.. Sauf pour lui apparemment. Et vu sa première réaction, Cassidy ne pu que lever les yeux au ciel avant de lui répondre du tac au tac.

« Ben non, ça me prend juste là. T'aurais remarqué sinon. »

Ça va oh, elle ne s'était pas jeté sur lui pour lui crier son amour dès qu'elle l'avait vu comme une dinde en manque d'affection. Elle avait même passé du temps avec lui sans que cela ne sorte. Tout simplement.. Parce que c'était pas simple à sortir cette connerie. Et puis merde, il n'était pas capable d'entendre ça ?.. Bof, il avait fait une drôle de tête et du coup, Cassidy n'avait pas pu s'empêcher d'avoir l'air un peu renfrogné, en fille qui n'assume qu'à moitié ce qu'elle viens de sortir. Ah ben.. Bien joué, ils étaient doué ces deux là. Même si le Valentini avait fini par se rattraper.. Un peu, en disant maladroitement, très maladroitement même, que lui aussi l'aimait. Et aussi mal formulé et maladroit que cela puisse être, la jeune femme s'était mise à sourire presque malgré elle. C'était mignon… Enfin, selon ses critères à elle quoi, donc on ne juge pas. Pendant que Raffaelo était partit se mettre quelque chose sur le dos et lui balancer au passage de quoi s'habiller aussi, Cassidy n'avait pu s'empêcher de sourire bêtement, comme s'il lui avait sortit la phrase la plus romantique du siècle. Ouais ben, il en faut peu pour être heureux comme ont dit. Mais inutile de s'y attarder puisque monsieur disait avoir faim, ce qui força alors la Mentali à sortir de sa petite rêverie pour se remettre dans la conversation, même si elle avait un peu l'air sur un petit nuage.

« C'est bien… Que ce soit réciproque. J'veux dire… On a faim tous les deux, c'est cool. »

… Non, c'est pas comme ça que cette phrase aurait du finir, mais on s'en fout. Romantisme, qui avait pourtant fait un stage chez eux, venait d'être renvoyé à coup de pied au cul sans possibilité de prolonger son séjour. Bon du coup, s'aimer c'est pour les nazes et avoir faim c'est cool… Ben mon cochon, on est pas rendu. Regardant donc le t-shirt pas à sa taille, mais déjà plus petit que la chemise dans laquelle elle flottait et le short que lui avait donné Raffaelo, la jeune femme se releva donc du canapé dans le but d'aller enfiler et ajuster tout ça plus loin et surtout, plus à l'abri des regards. Car oui, elle l'avait bien vu le Valentini et son regard qui dérivait de temps en temps hein, elle n'était pas dupe.. Même si dans un sens, c'était tout de même flatteur de plaire à un homme comme lui et puis, il devrait se tenir tranquille techniquement, non ? Mouais, fallait l'espérer. Mais avant qu'elle n'est pu se rendre dans la salle de bain pour se changer, le Valentini l'avait interpellé avec une question assez logique.. Bien que pas tout à fait exact. Non, elle n'avait pas passé son temps chez lui à attendre qu'il rentre comme un bon petit toutou hein, elle avait une vie, qui ne tournait pas autour de sa personne ! Même si bon, il n'avait pas vraiment de moyen pour s'en rendre compte là. Mais elle comptait bien le lui faire comprendre non mais oh !

« Ça va les chevilles t'es sûr ? Pour ton informations, je ne suis pas resté là à me morfondre parce que tu n'était pas là, je suis rentré chez moi, j'avais des tas de trucs à faire et… Je suis juste revenu parce que je me disais que tu rentrerais plus tôt et que t'aurais faim. J'avais fait des courses pour qu'on mange ensemble en fait, c'est tout, j'avais pas prévu de squatter là… Enfin là vu l'heure, pas masse envie de rentrer chez moi maintenant, mais c'est de l'imprévu… Puis j'avais pas envie d'encombrer. »

Ben ouais, la fille qui débarque avec pleins d'affaires à peine après qu'ils se soient mit ensemble, ça faisait à peine celle qui se tapait l'incruste tiens. D'après elle, il n'aurait certainement pas apprécié… Bon, elle pouvait toujours se prendre juste un seul rechange, mais c'était Cassidy. Avec les fringues, elle ne faisait rien à moitié et était du genre à toujours s'encombrer au cas où. Du coup, il ne valait mieux pas qu'elle commence à ramener des fringues sans son consentement. Déjà qu'ils avaient du mal à se dire des trucs simples comme je t'aime, ils étaient mal barré les pauvres. Surtout la jeune femme qui avait l'air assez mal à l'aise à l'idée de l'encombrer, si bien qu'elle était bêtement resté planté là jusque que le Valentini vienne lui souffler à l'oreille de ne pas faire cette tête. Une femme battue ? Mais non, elle n'avait pas l'air de cela tout de même ! Enfin.. Elle n'en avait pas l'impression en tout cas.Voilà pourquoi elle avait fini par lui adresser un petit sourire, ravie du simple baiser qu'il venait de lui donner.

« Je ne suis pas malheureuse, pas du tout. C'est même le contraire si tu veux tout savoir. »

Ben ouais, il lui avait dit qu'il l'aimait tout de même… Bon, elle y avait poussé un peu et c'était dis très maladroitement, mais cela suffisait tout de même à son bonheur. Comme quoi, elle n'était pas si compliqué. Se ressaisissant donc, la jeune femme s’éclipsa un instant de la vue de Raffaelo pour aller enfiler ce qu'il lui avait donné. Bon, elle avait du trouver une ficelle pour serrer le short au niveau de la taille, mais ça allait tout de même et c'était toujours mieux que de se promener en tenue d'Eve. Un peu mieux vêtu du coup, Cassidy s'était donc dirigé ensuite dans la cuisine puisqu'ils avaient parlé de manger un morceau. Au moins, pas de soucis de frigo vide puisqu'elle avait pensé à ramener quelque chose à manger, même si finalement ils allaient s'en servir bien plus tard qu'elle ne l'aurait cru. Sans trop lui demander son avis et surtout parce qu'elle se doutait que Raffaelo n'était pas du genre à lui préparer tout seul un dîner aux chandelles, la jeune femme s'était mise à fouiller dans cette cuisine qu'elle ne connaissait pas pour trouver une casserole pour les pâtes. Une fois l'eau mis à bouillir, elle sortit donc du frigo ce qu'elle avait acheté plus tôt dans la journée.

« Pâte au saumon, ça te va ? C'est assez rapide au moins et ça cale bien. »

Bon, il n'allait pas se plaindre pour le coup, si ? Une belle femme était dans sa cuisine en train de lui préparer un bon petit plat. Franchement, il avait du voir pire dans la vie et cela devait faire du bien après s'être fait passer à tabac par un type combat. Bon, elle n'était pas spécialement doué pour trouver où il rangeait les affaires, mais elle s'en sortait plutôt bien… Non ? Oh et puis s'il n'était pas content, il n'avait qu'à se faire à manger tout seul nah !… Enfin, elle ne lui avait même pas demandé un coup de main en fait, trop douée cette fille.  
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Lun 27 Juin - 18:53





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Une femme qui lui dis je t'aime ? Pff. Ça n'était jamais arrivé, en même temps, il faut le faire pour l'aimer notre homme, il n'est pas du genre agréable à vivre et côtoyer, surtout quand on est une femme, dans le genre macho il était quand même à du haut niveau. Mais aussi étrange que cela pouvait paraître, c'était arrivé. Si si. Une femme venait de le dire, c'était elle-là, plantée devant lui, chez lui, avec une chemise à lui sur le dos. La bonne blague tient. Lui était le premier à dire qu'il n'avait besoin de personne, qu'il resterait seul et tout, ben non raté, le voilà avec une nana qui est chez lui. Encore quoi ? Allez c'est un coup d'un soir qui est tombé amoureuse ? Pfff. Non déjà y a ds choses qui ne collent pas. Comme quoi ? Ben déjà, on ne ramène pas un coup d'un soir chez soit. T'as cru quoi ? Qu'il allait filer son adresse à la première nana qui se pointe avec un décolleté ? Même pas en rêve. Et de deux il était de toute façon pas assez sympathique de nature pour qu'on puisse se tromper éventuellement sur ce qu'il penserait de vous si vous avez la stupidité de croire qu'il vous aimera un jour hein. Raffy est quelqu'un d'égoïste et de méchant, montrez alors une seul faille et ce dernier n'hésitera pas un seul instant à appuyer dessus avec un sourire en coin pour vous montrer à quel point vous êtes un minable. En même temps c'est pas comme s'il cachait, il ne se cache pas du tout même d'être un parfait enfoiré, qu'il s'amuse des petits malheurs des autres et qu'en dehors de sa propre gueule, rien ne compte. Mais vois-tu mon petit Raffy, là tout de suite, t'as aucune crédibilité. Pourquoi ? Parce qu'elle est chez toi mec, et que tu te retrouves comme un con quand elle te dit qu'elle t'aime. Parce que t'es incapable de t'en défaire. Parce que tu voulais jouer au con avec elle, mais qu'au final tu t'es fait avoir à ton propre jeu. C'est con non ? Eh oui, maintenant faut assumer mec. Mais pas trop visiblement. La réponse de Cassidy à sa remarque voulait d'ailleurs tout dire. Mouais bon ça va hein, pas besoin d'en rajouter une couche...

De toute façon il avait déjà le regard qui partait ailleurs. Comme si faire ainsi lui permettait de réellement s'enfuir un peu pour reprendre de la dignité, mais au final cela lui donnait l'air plutôt con qu'autre chose... Bon allez. Après sa première remarque nulle à chier on se rattrape sur la suivante ? Mouais. Je crois que répondre à une déclaration d'amour par un presque « moi aussi » expédié et enchaîné pour dire qu'il avait faim, y a plus romantique. Pauvre Cassidy elle devait être terriblement déçus et... Ah non pas du tout. Attends quoi ? Autant il s'attendait un dépit éventuel sur la tête de Cassidy au moins, autant il se disait qu'elle n'en dirait rien mais... Pas. Cet air. C'est quoi cette tronche qu'elle lui tirait là ? De femme amoureuse et tout. Elle était à fond ? Pourtant il vient de tuer le romantisme là... Mais non ça la dérangeait pas visiblement. Et en plus elle rebondissait de façon étrange sur sa relance. Ok. Finalement faut pas chercher pourquoi au final la demoiselle avait réussit par se faire réellement apprécier par le Valentini hein... Dans le genre un peu bizarre elle était parfaite. Et c'est exactement ce qu'il fallait à notre homme, une femme capable de le surprendre, alors qu'il est pourtant persuadé que personne ne peut le faire. A moins que le fait qu'il ai un faible pour elle y joue beaucoup... Mais dans tout les cas, ça doit être un peu des deux et il en fait une drôle de tête...

Enfin bon on se reprend et on s'habille ! Soulignant quand même un détail important sur la vie de la jeune fille dans l'appartement qu'il occupait. Et faut avouer que pour le coup, c'était une bonne femme qui avait de l'intelligence. Elle avait un chez elle, rien ne pressait. Du coup il n'était pas trop dans sa tête prêt à se dire que quelqu'un partagerait de façon presque définitive son territoire. Faut lui laisser le temps de s'y faire au pauvre mâle ok ? Alors qu'il terminait de se mettre quelque chose pour éviter de se balader en serviette toute la soirée.

« Eh bien. Tu vois, je pensais que ta vie complète s'arrêtait de tourner sans moi. Tu vois c'est presque logique en fait comme façon de voir les choses tu ne trouves pas ?

Oui vu le sourire en coin qu'il tirait, inutile de souligner que c'était de la moquerie, de toute façon, le ton léger qu'il avait employé veut tout dire. Cela ne l'empêche pas de reprendre.

« Mais je vois qu'au moins t'es raisonnable. Mais c'est bien un truc de femme de ne pas savoir emporter un seul truc avec elle sans vider leur armoire complète en fait.

Oui il se moquait encore. A quoi s'attendre de plus avec lui ? C'est déjà bien gentil, alors faut s'en contenter. Mais de toute façon elle n'allait pas lui en vouloir bien longtemps avec ce baiser non ? Pas trop, elle disait même être heureuse. Wouah. Heureuse en la compagnie de Raffy ? La dernière femme qui a dit ça était sa petite sœur donc... Même pas une femme en fait. Faut le faire. De quoi faire bizarre. Mais au moins. Pendant une demi-seconde son sourire devint un peu moins moqueur pour être plus simple avant de reprendre son rictus en coin et de la laisser donc.. Faire son devoir de femme c'est à dire le nourrir ! Ben quoi ? Bien sûre que si c'est le cas, la preuve elle a même fait des courses oh. Comme quoi c'est bien leur truc elles prévoient toujours. Raffy avait toujours le frigo de vide lui. Heureusement qu'elle était là, il aurait eut que dalle à manger. Quoique, ça vous étonnerait ce qu'on peut faire avec des restes de placards tient eheh. Enfin bon.

S'approchant de la cuisine pour la regarder faire, il n'avait visiblement pas grand chose à redire au plat du soir. De toute façon c'est réellement bon alors voilà. Et se contenta de laisser un bruit s'échapper de ses lèvres et de s'installer tel le prince qui devait se faire servir était. De toute façon c'est magique et pas long tout arriva quand il fallait et c'est avec appétit qu'il se servit pour manger en sa compagnie. Quoi dîner aux chandelles ? Il a la tête à faire ça ? Pff même en étant plus en forme ça l'est pas.

« Hm. Ben tient, tu pourrais faire plus souvent à manger ici, ça manque de mains de femme pour faire des bons p'tit plat en fait t'en dis quoi ?

… Oui il proposait qu'elle fasse à manger. Alors elle peut venir pour ça nan ? Comme ça, eh bien elle a une excuse toute trouvée pour rester eheh. Mais en s'étirant une fois son assiette finit à vitesse grand v. Il la regardait mangeait et avec son sourire de prédateur lui souffla.

« Mais du coup. Ça veut dire que tu dors ici ? Alors quoi ? Tu partages le même lit et tu dors dans cette tenue ? J'suis pas contre.

Oui c'était un moyen de la titiller, de voir un peu la réaction qu'elle avait. Et puis... Puisqu'elle allait vraiment rester ici il avait bien le droit non ? C'est vrai ça tient. Elle vient souvent, mais en fait elle n'a jamais réellement dormit ici, elle finit toujours par rentrer chez elle... Faut un début à tout ? Hein ? Arrête faut pas dire ça on dirait qu'il est déjà marié et vieux garçon là pfff.


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Mer 29 Juin - 19:16

Feat Raffaelo & Cassidy
La fierté et l'imagination
Je t'aime ! Oui, moi aussi j'ai faim. … Comment ça c'était ridicule comme dialogue ? Ben pourtant, ce n'était pas vraiment loin du genre de discutions qu'avait les deux jeunes gens ici présent. Peut-être qu'ils le faisaient exprès et qu'ils avaient donc parfaitement conscience d'être ridicule… Ou peut-être pas en fait. Ils n'étaient juste pas doué. Raffaelo encore plus que Cassidy certainement, même si elle était pourtant un sacré cas quand elle s'y mettait. Peut-être que c'était pour cela qu'ils s'entendaient en réalité ? Parce qu'ils étaient bizarre et n'arrivaient pas vraiment à avoir des conversations sérieuse et normales. Le romantisme entre eux ? Il était mort, bien avant d'avoir eu une chance de montrer le bout de son nez. C'était comme si quelqu'un essayait de passer la porte de cet appartement et se faisait flinguer par le tueur à gage avant même d'avoir pu poser un pied dans la pièce. En même temps, c'était mieux ainsi, non ? D'où il se sentait obligé de s'inviter en dépit du caractère de chacun ce connard de romantisme ? Parce que c'était normal ? Que tout le monde faisait ça ? Ben… Non. Tant pis pour les grand classique, cette déclaration d'amour un peu, voir totalement foiré, démontrait bien qu'ils n'étaient pas décidé à agir comme tout le monde ces deux-là. Et c'était tant mieux, car après tout, s'ils étaient comme tout le monde, ils n'auraient pas eu besoin de se trouver pour tomber amoureux.

Il valait bien mieux pour des tarés dans leur genre de rester entre eux. Comme ça, ils n'essayaient pas bêtement de contaminer de gentilles personnes et n'avaient pas besoin de faire semblant d'être quelqu'un d'autre. Ils étaient chelou, un peu con sur les bords et sado-masochistes et assumaient parfaitement !… Ok, dis comme ça, c'était carrément étrange, mais bon. Ce qui semblait plus intriquer le Valentini sur ce coup, c'était le fait qu'une demoiselle squattait un peu chez lui sans pour autant avoir déjà envahis son espace personnel avec ses propres affaires. Et bien non, Cassidy n'avait pas débarqué avec une valise pour s'installer chez lui hein, elle savait laisser le temps au temps et n'avait aucune envie étouffer le jeune homme à qui elle avait déjà l'impression d'imposer de drôles de choses… Comme.. Ben avoir une copine. Ben oui, c'était un exploit ça, elle s'en doutait bien. Pas le fait qu'une fille soit intéressé par lui bien entendu, mais bien qu'il ne s'agisse pas d'un coup d'un soir… Enfin, elle n'était même pas un coup du tout pour l'instant vu là où ils en étaient, mais qu'importe, ce n'était pas cela le problème. Visiblement, Raffaelo semblait croire que lorsqu'il n'était plus dans son champ de vision, la jeune femme amoureuse qu'était Cassidy cessait totalement de vivre et se foutait dans un coin avec un bol de chocapic pour déprimer… Tiens d'ailleurs, elle en avait acheté !… Ahem. Mais non, ce n'était pas pour ça du tout oh.

Elle était une femme forte, indépendante, avec des responsabilités et tout et tout.. Donc, le fait qu'elle soit revenu n'avait rien à voir avec le fait qu'elle ne pouvait déjà plus se passer de lui. Elle le pouvait parfaitement !… Elle n'avait juste pas envie d'essayer trop longtemps pour le moment, voilà. En attendant, même si elle voyait bien que le Valentini se moquer juste, elle n'avait pas pu s'empêcher de lui lancer un petit regard de reproche comme si elle avait besoin d'affirmer son indépendance… Pour arriver à y croire elle-même certainement. Elle avait donc répondu du tac au tac à son « tu ne trouves pas ? ».

« Non. »

… Ok, ça c'était clair et net au moins. Non mais oh, il croyait quoi celui-là, qu'elle allait dire amen à tous ce qu'il disait ? Ben non. Pas comme si elle avait peur de lui ou une bêtise du genre.. Ce qui prouvait certainement qu'elle était un peu folle d'ailleurs. Une fille qui ne s'écrasait pas devant lui, sans pour autant rentrer vraiment en conflit, c'était beau ça tout de même, non ? Ou rare peut-être, allez savoir. Mais il fallait bien être capable de le supporter le Valentini, avec ses moqueries et ses clichés. Comment ça les femmes ne pouvaient pas juste prendre ce qu'elles avaient besoin dans une valise ? Mais non c'était faux ! Toutes les femmes n'étaient pas ainsi !… Bon, par le plus grand des hasards, il se trouvait que Cassidy était comme ça… Mais c'était du hasard justement, rien de plus.

« T'abuses, j'ai pas tant de fringues que ça !.. Enfin. Tout tiens dans mon dressing. Et je t'ai épargné l'invasion, donc arrêtes de te plaindre. »

Ouais, un dressing… Donc, une pièce juste pour des fringues, bonjour la miss qui n'a jamais rien à ne se mettre sur le dos. Mais boooon, comme elle le disait, elle n'avait pas -encore – envahis son espace personnel avec ça, alors qu'il ne se plaigne pas le bougre. Pff, il était quand même casse pied quand il s'y mettait… Mais pas assez pour le rendre insupportable aux yeux de Cassidy. Il la rendait même heureuse, c'était bien ce qu'elle avait fini par lâcher. Autant dire qu'il devait la trouver encore plus étrange après ça, mais bon. Le temps qu'il encaisse, elle était partit faire tranquillement la bouffe… Parce ce qu'il était fatigué, uniquement. Cela n'avait rien à voir avec le fait qu'elle était la femme et lui l'homme oh.. Quoi que… Enfin, il devait bien savoir se faire à manger tout seul, non ? Mouais, le frigo lui avait parut assez vide en fait, d'où le besoin de faire quelques courses. Elle pouvait donc se demander comment il arrivait à se nourrir en temps normal. Mais au moins pour ce coup, il aurait un bon repas préparé avec amour !… Enfin… Ouais, faut pas déconner, c'est que des pâtes quand même.

Mais au moins, ils auraient quelque chose de consistant dans le ventre, ce qui ferait sûrement du bien au Valentini après sa rude soirée et à Cassidy… Ben.. Qui avait eu la flemme de manger toute seule en fait. Du coup, même s'il était tard, cela ne pouvait leur faire que du bien d'en profiter. Le plat étant rapide à préparer, la jeune femme n'avait pas mis bien longtemps avant de poser la casserole sur la table et de s'installer en face de Raffaelo qui… N'avait rien foutu en gros macho qui l'était. Bon aller, on a qu'à dire qu'il ne se sent pas bien et qu'il n'est donc pas assez en forme pour mettre la table ou autre. Voilà… Miss je cherche des excuses à mon imbécile de bonhomme tout le temps. En tout cas, lui semblait ravie, comme le démontrait d'ailleurs son impressionnant coup de fourchette. Sa réflexion sur le fait qu'elle pourrait venir cuisiner plus souvent avait même fait marrer Cassidy. Ah ah, il ne savait vraiment pas se débrouiller ce mec alors ? Ou alors, elle était la plus exceptionnelle des cuisinières, voilà. C'est avec un petit sourire moquer, même s'il n'égalait pas celui de son homme, qu'elle lui avait donc répondu.

« Oh, tu as besoin d'une femme pour ça ? Je pensais que tu étais un homme libre, indépendant, qui n'a besoin de personne, tout ça. Mon pauvre petite Raffy… Mais bon, comme j'ai bon cœur, je veux bien voir pour ne pas te laisser mourir de faim et te faire un petit plat de temps en temps. »

Oui, puis bon, cela lui donnait l'occasion de squatter d'avantage chez Raffy… Mais d'où il sortait ce surnom ? Ben de la bouche de Cassidy, voilà. Mais bon, même s'il était un gros macho qui profitait qu'elle aimait bien préparer la bouffe, elle avait quand même son autorisation pour revenir et même manger avec lui, c'était beau ! Enfin… Manger avec lui… Il mangeait toujours aussi vite ce type ? Bof, c'était peut-être Cassidy qui était lente, mais du coup, elle s'était retrouvé à déguster tranquillement son plat alors que le Valentini lui la regardait faire, affichant un sourire en coin dont il avait le secret. Pour lui dire quoi ? Qu'elle avait le droit de dormir dans son lit, dans cette tenue… Avec lui bien entendu. L'idée semblait bien lui plaire à ce pervers ! Pourtant.. Ce n'était pas très attirant une fille dans ses fringues, non ? Remarque, c'était mieux ainsi. Dans une nuisette, sûre que l'idée lui aurait plut aussi, mais peut-être un peu trop justement. Du coup, quand il avait dit cela, la jeune femme s'était arrêté de manger sur le coup et avait même légèrement rosie… Non mais c'était quoi ce sourire de pervers en plus ? Pff, sale type… Sale type attirant, mais quand même.

« Je.. Ben, je suppose qu'un gentleman m'aurait laissé son lit, mais comme tu n'en ai pas un, tu vas au moins devoir me faire une petite place oui, je ne dors pas sur le canapé. Tu vas donc devoir être sage… Comme l'autre fois, mais en moins mourant tu vois. »

Ben oui, ils avaient dormi ensemble cette fameuse nuit à l'hôtel, sauf qu'il avait perdu une bonne dose de sang cette fois-là le pauvre. Enfin… Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il ne se casserait pas non plus comme un voleur le matin venu, même si c'était fort peu probable puisqu'ils se trouvaient chez lui. Finissant finalement son assiette à son tour, la jeune femme s'était levé tranquillement pour s'approcher du Valentini et se pencher un peu vers lui, donnant ainsi l'impression qu'elle recherchait un baiser… Mais elle se contenta d'annoncer tranquillement une fois toute proche.

« Par contre, je fais pas la vaisselle. »

Et voilà, dans la foulé, elle s'était redressé et avait tourné les talons. Non mais oh, il croyait quoi, qu'elle allait faire la bouffe, la vaisselle et le ménage ? Pff, c'était pas bobonne hein ! Un sourire aux lèvres, elle s'était donc cassé, se doutant bien qu'il risquait bien de tout laisser en plan lui aussi tellement le rangement ne semblait pas être sa spécialité. Un peu comme chez elle, la jeune femme s'était donc dirigé vers la chambre pour finalement se poser sur le lit et l'attendre. Cela faisait étrange d'être dans un autre lit que le sien, alors dans le lit d'un homme.. Cela avait tout de même du sens, mais bon. C'était normal.. tout à fait normal comme situation.  
© PRIDE SUR LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Poképerv'
Messages : 874
Pokédollards : 101
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 23
Je suis (Inrp) : Chut faut pas lui dire qu'il est amoureux.
Je ressemble à : Kamui Gakupo de Vocaloid
Double compte : Reshiram, Ayden, Leo, Yuuna et Azael

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Double Pistolets ♠ Fusil d'Assaut ♠ Sniper
Race Pokemon/ Métier: Tueur à gage & Dealer
Team/Dresseur/Equipe: //
Poképerv'
MessageSujet: Re: La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]   Dim 17 Juil - 21:23





La fierté et l'imagination

Cassidy
Raffaelo

Comment ça la vie de Cassidy ne s'arrêtait pas de tourner quand il n'était plus dans le coin ? Mais pas du tout, c'est pas logique madame, elle se doit de ne vivre que pour lui, parce qu'il est un homme tellement séduisant et parfait, et qu'elle n'avait donc d'yeux que pour lui. Mais visiblement, la demoiselle avait beau être relativement simple à vivre -ou alors elle savait se plier quand il fallait face au Valentini.. ou alors elle ne faisait même pas gaffe et c'était naturel.. c'est presque flippant dit comme ça-, mais autant elle semblait pas décider à lui donner raison tout le temps. De quoi lui fait tirer une drôle de tête, les lèvres légèrement pincés, mais son regard n'exprimait pas la moindre once d'agacement, il lui en faut plus faut dire. Mais bon, si elle était trop docile à dire ou à tout, elle serait terriblement ennuyante cette femme. Une femme qui n'a que son physique pour elle ne rime à rien, elle n'a que l'apparence qui joue, le reste on s'en fiche et on ne désire pas la connaître et passer du temps avec. Mais tu vois, Cassidy c'est le genre de jeune femme à lui faire des déclaration enflammée pour finalement dériver vers le non-romantisme absolue. C'est le genre à l'agresser quand il rentre chez lui à coup de coussin pour l'accuser de l'avoir tromper pour finalement se mettr au petit soin avec lui simplement parce qu'elle a découvert en cours de route qu'elle c'était trompé. A croire qu'en fait c'est tout ou rien. Et autant parfois elle semblait accrochée à lui sans pouvoir s'en défaire, autant elle voulait faire la femme qu'on ne peut pas avoir... Bon faut avouer qu'en fait elle le faisait très bien vu que notre homme c'était pris l'équivalent d'un rateau monumentale alors qu'il avait cru pouvoir tout avoir d'elle, et quand je dis tout, c'est surtout elle mais bon. Pas pour maintenant. Faut dire que monsieur c'est pas très intelligent, c'est pas comme s'il était en meilleur forme. Même s'il ne puait plus l'alcool grâce à une bonne douche qui l'avait un peu aidé à s'en remettre, faut avouer qu'il était pas encore au top. Et donc, en rester là était peut-être mieux. Surtout après la nouvelle comme quoi il s'était trouvé une vierge. Le comble presque. Mais on va dire que comme c'est un Dieu c'est logique voilà, tu vois on trouve des explications à tout dans la vie !

Bon à défaut de pouvoir tout avoir dans la vie -et surtout ce soir-, il pouvait au moins avoir le plaisir de manger quelque chose sans même à avoir levé le petit doigt. Et même s'il était plutôt grand mangeur de nature, autant le dire que vu la journée qu'il venait de passer, les pâtes ne firent pas long feu dans l'assiette. Et s'il restait du surplux, eh bien cela termina bien vite au fond de son estomac pour le laisser affaler sur sa chaise en mode posé tu vois. Il était bien comme ça. Et en plus il avait même une Cassidy pour se moquer un peu, si ce n'est pas beau c'est décidement sa préféré... Peut-être parce que parfois elle trouvait un courage ou un inspiration on ne sait pas trop où pour lui répliquer tu tac au tac presque... Entre le coup de son indépendance, les fringues, et maintenant le coup qu'il lui avait suggérer de lui faire à manger. Notre homme se retrouva à croiser les bras, la fixant comme ça avec un avec un air qui semblait plus dépité qu'autre chose. Tu vois là, les p'tits yeux du mec qui te fixe avec un air qui fait un peu "attends, tu te fouts de moi là ?". Ben ouais. Du coup, loin d'être du genre à donner son dernier mot, et puisqu'il était un râleur de première il souffla.

« Aaah ces gonzesses, t'as trop de fringue voilà tout, moi tu vois ça prend pas une armoire complète. Et puis, tu aimes bien me faire à manger, ne le nie pas, je t'invite grâcieusement à pouvoir continuer à le faire c'est tout. Tu vois que de bonté en moi !

C'est qu'il s'y croyait le con. Mais en même temps, on ne change pas une équipe qui gagne. Mais elle n'était pas mieux quand même sur le coup, parce qu'elle était décidé à avoir du répondant. Enfin... En fait elle en avait toujours eut. C'est juste tout à l'heure qu'elle faisait pas la fier, mais ça va, vite reprit la demoiselle hein. Haussant les sourcils, son sourire en coin devint plus large devant la couleur de la demoiselle. Va savoir pourquoi, enfin si tu dois savoir, mais pas lui, pas trop, ça lui faisait plaisir. Il en était fier et comptait bien jouer là-dessus encore un moment en fait. Même si la réponse restait des plus normale. Lui laisser le lit ? Ouais nan, c'est mieux de le partager tu vois. Même si c'était en fait frustrant aussi dans un sens, genre, elle était là, en chemise, mais pas touche. Ouais un peu dur, mais vu qu'il était malgré lui fatigué, ben ça devrait le faire. Il en haussa les épaules.

« Ouais, c'était déjà le cas à ce moment, t'as pas de quoi avoir peur alors. Promis je serait sage, au moins un peu. Juste assez pour ne pas t'effrayer.

Oui bon, il savait qu'elle n'en était pas à ce stade, juste qu'elle était pas ultra confiante quoi. Bon on va dire normal, c'est un peu méchant de jouer là-dessus ? Mouais. Elle savait toujours bien lui rendre... Comment lorsqu'à cet instant elle s'est levée pour s'approcher de lui, se pencher... Le poussant à relever la tête, s'attendant à un de ces baisers plein d'amour qu'elle aimait lui faire et... En fait non. Il resta un peu con devant cette action, cette esquive doublé du fait qu'elle affirmait juste ne pas faire la vaisselle. En mode faut pas déconner. La tête n'ayant pas bougé d'un milimètre en la regardant partir, la bouche à peine entre-ouverte. Le regard du Valentini aurait pu être comparé à celui d'un serpent sournois faut avouer. Son sourire revient à sa place sur son visage tandis qu'il se mordillait la lèvre inférieur légèrement. Il lui ferait comprendre c'est quoi de le chercher. Et ça. Elle n'y échapperait pas. Il en avait hâte. Oh oui. Hâte de posséder cette femme en tout point littéralement.

« Patience O'Doherty... Patience.

Il l'avait soufflé tellement bas qu'elle ne devait certainement même pas l'avoir entendu. Mais c'était pas vraiment le but faut avouer. Alors qu'il la regardait simplement tel un prédateur s'éloigner. Il l'aurait oui. Mais pour l'instant, il se contenta de ricaner tout seul et de se lever alors pour lui emboîter le pas. Là une fois sur le seuil de sa porte, il s'arrêta quelques instant pour la regarder, l'air songeur. Avant de finalement hausser les épaules.

« Je vois que tu t'installes comme chez toi.

C'était pas un reproche juste une constatation, de toute façon il se contenta de s'affaler de tout son long sur le lit, l'air visiblement très motivé. De toute façon, il était largement temps de dormir, il était tard, il était fatigué et puis.. Il y avait de la bonne compagnie et... Ok j'me tais... S'installant un peu mieux dans le lit tel le flemmard qu'il était, il se contenta de lâcher.

« Ben pose toi hein j'vais pas te bouffer.

Ouais on sait jamais... Elle donnait l'impression de pas savoir où se mettre... Au final, il c'était alors affalé, et était resté un moment comme ça. Il avait certainement finit par s'endormir comme une masse malgré lui, épuisé son combat contre Doppo et le reste de la soirée. Il était sage non ? Il est notable tout de même qu'il ne semblait pas dérangé pour venir s'appuyer sur elle durant sons sommeil...~ Faut dire que pourquoi se priver, il était bien là !


© REIRA DE LIBRE GRAPH



 
Kdô ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La fierté débile d'un Valentini et l'imagination débordante d'une O'Doherty. [+16]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Forum: La fierté du Lion
» Dico des fautes de frappe débile~
» Idée débile du moment: orientation~ [TERMINÉ - À DÉPLACER]
» Trop de fierté, tue la fierté !
» [topic débile] Une histoire d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Kanto :: Safrania-