Partagez | 
 

 ● Argent outai ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 155
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 23
Localisation : partout et nulle part
Je suis (Inrp) : Bonne question
Je ressemble à : Kida Masaomi de Drrr & King of despair de Kekkai Sense
Double compte : Kanon, kiwi, Pétunia

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Revenant ♦ Dracogriffe ♦ Telluriforce ♦ Dévorêve
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: ● Argent outai ?   Dim 22 Mai - 15:02
Argent outai ?
Entre pauvre on se soutient H24 feat Abel
Edwin :On Berlioz :Off

Tu viens d’ouvrir les yeux, c’est bien, tu sais ouvrir les yeux. La lumière du jour vient de transpercer ta rétine, cela te fait mal. Tu es debout, mais tu as eu l’impression de dormir en vrai. Tu bouges ta main devant toi, oui tu es bien vivant. Le dernier souvenir en date, tu étais chez toi ? Non, tu étais dehors… Non tu étais, quelque part ? Tu ne sais plus du tout si tu étais chez toi où non. Fouillant dans tes poches, tu réfléchis, tu n’as rien pris, tu n’as pas bu…

Encore une fois, tu as eu une crise.

Edwin se mord la lèvre avec cet arrière goût désagréable d’oublie. Qu’est-ce que tu as fait ? Pourquoi ? Tu te souviens juste que tu te sentais mal, ta tête allait exploser. Puis le noir totalement. Tu remontes tes manches pour regarder tes blessures, les bandages sont toujours là, pas de griffure pas de mauvais coup, non cela va bien. Poussant un large soupir, tu avances pour aller dans la rue, tu as une apparence pourtant potable, rien de déchiré, pas de sang, pas de douleur étrange, mais tu ne te sens pas super bien. Ton portable indique qu’il y a eu une journée qui c’est passé, sans que tu le remarque. Pas d’appel manqué, pas de sms bizarre envoyé ? Non, rien qui indique ce que tu as fait pendant cette journée à tu n’étais pas conscient.

Tu stresses, tu détestes être dans une ville sans savoir pourquoi tu es là. Tu viens de comprendre enfin où tu étais, heureusement, tu n’as pas quitté la région, c’est déjà arrivé pas mal de fois, tu en as marre. Pourtant, en te posant un peu sur un banc, tu remarques que tu n’as plus mal à la tête, c’est bien déjà. Affichant une petite mine soulagé, tu entends ton ventre grogner, c’est bien le moment d’être aussi affamé. Approchant donc un petit point de commerce, tu regardes ce que tu peux grignoter, heureusement que tu n’es pas difficile. Affichant un petit sourire, tout te fais envie, tu fouilles dans tes poches, sortant un porte monnaie qui est bien léger.

« …J’ai zappé que j’étais sur la paille. »

Le sourire tout mignon se transforme en sourire nerveux, tu n’as plus rien à part peut être juste de quoi payer le loyer de ce mois-ci… Ou peut être pas ? Tu as tout de même tenté de faire du charme à la demoiselle, mais pas moyen d’avoir de la nourriture gratis. Te revoilà dans la rue, affamer, sur la paille et clairement désespéré de la situation. Bien que tu gardes le sourire, tu te demandes si tu ne vas pas faire la manche ? Non, on va rester assez classe même dans la pauvreté ! C’est bien de positiver comme on peut.

Bien que la positive attitude ne nourrit pas, c’est bien dommage. En plus, c’est un cercle vicieux, car tu ne peux pas partir de la ville en volant, tu as trop faim pour ça, tu ne peux pas partir de la ville en bus il faut payer pour ça…. Tu es bloqué dans cette ville pour toujours vu comme ça.

« J’ai qu’à aller jouer au casinos ! … Faut de l’argent pour ça. »

Tu es à deux doigts de faire un faire un facepalm au mur. C’est clairement pas le moment de rester à faire des bisous au mur n’empêche. Affichant une mine déconfite, tu te diriges vers le centre Pokémon, ils sont là pour aider non ? Bien qu’en vrai, ce n’est clairement pas pour les infirmières que tu y vas.

T’es malade Edwin ?

Non, la tu allais voir un mec. Ca y est t’es passé dans l’autre côté obscure de la force des relations ? Non. Tu passes la porte automatique, regardant partout avec un peu d’espoir. Tu avances tranquillement pour approcher l’accueil, mais tu as même pas commencé à parler à la demoiselle, que tu as vu ce que tu cherchais. T’as pas cherché midi à quatorze heure, t’es allé direct dans la direction les bras tendu comme un môme.

« Je suis dans la meeeeeeeeerde Abou…. »

Tu viens de t’effondrer dessus en mode mec bourré. T’es totalement désespéré en ce moment même, un peu de réconfort…auprès d’un homme ? C’est bien le moment te découvrir un autre bord. Bien qu’en vrai, t’as besoin de copain dans toute situation négative.


© ASHLING DE LIBRE GRAPH'




● Edwin vous dit une blague en #ffc64f
● Berlioz vous assassine en #a22000

merci Noa mes clients vont adorer ♥️ XD
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: ● Argent outai ?   Mar 24 Mai - 23:33
Argent outai ?
w/ Edwin B. « Giratina » Lloyd
"You work at a smile and you go for a ride
'cause you had a bad day."
 
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'aujourd'hui, Abel était dans un état second. Lui qui était habituellement si énergique et si actif sur son lieu de travail, il ne faisait que traîner des pieds depuis qu'il était arrivé, pestant contre la machine à café qui ne fonctionnait plus, pestant contre son porte-monnaie vide qui ne lui permettait pas d'aller en demander un au distributeur, pestant contre le monde entier d'aller à l'encontre de ce qu'il espérait.

Mais qu'espérait-il, au juste ? Une jolie maison, douce et agréable, où il ferait bon vivre, avec une décoration luxueuse, des meubles de valeur, des biens à montrer à ses amis... La richesse, en soit, et un porte-monnaie garni en toute circonstance. Chose qu'il ne connaîtrait probablement jamais car Abel était un cas perdu, son sort était déjà tout tracé. Il vivrait une vie banale, voire miséreuse, dans un appart pourri à peine chauffé, et à peine de quoi se nourrir. Pour cause, il n'avait qu'un malheureux casse croûte pour ce midi, un sandwich triangle à base de pain, principalement, puisqu'il n'avait plus grand chose dans son frigo. Il avait du racler le fond du beurre pour espérer en étaler un peu et il avait décidé d'ajouter des céréales au chocolat entre les deux tranches, songeant que son sandwich était plus un goûter qu'un vrai repas. Et un goûter très original, puisqu'il ne pensait pas avoir déjà vu un sandwich aux céréales auparavant.

Dépité de sa propre personne, il n'en écoutait même plus les discours de son patient, un hybride Dragby, qui tentait de justifier le fait qu'il soit sauté du deuxième étage de son immeuble, expérience qui lui avait valut une jambe et le bassin brisé.

- Je vous jure, j'ai senti que je flottais, que cette fois, c'était la bonne ! Je pouvais le faire, je le sentais dans mes tripes docteur Mestres !

Abel lança un regard lassé et remplit de reproches vers son patient. Sérieusement, il était soit idiot, soit taré. Pire, les deux.

- Docteur Mestres, je vous promet que la prochaine fois... en sautant de plus haut peut-être que.... La prochaine fois...

Le blond leva les yeux au ciel en coupant le garçon dans son élan.

- Oui, oui, la prochaine fois, vous serez probablement mort écrasé au sol dans une giclée de sang. voyant l'air horrifié de son patient, Abel se mordit la lèvre et tenta de se reprendre. Je veux dire... C'est la troisième fois que vous venez en quelque mois, et c'est pire à chaque fois que je vous revois. Si vous continuez sur cette voie, vous allez vraiment finir par vous tuer !

Son expression d'horreur fut remplacée par une colère pure. Le garçon commença à se ratatiner, Abel voulut en profiter pour le laisser seul et s'éclipser une bonne fois pour toute, qu'il se mit à exploser :

- Vous verrez ! Tous autant que vous êtes ! Un jour, JE VOLERAI !

Abasourdi, l'infirmier laissa tomber pour cette fois. C'était impossible de raisonner ce type, et pour l'heure, il avait eu sa dose. Quittant la chambre, il se dirigea vers le Hall du centre, extenué par le début de son service. Il méritait bien une pause.

- C'est vraiment ma journée... maugréa-t-il.

Il était d'une humeur si maussade qu'il pouvait sentir ses épaules s'affaisser d'elles-mêmes, si lourdes.

Ou alors était-ce du au fait qu'on venait littéralement de s'effondrer sur lui sans aucune pudeur. Il aurait pu s'en offusquer, mais il n'en eut pas le temps en voyant le visage de son « agresseur ».


- Je suis dans la meeeeeeeeerde Abou…

Pour la première fois de la journée, le jeune homme sourit d'un sourire vrai, sincère. Là, il était content. Là, il se disait que sa journée n'allait pas être si pourri. Là, il songeait également qu'avoir des copains qui venaient le secourir à temps, c'était le pied. Cette simple présence lui redonna assez de baume au cœur pour se mettre à plaisanter.

- Alors non, là, tu es dans mon Centre Pokémon. Qui est d'ailleurs loin d'être merdique.

Soulevant son camarade pour l'aider à se redresser, comme s'il avait un quelconque problème à tenir debout tout seul -alors qu'il avait l'air parfaitement sobre-, Abel se contenta de passer un bras dans son dos en passant sous son épaule. Il en profita pour lui donner quelques tapes et se retirer, faussement inquiet.

- Salut Ed, tu pourrais prévenir avant de passer, c'est la moindre des choses. Si j'avais su je me serais mit sur mon trente-et-un et je t'aurais emmené en ville, mais là je bosse. 'Fin, je suis en pause, on va dire.

De sa poche, il sortit une forme triangulaire, entourée de papier d'aluminium. C'était son ridicule sandwich au céréales qui ne lui donnait pas du tout envie. En y repensant, il aurait pu se contenter d'amener des céréales et un bol sur son lieu de travail, quoique ça n'était pas courant.

Enfin, les sandwichs aux céréales non plus ne l'étaient pas. Abandonnant l'idée de le manger maintenant, il le posa sur la table près de lui et reporta à nouveau son attention sur son ami, explorant les possibles raisons de sa venue. Par réflexe, il mit une main sur le front du jeune homme, testant sa température qui ne lui sembla pas anormale. Il passa également un doigt dans son cou pour vérifier sa tension, qui était également dans la norme. Il ponctua ses gestes de quelques paroles :

- Plus sérieusement, qu'est-ce que t'as ? T'es malade ? Tu veux que je te fasse une analyse d'urine ? Il rit franchement, avant d'ajouter : Soit honoré, c'est pas à tout le monde que je propose de faire pipi dans un verre, quand bien même les gens en meurent d'envie. conclut-il d'un ton ironique.

En réalité, il ne comptait pas lui faire faire la moindre analyse d'urine, puisqu'il semblait en bonne santé pour le moment. C'était plus une genre de "blague de médecin" qu'Abel aimait faire avec un peu tout le monde, et qui donnait simplement l'impression qu'il avait une obsession pour le pipi de ses congénères.
 
Thanks Igneous !


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pokémon • Légendaire
Messages : 155
Pokédollards : 49
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 23
Localisation : partout et nulle part
Je suis (Inrp) : Bonne question
Je ressemble à : Kida Masaomi de Drrr & King of despair de Kekkai Sense
Double compte : Kanon, kiwi, Pétunia

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Revenant ♦ Dracogriffe ♦ Telluriforce ♦ Dévorêve
Race Pokemon/ Métier:
Team/Dresseur/Equipe:
Pokémon • Légendaire
MessageSujet: Re: ● Argent outai ?   Dim 12 Juin - 0:36
Argent outai ?
Entre pauvre on se soutient H24 feat Abel
Edwin :On Berlioz :Off

TUn poto c’est toujours la pour soutenir, comme un poteau, ahaha. Le blond s’affale totalement sur lui, comme un vrai mur de soutient, c’est fou comme tu peux vite passer tout en déprime total. Bon okay, sans argent  la vie s’arrête c’est bien connu. Enfin c’est vrai que la vie est plus compliquée quand on a les poches vides, et qu’on sait pas pourquoi on est là aussi, pourquoi tu fais des crises, « il » ne prend jamais d’argent avec lui ?! Pour une fois que t’aimerais que « il » soit intelligent. Peut être qu’il n’a pas la notion de l’argent ? T’as pas trop envie de lui demander.

Donc dans un élan de dépression de courte durée, tu t’es jeté sur le pauvre blond qui était entrain de bosser. Pourtant, vu son sourire, il doit être content que tu es apparu d’un coup comme ça dans sa vie. Tu le fais tout le temps de toute façon.

« Alors non, là, tu es dans mon Centre Pokémon. Qui est d'ailleurs loin d'être merdique. »

Edwin pouffa de rire, c’est de l’humour nul,  mais c’est drôle. Ton même niveau d’humour, tu l’adore cet Abel juste pour cette pointe d’humour stupide. Cela apaise un peu ton petit cœur meurtris, enfin, cela apaise quelque seconde, en plus il t’aide à marcher, ce qui est encore mieux.

« Salut Ed, tu pourrais prévenir avant de passer, c'est la moindre des choses. Si j'avais su je me serais mit sur mon trente-et-un et je t'aurais emmené en ville, mais là je bosse. 'Fin, je suis en pause, on va dire. »

Tu  aurais pu oui, mais tu aimes les surprises, enfin, surtout que t’y a pas du tout pensé en vrai. Mais, il ne te rejette pas et tant mieux. Tu te serais retrouvé un peu con de te voir renvoyé dehors comme un malpropre.  Regardant ce que sort Abel de sa poche, il sort quelque chose qui doit être son repas, ça l’air pas du tout appétissant, pour dire il vient de l’abandonner sur la table. Le pauvre petit pain. Commence pas à baver Edwin, on sait que t’as faim, mais reste un peu digne. C’est alors que tu vois une main qui s’approche de ta personne pour se poser sur ton front, c’est une façon de demander comme ça va assez original. Puis après le bisou du doigt au niveau du coup, tu clignas des yeux légèrement dubitatifs.

« Plus sérieusement, qu'est-ce que t'as ? T'es malade ? Tu veux que je te fasse une analyse d'urine ? Soit honoré, c'est pas à tout le monde que je propose de faire pipi dans un verre, quand bien même les gens en meurent d'envie.
-Et après tu fais croire du jus de pomme ? »

Tu ris tout seul comme un idiot, c’est bien du toi ça, rire de tout et de rien. Bien que tu te grattes la nuque gêné, ce n’est pas trop le moment de rire ? Si avec toi c’est toujours le moment, peu importe la situation.

« En vrai, chuis un peu dans l’impasse… Déjà j’ai mes bandages à refaire et je suis sans fric, je ne peux même pas me taper la marche j’habite trop loin et j’ai faiiiiim… »

Dit-il en laissant sa tête finir sur la table totalement désespéré. Si tu tentes la carte de la pitié Edwin on aura tout vu, bien que tu montres plutôt que tu es totalement en quête de solution, car sans fric et sans rien tu ne vas clairement pas aller bien loin.

« Pour dire j’ai pas mon porte feuille, je suis un boulet… »

Enfin, tu ne sais même pas pourquoi tu es dans cette ville, mais ça tu ne vas pas le dire, c’est clairement pas le sujet que tu veux aborder, croire à un vol ? Oui, c’est beaucoup mieux de faire croire cela, c’est plus « normal » que dire que t’as fait une crise bizarre et pouf tu as fini ici. Autant paraitre normal.

« Tu vas le manger ton sandwich ? »

Là tu passes clairement pour un mort de faim, le jeune homme le regard en plus avec les étoiles dans les  yeux, on comprend tout de suite qu’il le veut VRAIMENT, peu importe ce que c’est… Du moment que cela se mange.


© ASHLING DE LIBRE GRAPH'




● Edwin vous dit une blague en #ffc64f
● Berlioz vous assassine en #a22000

merci Noa mes clients vont adorer ♥️ XD
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: ● Argent outai ?   Dim 31 Juil - 0:17
Argent outai ?
w/ Edwin B. « Giratina » Lloyd
"You work at a smile and you go for a ride
'cause you had a bad day."
 

- Et après tu fais croire du jus de pomme ?

Abel éclata de rire, tout simplement. Ils attiraient forcément le regard, ces deux idiots qui osaient rire à gorge déployée dans un centre Pokémon, mais c'est pas comme si le blondinet s'en souciait à l'heure actuel. Sans s'en rendre compte, il avait fini par ne plus voir grand monde ces dernières semaines, préférant travailler comme un forcené pour se laisser bouffer par le stress au final. La présence d'Edwin et de son humour un peu bancal était une bouffée d'air frais pour le médecin. Il avait vraiment besoin de se prendre des vacances.

Il l'observa se gratter la nuque, vaguement gêné, sans doute. Y'a pas de quoi être gêné à passer du bon temps avec un bon copain, songea-t-il, mais il craignit de tomber dans l'interprétation. Si Abel avait un diplôme de psychanalyse, ça se saurait.

- En vrai, chuis un peu dans l’impasse… Déjà j’ai mes bandages à refaire et je suis sans fric, je ne peux même pas me taper la marche j’habite trop loin et j’ai faiiiiim…

Abel haussa les sourcils. Edwin était un bon copain, mais c'était une personne entourée de mystères, le blondinet ne comprenait jamais comment il parvenait à se fourrer dans de telles situations. Bien sûr, il n'était pas idiot, Abel savait qu'il y avait des choses qu'il ignorait sur son ami, mais il était trop poli pour poser la moindre question. Poli ? Non, ce n'était pas le mot. C'était autre chose, qui l'empêchait de poser des questions, il s'en fichait bien de se montrer poli avec Edwin. Il se retenait, à vrai dire. Mais pourquoi ?

Balayant ces pensées de son esprit, l'infirmier se concentra sur son interlocuteur qui, visiblement, n'était pas dans une meilleure situation que lui. À la bonne heure ! il allait le soutenir quoiqu'il arrive, entre pauvres, c'était la moindre des choses. Cela dit, il ne savait pas trop quoi faire pour l'aider. Ok, il était dans l'impasse, mais qu'est-ce qui lui faisait croire qu'Abel avait la solution à tous ses problèmes ? Il pouvait bien l'aider pour ses bandages, mais pour le reste...

Voyant son ami dépité contre la table, le jeune homme ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais son acolyte enchaîna immédiatement pour ajouter un détail :

- Pour dire j’ai pas mon porte feuille, je suis un boulet…

Abel passa une main sur son visage, totalement dépité. Si lui avait rarement ses affaires et très peu fière allure, il fallait dire que sur ce coup, Edwin le battait à plate couture. Son histoire ne tenait même pas debout, quand bien même il ne douterait de sa parole pour rien au monde.

- Mais comment t'as fait pour ne serait-ce qu'arriver jusqu'ici ? Je sais pas comment tu fais des fois. Edwin, tu es un des plus grand mystère que cette planète n'ait jamais porté, c'est moi qui te le dit. Après les pyramides d'Egypte, les magicarpes, et les coordinateurs bien sûr. conclut-il d'un ton un peu moqueur.

Abel décida de s'affaler sur un fauteuil derrière cette fameuse table ou son sandwich reposait, ainsi que la tête d'Edwin. Cette dernière finit par s'intéresser au fameux sandwich dans son papier d'alu mal emballé, et Abel finit par se demander s'il allait vraiment poser la question auquel il pensait. Et il le fit.

- Tu vas le manger ton sandwich ?

Abel prit un air hésitant, jugeant l'aliment du regard. Edwin n'était pas totalement idiot, il avait du bien voir que ce truc avait probablement un goût des plus discutable, et s'il posait la question, c'est qu'il devait vraiment mourir de faim. L'infirmier eut une pointe de pitié pour lui, il attrapa donc son casse-croûte, le déballa et le laissa trôner sur la table un instant, observant d'un œil critique les morceaux de céréales enduits de beurre qui tombaient parfois sur la table.

Avant de ne laisser Edwin mettre la main dessus, il se tourna vers sa direction, prenant soin de placer son bras entre lui et le sandwich en guise de barrière. Il plissa alors les yeux d'un air de suspicion loin d'être crédible.


- T'es venu me voir juste pour me racketter de la bouffe, et vider mes placards, c'est ça ? Il laissa échapper un petit ricanement, suivi d'un soupir. Je plaisante. Le truc c'est que j'ai que ça à manger, et pas un sou non plus. Si tu veux, on a qu'à faire moite-moite.

Sur ces mots, Abel saisit l'aliment et le coupa en deux du mieux qu'il put, éparpillant quelques morceaux de céréales sur la table. Lorsqu'il eut finit, forcément, il obtint deux parts totalement inégales, l'une étant naturellement plus volumineuse que l'autre. Abel espéra qu'Edwin ne l'avait pas remarqué et hésita un instant à garder la plus grosse part pour lui... Mais étant donné qu'il ne voulait pas passer pour un gros radin, il la céda finalement à son ami d'infortune.

- Bon bah bon appétit... Quand on aura fini j'te referai tes bandages.

Sur ce, il croqua une première bouché de ce fameux « sandwich aux céréales ».

Et Dieu que c'était particulier. Pas spécialement bon, le goût du chocolat et du beurre se mariait tout de même assez bien, mais le fait de manger du pain de mie avec quelque chose d'aussi croustillant que des chocapics était assez perturbant. Finalement, le goût était moins horrible que ce qu'il avait imaginé. Cela dit, il avait avalé son morceau en trois bouchés, et la faim était toujours bien présente. Dépité, Abel laissa tomber sa tête sur la table et se tourna vers son acolyte d'un air désolé.
 
Thanks Igneous !


 [/b]
Revenir en haut Aller en bas
 
● Argent outai ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!
» La salle de l'argent
» L'argent du Pouvoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Kanto :: Safrania-