Partagez | 
 

 Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 86
Pokédollards : 18
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 24
Je suis (Inrp) : En couple avec Maël ❤ (Futur)
Je ressemble à : Nishikino Maki de Love Live !
Double compte : Anusha

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Danseflammes ♦ Feufollet ♦ Reflet
Race Pokemon/ Métier: Veut devenir une Top Pokémon !
Team/Dresseur/Equipe: Noboru Miura
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)    Mer 14 Déc - 3:49
Une rose pour Ho-Ho
Ou parce Kyoko aime mettre du rose dans la vie des autres !
SHINKI Kyoko
&
O'HARA Horus
Aujourd'hui le temps était au beau fixe. Le soleil brillait fort, il chauffait la terre et les parterres de fleurs, allant même jusqu'à légèrement dégelée la rivière glacée par l'hiver. C'était une journée idéale, le genre d'après-midi que Kyoko adorait, en particulier quand elle avait décidé de se recueillir à la "Tour Cendrée". Des décombres noircis, il ne restait pourtant rien, si ce n'est un reste d'odeur de brûlé à jamais imprimé dans la pierre froide et son sol sec. Ce n'était pas un spectacle qu'on pouvait se targuer de trouver splendide sans passer pour un pokémon feu détraqué, mais la goupix, elle, se faisait quand même un plaisir d'apporter aux pieds de ce “mausolée” des lys blancs et dorés, symbole de son espoir secret que de voir Lugia et Ho-ho revenir un jour ici.

Kyoko plissa les yeux, pensive. Il y a bien des siècles, nul doute que beaucoup avaient dû se faire amer de la grande perte d'une de ces forteresses de bois et de fer. Ce n'était toutefois pas le cas de Kyoko, qui, de par sa jeunesse, n'avait connu que ce paysage déchiré par l'incendie. D'ailleurs, existait-il seulement encore un seul être vivant en ce monde, autre qu'Arceus et les légendaire eux-mêmes, pour porter l'éternelle blessure de cette époque ? La réponse était à l'évidence non, mais ce n'est pas parce que la Goupix ne ressentait pas la peine qu'elle n'était pas compatissante. Kyoko n'acceptait tout simplement pas la désolation et si elle ne pleurait en rien l'imposante magnificence de la tour, elle chérissait l'idée que son geste pourrait aider à ramener ceux qui avaient perdu leur maison une fois dans les flammes.

Loin d'être une corvée, c'était un petit devoir qu'elle s'accordait avec un intense plaisir, profitant au passage de l'agréable sensation qu'on éprouve à faire une bonne action. Kyoko aimait s'occuper des autres, avoir des missions à remplir, un rôle à jouer ! Elle était comme ça, rangée et passionnée, une jeune fille qui avait la forte envie de se donner au monde. Peut-être était-ce aussi parce qu'elle était orpheline et qu'elle avait compris trop tôt combien bien prendre soin de son entourage était important ; à moins qu'il ne s'agisse juste de sa façon d'embellir Rosalia, qui à ses yeux, était la plus jolie ville de tout Johto.

Kyoko était de ces personnes qui se voient vivre et mourir au même endroit. Oh, évidemment, elle adorerait voyager et ne restera pas éternellement assise sur ses lauriers. En revanche, si elle devait clore une ultime fois les paupières, ce serait certainement ici, en ces lieux paisibles où le sapin a toujours une bonne odeur, ou la neige est blanche quand il gèle, où les arbres sont verts quand le printemps s'en vient, où le ciel s'embrase de rose et de poussières d'étoiles quand l'été approche, où l'automne inonde les montagnes d'une mer de feu, où un coucher de soleil est toujours plus beau que le précédent, où une main est toujours tendue à son encontre, où son foyer se trouve...

La joue taquinée par le vent frais qui agitait ses jupons bleus, Kyoko leva la tête vers le ciel, d'un bleu céruléen à peine couvert d'un ou deux nuages si blanc qu'ils en semblaient moelleux et presque appétissant. Son ventre émit un gargouillis significatif et Kyoko rougit. J'irai me manger une bon pain après moi. songea-t-elle.Avec beaucoup de pépites de chocolats.

Quand Kyoko avait faim, tout lui semblait délicieux. Même les boutons de pissenlit, bien jaune, semblaient devenir des bonbons croquants ! Et elle ne parlait pas des buissons de baies et de fraises cachés dans le creux des bois. Pouiiih, elle en sentait presque la bonne odeur. Ah, faut vraiment que j'arrête de penser à manger. Intérieurement, pleurnichante, Kyoko retrouva un peu de son sérieux et une grimace plus avenante quand elle atteint enfin le pied de l'ancienne tour.

Comme d'habitude, une étrange atmosphère semblait embaumer les lieux. À croire que Lugia avait pour toujours figé sa présence dans l'espace. Kyoko déglutit. L'air de rien ça la rendait nerveuse, de le sentir , comme tapis quelque part, probablement à l'observer. Elle savait que c'était forcément impossible. Lugia était sans doute loin d'ici et à vrai dire, même si lui ou Ho-Ho traînaient dans les parages, elle doutait que ces derniers ne se montrent à elle. Autant, elle était parfaitement habituée à la puissante aura de Shin et n'en avait cure, autant les autres légendaires étaient à ses yeux un mythe. Des héros des temps perdus à côté desquels, elle ne pouvait se sentir que petite et insignifiante...Étaient-ils tous aussi amicaux et doux que Shin ? Sa naïveté voulait que oui et son cœur également. Kyoko souhaitait sincèrement être ami avec tous les pokémon de la terre. Cependant avec l'âge la renarde avait gagné en lucidité et elle essayait d'être prudente. Puisqu'on ne sait jamais sur qui on peut tomber. maugréa-t-elle, en se rappelant le bon conseil de sa soeur ainée.

-Bon, j'y suis.

Lentement, Kyoko releva le haut de sa robe sur ses cuisses, pour ne pas la salir, et glissa ses genoux contre le sol terreux. Il n'avait pas plu depuis un moment, même si le froid était présent. Heureusement, elle avait apporté de quoi empêcher au gel des plantes. Elle enfila des gants et commença à vérifier l'état des lianes grimpantes et des nombreuses jonquilles qui recouvraient l'endroit. Dans l'ensemble ça avait plutôt une bonne forme pour un terrain où tout poussait lentement. Satisfaite, Kyoko se releva et récupéra ses lys. Ces derniers, elle les installait toujours bien au milieu. Les genoux et les mollets pleins d'une poussière qu'elle nettoierait dans la rivière qui bordait Rosalia, l'hybride vint récupérer les anciennes tiges désormais desséchées d'un précédent bouquet et plaça avec habileté le nouveau, puis recula d'un pas. La goupix contempla son chef-d'oeuvre un instant. C'était de plus en plus joli. Elle s'améliorait en matière d'arrangement floral ! L'ikebana n'aurait un jour plus de secret pour elle...Kyoko se racla la gorge et entrelaçant ses phalanges les unes aux autres quémanda, le ton bas.

-S'il vous plaît, Arceus, faites que Lugia et Ho-Ho se portent bien ! Qu'où qu'ils soient eux et leurs proches soient heureux. Et qu'ils sachent que quoi qu'il arrive, il y a toujours des gens qui pensent à eux, ici aussi, à Rosalia.




Cadeau de Kanon    :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)    Mer 14 Déc - 17:01
Assis tout en haut de la tour Carillon, dans un fauteuil recouvert de dorures, Ho-Oh chromatique plongeait son regard pensif dans les nuages gris qui masquait le ciel, en ce début de journée hivernale. La fenêtre ne lui offrait qu’une vue partielle de ce qui se passait dans les cieux à l’heure actuelle, mais il ne les voyait pas réellement. Rosalia, sa chère ville. Elle avait bien changé durant toutes ces années. Les gens aussi d’ailleurs. Mais sa tour –enfin leur tour, aux deux Ho-Oh- gardait la même allure, la même prestance, depuis sa fondation, à ceci près que le haut avait été détruit pendant après le terrible affrontement entre Alnair et Giratina, puis reconstruit peu après. Les humains en prenaient soin de la tour Carillon, et parfois même ils organisaient des visites. Horus s’arrangeait d’ailleurs pour être parti à ces moments-là ; nonpas qu’il souhaitait conserver son anonymat, mais c’était parfois embarrassant d’être contemplé à l’égal d’une divinité –même si, il ne l’avouerait jamais, ça flattait son égo de phénix chromatique. Il avait choisi ce jour pour passer justement parce qu’il n’y avait rien de prévu. Il repensait à tous ces siècles que cette ville avait traversé ; l’incendie de la tour jumelle ; la mort de leurs « enfants » puis leur résurrection ; la désertion des Lugia, privés de foyer. Il nourrissait une certaine amertume à leur égard, pourtant il pouvait comprendre leur fuite. Si seulement ils avaient été là, cette nuit-là, les pauvres légendaires auraient pu survivre aux flammes dévorantes du sinistre…

Horus passa un doigt sur une corde de sa lyre et la pinça. Le son aigu presque plaintif chassa brièvement le silence de la pièce. Comme il se plaisait à le répéter, il ne servait à rien de ressasser le passé. Il ne pouvait être changé d’aucune façon. La seule chose à faire, c’était de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Même si son double, Alnair, avait du mal à passer à autre chose… D’ailleurs en parlant de lui, Horus avait mal choisi son jour. Il n’était pas là, et il doutait qu’il se montrât pendant la journée. Dommage, il aurait bien voulu le taquiner un peu en lui demandant des nouvelles de ses histoires de cœur inexistantes. Horus soupira et se leva en s’étirant. Il était temps de sortir et se rendre en ville pour se dégourdir un peu les jambes. Il reprit sa lyre, au cas où il lui prendrait l’envie d’en joueur. Il suffisait qu’il ne l’ait pas pour que l’envie lui prît. Il descendit ensuite l’escalier en colimaçon, son kimono traînant sur les marches allongées. Jamais il ne se lasserait de de contempler l’architecture de leur chère tour. Ils avaient la chance de l’avoir toujours en bonne état, surtout après l'affrontement entre son double et le maudit légendaire. Son éternel éventail à la main –un présent de son premier amour masculin – il sortit de la tour, son habituel sourire plaqué sur les lèvres.

Il s’apprêtait à quitter la place des tours quand il aperçut une petite silhouette devant les ruines de la deuxième. Intrigué, il s’approcha discrètement, l’éventail posé sur son nez. Il la vit s’agenouiller avec une certaine surprise. Que faisait-elle donc ici ? Etait-elle en train de se recueillir ? ça lui paraissait presque hors contexte, car aujourd’hui plus personne ne s’intéressait à l’histoire de ces ruines calcinées. Surtout par un froid pareil. Ho-Oh, étant un oiseau de feu, ne ressentait pas le froid, protégé par sa chaleur intérieure. Mais il pouvait sentir la fraîcheur de l’air –on pouvait presque distinguer une légère fumée se dégager de son corps trop chaud pour l’air ambiant. La jeune fille dont il ne distinguait pas les traits sembla farfouiller dans la végétation pauvre du lieu, avant de se relever. Horus observa en silence son petit manège, à quelques mètres en retrait, le plus discret possible pour ne pas la déranger. Il entrouvrit la bouche, les lèvres formant un « o », lorsqu’il vit les fleurs de lys. Il se souvenait en avoir déjà vu à cet endroit exact. Alors, c’était elle qui les déposait régulièrement ? Le corps d’Horus se mit à briller légèrement, touché par ce geste. Son sourire s’aggrandit et ému il assista même à une prière. Jamais il n’aurait pu imaginer qu’une si jeune personne rendrait un tel hommage aux victimes de ce terrible incendie, survenu bien des siècles plus tôt. Seules les ruines attestaient qu’il eut vraiment lieu.

Profondément marqué par sa petite prière, qui s’adressait à Arceus pour les deux oiseaux, Horus daigna enfin s’approcher doucement de la jeune fille. Il se plaça à sa droite et contempla les lys délicatement posés au milieu de l’autel naturel. Il prit la parole de sa voix douce et veloutée.

▬ C’est très généreux de ta part de prononcer une prière pour eux. Je suis certain qu’ils t’ont entendu et qu’ils t’en remercient. Plus grand monde ne pensent à eux et à ce terrible incendie qui a coûté la vie à des pokémons. Je suis agréablement surpris je dois dire, c’est la première fois que je vois quelqu’un rendre un tel hommage.

Horus tourna la tête vers elle en lui souriant, les yeux presque fermés, l’air très amical. Il ignorait tout de cette adolescente, il ne savait ni où elle habitait –très certainement à Rosalia, vu les bouquets réguliers de lys – ni qui étaient ses parents, mais il l’appréciait déjà, ne serait-ce que pour cet acte d’une bonté merveilleuse. Il s’accroupit et se saisit délicatement du bouquet de lys pour en humer le parfum.

▬ C’est donc toi qui dépose ces bouquets régulièrement. Ça m’intriguait depuis quelques temps. C’est rare que quelqu’un se préoccupe de cet endroit. Il ne reste plus que des ruines calcinées, je peux comprendre que les gens n’y portent plus d’intérêt.

Il reposa les lys à leur place et se releva, une certaine mélancolie sur ses traits. Si Lugia était là, qu’aurait-il dit devant ça ? Le connaissant, il ne devait même pas imaginer qu’on pût encore penser à eux. Lugia avait déserté Rosalia il y avait bien longtemps de ça, juste après l’incendie qui avait ravagé sa tour. Horus reposa son éventail sur son menton.

▬ En leur nom, je t’en remercie sincèrement. Ils seraient très touchés par ton geste.

Le légendaire taisait volontairement sa véritable identité. Il ne voulait pas provoquer une déférence à son égard. Certes la fascination des mortels vis-à-vis de lui le flattait quelque peu, mais il préférait de loin converser sans qu’un statut de légendaire ne vînt altérer la spontanéité et le naturel de l’autre. Il remarqua ses gants et la buée qui s’échappait des lèvres de l’adolescente.

▬ Dis-moi mon enfant… quel est ton nom ? Que je puisse transmettre ton message à nos chers oiseaux le jour où ils passeront.

Il lui sourit, l’éventail à présent déployé sur toute sa largeur devant son cou. Cette enfant dégageait une aura d’innocence, de pureté et de générosité. Ses antennes intérieures y étaient sensibles, et se fit la réflexion que ce genre de personne se faisaient de plus en plus rare, à son grand damne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 86
Pokédollards : 18
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 24
Je suis (Inrp) : En couple avec Maël ❤ (Futur)
Je ressemble à : Nishikino Maki de Love Live !
Double compte : Anusha

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Danseflammes ♦ Feufollet ♦ Reflet
Race Pokemon/ Métier: Veut devenir une Top Pokémon !
Team/Dresseur/Equipe: Noboru Miura
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)    Jeu 15 Déc - 13:28
Une rose pour Ho-Ho
Ou parce Kyoko aime mettre du rose dans la vie des autres !
SHINKI Kyoko
&
O'HARA Horus
-C’est très généreux de ta part de prononcer une prière pour eux. Je suis certain qu’ils t’ont entendu et qu’ils t’en remercient. Plus grand monde ne pensent à eux et à ce terrible incendie qui a coûté la vie à des pokémons. Je suis agréablement surpris je dois dire, c’est la première fois que je vois quelqu’un rendre un tel hommage.

Qu'il soit similaire au chant d'un rossignol ou bien au discret bruit des branches lorsqu'elles se frottent et que leurs feuilles bruissent, le timbre de la voix qui vint se glisser à l'oreille de Kyoko dans un délicieux murmure était, quoi qu'il en soit, si doux et feutré, que même si elle l'avait voulu, la goupix n'aurait pas pu sursauter ! Un nouveau parfum se mît à embaumer les lieux ; une senteur de feu et d'encens, une odeur chaude, un peu comme l'air qui se diffusait autour d'elle et lui donnait désormais une fine chair de poule. Elle avait brusquement moins froid et l'agréable impression qu'on avait allumé à ses pieds un léger feu de paille pour la réchauffer. Cette incroyable et chaleureuse sensation elle ne l'avait ressenti jusqu'à aujourd'hui qu'en la présence de Shin, mais parce qu'elle connaissait le ton joueur de sa voix par cœur elle savait pertinemment qu'il ne s'agissait pas du dragon blanc. Prise, ni de rigidité, ni de peur, ni même d'angoisse face à la soudaine apparition de ce jeune homme dans son sillage direct, Kyoko se demanda, de par où et surtout quand, celui-ci était arrivé, car elle ne l'avait pas entendu venir. Intriguée, elle coula un œil discret sur le côté.

-C’est donc toi qui dépose ces bouquets régulièrement. Ça m’intriguait depuis quelques temps. C’est rare que quelqu’un se préoccupe de cet endroit. Il ne reste plus que des ruines calcinées, je peux comprendre que les gens n’y portent plus d’intérêt.

Elle observa en silence celui qui venait de poliment interrompre sa paisible méditation. Si elle n'était pas inquiète, elle restait surprise. Après tout ce n'était pas tous les midis qu'on l'abordait sans prévenir et à vrai dire, c'était bien la première fois qu'elle croisait quelqu'un lors de sa traditionnelle visite au sanctuaire. La jeune hybride se demanda s'il était réellement normal d'être aussi bizarrement calme. Avait-t-il un pouvoir d'apaisement ? Perplexe, mais curieuse, elle déglutit et se retourna plus franchement, la bouche grande ouverte sur un "bonjour" qui ne franchit jamais le bord de sa bouche rose. En effet, Kyoko fut instantanément absorbée, pour ne pas dire noyée ou même submergée, par la vision que lui offrit le jeune homme à ses côtés. Était-ce la pâleur de son teint ou bien la façon dont ses cheveux d'argent et d'or reflétaient la lumière du soleil qui la fascina en premier ? Elle ne saurait le dire et d'ailleurs, il aurait pu tout aussi bien s'agir de son regard mystérieux, ou de cette troublante essence qu'elle sentait émanait de lui et qui caressa énigmatiquement son âme, telle la fébrile caresse d'une plume. Kyoko rougit. Elle se sentait brusquement faible des genoux, le ventre tordu par une étrange sensation de déjà-vu. Mais ce n'est que quand il se releva qu'elle eut un indice sur l'origine de son trouble.

-En leur nom, je t’en remercie sincèrement. Ils seraient très touchés par ton geste.

Les yeux de l'hybride s'écarquillèrent. Elle contempla ce manteau brodé de fils raffinés qu'il portait, les décors qui se paraient dans un océan de couleurs et ondulaient le long des tissus à chacun ses mouvements, prenant vies et dansant en rythme en un spectacle de toute beauté. Kyoko avait connu quelque chose de similaire. Elle pouvait l'affirmer. C'était là, enfoui dans le fond de sa mémoire. Elle cligna des yeux et tenta de se souvenir mieux. Comme pour l'aider le jeune homme déploya alors son éventail contre son visage et elle sut. Il lui ressemble...cet homme lui ressemble.

-Maman... ? -balbutia-t-elle, troublée par l'incroyable, mais frappante ressemblance.

Comprenant toutefois sa méprise, Kyoko se couvrit vivement la bouche. Que venait elle de lâcher comme idiotie ? Se montrer sentimental, ce n'était pas quelque chose que la jeune fille faisait en public, parler de sa défunte mère encore moins ! La renarde cligna des yeux et se focalisa sur les différences pour que le reflet de la morte cesse de se juxtaposer inutilement à celui de l'homme qui lui soufflait poliment et délicatement des paroles douces, tant de sens que de ton. Il était plus grand que sa mère et plus élancé. Il avait le visage plus droit, les doigts plus longs, l'air plus éthéré et la carnation plus scintillante, moins blanc en un sens, mais quand même très pâle. Et puis, c'était un individu de sexe mâle. En clair, il n'était certainement pas sa mère. Ce qui ne l'empêche pas d'être magnifique. Bien plus que je ne le serais jamais...

Le silence commençant à se faire long, Kyoko se racla la gorge et s'inclina en signe d'excuse. À l'observer sous toutes les coutures, en plus de sa remarque déplacée, elle devait définitivement avoir l'air perturbée. Or Kyoko, ne voulait absolument pas passer pour une enfant perturbée ! Parce qu'elle était fière et aussi parce que Rosalia c'était une petite ville de campagne où tout le monde se passait le mot. Il ne manquerait donc plus qu'on annonce à son frère que sa cadette avait perdu la tête !

-Vous le pensez ? Qu'ils seront touchés ?

Pour chasser le trouble qui l'agitait, elle se pencha et ramassa à son tour le lys que l'inconnu avait pris entre ses phalanges fines. Son sourire se fit grand et franc tandis qu'elle s'approchait d'un pas ferme du blond.

-Vous permettez … ? -demanda-t-elle avec tendresse, avant de défaire le ruban qu'elle avait accroché dans ses cheveux pour en enrubanner la tige du lys dans un joli nœud, qu'elle tendit ensuite au jeune homme, du bout des doigts.- Tenez, je vous l'offre. Il est ravi de pouvoir complimenter votre beauté.

Elle remit une des mèches qui lui tombaient désormais devant les yeux derrière son oreille et se présenta, grâce au peu de courage qui lui restait encore, logé quelque part dans le fond de son ventre. Heureusement, elle était par nature extravertie alors sa timidité restait suffisamment modérée pour qu'elle ne bégaie pas, même quand l'individu d'en face possédait un physique...perturbant. Oui, perturbant, c'était le mot.

-Je me nomme Kyoko Shinki, je suis la sœur du professeur Akira Shinki, vous le connaissez peut-être ? -Elle se mordilla la lèvre inférieure et ajouta en agitant les mains devant elle, en signe de désapprobation- Oh, et ce n'est pas la peine de leur transmettre mon nom, je n'attends pas de reconnaissance particulière. Juste, dites leurs que quelqu'un les aime beaucoup. Je ne voudrais pas qu'on pense que je fais ça par intérêt personnel.

Dans sa tête, il y eut comme un déclic et elle fronça soudainement les sourcils.

-Mais au fait vous êtes une sorte de prêtre ? Je veux dire, qui êtes vous ? Vous ne pouvez pas être n'imp !

Kyoko s'interrompit. Elle ne voulait pas être impolie. Et puis qu'allait-elle dire ? Qu'il ne pouvait pas être n'importe qui parce qu'il connaissait Lugia et Ho-ho ? Elle-même fréquentait Shin sur une base régulière et elle n'avait certainement rien d'une personne exceptionnelle !

-Pardonnez-mon indiscrétion. Vous n'êtes pas obligé de me répondre, si le cœur ne vous en dit pas. On a tous nos secrets. En tout cas, je vous remercie d'être venue me voir. Merci beaucoup.

Elle inspira, puis ne pouvant plus se retenir rajouta précipitamment.

-Ah et, je vous trouve superbe ! Je veux dire, vraiment superbe. Pas que j'ai une idée derrière la tête juste...je tenais à vous le dire, parce que ça m'a comme frappé. C'est ça, frappé. Hum, -elle soupira- je dois avoir l'air terriblement idiote.




Cadeau de Kanon    :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)    Ven 16 Déc - 12:01
En l’apercevant, la jeune fille eut une réaction tout à fait inattendue. Elle l’appela par ce surnom qu’il n’aurait jamais imaginé recevoir, probablement parce que son corps était celui d’un homme. Il écarquilla les yeux et haussa légèrement les sourcils. L’adolescente se reprit aussitôt et plaqua ses mains devant sa bouche, visiblement très confuse par ce qu’elle venait de lâcher. Amusé, Horus laissa échapper un rire contrôlé, mais n’en dit pas plus pour ne pas en rajouter. C’était bien la première fois qu’une jeune fille le confondait avec sa mère ! Quoique dans le cas de cette adolescente, quelque chose le titillait. C’était comme si elle voyait l’image de sa mère après bien longtemps. Il rangea cette information dans un coin de son esprit. La jeune fille se racla la gorge avant de s’incliner pour s’excuser. A vrai dire, elle n’avait pas besoin ; il l’avait trouvé vraiment trop adorable en prononçant ce mot.

▬ Bien sûr qu’ils seraient touchés, répondit-il à sa question. Je ne dis jamais rien au hasard.

Il lui sourit et replia son éventail dans le même temps. Elle se pencha pour ramasser le lys. Il l’observa avec curiosité dénouer un ruban de ses cheveux pour l’entourer autour de la délicate fleur. Elle la lui offrit alors, le complimentant même sur son apparence. Horus était quelqu’un d’assez modeste en règle générale, mais il ne restait jamais indifférent à ce genre de compliment. Surtout que ce n’était pas tous les jours qu’on osait lui dire franchement ce genre de chose. Certes, dans son cas la petite brune ignorait tout de sa véritable identité. Il se saisit délicatement de la fleur en souriant à la jeune fille.

▬ Merci beaucoup, je suis touché. J’en prendrai grand soin.

Il accrocha le lys enrubanné sur une décoration de son kimono. Il espérait que sa chaleur corporelle ne le dessécherait pas trop vite. La jeune fille se présenta ensuite sous le nom de Kyoko Shinki, petite sœur du professeur Akira Shinki. Horus posa son éventail replié sous son nez. Il ne se souvenait pas l’avoir déjà croisé, après tout il voyageait beaucoup et lorsqu’il revenait à Rosalia il ne prenait pas toujours le temps de redécouvrir sa population. Toutefois peut-être qu’il avait déjà entendu ce nom quelque part. Il observa le visage de Kyoko alors qu’elle prétendait n’avoir besoin d’aucune forme de reconnaissance. Elle faisait preuve d’une modestie exemplaire, et il appréciait.

▬ Je le leur dirai, tu peux compter sur moi. Et je me doute que tu ne fais pas ça par intérêt personnel. Je sais reconnaître la sincérité quand je la vois.

Puis l’adolescente fronça les sourcils et l’interrogea sur son identité. Horus ne put retenir un demi-sourire, bien que masqué par son éventail. Il n’avait pas envie de lui dire qui il était, du moins pas tout de suite. Il aimait bien l’entendre parler de lui ; c’était un peu puéril, mais il ne fallait pas croire que Ho-Oh se montrait tout le temps mature et adulte. Notre chromatique avait ses petits moments de caprices lui aussi. Puis elle se ravisa en s’excusant, avant de le remercier de sa visite. Décidément, elle changeait sans arrêt d’avis. C’était vivifiant. Oui, elle était vivante et spontanée. Pour un être éternel comme lui, c’était rafraîchissant autant de changement. Il continua de l’observer en silence par-dessus son éventail. Et c’est alors qu’elle le complimenta ouvertement sur son apparence. Il était certes modeste, mais si elle continuait il n’allait plus se sentir. Il en rosirait presque de contentement. Il sourit, presque rieur, et leva sa main gauche pour la poser sur la tête de Kyoko.

▬ Non, moi je te trouve adorable. Je t’avoue que j’ai rarement vu autant de franchise chez une jeune fille comme toi. Tu n’as pas peur de dire les choses et j’apprécie. Tu dis ce que tu as sur le cœur sans craindre la réaction de l’autre, tout en faisant preuve de modestie et de retenue polie. J’aime beaucoup personnellement, ajouta-t-il avec un sourire éclatant.

Certes il aimait aussi entendre ses compliments. Si elle savait sa véritable identité, oserait-elle toujours lui parler aussi franchement ? Il se le demandait. C’était l’inconvénient d’être une légende, un mythe ; les gens vous idolâtraient et vous traitaient comme une divinité, n’osant jamais exprimer le fond de leur pensée. Ho-Oh appréciait parfois d’être traitée comme une personne lambda. Horus frotta un peu ses cheveux avec sa main, avant de baisser le bras.

▬ Pour répondre à ta question, je ne suis pas vraiment un prêtre. Disons que… je passe régulièrement à la Tour Carillon pour en vérifier l’état. Et il m’arrive de croiser Ho-Oh à ces occasions.

Il avait habilement déguisé la vérité. Il n’avait pas menti ; il venait régulièrement ici et retrouvait avec plaisir sa chère tour, vérifiant qu’elle était en bonne état à chacune de ses visites. Et il croisait effectivement Ho-Oh, son double, la version non chromatique. Il lui cachait simplement qu’il était l’autre Ho-Oh. Il n’avait pas envie de lui dire, du moins pas tout de suite. Horus nota la buée qui s’échappait des lèvres de Kyoko et se rappela qu’on était en hiver.

▬ Oh, mais tu dois avoir froid par ce temps. Ahlala, je suis tête en l’air, j’oublie trop souvent que je suis bien moins frileux que les autres. Puisque tu as été aussi gentille, que dirais-tu que je te paye un chocolat chaud ? Comme ça tu pourras continuer de me complimenter autant que tu veux, huhu.

Il lui offrit un sourire taquin, plaisantant bien évidemment pour l’embêter. Toutefois sa proposition était sincère. Il ne pouvait actuellement la remercier en tant que Ho-Oh, alors il la récompenserait en tant que personne lambda.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pokémon • Sauvage
Messages : 86
Pokédollards : 18
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 24
Je suis (Inrp) : En couple avec Maël ❤ (Futur)
Je ressemble à : Nishikino Maki de Love Live !
Double compte : Anusha

PokéProfil
Attaques & Armes: ♦ Danseflammes ♦ Feufollet ♦ Reflet
Race Pokemon/ Métier: Veut devenir une Top Pokémon !
Team/Dresseur/Equipe: Noboru Miura
Pokémon • Sauvage
MessageSujet: Re: Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)    Jeu 26 Jan - 7:06
Une rose pour Ho-Ho
Ou parce Kyoko aime mettre du rose dans la vie des autres !
SHINKI Kyoko
&
O'HARA Horus
Sur la tête de Kyoko, la paume se posa douce et chaude. Une fois encore, l'image de sa défunte mère se superposa à celle du gracieux jeune homme et elle ne put s'empêcher de baisser les yeux, incapable de soutenir son regard, tout simplement parce qu'elle était terriblement gênée. À la place, elle se focalisa sur le lys qui brillait désormais contre le tissu riche de son kimono. Était-ce normale que ses pétales lui paraissent brusquement plus lumineux et blancs encore ?

Non, moi je te trouve adorable. Je t’avoue que j’ai rarement vu autant de franchise chez une jeune fille comme toi. Tu n’as pas peur de dire les choses et j’apprécie. Tu dis ce que tu as sur le cœur sans craindre la réaction de l’autre, tout en faisant preuve de modestie et de retenue polie. J’aime beaucoup personnellement.

Kyoko se dandina légèrement et attrapa nerveusement une de ses mèches de cheveux, sa bouche déformée en un sourire tremblant. Elle qui d'habitude accueillait les critiques comme les encouragements dans le rire et l'assurance, était étrangement émue. C'était sans doute à cause de cette ressemblance physique incroyable avec sa génitrice.

Des compliments de sa mère, en avait-elle seulement reçu ? Si c'était le cas, elle ne s'en rappelait malheureusement plus du tout, alors, forcément, - même s'il n'y avait aucun rapport possible - Kyoko se sentait comme complimentée par celle qui avait quitté sa vie il y a pourtant déjà des années en arrière. Et elle en était tristement, mais désespérément heureuse.

Le fait que l'homme soit aussi beau que le soleil participait également à cet engouement tout adolescent ! En d'autres termes, c'était un peu comme se retrouver en tête-à-tête avec son acteur favori du moment, soit une expérience très agréable.

Pour répondre à ta question, je ne suis pas vraiment un prêtre. Disons que… je passe régulièrement à la Tour Carillon pour en vérifier l’état. Et il m’arrive de croiser Ho-Oh à ces occasions. Oh, mais tu dois avoir froid par ce temps. Ahlala, je suis tête en l’air, j’oublie trop souvent que je suis bien moins frileux que les autres. Puisque tu as été aussi gentille, que dirais-tu que je te paye un chocolat chaud ? Comme ça tu pourras continuer de me complimenter autant que tu veux, huhu.

À ses mots, la pokémon sortit efficacement de sa torpeur. Ses doigts se tordirent sur le bas de sa robe et elle se fit violence pour ne pas se montrer trop enthousiaste, mais le oui qui s'échappa de ses lèvres, tremblant de joie, trahit efficacement sa fébrilité et son impatience. La goupix se racla la gorge, les oreilles et la nuque écarlate. En même temps, elle était tellement perturbée et touchée par cette personne, qu'elle n'arrivait plus à réfléchir correctement ! C'était à croire que son esprit s'était perdu dans quelques méandres sinueux et lointains.

-J'en serais ravie. -lâcha-t-elle, sans même réfléchir une seule seconde à décliner la proposition.-

Elle ne s'attarda même pas sur le fait qu'il lui avait dit connaître Ho-ho et ne posa aucune question à ce propos. Elle était trop subjuguée par sa beauté pour ça, sans compter le fait qu'elle-même connaissait Shin. Or, si avoir un ami légendaire semblait exceptionnel, elle avait toujours songé que pour Reshiram, l'attention qu'on portait à son statut d'immortel n'était jamais la bienvenue. Elle se focalisa donc davantage sur l'idée de partager un bon chocolat chaud avec le prêtre que de le questionner de façon désagréable sur son ami Ho-ho.

-Je connais une bonne pâtisserie pas loin. -indiqua-t-elle, le doigts levé vers la route et son sentier fleurie.-

Tandis qu'ils entamaient le sentier côte à côte, l'attention de Kyoko fut raviver sans prévenir par quelque chose d'autres, à savoir les longues et jolies phalanges du prêtre qui se balançaient doucement au rythme de ses pas. En effet, ses doigts formaient un ensemble dés plus harmonieux, fins et pâles, sans tâches in désirées et d'une douceur qu'elle pouvait deviner sans même les avoir caressés. C'était le genre de mains qu'elle s'imaginait danser sur un piano sans difficultés, maniant le violon et la harpe, ou même la flûte avec habileté. La goupix se mordilla la joue et ne put s'empêcher de tendre ses annexes en direction des siens, dans un mouvement qu'elle ne se serait jamais permise normalement.

Brusquement, elle se stoppa.

-Je...je -elle inspira et lâcha après un court instant de profonde agitation- Puis-je vous prendre la main ?




Cadeau de Kanon    :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)    Sam 18 Fév - 0:40


Une rose pour Ho-Oh
Kyoko & Horus
La nervosité de la jeune fille l’amusait. Pas par mesquinerie, bien au contraire. En fait, il la trouvait… comment dire ? Adorable. Elle avait cette candeur innocente et naïve, elle respirait la fraîcheur de la jeunesse. C’était tellement plaisant qu’il ne pouvait s’empêcher d’apprécier de la voir si intimidée par sa personne. Ou bien était-ce autre chose… Toujours est-il que cette timidité nerveuse lui donnait un charme certain. Il sentait également une légère chaleur émaner de son corps frêle. Il était probable qu’elle fût un hybride de type feu, auquel cas sa bienveillance n’en serait que plus renforcée. Et puis il y avait eu cette méprise, lorsqu’elle l’avait presque pris pour sa mère. ça lui avait fait quelque chose. Peut-être parce que lui-même ne pourrait jamais être père… du moins par le sang. Il avait bien ses enfants légendaires, le trio chromatique. Ses enfants d’âme, qu’il aimait les qualifier. En fait, à la réflexion, s’il avait pu avoir une fille biologique, elle aurait très bien pu être comme celle qui lui faisait face. Douce, candide et généreuse… il aurait bien aimé, oui.

Elle répondit fébrilement par l’affirmatif à sa proposition. Ce dont Horus fut enchanté ; il voulait tellement profiter un peu plus de cette candeur adolescente. Et il était intrigué par l’histoire avec sa mère. C’était toutefois indélicat de lui poser directement la question, donc peut-être qu’une conversation bien posée autour d’un quatre-heure et d’une boisson propice à la saison pourrait faciliter l’abordage du sujet. Kyoko annonça connaître une bonne pâtisserie non loin. Le légendaire se retint de confirmer ; il connaissait très bien la ville, même si elle avait changé ces dernières décennies. Lui qui aimait bien manger, un bon artisan boulanger ne lui échappait pas.

▬ Oh, très bien. En ce cas je te suis, Kyoko !

Ils marchèrent côte à côte quelques temps, lui guidé par les pas de la jeune fille, même s’il se doutait de l’endroit où ils se rendaient. Puis la petite brune pila net. Surpris, il la dépassa d’un pas avant de réaliser qu’elle s’était arrêtée. Il se tourna vers elle et l’interrogea du regard, se demandant ce qu’il se passait. Puis il distingua un léger mouvement, une main qui se tendait vers lui. Geste qui se suspendit assez vite, stoppée par une hésitation nerveuse. Puis survint une question qu’il n’aurait jamais soupçonné. La surprise lui fit hausser les sourcils en guise de première réaction. Puis il laissa échapper un rire, attrapant de sa main droite son éventail qui pendait par le cordon doré rattaché à son poignet délicat. Il posa l’objet sur son menton, son corps secoué légèrement par son rire spontané.

▬ C’est bien la première fois qu’on me demande ça ! Mais bien sûr, tu peux me prendre la main si tu en as envie.

Penses-tu, lui qui adorait les enfants –bon elle n’en était plus vraiment une, mais elle dégageait cette candeur typique- il ne refuserait jamais une telle demande. Et puis il considérait tous les hybrides un peu comme ses enfants –et son cœur lui disait qu’elle en était une. Enfants de cœur, ou simples protégés. Bref, il les maternait assez souvent. Alors tenir la main, non c’était loin de lui poser problème. Et lui n’avait que faire des médisances ; il ne pourrait jamais penser à mal en tenant la main d’une jeune fille. Il avait une certaine pureté ; ce genre de pensée ne pourrait jamais l’atteindre. Ils reprirent donc leur route, la petite main de la supposée hybride entre ses longs doigts fins. Lui était aux anges, comme en témoignait son sourire radieux. Les gens qui leur jetèrent un regard en coin durent croire à un jeune couple, pour certains. Lui n’en avait que faire. L’opinion des autres n’avait jamais entravé ni dicté sa vie et ce n’était pas aujourd’hui que ça commencerait. Ils aboutirent finalement à la pâtisserie dont parlait la jeune fille. Comme il s’y attendait, il la reconnaissait. Et pour cause, le chef pâtissier était l’une des rares personnes de cette ville à savoir qui il était –notamment parce qu’Horus leur demandait de ne pas l’ébruiter. Il n’aimait pas voir des gens le vénérer pour ce qu’il représentait, au lieu de l’apprécier pour ce qu’il était.

▬ Hmmm, quelle odeur alléchante !

Lorsque le responsable de la boutique l’aperçut, il ouvrit la bouche, à la fois surpris et honoré. Horus leva discrètement son index libre pour le poser sur ses lèvres afin de lui intimer le silence vis-à-vis de son accompagnatrice. Quand la concernée sembla tourner la tête vers l’oiseau de feu, il se gratta le bout du nez pour camoufler son geste étrange d’un point de vue extérieur.

▬ Alors, dis-moi, que veux-tu prendre ? Je serais bien tenté par un choco-suisse… ce n’est pas très bien pour la ligne, mais qu’est-ce que c’est bon !...

Oui, Horus avait un côté fin gourmet. Il aimait la bonne nourriture, ce pourquoi il mangeait plus souvent dans des auberges ou des restaurants qu’il ne se faisait lui-même à manger. Il ne savait pas cuisiner grand-chose, il fallait dire…

▬ Ensuite nous pourrons discuter autour d’un bon chocolat chaud au café d’en face, qu’en dis-tu ?

Il avait failli dire que les chocolats chauds y étaient excellents. Il lui fallait éviter de se trahir, même si concrètement, ce n’était pas si suspect de la part d’un prêtre de la Tour de connaître les petits cafés du coin. Ah, ce n’était pas tous les jours simple d’être un légendaire.
(c) Etilya
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)    
Revenir en haut Aller en bas
 
Une rose pour Ho-ho (Pv Horus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lire c'est s'évader du réel. (Rose & Greg)
» Logan • « Dans la vie j'aime deux choses la rose et toi, la rose pour un jour et toi pour toujours. »
» ✩ Une Rose pour toi
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» La rose n'a d'épines que pour celui qui veut la cueillir. 〘PV Nagareboshi Ruika〙

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Rebirth :: Notre Monde :: Johto :: Rosalia-