Partagez | 
 

 Times to learn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Times to learn   Sam 11 Juin - 13:54
Times to learn.
w/ Samuel B. Pinkyard
"I'm a little intellectual, someone who knows it all."
 
Abel avait éclaté de rire en avisant les joues rougies du scientifique qui, visiblement, avait été on ne peut plus gêné par sa plaisanterie. L'infirmier n'avait aucun complexe, il plaisantait facilement sur tout les sujets, y comprit la sexualité. Surtout la sexualité, en fait, c'était un sujet parfois si tabou pour certaines personnes que c'en était d'autant plus amusant d'en rire aussi ouvertement. Même si c'était assez risqué. Néanmoins, Samuel était quelqu'un d'assez sympathique pour ne pas relever, ou de ne pas prendre ses airs effarouchés. Un simple rougissement discret, un léger blocage méfiant sur le coup, et c'était déjà fini. Son attitude était déjà redevenue normale et on ne peut plus avenante.

Samuel avait prit au pied de la lettre son invitation et ses mains allèrent se balader sur le matériel varié qui constituait son bureau. Un vrai scientifique en pleine exploration, c'était ce qu'Abel avait éprouvé en observant l'homme. Une certaine fierté avait gonflée en lui en voyant l'intérêt qu'il portait une fois de plus à son lieu de travail et ce qu'il côtoyait au quotidien. Mais ce qu'il avait préféré, c'était le soufflé coupé de Samuel lorsqu'il lui avait montré sa machine. Il ne pensait pas un jour faire cet effet à quelqu'un comme lui, ni même à qui que ce soit, simplement avec une machine comme celle-ci, tout juste bonne à recharger les batteries des hybrides de type électrique.

Mais Samuel, ce grand scientifique, avait admit qu'il trouvait cette machine impressionnante. Et ça, c'était un beau compliment qu'Abel recevait à bras ouverts.

-  Merci Abel, c'est juste de trop. Ce que je vois dépasse l'entendement. Merci  

Abel se mit à rougir de bonheur, particulièrement touché par ces paroles. Il venait d'épater un homme comme Samuel, ce n'était pas rien, et cette simple pensée lui donnait l'impression qu'il aurait pu faire n'importe quoi, il aurait été une personne extraordinaire aux yeux de quelqu'un. La main de Samuel dans la sienne fit gonfler une boule de bonheur dans sa gorge, et ses yeux verts, déjà brillants de nature, pétillèrent de plus belle. La tape qu'il reçut dans le dos lui fit lâcher un petit rire -pas une de ces rires exubérants dont il avait le secret-, un vrai rire.

Maintenant qu'il y pensait plus clairement, il en était sûr désormais : il venait de se faire un vrai ami. Un ami sincère, sur lequel il pourrait probablement compter, et vice versa. Un ami avec qui il ne manquerait jamais de discuter, avec qui il trouverait toujours un sujet de discussion et qui se rapprocherait de près ou de loin de la science. Abel avait déjà un cercle d'ami assez vaste, notamment parce qu'il était quelqu'un de très ouvert, mais des amis comme Samuel, nul doute qu'il n'en trouverait pas beaucoup.

Un large sourire étendu sur ses lèvres, l'air totalement exalté, il l'observa lui tendre de larges pinces d'un air curieux.

- C'est quoi ça ? Ça doit faire mal, vous ne croyez pas ?

Abel lui prit gentiment des mains et commença à les ouvrir et les fermer frénétiquement, en les approchant dangereusement du visage de son ami.

- Je sais pas, tu veux essayer.. ?  

Soudainement, il lui pinça le nez, pas trop fort pour ne pas lui faire mal, mais assez pour le surprendre suffisamment à son goût. À nouveau, Abel éclata de rire et se recula, brandissant l'arme du crime d'un geste victorieux.

- Hahaha ! Désolé, c'était trop tentant, haha !

L'infirmier se racla la gorge pour reprendre contenance et récupérer un air plus sérieux, qui ne lui allait pas vraiment quand on y pensait. Il prit le bras de Samuel et le souleva à hauteur de sa poitrine, remontant la manche du scientifique sans lui demander son avis. Abel était tactile, ne connaissait pas vraiment le principe d'espace personnel, et se souciait rarement de ce que les autres en pensaient. Ainsi, il ne songea pas une seule seconde que cette proximité puisse gêner l'homme un seul instant.

- En fait, c'est pour retirer les très, TRES, grosses épines. Les hybrides de types plante, poison ou insecte ont tendance à balancer des épines à tout va en plein combat. Certaines restent facilement coincées et c'est dangereux de les retirer soi-même, du coup les patients viennent nous voir pour qu'on les retire nous-mêmes.

Joignant le geste à la parole, le bras du scientifique dans la main, il imagina une épine imaginaire et mima une intervention, comme s'il retirait une épine du bras de Samuel. Il fit un « TOC » sonore avec sa bouche et recula finalement, les pinces toujours en main et le sourire toujours aux lèvres.

- Ça fait un peu mal, mais c'est rien par rapport à d'autres choses. Enfin, je te souhaite pas de vivre ça un jour : les épines sont dans mon Top 5 des attaques les plus désagréables ET casse-pieds à soigner !

Abel reposa les pinces sur un plateau et cette dernière remarque le lança sur un sujet tout à fait opportun.

- Tiens, maintenant que j'y pense, vous avez du voir pas mal de combats dans votre vie, mais vous vous êtes déjà fait attaquer par un hybride ?

C'était quelque chose qui semblait banal dit comme ça, mais qui ne retirait en rien le côté dangereux de la chose. Quoique, certaines attaques d'hybrides ne valaient pas grand chose, et on ne pouvait pas se vanter d'avoir été attaqué après ça... Comme avec l'attaque trempette par exemple.
Thanks Igneous !


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Times to learn   Sam 11 Juin - 15:11
Samuel était comme un Poissirène dans l'eau. Entourée de choses à voir à tester, en plus de ça. Il pouvait poser des questions sur les utilisations. Il était heureux, bien ignorant que ces mots pouvaient provoquer. Pourtant, il n'est pas né de la dernière pluie, le scientifique, loin de là. Sauf que ces interactions sociales se limitait à son assistante, quelques dresseurs pas toujours gentils et à présent Abel. Alors qu'il avait à peine vu la dernière fois. Revenant de son échec cuisant sur la nature d'une demoiselle. Il s'attendait à tout sauf à ce geste. L'infirmier lui pinçait le nez. Il avait laissé échapper un petit couinement, pas très masculin, par surprise. Il entendait le rire caractéristique de l'autre scientifique. Il se contentait de frotter son nez. Il disait que c'était trop tentant. Il roulait un peu des yeux. Avant d'être touché par l'autre homme ce qui agrémentait les joues de Samuel d'un joli rouge, comme si ce dernier ne l'avait pas quitter. Il avait eu que peu de contacts physique. À part sa sœur quand il s'y mettait.

Il commençait à expliquer à quoi ça servait. Lui, il s'était mis à noter avec frénésie ce qu'il écoutait, allant de ses propres commentaires par écrit, bien entendu. Il ne pouvait s'en empêcher. C'était le côté que le prof pouvait aimer comme détester. Les épines, les hybrides plantes, poisons, ou insecte avait des attaques de ce type. Même certains hybrides avaient des attaques à piques, pas forcement de leur type. Le scientifique imaginait un des fameux pics toxic qui menait lentement et sûrement vers le KO. Tout s'expliquaient. Il imitait le geste avec le bras de l'homme aux cheveux bleus. Il disait facilement que c'était le genre d'attaques difficile à soigner. Puis un question vint à ses lèvres ; comme une évidence. Avait-il subit une attaque d'hybride.

« J'ai déjà subi des attaques, en tant qu'humain, ce n'est pas agréable. C'est les risques du métier. Une hybride psy a trouver intelligent de me faire une attaque psycho. J'ai pas pu parler correctement plusieurs jours de suite. Ce qui est handicapant pour mon boulot. Il me restait l'écriture. Bien que vous connaissez l'écriture d'un médecin. Celle d'un scientifique n'est guerre mieux. »

Il se mit à gratter le creux de son cou. Avant de rire à son tour un peu stupidement. Il avait l'air bien moins classe comme ça. Mais il aurait pu prendre pire comme attaque. Il avait eu de la chance de son malheur. Tellement d'attaques qu'il aurait pu subir. Quel serait son état actuel ? Il aurait fini grillé comme un cadoizo subissant une attaque déflagration. Samuel se mit pris ce qui semblait à des bandages pour hybride, pas si différents que ceux des humains, sauf qu'il avait une odeur différente. Difficile à expliquer cette subtile différence pour lui.

« Il y a des attaques d'hybrides qui peuvent ressembler à des attaques plus ou moins reproductible par un humain. Un fouet liane peut faire autant de mal qu'un coup de fouet d'une personne qui est peu d'humeur. Ce n'est pas une expérience personnelle. Faudrait que je reçoive une attaque torgnoles pour la comparer à une furie humaine. Et toi, comment ressens-tu une attaque humaine ? »

Si on pouvait nommer ce genre de choses ainsi. Mais une attaque restait une attaque hybride ou non, ça devait faire mal si la personne savait ou frapper. C'est là qu'on voit à quel point Samuel n'avait que peu de chance dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Times to learn   Ven 29 Juil - 18:25
Times to learn.
w/ Samuel B. Pinkyard
"I'm a little intellectual, someone who knows it all."
 
Abel admirait la rigueur qu'avait le scientifique à noter les informations qu'il lui donnait, c'était quelque chose qui avait le don de flatter son ego, lui donnait l'impression qu'il était comme un professeur qui transmettrait son savoir. Pourtant, il en restait persuadé, il avait beaucoup plus de choses à apprendre de Samuel que Samuel de lui. Mais cette situation inverse était si agréable que le médecin se permit d'en profiter un peu, en partageant ses connaissances du corps hybrides, connaissances dues à son statut de médecin et ses études médicales.

Et si les études était un moyen assez long mais efficace pour acquérir des connaissances, l'échange d'expérience entre deux intellects (Abel, un intellect ? Haha ! Hahahaha ! ) était un moyen beaucoup plus rapide et amusant. À la fin de cette journée, nul doute que les deux ressortiraient exaltés et emplis de nouvelles informations. C'était étrange d'imaginer tout ce qu'une rencontre anodine pouvait apporter à deux êtres, finalement.

Abel se tourna vers le scientifique, tout ouïe, comme toujours.

-  J'ai déjà subi des attaques, en tant qu'humain, ce n'est pas agréable. C'est les risques du métier. Une hybride psy a trouvé intelligent de me faire une attaque psycho. J'ai pas pu parler correctement plusieurs jours de suite. Ce qui est handicapant pour mon boulot. Il me restait l'écriture. Bien que vous connaissez l'écriture d'un médecin. Celle d'un scientifique n'est guerre mieux.

Le jeune médecin se mit à rire malgré lui en entendant le récit de son collègue. Imaginer le pauvre scientifique incapable de prononcer le moindre mot correctement et contraint à écrire des pattes de mouches illisibles pour se faire comprendre, la situation était comique, et Abel dut se tenir le ventre et reprendre son souffle au bout de plusieurs secondes. Les attaques psychiques étaient beaucoup plus problématiques pour les humains que pour les pokémons malheureusement, Samuel en avait fait les frais !

- Haha ! Tu as du en baver ! Les attaques psychiques sont compliquées à soigner, pour certaines on ne peut rien faire d'autre que d'attendre que le cerveau se remette de lui même. Mais tu savais que certains humains sont insensibles à certaines attaques psychiques? Avec la plasticité cérébrale, le cerveau arrive à parer certains contre-coups. Peut-être que la prochaine fois que tu te prendras une attaque psycho, tu parviendras à reparler plus vite !

Cela dit, Abel doutait fortement que le scientifique réitérerait l'expérience. Les attaques psychiques restaient des expériences assez marquantes et perturbante pour le corps humain, et provoquait parfois des effets secondaires assez violents si on ne prenait pas de précaution. Abel n'en avait jamais été victime, et ne le souhaitait pas spécialement. Enfin, il combattait tellement peu qu'il était peu probable que cela lui arrive. Il était tellement un novice en matière de combat que ça faisait plutôt peur, mais ça l'empêchait pas de pouvoir soigner les blessures issues de ces derniers, paradoxalement.

- Il y a des attaques d'hybrides qui peuvent ressembler à des attaques plus ou moins reproductible par un humain. Un fouet liane peut faire autant de mal qu'un coup de fouet d'une personne qui est peu d'humeur. Ce n'est pas une expérience personnelle. Faudrait que je reçoive une attaque torgnoles pour la comparer à une furie humaine. Et toi, comment ressens-tu une attaque humaine ?

Abel retourna s'installer sur son bureau d'un air pensif, méditant sur la question. Y avait-il une différence entre ce qu'il ressentait d'une attaque humain par rapport à un vrai humain ? Il n'en savait trop rien, la question ne lui avait jamais été posé, et lui-même ne s'y était pas penché. Machinalement, il se mit à tournoyer sur sa chaise de manière enfantine, comme pour organiser ses pensées et donner une réponse convenable à son acolyte.

Finalement, le blondinet s'arrêta de pivoter en direction de Samuel, sa tête commençant à avoir le tournis et sa réponse fin prête..

- Hmm probablement la même chose que vous, je crois ? Un coup est un coup, mais peut-être que mes aptitudes hybrides m'apportent une meilleure résistance à une simple attaque humaine ?

Abel resta silencieux un instant, et un ange passa.

- Tu sais quoi ? Finalement j'en sais rien du tout. Il éclata de rire. Je me fait rarement frapper par des humains en fait ! Pareil pour les hybrides. Je ne combats jamais, je ne me souviens même pas de la dernière fois où j'ai attaqué quelqu'un... Peut-être quand j'étais petit..?

Abel se remémorait parfaitement sa vie à l'état sauvage en compagnie de sa mère biologique. Mais cette vie appartenait au passé, il l'avait totalement reniée, et il avait rarement combattu après ça. C'était quelque chose auquel il n'était pas du tout habitué.

- Je suppose que sous forme hybride, un humain pourrait me frapper ça ne changerait pas grand chose. J'esquiverais beaucoup trop facilement. Mais je ne suis même plus sûr de savoir encore attaquer correctement... C'est pas censé être instinctif ? Je sais comment utiliser mes griffes et tout ça, mais pour le reste...

Qui sait de quoi Abel était-il réellement capable ? Lui même ignorait son potentiel, il n'avait jamais cherché à l'exploiter, car il n'était même pas sûr d'en avoir. Qui sait, peut-être un jour aurait-il besoin de se battre, et il découvrirait une toute nouvelle facette de lui-même. Qui sait.

Comme pour accompagner ses paroles, Abel fit sortir ses griffes. Elles étaient longues, acérées, et pour cause, Abel en prenait grand soin. Il avait beau ne pas combattre, il adorait se faire les griffes sur son propre canapé (qui était en piteux état).


- Et vous, qu'en pensez vous Samuel ? Oh ! C'était une invitation à me frapper, c'est ça ? Je veux dire, dans le cadre d'une expérience ? Abel bondit de sa chaise. Si c'est ça, je suis partant hein ! Suffisait de me demander !

Sans doute partait-il trop vite dans l’interprétation, sans doute le fait d'être en présence d'un scientifique altérait son jugement et le poussait à voir n'importe quelle question comme une avance à faire des expériences. Sans doute. Mais Abel était trop spontané pour réaliser ce qu'il disait, heureusement que son collègue était là pour le remettre à sa place... Éventuellement.
Thanks Igneous !


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Times to learn   Ven 29 Juil - 19:41
Samuel partageait ses expériences, même ses plus malheureuse, surtout quand il avait de quoi voir les choses autrement. Un autre esprit que le sien. Affûté d'une autre façon que le sien. Trop attaché à la rigueur scientifique. Bien que le jeune prof avait encore un tas de choses à apprendre sur ce monde. Ce savoir que nul d'autre pourrait découvrir, du moins, il espérait. Toujours à chercher, il finirait par trouver. C'était comme le disait un dicton que lui répétais sa grand-mère. Le Miaouss s'empressait de dire que les attaques du type psy étaient difficiles à soigner. Compte rtenu du fait sûrement que c'était en grande partie de la manipulation de cerveau. Cet organe fascinant que peu, surtout pas lui, ne pouvait comprendre. Le scientifique aux cheveux bleus pouvait faire ce qu'il voulait. Mais il écoutait attentivement les mots de l'autre homme qui aimait la science, enfin, pas sûrement autant que lui. Mais il ne voulait pas une parfaite copie de soi. Il aimait trop se dire qu'il y avait quelqu'un pour contrer ses questions ou ses affirmations. Il fonctionnait comme ça. Bien que l'idée de reprendre une attaque psychique était désagréable, avec sa chance. Il pourrait vérifier l'hypothèse de cet homme.

Samuel attendait la chaise grincer quand il se mit à tournoyer tel un enfant sur un jeu en fer. Les hybrides avaient pas mal de points communs avec les humains. C'était tant mieux. Il se demandait s'il avait été ami avec des hybrides sans le savoir. Bon, il avait eu peu d'amis dans sa vie. Donc la probabilité était faible, pas à exclure, cependant. Le médecin avouait s'être fait peu frappé, le prof fit quelques instants la moue. Il en avait de la chance. Lui dès qu'on le choppait en train d'observer. Il avait droit aux remarques biens senties et même aux coups. Il grommelait pour la forme avant de reprendre constance. Puis il parlait d'autres choses. Ce qui était plus glorifiant pour lui. Sous forme hybride, ils étaie nt agile, mais était-ce le cas des pokémon réputé plus lent. Il se grattait le menton songeur.

Pendant sa réflexion, Abel avait sortit ses griffes, ce qui avait surprit Samuel. Il reculait. Elle semblaient faire mal, très mal. Un hybride Miaouss dans toute sa splendeur. Il regardait les armes de destruction massive avec intérêt tout à fait scientifique. Il parlait, mais le professeur avait du mal à capter l'intention du jeune homme, avant que ça fasse tilt dans l'esprit savant de l'homme. Il voulait qu'il le frappe. Mais on ne frappait pas ses amis, si, non. Il en savait rien. Rien que d'y penser, il commençait à avoir mal au crâne. Il se prit la tête entre ses mains, se les grattant avec force. Que faire. Quel était la bonne réponse. Il n'en savait rien. Il commençait à faire les cent pas. Il devait répondre. Bien entendu son côté scientifique voulait, le côté amical, il ne savait pas. Pour le côté rationnel de l'homme, c'était non. Il s'arrêtait après un moment, sentant qu'il en pouvait plus. Il s'installait sur quelque chose. Il ne savait pas trop quoi.

« Te frapper ? Je ne sais pas si c'est correct. Je n'ai pas très envie de perdre une ami comme toi. Je n'ai pas envie de te faire mal. Bien que tu puisse te soigner. Puis moi et la douleur, on n'est pas copain. Normal, tu va dire. Bien que recevoir une attaque griffe est une expérience valable. Ça risque de m'ouvrir le bras, ou je ne sais pas quoi tu viserai. Tu as vu la taille de ces choses. Rien que de les voir, je peux presque avoir mal en les imaginant enfoncer en moi. »

Alors qu'il tentait de calmer son mal de tête qui était apparu, tel un Nosférapti dans les cavernes. Il se massait le cuir chevelu. Espérant que ça passe. Il s'était déjà coupé quelque fois en cuisinant, ça piquait un peu. Alors des griffes, ça devait frapper vite et bien. Il respirait à fond. Il n'avait pas à se prendre la tête pour ça. C'était inutile. Il respirait à fond. Samuel n'était pas habitué qu'on lui demande aussi de subir une attaque. Il faisait les frais de sa curiosité scientifique. Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Il se levait pour prendre palace sur le sol. C'était mieux de sentir le sol. Il touchait ce dernier.

« Mais c'est gentil de me proposer. Je ne serai qu'un piètre partenaire d'entraînement. Si tu veux croiser le fer avec mon épée, tu peux tenter. Je ne tenterai en aucun cas de te blesser. C'est tout ce que je peux te proposer en niveau combat physique. Le mental avec toi m'intéresse bien plus. »

Samuel riait un peu, avant de rester simplement sur le sol. Il avait besoin de ce contact pour reprendre pied. S'il avait su que revoir cet homme allait conduire à ça. Il aurait parlé à cet homme avec plus d'instance. Bien que certaines de ses paroles sont très troublantes pour lui. Il ne pouvait pas s'empêcher de se dire qu'il avait peut-être gagné au change. Il n'était pas confiant la première fois. Maintenant. Il avait l'impression d'être reconnu pour sa valeur. Rien que ça, il aurait bien voulu l'embrasser, s'il était de ce bord-là. Que fallait-il faire dans ce genre de cas. Une main serrée, trop formel. Alors un câlin. Ça faisait longtemps que le prof n'avait plus fait ce genre de choses. Même avec sa famille. Des années. Même à l'époque où il avait été qu'un amoureux transi. Pourtant, Samuel pouvait apprécier le contact physique. C'est juste qu'il n'aimait pas qu'on l'étouffe, d'où son besoin de partir toujours en vadrouille. Ne pas s'enfermer dans une case en quelque sorte. Dans ce sens, il ressemblait à sa sœur, bien trop sérieux dans son envie de découvrir. Il respirait à fond. Il était calmé à présent. Il sourit à Abel. Pour le rassurer. Lui aussi par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
 
Times to learn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» PA GEN DYOL -NEW YORK TIMES LAN BOUNDA MARTELLY
» Yon ATIK ENTERESAN NEW YORK TIMES sou GUY PHILIPPE
» LOS ANGELES TIMES
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Kanto :: Safrania-