Partagez | 
 

 [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 94
Pokédollards : 37
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]   Ven 10 Juin - 17:29
Il suffisait de lever les yeux ?

     
Détruire. Elle n'était plus rien, juste un microbe, une chose insignifiante qui souhaitait disparaître. Elle était restée là, face contre terre, la terre humide lui collant alors sur son visage d'ordinaire si doux, si beaux et si blanc... A regarder alors d'un air vide cette ball à laquelle elle était liée depuis toujours presque. Toute sa vie ne tournait qu'autours d'un seul être. On ne lui avait apprit qu'une chose dans la vie, se plier à se ses moindres désirs, lui faire plaisir. Alors elle avait été le petit animal de compagnie parfait. Yuuna le suivait où il fallait. Faisait ce qu'il lui disait de faire. L'acclamait quand il avait besoin de l'être, l'écoutait en silence quand il voulait lui parler Après tout, avez-vous une réponse de votre chien quand vous lui parler pour aller mieux ? Non. Alors c'est pareil. Elle c'était battu pour lui, elle mettait toujours sa propre vie et ses moindres désirs bien après les siens, au point de les étouffer avant même qu'ils n'apparaisse et de se retrouver à vingt ans incapable de savoir ce qu'elle désirait dans la vie. Yuuna ne désirait rien. Pendant un moment qui durant une éternité selon elle, la demoiselle avait pour idée de se laisser mourir ici. De simplement fermer les yeux et d'attendre de finir alors mêlée au sol qui couvrait cette forêt. Peut-être son existence pitoyable aurait alors une utilité, son corps servirait d'engrais et de nourriture. C'est ce qu'il avait dit lorsqu'elle était tombé. Lorsqu'il avait affirmé avoir la flemme d'aller la chercher, parce qu'à la vente elle ne valait plus rien. Elle semblait fatiguée. Elle était blessée et assez misérable pour le combat. Qu'avait-elle pour elle ? Elle était docile, et mignonne. C'est tout. Mais quoi faire d'une hybride cassé ? Oh. Certainement que le maître esclave aurait eut une charmante idée de quoi faire d'elle. Quitte à la retaper un coup pour la remettre sur pied et ça part tout seul ces choses-là c'est un truc du genre qu'il dirait. Cet homme avait toujours profondément effrayée la jeune fille quand elle avait le malheurs de le croiser, et pourtant, il n'était même pas son bourreau, il était juste son ancien propriétaire. Un propriétaire à très court terme. De quelques jours après sa naissance quoi. Mais au final elle était là couchée, sans but, sans désir, avec la douleur qui lui lançait alors au ventre.

D'un geste qui lui parut douloureux en raison de l'immobilité forcée durant un long moment, la jeune femme se redressa légèrement, poussé parce qu'on appel l'instinct. Son regard remplit de larme silencieuse se baissa sur sa plaie. Il y avait plus dramatique, mais à traîner dans la boue, c'est une évidence qu'elle allait mourir, et pas de la mort des plus rapides. Quelques gouttes d'eau tombèrent du ciel, la rendant alors rapidement trempée, les cheveux blanc dégoulinant alors sur ses épaules. Tu es pitoyable Yuuna. Et tu ne sais faire que pleurer en silence, parce que pour la première fois de ta vie, tu te laissais pleurer. Ignorant la douleur et le vertige de la tristesse qui s'abattait sur ses épaules. La demoiselle finit alors par se redresser. Cet instinct de survie la poussait alors à continuer, à ne pas s'arrêter. Lui soufflait doucement que c'était trop injuste, qu'elle n'avait pas le droit à une vrai vie ? Les animaux, après tout, ils peuvent vivent dans la nature. Il suffisait... D'apprendre ? Mouais. C'est sans grande conviction qu'elle avait alors marché. Parfois, la demoiselle s'arrêtait à un arbre pour s'affaler dessus. Les jambes tremblante à cause de l'eau froide. Blessée légèrement, le cœur meurtris, elle allait en plus attraper la mort. Mais c'est la joie tout ça. Beaucoup la trouveraient certainement idiote. Elle était enfin libre, elle devrait alors courir le plus loin possible, se battre pour sa survie. Pourquoi cet air vide et triste hein ? Mais parce qu'elle n'a connu que ça. Comment voulez-vous qu'un animal comprenne qu'il a le droit de partir en courant, alors qu'il s'est fait frappé à chaque fois qu'il s'éloignait de trop d'un point donné ? Eh bien c'est pareil. Mais c'est finit Yuuna, plus jamais tu n'auras de laisse autours du cou. Une fille comme ça, cette douce demoiselle au sourire d'ange, il est impossible qu'elle finisse ainsi comme un animal galeux dans les bois. C'est trop cruel...

La main porté sur cette plaie plus sale qu'autre chose, Yuuna avançait alors sans trop savoir.. Ne sachant même pas dans quelle direction exacte elle allait. Comment s'en sortir de toute façon ? Elle avait au moins une chance sur deux, pour ne pas dire deux chances sur trois de tomber sur quelqu'un  d'agressif face à sa race ici. Et faut pas se bercer d'illusion, jamais elle ne pourra atteindre la frontière seule, la Galopa n'en aura pas la force, et de toute façon, même si elle l'avait, il lui faudrait alors ne pas se faire attraper. Sa chevelure n'a rien de discrète et même si des humains peuvent être albinos elle attirera l'attention. C'est devant cette fatalité qu'elle s'effondra une nouvelle fois. Toussant alors sur le coup de la fatigue. Son visage mouillé se redressa. Une lumière au loin. Poussé par des forces qui viennent d'on ne sait où. La jeune femme alors s'approcha de cette maison à l'écart. Cette énorme maison en fait... Des humains ? Des hybrides ? Des ennemis ou des amis ? De toute façon. Elle était épuisée. Et c'est sans aucune grâce que la pauvre Galopa manqua de tomber une nouvelle fois, se rattrapant alors à la porte et se cognant dedans au passage. Le souffle court. Assise devant cette porte close. C'est tel un pauvre animal blessé qu'elle tapotait doucement à la porte. La gorge nouée par la fatigue, cette tristesse et ce désespoir qui ne voulait pas la quitter. Était-ce son dernier acte avant la fin ? Avant de se faire attraper et redonner aussi sec ? Voir même achevée. En fait, les chevaux blessé, on les tue. C'est ce que son maître disait quand elle se faisait mal et le faisait un peu trop savoir à son goût... Tu parles d'une chose à dire à une gamine tient.
     
© 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 47
Pokédollards : 11
Date d'inscription : 29/04/2016
Age : 25
Localisation : Auberge le Refuge
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire néanmoins réservé
Je ressemble à : Yu d'Owari no Seraph
Double compte : Fuyuki Nishimura - Kazuko - Axel Osylia

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Epee ♦ Fouet Lianes ♦ Tempête Verte
Race Pokemon/ Métier: Vipélierre shiny/Gamin à tout faire au Refuge
Team/Dresseur/Equipe: Team Kanon dans le futur
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]   Jeu 16 Juin - 22:28
⎡La lumière au milieu de l’orage⎦
avec Yuuna


Debout devant la fenêtre de sa chambre, un jeune garçon regardait la pluie tomber avec une grimace qui déformait son adorable visage. Il détestait clairement les gouttes d’eau qui descendaient du ciel pour tomber sur la Terre. Ce n’était pas à cause du fait qu’il serait trempé dès qu’il  mettrait un pied dehors ni à cause du froid que ce temps dégageait. Non, c’était plus vicieux que ça. Le Vipélierre shiny qu’il était ne supportait tout simplement pas le mauvais temps. Autant son espèce était vive et remplie d’énergie quand le soleil brillait, autant elle était vidée de toute force quand le mauvais temps arrivait. D’ailleurs, c’était à peine s’il arrivait à tenir debout et il devait employer chacune de ses maigres forces pour réussir à sortir de son lit. Lever son bras pour toucher la vitre était trop dur et c’était donc pour ses raisons que ses bras pendaient lamentablement le long de son corps.

Il aurait aimé pouvoir aider les autres habitants de l’Auberge, mais il était tellement bon à rien en cas de mauvais temps que sa sœur l’avait congédiée dans sa chambre. Oh, comme Yoshihiro aurait voulu pouvoir ne serait-ce qu’éplucher les pommes de terres prévues pour le repas de ce soir ! Mais même tenir un éplucheur et l’utiliser était au dessus de ses forces... Ridicule, n’est-ce pas ? Le garçon avait beau être fier de ses origines – assez obscures pourtant – il regrettait parfois d’être un pokemon plante qui souffrait du manque de soleil... Plus lamentable cela n’existait sans doute pas ! Heureusement que la plupart du temps on lui épargnait des moqueries ou des taquineries, même si ça arrivait de temps en temps. Il fallait dire que son humeur de chien dans ces moments-là aidait les autres à le ménager... C’est bien connu personne n’aime se faire aboyer dessus ou se recevoir des regards noirs.

Un gros soupir sortit des lèvres du Vipélierre shiny avant qu’il ne se laisse tomber sur son lit. Cinq minutes, il n’avait tenu que cinq minutes devant cette fichue fenêtre ! C’était à peine s’il pouvait se relever désormais. Franchement, cela craignait vraiment. De l’agitation venue du rez-de-chaussée parvint à ses oreilles et le gamin dut utiliser toutes ses forces pour ne serait-ce que tourner la tête. Qu’est-ce qui pouvait bien se passer en bas ? Il aurait bien voulu aller voir, mais descendre les escaliers était vraiment au dessus de ses forces. Vivement que la pluie s’arrête de tomber. Il avait hâte de retrouver toute son énergie et sa vivacité. Même si cela devait faire des vacances à sa famille de le voir privé de ses forces. D’habitude, il ne tenait pas en place et cela pouvait être très fatiguant. Alors le voir aussi mou de temps en temps devait être un soulagement aux yeux de Léon, Azilys et des autres hybrides de l’Auberge. Même si Yoshihiro espérait qu’ils ne soient pas si contents que ça vu qu’il en souffrait vraiment. Enfin. Cela passerait comme à chaque fois, c’était le principal. Vivre de cette manière pour toujours serait un vrai cauchemar et il ne tenait pas à le vivre un jour.

Plusieurs longues  minutes passèrent avant qu’il n’entende la porte s’ouvrir. Se redressant tant bien que mal sur son lit, il menaçait d’ailleurs de retomber à tout instant, le Vipélierre aperçut sa sœur d’adoption dans l’entrebâillement de la porte. A sa mine soucieuse, Yoshihiro comprit que quelque chose de grave s’était passé et son regard se fit interrogateur. Sa sœur ne s’inquiétait jamais pour rien et le jeune garçon savait donc qu’il n’avait pas intérêt à faire une de ses tentatives d’humour. Pourri d’ailleurs en passant, du moins de l’avis des autres, car lui se trouvait drôle. Au fur et à mesure des paroles de sa sœur le visage du Vipélierre s’assombrit et il hocha la tête. Malgré son état, s’il pouvait faire quelque chose  pour aider, il ne refuserait pas.

Et puis, dans cette Auberge on aidait toujours ceux qui en avaient besoin. C’était, après tout, la politique même de l’endroit. Léon le grand-père adoptif du gamin avait créé le Refuge dans l’optique d’aider les hybrides qui en avaient besoin. A cause de Chronos ou de toute autre cause. Le Vipélierre se leva tant bien que mal, principalement grâce à sa volonté de fer, et sortit de sa chambre avec sa sœur aînée. Ils arrivèrent bientôt dans une chambre proche de la sienne qui était en général réservée aux clients. Le gamin aperçut une jeune fille allongée dans le lit. Elle semblait profondément endormie ou évanouie, Yoshihiro n’aurait su le dire et il ne tenait pas vraiment à le savoir. Si Azilys lui avait demandé de veiller sur elle à sa place, c’était qu’elle avait déjà été soignée, autant que possible dans l’immédiat en tout cas.

Le Vipélierre prit une chaise et s’assit près du lit, la mine sérieuse même s’il menaçait de s’effondrer à tout instant. Le sommeil le gagnait, comme bien souvent quand il pleuvait. Manque de force et besoin accru de sommeil, génial comme symptômes. La jeune humaine sortit alors de la pièce en lui demandant de l’appeler en cas de besoin. Yoshihiro se retrouva alors seul avec la jeune fille qui avait frappé à leur porte et qui se trouvait être dans un sale état. Le garçon se demandait bien ce qu’elle avait pu vivre... Avait-elle pourchassé par Chronos comme ses parents à lui l’avaient été avant sa naissance ? Qui sait. En tout cas, il ne pouvait s’empêcher de rougir un petit peu en regardant son doux visage. Il n’était pas spécialement timide avec les filles – pas encore, du moins –mais il ne la connaissait pas et ils étaient de sexe opposé. Il espérait ne pas l’effrayer à son réveil. Enfin, même s’il lui avait voulu du mal, il n’aurait rien pu faire dans cet état. Je vous jure, c’est un spectacle comique que de le voir se retenir de piquer du nez toutes les secondes ou de s’effondrer lamentablement sur sa chaise tel un tas de gelée. Argh, vivement que la pluie cesse ! L’hybride se pencha alors vers la jeune fille, étant persuadé de l’avoir vu bouger. Se réveillait-elle enfin ? Au cas où, il décida de prendre la parole de sa voix la plus amicale et réconfortante. Argh, qu’est-ce que cette voix faiblarde l’insupportait !

- Vous êtes réveillée ? Ne vous inquiétez pas, tout va bien. Vous êtes en sécurité maintenant.


Le garçon mourrait d’envie de continuer à parler, mais il fallait bien lui laisser le temps de se réveiller et de se remettre de ses émotions. L’agresser de questions et d’informations ne servirait à rien. Pour une fois, il serait patient.  En même temps, il n’avait pas forcément la force de faire un long discours... Tant mieux pour son invitée, n’est-ce pas ?

Tsubaki









Vos cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 94
Pokédollards : 37
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]   Sam 25 Juin - 0:15
Il suffisait de lever les yeux ?

     
C'est à peine si Yuuna c'était rendu compte que la porte c'était ouverte. Que son corps qui lui semblait si lourd était tombé avec l'ouverture de cette dernière sur le sol. Elle fut incapable de toute façon de comprendre quoique ce soit. Les mots autours d'elle semblaient tellement confus, elle n'en percevait pas le moindre bride, elle avait de toute façon l'impression d'être dans une bulle. Le froid désagréable de l'eau avait cessé, pour finalement sentir une chaleur l'envelopper. Et soudainement la douleur à son ventre se réveiller. Jusqu'à maintenant, la fatigue l'avait alors empêchée de sentir quelque chose. Elle avait perdu toute sensibilité, comme si son corps entier était parcouru par un frisson désagréable qui la projetait sur une autre planète. Mais soudainement, son cerveau n'était plus focalisé sur le froid, sur ses jambes qu'elle devaient alors faire marcher pour avancer et rester debout, mais uniquement sur cette chaleur désagréable qui provenait du sang qui s'échappait lentement de sa plaie. Des larmes avaient alors perlés sur le coin de ses yeux, alors que son regard cherchait vainement à comprendre ce qu'il se passait. Autours d'elle, tout était flou, elle vit brièvement un homme un peu âgée, une femme légèrement plus jeune, mais sans plus, incapable de voir d'avantage de détail. Un instant de blanc, avant de finalement voir une blonde qui devait être dans les même tranches d'âge qu'elle environs penchée au dessus d'elle. Certainement que dans toutes ses paroles il y avait des questions qui lui étaient adressés. Mais faut avouer qu'elle ne les comprenait pas, rien n'était compréhensible de toute façon. Elle avait juste mal, jusqu'à ce que cette douleur la fasse se déconnecter, comme résignée, ne sachant même pas si fermer les yeux provoquerait sa fin ou non, elle l'avait finalement fait. Yuuna n'était plus capable de rien, Yuuna avait finalement fermé les yeux, se laissant alors entre les mains de ses inconnus. De toute façon, ce n'est pas comme si sa vie lui avait réellement appartenu à un moment, depuis toujours, son existence était entre les mains de quelqu'un d'autre. Des personnes qui ne la respectaient pas comme une personne, mais comme un objet ou un animal. Peut-être était-elle tombé sur le même genre. Peut-être sur pire, ou mieux. Va savoir, de toute façon, elle venait de sombrer et n'en saurait pas plus pour le moment.

Combien de temps s'est écoulé ? En fait, la demoiselle n'en avait aucune idée, perdue, elle avait l'impression que c'était une éternité. Pourtant, cela devait faire une petite heure peut-être. Un peu plus, un peu moins, comment le savoir. Mais la pluie dehors et la luminosité indiquait que finalement pas tant de temps que ça était passé. N'ouvrant pas les yeux sur le coup, la demoiselle ressentit alors comme un léger électrochoc, la plaie soignée était venue lui dire bonjour à sa façon, rien de bien grave, mais disons que c'était encore douloureux. Il lui fallut alors quelques longues secondes avant de se décider à ouvrir ses grands yeux bleus. Elle resta alors pendant une demi-seconde le regard planté vers le plafond avant de tourner la tête. Surprise, un jeune garçon était là penché sur elle en train de la regarder. Et faut avouer que sur le coup la demoiselle fit un bond sur place en le voyant. Eh bien quoi ? Elle ne savait même pas où elle était en fait. Sa bouche s'ouvrit, mais aucune son n'en sortit, comme si c'était bloqué, ou qu'en fait elle ne savait tout simplement pas quoi dire. Un peu des deux peut-être. Même si bon, il n'avait en fait pas l'air méchant après réflexion, surtout avec ce qu'il disait. Regardant autours d'elle l'air pas forcément des plus rassurée, la demoiselle déglutit.

« J-je... Où suis-je ? Qui êtes-vous ? Je... Je suis désolée d'être là... Ce... Vous m'avez aidé..... ? »

Oui elle eut comme un doute, se demandant encore un bref instant si elle n'allait pas voir le maître esclave débarquer de derrière la porte pour l'embarquer et la réutiliser. Parce que c'est là son rôle, à quoi peut-elle servir d'autre ? Ma pauvre Yuuna, comme si tu pouvais avoir ton propre-libre arbitre, ne soit pas ridicule, qu'on lui disait. Pourtant, c'était le silence complet, en dehors de cette pluie qui claquait encore contre les carreaux il n'y avait rien.

« J'ignore ce que vous désirez mais... Comment puis-je vous remercier ? Vous avez tous perdu du temps pour me soigner... »

Elle baissa les yeux pour y voir les bandages présents sur son ventre, propres et bien fait, ce qu'il fallait pour qu'elle s'en remette enfin comme il faut la pauvre. Par réflexe, ou par peur peut-être son regard se planta dehors, craignant peut-être qu'on ne vienne la chercher, de voir une silhouette familière. Autant elle était déchirée à l'idée d'être rejetée, autant les revoir l'effrayait terriblement. Cependant elle tenta de se reprendre et en signe de respect pour la seule personne qui était ici et lui faisait honneur de sa présence, elle pencha la tête en guise de salutation.

« Y-Yuuna. Je m'appelle Yuuna. »

L'avantage, c'est que la présence d'un garçon bien plus jeune qu'elle la rendait un peu moins nerveuse.
     
© 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 47
Pokédollards : 11
Date d'inscription : 29/04/2016
Age : 25
Localisation : Auberge le Refuge
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire néanmoins réservé
Je ressemble à : Yu d'Owari no Seraph
Double compte : Fuyuki Nishimura - Kazuko - Axel Osylia

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Epee ♦ Fouet Lianes ♦ Tempête Verte
Race Pokemon/ Métier: Vipélierre shiny/Gamin à tout faire au Refuge
Team/Dresseur/Equipe: Team Kanon dans le futur
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]   Sam 17 Sep - 21:07
⎡La lumière au milieu de l’orage⎦
avec Yuuna


Yoshihiro fut surpris de voir la jeune fille sursauter. Allons, il était aussi effrayant que ça ? Enfin, cela pouvait se comprendre finalement. Elle ne s’attendait certainement pas à le voir devant elle et en plus elle devait être étonnée de se retrouver dans une chambre inconnue... La pauvre. Le Vipélierre shiny se demandait bien ce qui avait pu lui arriver avant qu’elle n’atterrisse à l’Auberge. Rien de bon, probablement. Le garçon sentit une vague de rage l’envahir. Il ne savait pas qui avait fait ça à son aînée, mais cela le rendait malade. Il y avait de grandes chances que ce soit Chronos, mais ce n’était pas la seule possibilité malheureusement. Les gens cruels, qu’ils soient humains ou hybrides, étaient légions. Mais, heureusement, les gens gentils comme ceux de l’Auberge étaient nombreux aussi. Sans eux ce monde n’aurait pas valu grand-chose...

- Vous vous trouvez dans l’Auberge qui s’appelle le Refuge. Je m’appelle Yoshihiro et je suis une des personnes qui habitent et travaillent ici. Ne vous inquiétez pas, vous êtes en sécurité ici.


Yoshihiro était plutôt perplexe. Pourquoi s’excusait-elle ? Elle n’avait rien fait de mal. La personne qui l’avait mise dans cet état avait bien plus intérêt à présenter des excuses qu’elle ! Après tout, si elle était blessée, ce n’était pas de sa faute ! Et c’était la moindre des choses d’aider quelqu’un en détresse. Surtout que l’hybride sentait qu’elle en était une aussi. Et cet endroit était justement destiné à aider ceux qui étaient opprimés à Unys. Alors ils n’auraient pas pu rester sans rien faire, à la laisser mourir sur le pas de leur porte. Et même si elle avait été humaine, ils l’auraient aidée, le garçon le savait et il était fier de sa famille pour le coup.

De sa famille oui. Même s’il pensait sans cesse à ses parents disparus, il considérait ceux qui l’avaient élevé comme sa famille. C’était normal, après tout puisqu’il n’avait pas connu son père et sa mère biologiques. Etaient-ils seulement encore en vie aujourd’hui ? Si c’était le cas... ils seraient revenus le voir ou le chercher, non ? Le garçon  n’en savait rien et il ne voulait pas savoir. Ce serait trop dur et trop injuste. Il vivait en paix ici et c’était tant mieux. Sortant de ses pensées, il adressa un autre sourire rassurant à son invitée et continua de parler en essayant d’ignorer sa faiblesse physique. Ah, si seulement il avait pu piquer un petit somme... Mais cela ne se faisait pas de s’endormir devant son invitée alors tiens bon encore un peu, petit Vipélierre.

- Vous n’avez pas à vous excuser, vous n’avez rien fait de mal. Et oui on vous a aidé, c’est ma sœur Azilys qui s’est occupé de vous. Comme elle est herboriste, elle a aussi soigné vos blessures. Vous pouvez rester ici autant de temps que vous voulez.


Les sourcils du brun – vive la teinture - se froncèrent légèrement. Il était presque vexé. Il ne voulait rien en échange et il était persuadé que les autres membres de l’Auberge pensaient pareils. On n’aidait pas les gens pour obtenir quelque chose en retour. On les aidait car c’était normal. Qui serait assez cupide et égoïste pour être aussi intéressé ? Pas le Vipélierre et son entourage en tout cas. On pouvait bien les traiter de fous, cela ne changerait rien. Un sourire, un mot de reconnaissance valaient n’importe quoi d’autre.

- Vous n’avez rien à nous donner en échange. On vous a aidé car c’est quelque chose de normal que de tendre la main à ceux qui en ont besoin. C’est ce qu’on m’a appris. Enfin, je suis peut-être un peu jeune pour savoir ce genre de choses notez bien, hahaha...


Le Vipélierre shiny se frotta la nuque d’un air gêné. Il ne voulait donner de leçon à personne, mais en même temps il voulait expliquer à cette demoiselle qu’elle n’était pas obligée de leur donner quelque chose en retour. S’empourprant parce qu’il savait ce qu’il allait dire et il en était déjà gêné, il déclara avec le plus grand sérieux. Bon sang,  mais qu’est-ce qu’il lui prenait de vouloir dire des trucs pareils ?

- Votre sourire suffira comme récompense, ne vous inquiétez pas.


Il se détourna aussitôt, tournant le dos à la demoiselle. Mais qu’est-ce qui lui prenait ?! Il allait passer pour un pervers c’était sûr ! Et puis il n’était pas un peu trop jeune pour dire un truc pareil ?! Maudit client qui avait sorti une phrase de ce genre à Azilys l’autre jour. Sur le coup il avait trouvé ce genre de réplique tellement cool qu’il avait voulu s’en inspirer, mais maintenant qu’il l’avait sortie il se sentait plus ridicule qu’autre chose. Le visage cramoisi, il se retourna et fit comme si de rien n’était. La honte, la honte. Soudain, la plante verte – ben quoi c’est vrai – se rendit compte que la demoiselle venait de se présenter et sa tête se pencha naturellement sur le côté.

- Yuuna  donc ? Vous avez un très joli nom. Dites-moi, vous êtes une hybride comme moi, n’est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas, cette auberge sert de refuge pour les gens comme nous, vous n’avez rien à craindre. Personnellement, je suis un Vipélierre. Un shiny en plus ! Cela ne se voit pas parce que je me teins les cheveux, mais j’en suis vraiment un !


Il y avait une adorable pointe de fierté dans la voix du garçon qui se désigna du doigt, un grand sourire aux lèvres. Sa honte était complètement oubliée, remplacée par la fierté et la curiosité. Il se demandait bien quel genre d’hybride pouvait bien être Yuuna. Les cheveux argentés, ce n’était pas courant. Hum... Il ne connaissait pas tous les pokemon de la Terre donc c’était un peu difficile de deviner. Hum... Les bras croisés sur sa poitrine et le visage très sérieux tout d’un coup, la tête toujours un peu penchée sur le côté, le jeune garçon essayait de deviner. Mais réfléchir n’avait jamais été son fort et il abandonna rapidement.

- Ah, j’ai beau essayer de deviner de quelle espèce vous êtes je n’y arrive pas. Je suis un peu idiot, hahaha... Enfin, ce n’est pas important. Si vous ne voulez pas nous le dire, ce n’est pas grave. On vous aidera quand même. Dites-moi si vous avez besoin de quelque chose, d’accord ? Je vais me faire gronder par ma sœur si je ne m’occupe pas bien de vous. Et Azilys fait peur quand elle est en colère.


Il lui adressa un clin d’œil complice avant de sourire presque bêtement. Il ne fallait pas oublier que malgré sa maturité pour son âge, Yoshihiro était encore très jeune, n’ayant pas encore atteint quatorze printemps.

Tsubaki









Vos cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assistant • Pokémon
Messages : 94
Pokédollards : 37
Date d'inscription : 09/03/2016
Je suis (Inrp) : Hétéro & amoureuse
Je ressemble à : Shoukaku de Kantai Collection
Double compte : Raffaelo

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Hâte ♦ Roue de feu ♦ Danseflamme ♥ Torche
Race Pokemon/ Métier: Galopa Shiny / Assistante prof
Team/Dresseur/Equipe:
Assistant • Pokémon
MessageSujet: Re: [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]   Sam 11 Mar - 12:32
Il suffisait de lever les yeux ?

     
Où suis-je, qui êtes-vous ? Tant de question que la demoiselle était en droit de se poser, c'était même logique. Qui ne le ferait pas dans sa situation ? Elle était seule, elle c'était évanouit sous la pluie, en proie à une douleur terrible, mêlée à la peur qui lui serrait alors l'estomac. Et pourtant, elle était là, installée dans une chambre, soignée et au chaud. Loin de cette pluie qui ne semblait vouloir cesser de se fracasser contre les carreaux. Les questions que se posait Yuuna trouvèrent vite une réponse, le garçon en face d'elle ne semblait pas bien vieux, ni du genre à vouloir faire des cachotteries, il semblait même partit pour tout lui expliquer ce qu'il en était. Donc une auberge ? Cela se tenait, le bâtiment semblait plutôt grand d'un point de vu externe... Yoshihiro ? Quel plaisir de pouvoir au moins mettre un nom sur la tête de quelqu'un, ça rend l'échange plus sympathique pour la pauvre demoiselle. Alors comme ça il existait des gens gentils avec les hybrides ? Enfin... Non pas que son maître soit quelqu'un de méchant, jamais elle n'oserait quand bien même... Ce n'est plus son maître. Le contrat n'est plus, elle était seule dehors, et n'avait de compte à rendre à personne techniquement. Pourtant elle était là, et se sentait redevable envers ses gens qui avait utilisés de leur temps et énergie pour prendre soin d'elle. Combien de temps ce garçon était-il resté à veiller sur sa pauvre personne.. ? L'air gênée, elle n'en fit cependant rien, elle affichait simplement cet air désolé qu'il ne semblait pas comprendre. Tu es un peu étrange Yuuna pour sûr, quelqu'un de soumise comme elle, impossible de se sentir normal alors qu'on s'occupe d'elle. Il faudra qu'elle remercie comme il se doigt cette dénommée Azilys... Elle ne voudrait d'ailleurs guère les déranger en les encombrant de sa présence, elle partait déjà du principe qu'elle ne tardait que trop. Pourtant ses jambes ne se bougeaient pas. Comme si elles savaient déjà qu'elles ne désiraient nullement se retrouver à nouveau sous la pluie sans savoir ou aller, la peur au ventre de se faire attraper et de retourner alors au centre de détention pour se trouver alors un nouveau propriétaire, qui cette fois-ci, seul Arceus sait le traitement qu'il lui réserverait.

« Ah... mais... je... »

Souffla-t-elle tellement doucement qu'il est probable qu'il ne l'ai même pas entendu. Et il ne lui en avait de toute façon pas laissé le temps de dire quoique ce soit. De toute façon, ce qu'il avait ajouté l'avais littéralement coupé le parole net. La mettant alors dans l'embarras. Comment pouvait-on lui dire faire quelque chose pour son sourire ? Cette chose si naturel, qu'on se doit d'avoir, parce que c'est mieux de voir les choses ainsi. Ce sourire qu'elle offrait volontiers à qui en voudrait bien, qui était quoiqu'elle en dise, des plus adorable. La voilà qui baisse les yeux. Ayant du mal à accepter l'idée qu'elle puisse être une source de motivation pour lui offrir quelque chose, elle qui n'avait l'habitude de jamais rien recevoir... Ses doigts se resserrèrent timidement sur la couverture, on aurait presque dit qu'elle allait se mettre à pleurer, mais elle ne l'a pas fait. Au lieux de ça, elle a été des plus sage et l'a juste écouter. Secouant alors timidement la tête lorsqu'il répéta son nom, et demanda -ou du moins il devait déjà s'en douter- si elle était une hybride. C'est une évidence oui. Enfin, des humains ont d'étranges chevelures, mais la sienne était celle d'une Galopa. Mais inconsciemment, son souffle se calma net lorsqu'il lui fit mention de sa propre nature. Il était un hybride aussi ? De couleur particulière qui plus est, il avait changé pour être tranquille ? C'est une idée... Même si dans un sens l'idée de mentir sur sa propre nature était quelque chose qui faisait étrange dans l'esprit de la demoiselle. Disons, qu'elle n'est pas fière d'être née hybride, mais c'est ainsi et donc devait assumer ce fait... D'après elle du moins. Peut-être un peu trop bien dressée. À cette époque-là, les marques étaient encore bien visible.

« Vous vous teignez les cheveux pour vous cacher.. ? Cela ne vous ennuie pas de le cacher de cette façon ? »

C'était une question posée en toute innocence, il n'y avait nul reproche dans le ton de la demoiselle. Après tout, chacun est libre de faire comme il faut, elle n'oserait jamais porter le moindre jugement sur quelqu'un. Son regard azuré se releva alors vers le jeune garçon, elle avait l'habitude qu'on lui demande quel hybride elle était, les humains le faisaient toujours. Mais cette fois-ci, la curiosité n'était pas la peine, la poussant alors pour une fois à ne pas baisser les yeux pour répondre.

« G-Galopa. Je suis une Galopa... Mes cheveux foncent légèrement quand ils deviennent de flamme... Ce n'est pas très utile en fait, mais... Je suppose que mon maître aimait bien avant... »

Avant qu'il ne la balance dans un coin de forêt comme on laisserait tomber un bout de papier en fait c'est ça oui. Mais inutile de se morfondre. Enfin... Que ferait-elle maintenant ? Elle n'en savait rien, mais elle ne pouvait pas encombrer ces gens trop longtemps... Elle se reprit alors avec un petit sourire plus timide, mais tout aussi adorable.

« Ne vous en faites, pas, vous vous occupez très bien de moi, bien plus qu'il ne le faut réellement à dire vrai... Je tiens réellement à trouver un moyen de vous remercier... Je ne voudrais pas vous encombrer... »

C'est que c'est presque maladif en fait chez elle, Yuuna a peur. C'est une jeune fille qui craint être un point mort, ne servir à rien, n'être qu'un boulet pour autrui. Cette idée la hante et c'est ce qui la hanté durant toutes ces années où elle avait peur de ne plus être assez bien pour son maître. Et ce jour est arrivé. Et l'idée qu'il ait voulu se débarrasser d'elle la terrifiait autant qu'elle avait peur à l'idée de retourner dans ce centre d'esclave et de se retrouver entre les mains d'inconnus. La jeune hybride secoua la tête.

« Ah, pardonnez-moi, je parle peut-être trop. Quelle heure est-il ? J'ai certainement bien trop dormi. Vous devez avoir des choses plus intéressante à faire non ? »

Il était jeune, il avait autre chose à faire que de rester auprès d'une pauvre demoiselle perdue non ? C'est du moins le sentiment qu'elle avait.
     
© 2981 12289 0




Kdo♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 47
Pokédollards : 11
Date d'inscription : 29/04/2016
Age : 25
Localisation : Auberge le Refuge
Je suis (Inrp) : Hétéro et célibataire néanmoins réservé
Je ressemble à : Yu d'Owari no Seraph
Double compte : Fuyuki Nishimura - Kazuko - Axel Osylia

PokéProfil
Attaques & Armes: ♠ Epee ♦ Fouet Lianes ♦ Tempête Verte
Race Pokemon/ Métier: Vipélierre shiny/Gamin à tout faire au Refuge
Team/Dresseur/Equipe: Team Kanon dans le futur
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]   Sam 8 Juil - 14:15
⎡La lumière au milieu de l’orage⎦
avec Yuuna

Yoshihiro ne comprenait pas comment les gens pouvaient faire des choses pareilles. Car il n’était pas idiot, il suffisait de regarder cette jeune fille pour savoir qu’on n’avait pas été très gentil avec elle. Vu son état, elle n’avait pas pu se faire ça toute seule. Avec un peu d’observation, n’importe qui aurait compris et le Vipélierre était particulièrement attentif et observateur pour son âge. Alors il se posait des questions maintenant. Qui l’avait mise dans cet état ? Et surtout pourquoi ? Les scénarios défilaient dans son esprit rempli d’imagination à cause de son âge. Certains étaient complètement tirés par les cheveux alors que les autres étaient plus réalistes. Mais dans tous, jamais la jeune fille n’était la coupable de ce qui lui arrivait.

Il ne pouvait pas l’imaginer. Elle avait l’air si effrayée, si pitoyable qu’il ne pouvait pas l’imaginer responsable de quoique ce soit. Ce n’était pas sa faute, ça il en était sûr ! Et sa famille devait le savoir aussi vu qu’ils avaient tous décidé de s’occuper d’elle. Une bouffée de fierté envahit le jeune homme à cette pensée. Chez les Joly, on n’abandonnait pas les demoiselles en détresse. Et ouais. Et même lui qui n’était pas aussi à l’aise avec les filles qu’il le paraissait avait insisté pour jouer les gardes-malade. Peut-être parce qu’il avait deviné à ses cheveux argentés qu’elle était une hybride, comme lui. Lui aussi, on l’avait abandonné. Même si ses parents n’avaient visiblement pas eu le choix, c’était la même chose.

Il y pensait parfois. A sa mère qui l’avait mis au monde dans l’auberge avant de partir pour ne plus jamais revenir. A son père dont sa famille adoptive ne savait rien. A ses origines, tout simplement. Même si pour lui, c’était Azilys, Léon, Christa et Orzhan sa famille, la curiosité prenait quand même parfois le dessus. Il voulait savoir d’où il venait. Si ses parents l’aimaient vraiment et surtout pourquoi ils avaient dû le laisser derrière eux... Il savait qu’il devait être reconnaissant. Au moins, ses géniteurs avaient pris soin de le laisser entre de bonnes mains, contrairement à elle. Mais cette ressemblance dans leurs histoires, même s’il ne pouvait que faire des suppositions, lui donnait envie de s’occuper d’elle.

De jouer les chevaliers servants et ce malgré la gêne constante qu’il ressentait vaguement quand il était en présence de filles. Enfin, ce n’était rien à cet âge comparé à ce que ça serait plus tard. Mais ça, il ne pouvait pas le savoir. En plus, sa sœur le tuerait s’il osait déserter le poste qu’elle lui avait confié. Déjà qu’il avait eu du mal à la convaincre de le lui laisser. Azilys n’en avait pas l’air avec ses mèches dorées et son sourire doux, mais elle pouvait être aussi effrayante qu’un Ursaring en colère ! Mais ça, il ne lui dirait jamais, il tenait à la vie, hein. En tout cas, il ne comprenait pas pourquoi Yuuna, puisque c’était ainsi qu’elle s’appelait, avait l’air de s’excuser. Elle n’avait pas à le faire. C’était eux qui avaient décidé de s’occuper d’elle. Et ce n’était sûrement pas sa faute si elle se retrouvait dans un tel état.

Néanmoins, il ne dit rien, ne voulant pas la mettre encore plus mal à l’aise. Pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait de lui faire comprendre qu’elle n’avait rien fait de mal. En temps normal, le tact ce n’était pas trop son truc. Il préférait faire comprendre les choses directement sans prendre de gants, sans toutefois être méchant pour autant. Il était juste un peu bourru, un peu maladroit la plupart du temps. Mais cela ne faisait au fond que le rendre encore plus adorable. Oh, elle était bien une hybride ! Un grand sourire apparut sur ses lèvres. Il se sentait toujours plus proches de ceux qui lui ressemblaient que des humains, à quelques exceptions près comme son grand-père et sa sœur bien entendu.

En tout cas, il adorait avoir de nouveaux amis hybrides et il était toujours très curieux à leur sujet. Le Refuge en accueillait très souvent et cela lui permettait d’en rencontrer de toutes sortes, de tous types, ce qui tombait bien vu que sa curiosité n’était jamais satisfaite. Il voulait toujours tout savoir sur les particularités de leurs types et de leurs espèces. Le vouvoiement le prit complètement au dépourvu et il cligna les yeux. Pour le coup, il en aurait presque oublié d’écouter les questions. Avant, il était trop sérieux pour y faire attention, mais se faire vouvoyer alors qu’il était aussi jeune le gênait un peu. Aussi, se frotta-t-il la nuque en rougissant un peu.

- Vous pouvez me tutoyer, hein. J’aime pas trop les manières. Et bah, j’ai pas trop le choix, mon grand-père dit que c’est pour ma sécurité, vu qu’on est à Unys.


A vrai dire, il ne s’était jamais vraiment posé la question de savoir si ça le dérangeait ou non de se teindre les cheveux. Ce n’était pas contraignant et il s’était habitué à cette couleur brune. En plus, il s’était toujours dit que ça n’enlevait rien à son identité. Cette dernière était ancrée dans sa personne, dans son cœur, dans son âme. Il était un Vipélierre chromatique et rien ni personne ne pourrait lui enlever ça. Même son apparence humaine n’y changeait pas grand-chose au final. Ses yeux s’écarquillèrent quand Yuuna reprit la parole. Une Galopa ?! Oulà... C’était bien sa veine de tomber sur un type feu. Il espérait qu’elle contrôlait suffisamment ses flammes pour ne pas le carboniser, en bon type plante il n’appréciait pas trop le feu. Mais bon, il n’allait pas lui en vouloir pour ça. Elle non plus n’avait pas choisi son type et son identité.

- Mais si tu es argentée, ça veut dire que t’es chromatique, toi aussi ? Trop cool ! Moi je trouve ça plutôt stylé d’avoir des cheveux qui changent de couleur et qui se transforment en flammes. Moi, j’ai juste mes lianes et une queue en forme de feuille qui peuvent apparaître. C’est moins classe, je t’assure.


Le mot « maître » le fit tiquer, il ne savait pas vraiment ce que cela signifiait, mais son instinct lui assurait qu’il n’aimait pas ça. Etait-ce à cause de ce type que sa nouvelle amie était dans cet état ? Si c’était le cas, il n’avait pas intérêt à croiser sa route un jour. Le jeune homme pouvait être très protecteur quand il le voulait. Autant qu’un chevalier en armure, mais peu de personnes avaient la chance de voir cet aspect de sa personnalité.

- Bah, te prends pas la tête. T’as pas besoin de nous remercier. On fait pas ça pour avoir une récompense. Je te l’ai dit, on s’occupe des hybrides ici. A Unys, il n’y a pas beaucoup d’endroits où les gens comme nous peuvent avoir la paix et être bien, alors on essaie de changer ça à notre manière. Enfin, surtout mon grand-père, c’est lui qui a créé cet endroit. Même si on l’aide tous comme on peut. Et arrête, tu ne déranger personne.


Yoshihiro ne savait pas pourquoi elle avait tant l’impression d’embêter. Lui ne culpabilisait pas souvent, alors il ne comprenait pas pourquoi on se prenait autant la tête de cette manière. Oh, quand il était petit, il culpabilisait quand il faisait des bêtises, mais ça arrivait moins souvent maintenant. Il n’en faisait plus beaucoup après tout, si on oubliait ses petites fugues pour éviter le travail et ses prises de risques très fréquentes en grimpant sur le toit et dans les arbres. Quand on le grondait, il faisait souvent semblant de se sentir responsable, mais cela ne l’empêchait jamais de recommencer le lendemain. Après tout, il aimait bien trop ses promenades en forêt et l‘adrénaline dans ses veines pour arrêter.

- T’inquiète. T’avais besoin de te reposer. Pour l’heure, je sais pas exactement. Avec toute cette pluie, c’est difficile de voir s’il fait jour ou non. Et comme je perds toutes mes forces quand il fait mauvais temps, j’ai pas le courage d’aller voir l’horloge du salon. Désolée.


Pour preuve, le Vipélierre sentit à nouveau sa faiblesse physique qu’il avait réussi à mettre momentanément de côté pour s’occuper de Yuuna. Son corps s’affala sur la chaise et sa tête vint s’écraser sur le bord du lit, sans pour autant déranger la jeune fille. Ah, qu’est-ce qu’il détestait avoir ce genre de coups de mou...  Il avait l’impression d’être un petit vieux. D’une voix affaiblie par la fatigue qui le prenait toujours dans ces moments-là, il réussit à articuler.

- T’en fais pas. C’est normal. Mon espèce préfère juste le soleil à la pluie...


Il lutta pour ne pas s’endormir. Il voulait occuper son rôle de garde-malade jusqu’au bout, par les lianes de sa grand-mère ! Même s’il ignorait si sa grand-mère était de type plante, il aimait bien cette expression qu’il avait inventée.

- Désolé, si ça te dérange pas, je vais rester là juste un peu. Si t’as besoin de quelque chose, dis-le moi, je me débrouillerai pour te le donner.

Ah, maudite fatigue... Vivement que le soleil réapparaisse. S’efforçant de garder les yeux ouverts, Yoshihiro regarda par la fenêtre en espérant voir plus de lumière. Si seulement il avait des pouvoirs météorologiques comme les Morpheo...

Tsubaki


Spoiler:
 









Vos cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] La lumière au milieu de l'orage [Pv: Yoshi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Obélisque de lumière
» Laurelin et Telperion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Unys :: Autres-